Le numérique, cet ogre énergétique s'alarme le CNRS

Florian Innocente |

Le numérique a fait fleurir un vocabulaire aérien comme "nuage", "virtuel" ou "immatériel" mais ces termes peinent à cacher une réalité plus prosaïque. La dématérialisation et l'échange de données exercent un poids bien quantifiable sur la consommation énergétique, rappelle un article paru dans le journal du CNRS.

Une tâche aussi commune que l'envoi d'un mail contenant une pièce jointe de 1 Mo (l'équivalent d'une photo prise avec un petit smartphone) « équivaut à l’utilisation d’une ampoule de 60 watts pendant 25 minutes, soit l’équivalent de 20 grammes de CO2 émis », donne en exemple Françoise Berthoud, informaticienne au Gricad (Grenoble Alpes Recherche – infrastructure de calcul intensif et de données).

Parmi les autres chiffres avancés, celui de la consommation mondiale d'électricité par le secteur des nouvelles technologies qui oscillerait entre 6 et 10 %. Cette tuyauterie, qui nous lie aux serveurs où sont stockées les informations que l'on consomme, n'a rien de passive. Comme peut l'être une voie de circulation Elle est émaillée d'équipements qui (sur)consomment 24h/24, note Anne-Cécile Orgerie, chercheuse en informatique à l’Institut de recherche en informatique et systèmes aléatoires (lire aussi Que se passe-t-il quand vous appuyez sur lecture dans Netflix ?).

Les panneaux solaires du centre de données d'Apple au Nevada

Une situation qui a son équivalent jusque dans les foyers des utilisateurs. Les routeurs Wi-Fi et autres box internet, plus gourmands qu'on ne l'imagine, ne sont pas conçus pour s'éteindre la nuit ou en journée lorsque personne n'est là pour les solliciter.

On peut même parier que cela ne va pas aller en s'améliorant alors que les maisons se remplissent peu à peu d'équipements domotiques qui ont besoin d'une connexion internet quasi constante pour rester en communication avec nos smartphones.

Les grands de la high tech insistent aujourd'hui sur leurs efforts pour alimenter leurs centres de données en énergies renouvelables. Anne-Cécile Orgerie, suggère que cela n'a rien d'une solution ultime, elle fait écho au "paradoxe de Jevons" qui veut que l'optimisation de l'utilisation d'une ressource pousse à l'exploiter encore davantage : « plus on optimise les systèmes – la mémoire, le stockage, etc. –, plus on favorise de nouveaux usages » et les data centers et autres équipement en bout de route ont encore moins de raisons de se mettre sur pause.

avatar bidibout | 

L'exemple du mail avec pièce jointe de 1 MO 😳 Je ne pensais pas que c'était à ce point.

avatar baklawa | 

@bidibout

Sauf qu’avant on envoyait une lettre, il fallait couper des arbres pour faire le papier et l’enveloppe puis utiliser un moyen de transport pour acheminer la lettre. Pas sûr qu’on soit vraiment perdant avec le mail...

avatar Michaël. | 

@baklawa

Il y a de fortes chances que tu envoies plus de mails que tu n’envoyais de lettres, au final. Tu en envoies probablement plus en 1 an (1 mois ?) que tu envoyais de lettres dans toute une vie.

avatar baklawa | 

@Michaël.

Effectivement, juste après avoir écrit ce commentaire j’ai réfléchi à ça. La facilité crée l’occurrence c’est certain. Puis j’ai pensé à tous ces prospectus imprimés en couleur que je trouve dans ma boîte aux lettres qui ont une empreinte carbone plus importante encore, l’ancêtre du spam. J’avoue ne pas savoir quantifier le delta entre les deux générations. Et si finalement le véritable gâchis énergétique venait des air pods ou autres périphériques sans fil qui nécessitent d’être alimentés ? Finalement un casque filaire passif offre une meilleure qualité d’écoute que n’importe quel casque Bluetooth et ne nécessite pas de source d’énergie autonome. Réflexion à voix haute, je n’ai pas la réponse.

avatar C1rc3@0rc | 

@baklawa

L'informatisation a reduit incontestablement des impacts negatifs sur l'environnements. Mais certains n'ont ete que deplacés et d'autres ont ete créés.

L'exemple du Mail est en soit marquant mais il n'est pas le plus representatif. Il faudrait surtout parler de l'activité publicitaire et du cybermarketing dont l'impact energetique est lui simplement monstrueux.

Quand on a des pages Web dont le poids est a 99.9% causé par des contenus et mecanismes de marketing, ça veut dire que l'on augmente le traffic inutile de plus de 100%: une page Web est decoupée en paquets qui sont envoyés et peuvent faire 10 fois le tour de la planète avant d'arriver a destination et qui parfois nécessite une réexpédition... On a donc un effet exponentiel!

Surtout le contenu marketing est complexe et il demande beaucoup de ressources de production, beaucoup de ressources pour sa consultation mais il est aussi difficilement "réparable" au niveau du récepteur et demande une réexpédition quasi systématique en cas d'erreur pendant le transit...

Apres, il y a le probleme de la composition des page Web.
D'un cote on a le HTML et le CSS, les balise canevas (pour le dessin), le SVG,... qui sont des formats textes puissants et tres compacts qui offrent des possibilités de compression tres efficaces et permettent de realiser des pages complexes et efficace.

Mais voila, aujourd'hui la majorité des sites Web sont construit sur du Javascript, des images bitmap et des video pour realiser des WebApp, produire des effets purement cosmetiques totalement inutiles...
Et ces WebApp generent un traffic Web incessant, chargent des contenus a tout bout de champ...

Pire encore avec des framework comme Drupal ou meme Wordpress, qui pour la moindre page genere un traffic reseau incessant... la ou un code HTML ferait la meme chose pour un traffic 100 a 1000 fois inferieur.

Parlons ensuite du streaming, le pire de tout. 1 consultation => 1 transfert!
Mettons qu'une video fasse 1Go.
Le serveur doit la decouper en milliers de paquets. Chacun vont faire quelques tours de planete ce qui consomme de l'energie pendant tout ce transfert.
Certains seront perdus, alterés, il faudra les reexpedier. Mettons que cela concerne 10%: on a alors 1.1Go qui doit etre transfere.

Mais voila on est sur du streaming, pas du telechargement.

La video est transférée par segments, un segment doit etre lu avant que le second ne soit lisible et démarré, et la le serveur attend l'annonce depuis le client, pour passer au segment suivant tout en prenant soin d'effacer le segment lu... ça génère un traffic de plus. Pire on fait un retour en arriere... le segment a deja ete effacé, il faut alors le recharger :(
Mais le pire c'est si on veut revoir la video 3 jours, 1 mois plus tard, il faut recommencer tout le trafic!

Pareil avec le streaming audio. On se dit, la musique c'est moins lourd que la video, donc c'est moins grave.
Ben non, parce que justement le streaming audio repose sur la repetition de la consultation pour generer du benefice.
90% du streaming audio ce sont des morceaux de musique urbaine ecoutés plusieurs fois par jour, plusieurs fois dans la semaine...
A chaque écoute ça génère le même trafic...

Considérons maintenant tout ce qui est encloudage.
La moindre synchro génère plus de données a transférer que la données résidentes...
Apple attribut 5Go a chaque compte iCloud.
Il y a 1.3 milliard d'appareils iOS actifs.
S'ils utilisent les 5Go cela fait plus de 5Go x 1.3 milliard a synchroniser plusieurs fois par jour... ce qui représentes alors des peta octet de transfert de donnees!
tout cela étant parfaitement inutile...

Le fond du probleme c'est que la majorite des transfert par le Web sont inutiles et redondant. Toute cette energie est gaspillée, inutile, injustifiable.

avatar getnuts | 

Et un dialogue de sourd avec cricrac c'est combien de mégawatt ? :) En comptant tous les gens qui se connecte pour y répondre, et les actualisations de la page avec sa pub que cela engendre, je dirais que ça tue au moins 1 ours polaire à chaque paragraphe, bon c'est une estimation bien sûr j'ai pas été sur la banquise pour vérifier :)

avatar Neurotron | 

J'avais la même réflexion avec le format XML. Quel gaspillage ! Stockage, transfert, parser, tout est gaspillé. Et pour quelle raison ? Simplement pour qu'un simple traitement de texte soit capable de le lire ! Alors qu'un fichier binaire lu par un interpréter pourrait être beaucoup plus efficace !!!
@getnuts c'est ton § qui est inutile, méchant et qui n'apporte rien.

avatar jackhal | 

"J'avais la même réflexion avec le format XML. Quel gaspillage ! Stockage, transfert, parser, tout est gaspillé"
Ça dépend comment tu l'utilises. Regarde HTML : c'est un dialecte XML. Et très franchement, le parsing HTML est ultra optimisé, le format est à la fois multi-plateformes par essence, lisible, ce qui est bien pratique, et son parsing ne représente quasiment rien dans la consommation globale d'une page web standard (avec images, CSS, Javascript...).
Pour les fichiers de configuration, c'est parfois bien utile aussi, parce qu'il faut parfois pouvoir les éditer à la main dans des conditions difficiles (genre : à distance avec vi via ssh).

Quant au long post de C1flezkjh, comme très souvent il est bourré d'erreurs. Par exemple, les paquets ne s'amusent pas à faire plusieurs fois le tour du monde. Il est complètement faux d'écrire, à propos des vidéos : "Le serveur doit la decouper en milliers de paquets. Chacun vont faire quelques tours de planete ce qui consomme de l'energie pendant tout ce transfert." : c'est pas pour rien qu'il existe des CDN. Les très grosses boites comme Google ont même souvent des serveurs de cache directement chez les FAI pour raccourcir au maximum les distances (et la latence, et les frais). Cf ce thread, par exemple : https://lafibre.info/peering-google/ggc-google-global-cache-chez-sfr/

Ou encore : "Pire encore avec des framework comme Drupal ou meme Wordpress, qui pour la moindre page genere un traffic reseau incessant... la ou un code HTML ferait la meme chose pour un traffic 100 a 1000 fois inferieur."

Alors là il y a une complète confusion entre coté client et serveur. Drupal ou Wordpress (qui sont des CMS et non des framewords) génèrent du HTML, et c'est ce que le navigateur reçoit. La génération coté serveur est plus longue (surtout s'ils sont mal configurés, ce qui est très fréquent), mais niveau trafic, ça ne change rien avec du HTML statique. Et ce ne sont pas les CMS qui génèrent "un trafic réseau incessant".

Ou encore son truc sur le streaming audio : Spotify, par exemple, permet de mettre en cache les albums et playlist très très facilement, et les morceaux ne sont pas téléchargés à chaque écoute.

Et le comble du n'importe quoi : la synchronisation cloud, où il a l'air de croire que tout le contenu du téléphone est synchronisé à chaque fois. Ce qui est complètement faux : il n'y a que ce qui a changé qui est envoyé, bien sûr. Personne ne fait de synchro en balançant tout à chaque fois. Même la commande de synchro de base, rsync, n'envoie que les fichiers modifiés, compresse à la volée les fichiers pour lesquels c'est utile, peut même n'envoyer que les parties modifiées des fichiers volumineux...
Le cloud reste super énergivore, mais entre envoyer 5Go plusieurs fois par jour et envoyer quelques mégas par jour, ça fait une différence conséquente.

Reste que sur le fond, il y a effectivement une énergie colossale qui est perdue par incompétence ou parce que les développeurs veulent se simplifier la vie, ou parce qu'ils n'ont pas le temps. Par exemple parce qu'ils ne migrent pas de PHP 5.x à 7. Ou parce qu'ils envoient des images 10x plus grosses qu'affichées, en qualité 100% : un grand classique des abrutis qui se convainquent que le JPEG détériore trop leurs images... parce qu'ils repèrent des altérations en zoomant en x10.

avatar inumerix | 

« plus on optimise les systèmes – la mémoire, le stockage, etc. –, plus on favorise de nouveaux usages »

On appelle ça aussi l'effet rebond. En gros plus on optimise pire c'est.
Moins une voiture consomme plus on roule avec.
Plus les trains vont vite, plus on va loin.
On peut décliner cela à l'infini.

La seule solution c'est de faire moins de tout.
On est par sorti de la merde...

avatar Sokö | 

@inumerix

"Moins une voiture consomme plus on roule avec."

Pas du tout. Je roule quand j’ai besoin de rouler, point barre.

avatar marc_os | 

@ Sokö
En fait, il aurait dû dire :
« Moins les moteurs consomment, plus grosses deviennent les voitures ».
En d'autres termes, les constructeurs profitent en majorité de la baisse de consommation des moteurs, toute relative qu'elle est, non pas pour proposer des voitures qui consomment moins, mais surtout pour proposer des voitures qui "en font toujours plus". Plus grosses, plus lourdes, avec plus d'électronique, etc, etc.
D'ailleurs Chrisler ne vend plus de "voitures (car)" aux USA, uniquement des SUV.

avatar Eltigrou | 

@inumerix

Voilà qui est pertinent. Je « plussoie »

avatar Serdinant | 

Si le numérique est un ogre, qu’est l’automobile ? Un trou noir ?

avatar pariscanal | 

@Serdinant

👍

avatar Neurotron | 

Non le contraire : une corne d'abondance de taxes ! Chaque fois qu'un bien est populaire et indispensable, c'est une source inépuisable de taxes.

avatar fousfous | 

Bah on commence déjà par criminaliser l'usage ou la détention de crypto monnaie et on gagne beaucoup en énergie.

avatar Kestar11 | 

@fousfous

Ah mais oui c’est vrai, le système de cryptomonnaie est la cause n°1 de la pollution mondial..

Avant de de dire des âneries, je pense qu’il y a plus urgent comme problème de pollution dans le monde..

avatar fousfous | 

@Kestar11

Bah ça fait quand même tourner l'équivalent de quelques centrales nucléaires juste pour ça... Et c'est produit avec du charbon généralement, donc avant de critiquer les mails faut peut-être virer les trucs inutilement polluant.

avatar Kestar11 | 

@fousfous

Ah oui c’est inutile.. enfin pour l’instant. On en reparlera d’ici quelques années hein 😉
Oui ils doivent considérablement réduire leur empreintes écologique pour que ça devienne viable mais ça se fait pas en un jour.

Sinon des causes plus importantes à mes yeux, suffit de voir toutes les entreprises peu scrupuleuses qui déforeste, déversent des millions de tonnes de dechets, toutes entreprises agro-alimentaires,etc. Ça je pense que c’est bien plus urgents.

Dans tous les domaines, il va falloir faire de gros efforts pour diminuer fortement la pollution mondiale.

Mais bon ça reste un débat sans fin..

avatar fousfous | 

@Kestar11

Dans quelques années? Quand il ne sera plus possible de créer des nouveaux bitcoins? La monnaie s'effondrera toute seule.

avatar Kestar11 | 

@fousfous

Bon j’admets que je n’ai pas été clair.

Quand je parle de cryptomonnaie, je parle surtout de la technologie derrière.. Oui forcément le bitcoin va sûrement pas remplacer la monnaie qu’on a actuellement.

Mais la technologie qui est derrière va chambouler beaucoup de choses je te l’assure.

avatar fousfous | 

@Kestar11

Je parle uniquement du minage, le blockchain lui ne pose pas de problèmes.

avatar sachouba | 

@fousfous :
D'ici quelques années, les cryptomonnaies vont sûrement être passées au "proof of stake" au lieu du "proof of work" actuel.
Contrairement au proof of work, qui nécessite de "miner" pour ajouter des blocs a la blockchain et donc valider des transactions, le proof of stake permettra de faire la même chose sans miner, et donc sans l'énorme consommation électrique qui en découle.

D'ailleurs, d'ici quelques mois, Ethereum (l'Ether est la 2e plus grosse cryptomonnaie) va migrer vers le proof of work.

avatar marc_os | 

Les « crypto-monnaies » sont utiles essentiellement pour les malandrins qui veulent échapper à l'impôt ou masquer leur activité illégale.
Mais voilà, c'est aussi le truc des pseudo-geeks imbus d'eux même et totalement égoïstes.

avatar jackhal | 

"Ah mais oui c’est vrai, le système de cryptomonnaie est la cause n°1 de la pollution mondial..
Avant de de dire des âneries, je pense qu’il y a plus urgent comme problème de pollution dans le monde.."

Non, c'est l'UN DES problèmes les plus urgents. Car ces saloperies de crypto consomment déjà plus que 159 pays dans le monde. Il y a pénurie de GPU pour ces daubes, dont le seul usage concret est... quoi donc, déjà ? La spéculation ? Le blanchiment d'argent ?
Oh, je sais : acheter des jeux sur Steam ? Il faut quand même voir le niveau de connerie qu'on a atteint avec le bitcoin : avoir des transactions "anonymes" pour un compte lié à une personne, de toute façon, et qui seront écrites à jamais dans la blockchain parce que sûr, c'est important de pouvoir remonter le fil de toutes les transactions pour l'éternité.

"Oui ils doivent considérablement réduire leur empreintes écologique pour que ça devienne viable mais ça se fait pas en un jour."
"Mais la technologie qui est derrière va chambouler beaucoup de choses je te l’assure."

Et c'est là où je te le dis franchement : tu n'as rien compris au film. Car la blockchain bouffe énormément de ressources, c'est dans sa nature même de demander beaucoup de puissance de calcul, et de démultiplier le stockage de mêmes données, sur des machines qui sont allumées et reliées au réseau. D'un point de vue écologique, c'est une catastrophe dans tous les cas, et si tu n'étais pas aveuglé par le coté technique, tu le comprendrais immédiatement.

Ce qui est formidable, c'est que pour conserver précieusement les choses et éviter de les perdre ou de les altérer, il y a deux approches : en faire quelques copies et les isoler (par exemple créer des backups certifiés et les mettre hors ligne pour éviter le piratage distant), ou les multiplier pour que leur nombre permette de repérer les exemplaires altérés et pouvoir les remplacer.

En fait, cette deuxième solution devrait être appliquée au vivant, et la première aux données. Mais on a fait l'inverse : on a l'unique réserve mondiale de semences du Svalbard, des espèces qui disparaissent pour de bon, mais par contre, pour des données dont plus personne n'aura rien à foutre dans 2 jours, 1 an, 10 ans, ou peut-être une génération grand max., là on met le paquet. Au détriment de l'environnement et du vivant.

J'ajouterais que les cryptos ne fascinent que les gens qui ne comprennent rien à la philosophie qu'il y a derrière la notion même d'argent, mais c'est une autre (très longue) histoire.

Bref, tout ça pour dire que la blockchain s'inscrit complètement dans le sujet de l'article. C'est une horreur écologique, mais vu qu'il y a encore moyen de se faire de l'argent avec (cryptos), et comme ça a des propriétés techniques intéressantes sur le plan de la sécurité, ça risque de faire passer toute notion extérieure à la trappe.

Moi ce que j'en dis, c'est que oui, ça a des propriétés intéressantes et que ça devrait trouver de réels intérêts, mais qu'on est en train de trop vouloir la généraliser, généralement sans raison valable. L'article parle de l'utilisateur dont on suppose qu'il ne peut pas attendre, donc on surconsomme. La blockchain généralisée pour sécuriser à outrance des choses peu importante, c'est le même genre de problème.

-----------
* https://hackernoon.com/the-energy-consumption-of-the-crypto-world-b20e36...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR