Vers une « étiquette réparabilité » sur les produits électroniques en 2020

Stéphane Moussie |

Après cinq mois de concertation, le gouvernement a présenté sa feuille de route pour développer l’économie circulaire, c’est-à-dire une économie prenant en compte l’ensemble du cycle de vie des produits pour une gestion plus écologique. Parmi les 50 mesures exposées, plusieurs concernent directement Apple et tous les autres fabricants de produits électroniques.

Le gouvernement veut renforcer les obligations des fabricants et des distributeurs en matière d’information sur la disponibilité des pièces détachées. Dans la même veine, il veut une information simple et obligatoire sur la réparabilité des produits à partir du 1er janvier 2020.

L’information serait élaborée sur la base d’un référentiel développé par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie en concertation avec les parties prenantes, ce qui signifie que les réparateurs tiers devraient avoir leur mot à dire en plus des fabricants. Elle prendrait la forme d’un indice de réparabilité sur le modèle de l’étiquette énergie.

Étiquette énergie

Le gouvernement veut également renforcer la mise en œuvre effective de la garantie légale de conformité, qui est parfois « oubliée » par les fabricants. Une enquête de la répression des fraudes (DGCCRF), réalisée en 2016 dans 400 magasins d’appareils électriques et électroniques, a mis en évidence des manquements dans la moitié des cas en matière d’information des consommateurs sur la garantie légale de conformité et la disponibilité des pièces détachées.

La feuille de route mentionne une opération menée en « client mystère » qui a permis de mettre en évidence « des discours faisant l’impasse sur la garantie légale de conformité ou la présentant de manière erronée ou confuse. » Des procédures contentieuses pour pratiques commerciales trompeuses sont en cours, et elles pourraient se multiplier dans les années à venir, car le gouvernement veut faciliter le dépôt de plainte grâce à un portail. Toujours au sujet de la garantie légale de conformité, le gouvernement prévoit de porter au niveau européen une extension de sa durée.

Infographie tirée d’un dossier du Ministère de la Transition écologique et solidaire.

La feuille de route prévoit aussi un renforcement de « l’offre des acteurs de réemploi, de la réparation et de l’économie de la fonctionnalité ». Une des pistes est l’émergence de plateformes de mise en relation des réparateurs avec les consommateurs.

De plus, la DGCCRF pourrait encore être mise à contribution en procédant à des contrôles afin de permettre aux réparateurs n’ayant pas accès aux pièces détachées et documentations de faire valoir leurs droits. Un réparateur tiers norvégien a récemment gagné une bataille judiciaire contre Apple qui entravait ses activités (l’affaire doit encore être jugée en appel).

HOP, l’association qui a attaqué Apple en justice pour obsolescence programmée, estime que les mesures du gouvernement sur les réparations ne vont pas assez loin. L’association défend un abaissement du coût des réparations à l’aide de mesures fiscales, à l’image de la TVA réduite visant à encourager un meilleur traitement des déchets.

Les mesures doivent maintenant être traduites en texte de loi le cas échéant.

avatar fousfous | 

Et sinon un indice de fiabilité ce ne serait pas plus pertinent?
Parce que mieux vaut un appareil fiable qu'un appareil facilement réparable...

avatar Bigdidou | 

@fousfous

"Et sinon un indice de fiabilité ce ne serait pas plus pertinent?"

Et c'est quoi, un appareil fiable ?

avatar fousfous | 

@Bigdidou

Une durée de vie moyenne?

avatar Bigdidou | 

@fousfous

Et tu la calcules comment, ta durée de vie moyenne, pour des produits qui sont mis sur le marché pendant un an, avant le renouvellement de la gamme ?
Même pour un lave vaisselle, comment tu va pouvoir affirmer la durée de vie moyenne du modèle machin ?
La notion de réparabilité est en revanche très concrète.

avatar fousfous | 

@Bigdidou

Mais tu sais qu'il y a des études qui sont faites justement pour savoir ces chiffres? On les voit passer ici, je vois vraiment pas le problème.

avatar ecosmeri | 

@fousfous

Comment veux tu savoir avant que ton produit sortent si il est fiable?

Il y a bien des test realisés en labo mais ils sont souvent bien loin de realité de ce que subissent nos appareils. Mais ca pourrait deja donner une idee mais cela augmenterai egalement le coup de beaucoup d'appareil qui ne subissent pas forcement ce genre de test

avatar fousfous | 

@ecosmeri

Tu connais le principe des études en interrogeant les utilisateurs? Ça permet d'avoir des données assez intéressante si c'est bien fait.

avatar charliedeux | 

@fousfous

une étude utilisateur sur la fiabilité d'un produit pas encore commercialisé ? t'es un malin toi

avatar ecosmeri | 

@charliedeux

🤣🤣🤣🤣
Il persiste en plus. Il est trop fort ce type.

avatar getnuts | 

La fiabilité est déjà couverte d'une certaine manière avec la garantie minimum imposée par l'Europe et la France, de 2 ans je crois non ? Et l'obsolescence programmée étant proscrite, on ne verrait que des super fiable sur des étiquettes de fiabilité, non ? Moi je trouve que c'est bien l'indice de réparabilité, c'est mon premier critère d'achat sur un mac, et c'est pour ça que j'en suis toujours aux mbp pré-rétina, apple n'a pas fait plus robuste et plus réparable depuis !

avatar fousfous | 

@getnuts

Ah non on ne verrais pas que des super fiable, parce que tout le monde ne fait pas des appareils qui durent plus de 5 ans.
Mon MBP de 2013 est aussi costaud malgré le fait qu'il soit "fermé", et je préfère ne pas avoir à le réparer plutôt qu'il soit réparable. Je sais très bien qu'au bout de 5 ans je le changerai si il lache plutôt qu'investir dans une réparation.

avatar getnuts | 

@foufous :
Ya des choses qui sont par définition sur la scelette dans tout produit technologique, comme la batterie. Or, changer la batterie collée d'un mbp retina plat, ça coute un bras, parce que c'est une opération longue, changer le clavier ou le topcase c'est même rédhibitoire...

Pouvoir changer les "périssables" facilement, avoir une réparabilité haute, c'est ça qui te protège de surcout hors garantie.

Tu le dis toi même, tu sais très bien que tu le changera plutot que d'investir dans une réparation... Bah sur un mbp pré-rétina ce dilemme se pose moins, parce que réparer n'est pas aussi cher que d'acheter un nouveau.

Je trouve l'indice de réparabilité très pertinent.

avatar fousfous | 

@getnuts

Oui mais il se trouve que les périssables comme la batterie ont tendance à aller jusqu'à la fin de la vie de l'appareil, la batterie de mon MBP est encore en bon état.
Et même une batterie qui se change facilement n'est pas génial, je me rappelle des 89€ par an que je devais payer en batterie pour mon ancien HP...
A un moment on est plus prêt à mettre même 50€ dans des composants, mon mac je vais aller jusqu'à la fin et comme ça je pourrai m'en acheter un nouveau.
Ce que je veux dire c'est que niveau fiabilité on est quand même bien logé chez Apple, et au final on a pas besoin de réparer.

avatar en ballade | 

@fousfous

"on est quand même bien logé chez Apple"

Donc batterie usée, on jette ? Ta théorie ?

avatar fousfous | 

@en ballade

Batterie qui ne s'use pas comparé à d'autres j'aurais plutôt dit...

avatar en ballade | 

@fousfous

Ah oui maintenant Appl€ est fabriquant de batterie...😳 bientôt des écrans oled peut être?

avatar ecosmeri | 

@fousfous

Ha oui c'est vrai. Donc les iPhone 6,7,8,9,10,x.... ont une durée de vie d'a peine 1,5 ans alors?

avatar Biking Dutch Man | 

@fousfous

Absolument, je n'ai quasiment aucun cas de réparation nécessaire, sauf l'iPhone 5S de mon épouse qui a passé dans le lave-linge... pas de réparation possible dans ce cas! Par contre le design écran bord à bord pour les écrans d'ordinateurs et de téléphone mobile accentue les risques de bris sans protection extérieure (pour le téléphone)

avatar Thaasophobia | 

@fousfous

Totalement, L'industrie connais déjà très bien le sujet et le maitrise depuis longtemps en calculant pour chaque pièce leur MTBF = MTTR + MTTF sur des sujets très complexes comme des machine-outils industrielles ou dans l'industrie aérienne etc...

L'industrie de l'informatique le fait aussi au moment de la production de chaque composant électronique etc... il ne reste plus qu'a calculer le MTBF global du produit assemblé.

avatar niclet | 

Ça serait bien qu’ils fassent la même chose avec certains électroménagers tels que les produits de Breville, Cuusinart, etc qui sont conçus pour être irréparables.

avatar Thaasophobia | 

@niclet

Tous les constructeurs le font déjà pour chacun de leur produit. C'est une information stratégique vis à vis de la concurrence. C'est pour cela qu'ils ne la divulguent pas car ce n'est pas obligatoire.

avatar niclet | 

@Thaasophobia

Ben y a des constructeurs dont les designs sont facile d’accès pour y effectuer des réparations et d’autres qui, pour des produits équivalents, s’efforcent de sceller leurs designs. Je ne crois pas à la théorie de protection de design dans ces cas-ci - ce genre de protection se passe au niveau industriel au moment des conceptions et des dépôts des brevets. Non, ici il est clair que c’est une stratégie brutale d’obsolescence programmée. Ça crève les yeux!

avatar Moonwalker | 

La seule vraie avancée serait d’obliger d’assurer la réparation en SAV sur 10 ans, comme en Californie et… en Turquie !

Le reste c’est du bla-bla pour bobos.

avatar melaure | 

Je trouve que l'upgradabilité devrait autant compter que la réparabilité, car si on ne peut pas changer le stockage dans un produit, c'est comme s'il était irréparable. Il faut le jeter pour avoir plus ... totalement anti écologie !

En tout cas j'aimerais bien voir tous les produits Apple avec un D, ça leur mettrait une bonne claque dont ils ont bien besoin.

avatar MacGruber | 

Top !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR