Amazon ouvre son supermarché sans caisses au public

Nicolas Furno |

Amazon a présenté le concept d’Amazon Go en décembre dernier et après une bonne année de tests avec ses propres employés, après quelques problèmes techniques qui ont retardé les plans initiaux, le géant du commerce en ligne est prêt à ouvrir. Pour rappel, ce petit supermarché urbain d’un nouveau genre ne contient aucune caisse, la promesse étant que vous pouvez entrer en vous identifiant avec un smartphone et qu’une batterie de caméras et capteurs suivent ce que vous achetez pour vous facturer le bon prix à votre sortie.

Un concept futuriste qui a nécessité des ajustements ces derniers mois, puisque l’expérience était initialement bien inférieure aux promesses de la vidéo. On imagine qu’Amazon a réussi à améliorer son système pour corriger ses failles et s’assurer que les bons produits sont bien crédités aux bons clients. Le tout, sans avoir à employer des opérateurs humains derrière les caméras, puisque c’était la solution mise en place pendant les premiers mois de test.

Pour l’heure, il n’y a qu’un seul Amazon Go au monde, le prototype situé à Seattle, au rez-de-chaussée des nouveaux bureaux de l’entreprise. Tout le monde peut entrer dans la boutique à condition de télécharger l’app associée (iOS et Android) sur son smartphone et de se connecter avec un compte Amazon. Une carte de paiement devra être enregistrée spécifiquement pour les courses effectuées dans ce supermarché. L’app sert aussi de catalogue, notamment pour connaître les plats tout prêts disponibles chaque jour, mais elle ne permet pas d’acheter, évidemment, tout se fait sur place.

L’app Amazon Go est déjà disponible sur l’App Store français, si vous voulez voir ce que ça donne. Chaque produit est associé à une fiche, y compris la salade niçoise qui, pour une raison ou une autre, intègre des morceaux de steaks… 🤔 Cliquer pour agrandir

La boutique ressemble à n’importe quel supermarché moderne, à quelques exceptions près (dont les portes façon métro à l’entrée, qui ne s’ouvrent qu’avec le code QR d’un client), et c’est bien le pari d’Amazon. Proposer une boutique modernisée, mais familière, où les clients peuvent agir comme dans n’importe quelle enseigne, mais sortir sans attendre à une caisse.

Amazon ne dévoile pas son jeu, mais il semble évident que ce concept en gestation depuis cinq ans ne va pas se limiter à un supermarché au centre de Seattle. On imagine que l’entreprise va tester son idée avec de vrais clients et non plus seulement ses employés. Et si le succès est au rendez-vous, d’autres Amazon Go dans les grandes villes nord-américaines seront probablement construits. Avant une expansion dans le reste du monde ?

Au plafond, des centaines de caméras (les carrés noirs) suivent tous les clients et surtout ce qu’ils achètent. Les rayons eux-mêmes sont équipés de capteurs qui détectent si un produit est retiré ou remis en place. Photo Recode. Cliquer pour agrandir
Tags
avatar joelpince | 

Quel monde merveilleux où on ne pourra plus sourire à la caissière ou demander un renseignement à un employé. Et je suis sur que le dernier être humain qui restera sera un vigile habillé en Terminator en cas de vol. Tristesse. Mais c’est pas grave, pour communiquer, on a Messenger, les SMS, Tweeter...

avatar lecureuil | 

@joelpince

A part de petites épiceries bio et des
petits commerces de quartier tu connais beaucoup de supermarchés où la caissière te sourit et où un employé va te renseigner ?

avatar zmr | 

Oui, les supérettes autour de chez moi (Auchan, SuperU, Casino, Franprix, etc.).
Ok ça fait longtemps que je n'ai plus mis les pieds dans un "hypermarché", avec ses batteries de caisses. Mes supérettes ont 3 à 5 caisses au plus, rarement ouvertes toutes en même temps, des employés qu'on fini par reconnaitre à force de les croiser et de leur dire bonjour.
Et tout le monde est aimable, y compris le vigile (habillé normalement, pas comme un robocop !) à l'entrée :-)
Bref, il faut bien qu'il y ait quelques avantages aux centre-villes !

Cela dit, je fréquente plus souvent le marché et les "petits commerçants"... Et ce modèle de magasin, comme d'ailleurs l'ensemble du modèle économique d'Amazon me fait horreur.

avatar lecureuil | 

c'est bien ce que j'ai écrit plus haut ;)

petits commerces de quartier

il n'y a plus que les petits commerçants pour assurer un lien social

la grande distrib, il faut y faire ses courses et c'est tout

avatar C1rc3@0rc | 

Ah le concept de la superette, le merchandising de la boutique de quartier... belle création des marketeux employés par les milliardaires de la grande distribution qui ont réussi a refourguer ce concept après avoir éradiqué... l’épicerie de quartier.
Ça donne une impression faussement humaine, une impression que l'on va pouvoir choisir son produit...
Une impression résultant d'un travail marketing particulièrement sournois et efficace permettant de gratter quelques % de PDM dans ce grand jeu de dupe.

Mais a terme, cela va fort heureusement disparaître, comme cette ignominie qu'est l'emploi de caisse.

La strategie d'Amazon est de chercher un moyen pour accélérer le mouvement et de mettre les pieds dans les chasses gardées des mammouth de la distribution.

La suite, c'est la commande/livraison par Internet. Ça n'a que des avantages, mais le consommateur a encore quelques illusions auxquelles il croit et il s'accroche a cette idee "romantique et nostalgique" de l’épicerie de quartier...

avatar pagaupa | 

@C1rc3@0rc

Ah oui? Demande aux elployés d'amazon si c'est ça le progrés...

avatar Claude Pelletier | 

Il est très facile d'avoir des relations humaines avec une caissière, il suffit d'être soi-même un être humain, une personne plutôt qu'un client anonyme et une CB. Les caissières anonymes et portes de prison ne font, souvent, que refléter l'humanité qu'elles croisent.

Voilà, c'est dit.

avatar Claude Pelletier | 

C'est très inquiétant !
Car le nombre d'emplois qui vont rester disponibles pour ceux qui n'ont pu faire (et réussir) de longues études va s'amenuisant. Peu à peu, de plus en plus de personnes vivant sur cette planète seront contraints à vivre dans une précarité douloureuse.
Notre merveilleuse société technologique va devoir s'occuper de la question de l'homme inutile, ou plutôt contraint à l'inutilité.
:—/

avatar AirForceTwo | 

Occuper artificiellement les gens ne sert à rien. Si la technologie est là et devient abordable, je n'imagine pas beaucoup d'entreprises continuer "à l'ancienne" juste pour garder des emplois si la différence en terme de profit est importante.

Pour l'instant, les caissiers/caissières ont de la chance, les solutions d'automatisation en place (les fameuses caisses automatiques) sont tellement mauvaises, décalées par rapport à la technologie disponible que c'en est risible : produits qui ne passent pas, informatique qui plante tout le temps, balances incapables de reconnaitre un produit léger, interface d'il y a 20 ans, incapacité à gérer un panier conséquent, et j'en passe. Mais la vraie automatisation, pas celle pour amuser artificiellement la galerie comme ce que l'on a maintenant, arrive bientôt et va inéluctablement changer la donne pour le personnel.

avatar Bloodwave | 

@Airforce Two

"produits qui ne passent pas,"
Ce n'est pas la caisse qui est en cause, c'est un problème d'activation de produit en amont dans la bdd du magasin, si le produit ne passe pas en CLS, il ne passera pas non plus en caisse normal.

"informatique qui plante tout le temps"
N'exagerons rien...

"balances incapables de reconnaitre un produit léger"
Idem point 1, le poids renseigné dans la fiche article ne correspond pas à la réalité, donc la caisse refuse.

"interface d'il y a 20 ans"
ça rassure la clientèle agée

"incapacité à gérer un panier conséquent"
je ne vois pas de quoi tu parles. De toute façon les CLS sont volontairement fermés aux caddies "ralag".

avatar pagaupa | 

@Bloodwave

Informaticien?

avatar cyrildruesne | 

Les caisses dites automatiques ne le sont pas : c'est le client qui travaille, moins bien que le caissier, mais gratuitement…

avatar minipapy | 

@Claude Pelletier

Il est également possible de redéfinir notre façon de voir le travail.
Le travail (tel que défini aujourd’hui) au centre de la société n’est pas une valeur immuable.

Je joins un article pour expliquer un peu plus à fond mon propos :
https://www.bastamag.net/Je-serais-tellement-plus-utile-au

avatar pagaupa | 

@minipapy

Avec des si, on met Paris en bouteilles...
Et ce ne sont certainement pas nos élites carrièristes qui vont changer le système et encore moins nos planqués d'énarques...

avatar Bloodwave | 

@lecureuil

"tu connais beaucoup de supermarchés où la caissière te sourit et où un employé va te renseigner ?"

Tu devrais faire un stage d'une semaine dans un hyper...

Au bout du 50ème client de la journée incapable de se fendre d'un "bonjour" et/ou d'un "s'il vous plait" alors qu'il s'adresse à toi, à mon avis, toi aussi tu tirerais la tronche.

Si tu interpelles un employé pour un renseignement

avatar Desseaux | 

@Bloodwave

J’ai bossé deux mois en caisse pour payer mes études, j’ai réussi à garder mon sourire.
Je vais plus pointer du doigt le management que les clients pour le coup.

avatar Puff32 | 

@lecureuil

À Paris peut être, chez nous en province, oui. Tu dis bonjour, un petit sourire, tu es aimable elle où il te le rendra. Ça marche dans les deux sens, pas qu’un seul.
J’accepte qlqs caisses rapides mais pas un magasin sans personnel ou caissiers. J’ai une station essence qui a virée les employés pour tout mettre en automatique autour du vieux magasin. Je l’ai boycotté et prends mon carburant ds une station où il y a des humains. Je ne donne pas mon argent à ces porcs qui s’engraissent et vivent comme des pachas sur notre dos, surtout en éliminant la main d’œuvre humaine. J’ai déjà changé bcp de choses sur ce plan? Si vous voulez encore un travail, boycottez ce genre de magasins, arrêtez d’être des moutons dont on se fou éperdument.

avatar pagaupa | 

@lecureuil

Oui j'en connais...
Sortez de Paris.

avatar joelpince | 

@lecureuil

Ben justement, les magasins Amazon sont des petites structures je crois. Même la, on va se faire la gueule...

avatar Seb42 | 

@joelpince

👍🏻 c’est bien dommage mais bon certains diront c’est le progrès... ou la décadence au choix.

avatar TomVar | 

@joelpince

Dans la vidéo de présentation on voit une employée remettre les produits en rayons donc pourra certainement renseigner.
Mais quelles renseignements peut-on demander? Pour rechercher un produit, tu as des jambes et des yeux. Pour la composition c’est indiquée sur les emballages. Je vois pas se que l’on peut demander...

avatar Bloodwave | 

"Pour rechercher un produit, tu as des jambes et des yeux. "

ha ha ha, si seulement. La flemme des clients de supermarché ne cessant de progresser, tu peux mettre tout l'affichage que tu veux, la moitié préfère foncer tête baissée sur le premier employé venu plutôt que de faire fonctionner ses yeux.

avatar Raynaud Kévin | 

@joelpince

Moi qui suis jeune, j’ai hâte que s’est supermarché se démocratise, et soit adopté par les grandes surfaces. Ne plus devoir attendre à la caisse, qu’elle rêve 😇

avatar jeantro | 

@KevinR

Voilà un état d’esprit qui sent bon le renouveau vive la jeunesse 👍👍👍

avatar pagaupa | 

@KevinR

Je connais déjà ton premier achat dans ce genre de supermarché;
Un Bescherelle 😜

Pages

CONNEXION UTILISATEUR