ImageOptim se convertit en service web

Nicolas Furno |

Si vous devez publier régulièrement des images sur le web, vous avez sûrement entendu parler d’ImageOptim. Cet excellent utilitaire est le couteau-suisse de l’optimisation : on dépose les images à réduire et il va utiliser l’outil le mieux approprié en fonction du format. De quoi gagner quelques précieux Ko, voire Mo pour les plus grosses images.

ImageOptim est très pratique et gratuit, mais il a un défaut : il nécessite de passer par un Mac avant de mettre en ligne les images. À l’heure des services en ligne et des appareils mobiles, ce n’est pas toujours quelque chose d’évident et c’est ce qui explique la multiplication des services web dédiés à l’optimisation d’images. De TinyPNG à Kraken en passant par le plus récent (et français) Imagify, ils se comptent par dizaine et il faut reconnaître qu’ils sont bien pratiques.

Pour suivre cette tendance, ImageOptim va, lui aussi, passer du Mac au serveur. L’app macOS va continuer d’exister, mais en parallèle et sur les mêmes fondations, son concepteur met en place une API pour le web. L’idée est la même qu’ailleurs : vous fournissez une image, elle est transférée sur les serveurs du service où elle est optimisée et vous obtenez une version plus légère. Au passage, vous pouvez modifier les dimensions de la photo, ou bien encore la recadrer, ce qui permet de générer des miniatures facilement.

L’API d’ImageOptim fonctionne de deux manières différentes : soit au moment où vous publiez une photo, avec une copie optimisée qui est stockée sur votre serveur, soit à la volée, lors de l’affichage d’une page. Le deuxième mode est plus simple à comprendre : il suffit de prendre l’URL d’une image déjà en ligne (exemple) et de lui ajouter une URL spécifique pour obtenir une version différente (l’image d’exemple, redimensionnée à 630 px de large).

Le mode à l’envoi nécessite plus de travail en amont, mais il est plus pérenne. Cette fois, vous envoyez une photo stockée en local sur votre serveur et le service web d’ImageOptim vous renvoie une autre image, à télécharger également sur le serveur et à proposer cette image aux visiteurs. Et même si c’est plus complexe à mettre en œuvre, on peut d’ores et déjà utiliser ce plugin pour tous les sites WordPress. Le fonctionnement est alors transparent : au moment où l’on publie une image, elle est optimisée et c’est la version allégée qui est insérée sur le site.

Le plugin WordPress optimise les images dès leur mise en ligne. Ici, on a divisé le poids de la photo par six. — Cliquer pour agrandir
Le plugin WordPress optimise les images dès leur mise en ligne. Ici, on a divisé le poids de la photo par six. — Cliquer pour agrandir

Puisqu’il s’agit d’un service en ligne et puisqu’il faut passer par les serveurs d’un tiers, ImageOptim sera payant. Pendant la bêta, on peut tester gratuitement et sans limite ses fonctions, mais malheureusement, on ne connaît pas encore son prix, un critère important si on veut construire un site web en l’utilisant. À titre de comparaison, certains services concurrents facturent 5 $ par mois pour 500 Mo à 1 Go d’images traitées, mais il y a énormément d’écart d’un service à l’autre.

En l’état, rien ne permet de savoir si ImageOptim sera compétitif, mais le service semble complet et bien pensé. Et l’essayer ne coûte rien en ce moment, donc si vous cherchez une solution pour optimiser les images sur internet, vous pouvez créer un compte en laissant simplement une adresse mail.


avatar JonasL | 

L'app pour Mac est juste géniale.

Une question : comment faire pour optimiser de la sorte les images qui sont dans Photo sans les exporter puis les réimporter ?

avatar Nicolas Furno | 

@ JonasL : je ne crois pas que ce soit une bonne idée, mais tu peux le faire depuis le Finder. Clic droit sur la photothèque, "Afficher le contenu du paquet" et tu glisses le dossier Master dans ImageOptim.

Ça doit marcher, mais encore une fois, je ne sais pas si c'est une bonne idée.

avatar JonasL | 

Merci ! Une mauvaise idée vu le risque technique, ou bien sur le principe de compresser les fichiers originaux ?

avatar Nicolas Furno | 
@ JonasL : Photos gère les fichiers originaux, les modifier via le Finder, peu importe la raison, n'est pas un risque que je serais prêt à prendre pour ma part…
avatar mat-u | 

Oui, pas sur que ce soit une bonne idée, vu que ImageOptim supprime les données EXIF etc. J'imagine que Photos s'appuie sur ces informations.

avatar JonasL | 

Ok !

Dommage, car ce serait pas mal de gagner quelques giga sans perdre de qualité sur de photos qui de toute façon sont prises avec des iPhones et caméras numériques de première génération...

avatar jackhal | 

Je viens de vérifier, il y a une option dans les préférences concernant les infos EXIF:
JPEG : Supprimer les commentaires et informations EXIF.

Chez moi elle est décochée, mais je ne sais pas si elle l'est par défaut.

avatar MightyMac | 

@nicolasf "....un petit défaut". Ce n'est pas un défaut vous indiquez vous même qu'ImageOptim est un utilitaire. Il a été pense au départ pour une utilisation "desktop" et remplit très bien son office dans ce cadre. Il s'intègre parfaitement dans un flux d'automatisation par exemple. La mise à disposition d'une version SaaS et d'une API est une bonne chose et va permettre d'étendre le champ d'utilisation d'ImageOptim (plugins pour CMS par exemple).

avatar Nicolas Furno | 
@ MightyMac : un défaut, uniquement dans le sens où l'on publie de moins en moins en passant par un Mac. Depuis un iPad par exemple, impossible d'utiliser ImageOptim jusque-là.

CONNEXION UTILISATEUR