Microsoft teste un nuage sous les eaux

Florian Innocente |

Microsoft teste depuis un an l'idée de plonger des data centers au fond des mers et océans pour y trouver les basses températures dont ils ont besoin. L'un des problèmes auxquels font face ces installations, lorsqu'elles sont installées sur la terre ferme, réside dans la chaleur que dégagent leurs centaines sinon milliers de serveurs.

« Lorsque vous sortez votre smartphone vous croyez utiliser ce miraculeux petit ordinateur, alors qu'en fait vous utilisez plus de 100 ordinateurs dans ce que l'on appelle le nuage » rappelle Peter Lee, un responsable de Microsoft Research interrogé par le New York Times, « Et vous multipliez cela par des milliards de gens, et c'est une somme énorme de calculs à réaliser ».

L'équipe Natick et son premier data center remonté des profondeurs — Cliquer pour agrandir

Un effort qui se traduit par des serveurs qui fonctionnent non stop, avec des besoins en refroidissement massifs, permanents et coûteux. Microsoft, en ce qui le concerne, a plus de 100 data centers à travers le monde pour un coût total d'investissement qui a dépassé les 15 milliards de dollars.

Son projet Natick consiste à placer ces serveurs à l'intérieur de caissons immergés. Sous l'eau, les températures sont plus clémentes et réduisent considérablement la facture énergétique pour le refroidissement de l'air. Il y a lieu ensuite de produire de l'énergie nécessaire à leur fonctionnement en les faisant flotter à basse profondeur, leurs turbines profiteront des mouvements de la houle.

Ce ne sont pas les seuls avantages mis en avant. Il y a la possibilité de rapprocher des utilisateurs ces data centers qui gèrent données et services et de réduire ainsi les temps de latence entre demandes et réponses. 50% des populations vivent près des côtes, estime l'équipe de Microsoft, alors qu'aujourd'hui les propriétaires de data centers ont tendance à les placer loin des villes pour trouver de grands espaces.

Ensuite ces nouvelles fermes de serveurs seraient plus rapidement déployées, de l'ordre de trois mois au lieu de deux ans pour une installation équivalente sur la terre ferme.

Cliquer pour agrandir

Enfin, en imaginant de nouveaux types de data centers, il y aura peut-être matière à faire évoluer les serveurs tels qu'ils existent. Actuellement ils sont conçus et installés de manière à être manipulés facilement par des techniciens. Dans ces capsules, il n'y aura pas de présence humaine, ce qui donne davantage de liberté pour l'agencement des serveurs (plus besoin de raisonner en termes d'armoires sagement alignées). Ce qui implique aussi de les rendre plus fiables, pour qu'ils puissent fonctionner pendant au moins 5 ans sans maintenance physique directe. Au bout de cette période, le container serait remonté en vue d'être replongé après avoir été révisé.

Microsoft a testé concrètement son idée l'été dernier, en plongeant au large des côtes californiennes une capsule de 2,5 mètres de diamètre à 10 mètres de profondeur. Elle y est restée trois mois, armée d'environ 100 capteurs pour mesurer les conditions de son environnement. Les choses se sont bien déroulées, au point que les ingénieurs ont fait quelques tests grandeur nature en reliant leur capsule au nuage de services Azure de l'éditeur.

Face aux inévitables questions environnementales, Microsoft a mené quelques tests. Acoustiques d'abord, qui ont montré que les bruits des disques durs et des ventilateurs à l'intérieur de la capsules étaient effacés par celui du déplacement de bancs de crevettes qui nageaient autour de la capsule. Sur le dégagement de chaleur ensuite, qui s'est révélé « extrêmement faible » s'agissant d'une capsule qui produit sa propre énergie.

Ce ne sont là que des observations préliminaires avec une petite capsule de test. Ce projet n'en est qu'à ses débuts et il est trop tôt pour savoir s'il se concrétisera un jour à plus grande échelle.


avatar pommecroquee | 

Et le réchauffement des océans entraînant la fonte des glaces, ils y ont pensé?

avatar Ginger bread | 

@pommecroquee :
T es au courant que l eau a differentes temperatures dans le monde selon la saison?

avatar zoubi2 | 

@Ginger bread

Oui, et.... ????

avatar Ginger bread | 

@zoubi2 :
Tkt pas les echanges thermiques dans lenmilieu marin sont necessaires pr certaines especes et ce n est pas une chaleur localisee quu va changer quoi que ce soit surtt au vu de la taille du caisson.

avatar marc_os | 

@ Ginger bread
Va dire ça aux poissons du quartier. Car quand même, « vous multipliez cela par des milliards de gens ».

avatar Hercule Poirot | 

@pommecroquee :
Juste une hypothèse, mais la basse température de l'eau a peut-être un effet d'empêcher l'appareil de chauffer plutôt que d'être là pour le refroidir. Partant de là, l'impact devrait effectivement être faible, plus faible en tous cas qu'avec de l'air. Un peu comme "l'astuce" qui suggérait de placer son unité centrale dans un frigo/congélateur afin de la faire tourner à sa puissance maximale sans qu'elle ne chauffe trop. Selon moi, la température ambiante empêcherait la température interne de monter, plutôt que de venir remédier à une hausse.
Je pense que la réflexion sur les températures différentes de l'eau fait référence à la capacité régulatrice de la mer concernant ses températures (la fonte des glaces étant, je crois, un phénomène dû premièrement au réchauffement de l'atmosphère), et à moins de placer un nombre conséquent de serveurs sous la banquise l'impact ne serait peut être pas visible. Après bien sûr ça demande des études de leur part (ce qu'ils font...) notamment sur la question des écosystèmes et des courants marins, mais l'idée est intéressante et l'impact environnemental sûrement moindre.

avatar macinoe | 

"mais la basse température de l'eau a peut-être un effet d'empêcher l'appareil de chauffer plutôt que d'être là pour le refroidir"

Houlaa..

Revoir d'urgence ses cours de seconde de calorimétrie ou mieux, relire le premier principe de la thermodynamique.

avatar crispr | 

@macinoe :
Tu fais erreur, en thermodynamique, la loi fondamentale n’est pas le premier principe qui est une conséquence des lois de la mécanique, mais le deuxième. Elle se ramène à un postulat sur la probabilité pour le système d’avoir une énergie E à une température T donnée, qui est proportionnelle au poids de Boltzmann....

avatar C1rc3@0rc | 

Maintenir la température revient a évacuer le dégagement thermique, donc il y a transfert.
Il me semble que la production thermique de certains datacenter etaient utilisée pour chauffer des habitations.

MS a la une idée pragmatique, sauf pour l'écosystème évidemment....

Mais le principal problème n'est pas la mais plutôt au niveau des émission électromagnétiques: dans l'océan de nombreuses espèces utilisent l'électromagnétisme pour se repérer, chasser, etc.
Et quid de la pollution chimique ?

« Lorsque vous sortez votre smartphone vous croyez utiliser ce miraculeux petit ordinateur, alors qu'en fait vous utilisez plus de 100 ordinateurs dans ce que l'on appelle le nuage »

Au moins ils ont le mérite de mettre les points sur les "i". et encore ils ne parlent pas des infrastructures permettant de faire circuler l'information que les pingreries de dotation en mémoire (SSD) ne font qu'amplifier... tout ça pour finalement exposer l'utilisateur de Twitter et Facebook a encore plus de pub en plus des fadaises qui sont émises et consultées sur ces appareils...

Le cloud, on en a fait des cauchemars, les boites d'info commerciales en ont fait une [triste] réalité... jusque au big bug!

avatar Moumou92 (non vérifié) | 

@Hercule Poirot :
Pensez âne jamais faire d'études de physique... Jamais...

avatar patrick86 | 

"Et le réchauffement des océans entraînant la fonte des glaces, ils y ont pensé?"

Essayez de chauffer une piscine olympique en hiver, avec un smartphone sur lequel vous jouerez à CandyCrush.

avatar FraggyFred | 

Bien sur, et ça fait partie de la réflexion
Actuellement, refroidir un Data Center consomme de l'énergie et … produit de la chaleur
D'où la recherche d'une solution qui offre le même résultat sans les effets induits

avatar aldomoco | 

@pommecroquee "Et le réchauffement des océans entraînant la fonte des glaces, ils y ont pensé?

....le réchauffement de la planète c'est la faute aux vaches, maintenant l'on pourra dire que c'est aussi de la faute aux baleines !
Faut toujours trouver des "boucs émissaires" :-(

avatar mac_adam | 

@pommecroquee : Si t'es Vlad de The Verge, on peut dire que t'as encore réussi ton coup !

avatar Benckes | 

C'est un peu ce que je me demande aussi : si ça devient une pratique usitée à grande échelle, l'impact sur le réchauffement des océans ne sera-t-il pas conséquent ?

avatar Thaasophobia | 

Tu veux dire que ca pourrait avoir plus d'impact sur le réchauffement des océans que les éruptions sous-marines... dont on estime qu'elles représentent 70 à 80% des éruptions sur terre ?
Pas sur, mais à voir...

avatar iphonophile | 

Et pourquoi pas utiliser cette source de chaleur accrue des data centers actuels pour en faire une énergie. Je ne sais pas laquelle mais bon..

avatar PiRMeZuR | 

C'est déjà étudié, voire utilisé. Des startups proposent des radiateurs-fermes de calculs, et des data centers chauffent certains bâtiments publics alentours.

avatar iphonophile | 

Et pourquoi pas utiliser cette source de chaleur accrue des data centers actuels pour en faire une énergie. Je ne sais pas laquelle mais bon..

avatar ovea | 

Q.rad, un radiateur numérique pour se chauffer gratuitement

http://m.futura-sciences.com/magazines/high-tech/infos/actu/d/internet-q...

avatar Goundy | 

@ovea :
Merci pour le lien.
Très très bon concept en tout cas.

avatar ovea | 

Q.rad, un radiateur numérique pour se chauffer gratuitement

http://m.futura-sciences.com/magazines/high-tech/infos/actu/d/internet-q...

avatar guersouf | 

Et pourquoi pas se servir de la chaleur des datas centers pour le chauffer l'eau du chauffage ou de la douche ils sont trop con chez Microsoft

avatar Darcel | 

Donc on peut enfin dire que Microsoft a la tête sous l'eau ?

... Oui d'accord je sors.

avatar iphonophile | 

Et pourquoi pas utiliser cette source de chaleur accrue des data centers actuels pour en faire une énergie. Je ne sais pas laquelle mais bon..

Pages

CONNEXION UTILISATEUR