Témoignage : un mois sous Linux, après des années sur Mac

Nicolas Furno |

Benjamin, notre développeur iOS, n’avait jamais connu que des Mac. Ses parents avaient déjà un Macintosh Plus et il n’a toujours utilisé que des ordinateurs conçus par Apple… sauf contraint et forcé pour ses études. Une fidélité de plusieurs années qui n’est plus d’actualité aujourd'hui : depuis un petit peu plus d’un mois, son Mac personnel ne tourne plus sous OS X Yosemite, mais sous Linux.

« Utilisez un système qui fonctionne : utilisez Linux »

Bien sûr, ce n’est qu’un témoignage, mais un témoignage intéressant : pourquoi un utilisateur de longue date de Mac et d’OS X voudrait changer en 2014 ? Qu’est-ce qui a motivé le changement ? Que peut-on faire sous Linux et qu’est-ce qui manque par rapport au système d’Apple ? On fait le point…

Pourquoi abandonner OS X ?

Il y a plusieurs raisons, évidemment, mais quand on lui pose la question, notre développeur s’arrête surtout sur un problème qui l’a poussé à aller voir ailleurs. Apple a changé le rythme de sorties de son système d’exploitation et depuis quelques années, une mise à jour majeure sort tous les ans. OS X s’est calé sur le rythme de sortie d’iOS, si bien que l’on a tous les ans une nouvelle version.

L’époque des (grosses) boîtes pour OS X est révolue… désormais, tout se fait via le Mac app Store.

Ce rythme annuel est une bonne chose sur le papier. Tous les ans, on a de nouvelles fonctions et OS X a été rapidement enrichi depuis OS X Lion. Sauvegarde automatique, mode plein écran, LaunchPad et plus récemment Handoff et les autres fonctions de Continuité : Apple gâte ses utilisateurs. Mais il y a un revers de la médaille : à sortir une nouvelle version tous les ans, Apple introduit plus de fonctions, mais aussi plus de bugs qui ne sont pas toujours corrigés d’une année sur l’autre.

Ce sont ces bugs qui ont parfois tendance à s’accumuler qui ont fini par exaspérer Benjamin. Et si on lui demande un exemple, la réponse fuse : OS X Mavericks a introduit plusieurs bugs liés à la gestion des images. De fait, Aperçu avait souvent besoin de quelques secondes pour afficher les photos les plus grosses, la fonction Coup d’œil, si pratique en temps normale, était devenue inutile à être aussi lente… Et puis le module pour Coup d’œil, qlImageSize (qui affiche les dimensions et le poids des images), développé également par Benjamin, ne fonctionnait plus avec ce système et n’a pas fonctionné pendant un an.

Heureusement, ce bug a été corrigé avec Yosemite, mais notre développeur n’a pas du tout apprécié la nouvelle interface du dernier système d’exploitation d’Apple. Son avis est, pour le moins, tranché, puisqu’il n’hésite pas à parler de « daube immonde » : les effets de transparence, le choix de Helvetica Neue en guise de police… Les griefs ne manquent pas et la lassitude aidant, il s’est mis en tête d’aller voir ce qui se passait ailleurs. Et puisqu’un système UNIX était une condition sine qua non, c’est du côté de Linux qu’il est allé voir.

Quelle distribution choisir ?

Depuis des années, les soutiens de Linux l’affirment : le temps de Linux est arrivé pour le grand public. C’est souvent l’occasion de moqueries de la part des détracteurs de ce système d’exploitation, ou plutôt de ces systèmes d’exploitation. Même si les distributions Linux évoluent d’une année sur l’autre, même si certaines sont simplifiées au maximum pour convaincre les utilisateurs les moins technophiles, « passer à Linux » est forcément plus complexe que chez Apple ou Microsoft. Et pour cause : il faut d’abord choisir sa distribution.

Des dizaines de CD désormais inutiles… (image automaciej)

Benjamin a opté pour Fedora, une distribution très populaire qui a été dérivée de Red Hat. Ce n’est pas un choix évident, d’ailleurs il le dit lui-même, il aurait très bien pu choisir Ubuntu ou bien encore Linux Mint qui est dérivée de celle-ci. Ce choix est important, car il détermine beaucoup de choses ensuite, tant côté interface que du côté des fonctions. En amont, le choix est aussi essentiel pour ne pas avoir de problème avec le matériel choisi : les distributions Linux ne sont pas conçues spécifiquement pour les Mac et si on en choisit une peu utilisée, on risque d’avoir des problèmes de compatibilités.

Dans ce contexte, le choix de Fedora est une bonne solution : par défaut, quasiment tout fonctionne et Benjamin n’a eu qu’à installer manuellement les pilotes de la carte Wi-Fi après installation (instructions). Certes, c’est un peu contraignant puisqu’il faut être connecté à internet pour le faire, mais c’est très simple et rapide. Bien entendu, il ne faut pas avoir peur du terminal, mais autant le dire d’emblée : même si les distributions ont été simplifiées, les lignes de commande restent souvent un passage obligé.

À part pour le Wi-Fi, l’installation de Fedora s’est faite sans problème sur le MacBook Air de 2013 utilisé par notre développeur. La distribution gère même, sans effort supplémentaire, les touches de fonctions du Mac pour augmenter/diminuer la luminosité de l’écran, du rétroéclairage du clavier et du son. En installant un lecteur musical, on peut aussi contrôler la musique avec les touches dédiées : c’est agréable qu’il n’y ait rien à faire de plus.

Fedora prend en charge les touches de contrôle pour la luminosité de l’écran, du clavier ou encore le volume sonore. Les touches de contrôle pour la lecture fonctionnent elles aussi parfaitement.

Pour ne pas perdre ses habitudes par rapport au Mac, il faut en revanche choisir la bonne configuration de clavier et bien opter pour la disposition des Mac. Par défaut, c’est un clavier PC qui est choisi, ce qui signifie par exemple que le @ n’est pas au-dessus de la tabulation, ou que les tirets se confondent avec les touches dédiées aux chiffres. Restaurer le bon clavier est assez facile toutefois : basé sur Gnome, Fedora dispose d’une application équivalente aux Préférences Système d’OS X. La disposition par panneaux est la même et en quelques clics, on trouve ce que l’on veut.

Les Préférences Système de Fedora

Malgré tout, il y a une différence qui n’a pas trop gêné Benjamin, mais qui déstabilisera sans aucun doute les utilisateurs de Mac : la distribution se cale sur Windows et utilise ctrl au lieu de la touche . Pour fermer une fenêtre, copier un fichier, mettre du texte en gras ou encore pour imprimer, il faut penser à changer ses habitudes, d’autant qu’il n’y a pas de manière simple de modifier ce comportement.

En contrepartie, la touche active une fonction très pratique avec Gnome, le bureau par défaut de Fedora. En apparence, il ne s’agit que d’un Mission Control revisité, puisque cette interface affiche toutes les fenêtres actuellement ouvertes et permet ainsi de passer d’un logiciel à l’autre. Mais cette vue en fait beaucoup plus : sur le côté gauche, on a une sorte de Dock, avec les logiciels ouverts et les plus utilisés ; sur la droite, on a les bureaux virtuels. Mais le plus intéressant dans cette vue, c’est le champ de recherche en haut qui reproduit le fonctionnement de Spotlight.

Le Mission Control de Gnome : en plus des fenêtres ouvertes actuellement au milieu, on a un Dock à gauche, des bureaux virtuels à droite (on les devine à peine) et surtout un champ de recherche en haut qui fonctionne un peu comme Spotlight. Cliquer pour agrandir

Notre développeur a très rapidement pris l’habitude et il faut reconnaître que c’est d’une efficacité redoutable : on appuie une fois sur la touche et on peut immédiatement taper les premières lettres d’un logiciel. Pas de quoi s’émerveiller face à Spotlight ? En un sens, c’est vrai, mais cette fonction de Fedora est rapide, vraiment très rapide. Et on prend vite l’habitude de lancer quelque chose en une seconde ou deux ; comparativement, la fonction d’OS X est d’une lenteur qui paraît infinie.

Cette recherche n’égale pas Spotlight sur le nombre de fonctions toutefois. Gnome est capable de chercher moins de choses et l’écart s’est encore creusé avec OS X Yosemite qui est capable de chercher des informations directement sur internet. Benjamin aurait bien aimé une redirection vers Google, mais ce n’est pas fait par défaut (on imagine que c’est possible de le faire d’une manière ou d’une autre…).

La recherche de Gnome, d’une efficacité assez redoutable. Cliquer pour agrandir

En 2014, on peut donc installer Linux sur son Mac et avoir une machine toujours aussi fonctionnelle. Pour ce MacBook Air par exemple, la machine entre et sort de veille comme il faut, le ventilateur ne s’active bien que lorsque c’est nécessaire et on peut très bien brancher un deuxième écran sur le connecteur Thunderbolt. Malgré tout, il reste quelques défauts qui pourront gêner : par exemple, le trackpad est bien pris en charge, mais a minima. On peut défiler à deux doigts, faire un clic secondaire à deux doigts, mais c’est tout.

Les gestes multitouch ne sont pas pris en compte et potentiellement plus gênant, on ne peut pas laisser un doigt sur le trackpad sans perturber l’utilisation. Si vous avez l’habitude, comme l’auteur de cet article, de laisser le pouce en permanence sur le trackpad, vous verrez vite le problème. Au lieu d’ignorer ce doigt comme OS X, Fedora agit comme si vous aviez vraiment deux doigts en action, ce qui a pour effet de sélectionner du texte, par exemple.

Comme OS X, Gnome affiche quelques informations sur le matériel dans la barre du haut, sur la droite.

Quels logiciels pour remplacer ceux d’OS X ?

Passer sur Linux, c’est bien, mais pour quoi faire ? La question se pose vite, car la majorité des logiciels disponibles sur Mac n’existent pas sur Linux et si vous décidez, vous aussi, de franchir le pas, il faudra changer vos habitudes et en prendre de nouvelles. Naturellement, la question des logiciels et des habitudes se posera différemment selon vos besoins et on évoquera ici ceux de Benjamin, notre développeur iOS et OS X.

Son MacBook Air étant une machine personnelle, ce n’est pas avec cet ordinateur qu’il développe les applications pour MacGeneration. Cela tombe bien, car Xcode n’est disponible que sur OS X, ce qui empêche tout « switch » vers Linux. Sur cet ordinateur, une bonne partie de l’utilisation consiste donc à naviguer sur internet sur ce point, le changement se fera très simplement. Benjamin utilisait Chrome sur Mac, une fois Linux installé, il n’a eu qu’à télécharger le navigateur de Google, se connecter et tous ses signets et tous ses paramètres étaient immédiatement disponibles. S’il utilisait Safari, il aurait fallu préalablement importer ces données dans Chrome ou encore dans Firefox avant la transition, mais cela reste assez simple.

Chrome est aussi disponible sur Linux et vous retrouverez immédiatement tous vos paramètres, les signets, les extensions et même les mots de passe des sites. Cliquer pour agrandir

Les logiciels multiplateformes compatibles également avec Linux ne sont pas les plus nombreux, mais il y en a malgré tout un bon nombre. Dropbox, par exemple, est aussi présent et on peut ainsi retrouver tous ses dossiers dans le navigateur de fichiers de Gnome. Benjamin a toujours un client IRC sous la main et il utilise XChat, que ce soit sur Mac ou sur son MacBook Air sous Fedora. Pour mettre en ligne des fichiers, c’est FileZilla qui a ses faveurs, là encore sur les deux systèmes. Et même s’il regrette son interface d’un autre temps (c’est un euphémisme), il le trouve aussi extrêmement efficace par rapport aux logiciels qui ne sont disponibles que sur Mac.

Parfois, le logiciel qui avait ses faveurs sur Mac n’existe pas sous Linux et dans ce cas, il faut trouver un équivalent. Souvent, c’est facile : pour écrire ou coder, Sublime Text a remplacé BBEdit et TextMate. Pour modifier une image, la recadrer le plus souvent, Gimp remplace Aperçu et cela lui suffit, mais il reconnaît que ses besoins en la matière sont extrêmement limités.

Gimp — Cliquer pour agrandir

Ce n’est pas toujours aussi facile toutefois et notre développeur a vite été confronté à un vieux problème du côté de Linux : les logiciels sont souvent moins ergonomiques, ou moins bien pensés que sur Mac. Pour le mail par exemple, il utilise Thunderbird, mais tout en regrettant son interface triste et son manque de fonctions de base (une extension est nécessaire pour gérer les conversations). Pour les flux RSS et pour Twitter, le choix est encore plus restreint et il est obligé de passer par le navigateur, faute de clients aussi bons que côté OS X (où il utilisait Reeder, notamment).

Même si Benjamin essaie depuis quelques années de ne pas trop dépendre d’Apple et de ses services, il reste quelques éléments bloquants. Par exemple, pour la musique, il n’a pas trouvé d’équivalent à iTunes, qu'il n'apprécie pas forcément, mais qu'il juge « moins mauvais » dans la catégorie. Sur Gnome, on peut installer Clementine (qui est aussi disponible sur Windows et OS X, d’ailleurs), mais on est loin des fonctions proposées par iTunes. Par défaut, une sorte d’iPhoto est installé (Shotwell), mais ne comptez pas sur une transition facile d’un gestionnaire de photos à un autre.

Shotwell, le gestionnaire de photos de Gnome. Cliquer pour agrandir

Benjamin ne joue pas, et c’est tant mieux car le catalogue de jeux compatibles avec Linux est encore plus rachitique que sur Mac. Et puis il n’a pas besoin de monter des vidéos et il ne dépend d’aucun logiciel spécifique à OS X, du moins si l’on excepte Xcode. En faisant la transition d’un système à l’autre, il faut accepter de changer ses habitudes, ce qui implique parfois de ne plus utiliser des logiciels pourtant très pratiques.

De manière générale, Linux reste en retrait sur ce point : ce n’est pas nécessairement qu’il y a moins de logiciels disponibles, mais plutôt que les logiciels qui sont proposés sont souvent moins agréables à utiliser ou moins complets. Par ailleurs, si les distributions grand public, comme Fedora, ont fait des progrès pour chercher et installer de nouveaux logiciels, on reste aussi loin de la simplicité d’Apple. Benjamin a beau se plaindre du Mac App Store et de la politique imposée par Apple, notamment en matière de sandboxing, le logiciel de Fedora qui permet de trouver et installer des applications est nettement en retrait.

L’équivalent du Mac App Store, mais pour Fedora. Cliquer pour agrandir

En apparence, c’est la même chose : on peut chercher des logiciels et les installer en quelques clics, et on peut ensuite les mettre à jour dans une section dédiée. Mais cette « boutique » (où l’on ne peut rien acheter) est bien vide. La plupart du temps, il faudra passer par le site de l’éditeur pour télécharger un logiciel, ou alors utiliser le gestionnaire de paquet de Fedora, yum. Et dans ce cas, il faut ouvrir le terminal et connaître les commandes nécessaires : ce n’est pas difficile, mais tout le monde n’a pas envie de passer son temps dans un terminal…

Puisque l’on parle de logiciels, notons au passage que Gnome dispose d’une fonction à la LaunchPad que Benjamin n’utilise jamais, mais qui rassurera les débutants. Les distributions Linux ont encore des progrès à faire toutefois, même s’il faut noter que certaines sont spécifiquement conçues pour les néophytes. On évoquait dernièrement une distribution basée sur Ubuntu, mais simplifiée en suivant le modèle d’OS X : Elementary OS. C’est sans doute une piste à envisager si on veut abandonner OS X.

Le LaunchPad de Gnome. Cliquer pour agrandir

Pour conclure

Quand on lui demande s’il est satisfait de son passage à Linux, Benjamin n’hésite pas longtemps : il ne regrette pas du tout son infidélité à OS X et compte bien laisser Fedora en place sur son MacBook Air. Du moins, tant que les choses n’évoluent pas du côté d’Apple : on n’efface pas des années passées avec un système d’exploitation et Linux reste en retrait sur quelques points.

Malgré tout, il se demande désormais s’il a encore intérêt à acheter des Mac à l’avenir. C’est bien la preuve que ce que propose Apple ne lui convient plus… et il est le premier à le regretter.


avatar John Maynard Keynes | 

@thauron

C'est sincère, je suis un enfant d'Unix qui pendant fort longtemps fût le seul OS qui pour moi méritait ce nom (Chez MS il a fallut attendre OS/2 puis NT pour que je daigne toucher un PC, pour Mac OS classique il y avait un intérêt bienveillant teinté malgré tout d'un rien de mépris).

J'ai vu avec intérêt arriver le projet GNU (J'y ai même contribué), le Minix de Tanenbaum, puis Linux ...

J'ai beaucoup cru à GNU/Linux mais force est de reconnaitre que sur le poste client MS et Apple ont très largement redressé la barre et que la vision initiale des thuriféraire de GNU/Linux a pris du plomb dans l'aile.

Aujourd'hui, notre infrastructure de serveurs est quasi-intégralement basée dur GNU/Linux, mais seul quelques postes client dédié à des tâches spécifiques repose sur cette OS.

Un poste client sous cette OS reste pour moi un sacerdoce n'apportant in-fine pas grand chose par rapport aux offre leader aujourd'hui.

avatar thauron | 

Mon premier linux était... MkLinux en 1996 sur un PowerMac 7100. J'avais presque tout compilé moi-même (installation de GnuStep & WindowMaker etc... Ghostscript...).
En 2001, j'avais écrit un tuto pour installer LaTeX sur la ß de MacOS X (j'avais réussi à installer une version prévue pour Rhapsody après quelques bidouilles, ainsi que qu'une multitude d'outils UNIX)
J'ai toujours suivi Linux de près amis je suis resté sur MacOS X jusqu'à Mavericks (bien que je regrette beaucoup Snow Leopard), ayant réussi à adapter mes outils pour la version Server que j'ai poussée dans ses retranchement... Version serveur qui est beaucoup plus instable et boguée que Snow Leopard Server, notamment au niveau de l'Open Directory.
J'ai installé il y a un an et demi une distro Linux Mint sur un intel Nuc, qui tourne à merveille, notamment la dernière version qui est une version à long terme.

Je garde ma version Server et un Mac mini que je ne ferais plus évoluer niveau OS...

On disait dans les années 80 qu'heureusement qu'Apple avait perdu la bataille face à Micro$oft parce que sinon elle aurait fait pire que M$... Le présent semble donner raison à ce postulat en estimant qu'elle ne fait pas mieux niveau mépris du consommateur.

avatar John Maynard Keynes | 

@thauron

Je trouve tes propos par trop outré quand même, tout ne me semble pas aussi noir que tu le prétends ;-)

avatar Lestat1886 | 

@thauron :
Insupportable en quoi dans un travail pro?

avatar YAZombie | 

Rien, c'est de l'opinion subjective qu'il fait passer pour du rationnel. Comme s'il était critiquable de fonctionner sur sa subjectivité! Alors que la chose critiquable c'est de faire passer sa subjectivité pour du rationnel…

avatar thauron | 

C'est immonde comme interface... retrouver des objets graphiques finit par donner mal au crâne quand tu reste toute une journée et quand tu peux être naturellement prédisposé aux migraines ophtalmiques.

avatar patrick86 | 

"Par exemple, l'évolution déplorable de Mac OS X Server depuis l'arrivée de Lion..."

OS X Server n'a plus — s'il l'a eu un jour — vocation à être un OS pour gros serveur de "houf malade de la mort qui tue". Par contre, il répond bien à des besoins légers pour des gens qui n'ont pas trop envie, ou le temps, de passer beaucoup de temps à configurer un serveur pour des services de bases. Typiquement pour une petite entreprise ou une famille.

Remplacer OS X Server par autre chose n'interdit pas de continuer à utiliser OS X sur les postes clients.

avatar 6ix | 

Chacun ses goûts et ses envies, je ne remettrai jamais ça en question.

Mais j'ai presque l'impression que certains points ont plus valeur d'excuse pour changer que de réelle justification.

La mise à jour annuelle d'OS X?
Si on n'aime pas ça, on ne prend pas un Linux...

L'interface?
Une question de goûts. Mais dire "j'aime pas ça" et prendre autre chose sans avoir testé de long en large si on aime pas *plus* cela, ça n'a pas de sens. Si je n'aime pas l'Helvetica, je regarde d'abord si je n'ai pas un moyen de la changer; je ne change pas entièrement de système pour me retrouver avec ma police favorite (Marker Felt?).
Ok, ce n'est pas qu'une question de police, mais il s'agit plus ici de désir de changement que de points particuliers dirait-on.

Il est développeur iOS.
Ok de passer à Linux... mais il faudra toujours un Mac, au moins pour la finalisation de l'app. Il pourra bien se passer d'Xcode, mais y a-t-il vraiment un intérêt dans ce contexte?

Ensuite pour tout ce qui est des outils développeurs, il faut avouer qu'aujourd'hui OS X offre une excellente balance entre la capacité à obtenir des outils de dev (Homebrew, Ruby, bash, base unix, etc) tout en offrant un environnement très agreable (éditeurs de texte, de code, d'images, etc.).

Donc rien à redire sur le choix de cette personne, mais ça reste à mon sens tout à fait personnel, et pas forcément utile pour qui essaie de comprendre ce qu'il aurait à gagner ou à perdre en changeant.

avatar RyDroid | 

"La mise à jour annuelle d'OS X?
Si on n'aime pas ça, on ne prend pas un Linux..."
Pourquoi ? La majorité des distributions ne propose à chaque nouvelle version du noyau. Les distributions qui sont supportés à long terme (comme Trisquel, gNewSense ou Debian) utilisent généralement des versions du noyau Linux supportés à long terme.

avatar arnaud06 | 

J'ai lu cet article avec intérêt.

Et j'ai vraiment l'impression d'un caprice de bidouilleur.

Les raisons du rejet d'OSX sont ridicules ... On dirait que le gars s'est creusé la tête pour trouver une justification ... Et voilà les bugs d'il y a 2 ans qui reviennent ...

Et les conditions d'installation et d'utilisation semble à la portée d'un développeur ... Mais pour le commun des mortels :-/

La plupart des logiciels inexistant ou en retrait par rapport à leur alter ego Mac ... Ca donne envie quand même :-/

L'usage principal décrit ... Surfer sur internet ... Bah dites à votre développeur de prendre une tablette (iOS ou Android) Ca marche très bien et en plus on gère facile sa musique et ses photos/vidéo.

En fin de compte cet article confirmé mon choix de surtout pas aller sur Linux

avatar IGerard | 

C'est une lassitude, ça peut se comprendre...

La solution : être contraint à faire du cross plate forme quotidiennement, le manque alors nous fait désirer très fort OSX

Comme un amour jamais satisfait...

avatar Wolf | 

J'me demande quand même si Benjamin ne devrait pas arrêter de fumer des substances illégales ;)
Passer sous Linux c'est se priver de tellement de chose sans forcément y gagner plus. Le jour ou il aura un vrai problème je le plaint pour le résoudre rapidement, vu que la recherche dans les forums etc est loin d'être efficace.

De plus être obligé de passer par la ligne de commande pour tout est presque n'importe quoi me fait penser a un retour à la Russie sous Staline.

J'ai des Macs et que des Macs. Aucune raison valable pour changer de crèmerie. Je ne vais certainement pas laisser tomber mon iPhoto pour un truc a la mort moi le nœud qui en fera de toutes manières largement moins et moins bien, sans oublier iTunes qui me permet d'acheter légalement de la musique sans me prendre la tête, et je ne parle même pas de Photoshop et consort qui n'ont pas franchement d'équivalent.
Tous ça pour dire que les quelques bugs minimes ne vont pas me faire changer d'avis

avatar John Maynard Keynes | 

@Wolf

J'me demande quand même si Benjamin ne devrait pas arrêter de fumer des substances illégales ;)

N'allons pas jusque là, une bonne méthode de gestion de la collée et de la rancoeur devrait suffire :-)

avatar Vanton | 

@Wolf :
iPhoto étant condamné à court terme, c'est pas vraiment un argument massue...

avatar John Maynard Keynes | 

@Vanton

Ce n'est pas parce qu'Apple a le courage d'acter qu'iPhoto est devenu un héritage obsolète sur lequel on ne peut au mieux que poser des cautère qu'il n'aura pas de successeur.

Sur le Digital Media, le libre a beaucoup de mal à proposer des outils au niveau

avatar RyDroid | 

Il n'y a pas que les forums (qui de mon expérience permette de trouver généralement les réponses voulues), il y a par exemple aussi les documentions, les listes de discussions et les groupes d'utilisateurs de Linux.

"De plus être obligé de passer par la ligne de commande pour tout est presque n'importe quoi me fait penser a un retour à la Russie sous Staline."
C'est un vieux mythe totalement faux. As tu déja essayé Trisquel ou un GNU/Linux supporté à long terme avec GNOME, KDE ou Cinnamon ?
De plus, pourquoi comparer un vieux mythe sur le confort à une tyrannie ?

"Photoshop et consort qui n'ont pas franchement d'équivalent"
GIMP pour Photoshop ? Inkscape pour un truc d'Adobe ? Blender pour Maya ?

avatar BeePotato | 

@ RyDroid : « "Photoshop et consort qui n'ont pas franchement d'équivalent"
GIMP pour Photoshop ? Inkscape pour un truc d'Adobe ? »

Ben justement, pour ces deux exemples il ne s’agit pas vraiment d’équivalence.

avatar RyDroid | 

Ils ont certes apparemment un peu moins de fonctions, ce sont des équivalents un peu moins évolué, mais ça ne les rend pas très différent en terme d'usage. De plus, pour la majorité des usages, un nombre incroyable de gens me semble utilisé à 5% au plus ces outils (après les avoir souvent obtenu illégalement) (je fais le même constat pour MS Office), il n'y a clairement pas besoin de logiciels aussi gros (j'inclue GIMP et Inkscape dedans).

avatar pecos | 

Je suis hélas assez d'accord avec le constat de Benjamin, l'interface est une vraie daube.

Mais pas avec la conclusion.
Pourquoi se faire chier à aller voir du côté de Linux alors qu'il est tellement plus simple de réinstaller un bon vieux Snow Leopard, qui a tout ce qu'il faut et est parfaitement stable et performant ?
C'est se compliquer la vie.

Personnellement, lorsque je développe mes apps, je fais tout sous Snow, (Xcode 3 ou 4) sauf de très rares étapes finales de compilation où je garde sous le coude un Mavericks ou Yosemite pour complaire à Apple.
Avec plusieurs partitions et/ou SSDs c'est ce qu'il y a de plus simple.
Tous mes autres logiciels de production tournent toujours sous Snow.

Comme l'OS démarre en quelques secondes, ce n'est pas franchement contraignant et comme ça on peut garder tout le flux de création sur un système éprouvé et confortable.

avatar IGerard | 

@pecos :
Une vrai daube ?

Je trouve l'interface super agréable... Excepté la fenêtre de Spotlight trop petite...

Tu exagères juste un peu ;)

avatar pecos | 

Un tout petit peu, alors. ;-)

Note que, de mon côté, ce n'est pas ce que je reproche le plus aux dernières versions d'OSX.

C'est plutôt d'avoir de plus en plus une impression de "mal fini" ou "plein de petits ralentissements".
Chose que je ne voyais pas avant.

Pour moi, dans une interface graphique, TOUT doit s'ouvrir instantanément, sans à-coup, sans ce petit "temps de réflexion" qu'on voit de plus en plus.
Et de façon logique et cohérente.

Ça n'est plus le cas à partir de Lion, et ça empire.

Et il n'y a pas que ça, par exemple : pourquoi maintenant dans le dock quand je passe d'une pile présentée en grille à une autre, aussi en grille, je suis obligé de faire deux clics au lieu d'un (un pour fermer la grille 1, un deuxième pour ouvrir la grille 2)
C'est ça, la nouvelle logique façon Apple ?

Tu peux trouver PLEIN de petits détails de ce genre dans les nouvelles versions d'OSX.
Des détails qui tuent.
Qui te prouvent le laisser aller des équipe de dev, et surtout leur soumission de plus en plus grande au principe de profit immédiat.
On ne compte plus maintenant que sur les "nouveautés" pour appâter de nouveau clients.
Et tant pis s'il traine des tas de bugs partout non résolus d'une version à l'autre.

Définitivement, je préférerais qu'Apple travaille sur ses softs (iWork, FCP, Logic, etc...) et arrête de sortir un nouvel OS tous les ans.
On n'en a que foutre.
On pourrait toujours travailler parfaitement avec Snow (ou même Tiger), avec éventuellement quelques ajouts.
Fondamentalement RIEN n'a changé depuis ce temps, de toute façon.

avatar John Maynard Keynes | 

@pecos

Essayes de faire prospérer une société avec tes grandes idées, on en reparlera :-)

avatar aldomoco | 

@John Maynard Keynes

Ce n'est pas parce que Pesos est à l'ouest que ses opinions ne valent pas l'Etienne ;-)

avatar John Maynard Keynes | 

@aldomoco

Nous en reparlerons le 26 décembre avec les Stéphanois ;-)

avatar patrick86 | 

"Tu peux trouver PLEIN de petits détails de ce genre dans les nouvelles versions d'OSX."

Des détails sont moins bien qu'avant, d'autres sont mieux. En fait, ça dépend de l'utilisation que chacun à de OS X.
Des fois aussi des choses reviennent. Yosemite a par exemple réintroduit le retour arrière avec 3 doigts sur le trackpad dans le Finder.
Encore sous Yosemite, on peut passer d'un pile de dock à une autre avec un seul clique sur l'icône de la deuxième, si c'est ce dont tu parles.

--

"Qui te prouvent le laisser aller des équipe de dev, et surtout leur soumission de plus en plus grande au principe de profit immédiat."

Dans la mesure où les logiciels Apple — exceptés ceux estampillés "Pro" — sont inclus à l'achat du matériel — quand Apple ne fait pas carrément du blanchiment de versions trouvées dans la cale d'un bateau pirate —, et non facturé séparément, cet argument ne tient pas.

Les logiciels Apple sont une plue value au matériel, un atout pour appâter le client et l'attirer vers ce qui rapporte des dollars : le matériel.

--

"On pourrait toujours travailler parfaitement avec Snow (ou même Tiger), avec éventuellement quelques ajouts.
Fondamentalement RIEN n'a changé depuis ce temps, de toute façon."

Non… rien du tout. Absolument rien du tout n'a changé dans OS X entre Tiger et Yosemite.
Y'a juste eu un changement d'architecture processeur, un passage au tout 64 bits, des ajouts de fonctions (et suppressions d'autres) et des changements esthétiques.

avatar pecos | 

Même si tu avais raison au sujet de l'architecture processeur, tu serais hors sujet : on parle d'interface, là.
Pas de choses invisibles pour l'utilisateur.
L'utilisateur s'en fout, de l'architecture, pourvu qu'il ait un OS stable, rapide et moderne.
Raye les deux premières mentions et tu as Yosemite.

Mais en plus, tu t'es planté : Tiger tournait déjà en natif sur architecture Intel Core.

Aucun changement donc avec Yosemite du côté architecture.
Renseigne toi avant de sortir une bêtise.
Fin du HS.

avatar patrick86 | 

@pecos :

"Même si tu avais raison au sujet de l'architecture processeur, tu serais hors sujet : on parle d'interface, là.
Pas de choses invisibles pour l'utilisateur."

A ok, mais alors pourquoi dire que rien a changé ? oO

"L'utilisateur s'en fout, de l'architecture, pourvu qu'il ait un OS stable, rapide et moderne.
Raye les deux premières mentions et tu as Yosemite."

Chez moi Yosemite est stable et rapide.

"Mais en plus, tu t'es planté : Tiger tournait déjà en natif sur architecture Intel Core."

Merci d'éviter de me faire dire ce que je n'ai pas dit.

Tiger était distribué en 2 versions, une PPC et une x86.
Leopard était en version unique.
SL ne supportait plus le PPC.
Lion a laissé Rosetta dans le passé.

"Aucun changement donc avec Yosemite du côté architecture."

Par rapport à Mavericks ? Non, effectivement, c'est grosso modo le même. Là encore, je n'ai jamais dit le contraire.

avatar YAZombie | 

Il me semble qu'on ne peut pas installer SL sur une machine nouvelle, si? Ta solution ne peut fonctionner que si on a un Mac suffisamment ancien, je crois, donc fatalement limitée et pas nécessairement applicable à Benjamin.
Par ailleurs, une fois de plus, Benjamin n'utilise Linux pas pour son boulot mais à titre personnel. C'est quand même écrit au moins deux fois…

avatar pecos | 

Tout à fait.
Il faut un des derniers macs à faire tourner Snow.
Ou un hackintosh.

J'avais bien compris qu'il ne l'utilise pas pour son boulot... risque pas de trouver XCode sous linux, tiens.

avatar Vanton | 

@pecos :
Snow n'est pas installable sur un ordi récent il me semble...

avatar Doctomac | 

Sincèrement, tout cela est une farce. Je ne vois absolument pas l'intérêt de passer pour des distributions Linux qui finalement reprennent en moins bien le look and feel d'OS X.

Dans les critiques apportées, je le rejoindrais uniquement pour les lenteurs de Coup d'oeil lors de l'aperçu de gros fichiers.

Sinon, le reste c'est vraiment un grand art de mauvaise foi.

"mais notre développeur n’a pas du tout apprécié la nouvelle interface du dernier système d’exploitation d’Apple. Son avis est, pour le moins, tranché, puisqu’il n’hésite pas à parler de « daube immonde » : les effets de transparence, le choix de Helvetica Neue en guise de police…

C’est l’hôpital qui se moque de la charité ! Quand on voit la qualité de vos applications, je ne crois pas que monsieur est en mesure de donner des leçons. Par ailleurs, la transparence est désactivable, la police peut être changée (votre développeur ne vous lit pas ?) et je trouve surréaliste d'écarter un OS comme OS X pour ces détails tant l'OS apporte de fonctionnalités.

"on appuie une fois sur la touche et on peut immédiatement taper les premières lettres d’un logiciel. Pas de quoi s’émerveiller face à Spotlight ? En un sens, c’est vrai, mais cette fonction de Fedora est rapide, vraiment très rapide. Et on prend vite l’habitude de lancer quelque chose en une seconde ou deux ; comparativement, la fonction d’OS X est d’une lenteur qui paraît infinie."

Je ne comprends pas ce que vous racontez, c'est presque un mensonge. La recherche Spotlight permet aussi de lancer en une seconde ou deux les applications.

On attribue Spotlight à une touche du clavier, on appuie une fois sur la touche et on peut immédiatement taper les premières lettres d'un logiciel. À ce moment, Spotlight affiche presque instantanément l'app en question (penser à mettre les applications en haut de l'ordre d'apparition dans les préférences de Spotlight).

Mieux, on peut aussi utiliser le LaunchPad qui est tout aussi rapide mais dédié aux applications. Avec une touche clavier, on active LaunchPad et on peut immédiatement taper les premières lettres d'un logiciel dans le champ de recherche Spotlight et de suite Spotlight affiche l'app en question.

Sincèrement, je ne vois pas ce qui prend un temps infini.

Par ailleurs, dans Fedora, on a là encore une simple copie de Mission Control. Au centre, les fenêtres ouvertes ; à droite un Dock avec les apps utilisées, bien comme le Dock de OS X mais qui est en bas ; à gauche les espaces à peine visibles, bien comme OS X mais dans ce cas disposés en haut. La seule différence est la barre de recherche qui, conceptuellement, n'a pas de sens dans la mesure où quand on active Mission Control c'est pour visualiser les fenêtres et les espaces mais pas pour lancer une recherche.

avatar lmouillart | 

[supprimé]

avatar Doctomac | 

Ahh Mission Control est passé de Linux à OS X ???? Exposé est passé de Linux à OS X ????

Encore une fois, arrêtez avec vos affirmations sans fondements. Machin Tracker n'est pas plus efficace que Spotlight où on me le démontre clairement.

avatar lmouillart | 

[supprimé]

avatar Doctomac | 

Tu racontes n'importe quoi avec ton affaire de développement, je ne sais pas quoi. Expose est apparu pour la première fois au monde dans OS X, de même que MC. Ensuite, on a vu ces fonctionnalités simplement copiées par les différentes distributions Linux.

Tu racontes n'importe quoi avec ton Looking Glass qui n'était pas un OS mais un projet d'environnement graphique de Sun utilisable pour Linux ou Windows. L'idée reposait sur un environnent 3D qui a fait un bide absolue au point que le projet est aujourd'hui mort. Il y a avait une gestion des fenêtres en 3D qui a plutôt inspiré Microsoft et sa fonction flipmachin (aussi un bide) mais qui est différent de Exposé puisque ce dernier consiste à étaler les fenêtres sur un plan.

Concernant ton Tacker, c'est toi qui le dit et venant d'un anti-Apple régulier sur ce site, on est en droit de s'interroger sur la véracité de tes propos.

avatar lmouillart | 

[supprimé]

avatar Doctomac | 

"Mission Control est sorti bien après les premières implémentations de l'équivalent dans Gnome."

Encore une affirmation sans fondements.

"Les premières versions de LG ne fonctionnaient pas sous Windows.
L'interface d'OS X et en particulier exposé n’est pas non plus un OS."

Oui mais il était destiné aux deux OS et justement Expose est une fonctionnalité d'OS X. Par ailleurs, encore une fois, là où l'un a fait un bide l'autre est un succès. De ce constat et de facto, les deux fonctions ne peuvent pas être similaires.

"Bien que la logique de positionnement des fenêtres entre Looking Glass et Exposé diffère :
Horizontale pour LG, et sous forme pavée pour Exposé, la logique est strictement identique."

La logique de trouver un moyen de visualiser des fenêtres est aussi vieille que la notion de l'OS et tout est question d'implémentation. En l'occurence, tu le reconnais toi même, les deux fonctions sont différentes et de facto, on ne peut donc pas dire que Expose vient de Linux. Par ailleurs, je le rappelle, LG a été un projet abandonné avec toutes ses fonctions exotiques et mal pensées en terme d'interface utilisateur (c'était beau à voir en démo mais sans plus) alors que Expose fut une fonctionnalité à succès utilisées par des millions d'utilisateurs.

"Il semble que l'auteur de l'article le pense aussi. Je ne suis pas anti-Apple, je trouve juste leurs logiciels médiocres, voire mauvais, le matériel est plutôt bon."

Comme je l'ai écrit, l'auteur raconte n'importe quoi. Même sur mon MacBook pro de 2008 sous Yosemite, Spotlight est rapide et affiche les apps recherchées en "une seconde ou deux".

Encore une fois leur logiciel est médiocre mais PCMag parle de meilleur OS pour Yosemite :

http://www.pcmag.com/article2/0,2817,2461387,00.asp

Leur logiciel est médiocre mais Final Cut est redevenu la référence dans le domaine. Leur logiciel est médiocre mais il n'y a rien d'équivalent à imovie ou Garageband.

avatar lmouillart | 

[supprimé]

avatar Doctomac | 

"Pardon ? Regardez donc les sorties des implémentations des deux solutions.
Côté Gnome, cela date de fin 2009 https://git.gnome.org/browse/gnome-shell/tag/?id=2.27.0"

Où est Mission Control ?

"Les concepts de LG ont été repris à la fois dans OS X, puis dans Windows, cela doit faire pas loin du milliard d'utilisateurs, même si le projet n'est plus très dynamique, la voie proposée à été suivi par tous."

Mise à part la possibilité de personnaliser une app en la retournant (on retrouve ça dans les Widgets de OS X) et l'anecdotique Dock 3D (LG reprenant déjà le concept du Dock de OS X), on n'a rien et surtout pas Expose.

"À part iMovie qui est très mauvais, je n'utilise pas les autres logiciels cités."

iMovie n'est pas médiocre et si tu n'utilises pas tous les logiciels d'Apple, abstient toi de dire que LEURS logiciels sont médiocres.

"Nous sommes donc au moins deux à visiblement raconter n'importe quoi.
"

Tout à fait ! Au moins tu sais compter.

"Leur teste commence pour le moins plutôt mal :
"In our testing, Yosemite was blazingly fast on a MacBook Pro with a Retina display, and, unsurprisingly, a bit slow on a 2010 MacBook that's also sluggish with everything else.""

Sur un MacBook 2010 sans précision de la configuration et il précise "a bit". Par ailleurs, il dit que le dernier OS sur une machine récente est "blazingly fast", ce qui démolit ce qui est dit dans cet article.

avatar lmouillart | 

[supprimé]

avatar Doctomac | 

"Sorti après les ères implémentations de Gnome-shell, vous êtes bien trop intelligent pour poser ce type de questions.

Je ne vois toujours pas MC. Où est MC dans ce Gnome en 2009 ?

"Si c'est la même chose, les fenêtres sont implémentées sur des surfaces OpenGL et réduites, seul la disposition sur l'écran change, encore une fois vous êtes bien trop intelligent pour faire ce type de remarque."

Vous l'avez dit vous même, les deux sont différents. Dans LG, on avait une approche en 3 dimension absolument pas pratique et rapidement abandonnée. Dans Expose on a une approche 2D bien mieux pensée, qui a fait le succès d'OS X et copiée par Linux et bientôt par Windows.

"non c'est un mauvais logiciel.
OS X est médiocre, iWork est mauvais, iTunes une lourde usine a gaz, iOS est moins mauvais qu'il ne le fut.
Garage Band, et Final Cul sont peut être bon ?"

iMovie est un excellent logiciel de montage pour grand public. Il n'y a rien d'équivalent dans Linux et Windows. Je vais rester neutre avec toujours un test de la version 10.0 par PcMag :

http://www.pcmag.com/article2/0,2817,2426743,00.asp

On peut lire " Apple's newly designed entry-level video editor makes creating gorgeous digital movies a breeze."

Et encore la version 10 a progressé depuis avec la version actuelle 10.0.6.

OS X est le meilleur OS et ce n'est pas moi qui le dit :

http://www.pcmag.com/article2/0,2817,2461387,00.asp

SI OS X est médiocre que dire alors de Linux et Windows ?

Aussi Arstechnica ne parle pas de médiocrité :

http://arstechnica.com/apple/2014/10/os-x-10-10/

iWork n'existe plus c'est trois logiciels indépendants Pages, Keynote et Numbers. Pages est moyen, Keynote est excellent et Numbers est bon.

iTunes comme étant une usine à gaz, ça ne veut rien dire ou c'est ce que l'on dit quand on a rien à dire.

iOS fut mauvais mais ils révolutionné le logiciel sur téléphone et tout le monde l'a copié....mais il faut mauvais. Clairement, tu n'as aucun crédibilité.

avatar lmouillart | 

[supprimé]

avatar Doctomac | 

"Ici : gnome-shell-2.27.0/js/ui/workspace.js

Tu te fous de moi, la page est une erreur.

"Au risque de me répéter les deux technologies sont strictement identiques dans leur fonctionnement, seul la présentation change, passant d'une représentation de la liste des fenêtres en 1D (axe horizontal) à 2D (pavage sur un axe X et Y et non pas votre curieux 3D).

Au risque de me répéter, ça ne peut pas être identique. Oui le machin de LG était une approche en 3D (le projet s'appelait 3D Desktop environment) où les fenêtres peuvent se manipuler dans tous les sens sans logique fonctionnelle. En fait, les fenêtre ouvertes de toutes les applications se projetaient dans un environnement 3D et il n'y avait pas vraiment de logique à la Expose de donner à l'utilisateur la possibilité de pouvoir voir toutes les fenêtres de manière lisible et rapide. Bref, tu racontes n'importe quoi, c'est ahurissant.

"Microsoft est l'OS leader dans le monde du desktop avec un écrasent 95% de PDM.
"

Par par sa qualité mais par son business model qui a consisté à lier Windows à la vente de PC pas cher. Ce n'est pas Windows qui a fait succès mais le PC pas cher.

"Coté performance, ces deux systèmes sont plus rapides en 2D, 3D, opération sur le système de fichier et sur les opération cpu."

blabla...là encore aucuns fondements.

"iTunes est lent et ses fonctions de base ne sont pas robustes, les fonctions avancées comme iTunes Match fonctionnent tellement mal que même les plus consciencieux finissent par jeter l'éponge.
En outre, niveau utilisation, c'est un foutoir sans non qui mélange allègrement fonctionnalité de synchronisation, d'achat, de gestion de bibliothèque, de streaming, de gestion de photo, d'applications, et j'en passe.

Je peux te rejoindre en disant qu'Apple devrait maintenant faire le nettoyage dans son code. Mais dire que iTunes est lent est un mensonge. On l'oublie souvent mais iTunes est déjà un excellent organisateur de musique. On ne gère pas les photos avec iTunes mais c'est vrai que le logiciel a plusieurs fonctions en relation avec les iDevises mais le tout est parfaitement orchestré.

Dans la version 12, nous avons à gauche dans la barre du haut les différentes bibliothèques que l'on choisit : musique, films, séries, apps. Dès que l'on clique sur une bibliothèque, les icônes de la barre au centre s'adaptent. Quand on clique sur Musique, le logiciel propose alors Ma musique, itunes Store, Liste de Lecture, match. Quand je clique sur apps, le logiciel affiche mes apps, mes apps iPhone, mes apps Ipad, Mise à jour , AppStore.

C'est très intuitif, très simple, je ne comprend pas la difficulté.

avatar lmouillart | 

[supprimé]

avatar Doctomac | 

"Tu te fous de moi, la page est une erreur."
Le fichier javascript est dans le tar.xz du dépôt git indiqué au dessus dans le fil de discussion :"

Je m'en fou de ton fichier javascript. Montre moi une image, un article qui montre Mission Control. C'est simple quand même.

"Non la représentation des fenêtre lors de l’aperçu complet était 3D, leur mise en place était en 1D sur un axe X, essayez au moins de faire semblent de comprendre.

????. Encore une fois, LG ne proposait pas de fonction destinée à visualiser toutes les fenêtres ouvertes. Il proposait juste de manipuler les fenêtre dans un environment 3D et ça été un fiasco.

"Non puisqu’à ce moment là Apple proposait des publicités comparatives qui prouvaient par A+B qu'un Mac était moins cher."

Microsoft a dominé en pdm bien avant la campagne publicitaire d'Apple que tu cites.....

"Encore une fois c'est vous qui pensez que c'est sans fondement en faisant exprès de ne pas vous documenter, il est connu et reconnu qu'OS X est un veau et sur toutes les fonctions de base demandé à un système d'exploitation :
http://www.phoronix.com/scan.php?page=article&item=macbook_yosemite_4way...

Le mec se limite curieusement à un test sur une seule machine et avec des apps de benchs exotiques qui ne traduisent absolument pas la réalité de l'utilisation au quotidien. Bref, trouve autre chose.

"Oui au sein d'un usine à gaze, lente (y compris et en particulier sous Windows où se trouve d'ailleurs la très grande majorité des utilisateurs d'iTunes)."

Blabla, ce n'est pas le sujet.

avatar lmouillart | 

[supprimé]

avatar YAZombie | 

J'ai du mal à comprendre ton argument concernant la soit-disant antériorité de Looking Gllass. 2009 tu dis? Mais… Exposé date de 2003, ça fait tout de même 6 ans avant oO

En revanche pour la lenteur sur pas mal de choses de Yosemite (et des précédents d'ailleurs), c'est certain, ça fait longtemps qu'on le sait et qu'on ne comprend pas, notamment, les errements d'Apple sur les drivers graphiques. C'est vraiment de notoriété publique.
Pour les accès disque, je me demande: est-ce Ext4 qui serait responsable? Et si oui, en fait-il autant/de la même manière/avec les mêmes sécurités et nécessités (je crois qu'il y a qq chose dans HFS+ pour la gestion de Time Machine non? et clairement il y a qq chose là-dedans pour FileVault). Mais il me semble quoi qu'il en soit indispensable qu'Apple s'attaque sérieusement au successeur du HFS+. Je n'aurais pas été mécontent qu'ils adoptent un projet open source, mais comme en ce moment tous semblent se tourner vers la GPL3 je crains que ce soit mort d'avance.

Ce que je trouve aussi bizarre c'est ton commentaire sur le logiciel naze (ou je ne sais quoi) d'Apple: une partie non négligeable de l'OS est tout de même issu de logiciels libres! Même LLVM/Clang qui est identifié comme une source de lenteur dans le test vs Linux est un projet open source. What goes around comes around: aujourd'hui c'est GCC le plus rapide, demain ce sera LLVM/Clang, pas de quoi se branler sur un compilateur… Dommage d'ailleurs avec ce test, j'aurais bien aimé voir les performances batterie, puisque c'était sur un portable, et que pour un portable c'est juste essentiel comme information.

Après tout ça c'est bien joli, mais personnellement avoir une machine très rapide sur laquelle je ne peux faire que 10% de ce que je fais au quotidien faute de logiciels, je ne vois pas trop l'intérêt.

avatar Doctomac | 

"Mieux, je vous montre où et quand cela à été implémenté !"

Non je veux voir comment il est implémenté !! Montre moi.

"Cela devient vraiment un dialogue de sourd, non, non et non, il y avait bien une fonctionnalité pour voir l'ensemble des fenêtre sur un axe horizontal (celles-ci étaient repris puis leur surface miniaturisé).
"
Tu t'embrouilles. Tu peux nous montrer une image, un doc quelque chose ? SI tu veux jouer à ça allons-y. Expose a été présenté pour la première fois en Juin 2003 et le LG par Sun en Août 2003?

Tu en conclus quoi ?

"CPU : OS X plus lent
Transaction disque : OS X plus lent
Affichage : OS X plus lent
C'est simple clair, factuel et net."

Non ce n'est que des chiffres produits par des apps de benchs, rien n'a voir avec l'utilisation quotidienne. Et quand bien même. Allez je fais te faire plaisir, tes OS Linux à deux balles sont plus rapides que OS X mais ça ne veut pas dire que OS X est lent. À l'ergonomie, la richesse fonctionnelle, la simplicité d'OS X, les utilisateurs d'OS X n'ont que faire que de sacrifier quelques différences dans des chiffres de benchs.

"La pdm de l'OS d'Apple n'a pas beaucoup augmenté"

Et alors, quel rapport avec ce que j'ai écrit ?

avatar lmouillart | 

[supprimé]

avatar Doctomac | 

"Pour en revenir à nos moutons à savoir le dock 3D, mission control et les performances.
Et pour clore ce dialogue de sourds :
Le dock 3D est repris de LG,
Misssion control est repris de Gnome-Shell (cf : le fichier d’implémentation de la gestion des espaces de travail et fenêtre dans Gnome-Shell en 2009)."

Ahh c'est marrant, tu ne dis plus qu'Apple s'est inspiré de LG pour Expose. Si ça te fait plaisir et c'est tellement anecdotique, je te concède l'inspiration du Dock 3G. Juste en passant, LG avait déjà repris le concept du Dock de Mac OS X et ce Dock en fausse 3D n'existe (je n'ai jamais aimé cette apparence du Dock).
Par contre, non Mission Control est une fonction introduite pas Apple (fusion de Expose et Spaces) et qui est maintenant copié par les distributions Linux et Microsoft. J'attends toujours un doc, une image, qui me montre comment ce supposé Mission Control fonctionnait dans cette distribution de Gnome de 2009.

"Le minimum de chose que l'on est en droit de demander à un système d'exploitation, c'est qu'il soit fiable, peu gourmand (vu qu'il n'apporte que très peu de valeur ajoutée), performant. En clair il doit s'effacer totalement au profit des applicatifs qui eux on un intérêt."

Mac OS X est très fiable et performant. Je peux te concéder le fait que Yosemite demande une bonne configuration mais à ce moment là il fonctionne comme une horlogerie suisse.

"Des éléments relatifs à l'enregistrement, la copie, de fichiers ou d'éléments de bases de données, seront plus lent sous OS X que sous Linux
Vos jeux, ou vos applications, ainsi que votre bureau sera plus lent sous OS X que sous Linux."

Mesurés par des apps de benchs et non en réalisant des tâches courantes. Rien ne de dit que ces apps OpenSource ne sont pas optimisées pour le système de fichier de Linux ou optimisées tout court. Ton test d'un site pro Linux c'est de la merde en branche et encore une fois, au vu de la richesse fonctionnelle de OS X on peut lui pardonner des performances un peu moindre à ta distribution Linux sur des apps de benchs qui ne servent pas à grand chose...si ce n'est se masturber en disant que j'ai un OS plus rapide sur la mesure de bench.

"Depuis quand n'avez vous pas utilisé un système autre qu'OS X et en particulier Linux ?
Quels sont les fonctions manquantes sous Linux, et qu'est ce qui pourrait être plus simple ? Notamment par rapport à ce que propose OS X ?"

J'utilise Windows 7 quotidiennement. Mais par contre, jamais Linux ou très peu. Pourquoi car contrairement à ce que tu dis l'interface graphique des Linux est bugée à mort et d'une lenteur inqualifiable. Avec OpenSus, il m'arrive d'avoir des dédoublements du pointeur de la souris tant l'interface est lente. Linux c'est bon au niveau du noyau (d'où leur attrait en serveur et encore sans le support de IBM et Sun Linux ne serait rien actuellement dans les serveurs) mais tout ce qui est au dessus c'est plus que moyen.

Ce qui pourrait être plus simple dans Linux ? Bien déjà pouvoir utiliser le Wifi en simplement cliquant sur une icône et pas s'enmerder à taper des lignes de code.

Quelles sont les fonctions manquantes dans Linux. Je ne pourrais pas me passer de Time Machine, Airdrop, Continuity, Versions, des applications Keynote, Pixelmator, Xcode....

Pages

CONNEXION UTILISATEUR