X Lab : la face "cachée" de Google

Pierrick Aubert |

Le géant de Mountain View ne fait pas que développer des solutions informatiques et internet. Dans l’ombre, les applications et technologies de demain sont étudiées par son laboratoire Google X. Énergies du futur, véhicules de demain, intelligence artificielle… Ses projets secrets sont soudainement dévoilés au public. Google semble jouer la carte de la transparence totale sur sa division développement. Étrange.







La science-fiction c’est déjà aujourd’hui au Google X Lab. Fondé par Larry Page et Sergey Brin en 2010, ce complexe basé à Mountain View a pour objectif de développer les technologies de demain et il faut reconnaître que l’on savait peu de choses à son sujet jusqu’à maintenant. Aussi bizarre que cela puisse paraître ce département soi-disant secret se retrouve désormais en pleine lumière. Fuites ou teasing ?

Le site d’information BusinessWeek nous a appris que le géant de Mountain View voit grand et n’écarte aucun projet si futuriste soit-il. Sa dernière acquisition en cours en est d’ailleurs la preuve : Makani Power. Une startup qui conçoit des turbines éoliennes montées sur drones et connectées au sol comme des cerfs-volants. Éric Teller, le directeur actuel de Google X Lab, espère par ce rachat déboucher sur une technologie pionnière. Comme l’a expliqué Larry Page lors de la dernière  conférence Google I/O, Google développe des solutions informatiques, mais ses travaux actuels lui permettent de se connecter avec le monde réel.



Concernant l’acquisition de Makani Power aucun montant n’a été dévoilé pour le moment, mais en termes de développement les possibilités sont multiples. "Nous sommes impatients de travailler avec nos nouveaux collègues de Google X pour faire de la turbine aéroportée quelque chose de rentable", déclare Makani Power sur son site. Cela peut sembler complètement fou, mais "si vous ne saisissez pas votre chance, aucun progrès n’est fait" estime Damon Vander Lind, ingénieur en chef du projet. Un tel travail sur l’énergie éolienne pourrait à l’avenir concurrencer les combustibles fossiles et surtout être un énorme succès commercial pour Google. Un créneau sur lequel on ne l’attendait pas forcément.



Changer les choses



Constamment tourné vers l’avenir, l’objectif principal de Google est le même que celui de ses concurrents : avancer. Dans quelle direction ? Personne ne le sait vraiment, mais la compagnie a la prétention de vouloir sauver le monde. "Tout ce qui est un problème pour l’humanité, nous le corrigerons si nous pouvons y trouver une solution", déclare le directeur de Google X Lab. BusinessWeek explique que, depuis sa création, le laboratoire cherche à s’imposer en héritier des centres classiques, comme Bletchey Park, à qui l’on doit la cryptographie moderne, ou le projet Manhattan, qui a créé la première bombe atomique. Aujourd’hui, les entreprises se retirent de la recherche et préfèrent se tourner vers l’innovation du côté des startups. En dévoilant ses projets secrets, la société Google semble vouloir jouer cartes sur table et montrer qu’elle profite de la situation pour essayer d’aider.



Seulement voilà, les ascenseurs spatiaux, la téléportation... Ça fait fantasmer le public et ça s’arrête là. Lever subitement le voile sur son département secret ne masque pas le fait que la compagnie fonctionne comme toutes les autres. L’achat de petites entreprises est le meilleur moyen d’intégrer de nouvelles compétences, d’innover et d’étendre son marché en se diversifiant. Exemple avec Android, l’un des plus gros succès de Google, qui existait déjà à l’époque de la création de Google X. L’OS n’est pas né d’un brainstorming à Mountain View. Nombreux sont ceux qui l’oublient. Ce système d’exploitation mobile aujourd’hui présent sur 75 % des smartphones du monde entier a initialement été développé par une startup rachetée en 2005. Pas sûr qu’aujourd’hui l’acquisition des cerfs-volants high-tech de Makani Power marche aussi bien.



De belles promesses



Imaginées par Google et tout droit sorties de son X Lab, on trouve également les Google Glass. D’après les prévisions optimistes de Business Insider Intelligence, 21 millions de paires pourraient être écoulées annuellement d’ici 2018. Si le prix avoisine les 500 dollars, cela représenterait pour Google un marché de 10,5 milliards de dollars d’ici cinq ans. Mais tout ceci reste discutable. Actuellement, seuls les plus geeks semblent être réellement prêts à en porter.



Un tel succès dépendra évidemment de l’intérêt porté par les développeurs et surtout de l’intégration sociale du produit. Être constamment équipé d’une caméra ça n’est pas du goût de tout le monde. Outre la réalité augmentée, une des prochaines innovations signées Google pourrait être la Google Car. Les véhicules tests circulent déjà à travers les États-Unis et le directeur des projets spéciaux, Sergey Brin, a prédit que ces voitures autonomes sans pilote seront sur le marché d’ici 2017.





"Le monde n’est plus limité par le Q.I. Nous sommes tous limités par la bravoure et la créativité" a déclaré Éric Teller lors d’une conférence au festival South By Southwest d’Austin. Il y a un mois, Eric Schmidt en a surpris plus d’un en annonçant que "d’ici la fin de la décennie, tout le monde sur Terre sera connecté à l’Internet." Sachant qu’aujourd’hui 40 % de la planète est connectée à la Toile, la tâche semble pharaonique, mais pas impossible compte tenu des compétences de Google. Pour résoudre ce problème, Google X Lab propose notamment de monter des émetteurs haut débit à bord de ballons envoyés à haute altitude. De quoi garder pendant encore un moment la tête dans les nuages.



Plus sérieusement, tout ceci a un coût ! Qui dit recherche dit ressources, et Google a ici de quoi donner des sueurs froides à ses investisseurs. Certes Mountain View peut se permettre de telles folies, en revanche les paris peuvent être parfois audacieux. Pour l’heure, Google continue sur cette lancée et veut montrer qu’il aime le risque. Une philosophie qui lui réussit jusque là. Eric Teller considère que Google X Lab ne doit pas être uniquement jugé sur son rendement financier, mais aussi sur les progrès qu’il apporte. "Nous en sommes encore à notre adolescence", assure-t-il. Selon lui, le centre de recherche devrait étudier deux ou trois nouveaux projets par an. Google devient en quelque sorte le Microsoft des années 2010. Avec des innovations futuristes à tout va, le public a rapidement de quoi rêver. Mais dans le monde réel, le plus difficile sera évidemment de commercialiser ces inventions et surtout d’arriver à les vendre.



Chacun sa méthode



Alors que chez Google X Lab ce sont les portes ouvertes côté recherche et développement, il est beaucoup plus difficile d’obtenir des informations sur les travaux de la division Technologies d’Apple dirigée par Bob Mansfield. L’iWatch fait évidemment partie des grandes attentes, mais la Pomme semble maitriser autrement son circuit interne. Deux modes de gestion s’opposent. D’un côté la transparence de Google, où l’un des fondateurs dirige l’ensemble, gère les dossiers et laisse un collègue librement inventer le futur. De l’autre, une méthode de travail plus décentralisée et donc beaucoup moins exposée. Apple se fait plus discret en coordonnant ses recherches autour de petites équipes pour penser l’informatique de demain. Au-delà de l’imagination, reste à voir laquelle des deux techniques sera la plus productive.



Sur le même sujet :
- « Apprendre, vivre et aimer » : Google veut sauver l’humanité de l’informatique
avatar New SJ  | 
Le futur chez Google : • tout le monde connecté chez Google • tous porteurs de Google Glass • qui se déplacent tous en Google Cars The Big Big Brother viens de naître ?
avatar nico11090 | 
Bonne article
avatar eseldorm (non vérifié) | 
Bon idée
avatar nogui | 
Moi j'ai l'impression de voir un remake de "l'aile ou la cuisse" à la sauce nouvelles technologies .. comprenne qui pourra :-D
avatar Lemmings | 
Pourquoi toujours autant de pessimisme dans vos propos sur Google... Certes peut être qu'un seul projet sur 20 sera commercialisé et rentable, mais c'est tout le jeu du laboratoire de recherche. Pour rappel, certains produits à succès de Google sont nées de cette liberté de création, Gmail pour ne citer que le plus connu. Enfin, pourquoi y opposer la méthode d'apple ? Les deux sont complémentaires et les évolutions autour d'android sont par exemple faites dans le secret de la même manière qu'à Cupertino. Les voitures indépendantes sont clairement un créneau d'avenir majeur, que cela soit Google ou non, tous les gros acteurs du secteur planchent dessus depuis des années et se voient poussés au cul par Google qui possède déjà des modèles en fonctionnement ! Pensez un peu au nombre de vies épargnés à l'avenir grâce à cela...
avatar Stardustxxx | 
@New SJ Oh le gros troll... Le futur chez Apple : - tous connecte au cloud d'icloud - tous acheteurs et utilisateurs de iDevices - tous porteurs d'une iWatch... La difference est pas enorme.
avatar Pahra | 
@ Stardustxxx : mis à part la iWatch (encore que, un iPod nano de précédente génération et un iBracelet et le tour est joué), ton futur chez Apple a de grandes similitudes avec notre présent.
avatar nogui | 
@Stardustxxx "Le futur chez Apple :" Personne ne le connait ... juste des bruits de couloir ...
avatar nogui | 
@Lemmings "Les voitures indépendantes sont clairement un créneau d'avenir majeur, que cela soit Google ou non, tous les gros acteurs du secteur planchent dessus depuis des années et se voient poussés au cul par Google qui possède déjà des modèles en fonctionnement ! " SI c'est pour me retrouver en train de me latter avec Sharon Stone , pourquoi pas ... Comprenne qui pourra .. :-)
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Qu'est ce qu'il ne faut pas entendre.. Google qui veut sauver le monde.. connecter bientôt 8 milliards d'êtres humains à internet. c'est pas avec leur 4 pauvres éoliennes atmosphériques qu'ils vont alimenter leur gouffre à énérgie (et pollueur) que sont leurs centres de serveurs. Si google veut se la jouer sauveur de l'humanité qu'ils investissent dans la géothermie ça c'est une ressource d'avenir (nous avons pour exemple en Europe occidental l'equivalent de milliers de centrales nucléaires EPR3 juste sous nos pieds) ah oui mais non les lobbys du pétrole et de l'aviation sont biens trop puissant. ""Le monde n’est plus limité par le Q.I. Nous sommes tous limités par la bravoure et la créativité" a déclaré Éric Teller lors d’une conférence au festival South By Southwest d’Austin" --> non le monde est limité par la stupidité de dirigent qui ne voient que leur rapport coût/bénéfice aux profit d'actionnaires gras et malhonnête. Le problème de ce genre d'entreprise qui se la joue écolo à 3 balles c'est qu'ils veulent appliquer un modèle économique aux antipodes de ce qu'ils essaient de nous faire croire. A savoir le système mondiale et destructeur face à un système locale qui prône le durable.
avatar tbr | 
On attend des infos du laboratoire secret de Apple : WWDC 2 0 1 3 :-)
avatar tap | 
@Lemmings : +1 Effectivement Google est une boite très secrète également. C'est une première ce genre de transparence et a priori on ne l'a voit que pour Google X Lab (et ajouter à cela les confs Solve for X). Ce sont des projets qui nécessitent ce genre de transparence en réalité. Pour le reste, la culture du secret est même trop présente (dans le meme genre qu'Apple au final sur ce point), c'est maladif. J'ajouterai qu'aujourd'hui ça n'a aucun sens de comparer 2 boites comme Google et Apple, ils sont trop différents. Google suit son chemin, tout comme Apple suit le sien.
avatar Stardustxxx | 
@nogui Je réagissais au post sur le même ton. Personne ne connais le futur d'Apple, ni celui de Google. Google décide d'utiliser son trésor de guerre pour tenter de nouvelles aventures dans des domaines différents, tant mieux pour eux. Peut-être qu'ils pourront amener une contribution significative. Apple décide de faire autre chose de son cash et tant mieux pour eux, sans compter que Apple communique peu, mais avec leur datacenter, ils doivent eux aussi investir dans les energies renouvelables. La maniere de communique est differente. @Antara Google a deja investi dans la geothermie 10 Millions de $ en 2008 http://www.actu-environnement.com/ae/news/google_investissement_geothermie_5561.php4 C'est bien de ne pas mettre ces oeufs dans le meme sac, l'avantage des eoliennes est une installation bien plus rapide ce qui est utile dans certaines situations.
avatar Manueel | 
quels imbéciles... ou quels menteurs
avatar rizoto | 
La grosse differene entre Apple et Google. C'est qu'Apple vend du contenu et du matériel.
avatar Manueel | 
Pour qu'une utopie soit "aimable", il faut qu'elle ait des gardes-fous. Je veux dire un héritage morale rigoureux qui limite les folies. enfants Kmers rouges rééduquant leurs parents, analphabètes islamistes brulant leur héritage scientistes new-age prétendant "sauver le monde" vous me faites peur... restez modestes.
avatar Lemmings | 
@Antara : "qu'ils vont alimenter leur gouffre à énérgie (et pollueur) que sont leurs centres de serveurs." Tu connais très mal la gestion de l'énergie de Google... Ils ne sont certes pas parfait mais ils ont depuis le début optimisé les datacenter pour qu'ils soient autonomes énergiquement.
avatar Lemmings | 
@Manueel : Pour qu'une argumentation soit acceptable il faut qu'elle ait un sens !
avatar patrick86 | 
La Google Car… Alors jusqu'ici, Google pouvait savoir où vous alliez. Mais avec cette voiture, Google pourra décider, où vous devez aller. Où comment soumettre l'utilisateur à la machine. Machine qui n'est plus au service de l'homme, mais le dirige.
avatar Wolf | 
@Lemmings : Quand tu a un "Serguei" né avec le KGB, passé a la CIA et qui sait exactement quand est ce que tu va pisser te sort qu'il veut aider le monde, permet moi de douter légèrement ...
avatar Lemmings | 
@wolf : Mais bien sûr... Et la marmotte...
avatar ngille | 
@Manueel : Je trouve beaucoup d'intelligence et de justesse à votre analyse. Merci.
avatar Wolf | 
@Lemmings : Pourquoi ? Ne me dit pas que les renseignements et connaissances de Google n'intéresse aucun gouvernement ou aucune agence de renseignement. Google peut savoir ce que fait a la seconde près n'importe lequel de ses utilisateurs. Skynet a cité c'est le pays des bisounours.
avatar Orus | 
On aimerai voir Apple faire la même chose. Mais Apple ne pense qu'à ses actionnaires et à nous sortir des gadgets. Google c'est l'avenir. Et le monde, il faut vraiment le sauver, car là, on va direct dans le mur.
avatar hartgers | 
@Orus : la vraie informatique de demain est dans les labos d'IBM. OK, elle est loin d'être commercialisable, mais là ça vend du rêve.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR