L'Office fédéral allemand de lutte contre les cartels se penche sur Apple

Florian Innocente |

L'Office fédéral allemand de lutte contre les cartel (Bundeskartellamt) a lancé une procédure pour étudier le poids et l'influence d'Apple sur les différents marchés qu'elle occupe. Il s'agit de vérifier si la Pomme se livre à des pratiques anticoncurrentielles et parmi les points qui seront considérés il y a aura la préinstallation sur ses appareils de ses propres apps.

Après Facebook, Amazon et Google, c'est Apple qui va être scrutée dans le cadre d'une évolution récente de la loi allemande sur la concurrence et les grandes entreprises du numérique.

Le Bundeskartellamt à Bonn

Le Bundeskartellamt va étudier la place prise par Apple sur les marchés occupés par ses ordinateurs, téléphones, tablettes et montres qui sont autant de portes d'entrée vers ses multiples services — App Store, iCloud, AppleCare, Apple Music, Apple Arcade, Apple TV+, etc. Leur intégration, les ressources financières et technologiques dont elle dispose, et son accès aux données sont également au menu, tout comme le mode de fonctionnement de l'App Store et son impact sur les éditeurs qui y figurent.

Cette phase préliminaire ne présage pas automatiquement d'une procédure plus avancée par la suite, mais l'Office précise qu'il a reçu des plaintes de la part de l'industrie des médias et de la publicité relatives aux obstacles mis par iOS 14.5 pour le pistage des utilisateurs. Et une autre à propos de la préinstallation exclusive par Apple de ses propres apps qui peuvent lui donner un avantage dans la promotion de ses services. Sans oublier la commission des 30 % et l'interdiction faite aux éditeurs d'utiliser un système de paiement différent de celui d'Apple sur l'App Store.

Une coupe bien pleine qui fait préciser au Bundeskartellamt que sur tout ce qui relève de la promotion et du marketing des apps sur l'App Store, il va pour le moment laisser Bruxelles avancer dans son enquête déjà ouverte.

Depuis janvier, l'Allemagne, par un amendement à sa loi sur la concurrence, s'est dotée de nouvelles procédures pour accélérer les enquêtes sur les pratiques anticoncurrentielles. Alors que les géants du numérique évoluent dans un domaine où le temps file vite et où les régulations arrivent parfois trop tard pour avoir un véritable effet sur des positions bien établies.

Cette possibilité d'empêcher Apple de préinstaller les apps qui lui confèrent un avantage pour l'accès à ses services payants figure dans un projet de loi actuellement débattu aux États-Unis.


avatar Adodane | 

Ils ont rien d’autre à faire que mettre des bâtons dans les roues d’Apple ?

avatar DG33 | 

@Adodane

Qui sait si tu ne remercieras pas le Bundeskartellamt, un jour ?

avatar Lestat1886 | 

@DG33

C’est vrai que sans eux je ne saurais pas comment faire pour m’abonner à Spotify 😅

avatar AhRiMaN | 

Laisser les GAFAM faire la loi partout dans le monde ne me parait pas vraiment une meilleure solution.

avatar Adodane | 

@AhRiMaN

Ben si ! C’est bon pour nous ! Ils prennent soin de nous !

avatar lmouillart | 

Sachant que électronique grand public est un marché énorme ~1600 milliards $ au niveau mondial, je pense qu'il est quand même assez intéressant, voir prioritaire pour un organisme s'occupant de concurrence de surveiller de manière très étroite ce que peuvent faire les entreprises IT de l'ouest nord américain.

avatar EzraTech | 

@lmouillart

Ouai en somme, c’est une histoire de gros sous, vache à lait et de celui la à une trop grosse part de gateau, je suis pas content donc je l’oblige par tout les moyens en m’en donner le plus car j’aime l’argent 😏😜

avatar iftwst | 

@EzraTech

Comment oses tu penser cela ?

Imagine 2 secondes que ce soit vrai…. non, non je ne peux y croire !

avatar EzraTech | 

@iftwst

Chacun va ses propres pensées 😁 Tout peut arriver dans la vie

avatar passingphantom | 

@lmouillart

OK sur le principe, mais pourquoi que de cette région-là en particulier?

avatar byte_order | 

@passingphantom
Parce qu'aucun géant de l'informatique n'est domicilié ailleurs.

Si demain Apple / Google / Amazon / etc devient une entreprise japonaise, je ne pense pas que les enquètes en cours contre Apple / etc disparaitraient pour autant, hein.

Cette région focalise parce que c'est leur domiciliation juridique, c'est tout.

avatar passingphantom | 

@byte_order

On verra bien ce qu'il en sela quandil s'agira de faire face à léquivalent chinois des GAFA.

avatar byte_order | 

@passingphantom
> On verra bien ce qu'il en sela quandil s'agira de faire face à léquivalent chinois des GAFA.

Euh, les USA ont déjà bloqué Huawei et largement interférer avec TikTok, tenter de le faire avec Xiaomi, 3 grosses entreprises chinoises qui bousculent fortement des acteurs américains, et si croyez que les justificatifs officiels sont les seules raisons réelles, vous êtes naïf.

avatar marenostrum | 

très peu de gens, peuvent le trouver pourquoi cette région des usa a tant d'entreprises dominantes.

la réponse est le (roi) soleil. le mot Dieu (Devos, proto-indo-européens) vient justement du Soleil.

avatar byte_order | 

@marenostrum

Parce que, comme le télétravail le démontre à merveille, les gens travaillent mieux lorsqu'ils sont proche physiquement les uns des autres.

Et parce que Standford et Berkeley, en particulier suite à la seconde guerre mondiale, 2 universités privées situées dans cette zone, ont largement contribué à créer une zone d'incubation d'entreprises locales, beaucoup au départ grâce à des contrats gouvernementaux (l'énergie atomique, les télétransmissions, l'aéronautique militaire, spatial, puis civil) mais qui au final ont stoppé la fuite des cerveaux formés chez eux dans d'autres états plus industrialisés que la Californie du début du 20ème siècle.

Et attention à ne pas généraliser le seul secteur des IT. Celui-ci est au centre des intérêts parce que les technos des IT sont devenus massivement présentes dans la vie quotidien de tout le monde, y'a un effet de masse en terme de consommateurs, mais y'a d'autres secteurs où quelques entreprises dominent nettement, sans pour autant dépendre d'une concentration géographique de leur QG. L'aeronautique mondial, par exemple, qui pourtant fait voyager en toute sécurité sur des distances incroyables une quantité importante de consommateur...

avatar debione | 

@byte_order:

"Parce que, comme le télétravail le démontre à merveille, les gens travaillent mieux lorsqu'ils sont proche physiquement les uns des autres."

Ce qui est actuellement partiellement faux et démontré par plusieurs études. Certaines boites on vu leurs rendement d'employé largement dépasser ce qu'ils produisaient en présenciel. Au point ou ils généralisent le télétravail. Cela dépend vraiment des employés (et peut-être des secteurs), certain ont besoin de papa au cul pour avancer et d'autres avancent nettement mieux sans l'autorité de papa.
Il n'y a aucune généralité...

avatar lmouillart | 

Parce-que Google, Apple Amazon, Microsoft, Facebook, ... viennent de la bas.

avatar EzraTech | 

Bah corrigé moi si je me trompe mais, le device ( iPhone, Mac, iPad,ect) c’est Apple qui le crée non ? Donc c’est tout à fait normal quel préfère proposer ses propres apps par rapport au autres non ?

avatar Lestat1886 | 

@EzraTech

Ils pourraient aussi leur imposer de proposer carrément Android sur iphone et vice versa selon les mêmes arguments

En plus, les smartphones Android ont aussi des apps pré installées … ca ne derange pas Spotify ou d’autres quand ils ont des accords avec des constructeurs pour être pré installé

avatar EzraTech | 

@Lestat1886

Oui voilà :/
Perso, je serait Apple, je leur poserais un ultimatum : plus de x% des clients utilisant un iPhone dans votre pays à choisi de pas être traquer, préfère l’app store car plus sécurité, blabla.

Donc soit vous accepter que le choix de l’utilisateur sur ses données et autres est plus importante que la pression économique, politique et sociales imposer par vous et les acteurs adverses et on en reste là. Sinon nous retirons tous nos produits et services et on verra comment vous répondrez à vos citoyens 😈

avatar pagaupa | 

@EzraTech

« plus de x% des clients utilisant un iPhone dans votre payer à choisi de pas être traquer »
😂😂😂 fallait oser la faire celle-là !

avatar EzraTech | 

@pagaupa

J’ai corriger l’erreur mdr

avatar nespresso92 | 

@pagaupa

Je n'ai rien compris tant il y a de fautes de français...

avatar Adodane | 

@EzraTech

Tout à fait ! Un ultimatum ! Apple en est capable, c’est comme si c’était un état !
Et puis Apple sait ce qui est bon pour moi, je préfère largement les lois d’Apple que celles des politiques incapables et corrompus.

avatar Rogntudju | 

@Adodane

"Et puis Apple sait ce qui est bon pour moi, je préfère largement les lois d’Apple que celles des politiques incapables et corrompus."

Abandon d’esprit critique…. En 2021…
Faut le lire pour le croire.

avatar byte_order | 

@EzraTech
> Sinon nous retirons tous nos produits et services et on verra comment
> vous répondrez à vos citoyens 😈

Je pense vraiment sincèrement que n'importe quel pays, même démocratique et ouvertement consummériste, sera capable de résister bien plus longtemps à ce type de chantage que les actionnaires d'Apple quand ils verront chuter de 40%+ ses recettes.

Ah, pour rappel, la totalité des recettes d'Apple faites ailleurs qu'aux USA passent via le relais de Apple Irlande puis Jersey.

Mais, oui, chiche, qu'on voit combien Apple est prêt à préferrer défendre ses "valeurs" plutôt que ses profits. Indice : regarder donc les choix d'Apple fait sur le marché chinois et russe...

Une entreprise qui pose un ultimatum à une entité ayant le pouvoir législatif sur les règles dans son propre espace économique !?
Rires.

avatar iwizzz | 

@EzraTech

Génie!
Et si tu étais Apple, tu te retrouverais vite avec pour seuls marchés Aruba et les Îles Salomon 😂

avatar debione | 

iwizzz:

C'est très beau les iles Salomon...

avatar byte_order | 

@Lestat1886
> En plus, les smartphones Android ont aussi des apps pré installées …
> ca ne derange pas Spotify

La nuance c'est que ni Samsung ni Xiaomi ni Sony ni même Google ne peut préinstallé d'apps de streaming de musique ET - dans le même temps - interdire à Spotify d'utiliser sa propre methode de paiement depuis son app pour Android ni de parler de son existence et lui imposer que la seule façon de proposer de payer depuis l'app soit en lachant 30% à Samsung, Xiaomi, Sony ou Google.

avatar Lestat1886 | 

@byte_order

Oui j’en ai parlé dans un autre commentaire… la je parlais spécifiquement d’interdire de preinstaller des apps…

Et encore une fois, les gens aujourd’hui savent comment utiliser internet, le fait que spotify ne propose même pas de payer via son app ios n’a jamais bloqué quiconque de s’y abonner

avatar byte_order | 

@Lestat1886
> Et encore une fois, les gens aujourd’hui savent comment utiliser internet,

Moins que utiliser une app, non. Sinon les apps n'auraient eu aucun succès.
Vouys ne pouvez pas en même temps dire que la simplicité et l'ergonomie d'utilisation des apps, en particulier dans l'univers d'Apple, a permis à tout le monde d'accéder à des usages que les autres plateformes, web comprises, ne permett(ai)ent pas aussi facilement et largement, et prétendre que tout le monde sait tout aussi bien trouver le site web correspondant à tel usage de tel service, service qui peut très bien être en plus peu connu ou si nouveau qu'aucune entraide sur le net n'existe encore suffisamment pour aider les utilisateurs moins agguéris.

Ou alors il faut reconnaitre que l'avantage apporté aux non-digital-natives par l'approche d'Apple n'est plus aussi important qu'avant car désormais tout le monde est devenu assez rompu à ces nouvelles technologies dans leur vie quotidienne. Et dans ce cas cessez de prétendre que les autres plateformes ne peuvent pas répondrent aussi bien à ce type d'utilisateurs par ailleurs de moins en moins nombreux donc.

> le fait que spotify ne propose même pas de payer via son app ios n’a jamais bloqué
> quiconque de s’y abonner

Parce que Spotify a très rapidement connu un tel succès car ils ont cré un nouveau marché, celui des services de streaming musical, en rupture avec le modèle précédent du couple achat (iTunes Store) + lecteur (iPod). Les gens ont de facto eu envie de chercher à y aller.

Ce n'est pas forcément vrai pour un service qui arrive en concurrence sur un marché déjà existant, d'autant plus si sur leur plateforme il y a déjà une app préinstallé qui propose l'accès à l'un de ce type de service. Là, les utilisateurs les moins agguéris feront moins l'effort d'aller chercher à voir comment ce service concurrent se positionne, comme le tester, comment s'y abonner. Surtout si l'app ne leur donne aucune indication autre que le nom du service et le type de service, comme l'impose actuellement les règles de l'AppStore...

En bref, cela ne bloque pas un utilisateur, mais cela créer bien une entrave arbitraire par un acteur qui est juge et parti, une entrave qui peut dissuader certains utilisateurs de tester la concurrence au profit de l'acteur créant l'entrave.

Hors, ça, c'est la définition même d'une pratique anticoncurrentielle par abus de position.

avatar Krysten2001 | 

@byte_order

« les utilisateurs les moins agguéris feront moins l'effort d'aller chercher à voir comment ce service concurrent se positionne, comme le tester, comment s'y abonner. »

Vous prenez vraiment les gens pour des idiots 😉

avatar byte_order | 

@Krysten2001
> Vous prenez vraiment les gens pour des idiots

Vu le nombre de fois où j'ai lu ici même des gens dire que Apple a bien raison de bloquer ceci cela parce que les gens ne savent pas ce qu'ils font et que c'est trop bien qu'Apple s'en occupe à leur place, même si c'est au prix du libre choix, votre remarque est d'une ironie sans prix.

Merci pour ce fou rire.

Si y'a bien un acteur IT qui prend les utilisateurs pour des gens non pas idiots mais qui *doivent* (et j'insiste sur le mot) être assistés, guidés, encadrés, c'est bien Apple, tout son marché repose sur l'attractivité auprès des gens qui ne veulent pas se prendre la tête ni à comprendre ni a faire leurs propres choix.

avatar Lestat1886 | 

@byte_order

Et spotify ou d’autres apps inclus dans d’autres smartphones ne derange personne? …

avatar scanmb | 

@byte_order

Seul Apple fait maitrise toute la cinématique, écrirai-je:
Hardware, soft, etc.
Pas Samsung, ni Sony, ou alors des « surcouches » , pour l’interface

avatar byte_order | 

@scanmb
> Seul Apple fait maitrise toute la cinématique, écrirai-je:

Et cette phrase est incompréhensible. Cinématique !?!

Par ailleurs, on s'en fout de ce que Apple "maitrise" ou pas, les gens n'achete pas "l'expérience Apple", il achète un iPhone ou un iPad. Leur achat ne les transforme pas en abonnés à Apple, abonnés obligés de forcément désormais consommer que du Apple.

Le fait que Apple maitrise le hard et le soft sur un terminal iOS ne lui donne aucunement le droit d'abuser de cette position pour s'accaparer l'exclusivité des acheteurs de terminaux iOS !

Cela sera légitime si Apple louait les terminaux. Mais elle les vend (et l'on sait bien pourquoi : c'est nettement plus rentable, la profitabilité d'un parc loué de terminaux iOS serait nettement plus faible en raison des couts de maintenance de ce parc, couts qui reviendraient à 100% à Apple, alors que là le consommateur le paye en grande partie, via le renouvellement tous les 2-3 ans, les réparations hors garantie etc

avatar Krysten2001 | 

@byte_order

« Par ailleurs, on s'en fout de ce que Apple "maitrise" ou pas, les gens n'achete pas "l'expérience Apple" 

Bien sûr que si 😉

« Leur achat ne les transforme pas en abonnés à Apple, abonnés obligés de forcément désormais consommer que du Apple. »

On ne les oblige pas à s’abonner 😉

avatar byte_order | 

@Krysten2001
> Bien sûr que si 😉

Non. Regardez mieux votre facture d'achat de votre terminal iOS.

Les autorités de régulation, ce qu'elles regardent elles, c'est ce qui relève des règles. Ici, donc, du contrat de cession d'un terminal iOS par Apple à un consommateur, ici le contrat de distribution sur l'AppStore par Apple auprès d'un éditeur de logiciel pour terminaux iOS, ici le contrat d'accès aux pièces détachées par Apple auprès d'un réparateur agréé, ici le contrat de commission entre Apple Pay et des banques, etc et si ces contrats sont conformes aux règles du ou des marchés concernés ou si ils violent certaines de ces règles.

Apple ne vend pas "l'expérience Apple", non.
Si c'était le cas, vous auriez un contrat d'accès à "l'expérience Apple". Hors ce n'est pas le cas.

Vous, vous légitimez et transformez votre achat ainsi, mais la réalité est autre.
Vous n'êtes pas un usager de "l'expérience Apple", vous êtes juste un propriétaire de terminaux iOS, et conséquence, Apple n'est que le vendeur, pas le fournisseur d'un service tout intégré appelé "expérience Apple".

> On ne les oblige pas à s’abonne

Encore heureux, cela serait carrément de la vente liée !
Ensuite, ce n'est pas "on", mais Apple. Sauf si vous faites vous même partie d'Apple, et dans ce cas merci de l'indiquer clairement car cela éclairerait vos commentaires.
A défaut, cela traduit plutôt votre sentiment d'appartenance à un club qui, dans la réalité, n'existe pas en terme contractuel.

Enfin, si Apple n'oblige pas à s'abonner à Apple Music, AppleTV+, Apple Arcade ni à utiliser Apple Pay, elle fait bien, par contre, de l'auto-promotion directement dans iOS pour y inciter fortement (j'ai déjà partager ici même un lien vers plusieurs articles montrant les notifications incitant à tester Apple Music, pratique qu'aucune app n'a le droit de faire mais que Apple s'autorise !) , tout en mettant en place des handicaps arbitraires et orientés aux services concurrents.

Nul besoin du régulateur pour lutter contre des abonnements forcés par abus de position, saisir la justice est suffisante.
Par contre pour évaluer le caractère abusive d'une position dominante sur un marché utilisée pour entraver la concurrence et ainsi renforcer la position sur d'autres marchés, là, oui, et c'est d'ailleurs son boulot.

Que cela vous déplaise ou pas n'y changera rien.

avatar Krysten2001 | 

@byte_order

« La nuance c'est que ni Samsung ni Xiaomi ni Sony ni même Google ne peut préinstallé d'apps de streaming de musique »

On parle de preinstallation des apps. Le constructeur a le droit de pré installer les siennes 🙃

avatar byte_order | 

@Krysten2001
> On parle de preinstallation des apps. Le constructeur a le droit de pré installer les siennes 🙃

D'une, cela fait débat, justement, pour les apps qui lui donne un avantage compétitif par une surexposition au détriment des apps ou services concurrents.

De deux, quand en plus les apps ou services concurrents sont par ailleurs entravés d'accéder au terminal du consommateur avec les mêmes conditions et droits, même si c'est post-achat et non préinstallé, c'est la double peine.

Hors dans le cas d'Apple, c'est ce qui semble être de plus en plus reproché : non seulement y'a des apps et services source de revenus complémentaires qui sont pré-installées, auto-promus directement dans iOS donnant une surexposition artificielle mais, *en plus*, les concurrents sont entravés dans leurs possibilitiés d'accéder au terminal avec les mêmes conditions techniques (l'auto-promotion via notifications est par exemple interdite !) et commerciales (paiement embarqué forcée sur la solution au profit d'Apple, etc).

Et le droit, c'est bien le régulateur qui le détermine. Pas Apple, pas vous, pas "les gens".
Le régulateur. Qui, indirectement, travaille pour l'ensemble des citoyens, où aucun n'a plus d'une voix au chapitre et ou les entreprises n'en ont aucune.
Et j'imagine à quel point ce dernier point doit vous chagriner - incitez Apple à créer son propre état pour y remédier.

Par ailleurs, Samsung, Xiaomi, Sony, Google construisent bien eux aussi des smartphones.
La nuance, c'est que aucun ne peut empêcher ni la distribution ni l'installation d'apps concurrentes aux leurs. Apple, si.
Et c'est pour cela qu'Apple est plus sous la loupe.

La préinstallation d'apps sur smartphones Android donne aussi un avantage indu, via surexposition, mais au moins elle n'est pas une entrave totale à toute concurrence, contrairement à ce que que l'on peut constater coté Apple avec, par exemple Apple Pay ou Apple Arcade : aucune app iOS ne peut faire catalogue de jeux ni proposer une méthode de paiement alternative avec le smartphone, sans contact.

Je vous laisse me répondre, comme à votre habitude, que le consommateur c'est ce qu'il veut et il le sait et le bla bla bla habituel.

avatar byte_order | 

> Bah corrigé moi si je me trompe mais, le device ( iPhone, Mac, iPad,ect) c’est Apple
> qui le crée non ?

Oui.
Mais elle le vend, ensuite.
Donc elle ne peut plus faire comme si elle était totalement chez elle sur un iDevice vendu.

> Donc c’est tout à fait normal quel préfère proposer ses propres apps par rapport
> au autres non ?

Ah okay.
Donc si demain Apple ajoute un mécanisme de minage de cryptomonnaie à son profit dans chez iDevice, pourtant vendu, tout en interdisant toute app tierce de proposer la même fonction, même au bénéfice de l'utilisateur, c'est normal, y'a rien à redire, Apple fait ce qu'elle veut comme elle veut !?

avatar Baptiste_nv18 | 

@byte_order

Bah oui. Et si j’achète un iPhone, je l’achèterai en connaissance de cause.

avatar byte_order | 

@Baptiste_nv18
> Bah oui. Et si j’achète un iPhone, je l’achèterai en connaissance de cause.

Le legislateur s'en fout de ce que *vous* vous achetez en connaissance de cause.
Ce que lui il regarde, c'est ce que le consommateur à acheté, les droits et devoirs que cela lui donne ou pas, les droits et devoirs que cela donne au vendeur, et les abus potentiels de l'un ou de l'autre si l'équité dans le marché considéré.

Hors, non, les gens qui achètent un iPhone n'achète pas un iPhone pour n'avoir ensuite plus que la possibilité d'acheter des usages ou services accessibles depuis cet iPhone *que* auprès d'Apple, non. Que vous, vous vouliez agir ainsi vous regarde, mais dire que Apple est légitime à vouloir l'imposer et que *tous* les consommateurs le savent au moment de l'achat, non, c'est faux.

Et ça, le régulateur il le sait.

avatar Krysten2001 | 

@byte_order

Si les utilisateurs ne sont pas content ils peuvent rendre l’appareil.
Seul l’utilisateur peut juger si ça lui convient,…

avatar byte_order | 

@Krysten2001
> Si les utilisateurs ne sont pas content ils peuvent rendre l’appareil.

Le fait de pouvoir échapper à une situation où l'on est victime ne fait pas disparaitre l'existence du problème, il ne fait que le borner dans le temps.
Par ailleurs, une fois passée la periode de rétractation, non, ce n'est plus possible de "rendre" l'appareil. Hors cette période ne permet pas, clairement, à tout consommateur de se rendre compte de la totalité des entraves et limites arbitraires du produit acheté.

Et, pour rappel, le régulateur s'occupe également de l'intérêt d'autres personnes que les seuls consommateurs, y'a aussi celui des éditeurs d'apps dans l'affaire, hein !
Et eux, ils ne peuvent pas prendre le terminal de l'utilisateur et le rendre à sa place pour lui en donner un autre modèle à la place !

> Seul l’utilisateur peut juger si ça lui convient,…

Vous êtes en train de sérieusement dire que le régulateur n'a pas le droit de déterminer les règles de marché, que c'est l'utilisateur qui peut seul en décider et donc, en gros, qu'il ne devrait y avoir aucune régulation, que le marché devrait être totalement dérégulé et qu'on laisse l'utilisateur (en fait, consommateur) juger si ça lui convient, et tant pis si pour pouvoir en juger il a du y perdre de l'argent !?

En gros vous êtes pour un marché dérégulé, la loi de la jungle quoi.
Et c'est vous qui me critiquez pour avoir une vision trop libérale !?

J'en rirerais si ce n'est pas à en pleurer d'hypocrisie.

avatar Krysten2001 | 

@byte_order

Non mais qu’il y a moyen de trouver autres choses sans casser l’expérience utilisateur d’une marque et des consommateurs.

avatar EzraTech | 

@byte_order

L’exemple de l’app de minage au profit d’Apple ne tient pas car à moins que je me trompe, ce qui leur est reproché c’est de laisser l’utilisateur plus de moyens pour protéger sa vie privé dans sa globalité. Et cela englobe , le tracking, le fait d’utiliser seulement l’AppStore qui permet au maximum d’éviter des apps vérolées et autres, des applications faciles d’utilisation ( pour la grandes majorités) et totalement intégrées au système pour plus de transparence a l’utilisation. Enfin, si Apple accepte l’utilisation d’app store alternative, elle n’aura aucun contrôle sur les apps vérolée, les piratages et j’en passe. Et quand le client viendra ce plaindre que « ouin ouin, j’ai installer une app depuis un store alternatif et je me suis fait pirater mes comptes messageries et bancaires » bah il pourront que s’en prendre à eux même ou aller se plaindre au service qui a forcer Apple de laisser les AppStore exister sur leur iPhone et autres

avatar byte_order | 

@EzraTech
> L’exemple de l’app de minage au profit d’Apple ne tient pas

Je vois pas pourquoi. Apple pouvant, selon vous, installer comme bon lui semble ce qu'elle veut sur les terminaux iOS qu'elle vend, un mécanisme de minage à son profit utilisant la base installée des propriétaires de terminaux iOS rentre parfaitement dans la définition de "c'est normal que Apple propose ses propres apps plutôt que ceux des autres".

> car à moins que je me trompe, ce qui leur est reproché c’est de laisser l’utilisateur
> plus de moyens pour protéger sa vie privé dans sa globalité.

Non. Ce que toutes ces enquètes semblent reprocher à Apple c'est que Apple se sert de son contrôle sur iOS pour entraver la concurrence à ses propres services, qu'elle préinstalle en directement sur iOS.

Ce que vous citez ne sont que quelques exemples de conséquences observées et poussées comme exemple de cet abus.

Y'a une enquète sur l'abus de position de Apple Pay sur l'accès à la puce NFC, par exemple.
Cela n'a pourtant pas grand chose à voir avec la protection de la vie privée.

Par ailleurs, l'un des services d'Apple qui est préinstallé dans iOS, son service de ciblage publicitaire en exploitant les données privées de l'utilisateur, ce service là, pourtant en concurrence avec d'autres services dont Apple s'est fait le Don Quichotte défendant l'utilisateur, ce service là, le réglage de l'accord sur la collecte est préselectionné dans iOS et Apple fait tout pour que l'utilisateur ne s'en soucie pas.

> Enfin, si Apple accepte l’utilisation d’app store alternative

C'est pas une question d'acceptation, cela sera, le cas écheant, qu'elle accepte une décision administrative ou de justice d'un marché donné. Elle peut quitter ce marché ou préférer payer des astreintes, hein.

> elle n’aura aucun contrôle sur les apps vérolée, les piratages et j’en passe.

Euh, désolé, mais la sécurité se fait dans iOS, pas dans le store. Est-ce que c'est Carrefour qui fait que consommer tel aliment est sans danger ou la chaine de contrôle alimentaire qui alieu bien avant !? Pareil pour les médicaments, pourtant vendu dans pleins de "stores" différents !?

Apple peut parfaitement proposer de manière indépendante son service de validation et de certification d'apps pour iOS sans pour autant imposer d'ensuite distribuer l'app via l'AppStore. Qu'elle fasse payer ce service dans ce cas, qu'il reste gratuit comme aujourd'hui quand l'app est distribuée ensuite sur l'AppStore. Et d'introduire une certification "made for iOS", et hop.

Et refuser de prendre en garantie les clients qui ont installés des apps sans ce logo. Cela poussera les développeurs à continuer de produire des apps de bonne qualité, Apple gardant ainsi le contrôle de la qualité globale du catalogue d'apps, tout en autorisant ceux qui le souhaitent soit a distribuer en dehors des conditions arbitraires et commerciales de l'AppStore, soit à installer des apps non certifiés et d'en assumer les éventuelles conséquences.

Mais, oui, cela permettra de mieux responsabiliser les utilisateurs.
C'est exactement ce qui se passe d'ailleurs sur Android.
Les gens qui ont installés des apk sans faire trop gaffe ont appris assez vite que c'était potentiellement risqués, et depuis ils font plus gaffe sur comment, via quelle plateforme ils obtiennent l'apk etc. F-Droid, un store dédié aux apps Android de type open source, ne s'en porte pas plus mal pour autant, et on y trouve des trucs que les conditions du Play Store ne permettraient pas forcément.

Quand à se plaindre auprès du régulateur, et bien c'est le droit de tout citoyen, en effet. Mais 1) un citoyen = 1 voix, pas plus et 2) Apple (ni aucune entreprise) n'est pas un citoyen.

avatar _Lion04_ | 

Il faut bien des personnes qui régulent les GAFAM et autres compagnies, sinon ça serait problématique pour nous, consommateurs.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR