Suite à la plainte de Spotify, Bruxelles devrait enquêter sur les pratiques d’Apple

Mickaël Bazoge |

La Commission européenne devrait bel et bien enclencher une enquête formelle après l’accusation portée par Spotify contre Apple. Le service de streaming s’est plaint il y a quelques semaines que le constructeur californien abusait de sa position dans l’App Store pour favoriser Apple Music. Le statut de juge et partie qu’Apple s’est octroyé est de nature à fausser les règles de la concurrence, selon Spotify qui a mis le paquet pour défendre son point de vue, avec un site spécifique.

Daniel Ek, le patron de Spotify.

Dans le collimateur de Spotify, la commission de 30% prélevée par Apple sur les abonnements souscrits depuis l’application (15% après un an d’abonnement). Dans le secteur d’activité du streaming, les marges sont extrêmement fines et il est bien difficile de gagner de l’argent quand on est un pure-player ; malgré ses 100 millions d’abonnés payants, Spotify accusait toujours une perte de 142 millions d’euros au dernier trimestre.

Après avoir pris le temps d’étudier les éléments de la plainte et de consulter les concurrents (Deezer faisait certainement partie de la liste), la Commission européenne a donné son feu vert à une enquête en bonne et due forme, selon le Financial Times. Cela ne laisse pas présager d’amende contre Apple, il faut bien sûr attendre les conclusions de l’enquête et une éventuelle communication de griefs de Bruxelles. Cela peut nécessiter plusieurs années de travail aux fins limiers de l’Union.

Apple a eu l’occasion de s’exprimer officiellement sur le sujet. La Pomme a fait savoir que Spotify ne serait pas où il en est aujourd’hui sans l’App Store, et que le service cherchait à obtenir le beurre (la distribution et le système de paiements) et l’argent du beurre (100% des revenus générés par l’App Store). Ce à quoi Spotify a répondu en qualifiant Apple d’entreprise monopolistique.

avatar SyMich | 

Peut-être parce qu'Apple n'a pas encore osé affirmer, comme ils le font pour Spotify, que sans l'AppStore Amazon ne serait rien...
J'ai bon? ?

avatar webHAL1 | 

@SyMich

Bingo ! C'est d'ailleurs incompréhensible, tant il est parfaitement reconnu au sein de l'industrie qu'Amazon doit tout à Apple ! ?

avatar zoubi2 | 

@CLang

Puisque nous sommes dans le capilotracté, pourquoi donc Apple prélèverait une commission de 30% sur les abonnements à Spotify effectués depuis le store ?

avatar zoubi2 | 

M'étonne pas, chuis le roi. Mais, apparemment, nous sommes plusieurs à nous disputer le trône.

avatar e2x | 

on a beau cracher sur Spotify le plaignant, j’espère qu’apple va suer car qui peut contredire qu’Apple, sous couvert du discours « sécurité blablabla » persiste à exercer une espèce de dictature qui ne ravi ni les éditeurs comme Spotify ni l’utilisateur. Tout users préfère avoir le choix .
Regardez juste l’historique du site de la relation Apple/Spotify et osez dire qu’il n’y a pas un binz quelquepart ?

avatar byte_order | 

@CLang
> « Tout users préfère avoir le choix »
> Crois tu ?
> Si tel était le cas la population adhérerait pleinement aux vue très cohérente
> de Richard Stallman ?

Hein ?
Je vois pas franchement le rapport entre défendre l'idée d'avoir le choix parmi plusieurs distributeurs mis en concurrence et défendre l'ouverture du code des technologies logicielles.

Depuis l'invention du commerce la lutte pour des conditions équitables de concurrence de l'offre existe, et c'est bien de ça dont il est question ici encore, rien de plus.

avatar webHAL1 | 

@e2x
« on a beau cracher sur Spotify le plaignant, j’espère qu’apple va suer [...] »

Ça dépend ce qu'on entend par "suer". ;-)
L'idéal pour les utilisateurs d'appareils iOS et pour les éditeurs d'applications serait bien sûr que Bruxelles casse le monopole d'Apple sur la distribution d'applications sur la plate-forme iOS. Mais j'ai peur que ça soit peu probable.
Une bonne première mesure serait déjà que les pratiques de la Pomme soit reconnues comme anti-concurrentielles et que les fournisseurs de services concurrents puissent inclure dans leur application des liens et des explications sur la manière de s'abonner sur leur site Web ou via tout autre moyen.

avatar zoubi2 | 

@webHAL1

"Une bonne première mesure serait ... que les fournisseurs de services concurrents puissent inclure dans leur application des liens et des explications sur la manière de s'abonner sur leur site Web ou via tout autre moyen"

Ben vi... mais @CLang va répondre que ce commentaire relève de la naïveté la plus désespérante, parce que tout ça n'est que $$$$$ -on retombe sur terre- et que c'est donc parfaitement normal.

Bon. Je préfère rester anormal.

avatar fkdev | 

@CLang

L’intérêt du consommateur compte quand il n’est pas contraire avec l’intérêt d’Apple. C’est le cas avec le verrouillage de l’app store qui permet en théorie une expérience sécurisée.
Malheureusement avec le nouveau focus sur les services, les intérêts des consommateurs et d’Apple commencent à diverger. On le voit avec les arnaques à l’abonnement sur l’app store qu’Apple laisse faire.

avatar coucou | 

"Le jour où l’humanité sera capable d’adhérer à l’ascétique de Stallman nous en reparlerons."

Quand ça arrivera, et ça arrivera puisque c'est déjà en cours aus USA, "La Liberté éclairant le monde" verra son visage modifiée au profit de celui de Saint Richard et son histoire ferra partie du patrimoine mondiale de l'humanité. ?

Les utilisateurs de Vim en PLS.

avatar fkdev | 

@webHAL1

D’accord. C’est un peu limite que Spotify ne puisse même pas dire « abonnez vous sur notre site ».
D’un autre côté, si c’est autorisé, il y a des app stores alternatifs qui vont se monter sur le web et proposer leurs services à tous les développeurs. Tu auras un bouton qui t’enverra vers Safari ou tu pourras acheter via PayPal et cela te renverra automatiquement vers l’app où ton achat sera déjà pris en compte.
Techniquement c’est facile et cela ne nuit pas à la sécurité informatique si l’accès à l’app est autorisé à Apple pour faire sa validation.
Si cela se produit c’est l’abonnement des développeurs qui devra couter plus cher (99€ par an aujourd’hui) pour financer l’hébergement des apps. Et ce sera la fin des apps vraiment gratuites.
Autre solution : autoriser le jailbreak officiel et là ce sera la fin des développeurs indépendants pour cause de piratage généralisé. Et des problèmes de sécurité informatique.

C’est pas si facile à régler comme problème...
Je pense qu’il faudra autoriser un texte explicatif sur comment s’abonner à Spotify mais pas un lien automatique vers Safari.

avatar byte_order | 

> D’accord. C’est un peu limite que Spotify ne puisse même pas dire « abonnez vous
> sur notre site ».
> D’un autre côté, si c’est autorisé, il y a des app stores alternatifs
> qui vont se monter sur le web et proposer leurs services à tous les développeurs.

Des "licence stores" plutôt.
Mais oui, en effet.

> c’est l’abonnement des développeurs qui devra couter plus cher
> (99€ par an aujourd’hui) pour financer l’hébergement des apps.

Pourquoi pas. Pas sûr que de passer l'hébergement forfaitaire de toutes les applications d'un éditeur de 99 à, je sais pas, disons 999€ par an soit si repoussante que cela, sachant que cela recouvre bien plus que le seul hébergement, y'a tout l'écosystème XCode, TestFlight etc qui entre également dedans.

> Et ce sera la fin des apps vraiment gratuites.

J'y crois pas une seule seconde. Déjà parce que toutes les apps n'ont pas besoin d'avoir une licence d'utilisation, ensuite parce que aucune app iOS est réellement complètement gratuite, chaque développeur devant au moins payer chaque année 99€ (en plus de maintenir au moins un mac en état de marche...), et pourtant cela n'empêche nullement l'existence des apps gratuites.

Au pire, cela repoussera les éditeurs d'apps gratuites bourrées de pubs et qui se ressemblent toutes, ce qui serait pas un mal... pour le consommateur.

> autoriser le jailbreak officiel

Légalement, c'est déjà le cas, la Cour Suprème américaine a tranché sur ce point.
Techniquement, Apple fait tout pour rendre ce droit très compliqué à exercer.

avatar webHAL1 | 

@fkdev
« D’un autre côté, si c’est autorisé, il y a des app stores alternatifs qui vont se monter sur le web et proposer leurs services à tous les développeurs. Tu auras un bouton qui t’enverra vers Safari ou tu pourras acheter via PayPal et cela te renverra automatiquement vers l’app où ton achat sera déjà pris en compte. »

Cela est possible sur Android. Cela nuit-il à Google et à son Play Store ? Cela est-il un problème pour l'éco-système applicatif Android ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR