T2 2019 : les services et l’Apple Watch qui rient, l’iPhone qui pleure

Anthony Nelzin-Santos |

Apple présente les résultats du deuxième trimestre de son année fiscale 2019. Lorsque l’iPod était encore un bestseller, ce trimestre de janvier à mars était d’une mollesse égale à la vigueur du trimestre précédent, celui des fêtes de fin d’année. Et puis la Chine est montée en puissance, et avec elle l’importance des enveloppes rouges dans les comptes d’Apple. Le deuxième trimestre fiscal est devenu un deuxième trimestre de Noël.

Mais le marché chinois s’est tassé, et la belle mécanique s’est enrayée. Pire : les ventes d’iPhone, qui représentent plus de la moitié de l’activité d’Apple, plafonnent. Voilà qui explique la relative contreperformance de ce trimestre, anticipée par les dirigeants de la firme de Cupertino. Car tous les autres signaux sont au vert : l’iPad poursuit sa remontée, l’Apple Watch et les AirPods pèsent presque aussi lourd que le Mac, et les services continuent leur folle progression.

Les bureaux d’Apple à Results Way (Cupertino). Image Apple.
Les bureaux d’Apple à Results Way (Cupertino). Image Apple.

En bref

En milliards de dollars.

T2 2019 T2 2018 Évolution
Chiffre d’affaires 58,015 61,137 -5,10 %
Bénéfice 11,561 13,822 -16,35 %
iPhone 31,051 37,559 -17,32 %
iPad 4,872 4,008 21,55 %
Mac 5,513 5,776 -4,55 %
Services 11,450 9,850 16,24 %
Autres produits 5,129 3,944 30,04 %

Chiffre d’affaires

Luca Maestri avait tablé sur un chiffre d’affaires compris entre 55 et 59 milliards de dollars, préparant ainsi les esprits des analystes financiers à une baisse de 3,5 à 10 %, la deuxième de rang. Le directeur financier d’Apple a finalement annoncé un chiffre d’affaires de 58,015 milliards de dollars, soit 5,10 % de moins qu’au T2 2018, mais mieux que prévu. Apple a réalisé un bénéfice de 11,561 milliards de dollars (-16,35 %), soit 2.46 dollars par action. La marge nette passe sous la barre des 20 % pour la première fois en deux ans.

Les ventes à l’international ont representé 61 % de l’activité de la société. Sans la Chine, le chiffre d’affaire n’aurait connu qu’une baisse très mineure de 0,66 %, les ventes progressant aussi bien sur le continent américain (+3,04 %) qu’au Japon (+1,17 %). Cela étant dit, la situation du marché chinois n’a pas empiré : la chute des ventes au deuxième trimestre (-21,54 %) est moins importante qu’au premier (-26,66 %). Tim Cook y voit l’effet de la récente baisse de la TVA et de la relative accalmie dans la guerre commerciale qui oppose la Chine aux États-Unis.

Apple ajuste son programme de rachat d’action et de versement d’un dividende, parvenu à son terme. La firme de Cupertino lance une nouvelle tranche de rachat d’actions de 75 milliards de dollars, et augmente le dividende — qui atteindra 0,77 dollar à partir du 16 mai prochain — pour la septième fois en sept ans. Depuis 2012, Apple a « rendu » plus de 360 milliards de dollars aux actionnaires.

Ventes d’iPhone

Apple a raté Noël, et n’a pas mieux réussi le deuxième trimestre. La faute à l’iPhone : il pousse les comptes vers le bas aussi fort qu’il les tirait vers le haut, malgré le beau succès des autres produits. Lancement d’un grand programme de reprise, baisse du prix assumée dans certains pays et déguisée ailleurs, Apple n’aura pas ménagé sa peine ces derniers mois.

Les premiers résultats semblaient encourageants : le part de marché de l’iPhone progresse fortement aux États-Unis et plus timidement en France, les derniers modèles sont rentrés dans le top 5 chinois, et l’iPhone XR fait un tabac. Mais ils ne se traduisent pas sur le bilan comptable : le chiffre d’affaires de l’iPhone subit une baisse de 17,32 %, pire encore qu’au premier trimestre, et tombe à 31,051 milliards de dollars. Conséquence : en deux ans, la part de l’iPhone dans les revenus d’Apple est passée de 66 à 53 %.

Ventes d’iPad

Avec un chiffre d’affaires de 4,872 milliards de dollars, en progression de 21,55 %, l’iPad retrouve sa place de pilier de l’activité d’Apple. Le récent rafraichissement de l’iPad mini, conçu pour répondre aux demandes insistantes d’une clientèle bien particulière, devrait prolonger ce succès au troisième trimestre. Depuis deux ans, Apple adapte son modèle à l’allongement des cycles de renouvèlement de l’iPad, en jouant beaucoup sur les effets de gamme.

L’iPad Air est une pièce maitresse dans ce dispositif : sans être beaucoup moins capable que l’iPad Pro, il est nettement moins cher, mais aussi plus rentable. Maintenant qu’Apple ne détaille plus les chiffres de vente, il sera plus difficile d’évaluer son succès. Les analystes financiers ne manqueront toutefois pas de fournir quelques éléments de réponse dans les mois qui viennent.

Ventes de Mac

Un trimestre dans le vert, un trimestre dans le rouge, les ventes de Mac continuent à jouer du yo-yo. Après avoir progressé de 8,68 % à Noël, elles ont cette fois baissé de 4,55 %, pour revenir à 5,513 milliards de dollars. Ce n’est pas tout à fait une surprise : IDC comme Gartner avaient prévenu. Apple n’échappe pas à la contraction du marché de l’ordinateur personnel, mais conserve sa troisième place sur le marché américain et sa quatrième place au niveau mondial, devant Acer et derrière Dell.

Services et autres produits

Les services continuent leur folle progression : ils ont encore gagné 16,24 % ce trimestre, pour atteindre 11,450 milliards de dollars. Alors qu’elle vient de leur consacrer un special event tout entier, et qu’elle devrait ouvrir de nouveaux services dans les prochains mois, Apple confirme sa capacité à atteindre 500 millions d’abonnés payants d’ici à 2020.

Dans la même veine, la catégorie fourre-tout des « autres produits » n’en finit plus de surprendre avec une progression de 30,04 %. Et pour cause : outre les périphériques et l’Apple TV, elle renferme aussi les AirPods (les écouteurs sans-fils les plus vendus) et l’Apple Watch (la montre connectée la plus vendue). En atteignant 5,129 milliards de dollars, ces accessoires montrent qu’ils ne le sont plus, puisqu’ils pèsent aussi lourd que le Mac ou l’iPad. Avec un intérêt majeur : ils défient les cycles saisonniers.

Pour le T3 2019

« Les résultats de notre trimestre de mars ont montré la force continue de notre base installée », qui atteint 1,4 milliards d’appareils, explique Tim Cook. *« L’iPad a connu sa plus forte croissance en six ans, et nous sommes plus enthousiastes que jamais à l’idée de nos futurs matériels, logiciels et services. Nous avons hâtes d’en dire plus aux développeurs et aux clients lors de la trentième conférence annuelle des développeurs en juin. »

Luca Maestri, le directeur financier de la société, fixe les objectifs pour le troisième trimestre, à commencer par un chiffre d’affaires compris entre 52,2 et 54,5 milliards de dollars. Une très légère baisse dans le premier cas, une très légère hausse dans le deuxième, Apple voit la lumière au bout du tunnel.

avatar Charlesl15 | 

Chute des actions à prévoir?

avatar wolfkeep | 

@Charlesl15

C’est mieux que prévu donc je ne pense pas après les investisseurs ne sont jamais content

avatar Yves SG | 

@Charlesl15

Franchement, on s’en fout (ou on devrait s’en foutre) :
Si tu en as, ça devrait être, à l’image de Warren Buffet, un investissement à (très) long terme. Les fluctuations passagères et seul la tendance de fond est importante.

Et si tu n’en a pas...

avatar Charlesl15 | 

@Yves SG

Sauf qu’il y a toujours possibilité de faire des bénéfices à l’achat/vente de CFD avec les fluctuations. Je commence à m’intéresser un peu aux marchés boursier, car je trouve qu’il y a du potentiel pour se faire de l’argent et je trouve ça très intéressant d’un point de vue technique

avatar sebas_ | 

@Charlesl15

C’est effectivement intéressant intellectuellement et financièrement. Ethniquement, par contre... l’argent ne se crée pas tout seul: tout ce que tu gagnes en qq clicks en achetant/revendant à court terme représente une perte de l’autre côté de la chaîne. A terme, c’est un ouvrier du Bangladesh sous payé ou un paysan andin exploité

avatar Baptiste_nv18 | 

@sebas_

N’est-ce pas comme cela que le monde fonctionne ?

avatar Charlesl15 | 

@sebas_

Éthiquement? Comme dit @baptiste_nv18 , le monde fonctionne comme ça actuellement (malheureusement).

En suite pour revenir aux pays sous développés ça n’a rien à voir. L’argent que les traders gagnent, sont du à tout ceux qui investissent en perdant de l’argent. Demain je mise a l’achat l’action Apple a 1000€, et une personne lambda mise à la vente 1000€ également, si le cours monte, je vais gagner de l’argent en prenant l’argent de l’investisseur lambda qui lui perd son argent. En aucuns cas j’appauvris les pays sous développés ou même les travailleurs sous payés (malheurement pour eux). L’argents gagné est pris aux autres actionnaires qui eux ont mal misé et mal analysé le marché (du moins se que j’ai compris car je débute mais ça paraît logique).

avatar PierreBondurant | 

@Charlesl15

Le seul qui se fait de la thune avec les CFD c’est celui qui les crée (banquier le plus souvent).
Je déconseille

avatar Charlesl15 | 

@CLang

Vous me conseillez quoi du coup? Car j’étais parti sur du scalping/daytrading

avatar Charlesl15 | 

@CLang

Ok merci quand même ?

avatar Yves SG | 

@Charlesl15

Oui, c’est une façon opportuniste et très risquée de fait’er potentiellement beaucoup d’argent sur du court terme.
Son ration rendement/risque est finalement très mauvais et surtout elle n’a aucune utilité pour l’économie et ce n’est donc à les yeux pas meilleure façon de faire fructifier son patrimoine ni de s’en constituer un.

avatar Charlesl15 | 

@Yves SG

Vous me conseillez quoi du coup? Car j’étais parti sur du scalping/daytrading

avatar Yves SG | 

@Charlesl15

De prendre rendez-vous avec un conseiller patrimonial indépendant. J’en connais des très bons ??
pour prendre une image, c’est un peut comme la santé : on ne se construit pas une santé solide en arpentant les rayons des pharmacies...

avatar Yves SG | 

@Charlesl15

Pour info j’ai pour ma part une centaine d’actions Apple. Elles ont fait x14 depuis mon premier achat, pour autant j’en cède régulièrement la moitié car elles ne font pas vraiment partie de ma stratégie patrimoniale et leur détention est plus « sentimentale » qu’autre chose.
Il y a de multiples aspects à prendre en compte (disponibilité, volatilité, équilibre, diversification, fiscalité,...). La rentabilité pure n’est qu’un paramètre permis d’autres.

avatar Fanoo | 

@Charlesl15

+ 5,40 % en hors séance !
La réponse est claire

avatar Theluxurywatch | 

@Charlesl15

L’action prend 5.50% actuellement donc non clairement pas. Les résultats sont plutôt rassurants, le consensus est respecté et la progression des services renforce la bonne idée de la part d’Apple de prendre le tournage vers les services pour ne plus dépendre de l’iPhone.

avatar Charlesl15 | 

@Theluxurywatch
@Fanoo

Je viens de voir ça merci ?

avatar wolfkeep | 

La progression pour les services est dingue?

avatar coucou | 

Vendre ses clients à des sociétés tierces ça rapporte même chez apple :)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR