Comment les services sont en train de changer Apple

Christophe Laporte |

Fidèle à son habitude, Apple s’est bien gardée d’exposer au CES à Las Vegas. Toutefois, cela ne l’a pas empêchée de faire (beaucoup) parler d’elle. Elle a tout d’abord signé un très joli coup marketing avec cette grande affiche qui surplombait le salon. Oui, le respect de la vie privée est un véritable argument commercial en 2019...

Si Apple était absente, les membres de son écosystème se sont chargés de la représenter. On a eu le droit notamment à une déferlante d’appareils pour HomeKit. Apple bâtit lentement mais sûrement un écosystème de plus en plus complet autour de la maison connectée.

Depuis iOS 11.3, le constructeur n’oblige plus à intégrer une puce d’identification dans les produits HomeKit, tout passe par le logiciel. Il ne fait guère de doute que la levée de la restriction matérielle a permis à de nouveaux fabricants d’embarquer sur la plateforme domotique d’Apple.

Il est également possible qu’Apple ait fait quelques coups de coude à certains réfractaires qui ne s’intéressaient pas à HomeKit auparavant…

AirPlay 2 passe à la vitesse supérieure

Mais la grande surprise pour Apple lors du CES a été l’annonce de l’arrivée d’AirPlay 2 sur de nombreux téléviseurs. Apple a passé des accords avec de nombreux acteurs, dont Samsung, LG et Sony.

Apple joue ici un habile billard à multiples bandes. L’entreprise permet à des constructeurs tiers d’intégrer des technologies vendeuses du point de vue du marketing. Mais la mise, c’est Apple qui compte la ramasser : AirPlay 2 et HomeKit vont se retrouver au cœur de plusieurs millions de postes de télé dans les mois à venir.

C’est gagnant-gagnant comme on dit, mais pour en être certain, il faudrait connaitre les arguments du contrat qui lie Apple à ses partenaires. Est-ce que l’une des parties verse de l’argent à l’autre ? Apple cherchant avant tout à promouvoir ses technologies, il est bien possible qu’elle se soit montrée plus désintéressée qu’à l’accoutumée. Il y a quelques années, il se murmurait que la licence pour AirPlay était de 4 $, mais celle-ci était accompagnée d’une puce spéciale.

Ces technologies n’ont sans doute pas été livrées gracieusement par Apple à des constructeurs dont certains — on pense à Samsung — sont aussi des concurrents sur le marché du smartphone. Le service de streaming vidéo de la Pomme approche, avec un lancement sans doute au printemps.

La compatibilité AirPlay 2 pourrait être un habile cheval de Troie : Apple donne ses technologies en contrepartie de l’installation du futur « Apple Video ». D’un coup, ce sont des millions de téléspectateurs qui peuvent s’abonner au nouveau service concurrent de Netflix !

La rumeur prête certes au constructeur californien la volonté de lancer une version allégée et abordable de l’Apple TV (un Chromecast, en quelque sorte), mais l’un n’empêche pas l’autre. Dans un contexte concurrentiel de plus en plus tendu (on ne compte plus le nombre de services de streaming vidéo), Apple veut jouer toutes ses cartes.

Bonus pas négligeable : le support de HomeKit va également permettre à l’écosystème de la plateforme domotique de trouver de nouveaux débouchés. Pas inutile quand en face on trouve Amazon et Google avec leurs milliards d’appareils compatibles Alexa et Assistant.

Ce qu'il est intéressant de noter, c’est le secret autour de ces annonces. Personne n’a vu le coup venir. Contrairement à ce que certains ont pu dire dans les médias, cette stratégie n’est pas un simple coup de tête d’Apple. En 2011 déjà, des articles laissaient entendre qu’Apple travaillait sur une telle hypothèse. Avec le recul, la prise en charge native d’AirPlay sur les terminaux HTC ressemblait à un galop d’essai...

Le HTC 10 était le premier smartphone non Apple à prendre en charge AirPlay

D’un côté, l’annonce d’Apple s’inscrit dans la suite logique de ce qu’Apple a fait avec AirTunes puis AirPlay. Avec la première version de son protocole, la marque à la pomme a travaillé main dans la main avec de nombreux fabricants de produits audio. Au fil des années, le constructeur a su créer un écosystème redoutable. Maintenant qu’AirPlay 2 est sur orbite, il semble qu’Apple soit décidée à faire la même chose, mais dans le domaine de la vidéo. Et cela tombe bien, Apple souhaite lancer un petit frère à Apple Music.

La plupart des fabricants de téléviseurs finiront sans doute par intégrer AirPlay 2 dans une partie de leur gamme. Apple a ouvert les portes d’Apple Music à Alexa, après Android. Faut-il s’inquiéter comme nous l’évoquions quelques jours auparavant du sort de l’Apple TV et du HomePod ?

AirTunes, l'ancêtre d'AirPlay, a été lancé en 2004.

L’histoire nous inviterait à penser le contraire. Après tout, le HomePod était déjà en concurrence avec des systèmes audio qui embarquaient la technologie de diffusion d’Apple. Si l’on veut être optimiste, on peut penser que cela va pousser la firme de Cupertino à se dépasser et à faire en sorte que ses deux produits offrent la meilleure expérience possible pour se distinguer. L’apparition d’AirPlay 2 dans les téléviseurs pourraient même participer à démocratiser l’Apple TV. Mais l’essentiel finalement est ailleurs....

Quand Steve Jobs ne voulait pas rendre les utilisateurs Android heureux

« On a adapté iTunes à Windows pour vendre plus d’iPod. Mais je ne vois pas l’intérêt de mettre nos applications musicales sur Android, sauf si on veut rendre les adeptes d’Android heureux. Or je ne veux pas les rendre heureux ». Quelques mois avant sa mort, Steve Jobs, qui ne portait pas particulièrement Android dans son cœur, avait parfaitement expliqué à son biographe la philosophie d’Apple concernant les autres plateformes. Cette doctrine a beaucoup évolué ces dernières années.

Au début des années 2010, Apple aurait pu lancer l’iTunes Music Store sur Android et générer un chiffre d’affaires important. La rumeur est revenue à plusieurs reprises au cours de la première partie de la décennie actuelle, mais elle ne s’est jamais matérialisée. Il faut dire que la vente de musique était déjà en perte de vitesse et elle n’a jamais rapporté grand-chose à Apple. Comme le désirait Steve Jobs, c’était surtout un moyen de vendre des iPod (une stratégie couronnée de succès).

Il y a un autre service dont les rumeurs ont fréquemment annoncé la venue sur Android : il s’agit d’iMessage (lire : Apple avait envisagé un iMessage multiplateforme). Pour les utilisateurs, le fait que la messagerie instantanée ne soit disponible que sur les terminaux d’Apple est un frein à son adoption.

Mais voilà, iMessage en tant que tel ne permet pas à Apple de générer beaucoup d’argent, le constructeur ne vend pas d’iPhone sur la seule base d’iMessage. À moins de vouloir en faire une exploitation commerciale et publicitaire, mais cela ne colle pas trop avec le discours actuel d’Apple.

Soucieuse d’occuper les premiers rôles avec Apple Music, Apple a fait preuve de pragmatisme. Outre ses plateformes, son service de musique en ligne est également disponible sur Android, Windows et tout récemment, sur Alexa. Les 10 dollars par mois que coûte Apple Music ont peut-être donné à Apple l’envie de rendre les utilisateurs d’Android un peu plus heureux. Il en sera sans doute de même avec son service de streaming vidéo.

Vers un forfait Apple complet ?

D’un point de vue financier, Apple n’a pas fait de mystère (pour une fois) : l’entreprise veut doubler le chiffre d’affaires de la division Services entre 2016 et 2020. Pour y parvenir, Apple semble vouloir les multiplier ! Après le stockage iCloud et Apple Music, il y a donc ce service de vidéo dans les starting-blocks. Il n’est pas clair s’il sera associé ou non à Apple Music.

Un service de presse en ligne, qui pourrait prendre la forme d’une extension payante d’Apple News, devrait également voir le jour. Pour iOS 13 ? Mais tout cela est peut-être bien peu de choses par rapport à ce que Tim Cook a annoncé la semaine dernière : le lancement d’un service dédié à la santé, qui pourrait être la nouveauté la plus importante de 2019… et modifier en profondeur Apple. Mais cela pourrait n'être qu’une première étape.

Ce qui peut apparaitre comme nouveau dans la stratégie d’Apple, c’est sa volonté de mettre au même niveau ses services et ses produits. Et cette logique d’abonnement qui sied si bien à ses activités de services (Apple Music, iCloud…), Apple pourrait être tenté de l’étendre à ses activités hardware, voire les fusionner.

Pour tenter d’engranger toujours plus de revenus récurrents, Apple pourrait étendre son programme de leasing d’iPhone. Disponible dans une petite poignée de pays, l’iPhone Upgrade Program permet, à partir de 37 $ par mois, de recevoir chaque année le nouvel iPhone et de bénéficier de la garantie AppleCare+.

Depuis plus de deux ans, on entend parler du lancement de ce programme en France, mais rien n’a encore été mis en place ou annoncé. C’est sans doute un axe de développement pour Apple, qui pourrait proposer son abonnement à d’autres appareils (iPad, Mac). Mais pourquoi ne pas aller plus loin et proposer une offre forfaitaire qui comprendrait à la fois le matériel, le logiciel, la garantie et les services ? Une manière pour Apple de boucler la boucle.

Apple pourrait proposer des forfaits sur mesure comprenant par exemple une Apple Watch, un iPhone, un Mac, 2 To de stockage à iCloud et Apple Music. La taxe Apple, diront les mauvaises langues… ou l’équivalent d’Amazon Prime (lire : « Apple Prime » : pourquoi pas un abonnement à tout l'écosystème Apple) !

Pour Apple, ce serait une manière ultime de s’assurer une récurrence de revenus. Finalement, l’essentiel pour Apple, ce ne serait pas le nombre de Mac ou d’iPhone vendus (en écho à la volonté d’Apple de ne plus communiquer sur les chiffres de vente), mais le nombre d’abonnés à son forfait tout en un.

Outre des gains récurrents, ce serait aussi un moyen astucieux pour Apple de déplacer la question du prix autour de ses produits et services. De quoi noyer le poisson alors que beaucoup reprochent au constructeur sa politique de prix élevés…

Pour les financiers, un tel forfait serait fabuleux. Pour l’utilisateur, cela peut également être très pratique, mais ce n’est pas non plus sans danger. Une telle formule enfermerait l’utilisateur un peu plus dans l’écosystème Apple. Mais le risque que court Apple est peut-être encore plus grand : celui de s’endormir sur ses lauriers…

avatar cybergana | 

Avec un abonnement à 99€ par mois..

avatar Paquito06 | 

Au dela des services et du software, Apple etait tres interessee au CES par des solutions innovantes concernant la recharge sans fil, vu que l’induction n’est pas ou peu au point. Elle a aimé notament la solution Energysquare (start up FR qui a gagné un prix au CES de la meilleure innovation). L’avenir parlera ??

avatar SartMatt | 

Techno intéressante, mais qui risque de poser de problème avec l'ajout de coques...

avatar Paquito06 | 

@SartMatt

Il ne faut pas de materiau intermediaire et un contact direct en effet. L’utilisation d’une coque est possible pour le moment, on se servira du lightning sur l’iPhone pour y brancher le revetement necessaire au dos du telephone. Il reste a ameliorer le design. Tout ca reste a creuser. La technologie elle meme sur toute surface de n’importe quelle taille ne laisse pas un large choix quant au design et a la finition pour le moment.

avatar Yohmi | 

@ Paquito06
On ne peut pas imaginer une coque avec des inserts métalliques en contact avec la coque du téléphone (métallique) et l'extérieur (comme des pastilles, ou pour les coques épaisses des cylindres) ?

avatar Paquito06 | 

@Yohmi

“On ne peut pas imaginer une coque avec des inserts métalliques en contact avec la coque du téléphone (métallique) et l'extérieur (comme des pastilles, ou pour les coques épaisses des cylindres) ? “

C’est l’idee, voici ce que propose EnergySquare;

https://cnet3.cbsistatic.com/img/YaROfyszWxZA3LsRt5WSODZcrew=/970x0/2017...

Ainsi en posant le telephone sur n’importe quel endroit de la surface, meme en le faisant glisser, la recharge est continue. Elle est stable et securisee si on touche n’importe quelle partie.

avatar pocketalex | 

@Paquito

Fidèle défenseur, notamment dans les colonnes de MacG, et utilisateur enthousiaste de la recharge par induction depuis 3 ans maintenant, j'ai ... totalement arrêté

cela fait presque 6 mois

Non pas que je déteste l'induction, j'en ai toujours été ravi et je reste un utilisateur convaincu, cela est indéniablement plus confortable que le filaire où il faut brancher une prise, et jamais je ne reviendrais au filaire ou il faut brancher une prise.

Comme toute évolution notable des usages, le retour en arrière n'est pas envisageable 2 secondes. Comme le retour au disque optique, ou aux écran à tube. C'est impensable ? Idem pour la recharge en branchant une prise

Mais alors, si je ne branche pas de fil, ni ne pose mon iPhone, ou mon iPad, sur un socle induction ... comment je recharge mes appareils ?

La grande nouveauté qui m'a fait basculer, à ma grande surprise je l'avoue, le coup n'était pas prévu, c'est la prise aimantée. Comme le magsafe, mais pour tout appareil.

Il y a pléthore de modèles sur le marché, mais mon choix s'est tourné vers la marque NetDot dont les nombreux retours utilisateurs sont élogieux

Déja, ce qui permet de mettre un pied dans cette solution, c'est le prix. c'est pas cher, vraiment pas cher. On peut démarrer avec une mise de moins de 10€ pour un plug et un cable !!!
Perso j'ai laché 17€ pour un pack de 3 plugs et 3 cables, puis un second pack de 3 en micro USB pour mes nombreux appareils sans fil : cigarette électronique, casque audio, souris, etc

Cette technologie n'offre que des avantages, et absolument aucun inconvénient.

- elle universalise la charge : j'ai un chargeur 5V, je branche un cable NetDot dessus, et je peux charger tout et n'importe quoi, quelquesoit son connecteur (USB-C, microUSB, lightning)
- rien à brancher, on approche l'appareil et "clac", le connecteur saute sur le plug tout seul et la charge peut commencer
- on peut faire passer des datas, donc le plug sur l'iPhone permet la synchro iTunes, etc
- le cable dispose d'une petite lumière LED, on peut donc brancher son appareil sans galère même dans le noir total. Essayez avec un lightning, c'est de grand moments de joie
- cette solution a aussi pour avantage de protéger les appareils de l'usure (surtout en microUSB ou le connecteur est parfois fragile sur certains appareils) : on branche le plug une fois, et on ne le débranche plus jamais.

Bref, les avantages de la recharge sans fil (l'appareil est disponible à tout moment, sans devoir débrancher une prise) et de la recharge filaire (charge rapide et puissante, possibilité de faire passer les datas) tout en ajoutant l'universalité (n'importe quel appareil se connecte sur votre chargeur)

Il y a un terme pour ce genre de solution qui révolutionne les usages : it's a game changer

Et en plus, c'est horriblement fun à utiliser

avatar zoubi2 | 

@pocketalex

Je suis sans doute le roi des cons, mais il m'a fallu un bout de temps pour comprendre que par "prise" vous entendez "connecteur"...
Pour moi, une "prise" ça se branche sur le réseau EDF...

avatar pocketalex | 

@zoubi2

ah mince, désolé ?, j'ai un peu jeté le commentaire rapido ... j'espère ne pas avoir été trop confu

Bref l'idée est de ne plus avoir à brancher un "petit truc" dans un "petit trou", chose nécessitant 2 mains, de la précision, du temps, immobilisant l'appareil une fois branché, et impossible à faire dès que la pièce ou l'on se trouve est très sombre, ou dans le noir (ce qui m'arrive les soirs ou je vais me coucher et que ma chérie dort déja. Je ne vais pas allumer la chambre pour retrouver le câble Lightning et le brancher dans mon iPhone... Et tenter de faire tout cela en aveugle, en tatonnant pour retrouver le cable, le connecteur Lightning de l'iphone et relier tout ça , c'est juste relou)

Avec les connecteurs NetDot, on approche l'iPhone, équipé d'un plug magnétique, du connecteur aimanté, et hop ! il se branche tout seul

Et comme le connecteur aimanté dispose d'une petite lumière, on le repère de suite dans le noir, on approche l'iPhone, ou l'iPad, et "hop", il se branche et lance la charge

On a besoin de l'appareil, c'est aussi facile à débrancher sinon plus qu'un cable iPhone classique

Avec ça, je recharge mes casques bluetooth, ma cigarette électronique, iPhone, iPad, baladeur, appareil photo, .... la liste est longue, tout est en micro USB aujourd'hui

Edit : commentaire corrigé

Edit 2 : une prise, c'est une prise, c'est à dire un socle et une fiche. Ce terme est familièrement utilisé pour les "prises électriques 220V", que l'on appelle juste "prise", mais une prise reste une prise, qu'elle soit EDF 220V, USB, Lightning, VGA, Thunderbolt, HDMI...

avatar ForzaDesmo | 

@zoubi2 @pocketalex

«Je suis sans doute le roi des cons, mais il m'a fallu un bout de temps pour comprendre que par "prise" vous entendez "connecteur"...
Pour moi, une "prise" ça se branche sur le réseau EDF...
»

Comme quoi, chez moi une prise c'est ce que je me fourre dans le nez ?.

avatar pocketalex | 

@ForzaDesmo

et tu atteins quel débit ??? ?

avatar Paquito06 | 

@pocketalex

Avec la solution proposee par EnergySquare, il n’y a plus de prise, ni meme de socle: une surface grande comme un bureau, une table basse, de chevet, ou autre, a n’importe quel endroit, permet la recharge d’un ordinateur, d’un telephone, ou autre petit electromenager (genre perceuse electrique par ex.). Il suffit de poser l’appareil, le faire glisser ne va pas stopper la recharge, et c’est safe. Mais oui, on attend la prochaine “norme” qui va s’imposer.

avatar pocketalex | 

@Paquito06

Nan mais le jour ou tous les appareils ont une solution intégrée et standardisée de recharge sans fil, moi je signe des deux mains

avatar Paquito06 | 

@pocketalex

On attend tous cela. Ou une batterie qui dure des semaines. Faites vos jeux ?

avatar Dark Phantom | 

Encore les abonnements !!!!!
Mais non je veux posséder ma machine mes données mes disques durs et ne jamais les rendre si je veux

avatar etio6 | 

@Dark Phantom

Cela peut se présenter sous la forme d’une LOA, en fin de contrat où l’on rend l’appareil et on repart sur un autre contrat avec un nouvel appareil, ou l’on rachète l’ancien pour sa valeur résiduelle.

avatar lmouillart | 

Dans ce cas il faut utiliser des systèmes libres OS (et matériels si possible), ainsi que des logiciels libres.
Sinon c'est votre constructeur, fournisseur d'OS, de logiciel, service qui vous imposera quoi faire et quand.
Je ne suis pas certain que d'après ces besoins exprimés Apple propose la solution la plus adaptée.

avatar Dark Phantom | 

@lmouillart

Ah mais je vais finir par me servir seulement de Linux et de messagerie non visitées pour mes trucs perso et le boulot uniquement sur Mac

avatar fifounet | 

@lmouillart

« Je ne suis pas certain que d'après ces besoins exprimés Apple propose la solution la plus adaptée. »

Ben c’est sûr Apple n’a jamais proposé , ne propose pas, ne proposera jamais la solution la plus adaptée ne effet car sinon elle serait dans tous les foyers hein ?

En plus les chiffres de ventes même élevés ne représentent rien , n’expliquent rien , si ce n’est un bizarre phénomène marketing qui veut tout prouver, et donner raison aux opposants .

Comme tout ceci devient simple juste en te lisants.

Je m’en veux d’avoir fermer les yeux jusque là ?

avatar sebluk | 

@Dark Phantom

On s’en fou

avatar Dark Phantom | 

@sebluk

Avec un t

avatar sebluk | 

@Dark Phantom

Ah ouaaii lourd !

avatar Niteor | 

Un Package Apple ???? A coup sûr, ce serait pour moi la fin de mon intérêt pour Apple !!! Je déteste le principe de l'abonnement pour le téléphone ! Services inclus ou pas, être enfermé dans l'univers Apple, très peu pour moi. Je sais qu'on l'est déjà un peu (beaucoup) mais là, on passerait un cap !

avatar Bounty23 | 

Un abonnement à 45€/mois pour un iPhone avec Apple Care +, 50 Go iCloud et Apple Music, ça serait cool non ?

avatar armandgz123 | 

@Bounty23

Hum... non

Pages

CONNEXION UTILISATEUR