Résultats financiers T1 2018 : l’ombre de l’iPhone sur un trimestre record

Anthony Nelzin-Santos |

Apple présente les résultats du premier trimestre de son année fiscale 2018, autrement dit les résultats du quatrième trimestre de l’année calendaire 2017. Un trimestre pendant lequel la « machine Apple » tourne à fond, puisque les principales nouveautés matérielles sont présentées à la rentrée pour les fêtes, où les iPhone 8 et les Apple Watch Series 3 se sont vendus comme des petits pains.

Mais pour la première fois en six ans, la commercialisation d’un nouveau modèle d’iPhone coincide parfaitement avec le premier trimestre. Et pas n’importe quel iPhone : l’iPhone X, vendu à partir de 1 159 €, alors que le panier moyen stagne voire baisse depuis 18 mois. Force est de constater qu’il a rencontré un franc succès : alors que les ventes d’iPhone ont légèrement baissé, le chiffre d’affaires de l’iPhone a fortement augmenté.

Les bureaux d’Apple à Results Way (Cupertino). Image Apple.
Les bureaux d’Apple à Results Way (Cupertino). Image Apple.

En bref

Chiffre d’affaires, bénéfice, services et autres produits : en milliards de dollars. Ventes d’iPhone, d’iPad, et de Mac : en millions d’unités.

T1 2018 T1 2017 Évolution
Chiffre d’affaires 88,293 78,351 12,68 %
Bénéfice 20,065 17,891 12,15 %
Ventes d’iPhone 77,316 78,290 –1,24 %
Ventes d’iPad 13,170 13,081 0,68 %
Ventes de Mac 5,112 5,374 –4,87 %
Services 8,471 7,172 18,11 %
Autres produits 5,489 4,024 36,40 %

Chiffre d’affaires et bénéfice

Après une année 2016 « difficile », Apple a rebondi en 2017, et compte s’envoler en 2018. Luca Maestri n’avait pas caché son ambition : en tablant sur un chiffre d’affaires compris entre 84 et 87 milliards de dollars, plus de deux fois le chiffre d’affaires de l’année 2010, il comptait clairement sur le succès de l’iPhone X. Les faits ont donné raison au directeur financier d’Apple : le chiffre d’affaires progresse de 12,68 % pour s’établir à 88,293 milliards de dollars.

Logiquement, le bénéfice va lui aussi de l’avant, et atteint 20,065 milliards de dollars (3.89 $ par action, 12,15 %). La marge nette se porte donc à 22,00 %. La société versera un dividende de 0,63 dollar par action le 15 février prochain, à tous les actionnaires de référence en date au 12 février. « Nous avons “rendu” 14,5 milliards de dollars aux investisseurs », dit Luca Maestri, qui se félicite « d’une bonne performance opérationnelle. »

Ventes d’iPhone

Coup de tonnerre : alors que les professionnels de Wall Street s’accordaient sur un chiffre de 80 millions d'unités (+2 %), et que les indépendants se prenaient même à rêver d’un chiffre de 83 millions (+6 %), Apple n’a vendu « que » 77,316 millions d’iPhone pendant les fêtes. Les ventes d’iPhone ont baissé de -1,24 %, du jamais vu à Noël, même au plus dur de l’année 2016. Il faut certes prendre en compte le fait que le trimestre a été plus court qu’à l’accoutumée, mais rares étaient les analystes à tabler sur un tel scénario. Reste que le panier moyen s’établit à 796,42 $, contre 694,57 $ l’an passé, une progression de 14,66 % qui ne laisse aucun doute sur le succès de l’iPhone X. Le soufflé retombera-t-il au deuxième trimestre ? Certains observateurs le craignent, et les carnets de commande de certains fournisseurs semblent le confirmer.

Ventes d’iPad

Jamais deux sans trois : les ventes d’iPad progressent pour le troisième trimestre d’affilée, cette fois de 0,68 %, pour s’établir à 13,170 millions d’unités. L’iPad revient donc dans le vert, un vert pâle certes, mais dont Apple se contentera sans mal après treize trimestres de rouge. L’iPad Pro, mais aussi l’iPad 5 qui a rendu le format 9,7 pouces plus abordable que jamais, ont relancé les ventes. Prochain rendez-vous après l’été avec, si les rumeurs disent vrai, la présentation d’une nouvelle génération d’iPad.

Ventes de Mac

Dans un marché du PC qui n’est plus aussi morose qu’il y a quelques années mais ne progresse pas franchement, Apple a conservé sa place de quatrième constructeur mondial en 2017. Les ventes de Mac ont pourtant baissé de -4,87 % pendant les fêtes, tombant à 5,112 millions d’unités. Les nouveautés sont déjà loin, et devront maintenant attendre la WWDC.

Services et autres produits

Les services ont dégagé 8,471 milliards de dollars de chiffre d’affaires au premier trimestre. Ce chiffre qui progresse de 18,11 % montre la force de l’écosystème d’Apple, qui ne s’arrête pas avec l’achat d’un produit, mais se poursuit avec son usage. App Store, iCloud, Apple Music, ou encore Apple Pay : tous ces services apportent des revenus récurrents, et lissent les éventuelles fluctuations des ventes.

La catégorie fourre-tout des « autres produits » n’est jamais aussi populaire que pendant les fêtes, puisqu’elle comprend les écouteurs sans-fil de Beats et les AirPods, l’Apple TV, mais aussi et surtout l’Apple Watch. Ces produits « autres » mais de plus en plus centraux ont pesé 5,489 milliards de dollars à Noël (36,40 %). S'agissant de la montre en particulier, Tim Cook a déclaré que le dernier modèle Series 3 s'est vendu deux fois plus que la Series 2 qui était la nouveauté en 2016. Quant à l'ensemble de la famille Apple Watch, il s'en est vendu 50 % de plus ce Noël que sur le même trimestre d'il y a un an.

Pour le deuxième trimestre 2018

Les ventes d’iPhone baissent ? Tim Cook préfère voir le verre à moitié plein : « nous sommes heureux d’annoncer le meilleur trimestre de l’histoire d’Apple », dit le CEO d’Apple, « avec le plus grand chiffre d’affaires jamais réalisé par l’iPhone ». Le succès de l’iPhone X est incontestable : le panier moyen connaît une croissance à deux chiffres et frôle les 800 $, un niveau jamais vu, qui ne laisse aucune place au doute.

« L’iPhone X a dépassé nos attentes », ajoute donc Tim Cook, « et a été notre iPhone le plus vendu chaque semaine depuis le début de sa commercialisation en novembre. » Au mois de janvier, 1,3 milliard d’appareils Apple étaient en circulation, « la marque de la popularité de nos produits et de la loyauté et la satisfaction de nos clients. »

Pour le deuxième trimestre, Luca Maestri table sur un chiffre d’affaires compris entre 60 et 62 milliards de dollars, un chiffre qui correspondrait à une croissance de 13,43 à 17,21 %. Autrement dit : Apple est confiante, et pense que le succès de l’iPhone X va se prolonger jusqu’au printemps, malgré les craintes des observateurs. Rendez-vous dans trois mois pour le fin mot de l’affaire.

avatar spece92 | 

Désolé les fanboys android et autres gauchistes 😀
Tiens l’iPhone est en baisse !?! 🤔

avatar anton96 | 

@spece92

Tiens , j’ai déjà vu ce commentaire quelque part

avatar wai | 

@anton96

+1 mac4ever je me suis dit la même 😂

avatar en ballade | 

@spece92

"gauchistes"

Ç est une insulte?

avatar spece92 | 

@en ballade

Ça t’a chatouillé ?

avatar BitNic | 

Et trotskiste ou maoiste.... ah non c'était au siècle d'avant....

avatar debione | 

Actuellement il n'y a que deux camps: Les gauchistes ou les fachistes

avatar C1rc3@0rc | 

Spece92

«Tiens l’iPhone est en baisse !?! 🤔»

Oui, -1%, mais le Mac c’est -5%!

En fait les chiffres sont très intéressants a décoder.

D’abord le chiffre d’affaire, qui progresse de 12,68%, plutôt une bonne nouvelle. Mais voila, l’iPad stagne, l’iPhone trébuche et le Mac plonge. Sachant qu’ils sont le trio faisant les bénéfices d’Apple c’est mauvais.

Comment le bénéfice peut progresser alors que les ventes dégringolent?
Simplement parce que Apple a augmenté les tarifs des produits de manière a compenser la chute des ventes… Les augmentations tarifaires ont été de +20% a +80%. Les seuls produits a avoir baissé sont: l’iPad 2017 et.. L’Apple Watch.

Donc, ventes en baisse mais bénéfices en hausse: moins de clients achètent, mais payent plus cher.

Cela explique aussi ce grand écart entre l’augmentation du bénéfice et la baisse de la croissance.

On va pas prendre pour parole de bible les allégations non chiffrées de Cook, comme d’habitude, et on va se concentrer sur ce qui est chiffré.
L’iPhone X c’est bien vendu… lors du premier moi. Normal, les développeurs iOS étaient obligés de l’acheter ainsi que les fans. Seulement pour que son succès ou son échec soit signifiant, il faudra voir les ventes sur un an… or tout porte a penser que l’iPhone X ne vivra pas un an…

Autre étrangeté: les services: Une croissance du chiffre d’affaire qui fait le grand écart avec la croissance qui elle dégringole sévèrement…
En principe ce genre de courbe signifie que l’entreprise livre beaucoup mais fait peu de bénéfices. Ce qui est étrange car les App sont devenues le principal poste de rentrée et qu’elles n’ont pas vu de modification significatives du ratio… Donc quel est le ou les produits qu’Apple vend beaucoup mais qui rapportent peu… Le cloud et le streaming? Cela irait dans les sens de ce que disait Iovine il y a peu.

Dernier élément: la catégorie autres. Les AirPods, le produit le plus abordable d’Apple - a fait un tabac, bénéficiant de l’effet retard de leurs indisponibilité et les Beats en plus de bénéficier des promotions backtoschool ont encore une fois connus un vrai succès. On peut rajouter a cela, l’Apple TV, qui entre la version 4 et l’excellente mais onéreuse version 4k, a booster la aussi le bénéfice.

Bref rentrées records, mais c’est de mauvaise augure pour la suite.

avatar Arcetnathon | 

@C1rc3@0rc

C est mauvais ?? Perdre 1% de vente et augmenter ton panier moyen de 15 c est mauvais ?

Sur un marché qui ralentit avec la Chine en decroissance et un segment de marché toujours plus petit, c est assez exceptionnel.

Apple peut vendre moins tout en continuant d augmenter son benef, c est juste la situation ideale pour une entreprise ! La bourse ne s y trompe pas d ailleur.

avatar byte_order | 

C'est pas mauvais pour Apple . Pas à court terme. A court terme c'est une bonne nouvelle de continuer a faire plus de benefices d'année en année.

Mais c'est mauvais pour le consommateur appréciant la marque : les tarifs vont continuer à grimper, car c'est seulement comme cela que Apple compense la décroissance des ventes en volume de son produit vedette, celui sur lequel son ecosysteme repose et qui génère d'autres ventes (car qui achete des airpods ou AW alors qu'il n'a aucun produit Apple, s'abonne sur Apple Music alors qu'il n'a ni mac ni iphone ?!!). Ce qui veut dire que l'attractivité de l'iphone n'est plus suffisante seule pour soutenir les ventes et donc les bénéfices..

Et ca c'est sans dégradation de la qualité perçue par les consommateurs. Ce qui n'est probablement pas le cas de 2017...

L'attractivité d'un meilleur rapport qualité / prix chez la concurrence commence à se voir.

avatar pat3 | 

@byte_order

"Mais c'est mauvais pour le consommateur appréciant la marque : les tarifs vont continuer à grimper, car c'est seulement comme cela que Apple compense la décroissance des ventes en volume de son produit vedette, celui sur lequel son ecosysteme repose et qui génère d'autres ventes"

Mais Apple va nous faire le coup du balancier, qu’elle a inauguré avec l’iPhone 5c et poursuivi avec l’ iPad 2017: au moment où ça crisse des dents sur les prix, en année n+1 Apple sort comme par miracle un entrée de gamme au prix contenu, qui ne sert que d’attracreur vers le produit de la gamme au dessus. Les rumeurs ont déjà commencé leur œuvre de persuasion sur l’iPhone Budget, dont la taille de phablette vise la Chine en particulier et en premier lieu.

avatar byte_order | 

Sauf qu'entre temps, les chinois ont testé amplement Android et ne sont donc pas autant attaché (dans tous les sens du terme) à l'écosystème de iOS que peuvent l'être les américains ou les japonais qui ont les premiers largement découvert le smartphone avec cet écosystème.

Même un iPhone "budget" sera plus cher que la concurrence, la différence se fait au niveau de l'attractivité fonctionnelle. Qu'est qu'un iPhone Budget fera qu'aucun smartphone concurrent dans la même gamme de prix ne propose pas - et souvent largement à moindre prix, le milieu de gamme se situe plus vers les 300 euros désormais que les 500...

avatar webHAL1 | 

@byte_order :
« [...] les tarifs vont continuer à grimper, car c'est seulement comme cela que Apple compense la décroissance des ventes en volume de son produit vedette, celui sur lequel son ecosysteme repose et qui génère d'autres ventes (car qui achete des airpods ou AW alors qu'il n'a aucun produit Apple, s'abonne sur Apple Music alors qu'il n'a ni mac ni iphone ?!!). »

Je pense pareil. Ce qui est d'ailleurs en contradiction avec ce qu'a déclaré Tim Cook, interrogé au sujet de l'affaire des batteries : « plus il y a d'utilisateurs d'iPhone, mieux c'est ». Sauf qu'il semblerait bien que le but d'Apple est d'augmenter toujours plus le panier moyen de son smartphone, et non pas d'en vendre un maximum.

Il faut espérer qu'à terme ça ne nuise pas à l'iPhone et qu'il ne devienne pas totalement secondaire pour les développeurs. Pour l'instant, ça n'est pas le cas. Mais on note quand même une différence avec il y a 5-6 ans en arrière, où les applications sortaient souvent d'abord sur iPhone et ensuite sur Android. Je crois les doigts pour que dans 5 ans ça ne soit pas l'inverse.

Dans tous les cas, je pense que ceux qui espér(ai)ent que l'iPhone X soit une exception, un modèle "unique" vendu à un prix également "unique", risquent de se retrouver avec une mauvaise surprise. Pour ma part, je pense que la Pomme ne va pas forcément augmenter les tarifs cette année, mais qu'elle ne va pas non plus les revoir à la baisse. Elle conservera des anciens modèles au catalogue, mais le "porte-étendard" sera toujours à $1'000 ou plus.

Cordialement,

HAL1

avatar C1rc3@0rc | 

@webHAL1

A part l'iPad 2017 et l'Apple Watch, deux produits qui ont beneficié d'une baisse de tarif pour compenser leurs mauvaises ventes precedentes (ce qui a en partie marché pour l'iPad), tous les autres produits au fur est a mesure de leurs mise a jour ont vu des augmentation de tarifs systématiques allant de +20 a +80%.

Cette tendance a la hausse du tarif est systématique depuis 2012. On notera l'exemple aussi du Macbook Retina, a sa sortie designé successeur du Macbook Air, qui du coup amenait une augmentation de +50% sur le tarif de l’entrée de gamme portable. C'est un echec, certes, mais cela n'a pas inflechi la politique tarifaire, et on a vu Apple aller de plus belle sur la tonte avec la mise a jour des Macbook Pro en 2016.

L'iPhone X comme l'iMac Pro, sont évidemment des produits au positionnement tarifaire ni ponctuel, ni anodin, mais ils préparent bien entendu a une augmentation de la montée tarifaire systématique.

Il faut d'ailleurs remarquer que l’augmentation tarifaire est en partie dissimulée. Il y a l'augmentation effective du prix, mais il y a aussi la croissance de la marge, donc l'abaissement du prix de revient. Et cette abaissement, s'il n'est pas mis au bénéfice du client, l'est forcement a son détriment...

Une des observation magistrale sur ce trimestre, c'est que malgré une mauvaise performance commerciale - les produits rentables sont en chute - le bénéfice augmente. Donc Apple peut continuer a perdre des clients, le potentiel de tonte de ceux restant permet a l'entreprise de croître financièrement... jusqu’à ce qu'il n'y ait plus de client, mais a ce moment Apple deviendra une banque ou un fond d'investissement pur et dur, avec une toute autre clientèle.

C'est un peu le principe de certaines guêpes parasites qui consomment leur hote vivant toujours plus vite, et qui l’hôte exsangue ont atteint leur maturité et s'envole vers une prochaine victime pour leur future progéniture.

avatar jazz678 | 

@C1rc3@0rc

« Dernier élément: la catégorie autres. Les AirPods, le produit le plus abordable d’Apple - a fait un tabac, bénéficiant de l’effet retard de leurs indisponibilité et les Beats en plus de bénéficier des promotions backtoschool ont encore une fois connus un vrai succès. On peut rajouter a cela, l’Apple TV, qui entre la version 4 et l’excellente mais onéreuse version 4k, a booster la aussi le bénéfice. »

Difficile pour l’ego hein de reconnaître après coup que l’Apple Watch est un succès et contribue aux bénéfices...

avatar C1rc3@0rc | 

@jazz678

Eh bien tu as le choix:
- soit tu dis que les AirPods son un échec ainsi que l'Apple TV 4k et l'AppleTV 4 et que les produits Beats sont en train de s'effondrer, ce qui est la seule possibilité pour qu'une hypothétique croissance des ventes d'Apple Watch explique le chiffre de la catégorie autres

-soit tu reconnais que les produit Beats se vendent toujours aussi bien (et alors qu'Apple n'a pas fait une grosse connerie en payant autant pour cette boite) et que les AirPod sont un sucés magistral, et que l'Apple TV marche bien mais alors cela implique que les ventes d'Apple Watch sont toujours aussi anecdotiques...

Pour info, si tu lis bien ce que dis Cook sur l'Apple Watch, c'est qu'elle s'est pratiquement vendu sur ce trimestre que lors du trimestre 2015...

Dur d’être un fanboy Apple aujourd'hui hein...

avatar jazz678 | 

@C1rc3@0rc

Arrête tes salades stp..
Ni toi ni moi ni personne n’a le détail des ventes de la catégorie « autres produits ».
J’ai lancé un petit pic mais une démarche intellectuelle honnête ne peux décemment pas (volontairement) occulter l’Apple Watch dans cette hausse de bénéfices.
C’est tout.

Quant au côté fanboy (que j’assume), c’est au contraire une des choses les plus faciles à vivre actuellement, bien aidé par la publication de ce genre de résultats 😊

avatar pat3 | 

@C1rc3@0rc

"L’iPhone X c’est bien vendu… lors du premier moi. Normal, les développeurs iOS étaient obligés de l’acheter ainsi que les fans"

Toujours ces allégations qui te decridibilisent. Depuis quand les chiffres de vente d’un téléphone reposent sur les achats des développeurs ?

avatar reborn | 

@pat3

Mdr genre 40 millions de devs ont acheté le X d’où ces chiffres 😂

Il a peur de rien Cr1...

avatar byte_order | 

euh, y'a "ainsi que les fans".

Et nul doute qu'il y a plus de fans d'Apple que de développeurs iOS.

avatar capelovici | 

Fascinant...

avatar Marco787 | 

@ C1rc3@0rc

" les ventes dégringolent"

Il ne faut pas tomber dans le mélodramatique et l'exagération : moins 1% en volume d'iPhone en partant de volumes records (dans un marché mondial en baisse plus importante en outre), ce n'est pas une dégringolade, mais une très légère baisse.

Et il n'est pas clair que la faible baisse en volume soit "mauvaise", comme vous l'indiquez. La stratégie d'Apple a toujours été de maximiser les profits unitaires (d'où des tarifs bien plus élevés que la concurrence), pas de faire du volume ou de gagner des parts de marché. Les profits ont atteint des sommets au dernier trimestre 2017 : la stratégie a parfaitement fonctionné.

"Autre étrangeté: les services: Une croissance du chiffre d’affaire qui fait le grand écart avec la croissance qui elle dégringole sévèrement"

A nouveau, parler de croissance qui dégringole est très trompeur et peu pertinent : le chiffre d'affaires a énormément augmenté... Qu'il augmente moins qu'avant ne peut impacter le point que vous soulevez.

L'essentiel de la hause du CA des services (Q4 2017 vs Q4 2016) est dû à un changement d'hypothèses ayant entrainé un revenu exceptionnel de plus de 600 million de $...

avatar C1rc3@0rc | 

@Marco787

Non, quand on regarde les chiffres, la croissance du CA vient clairement de l'augmentation tarifaire.

L'augmentation du panier moyen vient de la réussite a dissuader l'acheteur de prendre le modèle d’entrée de gamme (genre l'iMac a disque dur ou le Macbook Pro avec 128GoSSD...) et se reporter au minimum sur le second produit, qui lui beneficie d'un tarif bien plus élevé.

On voit d'aileurs que c'est la regle pour l'iPhone, ou l'entree de gamme est de plus en plus dissuasive. On note aussi que les analystes - concernant l'iPhone X - disent que c'est le modele a 1300 euros qui s'est vendu, pas l'entree de gamme.

Apres, le probleme pour Apple, c'est que 70% de ses benefices proviennent de la vente de l'iPhone. Et que tout le business d'Apple repose sur l'iPhone.

Or, l'iPhone est un pilier faible.
Si, il y a quelques années, vouloir passer a Android impliquait de devoir racheter ses applications, en perdre qui étaient inexistantes, avoir a faire a un OS moins stable, efficace, ergonomique, ... tout cela n'est plus d'actualité.
La plupart des éditeurs ont des versions sur les 2 plateformes, qui sont identiques et avec une politique commerciale agnostique.
Les facilités de passer d'iOS a Android se multiplient, garantissant maintenant une conservation de ses données et une prise en main d'Android rapide.
Antroid a ces 3 dernières annees fait des progrès fulgurants en terme d'efficacité et d'ergonomie et la volonté de Google de simplifier et sécuriser la plateforme accellere encore cette avancee.

De l'autre cote, Apple a fait le chemin inverse. On a les scandales et régressions d'iOS et de l'iPhone qui se cristallisent dans le batterygate.
Un OS toujours moins ergonomique, moins fiable et moins performant et un materiel qui n'est plus depuis au sommet technologique.
Et avec le batterygate, Apple vient de prendre un sacré coup en terme d'image... fini le matériel haut de gamme justifiant sa sur-tarification: un iPhone au bout d'un an c'est un iPhone du niveau de celui de 4 generations en arrieres...
Moins fiable, moins durable, moins facile, bourre de failles, une obsolescence programmée omniprésente et reconnue...

Avec la dissolution de écosystème, on se retrouve avec un device sans attache. On peut donc passer a Android sans difficultés.
Donc, la perte de client iPhone pour Apple c'est dramatique. Et il y a la question de seuil de bascule, l'iPhone se vend par emulation... moins il y a d'acheteurs et moins il y en aura. Sans croissance l'iPhone est un produit qui va disparaître.

avatar Marco787 | 

@ C1rc3@0rc

Pour répondre à quelques éléments que vous citez :

"Non, quand on regarde les chiffres, la croissance du CA vient clairement de l'augmentation tarifaire."

Où ai-je dit le contraire ?...

Parler de dégringolade alors que les volumes ne baissent que de 1% (et en partant de niveaux records) est exagéré et infondé.

Si les ventes augmentaient de 1%, parleriez-vous d'explosion des ventes ?

"Moins fiable, moins durable, moins facile, bourre de failles, une obsolescence programmée omniprésente et reconnue..."

Il ne faut pas tomber dans le mélodrame et les exagérations.

Affirmer que les iPhones actuels sont moins fiables, bourrés de failles etc. est excessif et ne repose sur rien d'objectif. Les iPhone et autres produits / logiciels Apple ont très régulièrement eu des bugs depuis le début des années 2000. L'antenagate par exemple ne date pas de 2017... Et les iPhones qui se pliaient trop facilement ? Etc. etc. (Et au temps d'OS 9 ou 8, les bugs étaient loins d'être absents...) Quant au premier Mac OS X, il s'agissait plus d'une béta que d'un vrai OS, tant les bugs et lenteurs étaient légion.

"Obsolescence reconnue" : par qui au juste ? Les “tabloids” ? Apple a clairement expliqué la situation des batteries. Les autres parties qui ont sérieusement et à froid regardé le sujet ne parlent pas de cela.

Le magazine 60 Millions de Consommateurs, qui peut difficilement être taxé de complaisance à l'égard des fabricants, et qui depuis des années critique de manière étayée et objective l'obsolescence programmée, ne parle pas de cela (article en page 6 du numéro de février 2018).

D'autre part, "l'obsolescence programmée", ou plutôt la volonté de faire renouveler le matériel le plus rapidement et de vendre toujours plus, n'est pas récente chez Apple : c'est son ADN même. Apple sort de nouveaux iPhone chaque année depuis le début de l'iPhone. Idem pour les iPod dans leur période de gloire etc.

Tout comme il est dans l'ADN d'Apple de vendre les options à prix d'or en sur-surfacturant RAM, SSD et autres.

"Un OS toujours moins ergonomique, moins fiable et moins performant."

Sur quels éléments objectifs vous basez-vous ?

"un materiel qui n'est plus depuis au sommet technologique"
L'iPhone X est le seul au monde a disposé du système Face ID ; aucun autre smartphone n'a un système similaire ou meilleur.

Quant à Android, savez-vous le % des smartphones ayant la dernière version (Oreo) et donc toutes les dernières mesures de sécurité et fonctionnalités ? 0.7% seulement à la mi-janvier ! L'avant dernière version (Nougat 7.1) n'atteint que 5% ! L'essentiel des smartphones Android est donc sous des versions anciennes à très anciennes.

"Apres, le probleme pour Apple, c'est que 70% de ses benefices proviennent de la vente de l'iPhone"

Si Apple a la plus importante valeur en bourse non seulement de son histoire, mais de toutes les entreprises cotées en bourse sur Terre, et si elle a gagné autant d'argent depuis près de 10 ans, c'est uniquement grâce à l'iPhone. Et l'iPhone est un tel succès qu'il représente l'essentiel du chiffre d'affaires et des profits. Le fait que les ordinateurs ne représentent qu'une part modérée n'est donc pas un signe de leur déclin.

En plus du choix de l'option la plus chère que vous citez pour expliquer la hausse du prix moyen, la hausse du prix des nouveaux appareils est un facteur clé, car elle rehausse le prix de toutes les variantes, y compris les "premiers prix".

"On voit d'aileurs que c'est la regle pour l'iPhone, ou l'entree de gamme est de plus en plus dissuasive."

Cela n’est pas exact. Il faudrait dire "l'entrée de gamme" du(es) modèle(s) le(s) plus cher(s), sachant qu’Apple n’a jamais eu autant de modèles que depuis l’iPhone X.

Les premiers prix (iPhone SE en particulier, iPhone 6S) sont abordables.

Et si Apple a sorti son iPhone le plus cher au même moment où elle proposait la gamme d’iPhone la plus vaste avec des prix d’entrée les plus bas jamais atteints (iPhone SE), cela n’est pas un hasard pour moi.

avatar webHAL1 | 

@Marco787
« Quant à Android, savez-vous le % des smartphones ayant la dernière version (Oreo) et donc toutes les dernières mesures de sécurité et fonctionnalités ? »

Ceci est faux. Contrairement à iOS, sous Android les mises à jour d'applications natives et les mises à niveau de sécurités sont décorrélées des nouvelles versions du système d'exploitation.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR