Tim Cook : apprendre à programmer très jeune, oui, aller sur les réseaux sociaux, non

Florian Innocente |

Apprendre à programmer lorsqu'on est très jeune, oui mille fois oui, mais fréquenter les réseaux sociaux, non. C'est en substance le message de Tim Cook la semaine dernière, alors qu'Apple annonçait l'élargissement à l'Europe (et à la France) de son programme « Tout le monde peut coder », pour maîtriser les fondements du langage Swift dès le plus jeune âge, avec le concours d'établissements scolaires.

Crédit : Apple Cliquer pour agrandir

The Guardian a rapporté quelques-uns des propos du patron d'Apple, en déplacement dans un établissement scolaire près de Londres. « Je ne crois pas en une utilisation exagérée de la technologie. Je ne suis pas de ceux qui estiment que l'on a réussi dès lors qu'on l'utilise en permanence. Je n'adhère pas du tout à cette façon de voir les choses » a expliqué Tim Cook.

Même dans certains domaines, comme la création graphique, où l'informatique est devenue un outil incontournable, elle ne doit pas s'imposer en permanence : « Il y a toujours des concepts dont il est nécessaire de débattre et qu'il faut comprendre. En cours de littérature, est-ce qu'il me semble nécessaire de beaucoup utiliser la technologie ? Probablement pas ».

La pratique de la programmation informatique dès le plus jeune âge est à l'inverse une nécessité de son point de vue. Plus importante même, dans certaines circonstances, que d'apprendre une autre langue. Un sujet sur lequel il admet volontiers ne pas être au diapason de tout le monde :

« Je pense que si vous deviez faire un choix, il est plus important d'apprendre à programmer que d'apprendre une autre langue. Je sais que des gens sont en désaccord avec moi sur ce point. Mais la programmation est un langage global ; c'est par ce biais que vous pouvez discuter avec 7 milliards d'individus ».

Une position qui n'est pas nouvelle et qu'il faut interpréter à l'aune de l'explosion des apps mobiles. Lors de ses conférences développeurs annuelles, Apple insiste toujours sur la capacité des apps à s'insérer dans la vie courante d'un innombrable public à travers le monde. Ces apps font aujourd'hui partie de notre routine quotidienne. D'une certaine manière, et c'est probablement ce que veut dire Cook : apprendre à les concevoir c'est aussi établir une forme de dialogue avec leurs utilisateurs. Plaidant pour une plus grande égalité hommes/femmes, il ajoute :

Instaurer la programmation à un âge toujours plus bas aidera aussi à améliorer la représentation entre les sexes. Lorsqu'on regarde aujourd'hui l'état de cette diversité dans de nombreuses universités enseignant l'informatique, elle n'est pas satisfaisante<».

Faut-il pour autant mettre sur un même pied d'égalité et, partant de là, de comparaison, un langage informatique avec des langues étrangères ? Le débat est ouvert.

Apprendre à coder très tôt, oui, mais l'usage des smartphones et tablettes doit être sérieusement encadré dès lors qu'il s'agit des réseaux sociaux. Tim Cook n'a pas d'enfants mais il a un neveu dont il racontait il y a deux ans qu'il allait financer ses études supérieures (le garçon doit avoir 12 ans actuellement) :

Je n'ai pas d'enfant mais j'ai un neveu à qui j'impose des limites. Il y a certaines choses que je ne permettrai pas ; je ne veux pas qu'ils aillent sur les réseaux sociaux.

Ce n'est pas foncièrement étonnant de la part d'un patron d'entreprise high-tech. Steve Jobs avait raconté à un journaliste du New York Times que l'utilisation des objets technologiques était très encadrée chez lui. Plusieurs mois après la sortie du premier iPad, en 2010, le cofondateur d'Apple disait même que ses enfants n'utilisaient pas la tablette.

Tim Cook a par contre éludé les questions autour des "Paradise Papers" (le Guardian faisait partie des journaux qui ont détaillé cette fuite de documents décrivant les activités offshore de particuliers et de multinationales, lire Paradise Papers : les milliards d'Apple sur l'île de Jersey ) : « Je n'ai probablement pas lu tout ce qui a été écrit, je me garderai d'émettre un jugement. ». Il s'en est tenu à plaider de nouveau pour une approche globale sur la définition des taxes et impôts qui touchent les grandes entreprises :

La bonne façon de s'attaquer aux taxes des multinationales c'est de le faire à un niveau mondial, si on ne le fait pas, ça devient une course à l'échalote entre les pays qui disent : "je veux ceci, je veux cela".

Taiseux sur le sujet d'Apple et de ses activités offshores, Cook s'est présenté comme un supporter inconditionnel de la liberté de la presse : « La presse est indispensable au bon fonctionnement d'une démocratie. J'en suis un fervent supporter ».


avatar sebasto72 | 

@CorbeilleNews

Très juste !

avatar JoTaPé | 

@sebasto72

"J’ajouterai que le premier langage universel appris par tous les enfants scolarisée de la planète sont les mathématiques, dont l’informatique est une dérivée... ».
Demande à un enfant chinois ou à un sourd mexicain d'assister à un cours de maths en France et tu verras .......
Les maths comme le reste ont besoin du vecteur fondamental qu'est la langue et la première chose qu'apprennent les enfants est (ou sont) la (les) langue(s) de leur environnement.

avatar sebasto72 | 

@JoTaPé

Hello :)

J’ai écrit premier langage _universel_, pas premier langage « tout court »...

Ton enfant chinois et son copain mexicain sourd sauront compter les billes ou les bonbecs dans une cour de récré française, même s’ils ont appris à compter dans une autre langue.

A+

avatar CorbeilleNews | 

@Issou la chancla

Pareil

avatar Giloup92 | 

« la programmation est un langage global ; c'est par ce biais que vous pouvez discuter avec 7 milliards d'individus ». Faux. Avec un programme , on parle à une machine. Avec une langue, on parle à des humains. De plus, on a l’impression qu’il n’y a qu’un programme à apprendre, alors qu’il y en a beaucoup (pas autant que de langues, certes).

avatar ovea | 

@Giloup92

Il y a un vrai débat entre le nombre de portes exhibées, mais rassurons nous, l'essentiel réside dans nos capacités à les faire dialoguer
les langues et les algorithmes :
- le biais d'une présentation graphique peut réellement influencer un choix

Et c'est las, qu'il ne faut plus attendre l'Appel sur un … programme intelligent ?, pour parler peu, un SmallTalk utilisateur à typage statique, pour les besoins du fil narratif. Après, on peut raconter la même histoire à différente cadences, selon le groove …

;)P

avatar Mac_Gay | 

À propos de langue, il y a un peu de mieux dans la traduction proposée par MacG, sauf pour ce passage:

« Introducing coding at an increasingly early age will help gender diversity too. Looking at many university computer science courses, the gender diversity is not good. »

avatar ovea | 

@Mac_Gay

J'aime beaucoup la notion d'exobiologie, pour fait suite à la biologie moléculaire et à tout un monde endogène typique avec ses algorithmes, ses transfert énergétique, ses métabolismes … et ses questions relayées en cuisine, se laboratoire de recherche de création de muffins à l'image de ce qui nous nourrit et fait de nous ce que nous sommes.

;)P

avatar IceWizard | 

@ovea

"J'aime beaucoup la notion d'exobiologie, pour fait suite à la biologie moléculaire et à tout un monde endogène typique avec ses algorithmes, ses transfert énergétique, ses métabolismes … et ses questions relayées en cuisine, se laboratoire de recherche de création de muffins à l'image de ce qui nous nourrit et fait de nous ce que nous sommes. »

Au fait, l'exocréature, tu as encore oublié de paramétrer correctement ton traducteur universel Vulcain/Français !

avatar ovea | 

@IceWizard

Coock nous fait ça nième recette de muffinman

avatar harisson | 

Arf ! Timmy is back et c'est nawak ^_^

avatar ovea | 

@harisson

Yes us back, back again

Yes us back on top of me
Cause U feel so empty without me
Lala lalala, lalalala la, la la la la

avatar irep | 

L'eau... l'eau ff... l'eau ferrugineuse... oui!

avatar lolodigital78 | 

La démagogie de la sainte finance ( Tim quel est ton métier ?) chez Apple...
Bon voilà .... euh ... nous vivons en grande partie de l’addiction de gamins à nos ibidules . Mais les gamins sur ibidule c’est mal ! Il feraient mieux d’apprendre à programmer sur ibidule ! Comme ça, tout le monde sur ibidule ! Non mais !

avatar marenostrum | 

Déjà pour coder il faut apprendre l’anglais. Bref l’un n’empêche pas l’autre.
Il fallait dire que pour devenir un bon codeur il faut commencer jeune, pareil pour apprendre comme il faut une langue étrangère.

avatar saoullabit | 

Ça me deboite les yeux de lire ce genre de chose :
Lorsqu'on regarde aujourd'hui l'état de cette diversité dans de nombreuses universités enseignant l'informatique, elle n'est pas satisfaisante.

Mais dans les école d'infirmières on en fait quoi de la diversité homme/femme ?

Toujours prendre des métiers à majorité masculine pour dire y a pas assez de femmes !
Et la réciproque on la fait jamais ?
Pu£#£%

avatar vince29 | 

En même temps t'attendais quoi de la part de Tim Cook ?

avatar sebasto72 | 

@saoullabit

Bizarre. Parce qu’il n’y a pas assez d’infirmiers vous êtes contre l’idée d’encourager des informaticiennes ?

avatar vince29 | 

Je ne vois pas pourquoi il faudrait les encourager (enfin ni plus ni moins que les hommes).
Si elles veulent l'être très bien. Mais qu'on arrête de nous gonfler sur la prétendue "nécessité" d'une diversité.

avatar sebasto72 | 

@vince29

Je comprends, mais le truc justement c’est que beaucoup voudrait en être, mais que la répartition hommes/femmes ou la perception sociale les décourage (le plus souvent inconsciemment).

Alors on fait quoi ? Rien ? Bien sûr que non !

avatar vince29 | 

C'est bizarre mais il y a toujours une impérieuse nécessité de féminiser certaines professions mais jamais de masculiniser d'autres.

avatar sebasto72 | 

@vince29

Je ne sais pas. Peut-être que tu as raison.
Ou peut-être qu’il se trouve, facétieux hasard, que les boulots « masculinisés » se trouvent être plus rémunérateurs que les boulots « féminisés ».
Mais ça non plus, je ne sais pas. Juste une idée qui me vient parce qu’on en parle...

avatar vince29 | 

60% des cadres A (les mieux payés) de la fonction publique sont des femmes. On devrait sans doute faire une campagne d'incitation pour embaucher des hommes...
Ou se réjouir (ou pas) d'avoir des personnes compétentes (ou pas) à ces postes.

avatar fte | 

@vince29

Tu as mal regardé.

avatar vince29 | 

J'ai regardé le doigt au lieu de la lune ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR