Des sous-traitants d'Apple pas prêts à s'installer aux États-Unis

Florian Innocente |

Des sous-traitants d'Apple ne sont pas spécialement disposés à s'installer aux États-Unis, dans l'hypothèse où l'entreprise essaierait de développer des unités de production sur le sol américain.

L'équation est complexe et ne se résume pas à Apple ou Foxconn (qui semble vouloir faire quelque chose en ce sens). Cette sous-traitance représente une véritable toile d'araignée internationale, elle compte par exemple 130 fournisseurs au Japon ou 36 uniquement à Taïwan, et ce ne sont pas les seuls (lire aussi Apple en Chine : pourquoi Donald se Trump).

Digitimes relaie un article (en chinois) de QQ.com sur cette question d'un possible déménagement. Lens Technology, qui vend des pièces en verre pour les iPhone, n'entend pas ouvrir des lignes de production américaines. En Chine, cette entreprise peut s'appuyer sur une force de travail de 70 000 ouvriers, tous âgés de moins de 45 ans. Aux États-Unis, les employés dépasseraient plus aisément cet âge, affirme le sous-traitant.

Contrôle qualité pour des composants optiques en Chine, crédit : Apple

En outre, les salaires devraient être plus élevés et le personnel serait moins enclin à accepter des variations importantes dans les horaires de travail. Seuls avantages, a priori, pour une aventure américaine : un coût du foncier moins élevé pour installer des usines et une facture énergétique plus basse.

Un autre fournisseur, basé à Shenzhen, souligne lui la très forte densité de compétences réunies en Chine, en particulier pour la fabrication de téléphones, le principal produit d'Apple aujourd'hui. Des couches de verre en passant par les panneaux tactiles, les batteries, les circuits imprimés et tout bonnement les lignes d'assemblage, tout cela est en quelque sorte disponible clef en main pour les clients. Et ce ne sont pas que des exécutants, ces entreprises ne se contentent pas d'assembler en fonction des desiderata d'Apple, elles disposent d'un véritable savoir-faire.

Tests et vérifications d'iPod touch en Chine

Il y a quelques mois, Tim Cook exposait ainsi la situation :

La Chine a mis un accent énorme sur ses capacités de production. […] Les États-Unis, au fil du temps, ont commencé à ne plus avoir autant de ces profils [d’ouvriers et de salariés de l’industrie]. Je veux dire par là que vous pourriez prendre tous les outilleurs ou ajusteurs américains et vous pourriez certainement les réunir dans cette pièce où nous sommes. En Chine, il vous faudrait plusieurs stades de football. Cela a été un objectif pour eux, un objectif de leur système éducatif, et c’est la réalité aujourd’hui.

Elles ont en sus une capacité de réaction élevée. Un exemple est donné pour les pièces en métal, réalisées par injection. Les commandes peuvent être assurées en 10 jours à Shenzhen, là où cela prendrait probablement le triple aux États-Unis.

Et c'est sans compter les gouvernements de gros marchés comme l'Inde ou l'Indonésie qui réclament des entreprises étrangères qu'elles investissent davantage sur leur sol, pour obtenir le droit de vendre leurs produits ou de développer leurs activités commerciales. Pour le moment Apple s'en sort en ouvrant des centres de développement logiciels, à défaut d'avoir des usines.

Les mois à venir sous l'administration Trump diront si, ne serait-ce qu'une fraction de ce qui est nécessaire à l'assemblage des ordinateurs, tablettes ou téléphones d'Apple peut être rapatrié aux États-Unis. Pour l'heure, à part la timide expérience du Mac Pro assemblé au Texas par Flextronics (un produit dont les volumes ne pèsent pour ainsi dire rien), la Pomme n'a pas donné l'impression qu'elle penchait vers cette stratégie.

avatar bonnepoire | 

Suffit de changer de fournisseur.

avatar Stardustxxx | 

@bonnepoire
A condition que tu ai un autre fournisseur capable de faire le boulot.

avatar bonnepoire | 

Je doute que les américains n'aient pas ce potentiel. Apres, c'est évident qu'il doit y avoir une alternative.

avatar Hideyasu | 

@bonnepoire

Si ils ont les ouvriers qualifiés, le problème c'est la quantité d'ouvriers.
La Chine en a énormément, de plus en plus et les USA (et l'Europe accessoirement) de moins en moins.

À un moment ça coince, la relocalisation c'est pas si facile surtout si les sous traitants et fournisseurs ne peuvent pas retourner aux USA (puis ce ne sont pas forcément des boites américaines alors pour elles ca seraient de délocaliser ...)

avatar bonnepoire | 

D'où tu tiens qu'on manque d'ouvriers???

avatar scanmb | 

@bonnepoire

Le problème n'est pas le manque de main d'oeuvre, mais l'envie de travailler !

avatar iVador | 

@scanmb

Encore un poncif néolibéral de merde sur les chômeurs "faigneants"

avatar bonnepoire | 

Pourtant vrai. Des gens sans compétences et sans diplôme veulent le beurre et l'argent du beurre. Hypocrisie socialiste!

avatar debione | 

Et les gens avec pleins de compétences et plein de diplômes veulent le beurre, l'argent du beurre et le cul de la crémière... Tu décris simplement les humains, bien au delà de savoir ce qu'ils font de leurs vies...

avatar bonnepoire | 

Les gens diplômés ont plus envie de travailler que les non diplômés. C'est une réalité. Il y a ceux qui font des efforts et ceux qui préfèrent profiter des efforts des autres.
Tout le monde aujourd'hui à accès aux études. Il y a feux qui se donnent les moyens de réussir et ceux qui ne veulent faire aucun effort. C'est presque culturel.

avatar Un Type Vrai | 

Autrement dit : Un manuel est forcément un con et un fainéant...

Tu viens de démontrer que tu n'as pas beaucoup de diplôme ou que tu ne les vaux pas.

avatar C1rc3@0rc | 

@Un Type Vrai

Excellent ;)

@bonnepoire affirme des idioties, tous s'en sont rendu compte.

Il affirme une belle idiotie qui precedent une autre juste apres:
«Les gens diplômés ont plus envie de travailler que les non diplômés.»

D'une part l'envie ne correspond pas au taux d'emploi. De plus si le diplomé veut travailler, il le souhaite dans son secteur de formation et justifie son attente de niveau de salaire par son niveau de diplome.
Si l'on accepte que le niveau d'emploi est plus important dans les secteurs necessitant une formation de plus en plus poussée, l'augmentation de diplomés de niveau de plus en plus elevés entraine une concurrence de plus en plus forte, et le diplome, s'il devient necessaire, n'est plus une garantie d'emploi... l'explosion du chomage des bac+5 est une realité concrete!

Cela veut il dire qu'un chomeur a bac+5 est un gros feignant ?

Apres il y a la mecanisation qui va de plus en plus loin avec aujourd'hui l'informatique et la robotisation. L'humain est en concurence avec la machine jusque dans des taches qui deviennent de plus en plus intellectuelles. Donc en plus d'etre en conccurence avec d'autres humains le chercheur d'emploi est de plus en plus en concurrence avec la machine.

Deuxiemen perle: «Tout le monde aujourd'hui à accès aux études.»
Non, et au contraire, de moins en moins de gens ont acces aux etudes et surtout aux etudes de qualité. Si l'education est un droit, elle a aussi un cout, et entre le specerisme, comme aux USA, qui conditionne l'acces a l'etude aux revenus de la famille et qui detruit le principe d'education nationale et la precarité qui augmente, de moins en moins de gens ont acces a des etudes!

De plus si on regarde au niveau mondial, il y a plus d'employés a bas niveau d'etude que de haut diplomés qui trouvent du travail! Le principe de l'ouvrier en Chine c'est pas son niveau d'etude eleve, c'est la misere de son salaire qui conditionne son taux d'emploi...

Et puis il faut rajouter le probleme de l'absence d'economie de marché qui a un impact fort sur le taux d'emploi, en plus du cout de l'emploi qui subit la distorsion de l'interet politique.
L'economie de marché n'est quasi jamais appliquée et c'est au contraire une economie dirigée, par l'etat ou la finance, qui est majoritaire. Quand au cout de l'emploi, il suffit de voir en occident le taux croissant d'emplois subventionnés qui ne fait qu'exploser, par rapport au besoin reel.

Maintenant pour revenir sur le sujet des fournisseurs d'Apple, il faut evidemment se rendre compte que l'industrie est aujourd'hui mondiale, que les systeme de productiques et de logisitques sont solidement etablis sur une repartition des zones de production, que la finance a mis en place des systeme d'optimisiation fiscale qui ne sont pas pret d'etre laché, et quand bien meme il faudrait au moins autant de temps pour reformer le secteur qu'il n'en a mis a se constituer.

Et puis il faut aussi prendre en compte une realite industrio-economique. Delocaliser une zone de production alors que le carnet de commande est plein, ça veut dire de doubler ses capacités de production. Ça a un cout enorme sur la marge, mais aussi sur la tresorerie, cout qui impacte negativement la R&D et les investissements de croissance.
Des mega-structures, si elles ont la garantie de la rentabilité a moyen terme peuvent le faire, pas des structures moyennes ou petite...

En clair Foxconn peut s'amuser a construire une usine de plus aux USA, la petite societe suisse de materiel de precision qui emploi 20 personnes ne peut pas le faire. Pourtant c'est la societe suisse qui emploi des diplomés hautement qualifiés...

avatar debione | 

Ah ben oui je suis con... C'est pas comme si la plupart des étudiants en rentrant au lycee puis à l'uni savaient exactement ce qu'ils voulaient faire... Et en tout cas pas faire de super hautes études pour ne pas avoir à se confronter à vingt ans à la vie...

Demande à un bac +5 de se lever tous les matins pour aller empiler des boîtes de conserve, tu verras la motivation...

Tu vois quand on veut raconter de la merde on y arrive, et c'est pas ces fainéant absolu d'étudiant qui ne cherche que les bourses et tirer un maximum d'argent de papa maman qui vont nous faire croire qu'ils ont plus envie de bosser que Mamadou qui balaye les rues....

Bon quand on en est à croire à une égalité d'accès aux études, en faisant fi finalement de toutes les études qui démontre le contraire, c'est vrai que l'on ne peut raconter que de la merde... Facile d'avoir raison en se basant sur son ressenti plutôt que sur les études qui démontrent justement une non égalité...

avatar macbookpro2016 | 

@bonnepoire

C'est faux ce que tu dis pour ma part j'ai voulu faire un BTS muc en alternance mais à cause de mon âge 24 ans les entreprises me disait que je serai payé trop cher et préférai prendre les jeunes de 18 ou 19 ans et c'est pas faute d'avoir cherché pendant plusieurs années donc ne fait pas de généralités merci

avatar bonnepoire | 

Je n'ai pas écrit que les entreprises n'engageaient pas de jeunes ou de non diplômés!

avatar daxr1der | 

@scanmb

Et pas l'envie de se retrouver dans une société ou notre carrière passe souvent par un suicide.

avatar kornichon | 

@bonnepoire :

Tu construis une usine en Chine, pour un coût de 100 millions, amortie linéairement sur 10 ans sur une production de cent millions de pièces par an, parce que tu es dans le pays qui produit 90% des smartphones vendus dans le monde.

Tu construis la même usine aux US, pour un coût de 100 millions aussi, amortie en 10 ans, mais tu ne peux l'amortir que sur 10 millions de pièces par an, parce que ton seul client est Apple.

Question 1 : quelle usine pourra proposer le coût par pièce le plus bas ?
Question 2 : si on répète l'exercice pour toutes les étapes de la chaîne de valeur pour tous les composants, qui va être incapable de proposer des produits à des tarifs acceptables et va morfler ?

avatar bonnepoire | 

Très simpliste. Merci d'avoir participé.

avatar kornichon | 

De rien. Comparons mon raisonnement (très simplifié c'est vrai, mais incontournable pour l'ouverture d'une usine) au tien : "Suffit de changer de fournisseur."

Question 1 : quel est le raisonnement le plus simpliste ?
Question 2 : peux-tu élaborer et me montrer où mon raisonnement est faux ?

avatar C1rc3@0rc | 

@kornichon

Raisonnement simplifié, nullement simpliste...
Et un raisonnement simpliste vaut de toute façon mieux que pas de raisonnement du tout. "Suffit de changer de fournisseur.", c'est pas un raisonnement.

avatar 0MiguelAnge0 | 

@bonnepoire

Tu as le niveau pour conseiller Trump. Postules mon gars!!

avatar free00 | 

Cela surement très dur mais cette transition sera sans doute nécessaire.
Il faudrait que les américains créent leurs propres entreprises de sous-traitant et forment leurs employés.

avatar Biking Dutch Man | 

C'est sur que lorsque le droit du travail n'existe pas cela facilite les négociations avec les employés! C'est marche ou crève!

avatar cowboybebop95 | 

@Biking Dutch Man

C'est vrai que les Etats-Unis sont une idylle dans ce sens. ?

avatar en ballade | 

@Biking Dutch Man

"C'est marche ou crève!"

Tu parles bien des USA là?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR