Tim Cook : « Ensemble, allons de l'avant », après l'élection de Donald Trump

Florian Innocente |

« Il faut aller de l’avant — ensemble ! », ainsi Tim Cook conclut-il une lettre envoyée à tous ses employés américains, au lendemain de la victoire de Donald Trump.

Le nom du nouveau président n’est pas cité, Tim Cook préfère relever que les deux candidats ont obtenu un volume de voix similaire (voire supérieur pour la candidate, mais chaque état américain n’a pas le même poids dans la balance) et qu’Apple est elle-même composée de gens engagés dans l’un ou l’autre des deux camps.

Image Joshua CohenCliquer pour agrandir

Cette lettre se présente cependant comme une réponse à une inquiétude, certainement de la part de ceux qui ont apporté leur voix à Hillary Clinton, que Tim Cook avait officiellement soutenue. Il figurait par ailleurs dans la liste des vice-présidents potentiels.

« J’ai écouté beaucoup d’entre vous aujourd’hui à propos de l’élection présidentielle. Dans une compétition politique où les candidats sont à ce point différents et où chacun a reçu un nombre semblable de votes populaires, il est inévitable que les conséquences laissent beaucoup d’entre vous pleins d’émotions » écrit Cook.

Sans citer aucun point du programme politique de Donald Trump, Cook fait tout de même une critique en creux de la manière dont le futur président a conduit sa campagne, sur un ton très clivant entre les différentes communautés qui composent le pays.

Le patron d’Apple insiste sur la volonté d’Apple de s’attacher les compétences de gens venus de tous horizons « Notre entreprise est ouverte à tous, et nous célébrons la diversité de notre équipe ici aux États-Unis ainsi que dans le reste du monde, indépendamment de ce à quoi ils ressemblent, d’où ils viennent, de leurs croyances ou qui ils aiment ».

Citant le Dr. Martin Luther King, l’un de ses héros, Tim Cook enjoint ses employés à aller de l’avant de manière unie, quelles que soient leurs convictions politiques. Et d’inviter ses équipes à discuter, comme le ferait « une famille », si certains se montraient plus particulièrement inquiets et anxieux.

Le mail de Tim Cook

I’ve heard from many of you today about the presidential election. In a political contest where the candidates were so different and each received a similar number of popular votes, it’s inevitable that the aftermath leaves many of you with strong feelings.

We have a very diverse team of employees, including supporters of each of the candidates. Regardless of which candidate each of us supported as individuals, the only way to move forward is to move forward together. I recall something Dr. Martin Luther King, Jr. said 50 years ago: “If you can’t fly, then run. If you can’t run, then walk. If you can’t walk, then crawl, but whatever you do you have to keep moving forward.” This advice is timeless, and a reminder that we only do great work and improve the world by moving forward.

While there is discussion today about uncertainties ahead, you can be confident that Apple’s North Star hasn’t changed. Our products connect people everywhere, and they provide the tools for our customers to do great things to improve their lives and the world at large. Our company is open to all, and we celebrate the diversity of our team here in the United States and around the world — regardless of what they look like, where they come from, how they worship or who they love.

I’ve always looked at Apple as one big family and I encourage you to reach out to your co-workers if they are feeling anxious.

Let’s move forward — together!

avatar IceWizard | 

@MacG
"Le nom du nouveau président n’est pas cité, Tim Cook préfère relever que les deux candidats ont obtenu un volume de voix similaire (mais chaque état américain n’a pas le même poids dans la balance)"

@LeMonde
"Le système électoral indirect américain « ne fonctionne plus du tout », déplorait Nicholas Forker, alors que Hillary Clinton a remporté le vote avec quelque 200 000 voix d’avance, selon les chiffres encore provisoires, mais pas en nombre de grands électeurs. « Il a vraiment besoin d’être réformé, c’est ridicule. »"

avatar fautedegout | 

@Le monde ou bien L'immonde ce qui est pareil ne comprend RIEN au système électoral américain. Le peuple vote mal ? Changeons le peuple.

avatar Pierre H | 

Tu as oublié les mots bobos, intellos, journaleux et gochos dans ton commentaire plein d'amour.

avatar erwan71 | 

+1 Pierre H
@fautedegout on te dit que le vote populaire, (donc le peuple hein !), a voté majoritairement pour Clinton. Je crois que c'est vous qui ne comprenez rien pris dans votre haine populiste et votre vindicte anti-élite...

avatar fautedegout | 

Le système électoral américain n'est pas meilleur que le notre. Il est différent. Il raisonne par état et par l'élection de délégués afin que chaque état, y compris les petits aient un certain poids dans la démocratie fédérale.

Si tu n'as pas compris ça, on n'y peut rien. Et ce n'est pas le premier président a étre élu avec ce paradoxe, c'est le 5eme.

avatar ckermo80Dqy | 

@fautedegout

C'est vrai mais de plus en plus d'américains dénoncent ce système de grand électeurs.

avatar McDO | 

@fautedegout

Ouais ton système reste de la merde. C'est anti-démocratique. Celui- qui a reçu le moins de votes du peuple gagne. Excellente logique👌

avatar fautedegout | 

@McDO

Mon systeme ? Hahahaha.

avatar McDO | 

Le système que tu défends le nobrain...

avatar fautedegout | 

@McDO

Penche toi sur le systeme de ton pays au lieu de donner des lecons aux autres.

Il y a tellement a dire gros mouton.

avatar McDO | 

@fautedegout

Quelle argumentation imparable, je suis sans voix.

Ca ne m'étonne pas venant d'un pro-Trump 😉

avatar fautedegout | 

@McDO

Je ne suis pas pro trump. Ce n'est pas mon pays.

En revanche, je suis anti pensée unique qui voudrait enfumer les francais plus encore.

avatar béber1 | 

fautedegout
"En revanche, je suis anti pensée unique qui voudrait enfumer les francais plus encore."

c'est quoi la pensée unique à l'heure de la mondialisation ?

avatar Moonwalker | 

Les règles du jeu politique sont différentes. En participant, les candidats les ont acceptées.

La Californie et New-York ne font pas les États-Unis, le New-York Times ne représente que son opinion et pas celle du pays, n'en déplaise au Monde.

avatar Fabricio33 | 

@Moonwalker

Exactement !

avatar McDO | 

@Moonwalker

Rien n'empêche de décrier l'absurdité de ce système électoral qui va à l'encontre du principe même de la démocratie.

"La Californie et New-York ne font pas les États-Unis, le New-York Times ne représente que son opinion et pas celle du pays, n'en déplaise au Monde."

Ici n'est pas question de point de vue d'un californien au détriment de l'américain rural. Juste la mise en lumière objective d'un système absurde, qui, personnellement je trouve, devrait être réformé.

avatar Moonwalker | 

Tu raconteras cela à un habitant du Wyoming.

Les États-Unis, comme le nom l'indique, sont un ensemble d'États réunis sous la forme d'une fédération selon un contract constitutionnel accepté par tous. Les modalités de l'élection du président de cette fédération sont une des conditions mise à cette union. La dernière fois que le contrat constitutionnel a été remis en cause, cela a provoqué la plus dévastatrice guerre que les U.S.A. ont connu.

Si tu ne comprends pas tout ce qu'implique la nature fédérale des États-Unis, alors tu ne comprends rien aux États-Unis.

Et il n'y a pas une forme définie canoniquement de la démocratie. Athènes fut une démocratie, la première du nom, et pourtant elle est bien loin de nos critères actuels.

Mais bon, tout cela procède d'une antienne déjà mainte fois entendue : le peuple à mal choisi, changeons de peuple.

avatar McDO | 

"Les modalités de l'élection du président de cette fédération sont une des conditions mise à cette union."

Rien n'empêche aujourd'hui de réformer une modalité poussiéreuse et de la mettre au gout du jour.

" La dernière fois que le contrat constitutionnel a été remis en cause, cela a provoqué la plus dévastatrice guerre que les U.S.A. ont connu."

Différente époque, différent contexte socioéconomique. Mauvais argument. Pas comparable.

"Et il n'y a pas une forme définie canoniquement de la démocratie. Athènes fut une démocratie, la première du nom, et pourtant elle est bien loin de nos critères actuels."

Sauf que là je ne parles pas de la démocratie d'Athène mais de celle d'aujourd'hui. A savoir que le leader soit élu en fonction de la majorité et pas le contraire.

"Mais bon, tout cela procède d'une antienne déjà mainte fois entendue : le peuple à mal choisi, changeons de peuple."

Bien au contraire. Le peuple a bien choisi: Hillary a une avance de 200 000 voix par rapport à Trump.

avatar Moonwalker | 

Autre époque ?

Certes, mais déjà certains en remettent une couche sur la sécession de la Californie.

Rappel : ceux qui ont remis en cause le contrat constitutionnel ont perdu.

La démocratie ce n'est pas la dictature du plus grand nombre sur le plus petit. J'ai remarqué que cela a souvent du mal à entrer dans la tête des gens de gauche.

Il y a des institutions pour protéger la minorité. Ce scrutin est une des formes que prend cette protection. Elle assure à l'habitant de l'Idaho ou du Wyoming un certain poids sans le choix du Président de la fédération. Poids relatif car le nombre d'électeurs est variable en fonction de la population de chaque État. La Californie compte pour 55 électeurs dans l'affaire.

En l'occurence, la décision s'est jouée sur quelques états qui ont basculés dans le camp Républicains comme le Wisconsin, le Michigan et surtout la Pennsylvanie et la Caroline du Nord. Et quand on regarde dans le détail de ces États, on se rend compte que c'est la campagne qui a battu la ville. La fracture n'est pas à l'échelle nationale mais locale. Elle est entre les gagnants de la mondialisation, pour lesquels Clinton a fait campagne et les perdants dont seuls Trump et Sanders se sont préoccupés.

avatar McDO | 

"La démocratie ce n'est pas la dictature du plus grand nombre sur le plus petit. J'ai remarqué que cela a souvent du mal à entrer dans la tête des gens de gauche."

Bah là c'est la dictature du plus petit nombre sur le plus grand. C'est encore pire...

avatar Almux | 

Cela ne fait que prouver que la démocratie n'est pas le "Système Ultime". Il suffit de promettre du pain et des jeux et le peuple applaudit.
C'est peut-être déjà trop tard pour notre civilisation qui fonce droit dans le mur. Mais, les survivants devront évoluer vers un système où prime la recherche de l'intelligence pour chacun.

avatar Michaël. | 

@fautedegout

La question est plutôt de se demander pourquoi la voix d'un électeur dans un état compterait-elle moins que celle d'un électeur dans un autre état. C'est une drôle de vision du concept de la démocratie.

avatar IceWizard | 

@Michaël
"La question est plutôt de se demander pourquoi la voix d'un électeur dans un état compterait-elle moins que celle d'un électeur dans un autre état. C'est une drôle de vision du concept de la démocratie."

Tu trouveras les explications ici :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Collège_électoral_des_États-Unis

L'idée des pères fondateurs (Washington et compagnie) était que les états devaient élire le
président, pas les individus. Et que la voix d'un état faiblement peuplé ne devait pas être étouffé par celle d'un état avec une grosse population. D'où le système de grands électeurs. Chaque état reçoit un nombre de grands électeurs selon l'importance de sa population et d'un coefficient de pondération plus ou moins important. Ce mécanisme peut sembler bizarre et non démocratique, mais c'était un immense progrès par rapport à l'ancien système de droit divin de la royauté.

Les USA gagneraient à adopter un système d'élection direct. Cela aurais évité par exemple, l'arrivée de Bush fils au pouvoir en 2000 et ces immenses c., son adversaire démocrate Al Gore ayant eu 500.000 voix de plus..

avatar jc7net | 

Merci pour les explications

avatar Michaël. | 

@IceWizard

Merci. Je comprends que ça puisse éviter des excès et abus dans l'autre sens (petits états étouffés), mais quand même, il y a quelque chose de gênant a considérer que la voix d'un électeur vaut plus que celle d'un autre (et inversement).

Pages

CONNEXION UTILISATEUR