François Hollande convie Apple contre la haine sur internet

Nicolas Furno |

Invité d’honneur du dîner organisé ce soir par le Crif (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France), François Hollande a terminé le repas par un discours. À cette occasion, le Président de la République a rappelé sa détermination à combattre l’antisémitisme et plus généralement la haine. Ce combat doit être entrepris « partout, y compris sur internet ».

Discours de François Hollande (image Crif)

François Hollande le sait bien, il ne peut rien faire sans les propriétaires des réseaux sociaux sur lesquels se déversent le plus souvent la haine aujourd'hui. C’est pourquoi le gouvernement français, par la voix du Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, a convié les patrons des plus gros services américains pour « signer un accord sur le retrait de contenus illicites ». Facebook et Twitter ont été invités, mais aussi Google et Apple.

Le Président de la République n’a pas mâché ses mots : « Les géants d’internet, s'ils ne veulent pas être considérés comme complices, devront participer à la régulation du numérique. » Est-ce que sera suffisant pour convaincre les géants en question ? On ne le saura probablement pas avant la venue de leurs représentants à Paris.

avatar Androshit | 

En quoi un fabricant de matériel est responsable du contenu du net ? Mystère...

avatar @MathieuChabod | 

@Androshit :
Apple est aussi fournisseur de services, pas seulement constructeur.
Je te rejoint néanmoins sur le fait qu'Apple détient (je crois) que des données personnelles (pas de contenus publique comme Facebook ou Twitter), alors je me demande qu'est-ce qu'Apple vient faire là dedans.

avatar Nicolas Furno | 
@ Androshit : j'imagine que c'est pour iMessage ?
avatar oohTONY | 

@nicolasf :
C'est sûrement aussi pour accéder aux données des téléphones bloqués par un code.
Apple refuse la plupart des demandes comme on l'a vu d'après leurs statistiques rendues publiques l'année dernière.

avatar PtitePomme | 

@nicolasf :
iMessage n'est pas un réseau social

avatar oomu | 

mais ce qui s'y dit entre citoyens est juteux pour un Etat policier.

avatar chrisann | 

Tu as viré débile en quelques années… La vieillesse est un naufrage…

avatar Alberto8 | 

En tout cas pour une est ça n'engage que moi je suis d'accord avec François hollande.

C'est le combat d'aujourd'hui les gens se lâchent gratuitement sur le net , par ce que ils savent qu'ils ne risquent rien .

avatar enzo0511 | 

la haine sur internet a toujours existé, dommage que ce président démago lance ce genre d'initiative devant ses donneurs d'ordre du CRIF

avatar gweginoz | 

@enzo0511 :
"donneurs d'ordre"...
Et c'est parti, il aura fallu 5 commentaires.
Un peu deçu je dois dire, il faudrait tâcher d'être un peu plus rapide la prochaine fois

avatar RyDroid | 

Que les gens se lâchent en postant des messages sur des ordinateurs accessibles par Internet, dans un bar, à l'école ou ailleurs, le problème est le même. Les propos haineux et racistes existaient et étaient diffusés avant Internet et le Minitel (1.0, pour ceux ne connaissant pas référence cherchez "Minitel 2.0").
La solution ne me semble pas être de responsabiliser les intermédiaires techniques (barman, hébergeur, etc), car cela crée une police privée incompatible avec un état de droit. La seule bonne solution me semble être la justice, la séparation des pouvoirs me semble tours être un bon concept à appliquer. http://blog.fdn.fr/?post/2013/01/03/Le-gouvernement-confondrait-il-Repub...

avatar oomu | 

la séparation des pouvoirs a toujours été un truc qui dérange les gouvernement en France. Dans la pratique ce fut toujours biaisé, entre des juges d'instruction sous commande, des passages en force de textes quand le parlement mégote, etc.

avatar phoenixback | 

@Alberto8 :
Et tu risques quoi d'un mec qui se lache sur internet concrètement ?

avatar ET80 | 

Peut être pour les commentaires sur le store

avatar jackhal | 

peut-être aussi carrément pour les applis.
genre "Juif ou pas juif ?", une appli qui a été retirée assez rapidement de l'App Store, mais bon...

avatar amiga500 | 

C'est mignon mais aux U.S.A > 1er amendement > liberté d'expression.

C'est très bisounours cet appel contre "la haine sur internet"… bon gros bullshit politique, aussi ridicule que "l'axe du mal" de Bush.

avatar phoenixback | 

@amiga500 :
Aussi ridicule que "je suis charlie", en fait.

avatar Yves SG | 

Et si notre génie national commençait par s'intéresser à la haine que déverse une certaine catégorie de la presse écrite française en se cachant courageusement derrière la sois disant "liberté d'expression" ?

avatar oomu | 

donnez des noms.

et indiquez nous quelles autres opinions sont dorénavant interdites ?

avatar spae0899 | 

Modéré : Troll

avatar Stardustxxx | 

Ce n'est pas le role des géants de l'internet de réguler le contenu, mais c'est au gouvernement et a la justice de faire cela.

avatar oomu | 

j'estime qu'un gouvernement n'a pas à "réguler".

Il y a des lois pour punir la diffamation, les menaces, etc. Que la justice soit saisie et exécute des peines si besoin est.

Mais réguler à priori ?

et demain ça sera quoi ? le militantisme politique ? le syndicalisme ? la critique du président ?

Une fois un outil technique et législatif en place, il n'y a pas de limite à son usage.

avatar Stardustxxx | 

moi aussi j'estime qu'un gouvernement n'a pas a réguler a priori.

Mais il doit donner les outils a la justice pour qu'elle puisse agir au besoin. Ce n'est pas non plus un domaine de non droit.

Mais c'est comme dans la vie : on peut avoir une démocratie ou une dictature.

avatar béber1 | 

c'est un équilibre toujours à trouver.

Aussi incroyable que cela puisse paraitre, les états démocratiques doivent aussi se prémunir des dérives violentes que permettent les libertés, libertés qu'ils doivent pour autant protéger et dont ils sont par nature garants.

Dans un autre sens, on voit dans cette phrase de la déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 : " La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui "… que la formule dans sa stricte formulation se limite d'elle-même car elle limite par contrecoup le droit ou l'expression de la critique, de la remise en cause ou la nécessité de la dénonciation, etc. au nom d'un ordre établi, expression d'un Bien supérieur censé être partagé et convenu d'un moment.

On voit notamment une de ces limites par le sort vécu des Lanceurs d'alertes.

Sur quels critères devrait-on trouver ces équilibres entre respect du droit d'expression et donc de contestations/dénonciations/remises en cause et devoir démocratique de préservation de la sécurité et de la paix publiques (espaces qui permettent l'expression de la liberté) ?
C'est toute la tension et les problématiques actuelles auxquelles l'ensemble des états démocratiques sont confrontés.

Y répondre que par l'argument d'une absolue liberté -qui n'existe pas et- qui devrait être préservée coûte-que-coûte sans aucun compromis, est autant insuffisant que d'y répondre par un arsenal répressif supplémentaire aux noms de la seule Sécurité qui serait garante des espaces de liberté.

Les solutions ne sont pas évidentes, et il est facile depuis un forum de discussions de lancer ce qui serait le mieux souhaitable

avatar infograph | 

Hum ! je vois pas trop non plus ce que apple fait là. Ils fabriquent des machines et vendent des produits culturels.

Facebook, twitter, google+, youtube, daylimotion etc. qui sont des gros défouloir public pour les cons et les moins cons. OUI OUI OUI.

Mais franchement apple ? IMessage resemble plus a du sms évolué et ce n'est pas un réseau social ou l'on partage sa timeline.

A mon sens notre bon roi à confondu le fait qu'avec un appareil apple on pouvait aller sur internet, donc apple est un acteur incontournable de l'internet. ICloud peut être mais sait il seulement ce que c'est ? Il a du entre parler de Tim Cook et Obama sur les données privées. Le Cloud c'est pas internet non plus. en tout cas, pas que.

Bref je reste .... dubitatif. Etre ferme contre les gens sans cervelle oui, mais il faut le faire avec les bons interlocuteurs.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR