Rapport sur la diversité : l'employé type chez Apple est un homme blanc [màj]

Mickaël Bazoge |

Comme annoncé par Tim Cook début juillet, Apple a livré son premier rapport sur la diversité de ses personnels. Une pratique de transparence de plus en plus courante dans les entreprises de la Silicon Valley : Facebook comme Twitter s'y sont récemment pliés, et il ne fait guère de doute que beaucoup d'autres vont emboiter le pas d'Apple. Pour l'occasion, le constructeur de Cupertino a mis en ligne une page web, une vidéo, ainsi qu'une lettre ouverte de Tim Cook. Mais évoquons d'abord les données brutes : 55% des 98 000 employés d'Apple sont blancs, 15% asiatiques, 11% hispaniques, 7% noirs. 2% sont d'origine métissée. 30% de ces mêmes salariés sont des employéEs.

À des fins de comparaison, Apple livre des statistiques plus générales sur les origines ethniques des employés dans les entreprises technologiques (54% blancs, 23% asiatiques, 7% hispaniques, 6% noirs) et non technologiques (56% blancs, 14% hispaniques, 9% asiatiques, 9% noirs). La diversité chez le constructeur de Cupertino est donc plus ou moins en phase avec le reste de l'industrie américaine… mais cela ne suffit pas pour Tim Cook.

« Notre définition de la diversité va au-delà des catégories traditionnelles de race, genre et ethnicité », écrit le CEO dans la lettre ouverte qui accompagne ces données. « Elle inclut des qualités personnelles qui ne sont généralement pas mesurées, comme l'orientation sexuelle, le statut de vétéran, ou le handicap. Ce que nous sommes, d'où nous venons, et ce que nous avons expérimenté influent sur la manière dont nous percevons et résolvons les problèmes ».

Tim Cook à Austin, dans l'usine de production du Mac Pro.

En tant que PDG, Tim Cook n'est « pas satisfait avec les chiffres publiés sur cette page web. Ils ne sont pas nouveaux pour nous, et nous travaillons dur depuis quelques temps pour les améliorer ». Apple a réalisé des progrès dans ce domaine, énonce t-il, et « nous nous engageons à être aussi innovant pour améliorer la diversité, que nous le sommes pour le développement de nos produits ».

Tim Cook se dit fier de travailler avec Eddy Cue, Angela Ahrendts, Lisa Jackson et Denise Young-Smith qui tous, d'une manière ou d'une autre, apportent une plus grande diversité au sein de l'entreprise. Il rappelle aussi l'arrivée toute récente de Sue Wagner au sein du conseil d'administration. Le CEO donne aussi l'exemple de Kim Paulk, Spécialiste dans un Apple Store de New York, dont les problèmes de vue (elle reçoit l'aide d'un chien guide d'aveugle baptisé « iDog ») et d'audition ne sont pas un frein au très bon travail qu'elle accomplit tous les jours.

Cook rappelle également l'investissement de 100 millions de dollars pour l'initiative ConnectED de la Maison Blanche visant à équiper les écoles défavorisées. Sans oublier l'engagement d'Apple auprès des populations LGBT (la société est partenaire de Human Rights Campaign, la plus importante organisation LGBT aux États-Unis). Enfin, le PDG d'Apple évoque les 50 ans du Civil Rights Act, qui a déclaré illégale la discrimination reposant sur la « race », la couleur, la religion, le sexe ou l'origine nationale.

Mise à jour — La vidéo est désormais lisible depuis le compte YouTube d'Apple. Sa narration est assurée par Denise Young-Smith, promue vice-présidente aux ressources humaines en février.

Exemple parfait de l'« ascenseur social » d'Apple, cette ancienne employée d'Apple Store (elle a été recrutée en 2000 pour occuper un poste de directrice RH) a gravi les échelons jusqu'à remplacer Joel Podolny, parti s'occuper de l'Apple University.

Pour aller plus loin :
avatar Le docteur | 

… et au cas où un mal comprenant particulièrement grave et incapable de lire trois lignes passerait dans le coin, je précise que ces métaphores osées ne concernent pas telle ou telle minorité, mais la majorité dominante des managers-gestionnaires qui constitue par la manière dont elle bosse tout le contraire d’une éthique, mot qu’elle ne peut que dévoyer.

Le chimpanzé, pour être plus clair, c’est pour rendre comme je peux l’effet de grimace pseudo-humaine que déclenche chez moi l’image d’un type qui le matin vire des mecs comme des merdes pour équilibrer ses comptes et parle d’éthique l’après-midi après le café.

Je suis désolé, mais la haine que m’inspire notre système économique me pousse à des métaphores animalières dont j’oublie souvent qu’elles seront un jour totalement proscrites parce que des racistes se les sont appropriées.

Pour revenir au fond du problème je suis bête, méchant et idéaliste : personnellement j’embaucherais quelqu’un uniquement sur ses compétences, qu’il soit blanc, noir, vert ou zébré à pois rouges. Et je pense que la sortie est par là, vers l’oubli des ethnies et non vers le rappel à l’ordre perpétuel pour toute personne (saine d’esprit) qui oublierait leur existence pour regarder les individus.
Je militerais plus pour le droit à l’indifférence que pour le droit à la différence, qui relève encore de la désignation d’un individu par une partie somme toute peu essentielle de ce qui le constitue.

avatar finaleSportivo | 

juif c'est dans quelle catégorie ? blanc? arabe c'est dans quelle catégorie ? blanc ? métisse black - asiate c'est dans quelle catégorie? et rom ?

avatar CBi | 

Vu que c'est déclaratif, je me demande comment est gérée aux USA (et ailleurs) la "fausse" déclaration = "je suis apparemment blanc de peau mais en réalité je me sens viscéralement noir." Transgender OK mais transracial not OK ?

avatar apple78310 | 

À chaque fois que je vois ce genre d'article, je me demande pourquoi c'est considéré comme "antiraciste" de dénoncer la part de "de souches" dans les entreprises etc alors que dénoncer la part de juifs dans les médias/finance ou des noirs/arabes en équipe de France par exemple est considéré raciste.

avatar marenostrum | 

même aux usa, les juifs ne rentrent en aucune catégorie ethnique. c'est réglé y a longtemps (je crois avant l'esclavage) par la loi (la constitution). tous les autres on continu toujours les trier.

avatar LittleBigFrancois | 

Ah parce que maintenant on embauche à la couleur de peau juste pour se donner une bonne image? Je trouve cette façon de penser scandaleuse, c'est exactement ce qu'on appelle le racisme quand on fait l'inverse de ce qu'ils font.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR