Chine : Apple éteint la polémique sur la localisation

Mickaël Bazoge |

En Chine, Apple ne compte plus se laisser marcher sur les pieds. Le constructeur, souvent pris pour cible par les médias officiels téléguidés par les autorités, fait parfois les frais des bisbilles entre les gouvernements américain et chinois. La dernière attaque anti Apple en date provient de la chaîne de télévision CCTV, qui a mis sur le banc des accusés vendredi les fonctions de géolocalisation de l’iPhone, coupables de divulguer, potentiellement, des « secrets d’État » (lire : La géolocalisation par l'iPhone redevient une polémique en Chine). Cette fois, Apple n’a pas tardé à répliquer.

En mars 2013, Apple était sous les feux de l’actualité pour ses pratiques en matière de service après-vente en Chine; après un psychodrame qui avait duré plusieurs jours, Tim Cook a fini par clore la polémique par le biais d’une lettre d’excuses publiques, et quelques ajustements mineurs dans la politique de SAV de l’entreprise en Chine (lire : Apple modifie les pratiques de son SAV en Chine). Pas question, dans le dossier de la géolocalisation, d’attendre trop longtemps que la controverse s’installe : une journée après l’allumage de l’incendie, Apple l’éteint immédiatement et promptement. Le tout sur un ton qui ne laisse pas de place à l’interprétation.

Sur son site web chinois, en mandarin et en anglais, l’entreprise explique la situation. Tout d’abord, le respect de la vie privée est « partie prenante de nos produits et services » et ce, dès le début de la conception. « Contrairement à d’autres entreprises, notre activité ne repose pas sur la collecte de gros volumes de données personnelles de nos consommateurs », précise Apple qui vise ici à peu près tous ses concurrents (y compris chinois).

Apple « remercie » (en se mordant la joue, peut-on lire entre les lignes) la CCTV pour l’aide pédagogique que la chaîne apporte sur ce sujet important. Et l’entreprise d’expliquer ensuite pourquoi et dans quel contexte elle utilise les données confidentielles des utilisateurs de ses produits : pour le shopping, les voyages, pour trouver un restaurant ou calculer le temps nécessaire pour se rendre au travail. Ces services passent par le GPS évidemment, mais également par les données stockées concernant les hotspots wi-fi et les antennes cellulaires; pour ce faire, Apple conserve et met à jour des bases de données enrichies par les millions de terminaux mobiles. « Apple ne trace pas la localisation des utilisateurs — Apple ne l’a jamais fait et ne prévoit pas de le faire ». De fait, un iPhone ne transmet aucune donnée qui soit associée spécifiquement à un utilisateur ou à un appareil.

De plus, le constructeur offre à l’utilisateur une palette d’outils afin de contrôler l’usage qui est fait de ces données. Il peut par exemple activer (ou pas) les services de localisation. Les apps demandent l’autorisation d’utiliser ces informations, via une fenêtre pop-up impossible à contourner — une autorisation que l’on peut modifier par la suite.

Quant aux données de localisations fréquentes qui servent à iOS pour les conditions routières, elles sont uniquement stockées sur le terminal; pas de synchro via iTunes ou iCloud, et de plus elles sont chiffrées tout comme le cache, protégé par le mot de passe de l’utilisateur. Apple n’a aucun accès à ces données, ni les apps tierces par défaut.

Apple met également les points sur les i concernant les accusations selon lesquelles un gouvernement peut avoir accès aux informations confidentielles d’un utilisateur de ses produits. « Apple n’a jamais travaillé avec une agence gouvernementale d’aucun pays pour créer une porte dérobée dans nos produits ou services. Nous n’avons jamais autorisé l’accès à nos serveurs. Et nous ne l’autoriserons jamais. C’est très important pour nous ».


avatar methos1435 | 

Le dernier paragraphe est trompeur quand même. Si une agence américaine demande à acceder aux données, Apple devra fermer sa gue..... et ouvrir les portes.

avatar PatrickQuebec | 

uniquement si un juge le demande

avatar mcgyver47 | 

Ce n'est pas tout à fait ce que racontent Edward Snowden et Glenn Greenwald dans "Nulle part où se cacher"

avatar PatrickQuebec | 

oui c'est sur.... mais c'est ce qui devrait se passer si le droit est respecté ... et c'est ce que defend apple.

avatar iRobot 5S | 

@methos1435 :
Apple n'aura pas a autoriser, la NSA rentrera quand même.

Alors le paragraphe n'est pas trompeur.

avatar Yo83 | 

Apple doit montrer patte blanche pour entrer en Chine, mais des millions de petits smart phones chinois ne doivent pas se gêner pour récolter des informations un peu partout dans le monde.

avatar Nesus | 

@Yo83 :
C'est la joie de la dictature.

avatar yoyo3d | 

Les dictatures sont très soucieuses du respect de la vie privée visiblement...

avatar Moonwalker | 

Normal. Les dictateurs détestent que les petits curieux viennent fouiner dans leur petit business. De plus, dans ce genre de régimes politiques, la vie privée reste le privilège d’une élite restreinte. Il convient donc de la protéger jalousement.

Les autres… ben s’ils ont des choses à cacher, c’est qu’ils ont des choses qu’on pourrait leur reprocher, donc il est impératif de découvrir lesquels pour les remettre dans le droit chemin afin de construire ensemble une société harmonieuse.

avatar MacMarc | 

Oui, enfin... Quand ce sont d'autres qu'eux qui risquent de les utiliser, du moins ;)

L'étape suivante sera peut-être de proposer (mais sans aucune publicité, ce coup-ci) à Apple de calmer le jeu si ils leur donnent l'accès à toutes les données récoltées...

avatar Shralldam | 

Le plus important pour eux est de confirmer qu'il n'y a pas de backdoor (même si certains continueront d'en douter).

avatar rikki finefleur | 

Shralldam
Il parait aussi que PRISM n'existait pas. Selon les dires d'apple et de MS.
Mais ca c'était avant..
Avant que tout soit déballé..
J'aime bien la rhétorique reprise par tous yahoo, ms, goog, apple.. Le fait que l'on est pas accès direct a nos serveurs..
Tout le monde a répété cette phrase en choeur.. Mot pour mot.
Bizarrement cette phrase ne veut rien dire.
Bizarrement par la suite plusieurs de ces groupes se sont battus pour que la NSA n'est plus accès aux données.
Bizarrement aussi , les dg ont reconnu que si il parlait de cela en public , il risquait la prison, et donc de fait ont tous démenti en choeur.
Bizarrement , il n'y a eu aucune réaction de nos hommes politiques en france quand on a appris que la NSA espionnait massivement nos données et les données de nos entreprises françaises.

Il parait aussi que même angela, se soit fait pirater ..
rires.
Continuez donc a vivre dans vos pays de bisounours ou l'on peut croire les gens sur parole..

Chez shraldam. Apple , MS ont déjà menti piteusement.. Et ils continueront à le faire. car ils n'ont pas le choix.

Article du figaro :
Prism : Apple, Microsoft et Facebook se confessent timidement
http://bit.ly/1zy6rfA

PS : Tiens un truc qu'on devrait demander à google d’effacer, car il est bien entendu que la NSA et PRISM n'ont jamais existé.. et qu'ils ont le droit aussi d'obtenir une histoire "blanchie".

avatar Shralldam | 

J'ai dit que le plus important pour Apple était de confirmer publiquement qu'il n'y a pas de backdoor. Je n'ai pas dit que j'y crois dur comme fer. Au passage, a-t-on le droit de faire des commentaires sans se faire taxer de bisounours ? C'est un concours pour savoir lequel d'entre-nous est le plus naïf, ou le plus éclairé ?

J'ai lu beaucoup d'articles sur PRISM et sur les révélations d' E. Snowden, pas besoin de me faire une leçon. Ma posture n'est pas de contredire ces informations, mais force est de constater qu'entre les faits vérifiables et documentés se sont glissés de vrais fantasmes et autres exagérations, qui servent de prétexte à beaucoup de gens. Ici on parle du gouvernement chinois qui, à travers les médias, donne limite des leçons de moralité à des entreprises étrangères. C'est l'hôpital qui se fout de la charité. Et je suis désolé : un article qui parle de PRISM et qui cite principalement Apple, Google, Microsoft ou Facebook manque terriblement de fond et de précision. Usual suspects, quoi… Pour faire passer la pilule à Mme Michu, autant utiliser des marques qu'elle connait et simplifier le propos en occultant toutes les ramifications possibles.

avatar rikki finefleur | 

C'est pas du tout une leçon.
Mais entre ceux qu'ils prétendent et ce qui est , il y a une différence, il faut tout de même sans rendre compte.
Et avec Prism , ils ont menti, effrontément, publiquement et tous.
Une seule solution, crypter soi même ses données, et pas avec des outils fournis.

avatar XiliX | 

@rikki finefleur

Et avec Prism , ils ont menti, effrontément, publiquement et tous.
Avec Prism il n'y a aucune preuve réelle qui indique que Apple a bien laissé un back door à la NSA. Et ce n'est pas parce que la NSA siphonne les données que Apple (ou autres) est complice.
Il faut aussi savoir prendre du recul avec la théorie du complot.

Une seule solution, crypter soi même ses données, et pas avec des outils fournis.
Avec quoi ? avec quelle clé ? d'après toi, qui fourni les clés de cryptage ?

avatar bureaun | 

Qu'ils fassent la guerre à Androïd avant d'attaquer Apple, parce que niveau récupération de données, Google va bien plus loin qu'Apple...

avatar XiliX | 

@bureaun

Oui... mais ça fait moins parler

avatar AlaraD | 

L'explication ne montre rien. L'entreprise ne peut écrire autre chose.
Personne ne peut y croire puisque l'entreprise continue à croître dans l'économie Etats-unienne. Elle est dons en phase et parfaite symbiose avec les principes de collecte et traitement des informations individuelles des états-uniens et des autres, de toi lecteur par exemple.

Un organisme totalitaire ne peut être jugé mieux ou moins bien q'un autre, or après le succès inattendu de l'iPhone, de ses frères et sœurs adossés aux boutiques virtuelles, que sont devenus les grands acteurs de l'economie numériques: de simples "états" totalitaires trans-frontieres. Cette métamorphose n'est que l'évolution tristement classique de toutes les sociétés humaines observée au long des Âges.
Bon courageuse a toi qui passe ta paie dans le Cloud et qui ne s'étonne plus de voir son frère, sa sœur au chomdu.

avatar oomu | 

ce qui ne circule pas dans les serveurs Apple ne peut pas être collecté (de force ou non) par un Etat (France compris, experte en la matière)

C'est le principe même de centralisation que nous devons rendre obsolète.

Ce que décrit Apple est vrai: son modèle business ne repose pas sur la collecte et plusieurs fonctionnalités n'en ont pas besoin.

avatar Liena | 

Etrange polémique !
Je pense que l'État souhaitait accéder aux données d'apple mais ce dernier a refusé. D'où cette polémique. Enfin, c'est une idée...

avatar oomu | 

Les Etats veulent les serveurs en ligne utilisés par ces machines dans leurs pays, si possible dans la cave du Comité Cent.. heu l'Elysée.

avatar Cem | 

Un peu de bon se

avatar Cem | 

C'est compréhensible, il suffit de se poser la question suivante "à qui bénéficie une telle attaque?"
La réponse, selon moi, est "les fabricants de téléphone concurrents, désireux de se tailler une part de marché".
Le marché des Telecoms est beaucoup plus complexe qu'on pourrait le croire. Il mêle l'emploi, intérêts nationaux, et domination technologique.

avatar methos1435 | 

Le Patriot Act autorise les agences américaines à se servir et ce sans autorisation préalable. Alors, certes, à la base ça concerne uniquement le terrorisme mais les contours de la loi sont tellements flous qu'au final les agences se servent quand elles veulent...

Donc apple peut dire qu'elle n'autorise pas.: ça ne change rien au final, les agences demandent (ou pas) : les agences obtiennent (toujours).

Le client final qui est soucieux de sa vie privée par rapport à l'accès à ses données ils s'en tappe de savoir si apple autorise ou pas, au final ses données sont accessibles. Donc apple joue un peu sur les mots, en essyant de rassurer alors qu'ils savent très bien qu'en réalité, indirectement peut être, ils collaborent avec les agences gouvernementales.

avatar methos1435 | 

Après ca concerne toutes les entreprises américaine, pas seulement apple.

CONNEXION UTILISATEUR