Toutes les forces d'Apple mobilisées pour l'iWatch

Pierrick Aubert |

Mode, fitness ou encore santé, la firme de Cupertino a multiplié les embauches dans des domaines dans lesquels elle n'est pas présente. Ces derniers mois, des spécialistes de ces secteurs ont pris leur fonction à Cupertino avec plus ou moins de discrétion. Ces experts sont autant d'indices que quelque chose de vraiment différent se trame chez Apple.

Un produit semble concentrer toute cette agitation : l'iWatch. Cet appareil — montre ou bracelet ? — pourrait faire la synthèse des compétences et des activités des recrues : un produit de luxe et de mode capable de surveiller la santé.

Outre ces nouveaux employés, cela n'aura échappé à personne, Tim Cook a su progressivement se détacher de l’héritage laissé par Steve Jobs et a mis en place sa propre équipe dirigeante. 9to5Mac propose une revue des troupes qui portent le projet iWatch.

Les valeurs sûres déjà présentes à Cupertino

Au sein du noyau dur d'Apple, il y a Jeff Williams, le senior vice-président en charge des opérations. Il occupe l'ancien poste de Tim Cook. Les intitulés ne sont pas identiques, Cook était directeur opérationnel (COO), tandis que Williams est « seulement » SVP, mais ses tâches sont bien les mêmes : il gère les relations avec les fournisseurs et les lancements de produit. Un poste crucial concernant la fabrication et la commercialisation d'un nouveau produit.

Jeff Williams et Tim Cook en visite en Chine en 2013 - Photo M.I.C. Gadget

Mais ce n'est pas tout. L'importance de Williams dans la mise en oeuvre des plans futurs de Cupertino a été renforcée par la FDA (Food and Drug Administration, l'organisme américain qui délivre notamment les autorisations des produits médicaux) qui indique qu'il a participé à des réunions officielles au sujet d'applications médicales mobiles. Un personnage central concernant l'iWatch !

Bob Mansfield, libéré de son poste de SVP depuis juillet 2013, peut se consacrer quant à lui pleinement au développement de « projets spéciaux ». Celui qui était responsable des technologies se concentrerait maintenant sur le design de futurs processeurs et ferait le lien direct avec Cook pour lui rapporter l'avancement des travaux.

À un niveau inférieur dans l'organigramme, il y a Bud Tribble, le vice-président responsable des technologies logicielles. Connu pour avoir géré l'équipe de développeurs du premier Mac — avant de suivre Jobs chez NeXT et de revenir chez Apple il y a trois ans —, il a suivi de très près la création d'iOS et d'OS X. Il a accompagné Jeff Williams à la FDA et joue certainement un rôle important dans le logiciel de l'iWatch. Il est également diplômé dans le domaine médical, ce qui peut être un atout important dans la conception de ce produit.

Cook, Federighi et Tribble réunis à la télévision à l'occasion du trentième anniversaire du Macintosh

Côté ingénierie, James Foster, fondateur et ancien PDG de XMOS, un concepteur de puces, est le "monsieur miniaturisation" de Cupertino. Ce directeur senior fait partie de l'équipe de 100 personnes qui conçoit l'iWatch, selon Bloomberg. Son expertise dans les puces miniatures est primordiale pour un produit de l'informatique vestimentaire. L'agence de presse américaine a aussi cité nommément Achim Pantfoerder. Cadre du Technology Advancement Group, son expérience dans les technologies sans fil est hautement appréciée.

Le fitness et la santé

Bien qu'Apple tente de garder ses secrets, il est possible de faire le point sur les nouvelles têtes récemment arrivées et leur rôle potentiel.

On connait la bonne entente entre Apple et Nike — Tim Cook fait partie du conseil d'administration de l'équipementier sportif. L'un des derniers à avoir rejoint la famille Apple n'est autre que Jay Blahnik, un spécialiste du sport ayant travaillé sur le Fuel Band de Nike et d'autres produits de la marque. Par le passé, Blahnik a aussi travaillé pour de multiples entreprises et participé à de nombreuses conférences. Arrivé l'année dernière chez Apple, son expérience est précieuse pour faire de l'iWatch un compagnon sportif utile. Autre transfuge de Nike, Ben Schaffer, qui était directeur du département "Innovation Kitchen" où sont imaginés les futurs produits.

Jay Blahnik

Roy J.EM. Raymann, un scientifique spécialisé dans le sommeil, fait partie des nouveaux arrivants. Il a travaillé chez Philips jusqu'au mois dernier sur les manières de mesurer les plages et la qualité du sommeil, comment l'améliorer sans l'aide d'une pharmacopée, décrypter les effets de substances comme le café, etc. Ce type d'informations sur le sommeil font partie des mesures que tentent de collecter les bracelets connectés. Dès lors, il est facile de faire le lien entre son arrivée et l'iWatch.

Pour ne pas s'arrêter à l'analyse du sommeil, Apple semble avoir cherché à aller plus loin dans le domaine médical. Les derniers ont été marqués par l'embauche de plusieurs scientifiques spécialisés dans l'hydratation, le rythme cardiaque, la glycémie... Autant de mesures qu'il serait intéressant de retrouver dans un accessoire que l'on porte sur soi. Apple a investi ce champ en ciblant des personnalités de renommée internationale, comme Ueyn Block. Cet ancien directeur de l'ingénierie chez C8 MediSensors, un fabricant de lecteurs de glycémie, a travaillé sur le développement de capteurs capables de surveiller le diabète à travers la peau d'une personne. Une solution de pointe non invasive qui irait bien sur l'iWatch. La science-fiction n'est pas loin, pourtant il s'agit bien de technologies existantes aujourd'hui.

Toujours dans le domaine médical, l'ingénieure Nancy Dougherty a rejoint Apple en fin d'année 2013. Elle travaillait auparavant chez Sano Intelligence, une start-up spécialisée dans la collecte et l'analyse de sang au moyen de minuscules aiguilles intégrées à l'intérieur de capteurs que l'on peut porter sur soi. Elle a aussi travaillé sur des capteurs de rythme cardiaque, de fréquence respiratoire, de température et de mouvements.

Une expertise qui rejoint celle de Todd Whitehurst, embauché par Cupertino l'été dernier. Il était vice-président de l'ingénierie matériel de Senseonics, une compagnie qui a développé une application médicale mobile capable de mesurer le glucose en temps réel à l'aide de capteurs. L'application indique la vitesse et l'évolution de la glycémie sous forme graphique, et alerte l'utilisateur en cas d'anomalie.

La famille des scientifiques d'Apple s'agrandit à vue d'oeil. Depuis l'été dernier, elle comprend aussi le Dr Michael O'Reilly, responsable médical dans une entreprise qui a sorti un accessoire qui prend la mesure du taux d'oxygène présent dans le sang ainsi que la fréquence cardiaque au moyen d'une petite pince fixée au doigt. On peut citer aussi Ravi Narasimhan, présent depuis fin 2013 à Cupertino, qui était vice-président de la R&D en capteurs biologiques chez Vital Connect. Cette société commercialise des patchs capables de transmettre à distance et en temps réel des données à un médecin : rythme cardiaque, fréquence respiratoire, température de la peau, niveau de stress, etc. Précédemment, Narasimhan avait travaillé dans le domaine de la 4G et du Wi-Fi.

La mode

Une montre ou un bracelet est un objet de mode par excellence. Apple a pris en compte cette dimension en débauchant Paul Deneve, le PDG d'Yves Saint Laurent (lire : Paul Deneve : un nouveau produit bientôt prêt-à-porter). Bien qu'il soit seulement vice-président, et non senior vice-président, il travaille sous l'autorité directe du patron d'Apple sur des « projets spéciaux ». Il n'en faut pas plus pour penser que son rôle est lié à l'iWatch. Cette arrivée est certainement à interpréter comme une nouvelle et ultime étape dans le long processus du lancement d'un nouveau produit. Ces derniers mois où le travail d'ingénierie et de fabrication est largement accompli et où il est temps de se retrousser les manches pour construire une identité autour du produit.

Une fois que cette identité est définie, il faut l'afficher au grand jour, l'exposer en vitrine. C'est là qu'Angela Ahrendts prend le relais. L'ancienne dirigeante de Burberry, qui connait très bien le milieu de la mode et du luxe, va prendre à point nommé la tête des Apple Store.

À toutes ces nouvelles recrues, il faut ajouter Kevin Lynch, un ancien d'Adobe qui occupe maintenant le poste de vice-président des technologies. Selon nos informations, Kevin Lynch a formé chez Apple une équipe composée essentiellement d’anciens de la division iPod. Ces profils sont peut-être les plus adaptés pour un projet comme une montre connectée. Difficile de savoir néanmoins sur quoi ils travaillent exactement.

En résumé, tout est là :

Clic pour agrandir

Forte de cette petite armée d'experts, anciens comme nouveaux, la compagnie est en pleine ébullition pour livrer sa prochaine révolution. La question est désormais de savoir quand sortira de Cupertino une réelle nouveauté ? (lire : iOS 8 et l’iWatch surveilleraient votre santé)


avatar BenUp | 

Le futur grand four de la marque !

avatar Stanley Lubrik | 

On avait déjà parlé de laisse électronique pour nos smartphones, et c'est finalement au poignet que le consommateur va se faire rattraper.

On va plutôt maintenant évoquer les menottes électroniques.

La première version sera-t-elle aussi indigente que les premières versions d'iPhone et de iPad, RAM ou puissance processeur, histoire de nous amener à une version 3 devenant la première version franchement potable du produit ?

Je ne demande qu'à être réellement surpris, mais malgré les troupes de choc mises en place, la montre connectée ne me fait toujours pas rêver.

Je vois bien en revanche les kékés frimeurs de la première heure (dring, dring !) avec le bras coincé en l'air pour exhiber leur nouvel objet de contentement. Cela nous rappelera les grandes heures de l'oreillette bluetooth avec ces étranges martiens déambulant avec leur coléoptère électronique collé en permanence sur l'oreille.

Auront-ils le petit doigt en l'air comme dans la série "les envahisseurs" ?

avatar alan63 | 

belle interventuon
en espérant que ce ne soit que le petit doigt ...

avatar Coulonval | 

Merci pour cet excellent article !
Vous êtes de vrais journalistes !

avatar FollowThisCar | 

Je ne peux pas m'empêcher de penser que ce machin ne se vendra pas comme des petits pains.

D'abord parce qu'avec tous les spécialistes qu'ils ont embauchés, il faudra le vendre cher pour le rentabiliser.

Ensuite parce que les gens ne se baladent pas avec un stéthoscope autour du cou et un thermomètre dans le cul à longueur de journée. A moins que la cible ne soit les 40-60 ans fortunés et anxieux de crever avant l'âge. Avant et après cette tranche d'âge, ils s'en foutent plutôt.

Mais bon, je peux me tromper. Lors de l'iPod, il avait fallu un article de MacWorld me vantant ses mérites pour me convaincre, mais après, tous les gens autour de moi s'y étaient mis aussi.

avatar Stanley Lubrik | 

@Coulonval

Toit tu ne sait pas ce que c'est un vrai journaliste...

Déjà, il n'est inféodé à aucune marque pour conserver son libre arbitre....

Il ne faut déjà pas confondre outil d'information et organe de propagande. :-)

On dira que c'est une loyale approche de la mise en route des ambitions d'Apple dans le "wearable computing"...

avatar Dr Fatalis | 

Grace à cet article, tout est clair: Apple va surprendre le monde en lançant un iWC "a la japonaise" capable d'analyser votre état de santé pendant que, benoitement installé sur le trône, vous consultez votre ipad...

Blague à part, un bidule capable de mesurer assez précisément la glycémie a travers la peau serait une révolution dans la vie de millions de diabétiques... Et surveiller son état de santé, sans en faire une obsession, n'a rien d'une mauvaise idée...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR