Apple/Samsung : Tim Cook était contre l'idée d'attaquer

Florian Innocente |
Tim Cook n'était pas un chaud partisan de l'idée d'attaquer Samsung en justice, raconte Reuters dans un article qui revient sur les relations des frères ennemis. Face à un Steve Jobs prêt à conduire une guerre "thermonucléaire" (et pensant peut-être à l'époque qu'elle serait plus courte) Tim Cook était opposé à cette stratégie qui se concrétisa en avril 2011 par une première plainte en Californie (lire Apple et Samsung : petits procès entre amis).

La principale inquiétude de Cook tenait à l'importance qu'occupait Samsung parmi les fournisseurs d'Apple. D'après une étude, Apple aurait acheté l'année dernière pour 8 milliards de dollars de composants Samsung (6 milliards d'euros). On sait ce qu'il advint et cette guerre devant les tribunaux continue aujourd'hui, presque deux ans après l'offensive d'Apple lancée en réaction à la sortie du premier Galaxy S. Les deux entreprises travaillent toujours ensemble même si des signes montrent qu'Apple cherche à diversifier ses sources d'approvisionnement.

freres-ennemis

Cette première plainte fut un coup de semonce dans une relation entamée en 2005 lorsqu'Apple cherchait un fournisseur solide en mémoire flash. Samsung qui détenait 50% de ce marché est alors devenu un partenaire privilégié « Quiconque contrôle la flash aura le contrôle du marché de l'électronique grand public » aurait déclaré Jobs à l'époque, ajoute Reuters. Samsung, de son côté, en tant que principal fournisseur d'Apple, pouvait observer depuis le premier rang l'importance prise par l'iPhone et l'iPad ainsi que les projections de ventes d'Apple. Des données essentielles lorsqu'on entend soi-même jouer les premiers rôles sur ces marchés.

Tim Cook n'a jamais déclaré publiquement qu'il s'était opposé à cette décision de Jobs. Au fil des épisodes de ces procès, il a eu quelques occasions de marteler la volonté d'Apple de défendre sa propriété intellectuelle et de réclamer que ses concurrents inventent leurs propres solutions. Mais l'année dernière, lors de la conférence D10, il avait tout aussi clairement marqué son peu d'appétit pour ces conflits à répétition autour des brevets, les qualifiant de véritables emmerdements (« pain in the ass »), facteurs de distractions vis à vis des autres activité de l'entreprise et dont il souhaiterait volontiers se passer.

Sur le même sujet :
- Apple et Samsung : les frères ennemis
avatar toucan39 | 
@Akerloof Voilà les infos Le Mythique homme-mois Le mythe du mois-homme (The Mythical Man-Month: Essays on Software Engineering) est un livre de Frederick Brooks considéré comme un classique dans le domaine du génie logiciel. Le titre de l'ouvrage fait référence à une unité de coût de développement : le mois-homme, c'est-à-dire le travail d'un homme pendant un mois. Le seul fait d'utiliser cette unité tend à faire croire qu'un travail de 1 personne pendant n mois peut parfaitement être réalisé par n personnes pendant 1 mois ; selon cette idée, on pourrait diviser les temps de développement par deux en mettant deux fois plus de personnel. Or, expérimentalement, cela est faux. Le proverbe cité par Brooks pour exprimer cette idée est : « Neuf femmes ne font pas un enfant en un mois »1. ----- Rien n' est simple en informatique .
avatar baltor | 
Jobs a aussi fait beaucoup d'erreurs ( meme si personne n'ose en parler ) L'idée de distribuer l'iphone au travers d'une seul opérateur était stupide , par ce que pendant que AT&T vendaient des iphones , les autres concentraient tout leur effort sur la mise en avant d'android au travers de marques comme Samsung et HTC, Apple l'a compris trop tard et c'est maintenant marche arrière toute , y compis en Chine ou les huiles d'Apple se pressent pour faire des courbettes a China Telecom , sauf qu'Android y est deja bien installé. Cette guerre thermonucléaire était du même acabit , aucun juge n'aurait pu durablement interdire un produit sans que cela soulève l'indignation des foules , il n'y a que dans les anciens régimes communistes que l'on pouvait interdire tel ou tel marque. Microsoft qui l'avait déjà bien compris avant Jobs , et qui avait senti le vent tourner , s'est empressé d'aller négocier des royalties avec les fabriquant de device android , plutot que de lancer une guerre coûteuse a l'issue incertaine , et qui ne les auraient en rien aidé a vendre leur produits. Pour moi Jobs était certes un grand visionnaire en terme de conception de produit , mais ses sentiments pesaient trop lourd dans la balance pour être apte a gérer le groupe. Mais l’explosion des PDM d'Android avait déja été amorcé sous l'ère Jobs , les procès qui ont entamés l'image "cool" d'Apple avaient déjà été amorcés sous Jobs. Meme les critiques relatives au manque d'ambition du 4S pointaient déjà sous Jobs, Tim Cook doit se débrouiller avec les erreurs de Jobs qui pèsent de plus en plus lourd sur les résultats ( ou plutôt l'image) du groupe.
avatar didier31 | 
Guerre thermonucléaire , on croirait entendre un américain :)
avatar 6nema | 
Pousser le concurrent à se démarquer de l'original n'a fait que pousser Samsung à pondre le SIII. Résultat on gagne un procès mais on se fait gratter des parts de marché par un concurrent qui est condamné à se renouveler et à faire évoluer le smartphone tandis qu'Apple se repose un peu trop sur ses lauriers...
avatar Starfox | 
@Ast2001 Suis d'accord pour le "defocus" du coup :)
avatar béber1 | 
elamapi "Perso, je pense que cette guerre aura eut un effet bénéfique pour ... Samsung. A mon avis, ce fut ça, la principale erreur d'Apple." Pas du tout mon avis. Samsung était déjà sur une phase ascendante, notamment comme fabricant de +en+ important et incontournable de composants. La division Mobile de Samsung avait déjà affiché Ses ambitions manifestes (multiplications de modèles, agressivité marketing et commerciales, etc..) pour être le leader de la téléphonie mobile mondiale. Cette division a bénéficié d'un contexte assez favorable et de ce fait a été très opportuniste, premièrement parce -que le nouveau marché des smartphones devenait suffisamment mûr pour se répandre largement (Apple y a largement participé, mais Apple est aussi tombée au bon moment) -que les autres fabricants, pourtant spécialistes du secteurs étaient en retard sur le plan de l'OS et de la conception matérielle, -qu'ils (les RIM, Nokia, SE, WinPhones divers..) ont été tétanisés assez longtemps pour laisser un véritable boulevard aux seules marques assez réactives et souples pour essayer et recevoir un nouvel OS mobiles sur ce qui va devenir leurs 1ers Adroidphones -que Google justement, après sa 1ère expérience avec HTC, avait besoin d'un industriel-partenaire plus important pour fabriquer ses Nexus et répandre son Android (la contrepartie sera les Galaxy de Samsung) - et qu'Apple était un client de plus en plus dépendant des composants de ses autres divisions, ce qui a très probablement incité la division mobile à se caler le plus possible dans un 1er temps sur le marché et les modèles à succès des iMobiles. Je dois sans doute oublier d'autres facteurs favorables mais je crois qu'on a déjà là les principaux qui expliquent en grande partie la position actuelle de Samsung dans le marché mobile. Avec pour corollaire que si Apple et Jobs n'avaient pas fait tout ce foin juridique, le géant coréen serait sans doute plus hégémonique encore.
avatar béber1 | 
Une autre conséquence aussi de cette bisbille Jobsienne thermonucléaire devant les tribunaux, c'est un rééquilibrage du marché des composants dû au désengagement d'Apple comme client de Samsung, vers nouveaux partenaires-fabricants (Hynix, TSMC, Elpida, Japan Display, Sharp, etc…) qui en sont redopés. Entrainant sans doute d'autres fabricants voulant moins être dépendants de leurs concurrents Samsung, comme on l'a vu avec HTC
avatar Starfox | 
@rikki finefleur Aucun rapport avec Samsung : iPhone, iPad mini et iMac ont des problèmes de fabrication, pas d'approvisionnement en composants. En témoigne le fait que le produit le plus touché soit l'iMac, alors que c'est probablement celui qui possède le moins de composants Samsung.
avatar Starfox | 
@Akerloof Arrêtez de pensez qu'Apple alloue à´ses procès l'argent qu'elle ne met pas dans le développement de ses produits : pardon, mais cet argument n'a absolument aucun sens. Ils font au moins 8 milliards de bénéfices par trimestre, ont plus de 100 milliards de cash et assimilé, une capitalisation boursière qui reste à un niveau stratosphérique : tu penses vraiment que ce sont 3 procès qui vont les empêcher d'investir ? Surtout que je le répète, la part du budget R&D par rapport au CA d'Apple est extrêmement faible.
avatar Starfox | 
@baltor L'idée de passer uniquement par AT&T dans un premier temps n'avait rien de stupide : tu aurais préféré que l'iPhone soit distribué partout mais sans qu'Apple n'en contrôle l'expérience utilisateur ? Le fait est qu'AT&T sont les seuls à avoir accepté de parier sur un produit qu'ils ne connaissaient pas. La seule chose qu'on peut leur reprocher, c'est de ne pas s'être étendu aux autres opérateurs suffisamment rapidement, mais ça reste discutable, car après 2 ans de ventes chez AT&T, ils avaient un levier énorme auprès des autres.
avatar Marc Duchesne | 
Samsung se sont voler une place de choix en copiant sans vergogne (et pas juste Apple). Dire qu'il y a des gens qui valorise les choix de Sansung. C'est assez honteux...
avatar toucan39 | 
@starfox C' est normal ATT c' est mouillé et c' était dans les accords winner winner. De plus Version est en CDMA pas en GSM TMobil avait aussi des fréquences différentes et Just en Edge pas de 3G .
avatar toucan39 | 
@starfox Seul ATT était GSM et compatible avec une partie de pays hors USA dont la France . Les autres étaient incompatible ou ridiculement petits et pas présent dans tous les États. Le plus grand réseau n' est pas GSM , donc sans carte SiM c' est Version , il sont fait un iPhone4 spécial qui est sorti décalé 6 mois après le 4 GSM 3G .
avatar Starfox | 
@toucan39 : Euh... Moi je suis d'accord ça, hein.
avatar Mabeille | 
c'est la guerre et sur le plan de la comm apple a perdu. ça rattrapera les moments où apple c'est taillé une grosse part en pompant honteusement la concurrence... où apple a crié à l'innovation pour rien. Il ne s'agit que de la conséquence des acte de cette société qui nous prends un peu pour des CB sur pattes.
avatar béber1 | 
mouais depuis que je connais Apple, et notamment sous l'ère Jobs, elle a toujours été une chieuse, en permanence en guerre contre quelqu'un (quand c'était pas IBM dans les années 80', c'était MS dans les années 90/2000) procédurière et toujours jalouse de son pré carré, et vantant invariablement à toutes ses Macworld et autres Apple Expo ses merveilleuses innovations dans tous ses produits. Revoyez toutes les keynotes et vous allez jubiler au moindre Amazing Donc sa réputation et la critique à son encontre -condescendante à une époque, plus virulente aujourd'hui) ne datent pas d'hier, et comme sa politique commerciale, on peut parler de constantes. C'est simplement le succès progressif de ses produits -simples efficaces qui plaisaient directement aux jeunes, qui offraient aussi une alternative de qualité aux marché PC/Win- qui a redonné progressivement une autre image de la marque ( en gros une image de looseuse morte-vivante qui passe à celle de survivante conquérante hargneuse avec un modèle commercial censé obsolète (produit-finis fermés vs tout-kit ouverts)et qui finalement marchait très bien au point d'en remontrer au vieux Michael), avec un boss qui bien que visiblement déclinant, n'en continuait pas moins à tacler et vanner à la moindre occase, et ne machait pas ses mots. Non, la bisbille avec Samsung n'a fait que rendre plus visible -et à l'echelle planétaire au cas où certaines peuplades reculées ne la connaitrait pas encore- l'invariable politique d'Apple. Donc, guerre de la com perdue... mouais J'ai bien peur qu'on soit dans l'écume là, surtout quand on voit ses chiffres de ventes trimestriels, qui même tassés feraient actuellement palir d'envie un géant comme Nokia
avatar Anonyme (non vérifié) | 
La ressemblance est quand même frappante , a un moment faut arrêter la mauvaise foi quoi ...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR