Apple a choisi Intel pour faire des économies ?

Nicolas Furno |
L'annonce du passage aux processeurs Intel, après des années de lutte marketing contre un matériel jugé bien moins performant, avait fait grand bruit lors de la Keynote WWDC 2005. Steve Jobs avait justifié ce choix en expliquant que les plans pour le futur d'Intel étaient meilleurs que ce que les PowerPC présents dans tous les Mac d'alors pouvaient offrir.



Exemple de publicité contre Intel : "Désolé d'avoir grillé le Pentium II en public"


On a alors évoqué l'incapacité d'IBM et Motorola, les deux fabricants des PowerPC, à proposer des versions portables des G5 qui équipaient les Power Mac. Ces processeurs étaient effectivement très puissants, mais ils consommaient aussi beaucoup d'énergie et ont obligé les ingénieurs d'Apple à mettre en place des solutions extrêmes, comme le watercooling. Des solutions qui, on le comprend bien, ne pouvaient être utilisées dans des ordinateurs portables.

Quatre ans après cette annonce, la transition est bien consommée et plus personne ne conteste sérieusement le choix d'Intel. Apple a prouvé que les ordinateurs à la pomme n'étaient pas intrinsèquement liés à un processeur particulier. Si les raisons techniques évoquées précédemment sont tout à fait recevables, il semblerait que le choix d'Intel ne soit pas seulement lié à des considérations techniques, mais aussi (surtout ?) à des problèmes financiers.


Apple et Intel


C'est, en tout cas, ce qu'a expliqué un ancien d'IBM à Cnet, sous couvert d'anonymat. Selon lui, en 2005, Apple voulait surtout réduire les coûts de production de ses ordinateurs, et d'abord celui du processeur. Or les PowerPC représentaient des fortunes en terme de recherche et développement, des fortunes que leurs parts de marché, très réduites (environ 5 % des processeurs) ne permettaient pas de couvrir. Pour IBM, fournir Apple n'était pas une bonne affaire : ses investissements massifs n'étaient jamais rentabilisés, et ils étaient obligés de constamment augmenter leurs prix, ce que Cupertino a refusé de faire.

Ainsi, malgré les discours de Steve Jobs sur l'écrasante supériorité technique des G5 et surtout sur un partenariat avec IBM appelé à durer, il semblerait qu'Apple a rapidement cherché d'autres partenaires. L'entreprise jouait de la concurrence de ses deux fournisseurs principaux, Motorola et IBM, mais cela n'a pas permis de réduire les prix. Plusieurs possibilités ont été étudiées, Intel bien sûr, mais aussi AMD et même PA Semi que l'on a depuis retrouvé aux côtés d'Apple.


PS3


Autre information intéressante délivrée lors de cet entretien, IBM espérait qu'Apple adopterait les Cell, ces processeurs basés sur le PowerPC et qui équipent aujourd'hui les PlayStation 3 et des serveurs. Si les Mac avaient été équipés de ces processeurs, les économies d'échelle auraient permis d'amortir les frais de développement. Manifestement, IBM n'a pas su trouver d'arguments convaincants, ou alors il était déjà trop tard et Apple a finalement choisi Intel.

Finalement, cette transition montre surtout qu'Apple est capable de prendre des décisions rationnelles, mais lourdes de conséquences, ne serait-ce qu'en terme d'image de marque (d'aucuns ne pardonneront jamais l'abandon les PowerPC). On peut, dès lors, supposer qu'Apple abandonnera Intel dès qu'un meilleur partenaire se présentera. Peut-être qu'il s'agira alors de PA Semi, ce qui permettrait à Cupertino d'être totalement maître de son matériel...
Tags
avatar ziggyspider | 
Le choix de PA Semi serait en contradiction avec la réduction des coûts de développement. En effet, Apple se retrouverait seule ou presque pour supporter le développement des processeurs.
avatar philus | 
On ne prend pas une formule 1 pour emmener sa famille en vacance ni un avion de chasse pour faire transporter du matériel, c'est une question d'adaptation, pas de performances
avatar melaure | 
Je vois surtout que c'était une bonne affaire il y a 4 ans car on passait sur une toute nouvelle plateforme Intel. A l'époque ça faisait un saut de puissance (et encore par rapport au G5, c'est quand même relatif). Mais depuis le premier Core2Duo, qu'a-t-on gagné en perfs ? Ce n'est plus du x4 en tout cas ! Intel a exactement les mêmes problèmes que Motorola/IBM pour pousser ses procs. Le seul intérêt était donc purement financier, la techno x86 a toujours été du flan pour moi. Je suis sur que le saut au futur G6 aurait été aussi important qu'avec le Core2Duo. Entre les procs Intel, la connectique amaigrie, les dalles TN qui prennent le dessus, les cartes graphiques avec défaut de substrat inside, les dalles brillantes, ça fait quand même peur le hardware Mac depuis l'abandon du PPC ... Perso le matos Apple (avec Intel), je ne m'y attache plus comme avant, et je serais prêt à prendre d'autres machines qui seraient parfaitement compatible OS X. C'est bien pour ça qu'un Mac n'est plus qu'un simple PC avec un beau design. Faut être réaliste. Le Mac était différent du PC autrefois, il ne l'est plus aujourd'hui. Mais c'est ce qui fait que ça marche d'un autre coté. Le meilleur de la technologie n'est finalement pas pour le commun des mortels. Enfin tant qu'OS X ne devient pas une copie de Windows, c'est l'essentiel qui est sauvé ... :D +1 Un Vrai Type
avatar Silverscreen | 
@ Arsinoe et à ceux qui ont mal digéré les benches marketing d'Apple… C'est si difficile que ça de comprendre qu'une entreprise communique sur ses avantages et occulte ses faiblesses ? C'est le principe de la pub. Alors oui, les G3, G4 et G5 enfoncaient la concurrence, le G3 un peu dans tous les domaines, le G4 et son Altivec pour les traitements image et le G5 sur certains types de calculs plus spécifiques encore. Il n'empêche que pour quelq'un qui bossait dans la compression d'image/vidéo ou le traitement d'image, la performance des PPC vantée par Apple était une réalité tangible… Quand Jobs a fait l'apologie des Intel CoreDuo, on entrait dans une nouvelle génération de processeurs : le G5 stagnait depuis plus d'un an et Intel balayait une architecture Pentium dépassée au profit d'une nouvelle architecture optimisée pour le multicore : là encore, Apple disait vrai, dans une certaine proportion : les performances du haut de gamme Intel sur les tours allait effectivement renvoyer les G5 dans les cordes… Ça ne veut pas dire que le choix des tests (performance photoshop pour le PPC, calculs 3D sur Intel) n'étaient pas largement orientés mais ce n'était pas non plus de la publicité mensongère : la clientèle d'Apple ayant évolué en même temps que le passage de PPC à Intel (exit le coeur de clientèle historique constitué de graphistes et vidéastes et place au grand public avide de jeux 3D et d'interfaces de travail enjolivées d'effets vectoriels), finalement le message marketing d'Apple était assez adapté à sa clientèle du moment…
avatar Stalmicmac | 
Je me rappelle un ami, vendeur dans un magasin de PC, équipé chez lui avec une tour monstrueuse... et bien malgré son Pentium 4 super puissant (1,5x plus que mon G5 monopro), avec le double de RAM... m'a demandé de faire une retouche d'une image de 40 Mb sous Photoshop... 20 min après, j'ai abandonné, gravé l'image sur un CD, puis nous sommes allés chez moi... en 10 min, toutes les manipulation nécessaires étaient faites, et l'image retouchée, recadrée sans le moindre ralentissement sur mon G5. 4 semaines plus tard... mon ami a été licencié de son travail, car lorsqu'un client lui a demandé quel PC acheter pour faire de la retouche d'images... il lui a dit: Achetez un Mac monsieur, vous me direz merci! Manque de bol... son patron n'a pas apprécié qu'il dise la vérité sur le mac, et qu'il n'invente pas des performances fabuleuses (mais fausses) sur la supériorité des Pentium. Donc oui... à l'époque, dans certains domaines, le G5 était vraiment un cran au dessus!
avatar Almux | 
Je me répète... Mais Apple n'a certainement pas racheté PA Semi que pour des puces d' iPhone! Oh! Je sais bien: l' iPhone représente un succès inouï... Mais PA Semi fourni des CPUs autrement plus sérieux (pour les missiles même... c'est ch...t, mais c'est un sérieux indice!) qui pourraient bien faire l'affaire dans un ordi. Maintenant, la question n'est plus qu'au niveau rentabilité. Je pense que dès que la PDM aura atteint le bon quota, la production de CPU made by Apple sera parfaitement envisageable... Et aucun soucis de compatibilité: ces puces-là seront totalement conçues sur mesure!
avatar JSIT99 | 
Vous trouvez que c'est un scoop. C'est évident maintenant la critique du G5 va bon train. Mais quel gâchis. Le marché Mach (gros système de l'US air force)…Le G5 pouvait évoluer mais c'est vrai a des coûts bien supérieurs qu'un intel. Dommage !
avatar JSIT99 | 
@ milore Bravo tu resume bien le tout…
avatar NekoSan64 | 
[b]@DrFatalis: [/b] je fais partie des "vieux" qui ont connu les 68000 (Amiga, Mac II,...). Je me suis ruiné un temps chez Apple jusque vers 96, époque où les Macs PPC sous OS 7.5 étaient plantogènes au possible. Un vrai cauchemar, quand j'y repense... Puis je suis passé du côté obscur. De Win95 à Windows XP, j'ai toujours regretté le Finder. Mais je ne serais jamais revenu sur Mac : j'ai moi, fait l'expérience inverse de Stalmicmac : mes PC ont toujours été honorablement comparables aux G3 puis G4 des copains... pour un prix imbattable et sans plantages. Le jour où Apple et Adobe sont passés à Intel... (et parce qu'en plus, ce jour là, j'avais les moyens de mes goûts en matière d'OS et de design), je suis revenu dans le giron Apple : les procs avaient enfin des performances correctes et dans le pire des cas je me disais que je pourrais toujours installer Windows pour retrouver mes softs. Depuis qu'on est passé à Intel j'ai le meilleur de tous les mondes dans une seule boite. Amiga compris (E-UAE !). Pour quelqu'un qui a une "mémoire" informatique un peu conséquente, ce n'est pas rien. Enfin ce qui me semble le plus interessant avec le recul : - Au tout début d'Apple, S.J . voulait des proc. Intel vs Woz qui préconisait les Motorola, - Le "truc" de Jobs a toujours été de faire le maximum avec le materiel minimum vs l'Amiga et ses co-processeurs dédiés, - OS 7 fut porté expérimentalement sur Intel avec succès (techniquement), - S.J. a fait porter Next sur Intel avec succès, - J.L Gassée a fait porter BeOS sur Intel avec succès (techniquement) - S.J. a fait maintenir un developpement parallèle d'OS X sur Intel... Je pense que Jobs avait prévu depuis longtemps de laisser tomber à terme le PPC pour Intel mais cela ne pouvait se faire qu'avec une conjonction de facteurs déclenchants (stagnation des fréquence, des versions mobiles + prix). Une transition c'est un gros risque... Mais il était clair qu'avec Apple pour seul client de proc' généraliste grand public, le PPC serait un jour dans l'impasse. Peut importe que les PPC soient bon ou pas : un ordi abordable pour son public et rentable pour son constructeur se doit d'employer ce qui est le plus commun. Le talent d'Apple est de transformer une vulgaire ferraille BIP BIP BIOS en ce machin sympa au design classieux qui fait dooong quand on l'allume. tout comme ils avaient fait d'un casier en bois un truc sympa ;-) Et puis finalement on l'a enfin de facto cette fameuse Common Hardware Reference Platform (CHRP) qui a tant fait couler d'encre dans les années 90... mais à base Intel ;-)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR