Fermer le menu
 

pdm

Toute l'actualité sur pdm

Mavericks : déjà devant Leopard

| 23/10/2013 | 18:02 |  

Du fait de sa gratuité, Mavericks devrait battre tous les records de téléchargement et d’adoption dans l’histoire de Mac OS X. Il sera intéressant de voir d’ailleurs si Apple communique dans quelques jours sur le sujet…


Quoi qu’il en soit, GoSquared, qui propose un service d'analyse d’audience pour les sites web, permet de suivre en temps réel « la propagation » du successeur de Mountain Lion.

Si l’on en croit les statistiques à l’heure où nous écrivons ces lignes, Mavericks représente déjà 8,02 % des connexions provenant de Mac.


Le petit dernier d’Apple a déjà dépassé Leopard et se rapproche maintenant de Snow Leopard et de Lion qui disposent tous deux d’une part d’utilisation de l’ordre de 20 %.

> Accéder aux commentaires

Safari est devenu le navigateur n°1 en Angleterre

| 01/10/2013 | 10:45 |  

Pour AT Internet, Google Chrome est désormais le navigateur web le plus populaire en Europe. 

Avec 27,2 % de part de visites en août, il détrone Internet Explorer (26,4 %). En l’espace d’un an, le navigateur de Microsoft a quasiment perdu 10 points, tandis que celui de Google en a pris six.

L’autre intérêt de cette étude concerne la troisième place. Firefox (21,3 %) qui recule régulièrement depuis un an, est en train petit à petit de se faire rattraper par Safari (17,8).

AT Internet fait remarquer que le navigateur d’Apple sur ces 13 derniers mois progresse en moyenne de 0,40 point par mois, soit un rythme quasi-équivalent à celui de Google Chrome (0,48 point par mois). Bien entendu, c’est le succès des terminaux mobiles d’Apple qui permet à Safari d’afficher une telle progression.

Si l’on regarde les résultats pays par pays, on observe des variantes dans certains pays. Ainsi, en Allemagne, Firefox continue de bien marcher avec 38,2 % de part d’utilisation alors que Chrome (13,9 %) peine à décoller.

Les résultats en France sont assez conformes aux résultats au niveau européen. Là où la situation est la plus étonnante, c’est sans doute au Royaume-Uni.

Safari avec 33,8 % de part d’utilisation est devenu cette année le navigateur web le plus utilisé devant Internet Explorer et Chrome. A l’inverse de l’Allemagne, Firefox (9,2 %) est très peu utilisé au Royaume-Uni.

> Accéder aux commentaires

Microsoft continue de dégringoler sur le web

| 19/09/2013 | 13:59 |  

La domination totale de Microsoft sur le web fait désormais partie du passé. Après avoir perdu beaucoup de terrain avec Internet Explorer, c’est désormais au tour de Windows de descendre petit à petit de son piédestal.

L’étude AT Internet montre en effet qu’en un an, le part d’utilisation de Windows sur la toile a reculé de six points en Europe. En août 2013, elle était de 74,8 % alors qu’elle était il y a quelques années de ça supérieure à 90 %.

Windows 8 n’a pas réussi à inverser la tendance. Dans les statistiques d’AT Internet, Windows 8 est à l’origine de 6,7 % des connexions au Web en France, 5,8 % en Allemagne, 5,3 % au Royaume-Uni et 3,9 % en Espagne. Le système d’exploitation connait une montée en puissance pépère si on la compare à celle d’iOS 7 (lire : iOS 7 déjà installé sur 150 millions d'appareils). Inutile de préciser que les contextes sont toutefois très différents.

Le terrain perdu par Microsoft profite à Google (5,9 %) et à Apple (17,9 %), qui gagnent tous deux trois points en un an. AT Internet précise que le moteur de la croissance pour Apple demeure l’iPad. Au Royaume-Uni où les produits estampillés d’une pomme sont très populaires, il est à l’origine d’une visite sur huit sur le web.

Pour compiler ses chiffres, AT Internet se base sur les statistiques des sites qu’elle analyse au quotidien.

> Accéder aux commentaires

Stockage entrée de gamme : le Thunderbolt part de loin

| 20/08/2013 | 10:07 |  

Conçu entre autres pour le stockage, le Thunderbolt se démocratise petit à petit. D’après une étude d’IDC qui se focalise sur les livraisons mondiales de systèmes de stockage personnel et d'entrée de gamme, les ventes de produits équipés de la technologie si chère à Apple ont progressé en un an de 400 %.

IDC utilise la terminologie PELS (personal and entry-level storage solutions) pour évoquer ce marché. Il couvre les solutions et les produits de stockage dotés d’une à 12 baies, dont les destinataires, sont les particuliers, le marché du Soho et des travailleurs à domicile, ainsi que les petites entreprises.

Reste que le Thunderbolt part de loin. Au second trimestre 2012, seulement 20 600 appareils Thunderbolt sur ce segment avaient été livrés. À l’époque, il représentait 0,1 % du marché PELS. Un an plus tard, il pèse 0,6 %.

Pour IDC, le Thunderbolt est condamné à vivre dans l’ombre de l’USB, mais cela ne signifie pas pour autant que c’est une technologie mort-née. La société d’études estime qu’à l’horizon 2017, le Thunderbolt pourrait avoir une part de marché de 5,7 % dans les équipements PELS.

L’analyste d’IDC Liz Conner a expliqué à Computerworld que cette technologie se développe, mais que depuis le début, cela a été un chemin d’embuches. Elle a été pénalisée notamment par le fait d’être disponible uniquement sur Mac dans un premier temps.

Son propos est assez intéressant quand elle le compare à l’USB. Elle ne le voit pas prendre des parts de marché à son concurrent. Elle résume l’affaire en affirmant que l’USB 3.0 conviendra à l’immense majorité des utilisateurs en ce qui concerne le stockage. Cette technologie est suffisamment rapide et présente l’avantage d’être beaucoup moins chère.

Par contre, Liz Conner pense que le Thunderbolt va progressivement se substituer au FireWire et à l’eSata. Tout comme le Firewire, autre technologie sur lequel Apple a beaucoup misé par le passé, le Thunderbolt est appelé selon elle à être un marché de niche chez certains utilisateurs dans les médias notamment pour qui les performances sont un critère décisif.

À ce propos, on rappellera que l’USB est censé passer à la vitesse supérieure prochainement (lire : L'USB 3.1 est prêt à être utilisé par les fabricants).

Pour en revenir au...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Chromebook : les nouveaux portables pas chers à la mode ?

| 11/07/2013 | 10:13 |  

Et si Google était en train de réussir son coup avec les Chromebook. Il est encore beaucoup trop tôt pour crier victoire pour le géant de l’internet, mais il semble que les ordinateurs équipés du système d’exploitation de Google commencent à percer aux États-Unis.

Sur le segment des ordinateurs à moins de 300 $, la part de marché des Chromebook oscillerait entre 20 et 25 %. D’après NPD, qui mesure les ventes effectuées outre-Atlantique en magasin, les Chromebook sont en quelque sorte la locomotive de l’industrie du PC sur les segments où le prix est un enjeu déterminant.

Lors de leur sortie, tout le monde a souligné les défauts de ses ordinateurs, notamment le fait qu’ils sont véritablement utiles uniquement quand ils sont connectés à Internet. Toutefois, les consommateurs semblent de plus en plus apprécier leurs avantages : des mises à jour gratuites et automatiques, pas de virus et une fiabilité remarquable pour des ordinateurs à 300 $. Les analystes de NPD soulignent que ces appareils disposent d’un clavier sans concession, ce qui n’est pas toujours le cas sur les netbooks.

Reste que pour le moment, il s’agit avant tout d’un marché de niche. Les Chromebooks représentaient selon Gartner au premier trimestre 4 % à 5 % des portables vendus aux États-Unis, contre 1 % à 2 % il y a un an.

Mais le plus dur commence pour Google et ses partenaires… S’ils ont connu quelques succès sur le marché du low-cost, il va falloir maintenant monter en gamme. C’est ce que le géant de l’internet a commencé à faire d’ailleurs avec Pixel, son Chromebook Retina (lire : Chromebook Pixel : aussi beau que cher et contraignant).

> Accéder aux commentaires

Nouvelle forte baisse des ventes de PC

| 10/07/2013 | 23:02 |  

Le marché du PC connaît la plus violente récession de son histoire, il vient d’enregistrer son cinquième trimestre d’affilée de baisse. D’après Gartner, les ventes de PC au niveau mondial ont chuté de près de 11 %.

C’est en Europe, plus précisément dans la fameuse zone EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) que la baisse est la plus sensible avec une baisse des ventes de 16,8 %. Aux États-Unis, l’industrie du PC limite les dégâts avec un recul des ventes de seulement 1,4 %.

Malheureusement, Gartner donne des statistiques sur Apple uniquement aux États-Unis. Troisième constructeur informatique, la firme de Cupertino dispose d’une part de marché de 11,6 % loin derrière HP (26,4 %) et Dell (24,6 %).

Toutefois, la performance d’Apple n’est pas vraiment flatteuse. Ses ventes ont reculé de 4,3 %, contre une baisse de 1,4 % en moyenne pour l’ensemble des acteurs. Manifestement, l’arrivée tardive des MacBook Air n’a pas permis au Californien d’inverser la tendance. On sera fixé sur la performance d’Apple sur le second trimestre dans un peu moins de deux semaines. Pour la première fois depuis dix ans, la firme de Cupertino pourrait annoncer le 23 juillet une baisse de son chiffre d’affaires.

> Accéder aux commentaires

PC : plus dure sera la chute

| 01/07/2013 | 09:36 |  

Le marché du PC est en pleine récession et les choses ne semblent pas près de s’améliorer. Selon une étude réalisée par iSuppli, les ordres de production d’ordinateurs portables de la part de sociétés comme HP et Apple sont au plus bas depuis trois ans.

Les chiffres lorsqu’on les regarde avec attention montrent à quel point la situation est préoccupante. Au premier trimestre, les expéditions de portables ont reculé de 17 % séquentiellement. Alors, certes, le quatrième trimestre est sans doute la période la plus forte pour les fabricants de PC, mais comme le montre le graphique, même par rapport au premier trimestre 2012, la différence est sensible.

La baisse enregistrée est supérieure de 4 à 5 points à ce qui était attendu initialement. Ce ne sont pas les raisons qui manquent pour expliquer ces mauvais chiffres (écoulement des stocks existants, crise économique…), mais il n’est pas acquis que la situation s’améliorera forcément dans les mois qui viennent.

Il y a cependant des raisons d’espérer. L’arrivée d’Haswell et la baisse du coût de la licence de Windows 8 pour les portables équipés d’un écran d’une taille inférieure ou égale à 11,6 pouces pourraient faire repartir la même machine. Mais après tout, on disait l’année dernière la même chose avec Windows 8 qui manifestement n’a pas changé grand-chose au quotidien des constructeurs de PC

> Accéder aux commentaires

Les ventes de PC s'enfonceraient dans le rouge en 2013

| 29/05/2013 | 06:31 |  

IDC prédit une année 2013 sombre pour les fabricants de PC, et plus particulièrement, serait-on tenté d'ajouter, ceux qui n'ont pas au catalogue des smartphones et tablettes qui se vendent comme des petits pains. Les projections pour l'année en cours vont vers une baisse mondiale des ventes de PC portables et de bureau de 7,8%. Précédemment, IDC avait misé sur un léger déclin de 1,3% suivi d'un rebond progressif. Pour 2014 on reste dans le rouge avec un -1,2%. A l'horizon de quatre ans, ce sont 333 millions de PC qui pourraient être vendus sur l'année 2017, contre 349 millions en 2012 et 363 millions en 2011.

Sachant que des ajustements de prévisions ont lieu, comme dans le cas présent, en l'espace de quelques mois, 2017 paraît bien éloigné. Mais pour 2013, les causes de ce marasme ne changent pas. Les consommateurs sont plus enclins à utiliser leurs tablettes, smartphones pour leurs usages courants qui ne nécessitent ni de stockage, ni de capacités de calcul trop importants.

L'intérêt des gens s'est déplacé vers des appareils plus petits, à l'autonomie plus importante, qui sont toujours rapidement utilisables et aux interfaces tactiles plus intuitives.

Ventes de PC de bureau et portables dans le monde, exprimées en millions d'unités

Face à cela, le PC traditionnel garde ses avantages en puissance mais on y consacre moins de temps comparé aux autres appareils électroniques. On est aussi plus tolérant face à l'ancienneté de son ordinateur, on est davantage disposé à repousser son renouvellement. Même des prix plus bas ne sont plus forcément des déclencheurs d'achat.

Croissance de la distribution de PC de bureau et portables dans le monde

IDC table sur des renouvellements matériels en 2014 dans l'entreprise, aidés par la fin du support technique de Windows XP. Mais d'autres facteurs viennent compliquer la tâche des vendeurs. Une entreprise sera plus encline à remplacer des postes au compte-goutte plutôt que par lots importants ; les machines utilisées sont d'un niveau de performance suffisant pour le travail quotidien des salariés ; et la politique visant à autoriser les employés à venir avec leur propre portable (ou tablette et smartphone) rendraient caducs les grands programmes d'équipement en entreprise.

Certains graphiques publiés par IDC montrent que sur 2013, ni les marchés dits émergents, ni les autres n'afficheront de progression dans les ventes d'ordinateurs. Il n'y en a pas un pour soutenir l'autre. La tendance est partout négative à court terme et elle le reste à moyen terme pour les PC de bureau (lire aussi...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

IDC : le PC dégringole aussi dans la zone EMEA

| 22/04/2013 | 18:41 |  

Les livraisons de PC ont reculé de 20,2 % dans la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) au premier trimestre 2013, selon IDC. Le cabinet de conseil a récemment indiqué que le marché américain s'était replié de 12,7 %, tandis qu'au niveau mondial, la baisse est de 14 % (lire : Le déclin du PC s'accélère). La situation est donc encore plus critique dans la zone EMEA.

21,8 millions de PC ont été livrés début 2013, dont 13,6 millions de portables (- 20,6 %) et 8,3 millions de bureau (-19,6 %). En Europe de l'Ouest, le déclin est encore plus prononcé avec un recul de 22,5 %. Il s'agit du troisième trimestre consécutif en baisse.

Les raisons de cette chute sont connues : les consommateurs se tournent de plus en plus vers les smartphones et les tablettes et la situation macro-économique est défavorable. Quant à Windows 8, il n'a pas eu l'effet escompté sur les ventes à cause de produits trop chers.

HP reste assez largement leader dans la zone EMEA avec 18,5 % de part de marché. Le constructeur américain est toutefois celui qui souffre le plus (- 31,9 %), tout comme Acer (10,9 % de pdm, - 30,4 %) qui cède la deuxième place à Lenovo, seul acteur à voir ses livraisons progresser (11,9 % de pdm, + 11 %). Dell et Asus ferment le top 5, avec respectivement 10,2 et 7,9 % de part de marché.

Apple, comme l'année dernière, ne figure pas parmi les cinq plus gros fabricants. D'après IDC, « Apple a souffert d'une faible demande des consommateurs tandis que les problèmes d'approvisionnements du précédent trimestre [celles concernant l'iMac, ndr] ont été résolus ».

Sur le même sujet :
- 2013 : nouvelle année de récession pour le marché du PC ?
- Gartner : les ventes de PC vont continuer de souffrir derrière les tablettes

> Accéder aux commentaires

Le déclin du PC s'accélère

| 11/04/2013 | 10:20 |  

L'ordinateur personnel connaît la pire crise de son histoire. Cela fait quatre trimestres d'affilés que les ventes d'ordinateurs sont en baisse au niveau mondial. Le premier trimestre 2013 a sans doute été le pire d'entre tous : - 14 % selon IDC et - 11 % selon Gartner.

IDC précise que c'est la baisse la plus importante enregistrée sur ce marché depuis qu'elle le suit, soit 20 ans environ. Gartner, de son côté, indique que le marché du PC en terme de ventes est revenu quasiment quatre ans en arrière.

Le désamour du PC touche toutes les régions du monde. Mais c'est encore en Europe que le recul est le plus violent. En effet dans la zone EMEA qui comprend également l'Afrique et le proche orient, les ventes de PC ont reculé de 16 % au premier trimestre.

Qu'en est-il d'Apple ? Pour le moment, nous n'avons des indications que pour le marché US. D'ailleurs, les analystes concernant la firme de Cupertino divergent énormément entre les deux sociétés d'études.

Pour IDC, les ventes de Mac ont certes reculé, mais elles ont reculé moins vite que l'industrie du PC dans son ensemble : - 7,5 % alors qu'IDC enregistre une baisse de 12,7 % sur le territoire américain. Apple est le troisième constructeur informatique aux États-Unis pour IDC avec une part de marché de 10 %.


image : AppleInsider - Source : IDC

Si pour IDC, Apple limite la casse, pour Gartner, la firme de Cupertino sort carrément son épingle du jeu. En effet, elle enregistre une croissance de ses ventes de 7,4 % alors que les ventes de PC aux États-Unis ont reculé de quasiment 10 % pour le concurrent d'IDC. Résultat, la part de marché d'Apple passe de 9,8 % à 11,6 %. Apple est avec Lenovo (13,8 %) le seul constructeur du top 5 à connaitre une hausse de ses ventes.


image : AppleInsider - Source : Gartner

On devrait en savoir plus sur les ventes de Macintosh au premier trimestre dans deux semaines à l'occasion de la publication des résultats financiers d'Apple.

> Accéder aux commentaires

Pages