Adobe Creative Cloud est disponible en location

Nicolas Furno |
Comme prévu, Adobe commercialise à partir d’aujourd’hui l'offre Creative Cloud qui succède à la Creative Suite. Cette nouvelle version abandonne les logiciels en boîte ou en téléchargement payant, au profit de nouvelles versions accessibles uniquement avec un abonnement mensuel. Comme l’éditeur l’explique sur son blog, ces nouvelles versions sont aussi l’occasion d’intégrer des centaines de nouveautés.



Dans la suite de cet article, aperçu rapide de la nouvelle formule imposée par Adobe, mais aussi des nouveautés pour chaque logiciel…



Des logiciels et des services



Adobe avance plusieurs avantages à son nuage désormais obligatoire, parmi lesquelles le stockage des documents en ligne (20 Go de base, 100 Go pour les offres professionnelles). Pour gérer la synchronisation des données et organiser ses fichiers, une nouvelle application fait son apparition sur votre ordinateur. Avec la Creative Cloud, on peut aussi synchroniser les préférences de ses logiciels entre ordinateurs, y compris entre Mac et PC.

L’éditeur précise que ce logiciel est appelé à évoluer : à terme, Cloud Creative app devrait être un vrai service de synchronisation, avec versionnement pour revenir en arrière, mais aussi la possibilité de partager un dossier à quelques utilisateurs seulement. Ces derniers pourront commenter les éléments partagés et les commentaires apparaitront dans le logiciel. Une application iOS est également prévue pour accéder aux fichiers depuis un appareil mobile.



Adobe a ajouté d’autres services pour enrichir son offre dans le nuage. L’intégration à Behance, réseau social dédié au partage de créations et acheté par l’éditeur l’an dernier, en est un. On pourra envoyer son travail directement depuis les logiciels qui composent la suite dans le nuage, avec l’avantage de mettre automatiquement à jour le document quand vous le modifiez sur votre ordinateur. Ce service permet en outre de créer rapidement un portfolio accessible comme n’importe quel site.

Si vous avez besoin de formation, l’abonnement Creative Cloud offre un accès à des centaines de tutoriels. L’éditeur annonce que deux-cents nouveautés ont été ajoutées à la base de données. Adobe offrira aussi à l’avenir un accès complet aux 700 polices de Typekit ; on peut voir dans cette vidéo une intégration du service depuis Photoshop.



Nouveautés en pagaille



Chaque logiciel de la suite a été mis à jour avec à chaque fois des dizaines de nouveautés, petites et grosses. Impossible de tout évoquer ici, mais Adobe a mis à jour les différentes pages de son site avec les nouveautés présentées en français, et souvent avec des vidéos.

Pour Photoshop CC par exemple, on note plusieurs dizaines de nouveautés, parmi lesquelles un nouveau filtre de netteté, la possibilité de modifier des formes vectorielles (rectangles arrondis notamment), la sélection de plusieurs formes vectorielles ou encore un outil dédié à réduire les tremblements d’un appareil photo. Pour plus d’informations, vous pouvez vous reporter à cet article qui évoquait en détail ces nouveautés.



Autant de nouveautés au programme d’Illustrator CC avec, entre autres, un outil d’édition de texte plus évolué qui gère notamment chaque lettre indépendamment, un module de recherche de polices et la synchronisation des polices depuis TypeKit, l’import de plusieurs fichiers en une fois et l’export en CSS ou encore la synchronisation des couleurs piochées avec l’application iPhone Adobe Kuler [1.0 – US – Gratuit – Adobe].


Intégrée au cloud d’Adobe, la Digital Publishing Suite, Single Edition ajoute des fonctions à InDesign CC pour créer des applications iPad. L’éditeur précise qu’il n’est pas nécessaire de taper une seule ligne de code pour obtenir une application prête à l’emploi. À propos de ce logiciel, l'éditeur évoque aussi des performances en hausse grâce au passage au 64 bits, une interface modernisée et plus cohérente, la gestion des écrans Retina, la recherche de polices et la possibilité d'en sélectionner comme favoris ou encore la création de QR codes.



Dans un autre domaine, Premiere Pro CC s’améliore lui aussi. L’édition de vos vidéos est plus précise avec une timeline revue et corrigée, le logiciel permet de retrouver plus facilement les sources originales des fichiers qui composent votre montage, on peut contrôler l’audio plus précisément, on peut utiliser le format Apple ProRes (OS X Mountain Lion est nécessaire) et le moteur a été revu avec la gestion d’OpenCL et CUDA pour accélérer les traitements.



Si vous créez des sites internet, Dreamweaver CC intègre quelques nouveautés, dont un éditeur CSS amélioré pour créer rapidement des dégradés ou des ombres, la possibilité de créer plus rapidement des sites responsifs (automatiquement adaptés à chaque taille d'écran) ou encore l’intégration de widgets jQuery UI ou la gestion des transitions en CSS3.

Pour les besoins plus modestes, Muse CC évolue également : intégration des services Creative Cloud (dont Behance), ajout d’un effet de parallaxe très à la mode pour défiler (ci-dessous) ou encore la possibilité de modifier le site depuis le navigateur et d’envoyer les changements au logiciel.



Tarifs et conditions



La Creative Cloud est accessible uniquement avec un abonnement mensuel, on ne peut pas l’acheter une fois et l’utiliser à vie. L’éditeur a simplifié au maximum sa grille tarifaire, même si Adobe doit tenir compte de cas particuliers, notamment en entreprises.

Pour un client seul, le tarif est simple : 61,49 € par mois pendant un an pour un accès complet à la suite logicielle, pour 20 Go de stockage dans le nuage d’Adobe et pour accéder à tous les services associés à l’offre. À l’année, on est légèrement en dessous de 740 €, soit largement moins qu’une licence complète de la Creative Suite. Une offre sans engagement est également proposée, mais il faudra payer le prix fort : le tarif monte à 92,24 € chaque mois. Si vous possédez déjà une licence (Adobe CS3 ou mieux), vous bénéficiez toutefois d’une offre à 36,98 € par mois sur un an, voire 24,95 € par mois sur un an si vous aviez une licence de la CS6.



Outre ce tarif pour un accès complet, vous pouvez opter pour un seul logiciel à 24,59 € par mois. Les entreprises pourront, quant à elles, s’orienter vers la formule équipe à 86 € par mois HT pour un accès complet à Creative Cloud, mais aussi 100 Go de stockage. Pour tester cette nouvelle formule, l’éditeur propose une offre gratuite : limitée à trente jours, elle offre un accès à tous les logiciels et à 2 Go de stockage dans le cloud.

Signalons aussi une formule éducation à 19,99 € le mois qui est identique à la formule individuelle complète, mais limitée dans le temps. Ce prix n’est valable que la première année, d’une part, mais l’offre doit être souscrite avant le 25 juin d’autre part. En d’autres termes, inscrivez-vous dans les sept jours qui viennent pour en bénéficier, sachant qu’il faudra être éligible (explications).

Cet abonnement ne signifie pas que vous aurez besoin d’un accès permanent à internet. De fait, il faudra toujours télécharger en local les logiciels que vous désirez utiliser et Adobe indique que vous pouvez vous déconnecter une fois que c’est fait. Seule contrainte, une connexion par mois environ pour vérifier que vous pouvez toujours utiliser la Creative Cloud. Si votre abonnement n’est plus valide, les logiciels ne fonctionneront plus à partir de ce moment. En contrepartie, vous aurez gratuitement accès à toutes les nouveautés tant que vous restez abonné.



Sur le même sujet :
- Adobe parle du Cloud, de son évolution, du piratage et de futurs matériels

avatar Sic transit | 
@martin_a : ces 7 "mythes" sont simplement les questions que se posent les gens AVANT de s'informer un peu, c'est tout; de là à parler de "mythes", c'est un abus de langage que je ne commettrais pas… Par ailleurs, ces questions posent des problèmes bêtement factuels, et éludent (volontairement??) d'autres questions plus essentielles qui ont notamment été énoncées dans ces commentaires : la mainmise permanente d'Adobe sur notre outil de travail et le fait que – fort de leur suprématie – ils ne laissent pas le choix aux utilisateurs et décident de passer en force. C'est un véritable changement de paradigme auquel s'essaie Adobe et, comme cela s'est dit plus haut, il y a fort à parier que d'autres acteurs du secteur surveillent tout cela de près en espérant pouvoir eux aussi faire migrer leur business modèle vers quelque chose de similaire… Cela étant, au vu des réticences que cela provoque, il n'y a que les grosses solutions très implantées – du type CS suite ou MS Office (qui sont des standards de facto) – qui ont le pouvoir de vraiment contraindre leurs utilisateurs… Ce n'est pas pour rien que c'est dans l'univers du jeu connecté qu'on assiste à des tentatives similaires (vu l'addiction des utilisateurs, je suppose que les grands patrons se sont dit que ceux-là seraient bien capables d'accepter de baisser leur froc pour assouvir leur besoins)… Les tarifs CC comparés : location vs achat, avec des graphiques : http://www.alpha-numerique.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1125:decryptage-des-tarifs-du-creative-cloud-dadobe&catid=165:adobe-creative&Itemid=437 Et quelques liens qui donnent un avis intéressant (que j'ai déjà posté ailleurs) : http://pro.clubic.com/chroniques/actualite-558356-location-photoshop-office-creative-cloud.html http://www.questionsphoto.com/creative-cloud/ http://www.alpha-numerique.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1124:fil-dactu-sur-le-devenir-de-photoshop-et-de-lightroom&catid=166:fils-permanents&Itemid=429
avatar Odysseus | 
Encore une fois, voici le retour des grincheux chroniques de MacG !! Les rois du piratage franchouillard incapables de faire autre chose que râler !! 25€ par mois, à partir d'une licence CS6, c'est LA solution pour les petits éditeurs, les freelance, les petites structures. Donnant accès à TOUTE la suite Adobe, que rien n'a jamais réussi à égaler (j'en sais quelque chose, depuis 1988...), et en mise à jour permanente, ET, très important : publications single en Digital Publishing ILLIMITÉES ! D'accord, Adobe va s'en mettre plein les fouilles, et alors? leur modèle pense à l'utilisateur, contrairement à bien d'autres....
avatar rikki finefleur | 
L'article les 7 mythes est juste du publi commercial déguisé. Il n'informe pas son lectorat des risques de ce type de choix forcé par l'éditeur et les conséquences. red123alert a parfaitement exposé le problème, on n'a pas forcément besoin d'avoir un logiciel toujours à jour à partir du moment ou il fat les taches qu'on lui demande. Outre qu'il entraine une dépossession de son informatique, de ses fichiers (ouvrables que si on reprend une location) et une rente à vie donnée à l'éditeur. Le risque étant que ce système nauséabond se répande et soit la seule alternative possible. Que la location existe OK, qu'elle soit obligatoire, NON !
avatar rikki finefleur | 
ha j'oubliais aussi , que si ton OS n'est plus à jour, si ton matériel n'est plus supporté, et bien même en payant une relocation, tu ne pourras plus ouvrir tes fichiers. Il faudra tout racheter.. Ca aussi les 7 mythes a oublié de le dire.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
@Odysseus : 25€/mois la première année uniquement. Après on paye 61€/mois comme tout le monde...
avatar gui | 
@ [MGZ] Shralldam Pas trop d'accord avec l'essentiel du discours. On est à la limite du prosélytisme. "Vous pensez vraiment qu'on va garder la même version d'un logiciel jusqu'à la fin de nos jours ? " Certaines agences de com (y compris des grandes) ont l'habitude de migrer toutes les 2-3 versions minimum. Ca n'a jamais empêché de livrer une campagne à un client. "Dans le monde créatif, les choses changent très vite et rendent certaines techniques très rapidement obsolètes." Il ne faut pas confondre l'avancée des logiciels (oui il faut se tenir au courant) et de leur possibilités et le verrouillage complet proposé par Adobe à travers l'abonnement à la CC. Faire évoluer ses logiciels et ses connaissances et se faire entuber financièrement sont deux choses bien différentes. D'autre part, pas sur que cela motive beaucoup Adobe de faire des mises à jour de ses produits quand l'essentiel de sa clientèle paiera un abonnement mensuel. Il ne s'agit pas de "travailler à l'ancienne" mais de payer à l'ancienne, nuance. @Sic transit Merci pour les liens. Le constat est édifiant. A faire circuler.
avatar Ryo Saeba | 
Photoshop CC est déjà cracké... Je discutais il y a quelques semaines avec un représentant d'Adobe, très sûr de lui, que la Creative Cloud était la réponse au piratage et blablabla... Je lui avais certifié que, contrairement à ce qu'il croit, la CC serait crackée dans la semaine après sa sortie. Je n'étais pas loin, c'est juste 24 heures ! Bref, tout ça pour ça...
avatar momo-fr | 
@[MGZ] Shralldam "Dans le monde créatif, les choses changent très vite et rendent certaines techniques très rapidement obsolètes." Je suis dans le print depuis 20 ans, j'ai débuté sur Illustrator 88, aujourd'hui je bosse dans le web, ce que tu dis est plutôt mensonger, peu de choses ont changées dans le fond sur ces métiers, les produits Adobe (les fondamentaux) ont progressé certes, Photoshop bien plus qu'Illustrator, la grande partie du reste vient de Macromedia, et je peux te dire que du temps de Macromédia ça avançait nettement plus vite qu'une fois arrivé dans le giron d'Adobe. Flash est à part et il va rester… dans sa niche. Alors oui, qu'y a t-il de vraiment nouveau depuis 4 ans sur ces produits phares, de nouveau pour un professionnel puisque le prix, le positionnement sont de fait tournés vers eux ? Nada… toutes les "nouveautés" s'adressent avant tout aux geeks, aux néophytes qui ne savent pas détourer, masquer et photomonter proprement en 5 minutes… va voir une équipe en pré-presse ou en épreuvage et demande leur ce qu'ils ont eu de nouveau depuis 4 ans, déflouter une photo ? Tu rigoles ! Effectivement côté studio les agences font taffer des free au lance-pierre et vu les compétences rencontrées un outil de détourage/retouche quasi automatique peut aider… mais quand on voit le résultat à l'épreuvage ça fini dans les mains d'un pro qui refait le taf… Tout ça c'est de l'esbrouffe, Adobe est dans le mur depuis plusieurs années et n'a pas pris le taureau par les cornes : refondre totalement sa suite pour : - Harmoniser les interfaces et les raccourcis - Améliorer l'ergonomie globale - Apporter de vrais outils de gestion de production graphique - Améliorer la consommation de la mémoire vive - et j'en passe… Effectivement, avec le cloud ils vont reprendre un peu de gras car les perspectives sont grises côté techno. Muse est mal nommé, il devrait s'appeler Mumuse™. :-)
avatar johnios | 
Après avoir relut la news, c'est vraiment de l'arnaque en fait. autant avant la mise à jour était abordable, autant là c'est beaucoup plus cher, car on est contraint de payer pour continuer à utiliser la suite, meme si on ne veut pas changer de version. Adobe et moi c'est fini ( du moins officiellement ^^ officieusement paradox est mon ami )
avatar Mactot18 | 
@ Odysseus 25 euros c'est juste CS6, pas la suite Adobe. Il y aune légère confusion dans ton post. Cette somme ne donne droit qu'a un seul logiciel. Et puis, si on part de ce principe, le prix du matériel photo et du parc informatique ne coute pas cher. Maintenant fais le calcul de ton cout de revient par commande honorée et on voit que parfois, il n'en reste pas tant que ça à la fin du mois. J'ai un client qui m'a fait cette remarque une fois. Je lui ai retourné son argument avec ses produits et il n'a rien trouvé de mieux a dire pour se défendre qu'il fallait qu'il arrive a vivre et donc dégager du bénéfice... Je suis bien d'accord et nous aussi!! Il faut arrêter de croire que Pro=Pognon. On arrive a vivre de notre boulot et ce n'est pas toujours facile. On ne vend pas nos photos des prix de fous. Quand on fait le ratio, frais engagés+temps passé, on voit bien que le prix de l'heure n'est vraiment pas excessif. Et puis, les innovations d'Adobe d'une suite à l'autre ne justifient jamais un changement de version et beaucoup travaillent avec 2, voire 3 versions d'écart. Quand au Cloud de 20 GG "généreusement offert", quand tu es pro, tu rigole. Il y a longtemps que les disques de 2 To sont devenus le minimum pour bosser. Certes, il n'est pas question de remplacer nos supports de travail mais le "cadeau" ressemble plus à un attrape Nigaud. Je préfère leur offre (réservée aux Jpeg pour le moment) de Revel qui, à 5 euros maximum/mois en illimité de stockage est une vraie offre commerciale. Qui plus est, le Cloud pour bosser sur des Tif ne sert à rien tant qu'on n'aura pas des débits corrects. Ce n'est pas avec de l'ADSL à 2 Mo encore présent dans beaucoup de régions qu'on va se servir efficacement d'un tel outil. Il ne s'agit pas de tirer sur les bénéfices d'Adobe. Ils en font et tant mieux. C'est juste que le modèle proposé ne correspond pas du tout aux besoins de la plupart des utilisateurs qui ont fait le prestige d'Adobe; Et ce ne sont pas les pirateurs du dimanche qui font part de leurs soucis mais principalement des utilisateurs pros qui payent leur version. @momo-fr - Excellent constat du monde pro. Je suis entièrement d'accord. Les outils qui donnent au grand public l'impression d'être aussi bon que les pros ont largement évolués par contre ceux destinés aux pros pour nous faire réellement gagner du temps, on les attend encore.
avatar Sic transit | 
@ Odysseus : merci de rester dans le sujet et de ne pas faire d'attaque ad hominem ("grincheux", etc.). De mon point de vue, le problème n'est PAS essentiellement d'ordre financier : après tout, on paie déjà des abonnements pour Internet et le téléphone, donc pourquoi pas 1 de plus ? Ca passe dans les charges, on le répercute sur le prix facturés, et c'est réglé. Vous pouvez être certains qu'Adobe a longuement pesé les modalités de son offre afin que l'argument financier en convainque plus d'un. Donc oui, à court et moyen terme, c'est (forcément) plus intéressant (et figurez-vous que c'est fait exprès!). Non, le problème est une question d'honnêteté intellectuelle : Adobe tente de nous faire croire que le service sera meilleur pour nous (20 Go de Cloud ! Woaaah!), alors qu'il s'agit uniquement de faire basculer LEUR business model qui vise, selon moi, à rendre complètement captifs leurs utilisateurs – càd 99% du secteur de la création print/Web – pour se rendre totalement incontournable. En d'autres termes, à partir d'aujourd'hui, le métier de graphiste est, à peu de choses près, subordonné à cet abonnement. Tu veux devenir graphiste ? Abonne-toi à Adobe ! Sinon, passe ton chemin et va voir chez Quark (rires gras). Si on y réfléchit bien, c'est une situation de monopole absolu sur un métier qui n'a pas connu beaucoup de précédents : pour ce métier, un seul outil… Pour cet outil, un seul fournisseur, accessible par abonnement uniquement ! Si là, vous n'avez pas un tout petit peu l'impression de vous faire tenir par les couilles, je ne sais pas ce qu'il vous faut. C'est un peu comme si on était obligé de rouler en Peugeot pour être agent immobilier et que, pour obtenir une Peugeot, il faudrait s'abonner à un réseau de Peugeot Stores dans lequel on devrait se rendre une fois par mois (obligatoire, sinon la voiture arrête immédiatement de fonctionner – mais le changement des bougies et des pneus est, lui, automatique, invisible et gratuit…!). Ne me répondez pas que Quark était dans une situation identique il y a 10 ans, c'est faux : ils s'occupaient uniquement de mise en page (tandis qu'Adobe était déjà incontournable sur la retourche d'images)…
avatar misc | 
@Odysseus Les mises a jours apportent rarement des nouveautés incontournables, et l'on pourrais très bien travailler avec une CS de quelques versions de retard (bien qu'Adobe forcent déjà ma main avec des incompatibilités choisies). Avec CC, l'on est forcé de toujours payer les mises a jour, ou bien l'on paye a fond, ou l'on a rien. L'on ne râle nécessairement pour des question de piratage, c'est de se faire forcer la main pour une dépense inutile dans beaucoup de cas. Il suffit de voir le lien de "Sic transit", l'on économise a peine par rapport a une CS plein pot et toujours mis a jour. Mes besoins étant petits, j'essaye de transiter sur Pixelmator + SwiftPublisher + iDraw.
avatar apenspel | 
Avec les risques accrus qu'il y a à encore utiliser des machines en réseau, cette solution n'en est pas une pour ceux pour qui la sécurité est un problème (normalement tout le monde). Monde de m…
avatar olrik53 | 
En ce qui concerne le tarif tout est question de moyens et donc chaque utilisateur est différent par rapport à un autre, car nous n'avons pas un porte-monnaie garni de la même quantité d'euro. Donc chacun appréciera selon ses revenus et son usage de la suite Adobe. Non ce qui me fait réfléchir c'est de confier de plus en plus mon travail au cloud. En cas de panne internet soit chez moi, soit du fait du fournisseur, soit du cloud lui-même, je peux plus bosser. Certes les pannes en question sont rares et durent rarement plus que quelques heures, mais pendant ce temps là, que fait le pro qui cherche à gagner sa vie ? Ben il patiente alors qu'avec un logiciel installé ben il continue à bosser. Seul la coupure EDF peux le bloquer et encore pas sur un portable. Time is money et là panne de cloud = panne de money ! C'est comme l'absence de graveur de DVD, désolé je suis pas d'accord. Je monte beaucoup de films soit à titre perso soit à titre pro et les grave en DVD format universellement reconnu par : un ordinateur, une console de jeu, un lecteur de salon. Sans parler des Blu-ray. Je comprends que certains ne l'utiilse plus ou pas mais il faut LAISSER LE CHOIX et pas IMPOSER LE CHOIX. C'est pareil pour Adobe il devrait LAISSER LE CHOIX entre une CS et une CC. Quitte à donner plus de fonctions à la version CC. Désolé pour moi m'imposer l'absence de lecteur graveur ou de CS c'est du dictat et non du commerce. Pourquoi pas nous imposer une seule marque de voiture et une seule couleur au motif que quelqu'un a décidé que c'était mieux pour nous. En ce qui concerne les périphériques Apple a longtemps axé ses pubs sur l'absence de fils en mettant dans ses iMac TOUT ce qu'il fallait. Et en ce moquant des PC bourrés justement d'appendices filaires. Et maintenant avec les nouveaux iMac il faut rajouter chaque jour un peu plus donc envahir son bureau de fils et de périphériques. Le nouveau MAC PRO continue dans ce sens. Mais les tarifs pratiqués ne baissent pas pour autant.
avatar misc | 
@olrik53 Le lecteur DVD peut être externe, je suis personnellement content qu'on ne m'impose pas de trimballer un tourne disque dans mon ordinateur portable. Si l'on parle d'imposer des choses..
avatar Madalvée | 
Bonjour, savez-vous si on peut choisir sa date de prélèvement ou si elle dépend de l'anniversaire de l'inscription ?
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Ca veut dire une chose pour ce qui me concerne, c'est que la suite adobe, c'est terminé, je vais aller vers le libre maintenant. Pas moyen que je paye tous les mois à vie pour un produit quelqu'il soit!
avatar olrik53 | 
@misc en fait on ne t'imposait pas car avant le MacBook Air tous les portables avait un lecteur graveur. Et que je sache tout le monde ou presque sauvegardait sur galettes à cause du prix assez dérisoire. Le terme tourne disque n'est pas approprié car c'est un gros appareil. Maintenant que d'autres manières existent de sauver ses fichiers : disque dur, clé USB, cloud, DVD ou Blu-ray. Evidemment ceux qui avant ne gravaient pas en cas de panne ou de vol ben ils avaient plus rien. En fait si leurs yeux pour pleurer. Avec le MacBook Air on ne t'impose plus en ce qui te concerne c'est bien. Mais là Apple a ENCORE laissé le choix de choisir entre un portable AVEC ou SANS lecteur. Mais pour combien de temps ? Sur les autres gammes : iMac, Mini, Pro NADA. Au prochain changement d'iMac je devrais acheter un graveur externe. Et cela c'est du dictat puisque aucun modèle actuel et futur d'iMac ne comporte en interne de graveur. Attention je précise que je suis pro Apple mais sans pour autant tout accepter les yeux fermés. Exemple l'absence de gestion de Blu-Ray, c'est nul quand on a un iMac 27p écran HD de n'avoir pas la possibilité de lire un Blu-Ray : pas de lecteur, pas de soft Apple en standard.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Suis malheureusement en 'charette' jusqu'à demain midi et ne pourrai pas répondre avant mais je suis ravi que la discussion soit alimentée d'opinions éclairées. À demain.
avatar momo-fr | 
Un ami graphiste indé est sur la CC depuis 2 mois et demi, il est parti 8 jours en déplacement, le premier jour de son voyage on lui à volé sa CB, obligation de déclaration et blocage des prélèvements sur la CB, pas de bol son abonnement Adobe est dessus, retour 8 jours après… pas de bol le prélèvement tombait 3 jours avant son retour, sa suite est bloquée. Il avait un tas de prises de vues à traiter pour envoyer au client… il a fallut 3 heures à Adobe pour décoincer sa situation (1 heure au tél., envoi de sms et tout le toutim et un bon coup de sang à la fin pour accélérer la procédure). Si t'es à la bourre tu vas te faire des cheveux blancs avec cette solution. Il a installé une CS6 crackée le week-end dernier pour parer à toute éventualité… un joli genre de mordage de queue. Je me vois mal bosser dans ces conditions, mon cas n'a pas besoin des dernières versions et je me contente de ma CS5.5 sans problème, par contre je fais du suivi et maintenance pour une agence pré-presse et eux se posent beaucoup de questions sur cette solution…
avatar Shralldam | 
@momo-fr: Mon intention n'était pas de mentir. Tout dépend de l'expérience de chacun… Pour ce qui est du print, je sais que c'est un milieu très conservateur (pour toute une série de raisons, majoritairement valables). Heureusement, le PDF a dédramatisé pas mal de situation, je me souviens de l'époque où si tu te pointais avec un fichier XPress de version plus récente que celle de l'imprimeur, c'était la galère. Sans oublier les fichiers AI ou EPS qu'il faut systématiquement sauvegarder en version inférieure, de peur que… Ce que je voulais dire, c'est qu'en fonction du contexte, le développement relativement constant des nouvelles versions peut être stimulant. Bien sûr, qu'en situation de production, on ne va pas upgrader le lendemain de la sortie des mises à jour majeures… Mais pour expérimenter de nouveaux processus, je trouve que c'est très intéressant. Et en créa, l'expérimentation c'est très important (en tout cas, c'est mon point de vue). D'un autre côté, je suis d'accord sur le fait de ne pas céder à toutes les nouveautés soi-disant révolutionnaires si c'est pour fournir un travail bâclé (même si le client ne s'en rend pas compte). Ce n'est pas du prosélytisme. Je trouve que la manipulation des outils de création numérique fait partie d'une culture. Culture qu'il faut nourrir, entretenir. Chipoter, expérimenter avec des fonctions qui n'ont l'air que d'être de la poudre aux yeux en fait partie. Moi-même, je ne suis absolument pas fan du mode 3D de Photoshop (je ne m'en sers jamais), pourtant je vois plein de gens arriver à faire des trucs sympas avec cet outil. Et je trouve que c'est une bonne chose. Quand Adobe a intégré des outils vectoriels dans Photoshop, ça m'a agacé ("keu-ouah, ils veulent encore plus l'alourdir en mettant Illustrator dedans ?!"). Pourtant aujourd'hui ils sont majoritairement utilisés pour réaliser des templates PSD de sites web...
avatar olrik53 | 
@momo-fr l'expérience que tu décrit va dans mon sens, en cas de panne c'est la cata. Et quand on doit rendre un boulot... Bref la CC risque de détourner les pro en masse. Ou ils resteront sur une CS6.
avatar Sic transit | 
Pour les pros indépendants, ça reste jouable de conserver une CS5 ou CS6 le plus longtemps possible… Mais pour les agences, dès qu'il s'agira d'intégrer de nouveaux postes, le flux de production va se trouver déséquilibré entre les utilisateurs CS6 et les utilisateurs CC, et la différence ira croissante au fur et à mesure que passera le temps…
avatar caissonbulle | 
Je viens d'installer InDesign CC (MacPro 10.8.4) : Adobe à réduit l'interface du logiciel à une vraie merde : boîtes de dialogue étriquées, tous les éléments sont carrés, les ascenseurs aussi. Sinon, la CS6 est incapable de rouvrir un fichier CC, fallait s'y attendre un peu. Par contre, le soft est vraiment plus réactif par rapport à la version CS6. Voilà où Adobe pourra faire céder les utilisateurs, en leur offrant plus de performances. J'ai aussi testé (rapidement) PhotoShop CC : ici, Adobe n'a pas redessiné l'interface et reprends les ressources du système (ouf !...). Allez comprendre cette disparité ! Le soft semble lui aussi plus réactif, sans plus. Un fichier créé ou enregistré en version CC peut être ouvert avec la version CS6... avec quelques restrictions et traitements internes dus aux nouvelles fonctions CC (faudrait y passer plus de temps pour affiner). Si vous avez déjà installé la CS6, les outils CC vous proposent de récupérer les préférences : sympa et très productif. Keyboard Maestro 6.0 est parfaitement compatible avec la CC et permet toujours de contrôler la suite. Pratique pour homogénéiser les raccourcis ou redimensionner précisément et rapidement les fenêtres, chose que l'on fait à longueur de journée. Pour revenir sur la discussion, chacun trouvera la meilleure attitude quant à l'achat captif proposé par Adobe. J'ai acquis l'update en CS6 en début d'année et ne sais vraiment pas quoi faire aujourd'hui. Je vais attendre quelques mois pour voir et "rentabiliser" mon achat. Si Adobe continue à proposer plus de performances à sa suite (temps de chargement des fichiers, latence minimum durant une édition... ou des fonctions "géniales" comme les Outils correcteurs ou l'Outil Correction de perspective par recadrage (en quatre points), j'ai peur que l'on cède. Ce que relate momo-fr avec les déconvenues de son ami graphiste qui achète le service et crack ses logiciels ne me semblent pas si incongru que ça. Il faut bien se défendre contre l'ogre US.
avatar Shralldam | 
@caissonbulle: Je suis conscient des dérives de ce nouveau système. L'histoire de momo-fr m'a aussi laissé circonspect. Ma réaction ne porte pas tant sur ce sujet que sur l'extrémisme de certaines réactions. Malgré les fâcheuses déconvenues qui peuvent survenir, je crois que nous allons devoir nous habituer au cloud, et il ne s'agit pas que d'Adobe. Pour mon usage en tant qu'indépendant complémentaire, la solution Creative Cloud me convient assez bien (je suis sous ce système depuis la CS6, j'avais sauté la 5.5).
avatar Mactot18 | 
En lisant les essais de "caissonbulle", je suis vraiment inquiet quand à la rétro-compatibilité. Le nombre de clients qui tournent sous des config antédiluviennes est assez étonnant. Et encore, je ne parle même pas de logiciels mais de matériel pour les faire tourner. Je n'ose même pas imaginer un client qui m'appelle pour ne dire que mes clichés ne s'ouvrent pas ou mal sous leur version de Photoshop. On a bien autre chose a faire que de gérer ce genre de problème et si on bosse avec Photoshop c'est justement pour que ça n'arrive pas. Franchement, même si je dois admettre que l'idée d'Adobe n'est pas à 100 % mauvaise, il faut bien avouer qu'elle est aux antipodes des besoins des utilisateurs et donc essentiellement leurs clients qui les font vivre... Donc copie a revoir.
avatar caissonbulle | 
@ Mactot18 Si j'avais à m'avancer, je dirais que PhotoShop a toujours été le plus souple de la Suite Adobe. Quand je dis : “Un fichier créé ou enregistré en version CC peut être ouvert avec la version CS6... avec quelques restrictions et traitements internes dus aux nouvelles fonctions CC.”, c'est qu'à l'ouverture du fichier CC sous CS6, j'ai eu un message. Ensuite, j'ai pu exploiter le fichier sans problème. Il faudrait y passer plus de temps, mais certaines fonctions propres à la CC appliquées à des calques seront peut-être ignorées ou ces calques seront peut-être aplatis. À voir... Quant à la rétrocompatibilité, rien ne change avec la CC. Pour InDesign il faut enregistrer les fichiers en .IDML, par exemple... Ce problème de rétrocompatibilité n'a rien à voir avec la nouvelle et très spécifique offre d'Adobe. Je viens d'installer Illustrator CC et je n'ai pas vu un changement extraordinaire comme vendu par Adobe quant à la gestion des menus des typos : c'est toujours un peu le souk, à moins que ce soient mes polices... LE POMPON : Après l'interface "au carré - tout riquiqui" d'InDesign CC et l'interface Mac OSX-like de PhotoShop CC, Illustrator CC est un panaché des deux ! C'est vraiment du grand n'importe quoi !
avatar Madalvée | 
Personnellement l'interface carrée et claire avec les encadrés en jaune me ravit, tout est question de goûts et de couleurs…
avatar caissonbulle | 
...et toujours le bug du curseur qui disparaît avec cette dernière mouture de PhotoShop CC !
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Il y a un gros problème avec leur nouvelle méthode de vente : elle ne s'adresse pas au Freelance non fortuné. Exemple, j'utilise encore OS X 10.6.8 parce que je n'ai pas de soucis avec, hors cette version CC ne fonctionne qu'à partir d'OS X 10.7. J'ai aussi une ancienne version de Photoshop (CS3) qui me suffit et toutes les options et paramètres ajouter dans les dernières versions nécessitent une machine plus puissante que mon vieux MacBook Pro pour fonctionner à plein régime. Au final, ça signifie que si j'ai toujours la dernière mise à jour de la suite Adobe je suis aussi obligé de changer d'OS et de machine pour pouvoir vraiment bénéficier de l'apport de ces mises à jour. C'est Apple qui va être content...
avatar caissonbulle | 
Les plug-ins d'activation automatique des typos de Font ExplorerProX 4.0 (la dernière version) pour Illustrator, PhotoShop et InDesign ne sont pas compatibles avec la CC. Par contre, le montage des typos, manuellement, dans FEPX est parfaitement pris en compte par les 3 softs de la CC... et dynamiquement.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Pardon pour ce retard à répondre... @misc • S'écarter bien sûr mais j'espère qu'il n'est pas trop tard! @Martin_a • Je paie tous mes logiciels et ma conscience n'a rien à se reprocher. @Shralldam • Bien sûr que je ne compte pa garder les mêmes logiciels jusqu'à la fin de mes jours. Ce que je n'accepte pas c'est de ne pouvoir acheter un logiciel qui est à moi et dont je peux disposer comme je veux. Pire, cette obligation d'abonnement est conditionnée au bon vouloir d'Adobe qui peut à tout moment révoquer un abonnement comme bon lui semble! Lire ici tout particulièrement les points 15.1, 19.3 et 19.4. tirés de a page d'accord légal qu'on ne lit jamais : http://macperformanceguide.com/blog/2013/20130508_1a-Adobe-legal-agreement.html C'est tout simplement délirant! @Odysseus • Je répète, je paye tous mes softs. Et je suis d'accord avec rikki finefleur 'les 7 mythes' ne sont qu'un publi commercial. Je ne crois pas que le modèle pense à l'utilisateur plus que ça, il vise à le rendre encore plus captif qu'il n'est. Et chaque personne qui s'abonne sans se poser de questions participe au monde informatique de demain, c'est-à-dire dans quelques mois, où tous les éditeurs vont suivre dans les pas d'Adobe. @Sic transit • Il y a des fois où j'aime bien me faire tenir par les couilles mais je n'imagine pas aimer ça si c'est Adobe qui me tient! Plus sérieusement, et ça n'est pas du prosélytisme, je pense vraiment qu'il faut signer la pétition, ne serait-ce que pour avoir le choix. http://www.change.org/petitions/adobe-systems-incorporated-eliminate-the-mandatory-creative-cloud-subscription-model?utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition Bonne journée à tous.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Les ingénieurs d'Adobe ne devront plus se fatiguer… Leurs revenus sont désormais garantis ! Auparavant, on n'achetait la mise à jour que si l'on était convaincu, notamment par les l'expérience d'autrui (test, etc.), des améliorations fournies par la nouvelle version (en fonction également de ses besoins). Illustrator n'a plus connu d'évolution majeure depuis… la CS 1 (ou même avant…). Et InDesign ? À présent, quelle que soit votre utilisation (rare ou intensive) de ces applications, quelles soient les améliorations apportées… ou l'absence d'améliorations, vous payerez une rente mensuelle à Adobe pour continuer à travailler… Et si dans un an vous décidez de ne plus payer l'abonnement (parce que vous passez à Xpress par exemple), vos fichiers seront désormais inaccessibles… Adobe est devenu une entreprise de rentiers… et il y a peu de chances que l'innovation soit vraiment au rendez-vous…

Pages

CONNEXION UTILISATEUR