Steve Jobs s’exprime sur Flash

Christophe Laporte |
Chose rare, Steve Jobs vient de publier une lettre ouverte sur le site d’Apple, intitulée "Thoughts on Flash" (réflexions sur Flash), dans laquelle il s’exprime au sujet de la technologie d'Adobe, sujet qui a fait beaucoup couler d’encre depuis quelques semaines, notamment avec la sortie de l’iPad. Au vu de certaines prises de position - Flash présenté comme une technologie du passé - il serait étonnant qu'Adobe reste silencieux. Au passage, on observe que cette sortie du patron d'Apple avait fuité hier.

toughtsonflash


En introduction, Jobs rappelle qu'Adobe a été le premier gros client d’Apple. Elle avait développé le langage PostScript que la firme de Cupertino avait intégré à ses LaserWriter, les fameuses imprimantes lasers qui fêtent leur vingt-cinquième anniversaire ces temps-ci. À l’époque, Apple et Adobe avaient travaillé main dans la main comme rarement, explique Jobs. Ajoutant que la Pomme avait aussi investi à hauteur de 20% dans le capital d'Adobe pendant quelques années.

Depuis cet "âge d’or", les deux sociétés ont évolué, constate Steve Jobs. "Apple a failli mourir et a fini par se redresser alors qu’Adobe a développé son activité vers le monde de l’entreprise avec ses produits Acrobat". Les deux sociétés travaillent en commun afin de répondre aux besoins des créatifs. Jobs rappelle qu’une copie sur deux de la Creative Suite est vendue à un utilisateur Mac.

Jobs donne ensuite très simplement son avis - on peut même parler de réquisitoire - sur Flash afin que les clients et les spécialistes puissent mieux comprendre pourquoi Flash n’est pas présent sur l’iPhone, l'iPod touch et l’iPad. D’après lui, Adobe a toujours fait croire qu’Apple n’ouvrait pas la porte à Flash pour des raisons commerciales afin de protéger l’App Store. Pour Steve Jobs, c’est tout le contraire : c’est avant tout une décision à caractère(s) techniques(s).

Il démonte ensuite l’argumentation d’Adobe indiquant que Flash est un système ouvert. "Les produits Flash sont 100% propriétaires". Adobe ayant seule autorité sur leur évolution ou leur prix. Le fait que Flash soit largement répandu n'en fait pas un produit ouvert écrit Jobs, au final c'est Adobe qui en garde le complet contrôle.

Apple aussi a son lot de produits propriétaires poursuit Jobs, mais Apple, comme Google, a fait le choix de standards ouverts, lorsqu'ils étaient pertinents pour le web : HTML5, CSS et JavaScript. Et d'ajouter qu'Apple apporte sa contribution en ayant par exemple "créé WebKit à partir d'un petit projet open source". Un WebKit utilisé aujourd'hui par Android, Palm, Nokia et RIM. En faisant un standard pour les navigateurs mobiles.

Second point, la place de Flash sur le Web. Au discours d'Adobe selon lequel Apple prive ses appareils de 75% des vidéos sur le web, Jobs rappelle que la plupart de cette masse est disponible dans "un format plus moderne, le H.264". Les vidéos de YouTube qui représentent 40 % des vidéos sur le web sont lisibles sur les plateformes mobiles d'Apple. Et d'énumérer des services comme Vimeo, Netflix, Facebook, des chaînes de télé américaines… "les utilisateurs d'iPhone, iPod et iPad ne sont pas en manque de vidéos".

Jobs concède que ces appareils ne peuvent utiliser les jeux en Flash, mais il renvoie aux 50 000 jeux et titres de loisir sur l'App Store, dont une partie non négligeable est gratuite. Un volume qu'il estime dépasser de loin celui de n'importe quelle autre plateforme.

Viennent ensuite les questions de sécurité, fiabilité et performances. Il dresse un portrait de Flash responsable de la plupart des plantages sur Mac, avec en outre, selon Symantec, le bilan le plus noir en matière de sécurité en 2009. Apple et "Adobe ont travaillé à résoudre ces problèmes, mais ils perdurent depuis maintenant plusieurs années" déplore Jobs.

Il met ensuite en doute la capacité d'Adobe à faire correctement fonctionner Flash sur des mobiles. "Nous leur avons régulièrement demandé de nous montrer Flash qui marcherait bien sur un mobile. On ne l'a jamais vu" Et d'égrener les retards rencontrés dans la finalisation de cette version de Flash "On pense qu'il finira par sortir, mais nous sommes contents de ne pas avoir eu à attendre. Qui sait comment cela fonctionnera ?"

Quatrième point, l'impact sur la batterie des mobiles. Pour Jobs, l'utilisation du H.264 associée à un décodeur de type matériel permet de bons résultats en autonomie pour la lecture de vidéos. Alors que Flash utilise encore une ancienne solution, non supportée par les puces pour mobiles, qui oblige à un décodage logiciel des vidéos et par là, divise l'autonomie par deux. L'avantage du H.264 étant aussi qu'il ne nécessite aucun plug-in pour être lu directement par un navigateur, et qu'il est parfaitement géré par les appareils mobiles.

Cinquième point, l'interaction tactile. Les interfaces en Flash utilisent des éléments qui se prêtent mal à une utilisation sans souris et de type multitouch. Donc, quitte à devoir réécrire son site, pourquoi ne pas le faire directement en HTML 5, CSS et JavaScript, suggère Jobs.

Enfin, sixième point, "le plus important", le fait qu'Adobe vise à ce que les développeurs utilisent Flash pour créer des applications pour iPhone. Jobs reprend un argument déjà évoqué récemment, le fait que Flash est un outil de développement multiplateforme, qui ne tirera profit que du plus petit dénominateur commun de chacune de ces plateformes (lire Adobe prend un bol d'AIR sur l'iPad). De manière à ce qu'un logiciel puisse être écrit une seule fois et fonctionner à l'identique partout "Il n'est pas dans les objectifs d'Adobe d'aider les développeurs à écrire les meilleures applications iPhone, iPod et iPad."

Jobs critique également le fait qu'Adobe a été terriblement lent à adopter les améliorations survenues sur les plateformes d'Apple. "Alors que Mac OS X est sorti depuis presque dix ans, Adobe l'a pleinement adopté (Cocoa) il y a deux semaines avec la sortie de la CS5. Adobe a été le dernier des grands éditeurs à complètement adopter Mac OS X" (ndlr, Jobs glisse sur le fait qu'Apple aussi a quelques grosses applications toujours en attente de passage sur Cocoa : iTunes, Final Cut Studio, etc…).

L'objectif d'Apple, explique Jobs, est que les développeurs puissent s'appuyer directement sur iPhone OS pour leurs applications, plutôt qu'au travers de solutions tierces qui ne seront pas à même de leur proposer toutes les possibilités de l'original, ou qui le feront avec retard. Créant par là une dépendance délicate vis à vis de ces intermédiaires.

Ce qui amène le patron d'Apple à conclure - en versant les dernières goutes d'essence sur les flammes - que Flash a été conçu "à l'époque du PC et des souris", mais qu'il n'est plus nécessaire pour les plateformes mobiles, malgré l'envie d'Adobe, pour des raisons compréhensibles, de l'y voir jouer un rôle.

"L'avalanche de médias qui offrent leurs contenus pour les appareils mobiles d'Apple montre que Flash n'est plus nécessaire pour regarder des vidéos ou consommer toute sorte de contenus Web. Et les 200 000 applications sur l'App Store prouvent que Flash n'est plus indispensable pour les dizaines de milliers de développeurs qui veulent créer des applications riches graphiquement, jeux compris".

"Les nouveaux standards ouverts créés à l'ère du mobile, comme le HTML5, l'emporteront sur les appareils mobiles (et sur les PC aussi). Peut-être qu'Adobe devrait se concentrer davantage, pour l'avenir, sur la création de très bons outils HTML5, et moins critiquer Apple sur le fait qu'elle entend laisser le passé derrière elle".

Une sortie du patron d'Apple sur ce maintenant vieux débat (on retrouve des traces de cette querelle dès l'automne 2008) qui intervient alors que les répercussions de l'affaire Gizmodo et de l'iPhone 4G font toujours l'actualité, et qu'Adobe venait de commencer à optimiser Flash sur Mac OS X, après avoir obtenu une API longtemps réclamée à Apple…

Sur le même sujet :
- La réponse d’Adobe
avatar CMShadow | 
Pourtant Mabeille pose la question que tout le monde te pose dès que tu réagis à une news : quelle est la raison de ton aveuglement (que je qualifierais de ridicule, mais ça n'engage que moi) dès qu'il s'agit d'Apple ? Tu débranches ton esprit critique dès que tu lances ton mac ? MacGé a un effet second sur ta personnalité ? Dis nous, je pense qu'on est un certain nombre à se languir...
avatar Hasgarn | 
[quote= Silverscreen]Alors que la CS1 qui tournait sous Classic, la CS 2 sous Rosetta, la CS 3 qui n'utilise toujours pas Quartz pour ses filtres, la CS 4 qui n'utilise ni le 64 bits et très mal le mutlicore et la CS5 qui n'utilise ni OpenCL ni GrandCentral… ben oui ça change quelque chose pour l'utilisateur.[/quote] Tout est dit, j'applaudie. Qu'iTUnes et QuickTime ne soient pas 64 bits n'est pas d'une extrême gravité (surtout que Apple après Logic Pro met la dernière main à la prochaine solution FCP), les MaJ arriveront plus vites que pour les Softs Adobe, et certainement en mois cher. C'est une grosse plaisanterie de voir que la dernière version de la suite Adobe n'est pas intétgralement en 64 bits et ne gère pas le multiproc (pour les Softs en 64 bits). Il semble que ce ne soit pas le cas pour toutes les App d'Apple, mais en comparaison, combien le font, et surtout, en combien de temps Apple a fait sa "Maj" Snow Leopard ? Un an et demi. Adobe traine des pieds depuis 8 ans. Et pour en revenir à Flash, les arguments de Steve Jobs sont très bons. Difficile de les contester. Si ce n'est pas 100% de bonne foie, c'est quand même globalement très jute.
avatar Lemmings | 
On lui explique que le HTML 5 rame gentiment sur les iPhones ?
avatar Augustin Caron | 
@ chnoub Les boîtes qui se sont acheté leur site internet en Flash se sont tout simplement faites enfumer. Voilà des années que l'on sait, que le W3C et les développeurs compétents expliquent, que le Flash est la pire techno à utiliser pour un site web : un gouffre à pognon pour la maintenance et l'actualisation, une garantie de déréférencement ultra efficace, et j'en passe… De toutes façons si elles veulent un site utile, performant, autre chose qu'un machin qui est joli quand on a le nez dessus mais qui n'existe pas sur le réseau car inaccessible au sens large et à tout point de vue, elles sont obligées de faire refaire leur site ou de faire appel à des sociétés spécialisées dans le référencement qui en reconstruiront un autre, en parallèle et hors de prix. Le html c'est pas pour les chiens, c'est pour les sites web ; c'est pas d'aujourd'hui, ça fait des années qu'on sait ça. Steve, sur ce coup a tout bon.
avatar lemoustique | 
Purée, 4 pages sans HAL !!! Il est en vacance sans iPad ou quoi ?
avatar Halx | 
D'accord avec S. Jobs sur le fait qu'Adobe n'en a rien à foutre de proposer des softs optimisés pour l'iPhone. Suffit de voir ce qu'il s'est passé avec la CS pour OSX qui reste un dinosaure à l'ergonomie datée début des années 90. Toujours plus lourd, toujours moins Macuserfriendly, de plus en plus éloigné du look'n feel OSX. Et puis Flash m'a toujours semblé trop lourd, lent et dispensable, son utilité ne m'a jamais vraiment convaincue. Si Flash disparait, je ne le pleurerai pas.
avatar raffi | 
Bien joué de réduire l'implemention Flash a un plug in pour lire de la Video Mais flash rend accecible a beaucoup de graphiste et developpeurs dans le monde le developpement de site très interactif, tant du point de vue Media que de l'accès aux bases de données et services web, et ce, sans avoir besoin de connaissance et des serveurs spécifiques' très pointus. Si le web 3.0 se réduit à Facebook, YouTube, Google, et Apple, c'est sur Internet à finit d'évoluer, ce que je ne crois pas du tout. Steve à là une vision très réductrice de l'expérience utilisateur, et c'est dans ce domaine que flash a apporté le plus. Il est capable d'intégrer de la vidéo du son de l'image, de la 3D, des sources de données etc... Bien sur on peut faire bien plus avec Xcode, mais alors il faut que Steve nous fasse un logiciel d'authoring accessible a tous ! et pas un outis uniquement accessible aux développeurs chevronés Flash permet tout cela, mais bien sur n'est pas parfait Il n'était pas indispensable sur un iPhone bien sur, bien trop pétit et sous dimenssioné, mais avec le ipad les choses sont différentes et les possibilitees bien plus importantes On le voit bien Steve qui se cache derrière, des arguments techniques qui sont bien entendus fondés, prend sa revanche sur Adobe qui trainé les pâtes depuis 10 ans sur l'amélioration de la suite CS. Mais que l'on ne si trompe pas sans adobe sur mac les mac se vendrais moins nombreux. Par contre sur les plateforme mobile il n'y a pas besoins de Adobe... Pour l'instant ! Mais alors l'avenir est fait que de mobile ? Plus d' ordinateurs de bureau ? L'avenir nous le diras.
avatar daito | 
Même au delà de Cocoa, il faut voir les technologies qu'Apple a introduit avec les différentes versions de Mac OS X. Même si le Finder est Cocoa que depuis peu ou qu'iTunes ne l'est pas encore, ces logiciels ont toujours profité/inclut les technologies de Mac OS X, ce que ne fait pas Adobe avec ses softs. Sinon l'argumentaire de Jobs est clair, pertinent, réaliste (on a d'ailleurs avec quelques lecteurs de MacG soulevé quelques points similaires comme le problème du développement cross-plateforme).
avatar Augustin Caron | 
@ hok [i]« comment va t'on faire pour les millions de vidéo en flash actuellement sur le net ? »[/i] La plupart sont en H.264 mais lues par le plugin Flash. ClickToFlash te réécrit le code d'insertion en html5 et repasse le plat…
avatar Zerkhezy | 
@ Stalmicmac : +1. Comparer une suite pro CS5 à un logiciel comme Itunes...... No Comment. Etant monteur/étalonneur, je dois dire qu'Apple a su nous surprendre du côté édition non linéaire. Franchement, je ne sais pas ce que tout le monde a à critiquer Apple de ne pas renouveller ses applications pro. Même si Adobe a dévoilé sa CS5 en pur Coco, même chose pour Avid qui nous a dévoilé son Media Composer 5. Du côté Adobe, je me demande ce qu'ils espèrent obtenir avec une telle stratégie : Premiere Pro CS5 : Réécriture complète, ajout de plein de fonctionnalités..... Mais stabilité et interface toujours aussi désastreuse, pas de gestion de l'EDL...... Ils croient peut être que la qualité d'un logiciel se limite à ses options ? Or, ce n'est pas ce qu'Apple nous fait avec Final Cut Studio. Quand a cette histoire de flash. Je ne sais pas, mais moi je m'en passe bien. Reste voir ce que ce sera quand je ferai mon site web. D'après moi, il s'agit plus d'une tactique marketing d'Apple que véritablement une raison technique... Enfin. Qui vivra verra.
avatar OVF | 
qu'ils se mettent d'accord, ou que l'un rachete l'autre, qu'on en finisse... On peut plus coder en Flash pour que ça passe sur les plateformes mobiles Coder en Html 5 c'est bien mais lorsque qu'on code pour une plateforme spécifique, un navigateur spécifique sinon c'est la plaie, CSS3 c'est bien mais faudrait qu'ils se mettent d'accord sur les balises. C'est bien de promouvoir un standard, mais HTML5 et CSS3 n'en sont pas encore... (il bon de signaler qu'il est encore impossible de lire une video insérée html5 en plein écran si on n'a pas une un nightly build du webkit-ce n'est pas vraiment ce qu'on appelle un standard) Si bien que si on veut un site optimisé qui passe partout il faut du flash ET un fallback HTML5 ou inversement... la taille des pages grossit grossit... cette guéguerre nuit à tout le monde. ça me gonfle...
avatar Lemmings | 
Lisez ceci pour ceux qui pigent pas l'intérêt de Flash : http://www.interfacesriches.fr/2010/03/14/pourquoi-html5-et-flash-ne-peuvent-etre-compares/
avatar manu1707 | 
bien joli, mais autant je suis d'acord sur certains points, mais bon il aurait au moins pu prévenir que le dev de flash cs5 aurait servi à rien, c'est extrêmement vicelard ce qu'il a fait là ! Après bonne remarque du rédacteur, quid de itunes et FCP ??? Stalmicmac : peut être mais crois-tu que cela indiffère l'utilisateur lambda qui utilise son mac pour le web, la musique, les films etc ... Dans ce cas, ton raisonnement n'est plus valable, je suis navré les gars, mais c'est scandaleux de montrer du doigt des log' quand on est pas capable de faire mieux chez soi. Surtout un log gratuit et léger comme itunes !!!! Bordel de merde, ils ont quand même refait mac os avec SL !!! edit : par contre merci au post de silverscreen qui est 100 fois plus convaincant que les autres et qui explique l'énervement des autres
avatar totoguile | 
Je pense que les arguments de Steve sont à la fois bon et mauvais. Pour moi, flash ce n'est pas seulement un player de web, c'est aussi un environnement de conception d'animation qui ne demande finalement pas ou peu de compétences en développement. Flash ne sert pas qu'à afficher des videos, il sert aussi à faire de la pub, conçue par des graphistes. Si Apple 'bloque' le flash et impose le HTML5 d'un côté, mais ne propose pas d'IDE rapidement pour répondre à ce besoin, je ne pense pas que cette stratégie sera forcément la bonne. Et si l'ANNONCE de la prochaine WWDC, c'était justement une évolution de XCode qui reprendrait toutes les fonctions de l'IDE Flash d'adobe, mais qui produirait en sortie du HTML5 ? N'oublions pas les iAds...
avatar Newton Pippin | 
eh bé ce qu'ils se prennent dans la tronche ses derniers temps Adobe...vu leur taux de conversion en € pour la CS en français, je dirais que c'est bien fait...mais bon si on veut pas de toi à une soirée privée (iPhone OS), c'est pas grave, y'en à d'autres (Android).
avatar Cratès | 
Commentaire de John Gruber sur http://daringfireball.net/ : "Cogent, detailed, straightforward, brutally honest. No prevarication." Pertinent (ou puissant), minutieux, direct, d'une honnêteté brutale. Sans atermoiements.
avatar OVF | 
et plutot que de troller pour savoir qui le meilleur (ou le pire), ou de savoir quel standard est le bon, vous feriez mieux de déplorer qu'il n'y ait justement PAS de standard web pour faire un site moderne (dynamique, léger, indexé) sans emploi massif de javascript ou de multiples fallbacks en tout genre... Vous pourriez aussi vous demander si on n'assiste pas justement au déclin du site internet au profit de l'application, on aboutirait à une application dédiée pour chaque matériel, où le web ne serait plus qu'une base de donnée, là encore on semble loin de l'idée de standard... C'est vers ça que l'on tend quand on refuse le plus petit dénominateur commun... Bref tout ça est une vaste fumisterie, le standard semble être une chose qui appartient au passé, tout au plus vecteur du plus petit dénominateur commun, on le retrouve ici.
avatar thierry61 | 
Ouaip.. c'est à la fois une position clairement définie et un méchant coup de gueule. . A Adobe de répondre (ou pas) maintenant.
avatar Le docteur | 
La moitié des possesseurs de la Creative Suite sont sur Mac ? Quand on voit les menus grisés dans Acrobat, indiquant des menus n'existant que sur Windows, ça laisse rêveur sur le respect qu'Adobe a pour la moitié de ses utilisateurs ...
avatar Mabeille | 
On ne va quand même pas reprocher à Adobe d'avoir vendu CS sur Pc. Le seul coté obscur est dans le cerveau de qql trolleurs ici. D'ailleurs SJ à lui même accepté le "coté obscur" sur Mac avec bootcamp. On ne peu pas considérer pour autant SJ comme un vendu. Perso à la place d'Adobe je baisserai le prix des versions Pc de CS histoire de remttre les pendules à l'heure avec Apple.
avatar Mabeille | 
@Shenmue incroyable que tu trouves des trolls partout, comment tu fais?
avatar Crist'o (non vérifié) | 
Déclaration officielle qui était absolument nécessaire après les précédentes prises de parole plus "privées". En qualité de patron d'une grosse société, il prend des décisions, les assume et les explique. Normal, c'est le job. Rien d'extraordinaire donc mais ne pas l'avoir fait aurait été une erreur car on n'est pas ici sur un sujet anecdotique ni de pure tactique; on parle de stratégie et de la ré orientation à donner aux solutions de demain. Jobs est vraisemblablement un des très rares à avoir compris ce que "mobilité" signifie vraiment et, ici, il nous dit tout simplement qu'elle ne souffre aucun compromis et qu'il s'engage à les réduire les uns après les autres. Normal encore, c'est sa vision. Plaît, plaît pas. Qu'importe ! Il fait le job.
avatar lau1967 | 
Bonsoir, D'abord JAMAIS aucune société n'a provoqué des réactions passionnelles autant extrêmes. Pour certains, RIEN de ce que fait/dit Apple ne peut être honnête. Le verre est TOUJOURS à moitié vide JAMAIS à moitié plein. Il est clair que Steve Jobs défend et protège coûte que coûte Apple, limitant ses appareils, restreignant ses logiciels. Apple pourrait laisser le choix, c'est ce que reproche les partisans du choix, une vision des choses logiques mais qui présupposent qu'on sache ce qu'on fait et qu'au lieu d'effectuer une action sans se poser de questions on passe par l'activation/désactivation d'options. Bref qu'on privilégie les fonctionnalités au détriment de la simplicité. Apple est forte comme elle a pu l'être par le passé et ne souhaite pas retomber dans l'anonymat parce qu'elle n'aura pas su se protéger/attaquer au bon moment. Adobe est fort loin d'être une pauvre petit victime, bouc émissaire de la toute puissante et maléfique Apple... Laurent
avatar lukasmars | 
Bref, peut importe la qualité de l'argumentaire de Jobs, il éprouve le besoin de se justifier à ce que je vois . Ben oui, tous le monde sais que flash est trés critiquable mais ça n'empêche pas que les méthodes de Jobs sont bien trop agressives et ressemblent à des diktats. Je suis partisant de flash sur Ipad et iphone mais avec un gros warning dés que l'on l'active " attention l'activation de flash peut reduire drastiquement la durée de la batterie etc ... " mais cette prise d'otage est insupportable .
avatar Anonyme (non vérifié) | 
"..que les méthodes de Jobs sont bien trop agressives et ressemblent à des diktats." Ben des fois y faut ça pour faire bouger les lignes. Emmerdeurs et empêcheurs de tourner en rond, Bienvenue :chapeau:

Pages

CONNEXION UTILISATEUR