Google et le syndrome chinois

Arnaud de la Grandière |
Google a publié sur son blog officiel un billet qui claque comme un coup de tonnerre. Suite à une attaque de leurs serveurs en provenance de Chine, qui a résulté dans le vol de la propriété intellectuelle de Google (sans plus de détails), mais également de celle d'une vingtaine de sociétés dans le domaine de la finance, de la technologie, du secteur chimique et d'internet, la société de Mountain View a diligenté une enquête qui a établi que des tentatives d'accès à des comptes Gmail d'activistes des droits civiques en Chine avaient aussi eu lieu durant cette attaque.

Un piratage politique ?

C'est également à cette occasion que Google a constaté que par ailleurs, d'autres attaques avaient ciblé des activistes de la même cause aussi bien en Europe qu'en Chine, non pas grâce à une faille dans leurs serveurs, mais à l'aide de logiciels malveillants ou d’hameçonnage (Google ne présente cependant pas d'élément établissant que les attaques visaient spécifiquement les personnes concernées).

Il est rare que Google rende publiques de telles informations, qui ne font que rappeler que les données que vous lui confiez ne sont jamais hors de portée, aussi bien protégées qu'elles soient. Une telle divulgation va à l'encontre des intérêts mêmes de Google. Si le géant du Net a fait le choix délicat d'en parler publiquement, c'est parce que, selon lui, cette mésaventure justifie un autre choix épineux qu'il a dû faire en conséquence.

L'intransigeance est de mise

En effet, suite à cette expérience, et ce que Google considère comme des tentatives de limiter plus encore la libre expression sur le net durant l'année passée, elle annonce avoir pris la décision de négocier durant les semaines à venir avec le gouvernement Chinois pour mettre fin à la censure des résultats de son outil de recherche. Cette censure avait été la condition à l'ouverture de la version chinoise du site en 2006, et le fait que Google ait consenti à y sacrifier avait causé bien des cris d'orfraie, se lamentant que Google avait foulé aux pieds son fameux slogan : « don't be evil ».

Toujours est-il qu'aujourd'hui, Google annonce que faute d'obtenir un accord avec le gouvernement chinois, elle pourrait être amenée à fermer Google.cn et ses bureaux chinois. La société rappelle d'ailleurs qu'elle avait annoncé dès l'ouverture du site chinois qu'elle demeurerait vigilante sur la question des droits de l'Homme et qu'elle reconsidèrerait son activité en Chine si les conditions venaient à se détériorer.

Tous partisans de la realpolitik

Naturellement cette annonce a réjoui nombre d'internautes et d'observateurs dans le monde occidental, mais il ne faudrait pas s'arrêter aux apparences, d'autant que tous les pays, quels qu'ils soient, pratiquent la censure en tant que telle à un niveau ou à un autre, seul le curseur déterminant ce qu'il est illégal de publier varie d'un pays à l'autre (en France, le député Jacques Myard a même cité la Chine en exemple concernant Internet, appelant à « nationaliser » le réseau pour en éviter les dérives). En affaires, la morale n'a droit de cité que si elle sert vos intérêts, le premier but d'une entreprise n'a jamais été de s'ériger en phare de la conscience humaine, mais bien de faire de l'argent, et bien peu nombreuses sont celles qui se sont gardées de toute compromission en regard du potentiel exceptionnel du marché chinois.

Pas même Apple, pourtant toujours prompte à rappeler ses valeurs idéologiques. Parmi bien d’autres exemples, Apple a n'a pas hésité à claquer la porte de la Chambre de Commerce américaine pour manifester son attachement à l'écologie. C'est bien la même Apple qui a effacé toute existence sur l'App Store du Dalaï-Lama et d'une insurgée ouïghoure, Rebiya Kadeer, sans rechigner (voir notre article Apple retire le Dalaï-Lama de l'App Store chinois), pas plus d'ailleurs lorsqu'il s'est agi de bloquer un album consacré au Tibet de l'iTunes Store (voir notre article La Chine fait de la censure chirurgicale sur iTunes).

skitched


Les États eux-mêmes, pourtant plus enclins que les entreprises à faire passer l'intérêt économique après certaines valeurs, savent reconsidérer certaines de leurs priorités devant un marché aussi prometteur, au rang desquels la France elle-même, pourtant si prompte à s'enorgueillir d'être le berceau des Droits de l'Homme.

Un curieux bras de fer

Gardons-nous donc bien de toute naïveté : les libertés civiques en Chine ne sont pas fondamentalement différentes aujourd'hui de l'état où elles se trouvaient en 2006 lors de l'ouverture de Google.cn. Et quand bien même elles le seraient, l'attitude de Google face à cet épisode est pour le moins curieuse. En effet, la manière dont la société prend à témoin l'opinion publique occidentale sur son blog, qui plus est en anglais, est totalement contre-productive par rapport aux objectifs affichés : si l'opinion publique étrangère devait peser un tant soit peu sur la politique intérieure chinoise, voilà longtemps que le pays serait libéré du joug communiste. Par ailleurs, une telle publicité ne peut avoir pour résultat que de froisser le gouvernement chinois, ce qui n'augure rien de bon en matière de négociation, la diplomatie préférant de loin la discrétion à la lumière. De toute évidence, le message est bien plus destiné à l'Occident qu'aux dirigeants chinois. Google ne chercherait-elle pas tout simplement à se tirer d'un mauvais pas en gardant la tête haute ?

C'est du moins la théorie avancée par Sarah Lacie dans un article publié sur TechCrunch : selon elle, si Google n'a pas à rougir face à d'autres acteurs occidentaux sur le marché chinois, elle n'a cependant certes pas à s'enorgueillir vis-à-vis de ses concurrents locaux, et ne peut pas même espérer jamais dépasser Baidu, le numéro un local. Google avait pourtant fait preuve d'initiative en développant un portail consacré à la musique, permettant aux Chinois de télécharger gratuitement de la musique. En octobre dernier, l’ancien dirigeant de la branche chinoise de Google, Kai-fu Lee, avait indiqué à la journaliste qu’il avait quitté ses fonctions notamment parce qu’il était clair pour lui que la société n’arriverait jamais à augmenter sa part de marché de manière significative.

On pourrait d'ailleurs se perdre en conjectures sur les motivations secrètes d'un tel revirement, en admettant que les raisons avancées par Google ne soient pas celles qui aient présidé à sa décision. On peut toutefois estimer sans grand risque que la propriété intellectuelle de Google, quel que soit le matériel qui a été compromis, lui tienne plus à cœur que la liberté d'expression du peuple chinois. Si on peut toujours espérer que le bras de fer aboutira à un fléchissement de la part de la Chine sur la question des libertés civiles, rien n'est moins sûr pour autant, ni même qu'il s'agisse un tant soit peu du véritable enjeu de l'affaire.

skitched


De l'espionnage industriel à une crise diplomatique ?

L'affaire prend une toute autre dimension alors que la Secrétaire d'État Hillary Clinton déclare dans un communiqué que l'attaque des entreprises concernées est prise très au sérieux par le gouvernement américain. « Nous avons été informés par Google de ces allégations, qui soulèvent de graves questions. Nous comptons sur le gouvernement chinois pour nous fournir une explication ». Autrement dit, on n'est pas loin de l'incident diplomatique caractérisé si la Chine n'apaise pas la situation. Qu'il faille s'assoir sur ses principes, passe encore, mais le vol qualifié du savoir-faire des entreprises rend leurs opérations dans l'Empire du Milieu tout bonnement intenables.

Google joue peut-être un va-tout d'une autre nature : en agissant de la sorte, elle fait savoir au gouvernement chinois qu'elle ne peut simplement pas continuer à travailler en Chine si ses secrets industriels sont compromis impunément. La seule compensation qui pourrait la convaincre de rester en Chine, en admettant que ces violations ne se reproduisent pas à l’avenir, serait d'être aux yeux de la communauté internationale la société qui aura fait plier le gouvernement chinois sur la question des libertés civiles. Dans le cas contraire, Google se retirerait, officiellement non pas pour de basses questions matérielles, mais comme le champion des Droits de l'Homme. En somme, Google aurait fait en sorte d’y perdre le moins possible et de tirer quelque compensation de sa mésaventure.

Pour l'heure, un représentant du gouvernement chinois a fait savoir par l'agence officielle Chine nouvelle que les autorités chinoises « cherchent à en savoir plus sur la déclaration de Google affirmant qu'elle pourrait quitter la Chine ».

Tags
avatar CBi | 
Google = capitalisation de 200 Mds de $ République Populaire de Chine = 2 000 Mds de $ de réserves en devises. Et si la Chine prenait le contrôle de Google, dans le plus pur style capitaliste ?
avatar dvd | 
Ils ont du courage google. Au passage ils ont des c...lles pour s'attaquer à la Chine comme ça. Ca arrange aussi leur image hein... Sinon, MacGé, vous nous faites un article sur les sur-subvention de l'iPhone?
avatar YARK | 
Bouge pas Florian, j'explique au Monsieur : iPhone sur iGeneration https://www.igen.fr/iphone/la-subvention-de-l-iphone-critiquee-par-la-concurrence-10131
avatar Orus | 
Ce n'est pas du courage que de s'attaquer au gouvernement totalitaire et criminel chinois, c'est un devoir pour tout démocrate épris de liberté. A bas le regime Chinois, Free Tibet!
avatar mxmac | 
piratage d'etat la bonne blague ....
avatar acid_junkie | 
Ce n'est pas parce que Google retire ses activités en Chine qu'ils vont stopper le piratage de Google. Ils se barrent parce qu'ils ne seront pas numéro 1 dans ce pays de nationalistes qui préfèrent acheter Chinois par pur sens civique et où tout ce qui est occidental sent forcément le soufre.
avatar netgui | 
Simplement bravo à Google pour cet acte politique courageux. Y'en a marre des courbettes de tous les pays du monde à la Chine et son pouvoir d'achat.
avatar Pascal-007 | 
Toute cette analyse est des plus intéressante, mais elle omet de s'attarder sur un détail plus important qu'il n'y paraît : la fierté nationale chinoise. Peu importe la « méchanceté » du régime chinois, peu importe son niveau de contrôle (pourtant bien réel) sur la population du pays, si on laisse à un Chinois le choix d'acheter local ou étranger, il choisira de prime abord un produit local. Google, Apple et autres compagnies américaines sont d'abord perçus comme des envahisseurs et choisir un produit local, c'est faire un choix d'affirmation nationale. Une réalité qui date de bien avant la Révolution chinoise, même si le régime en place sait sans conteste miser sur ce trait culturel. (Pour être bien clair : je ne prétends pas que les Chinois soient exempt de tout blâme, mais l'impénétrabilité de la Chine a de tout temps tenu à bien plus qu'un mur.) Dans cette optique, la réaction outrée de Google de ne pas être le dominateur qu'il est ailleurs, n'est que le constat de cette réalité culturelle chinoise, réalité qui s'oppose directement à la croyance américaine qu'il n'y a de liberté de marché que si ce sont des entreprises américaines dominent ce même marché.
avatar Stef@n | 
Bravo à Google, super fier d'eux! Oui, c'est extrêmement malin et calculé, d'autant plus que l'image de Goolge avait pris un coup avec l'interview de Schmidt sur CNBC (même si c'était logique ce qu'il a dit), mais 'fallait le faire. Et c'est l'image de la Chine qui peut en pâtir - défiée par une entreprise, "humiliée". Dans tous les cas Google est gagnante et quelle pub!
avatar Gimli fils de Gloin | 
Coup de pub .. bon ceci dit, il faut se protéger par tous les moyens des attaques cybernétiques chinoises. La guerre a déjà commencé, pour des enjeux économiques mais aussi politique, invisible aux yeux du grand public.
avatar P'tit Suisse | 
La Chine a réussi un tour de force inédit en montrant que l'on pouvait allier efficacement une dictature de fer à un capitalisme sans foi ni loi. Cet exemple intéresse de nombreux Etats totalitaires dans le monde. Je trouve donc rassurant qu'une multinationale ose - enfin - questionner le rôle de l'Occident, qui a choisit de baisser les bras au nom de ses intérêts économiques à court terme, alors qu'il conviendrait de lutter sur le plan de l'information. «Ils nous vendront la corde avec laquelle nous les pendrons» disait Lénine.
avatar kostoglotov | 
Ce qui fait la force de Gogol, c'est son système de recherche ; un savant mélange de centaines de paramètres et algorithmes qui lui servent à indexer internet, et cette recette est (évidement) tenue secrète. Si "les chinois" (mon Dieu, ça sonne comme "les russes" quand j'étais petit, ou "les allemands" dans les films avec Steve Mc Queen) ont chouré des "secrets industriels" (on imagine quelques chose comme ladite potion magique), Gougoule peut très bien se retirer du marché chinois (qui était de toute façon bridé), il est probable que peu en Chine les pleureront … Bref, ça m'a l'air bien enclenché pour que Gooble essuie son premier gros revers …
avatar Trillot Bernard | 
bof bof bof cet article. Il est évident que Google ne fait que défendre ses intérêts, y compris en s'efforçant de préserver son image. Son prétendu Google Phone est comme les autres fabriqué en Chine. De plus , dire "si l'opinion publique étrangère devait peser un tant soit peu sur la politique intérieure chinoise, voilà longtemps que le pays serait libéré du joug communiste. " c'est un peu gros car la Chine est depuis quelques temps déjà un super pays capitaliste et n'a plus rien de communiste depuis longtemps. Il fait même bien rêver des capitalistes de l'occident qui aimeraient aussi bien contrôler les foules. ;)
avatar pseudo714 | 
google est hypocrite.
avatar MarcoAix | 
Re-précisons qu'Apple n'a pas retiré quoi que ce soit hors de Chine : tapez dalai ou rebiya sur le store et il y a matière à réponses. D'ailleurs si Apple venait à se comporter ainsi je prendrais mes distances, et ne serait certainement pas le seul.
avatar jamy | 
>trillot ne pas confondre "super pays capitaliste" comme tu dis et "pays super capitaliste" comme c'est plus le cas... :-)
avatar Nihao | 
C'est aussi pour Google le moyen de faire parler d'elle en Chine car là-bas elle n'a pas 90% de part de marché mais seulement 30%...
avatar edualc | 
@ Nihao, 30% dans un pays de près d'un milliard d'individus et 90 % dans un autre de 300 millions, çà ne doit pas être très différend, non ? ++
avatar edualc | 
@ pseudo714 qui a écrit : [i]google est hypocrite.[/i] Et le gouvernement chinois un modèle de démocratie, de modération et de respect du droit et des idées d'autrui ? ++
avatar JayTouCon | 
mouais, bizarre l'attitude de gougueule. En plus le coup des dissidents chinois ca vient comme un cheveu sur la soupe, ca sent le brouillage de piste. Maintenant qu'est ce qu'il y a derriere tout ca ... surement pas la version officielle trés bisounours. Peut être un message d'Etat à Etat.
avatar pseudo714 | 
@edualc google n'a qu'un petit chiffre d'affaire la-bas. Ils n'auraient jamais fait ça si ça devait leur coûter. Et puis ce n'est pas 1 milliard il faut compter en nombre d'internautes, leurs activités en chine et ce que ça rapporte la-bas.
avatar morpion69 | 
@YARK : ce n'est pas Florian qui a écrit l'article (et ça se sent...)
avatar pseudo714 | 
@edualc : "@ pseudo714 qui a écrit : google est hypocrite. Et le gouvernement chinois un modèle de démocratie, de modération et de respect du droit et des idées d'autrui ?" Et toi tu n'achètes jamais les produits fabriqués par de pauvres ouvriers ou ouvrières exploités la-bas qui travaillent 14h/j pour des salaires de merde.
avatar edualc | 
Quant à la "fierté" chinoise évoquée par ailleurs, qui lui interdirait toute concession, elle n'aura pour limite que le niveau d'humiliation que les autres nations seront disposées à lui concéder. ++
avatar edualc | 
@ pseudo 714 qui a écrit : [i]Et toi tu n'achètes jamais les produits fabriqués par de pauvres ouvriers ou ouvrières exploités la-bas qui travaillent 14h/j pour des salaires de merde.[/i] Et bien, j'évite, à chaque fois que cela est possible. Et si des produits ne sont plus fabriqués que dans le sud-est asiatique, je fais au moins en sorte qu'ils le soient dans un pays où la protection sociale tend à rejoindre la notre. J'achète donc plutôt Coréen que Chinois, tout comme en France je n'utilise jamais les caisses automatiques dans les supermarchés et que j'échange systématiquement quelques mots avec la caissière afin de lui laisser le temps de souffler. Je suppose que tu es de ces clients qui me fusillent du regard car je les retarde en osant considérer cette employée pour ce qu'elle est, un être humain ? ++
avatar banane pourrie | 
@edualc: "près d'un milliard d'individus" ???, le milliard a été dépassé en 1982, on en est à 1,325 milliard. L'Inde est à 1,140 milliard.
avatar edualc | 
@ banane pourrie "[i]le milliard a été dépassé en 1982, on en est à 1,325 milliard.[/i]" Merci d'apporter cette précision, la correction que tu apportes confortant mes propos. Lesquels étaient, pour mémoire : [i]"30% dans un pays de près d'un milliard d'individus et 90 % dans un autre de 300 millions, çà ne doit pas être très différend, non ?[/i]" Cordialement, ++
avatar pseudo714 | 
@edualc Tu sais que total prends une bonne partie de son pétrole dans des dictatures la france son uranium au niger : tu devrais boycotter certaines entreprises françaises aussi.
avatar edualc | 
@ pseudo714 qui a écrit : "[i]Tu sais que total prends une bonne partie de son pétrole dans des dictatures la france son uranium au niger : tu devrais boycotter certaines entreprises françaises aussi.[/i]" Il ne s'agit pas de boycotter, mais au contraire de favoriser objectivement ce qui me semble aller dans le bon sens, celui d'une forme d'équité, comme on peut souhaiter choisir le commerce éponyme. Je m'étonne de ta réaction. Je pensais que tu me répondrais que toi aussi tu t'interrogeais sur les suppressions de postes dans la grande distribution. Que toi aussi tu considérais avec respect les employés qui officient aux caisses et voient avec crainte leurs employeurs investir dans des caisses automatiques. A mon tour de te poser une question. Sais-tu que certains employés chinois réclamant le bénéfice d'avancées sociales se voient privés de leur emploi, et sont eux-même victimes de délocalisations vers le Vietnam, par exemple ? Alors, pardonne moi si tu le peux, je n'adhère pas à ce mode de société et il n'y a rien de politique dans mes propos, juste une forme d'humanisme et de respect de l'autre, qu'il soit peuple ou individu. Cordialement, ++
avatar spleen | 
C'est bien Google qui avait accepté d'auto-censurer son moteur de recherche pour avoir le droit d'être présent sur le marché Chinois ? Et maintenant, parce que la Chine s'attaque à leur intérêts, ils nous font des pudeurs et se découvrent une vocation de militants des droits de l'homme ? Ils sont à peu près aussi ridicules et dérisoires que le contenu de Macgé sur ce sujet. Un conseil : restez dans votre tout petit monde Apple, à tourner en rond, rassasiés d'auto-satisfaction vaine et niaise, et laissez les sujets sérieux à des médias qui savent de quoi ils parlent...
avatar B2G | 
Pour rester dans le sujet… il y en a un d'entre vous qui connait un peu la Chine ou qui y a séjourné ?… Ca permettrait de rester centré sur la news et pas de voler dans tous les sens…
avatar edualc | 
@ spleen Es-tu sûr d'avoir entièrement lu l'article de Mac-Gé et de ne pas avoir accidentellement sauté une page ou quelques paragraphes ? Car, là, je n'ai pas l'impression que nous ayons lu le même ... Maintenant, je me fiche comme d'une guigne des raisons qui poussent actuellement Google à réagir, ce qui compte pour moi c'est qu'ils réagissent. Si GreenPeace n'avait pa titillé Apple, les produits actuels ne seraient pas ce qu'ils sont. Je me contrefiche de la motivation d'Apple, ce que je vois c'est que leurs produits sont plus conformes à ma vision d'une écologie industrielle réaliste. C'est tout ce qui m'importe et pour cela, merci GreenPeace. Même si les motivations initiales de cette organisation n'étaient pas aussi transparentes qu'elle l'affirme, c'est secondaire au vu du résultat. Donc, si Google adopte un comportement qui me sied, et qui pour moi va dans le bon sens, je saluerai son action et je jugerai au final sur le résultat obtenu.(lequel aurait du mal à être pire que la situation qui prévaut actuellement à mon humble avis) Cordialement, ++
avatar pseudo714 | 
@edualc Pour la news je jugeais juste le comportement de google. Pour les caissières je ne suis pas contre qu'il y ait des caisses automatiques si elles trouvent un autre emploi ailleurs. Si je ne dis pas de bêtises celui qui à construit les tisseuses voulait que les ouvriers aient moins de charges et pas que leur nombre soit réduit ce qui fut malheureusement fait. Donc si les caisses automatiques servent seulement à gonfler le nombre de chômeurs je suis d'accord avec toi mais ce n'est pas forcément ce qui se produira.
avatar edualc | 
@ pseudo714 L'avantage de la discussion, c'est qu'elle peut, pour tout et autant que chaque partie l'accepte, aboutir à la prise de conscience que certaines positions ne sont parfois pas aussi éloignées qu'on aurait pu le penser au départ. Point n'est besoin de "manger son chapeau" pour pouvoir le reconnaître. Aussi, puis-je ce soir t'avouer que j'ai eu plaisir à échanger avec toi. Cordialement ++
avatar pseudo714 | 
@edualc Merci moi de même.
avatar YAZombie | 
Tout de même, on peut rigoler de ces déclarations de Google, mais ça prend une toute autre tournure vers la fin de l'article: Hillary qui s'en mêle, et surtout un officiel chinois qui n'envoie pas bouler toute cette histoire d'un revers de la main, ça veut dire que c'est pris au sérieux. J'ai tout de suite pensé à un article d'un spécialiste de la Chine dans Le Monde qui disait que la France était considérée comme un valet, un "pays femelle" (sic) par les Chinois parce qu'en gros les gouvernement français baisse sa culotte dès qu'ils haussent la voix. Ici Google est très offensif et n'y va pas avec le dos de la cuillère. Pas vraiment "femelle" quoi! Bon, maintenant, Hillary qui s'offusque, quand on pense à Echelon, ça fait sourire de travers… @ edualc: je ne sais pas si tu es nouveau sur ce site, mais il y a une chose à savoir c'est que Spleen ne lit jamais rien et ne possède qu'un nombre de phrases limitées qu'il recopie à l'envi, car il est victime d'un TOC qui a réduit sa "pensée" à presque moins que rien. Mais on l'aime bien quand même. Il est gentil.
avatar Newton Pippin | 
Arf je me souviens du passage de la flamme olympique dans la capitale et de notre police téléguidée par des officiels chinois jouant les petits chefs hystériques. Ça ne sert à rien de discuter avec ce genre de pays, ils resteront toujours droit dans leur bottes, ne vous feront jamais la moindre concession et vous entuberons à la moindre faiblesse de votre part. On boycotte, et surtout on reste aussi ferme qu'eux.
avatar olive28 | 
Bravo Google, enfin, et c'est une multinationale qui réagit alors que pas un politique occidental n'a eu les c*** de dénoncer publiquement cette dictature de croûtons moisis qu'est le gouvernement chinois
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Il me semble que cette discussion intéressante dépasse de loin la question Google. Il est bien évident que cette société cherche à se tirer d'une situation difficile en se valorisant aux yeux de son cœur de marché (les pays occidentaux). C'est de bonne guerre. La question de la Chine est plus complexe que de parler de pays "communiste" ou "supercapitaliste". En effet si l'on compare sa situation actuelle à celle des régimes totalitaires qui ont marqué le siècle dernier, il est clair que la Chine est passé d'un régime totalitaire (Mao Zedong) à une dictature plus classique. Simplement les minorités au pouvoir font tout pour le conserver. Cela a été une performance, aucun pays du bloc socialiste n'a pu conserver son parti au pouvoir même au prix des contorsions chinoises qui parlent d'un pays socialiste ou le capitalisme le plus débridé oeuvre en toute liberté. On peut bien sûr espérer une évolution en douceur, mais je crois que l'émergence d'une classe moyenne de plus en plus nombreuse risque de conduire à des soubresauts difficilement contrôlables par le parti au pouvoir s'il ne jette pas vraiment beaucoup de lest. C'est pourquoi je pense que nous ne devons pas refuser de commercer et d'acheter des produits chinois car c'est à ce prix que le développement économique peut amener progressivement, (ou de manière moins tranquille), des progrès dans les domaines économiques et des libertés du peuple chinois. Serais-je un doux rêveur?
avatar oomu | 
En ce qui me concerne, c'est très bien ce que fait Google. Ses actes sont moins impressionnant encore que ce que Google déclare : une vaste campagne de piratage sur d'AUTRES entreprises internet, et Google a des preuves pour les autorités. Ca c'est fort. quand au cynisme, le complot, et les motivations de google, je les laisse à google, je m'en moque. Qu'ils agissent bien, qu'ils fassent de bons outils et google aura mon argent. idem avec Apple. -- @Michel.gregoire [14/01/2010 01:47] "C'est pourquoi je pense que nous ne devons pas refuser de commercer et d'acheter des produits chinois car c'est à ce prix que le développement économique peut amener progressivement, (ou de manière moins tranquille), des progrès dans les domaines économiques et des libertés du peuple chinois. Serais-je un doux rêveur? " oui, vous êtes un doux rêveur. J'ai bouffé ce discours pendant 15 ans. J'ai vu au final que vastes déséquilibres et exploitations. etje vois un état qui se joue des règles de l'OMC pendant qu'on s'est vendu. Et est ce que le pays a évolué et donné plus de libertés à ses habitants ? non. oui ok, pekin a + de richesses, shangai a de l'activité, mais voyez le reste ! La chine c'est immense. Le prix payé dans les provinces est trop élevé. - je diverge, mais on a eu un discours bisounours aussi avec l'Afrique, du style méthode coué "faut faire comme d'hab, faut laisser les grands groupe donner du boulot et ca va s'améliorer", mais non. L'Afrique va PIRE qu'il y a 15 ans. Je suis désolé, mais le monde n'est pas apparu hier, et on peut comparer sur 10 ans, 20 ans et +. - je considère que la Chine doit être normalisé. Ce n'est pas un propos gentillet. les doux rêveurs n'aident pas les gens. ils se bercent pour ne pas admettre qu'on doit payer à notre tour. L'exploitation des gens pour avoir du mac à 900 euros ca va bien là. Bah, bercez vous, bientôt vous me sortirez le même discours pour l'Inde. Rendez vous dans 15 ans, quand ça sera toujours l'echec .
avatar PowerGif88 | 
@acid_junkie ta tout résumé
avatar michaelprovence | 
Un jour on nous casse les couilles avec la pieuvre google maintenant c'est google qui tape du poing pour dire qu'il y en a marre du piratage de ces comptes gmail et de la censure... Y'a pas beaucoup de boite qui aurait des C..... pareil... Faut espérer que le chinois comprendront qu'un monde plus libre c'est mieux mais j'y crois pas du tout ils n'y sont pas prêt car le monde extérieur ne compte pas pour eux.
avatar B2G | 
@ olive28 : @ d'autres aussi : et ton gouvernement ? il est comment ? et la loi hadopi ? elle est comment ? et les médias qui pêchent des sources à la même source, ils sont comment ? et les gens qui crèvent à bas de chez toi, à côté de chez moi, et ceux qui crèvent aussi là-bas ? ils sont comment ? et mon canapé depuis là où j'écris sur mon MacBook Pro à 1500€ alors qu'un salaire moyen d'ouvrier là-bas est de 80€, il est comment mon canapé ? Google tape du poing en direction de la Chine. Du moment qu'on peut taper sur la Chine, ça évite qu'on se tape dessus. Plus prosaïquement, sur l'annonce Google, je note : "In terms of individual users, we would advise people to deploy reputable anti-virus and anti-spyware programs on their computers, to install patches for their operating systems and to update their web browsers. Always be cautious when clicking on links appearing in instant messages and emails, or when asked to share personal information like passwords online." Sommes-nous, sur notre Mac OS X, aussi concerné ?… Doit-on aussi trembler et se précipiter pour acheter notre survie sécuritaire ?
avatar Almux | 
J'arrivais hyper bien à être idéaliste dans les années septante: je n'avais rien d'autre que mon idéal pour toute possession. Maintenant, réfléchissons un peu. Qui d'entre nous est vraiment prêt A TOUT ABANDONNER POUR NE FAIRE AUCUNE CONCESSION? Car c'est de cela qu'il s'agit: NOUS PROFITONS TOUS DE L'HYPOCRISIE! Et oui, la civilisation dans laquelle nous vivons, le confort, les loisirs, notre manière d'interagir et de communiquer entre nous, l'accès à l'eau courante, à l'électricité, etc. est bâtie sur un même modèle d'équilibre d'illusionniste! Si qui que ce soit veut la vérité "vraie"... il, elle est bon(ne) pour partir en ermitage loin de tout!!!
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Je n'intervient jamais sur des questions dites " morales " pourtant quand je lis ces lieux communs " En affaires, la morale n'a droit de cité que si elle sert vos intérêts, le premier but d'une entreprise n'a jamais été de s'ériger en phare de la conscience humaine, mais bien de faire de l'argent," c'est marrant cette idéologie qui circule de plus en plus pour tout excuser notamment ici , si ça continue vous allez justifier les entreprises collaborant avec le III reich . A la culture Geek , pathétique .
avatar Arnaud de la Grandière | 
@ Toubaigne : la phrase que tu cites ne justifie en rien, elle constate, nuance.
avatar Orus | 
Si le but d'une entreprise n'est que de faire du fric sans penser aucunement à la morale et à la liberté des peuples, alors ces même entreprises ne valent pas mieux que les gouvernements totalitaires avec lesquels elles prospèrent. Tout ceux qui disent le contraire ne sont que des lâches.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Bonne analyse, merci ;)

CONNEXION UTILISATEUR