Quelles perspectives pour Chrome OS ?

Arnaud de la Grandière |
Google vient donc de dévoiler les premières pierres de son nouveau système d'exploitation, Chrome OS. L'événement était de taille, suscitant la curiosité de nombre d'internautes, à tel point qu'Akamai a eu quelques difficultés pour diffuser la conférence en direct, ce qui est assez révélateur.

Google avance donc ses pions petit à petit, après avoir lancé son premier OS, Android, voici que la gamme s'étoffe avec un deuxième système, taillé pour les NetBooks, du moins dans un premier temps.

Une prophétie accomplie, et le retour des mainframes

Trois mots d'ordre pour ce système : vitesse, simplicité, sécurité. Des valeurs qui ne dépareraient pas sur un prospectus pour Mac OS X. Depuis quelque temps déjà, les logiciels exploitent de plus en plus des couches d'abstraction, Google n'aura fait que pousser la logique à son extrême. De même pour la notion de "bac à sable" : les applications sont potentiellement inviolables et confinées au maximum. Google a également tout fait pour garantir la fiabilité des données : celles de l'utilisateur sont stockées sur une partition chiffrée et sauvegardées en ligne, celles du système sont redondantes et vérifiées au démarrage, afin de garantir une version non seulement toujours à jour, mais également sécurisée : toutes les dégradations des données, qu'elles soient accidentelles ou intentionnelles, sont immédiatement réparées : on l'allume, on s'en sert, et on oublie tout le reste.

En lançant Chrome OS, Google a fini par donner corps à la prophétie de Larry Ellison sur le Network Computer : en 1995, le patron d'Oracle affirmait qu'on verrait arriver des ordinateurs bon marché, dont les logiciels ne seraient pas résidents du disque dur, mais exécutés du côté serveur. Peu y ont cru : quinze ans avant son accomplissement, la prédiction était trop visionnaire. Google remet au goût du jour les terminaux, qui tiraient autrefois leur puissance d'un ordinateur central, le mainframe.



Un élément crucial : la confiance

Cependant, cette approche posera d'autant plus crucialement la question de la confiance que le public accorde à Google : si les internautes sont prêts à courir certains risques en confiant leur courrier à Gmail ou leurs photos à Picasa, qu'en sera-t-il de toute leur activité sur ces NetBooks ? Google sera-t-elle toujours à l'abri de perdre des données, alors que Microsoft elle-même a eu affaire à un épisode douloureux récemment, et que Gmail a pu avoir des ratés ? La confiance est d'autant plus prépondérante que, en ce qui concerne les applications en ligne, certaines pourront devenir indisponibles si leur développeur fait faillite, un problème inexistant avec les logiciels offline, du moins jusqu'à ce qu'une mise à jour du système ne pose des problèmes de compatibilité. Si jusqu'ici les utilisateurs s'accommodaient des contreparties qu'ils ont à payer sur leur vie privée et sur la publicité en échange de la gratuité des services, les choses seront sans doute différentes pour des ordinateurs et des applications qu'ils auront dûment payées.

Apple avait d'ailleurs fait ce même pari lorsqu'elle a lancé l'iPhone, mais a fini par faire marche arrière, et ne le regrette sûrement pas depuis. Le navigateur n'était pas prêt à prendre en charge tout ce qu'une application offline est capable de faire, mais gageons que Google entend faire bouger les choses sur ce plan d'ici à la sortie de Chrome OS l'an prochain.

Un marché taillé pour Chrome OS

On pourrait croire que Google se tire une balle dans le pied, alors qu'Android a déjà fait ses premiers pas sur le marché des NetBooks : les deux OS vont-ils se faire une concurrence stérile ? Bien au contraire, Google a observé la propension spontanée et naturelle du marché des NetBooks à s'aventurer hors de la chasse gardée de Microsoft, à tel point qu'Android s'y est retrouvé comme par accident, alors que la firme de Sergey Brin et Larry Page n'avait rien fait pour y parvenir.

Les NetBooks sont sans aucun doute le flanc fragile de la forteresse Microsoft, nombre de constructeurs dissidents se sont essayés à Linux, suite au fiasco de Windows Vista, et alors que Microsoft a mal mesuré le succès qu'auraient ces petits appareils d'appoint. Le public s'est également montré plus disposé à faire des infidélités au géant du logiciel : il est loin le temps où l'incompatibilité avec Windows faisait frémir. On a d'ailleurs vu pléthore de nouveaux systèmes fleurir pour ces machines, et Google n'est pas la première à proposer un système embarqué dans le navigateur (Cloud, Litl, ou dans une autre mesure, Splashtop qui prend lui le parti du démarrage instantané). Cependant, Google a une force de frappe et une influence incommensurable comparée à ces autres acteurs, et a les moyens d'obtenir des résultats autrement plus significatifs. Certes, Windows conserve toujours la haute main sur les NetBooks, mais voir des constructeurs faire un tel affront à Microsoft, voilà qui est tout à fait significatif.

Naturellement, les faibles capacités des NetBooks les rendent tout indiqués pour le "cloud computing" : l'utilisateur n'est plus bloqué par les limites de son matériel, tout le calcul se faisant du côté serveur. Chrome OS ne manque donc pas d'arguments pour percer.

chromeos


Le choc des titans

Naturellement Microsoft ne peut pas voir cette nouvelle concurrence du meilleur œil, elle qui voue déjà une hostilité sans borne à Google. La firme de Redmond a entamé le virage des applications en ligne, qui promet d'être juteux pour les éditeurs, mais souffre d'un retard marqué par rapport à la concurrence. Ainsi, un porte-parole de Microsoft a fait connaître son point de vue à ComputerWorld : "D'après ce qui a été montré, [Chrome OS] semble être au tout début de son développement. Cependant, de notre point de vue, nos clients ont fait savoir leur satisfaction concernant la manière dont Windows 7 marche, aussi bien sur le web que sur le bureau, et sur tout type de machines, en achetant deux fois plus de licences de Windows 7 que de n'importe quelle autre version précédente sur une période comparable."

Quoi qu'il en soit, les NetBooks sont donc un marché idéal pour un nouveau système d'exploitation, quitte à ce qu'il grignote le marché des ordinateurs dignes de ce nom au fil du temps. D'un point de vue tarifaire, Microsoft se retrouve prise en étau par la concurrence, avec Apple sur le haut de gamme et Google sur l'entrée de gamme. Quant à Android, Google le recentre de facto sur les smartphones sachant que ses logiciels ne fonctionneront pas sur Chrome OS, et que ce dernier sera livré avec des machines spécifiques. Car Google crée ici un précédent : pour la première fois depuis bien longtemps, le système sera lié à une architecture matérielle spécifique. On verra donc naître des "Chrome PC", réalisés en partenariat avec des constructeurs informatiques, ce qui ne sera pas sans rappeler d'anciennes spécificités du Mac, dans une moindre mesure.

Beaucoup de questions sans réponse

Cependant, il reste beaucoup de chemin à parcourir pour commencer à compter les parts de marché de Chrome OS. La séance de questions/réponses accordée à la presse, et durant laquelle Sergei Brin s'est invité au débotté, a laissé, à la manière d'un épisode de Lost, plus de questions en suspens qu'elle n'apportait de réponses, les cadres de Google maniant la langue de bois avec un brio qui ne dépareillerait pas chez Apple. Impossible de décrocher une once d'information sur les tarifs, le moyen d'imprimer avec un OS dépourvu de tout pilote, la mise en place d'un App Store, etc. Clairement, Google n'a souhaité s'engager et communiquer que sur les points qu'elle considère comme acquis pour Chrome OS, les nombreux détails restants seront affinés au fur et à mesure du développement.

avatar Schwarzer Stern | 
Est-ce qu'on ne pourra réellement rien faire sans connexion Internet ?
avatar Lemmings | 
Ce qui est ironique, c'est que google a abondamment montré la version en ligne de Office 10 pour sa présentation Chrome OS... :)
avatar Anonyme (non vérifié) | 
@Schwarzer Stern C'est déjà la situation actuelle.
avatar ikeke | 
@l'hérétique Euh ??? Dans le train, je n'ai pas forcément de connexion internet, j'ai bien pourtant accès à tous mes logiciels installés, toutes mes données personnelles, tous mes médias, etc..
avatar Moonwalker | 
Et Google Ré-invente le minitel. Ô joie !
avatar simon_pr | 
Alors avec une mauvaise connexion, ce qui est mon cas, le système risque d'être compliqué à utiliser... Si j'ai bien compris, il ne s'agit plus d'avoir du bon matériel, mais d'habiter au bon endroit... Le fait d'être riche ou pauvre ne changera rien ! N'est-ce pas là un pas vers un peu plus d'égalité ? Ah non, c'est vrai, il faut habiter près d'un répartiteur...
avatar lukasmars | 
"Certes, Windows conserve toujours la haute main sur les NetBooks, mais voir des constructeurs faire un tel affront à Microsoft, voilà qui est tout à fait significatif." Main pas si haute que cela en fait... Contrairement au FUD entretenu par microsoft( et parfaitement reussi ) , les distros Linux se vendent trés bien sous d'autres lattitudes; en fait 32 % des netbooks vendus de par le monde a une distro linux .Et cette part ne fait qu'augmenter ... http://www.computerworld.com/s/article/9140343/Linux_s_share_of_netbooks_surging_not_sagging_says_analyst?taxonomyId=89 la PDM de Windows n'etant que de 68% ..
avatar Philactere | 
lukasmars je voudrais pas lancer du troll moisi mais je me demande dans la part des netBooks vendu avec Linux combiens sont formatés illico pour y installer un Windows piraté pour faire l'économie d' une licence Windows. C'est une vrais question que je me pose...
avatar ErGo_404 | 
Je croyais que les applis google disposaient d'un mode hors ligne (ou allaient bientôt disposer d'un mode hors ligne) ?
avatar lukasmars | 
j'en ai aucune idée mais on ne peux pas dire que tous les sont aussi . En attendant c'est 11 millions de netbook vendu sous linux ;-) Et puis en amerique du sud, les mentatlités sont differentes; ils sont vraiment contre le modéle proprietaire ; les administrations et eeole sont sous Ubuntu ...
avatar Mcvr | 
Je ne suis pas d'accord sur le fait que les netbooks soient l'endroit idéal pour lancer un os et pour deux raisons: premièrement, pour un os payant, les revenus (et non les ventes) générés par les netbooks sont très faibles (ce qui ne gêne pas Google mais qui pourrait gêner microsoft si il voulait faire un os spécial netbooks). Deuxièmement, un netbook est tout sauf l'ordinateur sur lequel tu vas pouvoir montrer les capacités d'un os (écran petit et mauvais, processeur d'une autre époque, GPU d'outre-tombe...). On ne peux même pas dire que l'on va utiliser son netbook en média center, car le GPU ne supporte pas de la hd (sauf sur les netbooks très haut de gamme, qui eux tournent sur 7)
avatar divoli | 
@ Schwarzer Stern; Avec Google Gears, je suppose. Mais là, il est vraisemblable que l'on s'oriente vers du "tout Google" qui risque d'en refroidir plus d'un. En ce qui me concerne, la situation est claire est nette: hors de question de me rendre dépendant et encore moins de confier toutes mes données à Google.
avatar Erwan22 | 
Euh... c'est les gars de Google là sur la photo?? Parce qu'ils ont l'air tous ébahis devant une simple bouteille d'eau :)
avatar Nitiel | 
Mais vous n’avez pas peur de Google ? Cette boîte réalise son bénéfice sur la vente d’informations, récoltées auprès de la population utilisant ces services, à d’autres entreprises. Le nouveau BIG BROTHER est NÉ !
avatar Anonyme (non vérifié) | 
#lukasmars Effectivement pas mal de netbook se vendent sous linux car moins chère que le même netbook avec windows mais comme le souligne Philactre un grand nombre ( je ne dirai pas la majorité vu que je n'ai pas de chiffres ) reviennent sous Windows . De mon exp perso , j'ai déjà du reformater 2 EEE PC d'amies car elles trouvaient les ptits laptop "mignon" et pratique mais une fois qu'elles l'allume elles sont complètement perdu et faut bien avouer que malgré tout ce qu'on dit linux n'est tjs pas vraiment user friendly :x Et formater un eee pc par clé usb c'est bien casse c**** ^^ Si Google arrive a faire un OS user friendly ( ca devrait etre d'ailleurs le principale objectif ), ca sera tout gagné pour eux , sinon aucune chance de concurrencer windows
avatar GillesF | 
[quote]faut bien avouer que malgré tout ce qu'on dit linux n'est tjs pas vraiment user friendly :x[/quote] Désolé mais je ne suis pas d'accord... linux est bien plus user-friendly que windows. User-friendly ne veut pas dire habitué mais facile d'utilisation. J'ai dans mon entourage un tas de gens à qui j'ai proposé d'installer linux, je n'ai que des utilisateurs heureux (et pourtant il y a des maxis néophytes dans le tas). En 5 minutes ils ont trouvé l'essentiel : le navigateur web, leurs mails, les logiciels de bureautique, la musique les photos et les vidéos... à savoir l'utilisation de 90% des utilisateurs d'ordinateurs. Pour moi le seul problème de linux c'est son installation qui reste parfois difficile, une fois que c'est fait, ca ronronne :D Et puis tu aurais dû leur montrer un peu ce que c'est et leur dire pq ca vaut la peine au lieu de leur réinstaller un windows, en plus ca t'aurais épargné une installation via usb ;)
avatar vicrol | 
"fiabilité des données : celles de l'utilisateur sont stockées et [u] sauvegardées en ligne [u] " Mais avec FaceBook (qui connaît toute ma vie) on est déjà tous fichés comme dans un pokédex mais là ils pourront avoir accès à tous nos docs et tout ?!! Big Brothers ou Chrome OS ?
avatar laurange | 
Le concept de Chrome OS se rapproche de mon ordinateur idéal : aussi simple à utiliser qu'un lecteur/enregistreur de dvd, on n'a pas de virus, pas de mise à jour, et c'est relativement simple. Par contre là je ne suis pas la vision de Google c'est sur le support choisi pour l'OS. Les netbooks sont par essence nomades mais pour l'instant ils ne sont tous connectés en permanence à l'internet et ne le seront pas tous avant un très long moment. Même les smartphones (eux connectés en permanence) sont équipés de Android, un OS évolutif qui vit très bien déconnecté. Autant Android est fait pour des cibles nomades de smartphones et netbooks, autant j'ai l'impression que ChromeOS serait parfait pour des machines ultra simples dans les foyers : une télé connectée au web, un nettop dans la cuisine, une tablette qui ne bouge pas de la maison. Des appareils aussi simples à utiliser qu'un lecteur dvd que le grand public pourrait maîtriser sans soucis. Autre chose qui m'étonne : que personne ne se soit lancé encore dans le "cloud à la maison" ou en entreprise, perso je ne veux pas exposer tous les détails de ma vie numérique à un seul acteur surtout de l'échelle de Google.
avatar flapy | 
Je ne vois pas pourquoi Google réussirait là où Linux et Ubuntu en particulier ont échoués. Malgré tout le mal que je penses de Windows, l'utilisateur lambda n'est pas prêt à laisser tomber un système qui marche mal, qui est lent et illogique, mais tellement plus familier. Quitte à utiliser Win XP qui date de 2002 avec 2 antivirus et 3 firewalls ! Le seul acteur qui aurait encore la crédibilité pour faire trembler Microsoft sur le marché des Netbooks, c'est Apple. Encore faut-il qu'il est envie de s'y engouffrer, et ça n'a pas l'air d'être le cas pour l'instant...
avatar umxprime | 
@ flapy Là où Linux et Ubuntu ont échoué ? Si vous le dites... Mais je ne comprend pas cette idée, des détails ? Non parce ce que j'ai un Ubuntu 64 bits qui me sert de serveur RAID et de machine de rendu dans la pièce d'à côté et j'ai du louper quelque chose par rapport à ton propos... L'utilisateur lambda (si tu signifies par la l'utilisateur ignorant) utilise ce qu'on lui vend. L'utilisateur lambda achète dans 90% des cas un ordinateur là où il fait ses courses ou dans les magasins d'electro-ménager. L'utilisateur lambda se voit obligé d'utiliser Windows, OS vendu dans ces enseignes en OEM avec les machines HP, Acer, Packard Bell, j'en passe. On (vendeur lambda ignorant) lui dit qu'avec Windows il va pouvoir naviguer sur internet, jouer, même que sa fille ou son fils vont pouvoir jouer aux mêmes jeux que leurs copains (eux aussi ignorants) puisque eux aussi ont forcement Windows. L'ignorant veut le rester (ne bouleversons pas nos habitudes) car il travaille la journée et n'a pas envie le soir de se retrouver comme à l'école, à apprendre autre chose que ce qu'il connait. Mais tout ceci est bien condescendant. Si tous se stimulaient à se cultiver numériquement on en serait pas là. Avec un peu de volonté tout le monde en est capable.
avatar lukasmars | 
" Je ne vois pas pourquoi Google réussirait là où Linux et Ubuntu en particulier ont échoués" Heu pour dire qu'Ubuntu a echoué, encore faudrait il qu'il soit proposé. Or, à part une epoque ou il l'etait sur 2 ou 3 modéles de pc chez Dell, il ne l'es plus . Et ca n'est pas les distros batardes et mal foutues proposées par acer et asus qui vont remonter la reputation de Linux. Google a cet avantage sur les autres distributions que tous les constructeurs ont accepté d'installer chrome OS avant même de savoir ce que c'etait; dans une certaine mesure, c'est même les constructeurs de pc qui ont étaient demandeurs d'un nouvel OS quand ils installaient android sur les netbooks . Et quand on voit les restrictions stupides de Windows 7 starter , n'imprte quel os serait plus séduisant que cette version emasculée de 7.
avatar ziggyspider | 
Quand on voit ce que l'on peut déjà faire avec Sumopaint [url]http://www.sumopaint.com/home/[/url], Su Bomomo [url]http://www.stumbleupon.com/s/#AOHjDF/bomomo.com//[/url] ou Aviary [url]http://aviary.com/home[/url] que ce soit en traitement d'image bitmap ou vectoriel et audio ou avec Hobnox AudioTool [url]http://www.hobnox.com/audiotool.1046.html[/url] un studio audio modulaire très puissant … On se rend compte que les applications online ont un très bel avenir et ne sont un frein à la créativité, ni pour le développeur, ni pour l'utilisateur final.
avatar Nicky Larson | 
looooool. Comme c'est de la merde cet OS. Un n-ième distribution linux... C'est ça la révolution ?! Et vraiment marrant la gueule des employés Google. Une grosse bande de geeks boutonneux.
avatar Schwarzer Stern | 
Oui enfin faire ce genre de remarques sur les employés de Google je ne trouve pas ça particulièrement fin comme réaction quand on voit les services que rendent Gmail, Adsense et même le moteur de recherche, tout simplement. Ceci dit, en ce qui concerne Chrome OS, je ne suis pas convaincu du tout et je ne suis pas le seul apparemment ^^
avatar Nicky Larson | 
[quote]Oui enfin faire ce genre de remarques sur les employés de Google[/quote] Je vois pas où est le problème. Les gens passent leur temps à tailler Steve Jobs, Steve Balmer et d'autres. Juste parce que c'est Google c'est interdit maintenant ?
avatar Nicky Larson | 
Je suis désolé mais quand on présente un nouveau produit au grand public, en général en évite d'envoyer une bande de geek qui peuvent donner une sale image... (à part Free, mais qui fait ça avec humour :)
avatar Moof | 
[quote=flapy] Je ne vois pas pourquoi Google réussirait là où Linux et Ubuntu en particulier ont échoués. Malgré tout le mal que je penses de Windows, l'utilisateur lambda n'est pas prêt à laisser tomber un système qui marche mal, qui est lent et illogique, mais tellement plus familier. Quitte à utiliser Win XP qui date de 2002 avec 2 antivirus et 3 firewalls ! [/quote] Je ne suis pas du tout d'accord avec toi. Chrome OS a de bonnes chances de réussir. Déjà, Chrome OS dispose d'un énorme avantage : Google, Un nom qui fait désormais jeu égal avec celui de Windows. Tu auras certainement remarqué que bien souvent, on dit "rechercher sur Google" pour "rechercher sur internet". Google est connu et apprécié, et compte bien capitaliser là dessus. L'explosion du marché du PC, celle qui fait que tout le monde aujourd'hui a un ordinateur chez lui est due à internet. C'est un média qui pèse désormais autant que la télévision. C'est devenu une source d'information et de communication incontournable. Tu imagines, par exemple, chercher du travail sans le net, de nos jours ? Donc, beaucoup des gens achètent non pas un PC en soi, mais juste un "poste internet", et se font refourguer un Windows avec son cortège de lourdeurs et d'incohérences. Ce sont ces gens-là que Google vise avec Chrome OS. Et c'est un énorme marché. Du coup, Microsoft commence à souffrir d'une mauvaise image auprès du public. Il y a énormément de gens qui sont incapables de dépanner leur PC en cas de pépin. J'ai connu des gens qui ont racheté un PC juste parce que Windows s'était mis en vrac. Donc, proposer un système pré-installé, se mettant à jour seul, sans rien à installer, c'est proposer aux "non-geeks" leur saint-graal informatique. Et puis, pour internet, la fameuse "compatibilité Microsoft" ne sert plus à rien. Donc, Chrome OS, c'est un accès à internet à bas prix avec une grande simplicité d'usage, quasiment pas d'entretien et le tout poussé par un grand nom du web. Tout pour faire un carton.
avatar Moof | 
[quote=flapy] Le seul acteur qui aurait encore la crédibilité pour faire trembler Microsoft sur le marché des Netbooks, c'est Apple. Encore faut-il qu'il est envie de s'y engouffrer, et ça n'a pas l'air d'être le cas pour l'instant... [/quote] Apple s'est fait son trou dans le marché du haut de gamme. Il est très peu probable qu'elle s'amuse à casser son image sur le marché des Netbooks, qui est perçu comme bas de gamme et sur lequel même les plus grands spécialistes des machines discount ont du mal à s'y retrouver niveau marge. C'est pourquoi il n'y a pas de Netbook Apple et il n'y en aura pas avant un moment. Mais ça n'est pas très grave : Apple égratigne déjà Microsoft sur le marché du haut de gamme, et comme le résume l'article : "Microsoft se retrouve prise en étau par la concurrence, avec Apple sur le haut de gamme et Google sur l'entrée de gamme." Microsoft a bati son empire sur une quasi-absence de concurrence. Or Chrome OS réintroduit une concurrence avec laquelle Microsoft n'a pas l'habitude de composer. Je ne crois pas que Google ait encore assez de poids pour "abattre" Microsoft. Apple non plus. Par contre, la concurrence combinée d'Apple et Google, plus (espérons) quelques autres, là, ça finira par devenir dangereux pour Microsoft.
avatar Frodon | 
@laurange Il existe des technologie, tel que Google Gears, qui permet d'utiliser les web apps sans Internet. Google Documents, ainsi la quasi totalité des web apps Google supporte un mode "offline" et sont donc utilisable même sans connexion internet.
avatar marc_os | 
@ Frodon : C'est super au point Google Gears. J'ai tappé Google Gears dans google pour avoir des informations, et le premier résultat est la page http://gears.google.com/ qui me dit : [quote] Gears is an open source project that enables more powerful web applications, by adding new features to your web browser: (Super précis comme description) [b]Your browser is not currently supported.[/b] Please check the list of supported browsers below. System requirements Mac OS X Leopard 10.5.3+ or Tiger 10.4.11+, G4+/Intel CPU Safari 3.1.1+ [/quote] Test depuis un G4 en 10.4.11 avec Safari 4.0.4. Cherchez l'erreur... :P
avatar noAr | 
@marc_os Regarde ce lien vers les outils pour développeurs "Try Google's free webmaster tools.", le [url=http://www.google.com/webmasters/start#utm_source=en-et-analytics&utm_medium=cpp&utm_campaign=sitemaps-us-analytics]lien[/url] qu'ils donnent DANS Analytics. C'est fort quand même.

CONNEXION UTILISATEUR