Chronique d'un switch en entreprise

Florian Innocente |
Depuis l'été dernier, Auto Warehousing, le plus gros spécialiste nord-américain de l'entreposage de véhicules et de la personnalisation de leur équipement, abandonne le PC pour le Mac, soit la quasi-totalité de ses serveurs ainsi que ses postes clients. Une décision basée à la fois sur des constats techniques et économiques. Néanmoins tout ne fut pas simple et parmi les principaux obstacles, le facteur humain…

Computerworld tient la chronique de ce switch en entreprise démarré à l'été 2007 et qui devrait s'achever aux environ de la fin 2008.

Dale Frantz, le directeur des services informatique de cette société qui compte une vingtaine de sites aux États-Unis et au Canada avance plusieurs raisons à ce changement de fournisseur : réduction des coûts de fonctionnement, amélioration de la fiabilité et de la sécurité et, en cerise sur le gâteau, une indépendance plus grande vis-à-vis de Microsoft.

Ce dernier n'est pas complètement effacé, ses serveurs SQL restent en place pour faire fonctionner le système interne de suivi des véhicules. Cet ensemble fonctionnant parfaitement il n'y a aucune raison d'en changer selon Frantz. En revanche la gestion des machines en réseau passe sous étiquette Apple et le logiciel maison sur les postes clients est en réécriture (en Java) jusqu'à la fin 2008 afin de pouvoir fonctionner sur des Mac.

L'idée d'une migration vers Vista a été écartée, jugée inutile au vu des faibles différences constatées avec XP aujourd'hui en service. "Au bout du compte, nos utilisateurs n'auraient pas travaillé différemment avec Vista qu'avec XP, les icônes et l'interface utilisateur sont simplement plus jolis" observe Frantz. En attendant l'arrivée du logicielclient en Java, les Mac fonctionneront avec leurs applications Windows via Parallels Desktop.

Préparation
Des tests ont été conduits pendant 4 mois avec du matériel Mac acheté et sans l'aide d'Apple. Celle-ci n'est intervenue qu'au déclenchement effectif du switch. Frantz a confié à son responsable du développement, Robert Mullen, un MacBook Pro pendant un mois avec comme mission de se faire la main et de le rendre si la mayonnaise ne prenait pas. Non seulement il l'a gardé, mais il a commencé à réclamer d'autres Mac.

Mullen a également évalué la solution Linux (SUSE) en cherchant à voir de quelle assistance technique ils pourraient disposer. Pour se retrouver face à une communauté très disposée, mais qui réclamait en échange que la société participe aux développements du projet Linux. Le test de mise en service des technos Apple s'est donc poursuivi avec le switch réussi des serveurs de fichiers tandis que Mullen s'étonnait à titre personnel "que Windows fonctionne aussi bien sur [son] Mac". Le déploiement véritable a pu alors commencer.

16 personnes au service informatique ont basculé sans problèmes sur Mac, tous des vétérans de Windows à l'image de Mullen et de Frantz. Mais deux problèmes se sont présentés par la suite.

D'abord, le sujet des licences de Windows fonctionnant sur les machines virtuelles de Parallels, mais Microsoft n'a pas clairement répondu aux questions de Frantz et de son équipe. Ensuite l'accueil de la nouvelle par les utilisateurs et les clients.

Levée de boucliers
"Je ne l'avais pas vu venir raconte Frantz, jamais auparavant les employés n'avaient remis en cause nos choix techniques. Mais avec le projet Mac ils avaient l'impression que l'on payait plus cher que pour du PC et qu'on s'offrait des Lamborghini avec l'argent de la boite, au lieu de le mettre dans les salaires ou d'autres avantages."

Les clients d'Auto Warehousing craignaient eux que ces investissements ne se traduisent par des augmentations de tarifs dans les prestations. Tandis que les banquiers voulaient des détails sur la pertinence de cette décision.

Frantz ajoute même que quelques heures seulement après la publication de l'article de Computerworld racontant la naissance de ce programme, le patron de l'entreprise fut assailli de coups de fil et d'email avec des questions et des commentaires, tantôt négatifs, tantôt positifs sans oublier… une menace de mort

Efforts pédagogiques
Le projet fut donc temporisé le temps d'en expliquer les tenants et les aboutissants. Un calcul montra que le coût total de la migration sur Mac représentait 335000 dollars contre 1,82 million de dollars en licences sur PC pour les trois années à venir. Un changement en outre qui n'impliquerait pas de modifications dans la manière de travailler. Frantz expliqua lors de rencontre avec quelques 450 employés que les coûts paraissaient plus élevés lorsqu'on s'en tenait au matériel, mais qu'ils étaient grevés par le tarif des licences de Microsoft. Ces mêmes démonstrations sur les économies attendues avec ce changement de système furent faites auprès des clients.

Des démos furent aussi faites avec un poste type, semblable à ceux prévus à terme, un iMac 20" (les machines chez Auto Warehousing sont plutôt en 16 ou 17 pouces) ainsi que sa fonction de prise de contrôle à distance par iChat lorsqu'il s'agirait d'être dépanné par un membre de l'équipe informatique. Des explications et des présentations qui gommèrent presque toutes les appréhensions, sauf chez quelques irréductibles.

"Les gens sont passionnés des deux côtés observe Frantz, on parle beaucoup du culte des Mac, il y en a un tout aussi fort pour Microsoft mais il n'est pas autant médiatisé." Certains étaient absolument contre Apple mais sans pouvoir le justifier "ils ne voulaient tout bonnement pas switcher" obligeant l'équipe à redoubler d'efforts pour les convaincre.

Au 1er février 2008, 14 des quarante premiers serveurs (non SQL) avaient été échangés pour des Xserve et les autres suivraient au fil de leur fin de service programmée sur les trois prochaines années. Active Directory de Microsoft fut remplacé par Open Directory d'Apple, réglant le problème des licences à payer à Microsoft pour les postes mis en réseau. 50% des comptes de courrier électronique ont été à ce jour basculés d'Outlook vers Mail tandis que les solutions d'Apple remplaçaient Exchange. D'ici la fin de l'année, le logiciel client devrait avoir été réécrit en Java, permettant de switcher l'essentiel des postes vers des Mac de bureau et ce jusqu'en 2010.

avatar tibet | 
Comment ça pas de réaction ! La suite, la suite. Ça fait tellement de bien des nouvelles comme ça ! C'est mon quotidien mais pas à la même échelle hélas :)
avatar Crunch Crunch | 
Bravo "Auto Warehousing" ! J'ai beaucoup aimé le passage disant "Certains étaient absolument contre Apple mais sans pouvoir le justifier "ils ne voulaient tout bonnement pas switcher" ... J'ai l'impression de voire mon oncle !!! Qui peste jour et nuit sur son PC (virus, bug, crash)... Mais qui ne VEUX pas (sans raisons) entendre parler du Mac :-) Quand on est borné...
avatar oomu | 
je confirme ce genre de réactions irrationnelles dans mon travail on a des employés bloqués à une antique version du client exchange (pas le client outlook de office 2007 hein mais un vieux client exchange) plutôt que de passer à Thunderbird qu'on a généralisé et associé à de nouveaux services autour de imap. et bien des gens refusent mordicus, alors ils restent avec un vieux pc (le poste mis à jour n'étant plus fourni avec exchange) et restent sur l'antique serveur de mail qu'on avait associé à exchange, jusqu'à ce qu'il meurt de sa belle mort. et bien entendu les nouveaux services qu'on a bâtit autour de imap leur sont indisponibles, ainsi que l'antispam intégré de thunderbird. L'entreprise doit progresser et ne pas se bloquer sur des employés pas si important que cela. "j'ai trop de spam" "-pas de soucis, en plus du filtrage fait par le réseau à la réception on vous installe un logiciel de courrier qui permet de gérer vous même les indésirables " "-mais je ne veux pas changer de logiciel !" "-alors je n'ai rien de plus à vous proposer pour l'heure." ces gens sont rares, mais très bloquants. des personnes qui détestent le changement. ils peuvent pester contre l'informatique et haïr leur poste de travail mais ils ont appris à aimer le haïr tel qu'il est et ne veulent pas réapprendre ou se remettre en question. Il y a aussi parfois des instrumentalisations de CE ou syndicalistes par des employés retors pour de simples changements de logiciels ou mise à jour (que parfois on n'a pas le choix, quand un logiciel est abandonné). cela fait perdre du temps à tout le monde et gaspille les efforts des délégués des employés. - la remarque sur suse est bizarre, je ne vois pas le rapport. Ils voulaient modifier Linux en profondeur ?? Le support de Suse est celui de Novell, une société qui vend de la prestation d'ingénieurs depuis des décennies , tel ibm ou sun et qui supporte pleinement les progiciels propriétaires par dessus linux, sans histoire opensource.
avatar Brewenn | 
[i]"L'entreprise doit progresser et ne pas se bloquer sur des employés pas si important que cela."[/i] La c'est du ressort du boss et/ou du chef de service. Si c'est un problème de formation, on forme. Si c'est un blocage au changement, l'ANPE est un changement plus radical.
avatar Daz | 
C'est marrant, je pensais que les choix stratégiques IT d'une entreprise, qui plus est à iso périmètre quand on voit que le S.I. propriétaire ne changera pas, s'imposaient d'eux mêmes aux employés. Je sais que ça fait un peu dictature de le dire comme ça, mais si une boite devait au préalable s'assurer que tous ses salariés sont heureux au moment de faire un mouvement majeur en termes de software/hardware, aucune entreprise ne prendrait l'initiative de changer quoi que ça soit. Bon le seul souci, c'est que pour iChat, il va falloir un compte .mac, aol ou gmail à tous les employés... ^^
avatar Christophe Laporte | 
pas forcément… avec Mac os x server, tu peux créer des réseaux ichat privés
avatar thierry61 | 
Ha ça.... Quel chef de projet ne s'est pas trouvé un jour au bord de la dépression profonde à cause de responsables utilisateurs hostiles, de problématiques de gestion du changement sous-estimées, de la lacheté de la maitrise d'ouvrage qui ne va pas toujours vouloir assumer, etc, etc ? ... Bonjour l'Exomil Luter contre des préjugés qui conduisent les gens à penser qu'un changement donné va conduire à une régression est parfois digne des travaux d'Hercule ... Le DSI en question vient de l'apprendre de belle manière. Encore heureux qu'il avait visiblement le soutient de son patron.
avatar Eurylaime | 
Sans un appuie politique de haut niveau autrement dit la Direction de l'entreprise, même pas en rêve une telle migration...
avatar lau1967 | 
Bonsoir, Et je peux ajouter que dans la fonction publique, l'enjeu bien que différent fait tout aussi peur aux reponsables de tout poil. Défendre un projet ou un équipement pourvu en ordinateurs Apple, c'est un véritable chemin de croix qui peut aller jusqu'aux sanctions,en clair, freiner l'avancement... Tout ça pour défendre un monopole et un conservatisme qui arrange bien des DSI.Pour ces derniers, un Mac en réseau avec des PCs équivaut à une déclaration de guerre ou à l'apocalypse... Bref, combien de techniciens et de sociétés pourraient justifier leurs interventions hors de prix...
avatar nlex | 
Comme quoi les préjugés anti Apple sont encore très très présent, il ne faut pas les sous estimer : à apple de communiquer d'avantage et aussi à ne pas avoir de comportements qui pourraient conforter les gens dans leurs préjugés (je pense notamment au prix de certains éléments comme la RAM ou les écrans…)
avatar Pierre H | 
En tout cas, ils vont être embêtés pour continuer leur switch maintenant que Apple a arrêté les XServe...
avatar Brewenn | 
Aux macusers aussi de communiquer différemment au lieu de passer pour une secte de fanatiques crachant systématiquement sur les produits Microsoft. Je ne dis pas que tous les mac users sont des fanatiques, mais une petite poignée comme certains sur ce blog, donnent une mauvaise image, manquant totalement d'objectivité.
avatar ftc_mac | 
Apple a arrêté le XSreve [b]Raid[/b], pas le Xserve...
avatar biskott | 
Hello, Justement, on se proposait d'intégrer du Mac par chez moi. Un tel article, il y a six mois, aurait sûrement alimenter mon argumentaire... Malheureusement, la réalité est que, même amoureux du Mac, il reste bien plus simple pour une entreprise de conserver son patrimoine chez Microsoft : en particulier si, comme pour mon cas, le S.I. est externalisé dans son entièreté. La bataille n'est pas terminée, je compte beaucoup sur Fusion pour son intégration dans un environnement plus 'Virtual Desktop'...
avatar Un Vrai Type | 
@ Brewenn : Tu nous prends pour une secte en ne voulant pas admettre que quand ici tu lis : "Mac OS X est mieux que windows" (et ce n'est pas moi qui le dit) d'oublier que l'utilisateur CONNAIT et mac OS X et Windows Contrairement à beaucoup de forums. Personnellement, j'ai rencontré bien plus de fanatiques de Microsoft (Apple, c'est nul, les mac c'est un jouet etc...) qui ne connaissaient pas le mac que de fanatiques d'Apple qui ne connaissaient pas le PC. Quand on veut pas voir la poutre dans son oeil...
avatar Krynn | 
La rétissance, je connais bien. Nous avons viré les MS Office pour mettre OpenOffice.org 2.3 (sur win). Je ne vous explique pas les râles des secrétaires. meme apres 2ans, elle n'accepte veulent toujours pas entendre parle des styles (qui sont une merveilles de clarté et de praticité) qui sont tres important dans ce programme.
avatar AAleXX | 
Moi je comprends ceux qui ne souhaitent pas changer. Car ce sont eux qui bossent toute la journée sur ces bécanes. Ils ont déjà eu du mal à s'y faire et voilà un hurluberlu informaticien et bien souvent abscons et suffisant vient leur dire que leur outils est nul et qu'il va falloir en apprendre un autre... Et là ils découvrent un outils qui n'a rien a voir ni en terme d'interface, ni en terme de logique, de concept... Et personnellement, j'ai pas envie de bosser sous Window alors je comprends ceux qui ne veulent pas changer. Ceci explique l'inertie du marché et la difficulté d'obtenir un switcher.
avatar Che | 
C'est "facile" de tomber sur des gens qui connaissent le système majoritaire alors qu'ils utilisent un système minoritaire... l'inverse l'est moins.
avatar guizmo47 | 
Merci Florian pour ce compte rendu captivant. J'ai lu ça comme une petite nouvelle, sympa et merci encore !
avatar Brewenn | 
[i]"Nous avons viré les MS Office pour mettre OpenOffice.org 2.3 (sur win). Je ne vous explique pas les râles des secrétaires. meme apres 2ans," [/i] Il y a deux ans, je ne pense pas que c'était la version 2.3 ! Le produit n'était peut être pas alors si abouti.
avatar Daz | 
Ouaip, pour OpenOffice, je comprends la résistance au changement... ^^
avatar grenoble | 
Malheureusement, ils ne tireront jamais parti de MacOS X :) Ils l'utiliseront comme ils utilisaient Windows, mais ne sauront jamais tous les p'tits raccourcis et autres trucs tellement plus sympa. J'en veux pour preuve tous mes amis switcher qui ferment encore à chaque fois une fenêtre par le bouton rouge pensant que ça suffisait pour quitter l'appli. etc. :)
avatar seb2889 | 
Ma cousine travaille dans une petite société (25 personnes) avec des macs. Ils font surtout des fiches de payes. Ils vont passer sous Windoz, donc sur PC car leur logiciel de prédilection n'évolue pas suffisamment vite sur mac et qu'ils ont des problèmes de compatibilité avec leurs clients. Dommage...
avatar Anonyme (non vérifié) | 
COGILOG Paye est un logiciel de gestion de la paye pour Macintosh. Il existe en deux versions : - la version Standard qui s’adresse aux entreprises, PME-PMI, artisans, commerçants, professions libérales et associations, - la version PRO qui s’adresse aux cabinets d’expertise-comptable et aux professionnels de la paye et de la gestion. C'est un logiciel mono ou multi-utilisateurs. Nous utilisons la version compta Pro qui marche très bien. http://www.cogilog.com/Logiciel/Paye.html
avatar Mac1978__old | 
Chapeau bas au DSI et à son boss. En passant sur Vista, il aurait eu autant de boulot, mais personne n'aurait oser le moindre reproche. Et si un jour il a un problème, il va se faire allumer... "tout ça c'est à cause du passage au Mac,...". Quant à ceux qui pensent que les utilisateurs PC n'avaient qu'à fermer leur clapet et que ce n'est que justice s'ils rejoignent le bon côté de la force... C'est un peu court. Il n'y a plus de changement informatique important qui n'implique pas un représentant des end-users. Maintenant, que les évangélistes du PC aient au moins autant la foi que ceux du Mac en ne connaissant que leur Steve et pas le nôtre, ce n'est guère une surprise. MacGe, votre mission si vous l'acceptez, est de nous apporter une bonne nouvelle comme celle-là chaque jour...
avatar michaelprovence | 
Ils vont être dans la merde lorsqu'apple constatera qu'OSX ne représente plus que 1% du CA et qu'il vaut mieux laisser tomber les ordinateurs !!

CONNEXION UTILISATEUR