Test d'iPhoto Library Manager 3.5.5

ange |
IPhoto permet, mais de façon relativement masquée, de gérer plusieurs photothèques. Comme cette gestion n’est pas documentée, plusieurs logiciels offrent des interfaces plus agréables et plus complètes de gestion des photos entre ces différentes photothèques. iPhoto Library Manager est l’un de ces logiciels. Et c'est l'un des plus complets.

Ce qu'iPhoto sait faire…

Avant de faire le tour de iPhoto Library Manager (iPLM), faisons un point sur les possibilités qu’offre iPhoto au niveau de la gestion de plusieurs photothèques.
Le logiciel d'Apple permet de créer et de gérer plusieurs photothèques. Pour autant, donc, la chose n'a absolument rien d'évident. En fait, il faut faire apparaître un menu caché en appuyant sur la touche Alt au lancement, puis choisir "créer une nouvelle photothèque" (d’ailleurs avec un bug de traduction “Créer un nouveau...” plutôt que “Créer une nouvelle...”) ou sélectionner une photothèque iPhoto déjà existante dans la liste des photothèques présentes dans le dossier “Images” (ou ailleurs en indiquant le chemin au dialogue d'ouverture). La photothèque choisie devient alors la photothèque iPhoto par défaut lancée au démarrage de iPhoto.


ilm03


…D'autres le font mieux que lui

Cette gestion de multiples photothèques n’est pas, on l'a dit, documentée. Plusieurs logiciels proposent donc de plier ce manque et même le compléter. C’est la cas de “iPhoto Library Manager” ou “iPhoto Buddy” (et même autrefois “iPhoto override”).


ilm01 ilm07

Les icônes d'iPhoto Library Manager et d'iPhoto Buddy


Ces deux logiciels, en anglais uniquement, offrent une interface graphique pour la sélection de la photothèque par défaut et affichent un résumé du contenu de ces photothèques. La mise à jour des informations est assez rapide, même si c’est un peu plus lent (2-3 secondes sur iMac Intel Core duo à 2,93 GHz) avec une photothèque de plus de 15000 photos qu’avec une photothèque d’une centaine de photos (l'opération est alors immédiate).


ilm04

Sous iPhoto Library Manager



ilm06

Sous iPhoto Buddy


Dans les deux cas, la suppression de photothèque s’arrête à la suppression de leur référence dans le manager et non la suppression de la photothèque proprement dite. À noter que iPLM “voit” tout de suite de nouvelles photothèques créées par iPhoto si elles sont dans le dossier “Images”.

iPhoto Library Manager à l'ouvrage

Alors que iPhoto Buddy (Donationware) s’arrête à cette gestion globale des photothèques, iPLM, dans sa version payante, va plus loin en permettant aussi le transfert de photos d’une photothèque à une autre.


ilm09


Il suffit de glisser un album ou un événement d’une photothèque vers une autre pour voir iPhoto ouvrir l’une, faire l’export, puis ouvrir l’autre photothèque et faire l’import en mettant à jour les informations propres à chaque photo, ainsi qu’un forçage des mises à jour des fichiers de gestion des deux photothèques. L’action se termine par un simple :


ilm10


iPLM utilise aussi les ressources du Mac pour faire le log file :


ilm11


iPLM conserve toutes les informations, même la photo originale quand celle-ci a été modifiée dans la photothèque initiale. Ainsi, dans la photothèque d’arrivée, il est encore possible de choisir de “Revenir à l’original”.

Bien sûr les titres, commentaires et dates sont conservés, du moins si on conserve les options par défaut des préférences :


ilm12


Même les mots clefs gérés par Keyword manager ou les informations de lieux et de visages sont récupérés. Les albums intelligents par contre deviennent de simples albums à l’arrivée.

Il est aussi possible de copier simplement photo par photo en glissant la sélection de photos faite dans iPhoto sur le nom de la photothèque de destination dans iPLM.

Si par hasard vous refaites une copie d’images déjà existantes, iPLM laisse iPhoto nous demander de gérer les doublons d’import. D’ailleurs, iPLM voit en fin de processus les refus d’import de doublon comme des erreurs :


ilm14


iPLM propose également de regrouper (merger) des photothèques, soit en créant une toute nouvelle photothèque, soit en complétant une photothèque existante. Dans ce processus, on retrouve évidemment l’utilisation des mêmes fonctions d’importation.


ilm15


iPLM permet de reconstruire une photothèque, en fait d'en faire simplement une copie “propre” à partir d’une photothèque endommagée... mais cette fonction n’a pas été testée, car sur une simple suppression de fichiers xml propres à iPhoto, le message donné par iPLM demande de relancer iPhoto sur cette photothèque pour refaire les fichiers de gestion...

Il est possible de faire des raccourcis sur les photothèques, permettant ainsi de lancer la bonne photothèque sans devoir passer par iPLM. Très pratique, évidemment.


ilm16


Cette fonction peut s’avérer très pratique dans le cadre de changements fréquents de photothèques. À noter que la dernière photothèque ouverte par ce biais devient la photothèque par défaut.

Si la photothèque est mise à la corbeille, iPLM marque en rouge la précédente référence, mais arrive à retrouver la photothèque mise à la corbeille !


ilm17


Il faut donc penser à supprimer ces références dans iPLM pour ne pas être ensuite perturbé par ces anciennes photothèques.

Enfin, iPLM permet de gérer aussi les photothèques de vos iPod ou iPhone, par l’intermédiaire de répertoires de synchronisation entre les photothèques de ces appareils.


ilm18



ilm19


Dans le cas d'une telle utilisation, les diverses options de configuration permettent a priori de gérer tous les cas souhaités.


ilm20


Ensuite il faut simplement définir dans iTunes le répertoire de synchronisation créé pour que la synchro se fasse avec l’iPod.

Enfin, il est à noter que la documentation dans l’aide de iPLM est très détaillée, très bavarde même, mais malheureusement uniquement en anglais. Il y a même une description très complète du format des photothèques/paquets iPhoto ou des astuces pour partager les photothèques iPhoto entre plusieurs comptes.

Le mot de la fin

iPhoto Library Manager est un logiciel qui complète parfaitement iPhoto pour ce qui est de la gestion multi photothèques. Il peut être utilisé occasionnellement (certaines photos n’ont pas toujours besoin d’être sous la main) ou quotidiennement (avoir une photothèque professionnelle et une personnelle par exemple). Comme le transfert de photos se fait de plus facilement, on n’a plus de crainte à séparer ses photos en diverses photothèques. Seul bémol, comme il est impossible de déplacer les photos (mais uniquement de les copier), si on ne veut pas garder de doublon, il faut se rappeler les photos qu’on vient de copier vers une autre photothèque afin de supprimer les photos sources une fois la copie réalisée.

Note

Les plus :

- interface intuitive - conservation de toutes les informations des photos - copie par simple copier/glisser - documentation exhaustive

Les moins :

- uniquement en anglais - pas de possibilité de déplacer les photos ; il faut les copier nécessairement
8.5
10

Prix :
20 $

Tags
avatar Anonyme (non vérifié) | 
En maintenant enfoncée la touche "alt" et en cliquant sur iPhoto pour l'ouvrir, une fenêtre propose de créer une nouvelle photothèque ou bien de choisir laquelle ouvrir si plusieurs existent déjà. Ultra simple. Ultra gratuit. Pourquoi un logiciel de plus pour une fonction qui existe déjà ? ...
avatar Guiguys | 
Il suffit de lire le test avant de critiquer
avatar BulgroZ | 
Je suis un grand fan d'iPLM depuis plusieurs années. Cela me permet d'avoir d'un coté une phototèque "Vie Quotidienne", dans laquelle je met toute les photos faites au jour le jour (environ 5Go, à ce jour...). Les évènements correspondent alors vraiment à des (petits)évènements, de quelques dizaines de photos. Et de garder à part chaque photothèque de voyage, en utilisant les évènements pour organiser les photos par jour ou par lieu, selon la nature du voyage. Et idem pour les grands évènements familiaux : je crée une photothèque dédiée, où je met non seulement mes photos, mais aussi celles récupérées auprès d'autres. Je prépare alors tranquillement mes albums (imprimés) et diaporamas. Je tiens à souligner le remarquable support assuré par le développeur : à chaque nouvelle version d'iPhoto, il livre vite et bien les mises à jour nécessaires. Il a juste mis un peu plus de temps pour la dernière, afin d'intégrer les grosses nouveautés que sont les visages et les lieux (une version compatible, sans ces fonctionnalités, avait cependant été livrée très vite). J'ai aussi eu l'occasion de le contacter suite à une difficulté liée à un appareil photo Samsung : il a été très réactif et sympathique. (Il s'est avéré que le bug était dans iPhoto lui-même, et Apple l'a corrigé dans une version suivante). Bref, c'est probablement mes euros les mieux investis en logiciels de type utilitaire. Je regrette simplement qu'Apple ne soit pas allé au bout de la logique des photothèques multiples : il faut penser à lancer iPLM avant d'utiliser iPhoto depuis d'autres logiciels (imovie, ...). Et les albums MobileMe ont tendance à se retrouver dans plusieurs phototèques à la fois!
avatar krysfreu | 
iPhoto'08 renommait les répertoires avec le nom des événements, mais ce n'est plus le cas depuis la version 09 (très contraignant quand on veut y accéder par un autre moyen que iPhoto). Je ne l'ai pas lu dans le test : est-ce que iPLM renomme le nom des répertoires physiques des photos (Originals & co) à partir du nom des événements iPhoto ?
avatar ange | 
@krysfreu : je ne suis pas sûr de comprendre la question " le nom des répertoires physiques" : à l'intérieur du paquet de la librairie ? de toutes les façons, IPLM en fait "scripte" iPhoto, donc ne fait pas plus au niveau des infos que ne fait iPhoto...
avatar PER180H | 
une question que je me pose : comment ça se passe avec les autres logiciels qui accèdent aux photos (genre les outils "média" de Mail ou iWork) : c'est la dernière bibliothèque ouverte qui est prise en compte, ou bien toutes les bibliothèques le sont ? Logiquement, j'ai envie de penser que seule la bibliothèque par défaut du moment est visible dans Mail, par exemple. Si c'est ça, c'est quand même dommage.
avatar ange | 
@PER180H C'est la dernière, du moins celle que iPLM a mis comme bibliothèque courante (donc pas forcement celle par défaut) que les logiciels Apple ouvrent (iPhoto, Mail,...) mais aussi Comic Life par exemple.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Excellent article pour un vrai besoin ! Mais je n'ai pas vu une information dont j'ai besoin : est-il possible de "merger" deux bibliothèques contenues dans des profils différents ?? Récent utilisateur Mac convaincu, je me suis fait avoir comme beaucoup, me retrouvant aujourd'hui avec 3 bibliothèques : celle de mon profil, celui mon épouse et ma sauvegarde directes des fichiers des photos.. insoluble aujourd'hui avec les 80 Go que tout cela doit représenter ! Merci de l'aide des "sachants",
avatar ange | 
@thebens: bah, le problème n'est pas au niveau de IPLM ou de iPhoto, une photothèque est un fichier (plus précisément un paquet) comme un autre. Donc si on veut les merger (les regrouper donc), il faut qu'on puisse tous les voir depuis le compte d'un utilisateur. Je n'ai pas essayé, mais il suffit de mettre dans un dossier accessible à tous les photothèques, puis demander à iPLM de les regrouper en une seule. Pour le dossier commun, créer au niveau de la base de l'ordinateur (à côté du dossier "Applications" par exemple) un dossier "Public", "Commun", "Nos Photos",... bref, ce qu'on veut, et donner l'accès en lecture/écriture à tous via "Lire les informations". Puis chacun y copie sa photothèque. Uen fois fait, l'un des comptes crée la photothèque commune. Une fois qu'on a vérifié que c'était OK, (rien perdu..), on peut supprimer les photothèques initiales. (il faudra quand mêm vérifier que chacun peut continuer à y entreposer des nouvelles photos...). Sinon, il y a aussi une notion de partage dans iPhoto (préférences), mais je n'ai pas utilisé....

CONNEXION UTILISATEUR