Activision Blizzard retire ses jeux de GeForce Now

Stéphane Moussie |

Coup dur pour Nvidia. Seulement une semaine après l'ouverture officielle de GeForce Now, Activision Blizzard a fait retirer ses jeux du service.

Bien que le principe de GeForce Now soit que les joueurs viennent avec leurs propres jeux, cela ne garantit pas que tous les jeux soient compatibles. Il faut encore que Nvidia les supporte sur sa plateforme et obtienne l'assentiment des éditeurs.

Overwatch, World of Warcraft ou encore la série des Call of Duty qui étaient jouables durant la bêta ne le sont plus maintenant. À vrai dire, ce retrait n'est pas tellement une surprise pour les jeux Blizzard, l'éditeur ayant dans son contrat de licence une clause qui interdit l'utilisation de ses jeux sur les services de cloud computing, ce qui est d'ailleurs potentiellement problématique pour Shadow.

GeForce Now, qui se présente comme une plateforme ouverte, reste compatible avec plus 1 400 jeux Steam et Uplay. Nvidia essaye de convaincre les autres acteurs de rendre leurs titres jouables sur son service, mais avec Stadia et les autres concurrents à venir, des logiques d'exclusivités pourraient apparaître.

avatar koko256 | 

Si blizzard ne veut pas du cloud gaming, comme stipulé dans l'EULA (y compris shadow mais pour l'instant c'est trop petit ils s'en fichent), c'est parce que certains en profitent pour botter sans se faire voire du logiciel espion qui tourne sur le serveur geforce now et non la machine du botter. C'est indiqué quelque part dans les forums officiels par un CM.

avatar oomu | 

par "botter", vous voulez dire utiliser un "robot" (bot en californien) pour automatiser les actions dans le jeu afin d'optimiser son temps de jeu, tricher et écraser ses ennemis, les voir disparaître devant soi et entendre les lamentations de leurs avatars ?

avatar koko256 | 

@oomu

Non utiliser un bot, c'est-à-dire un programme informatique qui effectue des tâches automatiques qu'un humain est censé faire. Un robot est une machine réelle.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR