WWDC 2015 : Apple présente OS X El Capitan, iOS 9, et Apple Music

Anthony Nelzin-Santos |

Il devient difficile d’être véritablement surpris par les keynotes d’Apple, dont le contenu est désormais révélé des semaines à l’avance. Reste que l’avalanche de nouveautés présentée à cette WWDC 2015 est impressionnante : un OS X El Capitan attaché à la stabilité et aux performances, un iOS 9 plus intelligent et plus productif, un watchOS qui gagne en maturité, et enfin Apple Music. L’été va être dense pour les développeurs, et la fin de l’année riche en découvertes pour les autres.

OS X : oh capitaine, mon capitaine !

Plus de la moitié des utilisateurs de Mac sont passés à OS X Yosemite ces huit derniers mois, alors que seulement 7 % des utilisateurs de PC sont passés à Windows 8.1 dans le même temps. Il n’est toutefois pas certain que tous ces utilisateurs sont heureux : l’introduction d’une nouvelle interface a coïncidé avec l’apparition de très nombreux nouveaux bogues et ralentissements.

Voilà pourquoi Apple s’est attelée à « construire sur les bases de Yosemite en y apportant des raffinements », plutôt qu’à chasser la nouveauté à tout prix. OS X 10.11 s’appelle donc OS X El Capitan, du nom d’une des plus fameuses formations rocheuses du parc national de Yosemite. De la même manière qu’OS X Snow Leopard avait consolidé OS X Leopard, OS X El Capitan doit marquer une pause dans le développement des nouveautés au profit d’une stabilisation bienvenue du système d’exploitation des Mac.

Cela ne veut pas dire qu’OS X El Capitan ne contient absolument aucune nouveauté — il ne contient certes aucune nouveauté fonctionnelle majeure, mais il apporte des dizaines de petits raffinements. On pourrait citer les nouveaux gestes tactiles, ou les onglets épinglés de Safari, mais ceux qui concernent Spotlight et la gestion des fenêtres sont sans doute plus importants.

Parmi les petites nouveautés : les onglets épinglés, déjà vu dans d'autres navigateurs…
Parmi les petites nouveautés : les onglets épinglés, déjà vu dans d'autres navigateurs…
…où les gestes pour marquer comme lu ou supprimer dans Mail.
…où les gestes pour marquer comme lu ou supprimer dans Mail.

Introduit dans OS X Tiger, Spotlight s’est considérablement enrichi dans OS X Yosemite. OS X El Capitan lui ajoute quelques services web supplémentaires, mais aussi et surtout la capacité de comprendre des requêtes en langage naturel. On peut ainsi demander à Spotlight de trouver « toutes les présentations de Craig au sujet d’OS X El Capitan », une faculté qui s’étend à Mail (« trouve tous les mails de Nicolas que j’ai ignorés ») et le Finder (« trouve toutes les photos prises l’été dernier »). Oh, et la fenêtre de Spotlight peut enfin être redimensionnée et déplacée.

Spotlight s'enrichit de nouvelles sources de données, et peut être déplacé sur l'écran.
Spotlight s'enrichit de nouvelles sources de données, et peut être déplacé sur l'écran.

Apple a d’ailleurs fait un gros effort sur la gestion des fenêtres, assez bancale depuis l’introduction du mode plein écran dans OS X Lion. Mission Control, redessiné et accéléré (même si mon collègue Nicolas vous dira sans doute le contraire dès demain), prend pleinement la mesure de son rôle de gestionnaire de l’espace de travail. Il suffit de « jeter » une fenêtre dans son coin supérieur droit pour la passer en plein écran, ou de la glisser sur une application déjà en plein écran… pour la passer en mode « écran partagé ».

Mission Control a encore été revu.
Mission Control a encore été revu.

Car oui, OS X intègre enfin un mode « écran partagé » en plein écran, fonctionnant à la manière du « window snapping » de Windows. Il suffit de maintenir le bouton vert pour pouvoir « attacher » une fenêtre à un bord de l’écran ; on peut ajouter une autre fenêtre de l’autre côté, et redimensionner les deux comme on le souhaite. Cette fonction n’était pas forcément attendue sur Mac, mais elle est bienvenue — tout comme la possibilité d’ouvrir deux brouillons dans Mail en plein écran, quelle innovation !

Le mode SplitView, qui permet d'afficher deux apps côte à côte en plein écran.
Le mode SplitView, qui permet d'afficher deux apps côte à côte en plein écran.

Au-delà de ces petites nouveautés, Apple s’est surtout concentrée sur les performances et la stabilité d’OS X El Capitan. Les développeurs de la firme de Cupertino se sont attelés à optimiser des centaines de points du système pour accélérer des fonctions aussi communes que le lancement des applications (x1,4) ou l’ouverture des PDF (x4). L’API graphique de bas niveau Metal passe d’iOS à OS X : si Epic Games est évidemment l’un de ses premiers utilisateurs, elle n’est pas réservée aux jeux. Adobe s’en sert pour accéder directement à la carte graphique, et multiplier par huit la vitesse du rendu des effets dans After Effects. Une plus grande efficacité qui ne signifie pas uniquement meilleures performances, mais aussi meilleure autonomie.

OS X El Capitan est disponible dès aujourd’hui pour les développeurs enregistrés. Comme l’an passé, Apple proposera une version bêta publique à partir du mois de juillet. La mise à jour — gratuite — sera disponible pour tous à l’automne.

Un iOS 9 plus intelligent et plus productif

À la stabilité d’OS X El Capitan répond l’explosion de nouveautés dans iOS 9. Il faudrait parler de CarPlay, qui fonctionne désormais sans fil ; ou de HomeKit, qui prend en charge de nouveaux capteurs environnementaux et des systèmes de sécurité quelques jours à peine après son lancement en catimini ; ou même de Santé, qui suit de nouvelles sources de données. Mais iOS 9 est d’abord et avant tout une réponse à Google : à l’exploitation des données des utilisateurs dans le nuage, avec la possibilité qu’elles soient utilisées à des fins commerciales, Apple répond par le traitement de ces données sur l’appareil, sous le contrôle total de l’utilisateur.

Un but noble, mais qui a toujours empêché Siri d’être aussi intelligent que Google Now. Ce n’est plus le cas : Apple exploite enfin la puissance et les capteurs des iPhone pour traiter les données des utilisateurs en local et en contexte. Puisqu’il peut analyser plus librement les données de l’utilisateur, Siri sera ainsi capable de trouver « les photos prises en Bretagne l’été dernier », si tant est que l’été ait un jour atteint les plages bretonnes. Il est enfin capable d’extraire automatiquement les pièces jointes reçues par mail, d’ajouter des rappels contenant un lien vers Safari ou un message, ou d’identifier un numéro inconnu s’il figure dans la signature d’un courrier.

Spotlight propose des amis que vous pourriez vouloir contacter et des apps que vous pourriez vouloir lancer, en fonction du jour et de l'heure, selon vos habitudes. (Mon Spotlight risque d'être d'une monotonie rare.)
Spotlight propose des amis que vous pourriez vouloir contacter et des apps que vous pourriez vouloir lancer, en fonction du jour et de l'heure, selon vos habitudes. (Mon Spotlight risque d'être d'une monotonie rare.)

Puisqu’il peut exploiter plus agressivement les capteurs de l’iPhone, il sera aussi capable de vous rappeler de vérifier que vous avez pris vos papiers avant de monter dans votre voiture. Enfin puisqu’il peut observer le comportement de l’utilisateur, Siri peut aller vers lui plutôt que d’attendre d’être appelé. Vous branchez votre casque à 6h30 ? Siri vous proposera de démarrer la liste de lecture que vous avez écoutée les dix dernières fois que vous êtes allé courir. Vous le branchez en allant au travail deux heures plus tard ? Il vous proposera plutôt le podcast que vous n’avez pas eu le temps de finir lors de votre dernier trajet dans le métro.

Cette « proactivité » s’étend à Spotlight, qui reprend sa position à gauche de l’écran d’accueil. Enrichi de nouvelles sources de données et ouvert aux développeurs, il est désormais capable de lire des vidéos venues de Vimeo ou YouTube, ou de trouver du contenu à l’intérieur des applications. Google procède de même… dans Chrome. On voit bien là les choix effectués par Apple : le traitement est réalisé par l’iPhone, les données ne quittent jamais l’appareil, les requêtes ne sont pas croisées avec celles des autres services liés au même compte iCloud. Il y a là les germes d’une nouvelle bataille idéologique entre deux géants de l’informatique — d’autant qu’Apple proposera bientôt une application « Move to iOS » pour « aider » les utilisateurs d’Android à passer sur iOS.

De gauche à droite : Spotlight avec ses données « proactives », Siri capable de chercher dans les photos, et Siri créant un rappel contextuel (ici depuis une page web).
De gauche à droite : Spotlight avec ses données « proactives », Siri capable de chercher dans les photos, et Siri créant un rappel contextuel (ici depuis une page web).

Autre « ennemi », autre front, autre percée : Apple répond à Microsoft… en piquant le « window snapping » de la Surface. Après plusieurs années de développement, le multifenêtrage fait son apparition sur l’iPad. Un geste depuis le bord de l’écran permet de faire apparaître temporairement une deuxième application (SlideOver), par exemple pour répondre rapidement à un message. Un tap de confirmation permet de la fixer à demeure (SplitView) : on peut alors lui faire occuper un tiers, deux tiers, ou la moitié de l’écran, la deuxième application s’adaptant en fonction. Et si vous regardez une vidéo, elle peut tout simplement apparaître sous la forme d’une fenêtre flottante.

SlideOver, disponible sur les deux derniers iPad et les deux derniers iPad mini, permet d'afficher rapidement une deuxième app.
SlideOver, disponible sur les deux derniers iPad et les deux derniers iPad mini, permet d'afficher rapidement une deuxième app.
SplitView permet d'afficher deux apps côte à côte, une fonction cette fois réservée à l'iPad Air 2.
SplitView permet d'afficher deux apps côte à côte, une fonction cette fois réservée à l'iPad Air 2.
Enfin, le mode PIP permet d'afficher une vidéo dans une fenêtre flottante.
Enfin, le mode PIP permet d'afficher une vidéo dans une fenêtre flottante.

Ces fonctions s’adressent sans doute à un futur iPad Pro plus puissant : en l’état, SplitView n’est compatible qu’avec l’iPad Air 2 (SlideOver étant aussi compatible avec l’iPad Air et les deux derniers iPad mini). Les développeurs qui ont adopté Auto Layout et Adaptive UI ces dernières années n’ont rien à faire : leurs applications sont déjà compatibles. Autres nouveautés qui prendront peut-être tout leur sens avec un iPad Pro, la nouvelle barre Quick Type (qui intègre des raccourcis pour le copier-coller et le formatage, et peut servir de trackpad pour faire défiler le curseur avec deux doigts), et la pleine prise en charge des claviers externe (⌘⇥ y compris). On suppose qu’on en saura plus à l’automne sur ce point.

La barre QuickType gagne quelques raccourcis. Posez-y deux doigts pour l'utiliser comme un trackpad et faire défiler le curseur de manière précise.
La barre QuickType gagne quelques raccourcis. Posez-y deux doigts pour l'utiliser comme un trackpad et faire défiler le curseur de manière précise.
Vous utilisez un clavier externe ? Apple permet enfin de changer d'app avec ⌘⇥.
Vous utilisez un clavier externe ? Apple permet enfin de changer d'app avec ⌘⇥.

Au-delà de ces deux grandes nouveautés, Apple a aussi pris le temps de peaufiner certaines apps. Passbook devient Wallet — un nom qui fera hurler les utilisateurs d’Android — à la faveur de l’intégration des cartes de fidélité à Apple Pay, qui sera bientôt disponible en Grande-Bretagne. Notes s’inspirerait presque de l’excellent OneNote en s’intégrant directement à Safari, en gagnant une barre de formatage et un mode liste de tâches, et en héritant d’un mode dessin qui rappelle les outils d’édition d’Aperçu. Comme prévu, Plans intègre les transports en commun…  mais uniquement dans quelques villes américaines, à Berlin et à Londres, ainsi que dans pas moins de 300 villes chinoises.

Plans intègre les transports en commun de manière très intéressante : il est capable de proposer des itinéraires multimodaux (connexions piétonnes comprises), et de vous envoyer du bon côté d'une grande station selon la ligne que vous désirez emprunter. Malheureusement, il ne sera disponible que dans une poignée de villes à son lancement.
Plans intègre les transports en commun de manière très intéressante : il est capable de proposer des itinéraires multimodaux (connexions piétonnes comprises), et de vous envoyer du bon côté d'une grande station selon la ligne que vous désirez emprunter. Malheureusement, il ne sera disponible que dans une poignée de villes à son lancement.

Enfin, Apple cède à la tendance de l’agrégation avec une application News entre Flipboard (l’application propose un flux personnalisé à partir de votre sélection initiale et de vos habitudes de lecture) et les Instant Articles de Facebook (Apple News Publisher permet de créer des articles interactifs exclusifs à Apple News). News signe l’arrêt de mort du Kiosque, qui n’a jamais rempli ses objectifs — mais dans un premier temps, elle sera réservée à une vingtaine de partenaires américains, britanniques et australiens.

Les détails sur le fonctionnement de News sont encore rares : les éditeurs peuvent fournir leur flux RSS à Apple — nous l'avons déjà fait —, mais la firme de Cupertino proposera un outil de création d'articles interactifs exclusifs « plus tard dans l'année ». Les conditions techniques et financières sont encore floues, comme le calendrier précis d'ouverture de News au-delà de ses vingt partenaires de lancement dans trois pays.
Les détails sur le fonctionnement de News sont encore rares : les éditeurs peuvent fournir leur flux RSS à Apple — nous l'avons déjà fait —, mais la firme de Cupertino proposera un outil de création d'articles interactifs exclusifs « plus tard dans l'année ». Les conditions techniques et financières sont encore floues, comme le calendrier précis d'ouverture de News au-delà de ses vingt partenaires de lancement dans trois pays.

iOS 9 profite des travaux d’optimisation lancés pour OS X Capitan, notamment en matière de calcul graphique avec Metal. Les iPhone devraient gagner une bonne heure d’autonomie — voire trois grâce à un nouveau mode basse consommation dont les contours ne sont pas encore bien définis. Or iOS 9 sera disponible sur tous les appareils compatibles avec iOS 8, y compris les « vieux » iPhone 4S. Et comme le poids de la mise à jour a été divisé par trois, même les iPhone dotés de seulement 16 Go de stockage pourront passer à iOS 9.

iOS 9 est disponible dès aujourd’hui pour les développeurs enregistrés. Pour la première fois, il sera disponible en bêta publique à partir du mois de juillet. La mise à jour — gratuite — sera disponible à l’automne.

Watch OS devient watchOS avec des apps natives


Watch 1.0.1 est à peine disponible qu’Apple présente déjà watchOS 2 — notez le subtil changement de graphie. Soyons francs : cette mise à jour pourrait s’appeler Watch OS 1.1 que cela ne changerait rien. Bien sûr, elle intègre les nouveautés d’iOS 9 comme Wallet, HomeKit et les transports en commun dans Plans. Siri gagne quelques fonctions comme l’affichage des coups d’œil (même s’ils ne sont pas installés), les appels pourront être passés à l’aide de FaceTime Audio, et on pourra ajouter des contacts Digital Touch directement depuis la montre (et dessiner en plusieurs couleurs, quelle avancée !).

Les cadrans « Photo » et « Timelapse » font leur retour.
Les cadrans « Photo » et « Timelapse » font leur retour.

Mais les nouveautés visibles sont très mineures… quand elles ne sont pas un rattrapage de fonctions qui n’avaient pas été terminées à temps. Ainsi, les « nouveaux » cadrans ont déjà été présentés, mais ils avaient été retirés à la dernière minute. Il faut dire qu’ils demandent sans doute plus de ressources que les cadrans actuels : un permet d’afficher un diaporama photo, l’autre affiche un timelapse de plusieurs lieux emblématiques synchronisés à l’heure exacte (Big Ben affichera donc 10h10 à 10h10).

Autre nouveauté, un mode « réveil », qui permet d'utiliser l'Apple Watch comme… réveil lorsqu'elle charge la nuit. Le matin, les boutons agissent comme ceux d'un vieux réveil : snooze pour l'un, extinction pour l'autre, une magnifique leçon de skeuomorphisme à ceux qui n'ont toujours pas compris le sens réel du terme.
Autre nouveauté, un mode « réveil », qui permet d'utiliser l'Apple Watch comme… réveil lorsqu'elle charge la nuit. Le matin, les boutons agissent comme ceux d'un vieux réveil : snooze pour l'un, extinction pour l'autre, une magnifique leçon de skeuomorphisme à ceux qui n'ont toujours pas compris le sens réel du terme.

Sur le cadran, la couronne digitale permet désormais de voyager dans le temps : elle pourra remonter le temps, par exemple pour voir le cours d’une action il y a deux heures, ou l’avancer, par exemple pour voir le prochain rendez-vous. Une fonction d’autant plus intéressante que les complications sont désormais ouvertes aux développeurs tiers, qui peuvent aussi coder des applications natives. Celles-ci pourront s’affranchir d’un iPhone et récupérer des données par le biais d’un réseau Wi-Fi… à condition que l’iPhone lié à votre montre s’y soit connecté au moins une fois au préalable.

Quelques exemples de complications fournies par des applications tierces (au milieu et en bas).
Quelques exemples de complications fournies par des applications tierces (au milieu et en bas).

WatchOS 2 est disponible dès aujourd’hui pour les développeurs enregistrés — on peut passer à iOS 9 sans installer watchOS 2, mais on ne peut pas installer watchOS 2 sans installer iOS 9. La version finale sera, là encore, disponible à l’automne.

One more thing : Apple Music

Puisque ce keynote n’était pas déjà assez dense, Tim Cook s’est senti obligé d’y ajouter one more thing : Apple Music. Comme prévu, il ne s’agit pas seulement d’un service de streaming : il s’agit d’une offre complète, destinée à repositionner Apple face à Spotify et ses concurrents, basée sur trois piliers.

Le premier n’est autre que la collection musicale de l’utilisateur, Apple Music reprenant les fonctions d’iTunes Match tout en s’affranchissant de ses limites (My Music — iTunes Match continue par ailleurs de fonctionner, avec les mêmes limites, pour ceux qui ne veulent pas passer à Apple Music). C’est une base extrêmement importante : elle permet de construire un profil qui permettra de personnaliser la présentation des nouveautés (New) et des listes de lecture constituées par une équipe d’éditeurs et une poignée de « curateurs » (For You).

Apple Music abolit la distinction entre votre musique et la musique accessible à tous. C'est de la musique, c'est tout. Un système directement hérité de Beats permet d'affiner ses préférences.
Apple Music abolit la distinction entre votre musique et la musique accessible à tous. C'est de la musique, c'est tout. Un système directement hérité de Beats permet d'affiner ses préférences.

Le champ de recherche de la collection de l’utilisateur se confond avec celui d’Apple Music, la collection de l’utilisateur se confond avec celle de l’Apple Music. La distinction entre les deux s’efface à ce point qu’il est possible de modifier les listes Apple Music comme les siennes, et de télécharger les morceaux Apple Music pour une écoute hors-ligne (y compris sur l’Apple Watch, après avoir synchronisé les morceaux depuis l’iPhone).

Le deuxième pilier est une radio : Apple ne concurrence pas seulement Spotify, mais aussi Pandora, et continue de faire vivre la marque Beats par son entremise. Cette radio, disponible dans 100 pays et diffusant en continu, s’appelle en effet Beats One. Placée sous l’égide de Zane Lowe, Ebro Darden et Julie Adenuga, elle sera programmée depuis Londres, New York et Los Angeles. Alors que les fonctions de streaming demandent d’aller vers la musique, la fonction de radio permet de se laisser bercer au fil d’une sélection — on pourra toutefois choisir parmi l’un des neuf canaux par genre.

Beats One.
Beats One.

Enfin, Connect n'est rien d’autre que la renaissance de Ping, le réseau social qui met en relation artistes et fans. C’est sans doute le pilier le moins solide d’Apple Music, d’abord parce qu’il rappelle un funeste précédent, ensuite parce que sa présentation par Drake n’avait ni queue ni tête. Disons que l’intégration de clips et de making-of fera de l’ombre au nouveau-né Tidal — trois piliers, trois formes de services musicaux en ligne, trois angles par lesquels Apple attaque pour défendre sa prééminence sur le marché de la musique.

Connect, qui a comme des airs de Ping.
Connect, qui a comme des airs de Ping.

Et elle attaque fort : Apple Music sera disponible dès le 30 juin sur iPhone (dans la nouvelle app Musique sur iOS 8.4), Mac et PC (avec la dernière version d’iTunes), ainsi que cet automne sur Android. Les trois premiers mois sont offerts — on pourra toujours accéder à Connect et Beats One sans payer. Pour accéder aux autres fonctions, il faudra ensuite payer 9,99 € par mois — ou seulement 14,99 € pour une offre familiale comprenant six personnes et coordonnée au Partage familial iCloud.

avatar mjuaneda | 

...et watchOS 2.0

avatar mccawley2012 | 

Les nouveautés sont impressionnantes ? J'aurai dit maigres ou alors j'ai raté quelque chose !

avatar mccawley2012 | 

Attention, je ne dénigre pas ! Je suis bien content de voir dès amélioration plutôt que de grosse nouveautés.

avatar pariscanal | 

Amusant ios9 léger et réactif !

avatar gregelhombre | 

Et dire qu'on ne peut toujours pas envoyer une pièce jointe, une photo depuis la rédaction d'un mail....

avatar MacSedik | 

Si, tu peux envoyer une photo/video depuis un mail mais pas joindre un document.

avatar Keysertom | 

@MacSedik :
On est encore loin d'une utilisation pro ! On peut pas envoyer plus pieds photos et documents en même temps...

avatar gregelhombre | 

oui on sait...
Mais 2 fichiers différents, toujours pas possible...
Il y a des priorités et des choses futiles dont on se fout un peu...
M'enfin c pas grave

avatar Darth Philou (non vérifié) | 

@MacSedik :
L'envoi de document peut se faire à partir de l'app qui produit ou gère le document. Mais de fait on ne peut pas rajouter un autre document d'une autre app une fois le mail composé. Cette limitation a donc une portée limitée.

C'est un compromis sur la confidentialité : ou bien chaque appli gère ses documents et contrôle le partage ou bien on a système de fichiers ouvert (comme sur Mac ou PC) ou n'importe quelle appli a accès à n'importe quelle donnée.

Le domaine du mobile étant plus sensible je préfère l'approche d'Apple.

Ceci dit je me demande si avec les extensions container introduites l'année dernière ce ne serait pas possible d'attacher un document. Je vais essayer de ce pas.

avatar cdp86 | 

Idem, j'attendais vraiment cette fonction ! :/

avatar Keysertom | 

@gregelhombre :
+1....

avatar adixya | 

@gregelhombre :
Mais bien sur que si, suffit d'appuyer longuement et de prendre l'option "envoyer photo ou vidéo". Bref.

avatar fabremi | 

@gregelhombre :
Si si, tu as un petit trombone sur le côté droit en haut du clavier

avatar florian1003 | 

@gregelhombre :
Si si

avatar macbook60 | 

@gregelhombre :
C'est possible depuis longtemps....

avatar fousfous | 

Avalanche de nouveautés? Vous les avez vu ou? Y a rien...
Ils auraient dû faire des nouveautés plutôt que de faire des trucs inutiles comme s'occuper des vieux appareils, proactive ou encore musique...
Si on veut plus de performance on achète un device plus performant et puis c'est tout.
Déjà qu'avec iOS 8 y avait pas grand chose non plus

avatar patrick86 | 

"Si on veut plus de performance on achète un device plus performant et puis c'est tout."

→ "C'est ça, t'as tout compris. T'es un bon con, heu, consommateur, hein !".

--

C'est exactement comme à chaque keynote : on a deux champs d'avis extrêmes mécontants :
- ceux qui veulent toujours plus de nouveautés et n'en ont, de toute façon, jamais assez ;
- ceux qui ne veulent pas entendre parler de la moindre nouveauté et ne juge que par le mot "optimisation".

--

Un support logiciel de 5 ans pour un iPhone, c'est nouveau.

avatar Lestat1886 | 

@fousfous :
Avec iOS 8 pas grand chose ????

Apple ne s'occupe pas assez des anciens appareils,ça râle! Apple s'en occupe ça râle toujours !!

IOS 8 et Yosemite bugges mais avec de nouvelles fonctions, ça râle! IOS 9 et el Captain avec moins de nouveautés mais plus optimises,ça râle !!

C'est fatiguant les éternels insatisfaits :)

avatar NestorK | 

Rien ne m'intéresse vraiment cette année. Je retiens surtout Metal pour El Capitan avec les améliorations de perfs promises même si ce genre de promesses ont déjà été faites par le passé (Mavericks) avec le résultat que l'on connait. Je me suis réveillé sur la présentation des nouveautés logicielles concernant l'iPad jusqu'à ce que je découvre que mon iPad Air pourtant pas bien vieux est déjà sur la pente descendante : pas de split view. On en restera donc à Metal pour Mac OS X et ce sera donc tout pour moi.

avatar Gilles Le Jannou | 

Il fait beau en Bretagne mais avec 15 degrés...

avatar fosterj | 

j'adore move to ios .. avec leur politique tarifaire ?? ça devrait s'appeler vide ton porte-feuille plutot

avatar Stardustxxx | 

Redmond and Mountain View, start your photocopiers!!

;)

avatar Florent Morin | 

@Stardustxxx :
En l'occurrence, c'est maintenant l'inverse qui se passe. En termes d'innovation, c'est creux. Objectivement, on aurait quasiment pu avoir du iOS 8.x, du OS X 10.10.x et du watchOS 1.0.
Metal dans OS X ne fait que rattraper DirectX 12 dans Windows 10. Siri rattrape ses concurrents Now et Cortana sans pour autant s'intégrer à OS X (contrairement à Cortana dans Win10). La gestion des fenêtres est copiée sur Windows. L'amélioration des performances et de l'autonomie est la même que celle annoncée par Win10 et Android M.
Swift 2 permet de coder facilement sur 3 plateformes, Windows 10 se code en C++, C# et JavaScript sur 6 plateformes + embarqué (Raspberry Pi 2 etc) + web.
L'innovation ne semble plus être chez Apple. Malheureusement. Espérons qu'ils fassent une année "blanche" pour mieux repartir en 2016.

avatar patrick86 | 

"Swift 2 permet de coder facilement sur 3 plateformes, Windows 10 se code en C++, C# et JavaScript sur 6 plateformes + embarqué (Raspberry Pi 2 etc) + web."

Ça existe depuis combien de temps, C++, C# et Javascript ?

Vous attendez d'un nouveau venu qu'il fasse immédiatement plus et mieux que les plus anciens.

avatar Stardustxxx | 

@FloMo
Mon propos était ironique ;)

Car même si Apple evolue, il n'y a rien de vraiment nouveau cette année. On a plus l'impression que'Apple rattrape don "retard".

Sans compter Apple Music... une radio mondiale pour ecouter de la musique de merde. De la musique qui plait a tout le monde ca n'existe pas.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR