Des actionnaires veulent pousser Bill Gates vers la sortie

Pierrick Aubert |

Trois des vingt plus gros investisseurs de Microsoft n'y vont pas par quatre chemins et demandent le départ de Bill Gates. La pression se fait sentir sur l'actuel président du conseil d'administration de la compagnie.



Après l'annonce du départ de Steve Ballmer (lire : Steve Ballmer fait ses adieux à Microsoft), Bill Gates est lui aussi invité à quitter le navire Microsoft. Selon l'agence Reuters, trois investisseurs, dont les noms ne sont pas communiqués, réclament la démission du fondateur de la firme. Depuis plusieurs années, ce dernier s'occupe essentiellement de sa fondation avec son épouse et continue parallèlement d'influencer les choix stratégiques de Microsoft. Chose que certains actionnaires refusent désormais.





Proche de Ballmer, Bill Gates serait aux yeux des actionnaires un frein au bon développement de la compagnie qui s'apprête à changer de patron. Sa présence à la présidence du conseil d'administration pourrait, selon certains, brider la stratégie future de Microsoft. Les trois investisseurs représentent 5% du capital du groupe et souhaitent plus de changement pour passer à la vitesse supérieure.



Du haut de ses 72 milliards de dollars, l'homme le plus riche du monde est également une figure de l'informatique, mais sa vision n'est plus du goût des investisseurs. En évinçant le duo Ballmer-Gates, cette opposition compte en finir avec le Microsoft historique. Il s'agirait de donner une bouffée d'oxygène à l'entreprise en faisant entrer de nouvelles personnes.

Certains actionnaires voient aussi d'un mauvais oeil la transition qu'est en train d'opérer Microsoft, passant d'éditeur de logiciel à fabricant de terminaux. Bien que la Xbox et son Kinect soient un succès mondial, le flop des tablettes Surface et l’achat des téléphones Nokia déplaisent aux actionnaires (lire : Microsoft achète l'activité portables de Nokia). Microsoft n'est pas un "Apple bis", expliquent les opposants de Bill Gates. Pour eux, le père de l'entreprise était plus efficace en patron qu'en président du conseil d'administration. La grande question étant qui prendra la relève ?


avatar parafsuo54000 | 
Dallas ! Que monde impitoyable !
avatar arturus | 
Déposédé de sa propre société par 3 personnes qui ne sont là que grâce à lui (indirectement certes). Jamais je comprendrai ce système.
avatar Bibotonio | 
'Merica!
avatar ON3AL | 
@Arturus Un fondateur poussé à la porte de sa propre boite... ça te rappelle rien ? ^^' Reviendra-t-il dans 10 ans ?
avatar benjaminhparis12 | 
Il vieillit plutôt bien !
avatar Jojo971 | 
@arturus Je suis d'accord avec toi franchement tu crée ta boîte de À à Z et tu te fait renvoyer par des actionnaire qui n'on rien crée
avatar macbookeur75 | 
ils sont culottés les mecs quand même, j'espère que le reste du conseil va leur donner tort
avatar bugman | 
Des vrais rapaces ! +1 arturus.
avatar arturus | 
@ON3AL : maintenant que tu le dis, si :)
avatar dumas75 | 
Le début de la fin ...
avatar Arthurapple | 
Ça me fait penser au film le capital, excellent film d'ailleurs sur l'intérieur d'une entreprise (banque)
avatar debione | 
Pas étonnant que les rapaces voient d'un mauvais oeil la diversification de M$... Pensez donc passer d'un 80% de marge nette à moins de 40% dans le meilleur des cas... En tout cas si je ne ferais pas confiance pour le futur de l'info à bill gates, pour la pérénité d'une entreprise je ne suis pas sur qu'il existe un meilleur homme que lui (après on peut rediscuter des moyens,mais les résultats sont la...)
avatar Lio70 | 
Quand on a que 5% et qu'on n'est ni un ingenieur, ni un directeur, de la firme, on la boucle. Et si on n'est pas content, on peut aller investir ailleurs. Qui a besoin de qui?
avatar YARK | 
Allez casse-toi, bon débarras, vas donc faire ton humanitaire hypocrite à base d'actions OGM/RoundUp et agent orange Monsanto. Défendre l'homme le plus riche du monde alors qu'il ne doit sa fortune qu'à son système de vente liée.. Putain d'idéal... :-(((
avatar saji_sama | 
@YARK : Je suis tout a fait d'accord dans l'absolu, Micromou a mal vieillie avec la transition Ballmer, et c'est Gates qui l'avait nommé juste retour des choses, avec de toute façon une réussite de Gates volée a Jobs......
avatar saji_sama | 
@Lio70 : Justement les entreprises ont besoin des investisseurs c'est la base.....
avatar tchico | 
@YARK +1
avatar BenUp | 
Il est temps de faire place aux nouveaux mais auront-ils le génie de l'époque des Woz, Jobs, Gates, Allan etc. Car en attendant ces mecs avaient des couilles. C'étaient tous des patrons qui vont être remplacés par des dirigeants.
avatar saji_sama | 
@BenUp : Euh pas spécialement, ils sont arrivés sur des marchés quasi inexistants, ou le seul concurrent direct était IBM, un mastodonte qui n'a pas vu venir l'informatique personnelle, alors que jusque-là c'était réserver qu'aux professionnels, donc quand tu crées toi même le marché c'est beaucoup plus facile de te la jouer rock star
avatar Thib-76 | 
Complètement d'accord sur ce coup, m$ est old school un truc de fou avec une toute nouvelle équipe motive y a moyen de revenir dans la course avec brio surtout qu'ils ont moyen de faire des trucs cool avec le Nokia ;) Après pour ceux qui compare la situation à celle que Jobs a vécu je ne suis pas d'accord, Jobs les actionnaires lui ont pas laissé le temps de faire ces preuves alors que Gates a toujours dirigé sans boîte sans interruption aujourd'hui il peut prendre sa retraite tranquille après avoir accompli ses objectifs dans la vie.
avatar Thib-76 | 
"A toujours dirigé sa* boîte" fail classique du correcteur auto dsl ^^
avatar Charled | 
"BenUp [03/10/2013 12:34] C'étaient tous des patrons qui vont être remplacés par des dirigeants." Ben forcément. Jobs, Woz, Gates, Allen… sont mortels. Si leur entreprise leur survit (ex : Apple) les nouveaux dirigeants n'en sont forcément pas les créateurs…
avatar aldomoco | 
.... I like to be in America Okay by me in America Everything free in America ....
avatar debione | 
@YARK: Tu réponds à côté de la plaque... Je suis entièrement d'accord avec toi sur qui est B.Gates, mais la n'est pas la question... Si il y a une chose que tu dois admettre, c'est que question "se faire du blé" il n'y a pas grand monde pour lui arriver à la cheville du petit billou (la manière n'est pas la question ici)... Du coup SI j'étais actionnaire, je serais assez rassuré quand à la pérénité de mon pognon si l'entreprise dans laquelle j'ai investi est dirigée par Gates... Du coup ta diatribe n'a pas sa place ici, ce que tu dénonces n'a rien à voir avec l'article en question.
avatar physalys | 
Ces types s'enrichissent en dormant et se permettent de faire leur loi. J'espère que Bill Gates leur rendra la pareille d'une manière ou d'une autre. On marche sur la tête. Vivement l'éveil des consciences.
avatar saji_sama | 
@debione : C'est ta logique qui n'est pas la bonne, bien sur que la manière compte, non pas une question de morale, mais tout simplement parce que son idée était facile et prévisible a la création du marché, il a acheter un OS pour rien, et l'a mis sous licence en partant de l'idée que l'informatique personnelle allait explosée, puis il a voler le concept de l'UI a Jobs, et a créer Office, lui donnant la rente qu'on connaît, mais tout ça fut possible parce que Jobs s'était fait avoir comme un bleu, sur un marché inexistant. C'est ces deux paramètres qui lui ont assurer sa richesse, et depuis Microsoft subi échec après échec, manque d'inspiration? On voit bien d'ailleurs que sa retraite anticipée était un cadeau empoissonné a Ballmer et a Microsoft, lui a assurer sa fortune personnelle et il a abandonner sa boîte.... Normal que les investisseurs veuillent le virer....
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Ça me rappelle une petite histoire: 
avatar Lio70 | 
@saji-sama "entreprise a besoin d'investisseurs" 1. Il faut admettre que tout investissement est, directement ou indirectement, une forme de capital-risk et cesser de rouspeter si les resultats ne sont pas a la hauteur. 2. Ce qui cloche aussi dans certains pays, c'est l'obligation legale d'ouvrir son capital, meme si les proprietaires initiaux de l'entreprise n'en ont ni le besoin ni l'envie. On se retrouve avec des tas de parasites a qui l'on est redevable de performance, et dont on se passerait parfois fort bien. Et on finit par de ne plus etre maitre de son entreprise. C'est la que le bat blesse. Certains fondateurs d'entreprise (je ne dis pas que Gates en fait partie), qui sont davantage mus par la recherche de la qualite que par celle de la quantite, ne veulent pas necessairement se sentir obliges d'agir pour la maximisation du profit a n'importe quelles conditions...
avatar saji_sama | 
@Lio70 : '2. Ce qui cloche aussi dans certains pays, c'est l'obligation legale d'ouvrir son capital, meme si les proprietaires initiaux de l'entreprise n'en ont ni le besoin ni l'envie. ' Ah bon? Tu m'apprends quelque chose si c'est vrai :)
avatar Isacc25 | 
Bill Gate poussé vers la Exit Gate
avatar saji_sama | 
@Lio70 : '1. Il faut admettre que tout investissement est, directement ou indirectement, une forme de capital-risk et cesser de rouspeter si les resultats ne sont pas a la hauteur.' Justement si tu n'es pas d'accord avec la gouvernance de la boîte, en tant qu'investisseur tu as le droit de virer le CEO, même si il était le fondateur, mais pour ça il faut détenir 51% ou du moins te regrouper avec d'autres pour avoir le compte
avatar saji_sama | 
@saji_sama : Le CEO n'est que le représentant des actionnaires donc il n'y a que le cas par exemple de Zuckerberg, qui ne peut pas être virer, tout simplement parce qu'il détient au moins 51%, justement parce qu'il n'a pas vendu ces parts, alors que Gates, il a bien vendu ses parts, pour cette raison que sa fortune personnelle soit aussi élevée et qu'il puisse se faire virer aussi simplement ;)
avatar Lio70 | 
@saji_sama. Je sais tout cela, Pas besoin de m'expliquer ;-) J'ai moi-meme une entreprise (petite). Il n'empeche que si l'on n'est pas d'accord avec une politique de gestion qui est le fruit d'une culture d'entreprise, il vaut mieux reprendre (revendre) ses billes et aller voir ailleurs. Virer le fondateur d'une boite, ce n'est pas anodin et cela ne supprime pas le risque d'adopter un changement tout aussi a cote de la plaque en croyant bien faire, pour finalement quand meme boire le bouillon.
avatar tifilou68 | 
Bill Gates ne passera pas à la trappe mais par la fenêtre (Windows) je sors...
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Pauvre Bilou (: (: (:
avatar FMC94 | 
Ça sent vraiment pas bon pour Crosoft... A la limite Gates aurait pu rattraper la boîte :/
avatar tbr | 
Bah, Billou s'en va avec quelques ingé' triés sur le vol... Euh, sur la "fenêtre" et il(s) nous pond(ent) un OS sous OGM — Ordinateur Garanti Monsanto — à partir d'un repompage du noyau Linux, au sein d'une boîte qu'il aura prénommée Before (B4). — "Et comme ça, tous les pôv' ch'tis n'enfants de la terre auront mon ordi" (ndt).
avatar BenUp | 
@Charled Un patron généralement soit il créé, ou il monte petit à petit exemple M.Benz. Employé devenu PDG. Aujourd'hui on place des dirigeants. @saji_sama Facile à dire aujourd'hui, mais a leur époque on parle d'ordinateur à carte ou Alter. Donc oui ils sont des génies et visionnaires.
avatar iRobot 5S | 
Microsoft se livre aux actionnaires ? On pourra dire adieu à Microsoft dans quelques années alors
avatar iJack | 
@saji_sama @Lio70 : '2. Ce qui cloche aussi dans certains pays, c'est l'obligation legale d'ouvrir son capital, meme si les proprietaires initiaux de l'entreprise n'en ont ni le besoin ni l'envie. ' Ah bon? Tu m'apprends quelque chose si c'est vrai :) On peut toutefois le retirer du marché. C'est ce qu'à obtenu en tout cas Mr Dell, pour sa boite éponyme : http://www.challenges.fr/entreprise/20130912.CHA4306/le-groupe-informatique-dell-rachete-par-son-pdg-fondateur.html Il a dû pour cela le demander aux actionnaires :)
avatar saji_sama | 
@iJack : Oui mais la question porte sur l'obligation légale d'ouvrir le capital au public, que l'on souhaite le faire volontairement lors de l'introduction en Bourse (IPO) mais d'en avoir l'obligation j'en suis pas si sur, apres évidement une fois que c'est fait, il faut pas s'étonner que les actionnaires publics s'en mêlent, le beurre et l'argent de beurre en fait ;)
avatar saji_sama | 
@BenUp : 'Facile à dire aujourd'hui, mais a leur époque on parle d'ordinateur à carte ou Alter. Donc oui ils sont des génies et visionnaires.' Justement le terme de génie et de visionnaire s'applique bien plus a Jobs qu'à Gates, du fait qu'il n'a au final rien vraiment créer de lui même, il a acheter MS DOS, et copier l'UI a Jobs donc visionnaire peut être d'avoir fourni en licence les fabricants du monde entier de son OS acheté, sous forme de ligne de code donc aucune UI, en somme un financier comme pourrait l'être Cook mais pas un génie visionnaire comme l'était Jobs...
avatar Patriste | 
Arrête, je vais pleurer sur le sort de d'un du plus grand plagieur informatique de la planète, qui s'est enrichi en obligeant toutes les pauvres pommes qui voulait échapper à la vrai (pomme), à acheter un PC avec Windows dedans.
avatar saji_sama | 
@iRobot 5S : On pouvait déjà lui dire adieu bien avant que les actionnaires s'en mêlent c'est bien le problème ;)
avatar saji_sama | 
@BenUp : 'Un patron généralement soit il créé, ou il monte petit à petit exemple M.Benz. Employé devenu PDG. Aujourd'hui on place des dirigeants. ' Justement Ballmer et Cook sont des exemples qui contredisent tes dires......
avatar myrddin-fr | 
@ BenUp [03/10/2013 15:43] "@saji_sama Facile à dire aujourd'hui, mais a leur époque on parle d'ordinateur à carte ou Alter. Donc oui ils sont des génies et visionnaires." Génies ? visionnaires ? , certainement pas... Opportuniste oui, sans aucun doute.... A l'époque ou microsoft barbotait joyeusement avec le MSDOS (code acheter d'ailleurs a SCP -> QDOS) les autres utilisaient déjà leur OS "maison" avec interface graphique, multitâche et bien d'autre fonctionnalités avancées ... La ou Microsoft a réussi un coup de génie c'est quand ils sont parvenus a fédérer les entreprises (et non les particulier) autour d'un OS commun : et oui a l'époque chacun utilisait leur propre OS, plus ou moins propriétaire, tous incompatible entre eux et pour certains hors de prix, a la maintenance hasardeuse... Si, a cette époque, les quelques gros détendeur de licence Unix au lieux de chercher "une rente maximal a tout prix" s'était entendu pour proposer un OS commun licencier a un tarif raisonnable, il y a fort a parier que microsoft n'aurait jamais percée.
avatar esantirulo | 
Comme si ces 3 gars avaient une vraie vision, hormis faire que l'action prenne de la valeur.
avatar philippl | 
@saji_sama IBM concurrent de MS ? ah ah ah, tu n'y es pas du tout, quand on ne sait pas on la ferme. IBM a créé l'ordinateur personnel en 1981 (IBM PC) et cherchait un OS pour cet ordinateur. Il faut savoir qu'à cet époque chaque constructeur avait son OS : HP, Olivetti, etc et que cela influait directement sur l'incapacité de ces systèmes à communiquer entre aux ou à avoir des applications "universelles", capables de s'exécuter sur plusieurs matériels (un peu comme IOS, Androïd, etc). Microsoft (crée en 1975 et qui s'est d'abord orientée vers les langages de programmation style Basic, Fortran, a racheté pour un bouchée de pain un OS écrit par un type genre le week-end et cet OS s'appelait QDOS (QUick and Dirty OS). Après l'avoir quelque peu modifié, MS l'a appelé MS DOS. A l'époque un OS dominait : CP/M mais contacté par IBM, le type de CP/M dont j'ai oublié le nom a dit que cela ne l'intéressait pas car il était en pourparlé avec HP. Gates lui a même téléphoné pour lui dire qu'il avait tort de refuser l'offre d'IBM mais a ensuite saisi la balle au bond et a proposé à IBM d'adapter MS DOS à l'IBM PC. Cela s'est fait dans un local ultra secret non climatisé, au sein duquel il faisait genre 40 degré et auquel seules quelques personnes de MS et d'IBM étaient autorisées à accéder. Par la suite, l'IBM PC s'est vendu à des millions d'exemplaires (genre iPhone) et comme il était livré avec MS DOS....Donc loin d'être un concurrent IBM a été un super tremplin pour MS.
avatar saji_sama | 
@philippl : En fait tu as pas compris je ne parlais pas du PC a l'époque d'IBM mais bien des ordinateurs donc il n'y avait aucun marché sur le PC mais le marché des ordinateurs existait déjà.....
avatar saji_sama | 
@philippl : '@saji_sama IBM concurrent de MS ? ah ah ah, tu n'y es pas du tout, quand on ne sait pas on la ferme. I' Logique imprenable du type méprisable ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR