Interfaces : critiques sur le skeuomorphisme d'Apple

Florian Innocente |
Cuir, bois, textile, reproduction d'anciens mécanismes… les interfaces des récents logiciels d'Apple ont popularisé le terme de "skeuomorphisme". Alors qu'il préparait un sujet sur l'évolution des interfaces utilisateurs chez Microsoft, un journaliste de Fast Company a recueilli les doléances de personnes proches d'Apple ou d'anciens de ses designers, désolés de certains choix opérés.

Le skeuomorphisme se traduit par une volonté d'appliquer des codes visuels anciens à un objet contemporain. Par exemple l'habillage cuir dans Calendrier sur iOS et OS X ou dans (localiser) Mes amis ; le magnétophone à bande dans l'application Podcasts ; l'étagère en bois dans iBooks, etc.

Cette approche, rappelle Fast Company, peut rassurer des personnes intimidées par ces outils informatiques et qui vont reconnaître des éléments visuels familiers. Dans Calendrier sur l'iPad il peut être naturel d'avoir sous les yeux la reproduction d'une page et, partant, de littéralement la feuilleter avec le doigt.



Cette personnalité artificielle a aussi le mérite de permettre une meilleure distinction entre les applications. Sur un écran encombré, impossible de confondre un bout de fenêtre de Mail avec celle de Calendrier ou de Notes. Ça n'a pas toujours été le cas avec OS X où il est arrivé que toutes les applications se ressemblent, fusionnées dans une masse de gris.



À l'inverse, le magnétophone à bande dans Podcasts est purement gratuit, la croûte de cuir dans Rappels aussi. Dans iBooks, la représentation de l'épaisseur de l'ouvrage n'est là que pour façonner cette illusion de réalité. Car elle n'est d'aucune utilité puisqu'elle est visuellement identique, que l'on soit au début du livre ou à sa conclusion. Cette information de progression dans la lecture est donnée par les jalons placés en bas d'écran.

L’app Mes amis est toute revêtue de cuir, tel un objet sorti des ateliers d'une grande marque de luxe. Si ce n'est que cette application ne peut se raccrocher à aucune réalité. Il n'existait pas, il y a plusieurs dizaines d'années, d'objets remplissant ce rôle et habillés de cette matière.



Un ancien designer d'Apple a raconté à Fast Company que le cuir piqué de cette application était « littéralement basé sur une texture qui se trouvait dans le jet privé de Steve Jobs ». Le patron d'Apple a poussé à cette pratique du skeuomorphisme, au désespoir de certains de ses employés, racontent des interlocuteurs du journaliste « Il y a eu beaucoup de mail en interne entre les designers des interfaces utilisateurs, qui trouvaient que c'était gênant, tout simplement affreux ».

L'interface du Game Center a elle aussi donné des hauts le coeur « Steve a beaucoup insisté pour que tout - le feutre du tableau, les jetons de jeu - soit exactement comme dans la réalité. En interne, plein de gens étaient choqués par cette richesse de détails, ils se disaient que ça allait trop loin ».



Un ancien designer d'Apple parle de « masturbation visuelle » où il s'agit de gonfler ses muscles pour montrer sa capacité à recréer des objets réalistes « mais on s'en fout », assène-t-il.

Il y aurait deux camps chez Apple sur cette question. Scott Forstall serait l'un des promoteurs de cette philosophie du réalisme alors que d'autres hauts responsables s'y opposeraient, dont Jonathan Ive. Ce dernier avait d'ailleurs laissé transpirer des sentiments mitigés à l'occasion d'une interview récente (lire Jonathan Ive devient Chevalier et raconte son métier). Sans émettre d'avis qualitatif, il soulignait dans sa réponse qu'il s'occupait du matériel et qu'il n'était pas associé aux choix d'interfaces logicielles. On a vu soutien plus franc…



Apple n'a pas inventé le skeuomorphisme, on a vu et voit encore ce principe appliqué sur différentes plateformes au travers de multiples applications. Si l'on prend le seul exemple de l'étagère d'iBooks, l'application Library l'utilise depuis quelques années déjà. Mais Apple servant d'exemple, elle peut entraîner à sa suite des créateurs d'interface. Un blog - Skeu It - compile des exemples de ce type d'interfaces, et s'en délecte par des appréciations sarcastiques.

Des designers interrogés par Fast Company se désolent de cette direction prise par Apple. Ainsi le Suisse Yves Béhar (il a dessiné le petit portable One Laptop Per Child ou le décodeur noir et blanc de Canal+) « Utiliser la réalité comme métaphore visuelle de l'interface utilisateur, plutôt que de faire fonctionner cette interface par ses propres moyens, est quelque chose qui me contrarie depuis un bon moment. Une bibliothèque numérique ne fonctionne pas comme une véritable étagère. Vous me balancez tout ce bruit visuel qui vient parasiter et c'est déroutant. Mon cerveau, qui est habitué aux bibliothèques physiques, est déstabilisé par ces différences d'utilisation. C'est joli, mais pas spécialement utile. »

D'autres critiques vont dans ce sens en ajoutant que certains objets représentés n'évoquent rien à leurs utilisateurs. Un Rolodex pour ranger des cartes de visite est un OVNI pour un jeune utilisateur aujourd'hui. Même chose d'une certaine manière pour le broyeur de cartes montré par Scott Forstall dans l'application Passbook d'iOS 6. Combien de personnes au quotidien voient ou utilisent une déchiqueteuse à papier, demande un autre interlocuteur de Fast Company « Pour moi c'est comme de mettre du rouge à lèvres à un cochon, ce n'est pas la peine d'ajouter des paillettes à un produit s'il peut jouer son rôle sans elles ».



C'est d'ailleurs moins le skeuomorphisme dans son principe qui est rejeté que les excès auxquels il conduit, avec une surabondance de détails et d'ornementation. Ces mêmes personnes devenues critiques à l'endroit d'Apple ont à l'inverse signalé leur intérêt pour l'approche de Microsoft - objet du prochain sujet de Fast Company - avec sa nouvelle interface dans Windows Phone et maintenant Windows 8. Elle contient des références à des objets du réel (une enveloppe pour signifier le mail, un appareil photo…) mais uniquement par des icônes dont le dessin est tiré au cordeau. Les interfaces associées privilégient plutôt le minimalisme. Une direction quasiment opposée à celle d'Apple et qui voit les deux frères ennemis jouer à nouveau une partition différente.

Tags
avatar lillegubben | 
Apple ce sont des produits au design épuré avec une interface graphique très chargée, dans le monde du PC cela deviendra le contraire (interface épurée de windows8 et les sempiternels ordinateurs "caisse à savon") Le pire du pire chez Apple au même niveau que le cuir de carnet d'adresse et d'ical, c'est quand même l'icône de Pages... qui utilise encore un stylo plume à pompe et son flacon d'encre?
avatar Mark Twang | 
@damien83 L'interface de Podcasts émule un magnétophone à bande comme le Nagra ou le Revox.
avatar damien83 | 
@lillegubben : elle est super belle cette icône ! C'est mieux que le gros W tout moche de WORD .
avatar damien83 | 
@mark twang : merci ;)
avatar Domsou | 
Personnellement je n'aime pas trop ces interfaces proches de la réalité. Ça c'est une question de goût. Par contre la rupture ainsi faite avec le reste des applications est très forte et permet d'identifier clairement où l'on se trouve et ce que l'on utilise. Les applications possédant ce genre d'interface ne sont pas utilisées longtemps dans une session de travail. Bref au point de vue interface utilisateur je trouve cet effet de rupture fort bien conçu.
avatar Mathias10 | 
Le game center...est franchement horrible. Je m'accorde avec eux sur certains points. Mais le calendrier j'aime bien, les contacts je trouve sa too much...après il faut bien un peu d'originalité.
avatar daito | 
@lillegubben Windows 8 = interface avec une masse de carrés + bureau classique Windows avec la subtilité des rubans.....c'est sûr que c'est épuré.
avatar daito | 
Encore une fois, on aime ou pas l'aspect de Game Center ou Calendrier etc....peu importe c'est au goût de chacun et on ne peut pas plaire à tout le monde. Le pont important est que le skeumorphisme est historique chez Apple, ce n'est pas nouveau, c'est dans leur ADN.
avatar iBaby | 
Ce réalisme du skeumorphisme est peut-être mieux perçu par les utilisateurs de machines tactiles iOS, du simple fait qu'ils touchent leurs écrans, ce qui leur rappelle davantage les objets imités qu'aux utilisateurs de Mac, au point de rechercher même la sensation du cuir, du cahier, du magnétophone, illusoirement, mais dans la veine de cette parenté du tactile avec le plaisir du toucher.
avatar daito | 
@iBaby Encore une fois, le skeumorphisme existe dans Mac OS depuis des années depuis les débuts.
avatar lukasmars | 
Ca me fait penser à la jupe leopard et les plateform shoes que doit mettre une gagneuse pour se faire remarquer. Visuellement ça claque mais c'est de mauvais gout; pour donner une comparaison: le style vestimentaire de Rihanna.
avatar Nesus | 
Juste une chose, le choix est assez bon de mon point de vue. Même si ce n'est pas beau, si ce n'est pas le plus pratique, elle aide la population qui en a le plus besoin à comprendre ce que l'application est censé faire. Ces codes sont effectivement pas pour les jeunes, mais pour les personnes semi et âgées. Par contre il faudra effectivement que cela évolue parce que bientôt cette population aura disparue (bientôt est relatif bien-sûr). Pour le reste c'est une histoire de goût. J'en suis pas fan, mais je vois les avantages qu'elle apporte aux autres.
avatar iBaby | 
@daito Oh, pardon monsieur, je ne savais pas que nous étions sur Mac generation, j'utilise l'appli iPad, désolé. S'il faut trouver une justification au skeumorphisme d'Apple, penses-tu qu'il soit plus à chercher du côté de Mac OS que d'iOS ?
avatar lifenight | 
Je pense que ce type d'interface conçu pour rappeler les choses que l'on utilise au quotidien a contribué au succès des terminaux ios. On se sent bien plus à l'aise, en confiance et c'est moins déroutant. Ca fait partie de l'inconscient certainement, une force qui ne doit pas disparaitre et qui participe au succès, à mon humble avis.
avatar daito | 
@iBaby Lis mon premier commentaire sur cette news et tu auras ta réponse.
avatar Simeon | 
L'application carnet d'adresse est la plus moche de toutes. M'enfin, elle était très bien avec snow leopard. Si quelques une de mes applications ne requérait pas Lion, je repasserais bien sous le fauve des neiges.
avatar Florian Innocente | 
@daito Exact pour le lecteur multimédia façon platine, je n'ai pas eu le temps de le mettre dans l'article mais c'est un bon exemple. Je m'en souviens bien avec ses choix de couleurs.
avatar iBaby | 
@daito Certes, mais ça n'empêche pas de dire que c'est sur iOS qu'Apple s'est attaqué aux textures, aux tissus, à la reproduction des objets, plus qu'aux débuts du Mac dans tes exemples. Le skeumorphisme d'Apple me plaît assez, inutile de prêcher un converti comme moi, qui ne ramenais que sa petite hypothèse pas déplaisante à mon avis - et puis je ne connais qu'iOS. :)
avatar Maliik | 
En utilisant cette approche apple permet à son disgn de perdurer dans le temps, il ne se démodera pas. (mais il les peut être déjà à la base lol)
avatar daito | 
"à la reproduction des objets, plus qu'aux débuts du Mac dans tes exemples." Bien le lecteur CD audio, la calculatrice ou le Brushed metal sont clairement des reproductions d'objet. "et puis je ne connais qu'iOS" Donc tu es excusé lol.
avatar iBaby | 
@daito Et il niera que Calendrier, Contacts, Notes, venaient d'iOS avec leur skeuomorphisme. ☺
avatar lukalafaget | 
perso je trouve ça a vomir... le pire restant le game center, ça me rappelle une interface type age of empire 2, c'est dépassé de 10 ans. Simplicité et sobriété, apple n'arrive pas a faire pour ses soft ce qu'elle a fait pour son hard.
avatar apopi | 
Vive le minimalisme ! Je préfère de loin les interfaces de windows 8 ou de Lubuntu, que je suis en train d'utiliser d'ailleurs, à celles d'apple qui actuellement sont une véritable horreur. C'est plus retour vers le futur, c'est retour vers l"époque Victorienne ! A quand des Macs avec des broderies autour de l'écran ?
avatar Applerider | 
@damien83 : ça a un peu rien a voir... Word est un traitement de texte. Ici tu parles d'icône les qu'on parle d'interface. Réfléchis un peu avant de poster.
avatar Macbeth | 
Pour la part, même si je comprend la motivation à la base de ces choix, ça glisse vers du n'importe quoi et du tape à l'oeil gratuit au bout du compte... C'est plutôt beauf quoi en somme. On peut faire beau, sobre, chaleureux et hyper fonctionnel. C'est un peu plus de taff et d'inventivité que simplement reprendre des aspects d'objets physiques un peu rétro, mais après tout c'est un peu le boulot d'un désigner de se casser la nouille pour innover. Là on a l'impression qu'ils sombre dans la facilité. la fonction créée la forme. C'est un principe de base. Là on prend tout le problème à l'envers. C'est étrange que tout le monde se pâme devant le design épuré et très classe du matériel apple et arrive en même temps à se pâmer devant des interfaces logiciel qui font le grand écart avec cette logique. Soit il s'agit de mauvaise foi, soit c'est un manque d'affirmation des goûts... Je sais pas, ça le laisse perplexe. Vivement que Jonathan Ive intervienne dans les interfaces. Lui il ne cherche pas forcément à séduit papy et mamie mais à proposer des approches un peu plus audacieuses. Enfin, ce sont des questions de goûts tout ça... Mais tout de même, si le futur de nos interfaces c'est de larmoyer "c'était mieux avant"... Ça me fait bizarre.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR