Michael Dell explique sa petite phrase de 1997

Florian Innocente |
Régulièrement moqué pour sa petite phrase sur Apple en 1997, Michael Dell était aussi un proche de Steve Jobs. Il comptait parmi les quelques invités à la soirée d'hommage privée tenue il y a deux jours à l'université de Stanford, qui réunissait famille, collaborateurs et proches du disparu.

À l'occasion de la conférence Web 2.0 Summit le patron de Dell a rappelé les origines de cette amitié. Âgé de 16 ans et propriétaire d'un Apple II, il avait croisé Jobs à un club utilisateurs Apple à Houston, au Texas «J'ai énormément de respect pour Apple. Évidemment Steve va nous manquer, c'était un ami».

Michael Dell a été également interrogé par TechCrunch sur cette fameuse phrase, qui lui colle aux basques depuis 14 ans exactement. En octobre 1997, alors qu'Apple allait de mal en pis et que Jobs venait à peine de reprendre la barre, il avait déclaré “Qu'est-ce que je ferai ? Je fermerai la boîte et je rendrai l'argent aux actionnaires.».

Sa phrase a été mal interprétée plaide-t-il aujourd'hui «Le sens de ma réponse était que je suis le PDG de Dell, et je ne me vois pas être le patron d'une autre société, je ne suis pas un PDG en disponibilité, du coup, si vous me demandez ce que je ferai pour n'importe quelle autre entreprise, ce n'est pas franchement quelque chose auquel je pense».

En novembre 1997, lorsque Steve Jobs dévoila les premiers G3 et surtout l'Apple Store en ligne avec ses options de configuration à la demande (une spécialité de Dell), il montra une grande image avec le visage de de son concurrent, posé sur une cible. Jobs lança alors à l'assistance “Nous voulons te dire, Michael, qu'avec nos nouveaux produits, notre nouvelle boutique en ligne et notre "build to order", on va te rattraper, mon pote». Et Jobs d'enchaîner avec un bref clip vidéo - qui finalement ne fut pas retenu pour la campagne Think Different - montrant des images d'archives de Mohammed Ali jouer des poings face à la caméra, en grognant “Recule, recule sucker, je vais t'avoir».

On savait s'amuser à l'époque.



Tags
avatar krysz | 
En novembre 2011 ???
avatar Stanley Lubrik | 
Finalement.. Un vieux pote !
avatar Muh555 | 
"En novembre 2011, lorsque Steve Jobs dévoila les premiers G3" Ah non, ça suffit comme ça, les rumeurs !
avatar brumalexa | 
"novembre 2011" ? Steve Jobs : le retour Wait and see...
avatar huexley | 
On va finalement avoir nos G3 à 2Ghz :D
avatar Terence993 | 
Rapide la vidéo dis-donc.
avatar SugarWater | 
Il est dopé Ali pour être aussi rapide
avatar Tonysouth | 
Mohamed en mode Hussein bolt
avatar Nesus | 
Il faut avouer qu'au vue de l'état d'Apple a cette époque il n'y avait pas tellement mieux à faire. C'était la ruine assurée à défaut de miracle. Miracle il y eu, (petite tournure rien que pour embêter ceux qui estiment qu'apple est une religion :p), il y a quand même peu d'exemple de société qui réussissent aussi bien. Cela est extraordinaire donc en toute logique très difficilement
avatar béber1 | 
Finalement, il a eu raison le Michael de lancer sa sentence d'alors, ça a foutu une de ces niakes à iPapy, jusqu'à boursoufler WallStreet !
avatar flette | 
@ nesus +1
avatar Yves SG | 
Cette phrase montre tout simplement que Michael Del pense, et agit en financier, avec une certaine efficacité, mais aussi avec les limites que l'on voit. Steve Jobs pensait bien plus avec ses tripes et avec son cœur que l'immense majorité des gens (et surtout des chefs d'entreprise), et les grandes choses ne se font jamais en ne pensant qu'à l'argent...
avatar bambougroove | 
Il s'enfonce Michael Dell avec son explication foireuse, mais c'est tout de même resté un proche de Steve Jobs s'il était invité à cette cérémonie. @ nesus : + 1 Le miracle c'est en partie Bill Gates financièrement parlant, quelle ironie mais seulement en partie hein ;) @ Yves SG : + 1 Steve Jobs était en effet un "passionné", et la passion est un moteur très puissant qui ne se soucie pas de l'argent ...
avatar PiRMeZuR | 
Il faut du conditionnel dans la citation de Dell ! Là, ça pique les yeux !
avatar marvelous | 
J'imagine la fin de la ceremonie, petite verree entre amis, cananpes et petits fours. Michael, larme a l'oeil, dechirant soudain sa chemise : "je suis un incompris!" 14 ans pour enfin lever le voile. Bravo. Il a un sens profond de l'introspection retrospective.
avatar PMASSOL | 
Il avait du gout cet Ali, vous avez vu la voiture en fond de clip une DS !!!
avatar melaure | 
N'empêche qu'il pourrait quand même fermer sa boite lui, et non pas rembourser les actionnaires, mais les clients qui se prennent la tête avec ses PC nazes et qui ont une facture d'aspirine et d'anti-dépresseurs conséquentes sans compter les journées entières de temps perdu à cause du manque de fiabilité et de performance du aux composants misérables ...
avatar kergariou | 
Je pense que le verbe "se moquer" n'est s'utilise que dans le mode pronominal.
avatar h4l3 | 
Tu m'étonnes que Ali a la rage, cette vidéo a été faite à Kinshasa quelques jours avant son plus grand combat, contre le champion Foreman, il avait pas intérêt à commettre une erreur. A mon avis il avait les crocs.
avatar J.M | 
@ Melaure : Oui enfin bon c'est peut être applicable à l'entrée de gamme mais j'ai eu l'occasion de paramétrer deux XPS 17" en i7 Sandy Bridge dernièrement et ça n'est pas naze comme tu sembles le penser. Pour la performance, ça tourne et ces deux XPS sont destinés à des étudiants graphistes qui bossent toute la journée dessus (photoshop / illustrator / after effects etc.). J'ai pas eu besoin de prendre d'aspirine non plus. Le seul truc chiant c'était certains logiciels pré-installés dont on a rien à carrer mais ça se vire facile.
avatar kaisy | 
Images extraites de "When We Were Kings". Film relatant le combat Foreman/Ali à Kinshasa au Zaïre (ex-Congo). Don King / Norman Mailer / BB King / James Brown / Mobutu / L’Afrique ... Un documentaire "musico-historico-politico-sportif" 5 étoiles (Oscar). Jetez-vous dessus.

CONNEXION UTILISATEUR