Mac OS X Lion : WebGL retiré, Do Not Track ajouté

Florian Innocente |
La version de Safari (5.1) livrée avec Mac OS X Lion Developer Preview 2 voit une disposition disparaître et une autre arriver. La première est celle du support de WebGL qui figurait dans la DP1 (lire aussi WebGL est finalisé et sera suivi par WebCL). La tentative de lecture d'un contenu 3D WebGL débouche sur un message d'erreur. On n'en tirera toutefois pas de conclusion définitive tant que Lion ne sera pas finalisé.

http://static.macg.co/img/2011/3/safariwebgl-20110331-154253.jpg

Le petit nouveau s'appelle "Do Not Track" (DNT) et comme WebGL, il s'active dans le menu développeurs du navigateur. DNT fait référence au système proposé fin janvier par Google et Mozilla afin de donner davantage de contrôle à l'internaute, et de manière plus simple, sur ce qui est fait de ses données personnelles durant la navigation. Si vous souhaitez accepter ou non que votre parcours sur le web permette d'établir un profil et, partant, l'envoi de contenus ou de publicités ciblés (lire Mozilla et Google proposent la fin du tracking).

http://static.macg.co/img/2011/3/dnttrackersafari-20110331-154100.jpg

Firefox 4 et Internet Explorer 9 ont tout les deux mis en place ce système. Chez le premier, il s'active dans les préférences, panneau Avancé, onglet Général et option "Indiquer aux sites de ne pas me pister". Mais cela ne fonctionne que si le site visité tient compte de la demande adressée par le navigateur. Il faut donc convaincre les éditeurs et régies publicitaires de jouer le jeu. Hier un responsable de Mozilla expliquait que des progrès avaient été fait en ce sens.

http://static.macg.co/img/2011/3/mozilla-dnt-diagram3-20110331-155637.jpg

Il cite l'exemple de l'Associated Press qui a rendu compatible 800 sites touchant 175 millions de visiteurs unique par mois avec le système DNT. D'autres acteurs importants des médias et de la publicité sont en train de l'évaluer. De la même manière que le retrait de WebGL ne signifie pas nécessairement son abandon dans Lion, la mention de DNT n'est pas un gage de son arrivée dans Mac OS X cet été. Mais au moins on constate que le sujet a franchi la porte d'Apple.

http://static.macg.co/img/2011/3/dntfirefox4-20110331-154649.jpg

avatar Fiozo | 
Personne n'en a parlé, mais je crois bien que la fonction Safari Reader (https://www.macg.co/news/voir/157671/safari-5-les-rss-et-le-lecteur) a disparu sur Mac OS Lion. J'étais le seul à me servir de cette fonction ou je ne l'ai pas trouvé ?
avatar marc_os | 
[quote]Si vous souhaitez accepter ou non que votre parcours sur le web permette d'établir un profil et, partant, l'envoi de contenus ou de publicités ciblés[/quote] Question : Comment une régie putlicitaire peut-elle m'envoyer de la puclicité ciblée (en fait du spam car pub non solicitée), si elle n'a pas mon email, simplement à partir des infos glanées lors de la navigation ? Enfin, que cette initiative vienne de google me paraît curieux. Google vit de la pûblicité (ciblée). Quel est son intérêt dans l'histoire ?
avatar leblanco | 
@marc_os En fait je pense que ce dont on parle ce sont les publicités ciblées qui apparaissent sur des sites type Google ou Facebook (genre j ai visite quatre sites pour organiser mes prochaines et donc les prochaines pub seront celles de voyagistes), et non du spam.
avatar Dr Troy | 
@marc_os : elle ne te les envoie pas, les publicités s'affichent sur les divers sites que tu visites. L'intérêt doit répondre à un cadre légal.
avatar Nicolas Furno | 
@ Fiozo : à ma connaissance le mode lecteur est toujours en place…
avatar Fiozo | 
@ Nicolasf je n'avais pas fait bien attention alors, merci ;-)
avatar Dagui | 
@ Fiozo : je confirme, la fonction Reader de Safari est présente dans Lion, je viens tout juste de l'utiliser sur l'article du cloud computing. J'ai pas encore fait la maj, mais j'vois pas pourquoi ils l'enlèveraient.
avatar Liam128 | 
[quote]Quel est son intérêt dans l'histoire ? [/quote] Son intérêt c'est de faire moins peur. Google ne veut pas devenir le nouveau Microsoft, la société crainte et détestée, l'incarnation de Big Brother dans l'imaginaire collectif. Elle doit à tout prix passer pour une société gentille. Quitte à devoir mettre un petit frein à une partie de ses gains potentiels. Mieux vaut ça que de risquer de susciter une méfiance telle qu'on n'arrive plus à vendre.

CONNEXION UTILISATEUR