Drôles de gadgets #1 : la bandelette encodable Softstrip

Jean-Baptiste Leheup |

Les années 1980 ont été une véritable mine d'idées bizarres. Pour commencer cette série, nous nous penchons sur un truc étrange, le Softstrip de chez Cauzin, apparu brièvement en 1986 et coûtant environ 200 $. Pour comprendre tout le génie de cette idée, il faut se remettre — comme toujours — un peu dans l'ambiance. À l'époque, point d'internet dans nos belles régions, alors pour installer un nouveau logiciel sur son Apple IIc en 16 couleurs, on n'avait guère le choix : soit on l'achetait (ou on le copiait) sur disquette, soit on en recopiait le code en BASIC dans l'interpréteur fourni avec la machine.

C'est ainsi qu'il était assez courant de trouver des logiciels complets dans les magazines dédiés aux amateurs d'informatique. Ils occupaient souvent plusieurs pages qu'il fallait recopier très attentivement pour ne pas provoquer d'erreur dans l'exécution du programme.

Et c'est là qu'arrive Cauzin System Inc, une entreprise basée dans le Connecticut. Ne cherchez pas, elle n'a rien produit d'autre que le Softstrip dont nous parlons aujourd'hui. Il s'agissait d'un étonnant système visant à encoder les données informatiques non pas sur un support magnétique (comme une cassette ou une disquette), non pas sur une puce de mémoire, mais sur… du papier ! Une sorte de code-barre géant, ou mieux, de méga-QR-Code de 24 centimètres sur 1,6.

Le système d'encodage était donc lié à un scanner, qui intégrait une petite tête de lecture : il suffisait de lui faire lire une bande de papier imprimée pour qu'il en transmette immédiatement la version décodée à l'ordinateur. Le Softstrip était proposé en versions Apple II, Macintosh et IBM-PC, avec le logiciel et les câbles adaptés à chaque machine.


avatar bazino | 

Les mecs avaient des idées de dingues. Hâte de lire la suite de la série !

avatar Kin Sapalot | 

Jamais entendu parler de ça (probablement trop jeune, même si je commence à ne plus en être un…) ! L’idée était pourtant bonne, je me souviens avoir copier des lignes de BASIC sur Amstrad tellement la lecture de cassette était lente…

avatar Oracle | 

Pareil, le souvenir de recopies de lignes BASIC me revient direct et me faire dire que le concept était bien vu.

Il lui a peut être manqué d’émerger chez un grand acteur plutôt qu’une « startup » de l’époque pour avoir un peu plus de chance de créer le cercle vertueux de son adoption.

avatar RenaudL | 

Je m’en souviens. J’avais pensé que c’était une bonne idée, quand je passais des heures à retaper des pages de code (et autant de temps à debugger).. c’était une époque formidable tout de même.

avatar dandu | 

Marrant !

D'ailleurs, Nintendo a utilisé un trcu dans le genre avec un accessoire pour Game Boy Advance, jamais sorti ici.

avatar kev020792 | 

J’ai souvenir dans les années 90 quand j’étais tout petit, que mes parents avaient un enregistreur cassette Panasonic pour la télévision. Sa particularité que je trouvais absolument génial à l’époque, c’était qu’il fallait scanner des codes barres avec un pointeur infrarouge sur la télécommande pour programmer un enregistrement ! Il y avait une grande page avec les chaînes, les heures et les minutes avec un code bar à côté de chaque élément et il fallait pointer la télécommande de gauche à droite sur les codes-barres pour tout programmé… c’était un système super pratique pour l’époque parce que pour programmer un enregistrement, cela ne prenait que deux ou trois minutes le temps de scanner quelques code bar.

avatar Sindanárië | 

@kev020792

Ah ouiiii... c’était hier ça.

avatar CogipTelematique | 

J'imagine que le code-barre contenait le numéro ShowView, ou alors c'était un autre système ?

avatar Derw | 

@CogipTelematique

C’était le ShowView. D’ailleurs, la page pleine de code barres était pour les cas où on n’avait pas de code ShowView tout prêt imprimé sur le programme TV…

avatar JLG01 | 

Cela a évidement circulé et la tentation fut grande.
Mais les revues sont rapidement passées aux disquettes, certainement n’avaient même que cela, plus de papier.

avatar ys320 | 

A la même époque certaisn ont même diffusé à la radio le son des programmes depuis des cassettes, car les softs étaient sur des k7😉 le but était d’enregistrer à la radio le logiciel. Je ne sais plus si ca marchait bien.

avatar LaurentH | 
Je me rappel avoir recopier des listings en Basic... C'était la grande époque.
avatar huexley | 

Acheter des magazines de jeux vidéos en basic et devoir tout taper a la main... Oh the memories.

avatar YetOneOtherGit | 

Merci de me rappeler cette technologie que j’avais complètement oubliée, je viens de retrouver la même publicité dans un de mes vieux n° de Byte 🙏

avatar Sindanárië | 

Moi j’ai commencé avec les dérouleurs à bande avec colonnes à vide pour des bobines à 9 pistes... et ça trouvait pas dans des revues les bobines 😅

avatar YetOneOtherGit | 

@Sindanárië

Après les Mémoires à tores magnétiques c’est le début de la grande décadence et de la paupérisation de l’informatique 🥸

avatar Sindanárië | 

@YetOneOtherGit

C’était encore l’époque où l’on mettait VRAIMENT les mains dans le cambouis en informatique 😅. Il fallait très régulièrement dépoussiérer tous ces moteurs, poulies et engrenages qui entraînaient les bandes, nettoyage des têtes de lecture/ écriture au coton tige qui s’encrassaient très vite... Quand on parlait de “déboggage”, c’était directement au niveau des circuits imprimés en rack derrière l’armoire, et de l’électromécanique et la bonne synchronisation de tout les moteurs pour l’entraînement des bobines, galets, poulies, pour la lecture des données.
Je reconnais que ça me fait toujours un peu sourire quand je parcours les forums aujourd’hui, avec les gens qui se gaussent de monter un SSD dans leurs NAS ou je ne sais quoi d’autre. 🥳
A présent seuls les métiers de maintenance en avionique ressemblent encore à ça.

Maintenant pour revenir au sujet de cet article, cet appareil et ce système à code barre n’est qu’un dérivé repris des cartes perforées utilisées avant ça.

avatar YetOneOtherGit | 

@Sindanárië

"Maintenant pour revenir au sujet de cet article, cet appareil et ce système à code barre n’est qu’un dérivé repris des cartes perforées utilisées avant ça."

Après Jean-Baptiste Falcon ce n’est que de la redite en terme de stockage des données 🤓😉🥸

avatar Cric | 

Plutôt ingénieux comme système. Le nombre d’heures passées à recopier des programme en Basic (ou à programmer tout simplement). Tout une époque !

Je me souviens d’un Star Trek en Basic avec un programme tenant sur plusieurs pages qu’il m’a fallut des heures à recopier et qui n’a jamais marché...

Les disquettes (puis les CD) ont bien fait évoluer les choses par la suite.

avatar koko256 | 

Ce système me paraît parfait pour un film d'espion vintage où le héros doit passer les bandes sur l'ordinateur central et que cela prend du temps pendant que le stress de voir débarquer les méchants monte. Et quand les méchants entrent, pouf à la seconde le héros est parti..

CONNEXION UTILISATEUR