Les humains plus efficaces que les robots pour assembler les appareils d'Apple

Mickaël Bazoge |

Ce n'est pas demain la veille qu'Apple remplacera tous les humains de ses lignes de production par des robots. The Information a obtenu de David Bourne, qui a travaillé avec Foxconn sur les projets d'automatisation du géant chinois pour l'assemblage des produits d'Apple, quelques informations intéressantes sur ce sujet. Le constructeur y a englouti des millions de dollars, presque en pure perte.

Daisy, le robot qui recycle l'iPhone.

En 2012, une équipe d'Apple — emmenée par Tim Cook lui-même — s'est rendue chez Foxconn pour constater de visu les résultats d'une ligne de production quasiment complète pour l'iPad, entièrement robotisée. Terry Gou, qui était le président du groupe à l'époque, avait annoncé en août 2011 que ses usines allaient abriter un million de robots en deux ans (lire : Foxconn robotise ses usines). Ce rêve d'industriel s'est fracassé sur le mur de la réalité : Foxconn n'exploitait que 100 000 robots l'an dernier.

De retour du voyage, la direction d'Apple décide de donner sa chance à l'automatisation de la production en installant à quelques encablures de Cupertino une équipe de spécialistes de la robotique chargée d'automatiser une partie de l'assemblage de l'iPad. Objectif : réduire de moitié les effectifs nécessaires pour ce travail en période de pointe, soit 15 000 travailleurs.

Mais il s'est avéré que les humains ont encore une petite longueur d'avance sur les robots. Serrer des vis, en particulier les toutes petites vis des produits d'Apple, est un défi : il faut un angle spécifique, un alignement parfait et un serrage qui tienne compte de la résistance des matériaux. On peut multiplier les caméras et les capteurs, mais en bout de course, une main humaine est encore le meilleur outil pour évaluer les forces en présence.

Idem pour l'application de la colle, dont Apple fait grand usage (au grand dam des réparateurs). Les spécifications du constructeur sont extrêmement précises, que ce soit pour l'emplacement ou la dose de colle à appliquer. Il s'est avéré là aussi que les travailleurs chinois étaient bien plus efficaces pour cette opération.

L'usine d'assemblage du Mac Pro, à Austin.

Un autre exemple significatif de la difficulté d'automatiser les chaînes d'assemblage : le lancement du MacBook de 12 pouces a dû être repoussé de plusieurs mois. En 2014, Apple a en effet tenté de robotiser la production de l'ordinateur portable, sans jamais y parvenir réellement. Durant les premiers essais, les systèmes qui transportaient les pièces ne se déplaçaient pas comme il le fallait, ralentissant ainsi l'ensemble des opérations.

Le robot chargé d'assembler le clavier à l'aide de 88 petites vis ne faisant pas un très bon travail, des humains devaient vérifier le boulot et le reprendre complètement le cas échéant. Des embouteillages se formaient quand les conteneurs de pièces s'accumulaient sur les convoyeurs… Échec sur toute la ligne (de production) ! Le MacBook a finalement été présenté en avril 2015 avec six mois de retard sur le calendrier prévu, avance The Information.

Le labo d'automatisation a fermé ses portes en 2018. Tous les développements qui y ont été réalisés n'ont pas été jetés avec l'eau du bain, plusieurs d'entre eux ont été repris par d'autres divisions chez Apple. Ainsi, des robots ont pu remplacer des humains pour des tâches relativement simples comme le test des Apple TV, Apple Watch et iPad. On peut aussi penser que les robots Liam puis Daisy, qui désossent des iPhone pour en récupérer les pièces, sont issus de ces travaux.

Tags
avatar Ron Dex | 

Des petites « vices », pour des petites mains…

avatar JOHN³ | 

Et puis c’est bien aussi de fournir du travail aux habitants de la planète terre.

Designed in California, hand made in China ?

avatar MarcMame | 

@JOHN³

"Et puis c’est bien aussi de fournir du travail aux habitants de la planète terre. "

Sans oublier les petits nenfants...

avatar JOHN³ | 

@MarcMame

Ah ça ! Mon dieu !

avatar Tao | 

@JOHN³

Je comprends toujours pas cet argument. Est-ce vraiment un idéal pour quelqu’un de serrer des vis dans une ligne d’assemblage d’iPad ? Est-ce que cette personne s’épanouit vraiment ?

Trouver un emploi pour tout le monde ne devrait pas être une fin en soi. Si l’on savait faire des robots capables de les remplacer, ne serait-il pas plus intéressant que l’État dans lequel se situe le robot taxe un peu plus l’entreprise et reverse cet argent aux personnes qu’il remplace. Argent qu’elles pourraient dépenser pour s’épanouir, poursuivre des études, etc. Un sorte de revenu universel quoi 🤷‍♀️

avatar JOHN³ | 

@Tao

Hum... alors, bien que l’on ne s’épanouit pas en serrant des vis, on le fait pas en ramassant des poubelles non plus. Pour autant, avant de dériver sur un débat auquel je ne tient absolument pas à prendre part, crois-tu vraiment qu’on peut s’épanouir sans le travail ?

(Vous avez 4h, bonne chance à tous !)

avatar byte_order | 

JOHN³
> crois-tu vraiment qu’on peut s’épanouir sans le travail ?

Vu qu'une large partie des rentiers de ce monde font travailleur leur richesse plutôt qu'eux même, j'aurais tendance à dire qu'ils arrivent très bien à s'épanouir sans avoir besoin de travailler eux même, oui.

avatar Kimaero | 

@byte_order

C’est surtout leurs comptes en banque qui s’épanouissent.

avatar byte_order | 

@Kimaero

Je pense que quand ils passent du temps en famille dans des lieux paradisiaques, qu'ils surveillent de loin la scolarité brillante de leurs décendance, quand ils s'adonnent à leur passion quelque qu'elle soit sans pour autant en tirer un revenu, ils s'épanouissent aussi, en tant qu'individu.

Y'a que 24h dans la journée de tout homme. La qualité de ce que l'on vit durant ces 24h n'est pas égale, et j'ai du mal à croire qu'une large majorité des gens qui passent l'essentiel de leurs heures éveillées à travailler à des tâches pas forcément folichonnes, souvent répétitives, s'épanouisse autant que des gens qui peuvent choisir ce qu'il vont aimer faire durant ces heures.

Cela n'interdit nullement le bonheur à tous, mais la richesse facilite clairement sa recherche à ceux qui ont plus.

avatar JOHN³ | 

@byte_order

Je préfère la réponse du collègue juste en haut.

avatar marenostrum | 

la construction et la maintenance des robots coute plus cher que les humains, en étant moins capables. donc on peut pas rentabiliser.
Adidas a fermé une usine (ou deux) automatisée presque entièrement. tout simplement les chaussures se vendaient pas, étant moches et très peu de choix, de modèles. l'homme est plus maniable, il peut fabriquer plusieurs modèles en même temps, tandis que faire passer un robot d'un modele à un autre, il faut du temps et de l'argent.

si les robots étaient capables, ils seraient d'abord des soldats.

"Est-ce que cette personne s’épanouit vraiment dans le travail ?"
c'est Stendhal qui en parle : le bonheur est d'avoir pour métier sa passion. bref que dans ce cas qu'on peut s'épanouir en travaillant.

avatar Bigdidou | 

@marenostrum

“si les robots étaient capables, ils seraient d'abord des soldats.”

C’est en cours et c’est très flippant.

avatar horatius | 

L’industrie automobile au moment du grand rêve du toyotisme, dans les années 80 avait déjà fait ce constat.

avatar raoolito | 

@horatius

et c'etaient pas des petites vis eux..
quoiqu'une bonne partie est bien robotisé quand meme, mais pas tout

avatar Giloup92 | 

Pour que ça marche, il faut concevoir dès le début les produits pour un assemblage par des robots.

avatar Bigdidou | 

@Giloup92

“Pour que ça marche, il faut concevoir dès le début les produits pour un assemblage par des robots.”

Ou concevoir de meilleurs robots.
Les robots chirurgicaux, ça fonctionne plutôt bien, et ils sont pas spécifiquement conçus pour chaque patient ;)

avatar redchou | 

@Bigdidou
Ce ne sont que des outils, il y a un humain au commande... 🤷‍♂️

avatar Bigdidou | 

@redchou

“Ce ne sont que des outils, il y a un humain au commande... 🤷‍♂️”

Oui, dont le robot augmente la précision et les possibilités de voies d’abord.
Tout ça pour dire que le robot moins précis que l’humain, c’est loin d’être une généralité...

avatar Un Type Vrai | 

Le "combat est "automate vs humain". Pas robot vs humain.

avatar Bigdidou | 

@Un Type Vrai

« Le "combat est "automate vs humain". Pas robot vs humain. »

Ce n’est pas à ça que j’ai répondu, mais si ça t’amuse...

avatar Sindanárië | 

@Bigdidou

"Ce n’est pas à ça que j’ai répondu, mais si ça t’amuse..."

De toute façon tu sembles rien y connaître, mais si ça t’amuse...

avatar Bigdidou | 

@Sindanárië

“De toute façon tu sembles rien y connaître, mais si ça t’amuse...”

Rien connaître à quoi ?

avatar Billytyper2 | 

@Bigdidou

C’est un robot qui n’est pas autonome, il fait ce que l’homme fait… c’est quand même bien différent par rapport à un robot producteur autonome.

avatar Bigdidou | 

@Billytyper2

« C’est un robot qui n’est pas autonome, »
Sans blague ?

« il fait ce que l’homme fait »
Non. Il est pilote par l’homme mais par exemple, il corrige les tremblements. Il permet des voies d’abord impossible à l’homme avec ses doigts.
Il permet des chirurgies mini invasives impossibles sinon.

avatar Bigdidou | 

@redchou

« Ce ne sont que des outils, il y a un humain au commande... 🤷‍♂️ »

Un tournevis n’est pas qu’un outil ?
Ils sont rarement autonomes.
Et en quoi ça infirme ce dont je parle : la précision et l’agilité du robot par rapport à la main humaine ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR