AMD menace aussi Intel dans le monde des serveurs

Nicolas Furno |

Le retour spectaculaire d’AMD dans le monde des processeurs ne se limite pas aux ordinateurs de bureau. Pour ceux-là, les gammes Ryzen et Threadripper font déjà beaucoup de mal aux processeurs Intel, plus chers et moins puissants. À tel point qu’ils perturbent même la gamme Xeon d’Intel qu’Apple utilise dans l’iMac Pro et dans le Mac Pro :

Un serveur conçu autour d’un processeur AMD EPYC (image Cloudflare).

Cette bonne santé d’AMD se retrouve dans un autre domaine où Intel régnait sans partage depuis des années : le monde des serveurs. Même s’il y avait quelques tentatives avec des processeurs ARM et même si on peut retrouver d’autres architectures dans certains domaines, l’écrasante majorité des serveurs sur le marché tourne grâce à des serveurs conçus par Intel, souvent des Xeon adaptés à ce contexte. Mais AMD propose une concurrence frontale avec sa gamme EPYC, et le fondeur se fait de plus en plus une place.

Cloudflare est un géant du web, le plus gros fournisseur de services pour sites web qui est à la fois un CDN1, un outil pour contrer les attaques DDoS, un gestionnaire de noms de domaine et depuis peu un acteur dans la vague du « serverless » qui consiste, pour simplifier, à faire tourner des sites web et web apps sur un CDN. Tous ces services nécessitent énormément de puissance de calcul et l’entreprise américaine améliore tous les ans les serveurs déployés dans son immense réseau de 200 centres de données.

Après des années à utiliser des processeurs fournis par Intel, Cloudflare annonce avoir changé de crémerie pour sa dixième génération de serveurs. La « Gen X » repose sur un produit AMD, un EPYC 7642 qui dispose de 24 cœurs à 2,4 GHz. La neuvième génération de serveurs maison se construisait autour de deux Xeon Platinum 6162, pour un total de 24 cœurs également, mais cadencés à 1,9 GHz seulement. La fréquence en hausse n’est qu’un critère parmi d’autres toutefois, et AMD bat Intel sur tous les points et en particulier sur un critère essentiel pour l’entreprise : la consommation par cœur.

Grâce à sa gravure à 7 nm, contre 14 nm sur l’ancien processeur Xeon, le processeur AMD choisi par Cloudflare consomme moins tout en offrant une puissance supérieure. La puissance électrique maximale (TDP) requise par chaque cœur était de 6,25 W sur la neuvième génération de serveurs, elle sera de 4,69 W sur la nouvelle. Et ce gain ne se fait pas au détriment des performances, comme l’entreprise le montre dans une série de benchmarks.

L’une des mesures de performance publiées par Cloudflare, ici pour signer et vérifier les clés de chiffrement utilisées pour chiffrer les communications entre serveurs et navigateurs.

À part sur un ou deux tests où le processeur d’Intel a pris l’avantage (probablement lié à un bug), l’EPYC a fait mieux dans tous les tests qui comptent chez CloudFlare. C’est le cas pour toutes les opérations de cryptographie qui sont indispensables à l’heure des connexions sécurisées https, ainsi que pour la compression, un point clé quand on veut servir du contenu rapidement. Ces deux catégories nécessitent beaucoup de puissance de calcul et plus il y a de cœurs rapides dans un processeur, plus les opérations sont réalisées rapidement.

Le cache processeur joue aussi un grand rôle et les 256 Mo de cache L3 placés par AMD dans le modèle sélectionné par Cloudflare contribuent aussi à améliorer les performances réelles. Concrètement, la dixième génération de serveurs est capable de gérer 50 % de requêtes par seconde supplémentaires par rapport à la précédente, alors même que le nombre de cœurs est identique, et que la fréquence du processeur EPYC n’est supérieure que de 20 %.

L’une des différences avec le Xeon, c’est que le cache L3 est non seulement plus grand, mais aussi rassemblé en une seule unité. Pour atteindre 48 cœurs, il fallait deux processeurs chez Intel, et donc diviser la mémoire cache par deux. Cela introduisait des allers et retours supplémentaires entre le processeur et la mémoire vive et cette différence permet à AMD de gagner encore sur le plan des performances réelles.

Cloudflare n’est pas le seul acteur du domaine à faire appel à AMD. Les bons scores des processeurs EPYC ont été repérés par de nombreux hébergeurs dans le monde, y compris le numéro un mondial : Amazon en utilise en effet pour alimenter certaines instances EC2 (T3a et M5a). En France, on retrouve des processeurs AMD sur quelques serveurs dédiés chez OVH et chez Scaleway.

Intel reste l’acteur dominant et de très loin, y compris chez Cloudflare où les anciennes générations fonctionneront en parallèle des nouvelles. Mais qu’AMD puisse concurrencer aussi efficacement les processeurs Xeon est certainement un sujet d’inquiétude pour la firme de Santa Clara. Surtout quand les EPYC parviennent à offrir de meilleures performances tout en utilisant moins d’électricité, la consommation étant un enjeu de taille dans les data-centers, à la fois pour des raisons économiques et écologiques.


  1. Content Delivery Network, une série de serveurs disséminés sur toute la surface du globe pour apporter des contenus plus rapidement aux internautes.  ↩

avatar eX0 | 

Intel a sorti des xeon cascades « refresh », couper sur les prix sur d’autres gammes mais ils y sont toujours pas.

avatar Totoche31 | 

Les places de leader ne durent jamais éternellement... Après la claque, le retour

avatar oomu | 

rappelez vous le AMD K6.

avatar Vanton | 

C’est dingue, y a pas un mois sans qu’on apprenne qu’Intel est nulle quelque part... Retards de ci, retards de ça... C’est assez impressionnant. Et on peut se demander combien de temps ça va durer avant la catastrophe.

avatar Ron Dex | 

@Vanton

Je pense qu’Intel se reposait beaucoup sur ses lauriers, vu qu’il n’y avait pas vraiment de concurrence.
Je suppose qu’Intel va investir, et c’est sûrement déjà le cas, dans la R&D.
En tout cas, c’est bien qu’il y’ait de la concurrence.

avatar mouahahaha | 

"Je pense qu’Intel se reposait beaucoup sur ses lauriers, vu qu’il n’y avait pas vraiment de concurrence."

Intel se reposait surtout sur les contrats illégaux passés avec les assembleurs et qui lui a permis de tuer la concurrence. :)

Sans ces accords qui leur lui ont coutés des milliards, mais c'est toujours moins que ce qu'elle a gagnée avec, après que la justice soit passer par la jamais Intel n'aurait été "n°1" nul part. :)

avatar Dimemas | 

c'est déja une catastrophe mais ils sont tellement arrogants qu'ils ne l'avouent pas
leur communication est tellement inexistante que personne ne sait s'ils vont se relever ou s'ils vont s'écrouler c'est dire !

D'ailleurs je crois que eux-même ne savent pas s'ils ont une feuille de route dans les années à venir tellement le mariage TSMC/AMD est devenu un rouleau compresseur !
Le pire dans tout ça ?
C'est que la 10e génération de 14nm +++++++++++++++ sera encore plus chère apparemment, c'est devenu d'un ridicule...

avatar Scooby-Doo | 

@MacG,

" À part sur un ou deux tests où le processeur d’Intel a pris l’avantage (probablement lié à un bug), l’EPYC a fait mieux dans tous les tests qui comptent chez CloudFlare. "

Pourquoi un bug ? Ce ne serait pas plutôt une optimisation du code ou du compilateur pour les XEON ?

Il y a peut-être une fonction câblée qui marche mieux sur l'un que sur l'autre.

XEON a eu de beaux jours sous le soleil des serveurs même si je préfère de loin AMD, Opteron inside et mémoire ECC hors de prix à l'époque...

AMD fait plaisir à revenir dans la course. C'est toujours bon qu'il y ait de la concurrence !

Sinon, cela tombe rapidement dans l'auto satisfaction et le duo pôle WINTEL !

😉

avatar Nicolas Furno | 

@Scooby-Doo

C'est Cloudflare qui pense qu'il y a un bug, pas moi. Et ce serait côté logiciel a priori, pas matériel.

avatar Scooby-Doo | 

@Nicolas Furno,

" C'est Cloudflare qui pense qu'il y a un bug, pas moi. Et ce serait côté logiciel a priori, pas matériel. "

Merci beaucoup pour l'information. J'ai dû rater quelque chose dans votre article intéressant.

Je pensais que cela pouvait venir d'un contrôleur spécifique (chipset) comme je suppose que les cartes mères sont différentes entre les versions INTEL et AMD.

Je me souviens de soucis avec des processeurs AMD Opteron justement à cause de chipsets.

Instabilité et bug avec une carte RAID PCIe ARECA de mémoire...

Si c'est un bug " logiciel ", cela pourra être corrigé.

Cordialement.

Scooby.

😉

avatar malcolmZ07 | 

Ce ne sont que des entreprises, mais bizzarement je suis très content du retour en force d'AMD. C'est la première fois que je vois un "challenger" laminé le numéro 1 aussi brutalement.
J'aimerais qu'adobe aussi améliore ses suits.. la concurrence n'a que du bon

avatar IceWizard | 

@malcomZ07
"C'est la première fois que je vois un "challenger" laminé le numéro 1 aussi brutalement."

Même pas Apple Vs Nokia, juste après la sortie de l'iPhone ?

avatar Scooby-Doo | 

@IceWizard,

" Même pas Apple Vs Nokia, juste après la sortie de l'iPhone ? "

Combien de temps pour que les PDM de l'iPhone passe devant celles de Nokia ?

Apple a " enterré " et les autres par la suite avant l'arrivée d'Android, mais je ne sais si on peut comparer les deux cas.

Apple n'était pas mourante au moment de la sortie de l'iPhone. Elle avait déjà bien repris des couleurs...

😎

avatar malcolmZ07 | 

@IceWizard

C'est toute l'industrie mdr qu'Apple a ridiculisé en sortant l'iPhone.

Je me souviens encore de l'annonce du produit, une vraie révolution par rapport au contexte du smartphone à cette époque.
Nokia à sorti le 5800 XpressMusic peu après (une horreur et démontre bien à quel point il était déconnecté de la réalité).

avatar Scooby-Doo | 

@malcolmZ07,

" Nokia à sorti le 5800 XpressMusic peu après (une horreur et démontre bien à quel point il était déconnecté de la réalité). "

Peut-être principalement dû au génie visionnaire de Steve Jobs qui jouait toujours avec trois coups d'avance...

avatar Dimemas | 

exact mon scoubi !

avatar mouahahaha | 

Un téléphone qui ne savait même pas envoyer un simple MMS... Une révolution ya pas à dire. :)

avatar oomu | 

"C'est la première fois que je vois un "challenger" laminé le numéro 1 aussi brutalement."

c'est la première fois que vous le voyez, mais ce n'est pas la première fois que cela est arrivé à Intel.

Avec les même discours, la même succession de produits à l'excellent rapport/qualité prix, le même genre d'annonce, jusqu'à ce qu'Intel siffle la fin de la récré et raattaque avec un excellent écosystème de logiciel et une énième nouvelle gamme de produits nettement + efficaces.

Une fois revenu à sa position sans partage, Intel repris tranquillement sa course à remonter les prix et augmenter drastiquement sa marge

jusqu'à ce qu'AMD revienne avec un nettement meilleur rapport qualité/prix

notons que malgré toutes ces annonces et emballement, AMD reste très loin derrière Intel en part de marché et continue d'investir et de se rendre incontournable dans tous les domaines de pointes (grosse marge).

bref : Intel et AMD jouent tous les deux leurs cycles et cultures d'entreprise.

Intel n'a AUCUNE raison de sortir un produit "meilleur" tant qu'il n'y a pas meilleur sur le marché. Une fois que cela arrive, intel peut continuer avec l'inertie du marché, puis tranquillement se relancer.

De fait, faire du roman avec intel et amd, défendre le petit, vouloir la mort du gros, etc n'a aucun intérêt.

Profitez du bon produit actuellement sur le marché, si vous avez besoin de refaire votre pc, et laissez l'industrie à ses éternels atermoiements.

encore une fois, ce n'est pas la première fois qu'on assiste à cela.

avatar fte | 

@oomu

"encore une fois, ce n'est pas la première fois qu'on assiste à cela."

C’est juste.

Cependant je n’ai pas souvenir d’avoir déjà vu la situation où Intel est dépassé dans tous les segments en même temps, gravure, performance mobile, desktop et serveur, consommation, avec en sus des failles de sécurité matérielles que le concurrent n’a en majorité pas, et sans réponse pendant si longtemps. Et diverses erreurs ou errements stratégiques pour accompagner.

L’année dernière encore je disais qu’Intel allait répondre rapidement, même si ce n’était déjà plus vraiment qualifiable de rapidement, or non seulement Intel n’a pas répondu encore, mais ne donne aucun signe d’avoir le minimum nécessaire à une réponse dans l’année qui vient. Il n’y a même pas de rumeurs juteuses.

Je suis un peu étonné.

Après, n’ayant aucune fidélité de marque particulière, n’ayant que des fidélités à des logiciels appréciés, Intel ou AMD ou même arm, je m’en balance tant que ça tourne à toute vitesse et que mes apps fonctionnent en me décoiffant.

avatar Dark Phantom | 

Ne vous excitez pas, ils sont toujours vers 16% des parts de marché des processeurs.

avatar Scooby-Doo | 

@Dark Phantom,

16 % de PDM c'est toujours mieux que rien !

AMD était donné pour mort il n'y a pas si longtemps que cela.

Et les bonnes performances d'AMD sur le marché des serveurs est une bonne nouvelle.

Apple va lâcher un jour INTEL pour ses propres processeurs ARM qui existent aussi en version serveur de mémoire. Je suis incompétent sur le domaine ARM parce que je n'ai jamais construit de serveur avec ce type de processeurs.

https://www.toptal.com/back-end/arm-servers-armv8-for-datacentres

avatar Dimemas | 

oui et ?
Tu as vu la progresion ? on ne dirait pas.
En un an ils ont fait un retour totalement inattendu et tonitruant, ils remboursent leur dette et en ont encore beaucoup sous la pédale mon cher !
Zen 3 arrive pour fin d'année avec une augmentation de l'IPC de 15% (ce qui est pas mal!)
Et zen4 serait en 5nm pour 2021 alors que intel veut veut nous faire croire qu'ils ont enfin réussi leur 10nm et qu'ils tentent de faire du 7nm (pour rassurer les investisseurs...)

avatar Dark Phantom | 

@Dimemas

Pour qu’il y ait une saine concurrence, il faudrait qu’AMD augmente beaucoup sa part, la double au moins

avatar Dimemas | 

dans le mainstream, elle est passé en quelques mois de 20 à 40 % ;)
mais c'est vrai

avatar marc_os | 

« À part sur un ou deux tests où le processeur d’Intel a pris l’avantage (probablement lié à un bug) »

Ben voyons.
Pas besoin d'aucune argumentation bien sûr. :/
Les préjugés suffisent, n'est-ce pas ? Probablement.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR