5D3 : Drobo adopte le Thunderbolt 3

Anthony Nelzin-Santos |

Après le 5C à port USB-C et le 5N2 à deux ports Ethernet, voici le 5D3 à deux ports Thunderbolt 3. Drobo complète ainsi sa gamme de DAS à cinq baies, qui compte aussi le 5D à deux ports Thunderbolt 2, et propose maintenant les trois principaux types de ports communs.

Le Drobo 5D3.
Le Drobo 5D3.

Après plusieurs années d’une molle indolence et sous la direction d’un nouveau propriétaire, Drobo a multiplié les nouveautés ces derniers mois. Au premier coup d’œil pourtant, on pourrait croire que rien n’a changé : le 5N2 ressemble comme deux gouttes d’eau au 5N, le 5D3 ressemble comme deux gouttes d’eau au 5D et au 5C. Jusqu’à ce qu’on les retourne.

Le 5D3 comporte en effet deux ports Thunderbolt 3 et un port USB-C. Deux ports, cela veut dire que le boîtier pourra prendre place au milieu d’une chaîne d’appareils, parmi lesquels deux écrans 4K ou un écran 5K. Thunderbolt 3, cela signifie que les disques ne devraient plus être limités par la connectique, d’autant que le processeur quadricœur à 1,6 GHz est suffisamment puissant pour suivre la cadence.

Le Drobo 5D3.
Le Drobo 5D3.

Drobo annonce ainsi des débits moyens de 343 Mo/s en écriture et 650 Mo/s en lecture, en utilisant cinq disques de « classe entreprise » ainsi qu’un accélérateur, un petit SSD au format mSATA prenant place dans une sixième baie sous l’appareil. Nos mesures réalisées sur un appareil de présérie font mieux que confirmer ces données : le 5D3 dépasse 400 Mo/s en écriture… sans accélérateur.

Il franchit même la barre du gigaoctet par seconde en lecture, mais uniquement sur de petits fichiers : les débits retombent nettement lorsque le taille des fichiers dépasse 20 Mo, pour tourner autour de 600 Mo/s lors du transfert de gros fichiers, comme des séquences vidéo 2K et 4K. L’accélérateur n’augmente pas énormément ces chiffres, mais fluidifie les opérations en agissant comme un cache des fichiers régulièrement consultés.

Comme tous les Drobo, le 5D3 se configure au travers du Drobo Dashboard, utilise le système RAID propriétaire BeyondRAID, et possède une petite batterie lui permettant de s’éteindre « proprement » en cas de panne de courant. Il se distingue par sa capacité à fournir une alimentation de 15 W à l’ordinateur auquel il est relié : pas de quoi recharger un MacBook Pro, sauf en veille, mais suffisamment pour freiner la décharge.

Le Drobo 5D3 est disponible immédiatement au prix de 789 €. Le Drobo 5D reste au catalogue, et peut maintenant se trouver à moins de 700 €. Moins perfectionné mais pas beaucoup moins capable, le Drobo 5C est proposé à 399 €.


avatar pocketalex | 

Excellent, mais à quand le Drobo NAS-DAS avec Ethernet Gigabit, idéalement le 10G en option, et soit du TB3, soit de l'USB-C mois rapide mais plus démocratisé ?

Pour le moment seul QNAP est sur ce créneau, mais à 3000€ la bête, le ticket d'entrée est un peu salé

C'est pourtant le genre d'appareil que je recherche, permettant de mettre les projets "lourds" dessus et d'y travailler confortablement en TB3 (ou à minima en USB-C) tout en permettant au reste de la boite d'y accéder plus lentement via Ethernet

Un mix local-reseau, c'est l'avenir du NAS je pense, ou du moins un créneau intéressant à prendre

avatar YSO | 

Reste à savoir si le "clic de la mort" qui fait tout perdre à disparu également.
Fibrose est un format propriétaire, donc on ne peut mettre ses disques sur un NAS normal pour récupérer les données contenues.
Et la lenteur était également là. Ici, ça semble en progrès.

avatar xDave | 

C'est ce que j'avais lu il y a quelques années et du coup je fuis leurs produits même si ils semblent "sexy" sur le papier.

avatar cecemf | 

Par contre comment est le système d'exploitation de Drobo? Sur Synology il exceptionnel mes leur NAS sont à la traîne

avatar LolYangccool | 

Qu'est-ce qui est à la traine sur les Syno ? (vraie question).
J'ai un DS1515+ avec 16Go de RAM (supporté officieusement) et j'en suis plus que satisfait.

CONNEXION UTILISATEUR