Le Mac est bien parti pour durer, assure Apple

Florian Innocente |

« Toutes ces sociétés qui faisaient des ordinateurs lorsque nous avons lancé le Mac, elles ont toutes disparu ». Dans une interview donnée à Macworld, Phil Schiller, et deux autres responsables d'Apple, ont rappelé l'un des aspects uniques du trentième anniversaire, ce 24 janvier, de la présentation du Macintosh.

30 ans et toutes ses dents

On ne célèbre pas un disparu, mais un mythe encore bien vivant. Un ordinateur qui a apporté une contribution significative à l'industrie informatique et dont la descendance, à intervalles réguliers, a continué de faire de petites encoches çà et là. Un ordinateur, et une société, dont on a plusieurs fois annoncé la mort sans qu'elle se décide à venir « Nous sommes les seuls à être restés. Nous continuons et nous nous développons plus vite que le reste de l'industrie du PC parce que nous avons cette volonté à nous réinventer encore et encore », déclare Schiller.

30 années et quantité de déclinaisons, de succès, mais aussi de ratés sur certains modèles. Pour autant, du point de vue de Schiller, les Mac d'hier et d'aujourd'hui partagent leurs brins d'ADN « Il y avait beaucoup de choses de grande valeur dans le Mac original qui sont encore visibles aujourd'hui. Les équipes d'Apple qui ont fait et refait le Mac au fil des ans ont eu la possibilité d'écarter tout ce qui ne marchait pas - et pourtant, bien des choses qui ont fait le succès du premier Mac sont encore là aujourd'hui, le Mac reste sans conteste un Mac. »

L'Apple d'aujourd'hui compte aussi dans ses rangs certains de ceux qui, précisément, ont fabriqué le premier modèle de cette machine. Bud Tribble, Vice Président des technologies logicielles, avait géré l'équipe de développeurs pour le premier Mac, avant de suivre Jobs chez NeXT et de revenir chez Apple il y a trois ans.

Le premier Mac fut un concentré de réflexions poussées et de créativité, explique Tribble, dès lors il n'est guère étonnant que cet héritage se retrouve, trente ans plus tard, dans les Mac de 2014 « le Mac devait être facilement appréhendé, on devait le comprendre simplement en l'observant, la technologie devait se plier à l'utilisateur et non l'inverse - ces fondements s'appliquent aussi à nos autres produits ».

Si d'aucuns jugent qu'Apple maintenant se résume aux iPhone et aux iPad (le nouveau Mac Pro, refait de zéro, est à lui seul la preuve du contraire), Tribble juge que le téléphone a plutôt aidé à revitaliser le Mac, accompagné ensuite dans cet effort par l'iPad. « Cette pollinisation croisée d'idées, le fait que les équipes Mac et iOS ne font qu'une, ont donné un nouvel élan au Mac, l'emmenant plus loin que je ne l'aurais imaginé ».

« Incapables d'innover à nouveau ? Mon cul, oui », Phil Schiller, dans le texte, lors de la présentation du nouveau Mac Pro

Les appareils sont différents, explique Schiller, mais l'expérience utilisateur qu'Apple veut procurer répond aux mêmes critères « Ce qui est très cool aujourd'hui avec la place que nous occupons, c'est que nous sommes présents dans les deux univers. Si vous regardez ce que nous avons fait avec les gestes multitouch sur le trackpad des Mac, pour s'assurer que cela fonctionne avec un ordinateur, tout en explorant aussi ces questions sur des produits allant de l'iPod touch à l'iPad, … tout cela est vraiment cool. »

iOS et OS X, chacun reste à sa place

Une seule équipe pour les deux OS et un seul chef pour les diriger, une prépondérance des iPhone et des iPad dans les résultats d'Apple, tous ces facteurs entretiennent chez certains le sentiment que les jours du Mac sont comptés, et avec lui la singularité de son système d'exploitation. Qu'Apple cherchera inévitablement à faire ce que Microsoft a fait avec Windows 8 en voulant unifier deux mondes.

Aucune crainte de ce côté-là, assure Craig Federighi, le patron des deux OS. La fusion n'est pas une piste sur laquelle Apple s'est engagée, du moins sur la forme et dans les usages « La raison pour laquelle OS X a une interface différente d'iOS n'a rien à voir avec le fait que l'un est arrivé après l'autre ou parce que l'un est ancien et l'autre nouveau. »

Ce sont les usages qui dictent la forme et les comportements de chacun de ces deux systèmes, l'un que l'on pilote au clavier et à la souris, l'autre avec les doigts sur l'écran. Pointant un MacBook Air, Federighi explique « Cet appareil a été amélioré pendant 30 ans pour fonctionner de manière optimale avec des claviers et des souris. Ce n'est pas compliqué du tout de coller un écran tactile dessus, mais est-ce que cela apporte une bonne expérience utilisateur ? Nous pensons que non ». Voilà pour les Ultrabooks à écrans tactiles promus par Microsoft.

L'informatique avec Windows 8 - Microsoft

Ce serait une « perte de temps » renchérit Schiller de réfléchir à ne faire qu'une seule interface, à essayer de fusionner les deux systèmes. Des passerelles sont néanmoins jetées entre OS X et iOS pour faciliter le passage de l'un à l'autre par les utilisateurs, comme d'unifier les noms des applications présentes dans les deux univers.

Mais les faire converger pour le seul plaisir n'est « absolument pas un objectif » assure Federighi « Vous n'avez pas envie que le Mac devienne moins bon en tant que Mac parce que quelqu'un aura voulu le transformer avec iOS. De même que vous n'avez pas envie qu'iOS donne l'impression d'avoir été conçu par une société et le Mac par une autre, et que les deux diffèrent parce qu'il n'y aurait pas de vision commune. Nous partageons une approche sur l'esthétique, sur les principes qui nous animent et nous fabriquons les meilleurs produits qu'il est possible de faire en vue de leurs usages spécifiques. Dès lors, ils seront identiques lorsque cela a du sens et vous verrez des différences sur les points essentiels qui forment leur essence »

Une approche qui se traduit par la volonté d'aider le client à jongler facilement avec chaque outil, plutôt que l'obliger à choisir entre un ordinateur, une tablette ou un smartphone. « C'est un monde dans lequel vous aurez un téléphone, une tablette, un ordinateur, vous ne devez pas avoir à choisir. Par conséquent, ce qui est le plus important c'est la facilité avec laquelle vous allez pouvoir passer entre chaque… il n'y a pas les gens qui sont plutôt portables, ceux qui sont plutôt tablettes. Il n'y a pas de raison pour qu'il en aille ainsi. », poursuit Schiller.

Le journaliste de Macworld, venu justement avec ces trois appareils, a finalement sorti son MacBook Air pour conduire l'entretien. L'occasion pour Federighi d'appuyer le propos de son collègue « Vous aviez tous ces outils et vous avez choisi celui qui vous paraissait le plus adapté pour ce que vous aviez à faire. Ce n'est pas parce qu'il était plus puissant… vous l'avez choisi parce qu'il était l'outil le plus naturel pour accomplir cette tâche ».

En conclusion, les trois hommes ont insisté sur l'importance du Mac chez Apple. Là où certains le voient dans l'ombre des iPhone et des iPad, avec le risque qu'ils l'éclipsent totalement, Schiller considère les choses de manière opposée.

Le succès des appareils iOS est une assurance de pérennité pour le Mac, un produit qui n'a plus la pression tout entière de l'entreprise et des clients sur ses épaules « Cela nous donne la liberté d'aller plus loin avec le Mac ». Il n'a plus à remplir tous les rôles possibles et imaginables pour tous les utilisateurs « Le Mac a et aura toujours un rôle super important. Aussi loin que l'on puisse voir, il a sa place. Un rôle qui se conjugue avec celui des smartphones et des tablettes, qui vous permet de choisir ce que vous voulez en faire. Comme nous voyons les choses, le Mac va continuer d'avancer et il ne s'arrêtera jamais, parce que les différences qu'il apporte sont inestimables ».


Tags
avatar béber1 | 

"Je n’attend pas l'objectivité des mac user sur ce sujet tout simplement parce que le produit n'existe pas chez Apple, mais si un jour il arrive (et ça pas impossible) il serai très vite indispensable .... c'est d'ailleurs un peu comme ça.
Un "gadget" présent sur Apple et pas la concurrence est décisif, le contraire c'est une merde inutile....."

La possibilité que des terminaux desktop puisse se doter d'écrans et de logithèques tactiles à l'avenir n'est pas si farfelue que ça. (chui sûr qu'on va voir des iPad13" ou 15" avec des capacités de prod dans les prochaines années)
C'est sur la méthode pour y arriver qu'il y a des différences d'approches.
Et il me semble que celle d'Apple -voire même de Google s'ils y vont eux-aussi- est la meilleure. Non pas parce que je suis un macuser prêchant pour sa paroisse (je suis déjà grillé), mais parce que leur approche est plus progressive (ce qui rapporte des pépettes au passage, donc c'est pas à négliger) mais surtout parce qu'elle est fondée et centrée sur l'utilisation intensive du tactile. Ce qui est de mon point de vue plus pragmatique et plus efficace au final.

Car, de quoi sagit-il?
de modifier les usages, de mettre de côté l'usage de la souris pour favoriser celui du (des) doigt(s).
Il sagit de forcer les developpeurs à complètement revoir leurs logiciels, pour adapter leurs interfaces et leurs modes d'utilisations pour les doigts (ou le vocal, ou autres..) dans des suites d'actions, accompagnées de gestures pour des commandes précises (double tap, tap long pour sélection ou menu contextuel, etc., etc. )
Bref, à l'interieur de ces contraintes, il y a pas mal à explorer et à élaborer.

Or s'il y a la possibilité d'un usage non-tactile (par souris ou trackpad) cela fausse toute cette recherche, car on retombe sur les anciens usages connus. Et et c'est pas le but car y'a l'ancienne micro qui est toujours là pour ça.
Or s'il y a bien un intérêt dans les nouveaux terminaux mobiles, c'est justement celui de défricher des nouveaux usages qui essaient de devoir le moins possibles à ceux du passé, même si ce serait ici ou là plus adapté.
C'est pas le challenge.

Le challenge c'est de modifier profondément le rapport entre l'homme et la technique/machine.
Afin de rendre celle-ci encore plus claire, évidente, intuitive et ludique dans son utilisation.
Et qu'on ne me dise pas qu'on ne puisse pas faire mieux que ce qui a déjà été fait jusque là, non c'est possible car tout est toujours possible. C'est ça qui est merveilleux et effrayant à la fois ;-)

avatar philoo34 | 

@_mabeille_

"Je n’attend pas l'objectivité des mac user sur ce sujet tout simplement parce que le produit n'existe pas chez Apple, mais si un jour il arrive (et ça pas impossible) il serai très vite indispensable .... c'est d'ailleurs un peu comme ça.
Un "gadget" présent sur Apple et pas la concurrence est décisif, le contraire c'est une merde inutile....."

Tout ça pour masquer ton absence totale de vrais arguments .
Je parle pas de ton avis qui peut être différent, mais des arguments pour justifier celui ci .

Car , en fin de compte que veux tu nous prouver ?
Que les avis qu'ont les défenseurs d'Apple ne peuvent pas être bon du fait de leur parti prix ? Eu pourquoi donc ?

Dire, comme d'autres ici, qu' on est contre des solutions qui ne sont pas adoptées par Apple et qu'on l'est ensuite dès qu'Apple les adopte, ça ne s'appuie sur RIEN .

Ben oui site moi UN exemple majeur de solution qu'a adopté Apple , et qu'il n'avait pas pris auparavant puis qui s'est révélée reconnu indispensable par les fan .
On entend ça depuis des années et à chaque fois y'a rien qui le démontre,

Donc je veux bien croire que tu t´appuies sur un exemple précis mais j'attends avec impatience que tu nous en fasse part .

avatar philoo34 | 

@_mabeille_

"Imaginer un jour un écran tactile sur un mac n'est pas si extravagant"

Ça ne s'appellera plus un Mac .

avatar philoo34 | 

@_mabeille_

"et pour qui a gouté un portable tactile avec windows 8 c'est pas débile ni inutile ce n'est pas au début obligatoire j'en convient mais on s'y fait très vite et pour ma part j'ai eu une telle machine pendant un temps et bien j'ai utilisé l'interaction avec l'écran sans soucis et très naturellement. "

Dans ton témoignage le plus important est "pendant un temps "

En effet, le tactile sur un portable avec écran à la verticale est anecdotique dans son utilisation.
On ne prend aucune habitude durable avec , donc ,passé l'effet de nouveauté et l'effet innovant , on se remet vite à reprendre ses anciennes habitudes plus efficaces et moins contraignantes .

avatar aspartame | 

pourquoi vendre un seul périphérique quand on peut en vendre deux ( ou 3 ou 4 ).
en effet, chacun est spécialisé et optimisé ( l'antynomie du couteau suisse ).

et de toute façon , apple sera toujours à temps de changer d'avis :P

avatar bugman | 

... bon... le miens me fait sa crise de la trentaine. Ne me parlez plus de fiabilité chez Apple.
Merci pour le changement de DD qu'Apple à bien voulu m'offrir, mais ça continu aujourd'hui avec la carte graphique qui me lâche (que ce soit en lecture video sous Mac ou au chargement d'un jeu sous Windows... pavé sur l'écran ou freeze).
Mon Mac n'a que 4 ans. J'ai les boules.

avatar cv21 | 

Ce qui m'effraie un peu sur le site des 30 ans du mac. Les utilisateurs déclarent avoir choisi le mac pour l'internet et l'email depuis 1998 !

Les autres thèmes, graphisme web, print, éducation, sont à la peine. A noter, l'arrivée de la vidéo en 2013 !

avatar UnAncienDuMac | 

“Le Mac est bien parti pour durer, assure Apple”

Je sais que la phrase fait référence à la durée commerciale de la famille Mac, mais je croise les doigts pour cela soit vrai pour la durée de mon iMac G5 iSight (fin 2005), et de son compagnon le tigre, que j'ai senti moins versatile que son successeur sur cette machine.

Je n'ai rien contre Intel, mais d'aucuns prétendent que ce sont surtout des considérations de financement des appros et de la recherche sur les processeurs qui sont à l'origine du basculement.

Certains peuvent s'étonner ou me critiquer, je suis ouvert à la discussion.

Il y a environ six mois, j'avais publié un commentaire à un article d'un site d'informations, sur les orientations technologiques de la firme, où j'écrivais entre autres : “ J'ai connu le temps de la maturité de la pomme, mais ça, comme dit une publicité, c'était avant. ” Le commentaire a tenu deux jours, je ne suis qu'à moitié étonné !

avatar aldomoco | 

Si j'ai bien compris duré à un rapport avec la créatinine !?!

Pages

CONNEXION UTILISATEUR