Télétravail : nos conseils après plusieurs années d'expérience

Nicolas Furno |

J’aurais préféré que le télétravail entre dans l’actualité pour une meilleure raison que le coronavirus qui incite ou contraint des employés du monde entier à rester chez eux pour travailler. C’est un sujet que je voulais aborder de toute manière, puisque je le connais bien. À MacGeneration, nous sommes deux à pratiquer cette méthode de travail toute l'année : cela fait deux ans que je travaille depuis ma Bretagne natale, tandis que Mickaël travaille depuis son Canada d’adoption depuis bien longtemps maintenant.

Un bureau improvisé avec les moyens du bord peut faire l’affaire au départ.

Que vous deviez travailler chez vous temporairement ou que vous hésitiez à passer en télétravail de manière permanente, il y a quelques conseils généraux à connaître. Voici ce que notre expérience nous a appris, en sachant que ces conseils s’appliqueront davantage si votre métier ressemble à celui d’un journaliste web. En sachant aussi que chaque cas est unique et peut-être que vous serez efficace en ne faisant pas du tout comme nous.

Quoi qu’il en soit, voici ce que nous avons appris en travaillant de chez nous, en espérant que cela puisse vous aider si vous êtes contraint ou si vous choisissez de le faire.

👑 Club iGen

Compte tenu des circonstances inédites causées par la pandémie de coronavirus, cet article traitant d’un sujet en lien est exceptionnellement en accès libre. Pour que nous puissions continuer à publier ce type d’articles, abonnez-vous au Club iGen.

Une connexion internet assez rapide et surtout fiable

Impossible de travailler sur un site d’actualités sans une connexion internet ! C’est un prérequis indispensable, presque le seul en ce qui nous concerne à MacGeneration : tous les autres conseils qui suivront sont importants aussi, mais sans connexion à internet, nous ne pouvons rien faire du tout.

La vitesse de cette connexion est importante, mais pas autant que sa stabilité. Certes, travailler avec de la fibre optique apporte un confort indéniable, surtout quand il faut télécharger d’un coup trois ou quatre bêtas envoyées par Apple. Nous passons beaucoup de temps aussi à mettre en ligne des photos, et parfois des vidéos, et une connexion rapide aide bien.

Néanmoins, j’ai pu en faire l’expérience en commençant à télétravailler dans une maison à la campagne où l’ADSL était quasiment inexistant, la fiabilité de la connexion compte plus que le débit. Faute de solution filaire, j’avais opté pour une connexion via une 4G box. Le logement était situé à environ 500 mètres de l’antenne, ce qui me permettait d’avoir des débits très corrects : autour de 30 Mbit/s en téléchargement et 15 en envoi de données.

La 4G Box de SFR.

Par contre, cette connexion se coupait de temps en temps, notamment parce que l’IP associée à la ligne changeait très souvent, contrairement à ce que l’on a avec la fibre optique ou même l’ADSL. En fonction de vos besoins, ce n’est pas forcément très gênant, mais si vous devez maintenir une connexion ouverte, par exemple avec un serveur distant via un terminal, cela peut poser problème. On peut toujours travailler avec une 4G Box, je l’ai fait pendant trois mois avant de déménager dans un logement avec fibre optique, mais ce n’est pas l’idéal.

Fibre optique, ADSL relativement rapide ou câble, peu importe la connexion, choisir une offre de qualité est important. Quand je travaillais au bureau, j’avais tendance chez moi à basculer d’une promo à l’autre pour la connexion fixe. Depuis que je suis en télétravail, je paye le prix fort chez Orange et je n'ai jamais changé d'offre, celle-ci fonctionnant parfaitement. De son côté, Mickaël a une ligne chez Bell, l’opérateur canadien historique qui n’est pas forcément le moins cher, mais qui offre aussi de bons débits et une meilleure stabilité.

Si vous le pouvez, il est préférable d’avoir un plan B pour la connexion internet. Le plus évident est d’avoir une ligne 4G disponible pour remplacer la ligne fixe en cas de besoin. Cela peut être celle de votre smartphone en connexion partagée, ou bien une carte SIM toujours prête dans un modem 4G selon la fréquence des problèmes. Si, comme moi, vous pouvez travailler avec un iPad, pensez à prendre un modèle cellulaire. C’est un petit peu plus cher et il faut prévoir le surcoût lié au forfait — j’ai opté pour ma part pour l’option multi-SIM à 5 € de Sosh —, mais c’est tellement agréable de bénéficier d’une connexion permanente sans aucune configuration.

Ces conseils sont surtout importants si vous passez vos journées sur internet comme c’est notre cas. Mais ne négligez pas la qualité de votre connexion à internet, c’est très important quand vous travaillez chez vous et que vous devez communiquer avec des collègues.

Un bureau séparé et du matériel dédié

Ce deuxième conseil s’applique dans toutes les situations : pour que votre travail à domicile se passe bien, privilégiez une pièce séparée et dédiée autant que possible. L’idéal, c’est d’avoir un bureau qui ne sert qu’à ça, comme dans l’appartement de Mickaël. Je travaille depuis deux ans dans un bureau/chambre d’amis et c’est un compromis acceptable tant que vous ne recevez pas du monde tous les jours.

Le bureau canadien de Mickaël.

Mon prochain logement sera plus spacieux et j’aurai ainsi un bureau qui ne servira qu’à ça, la situation idéale. Déjà, parce que je n'aurai pas besoin de faire de compromis sur l’installation de mon espace de travail. Quand vous travaillez au bureau, vous êtes dans un espace entièrement et exclusivement dédié à cette tâche. Ce n’est pas le cas de votre logement, et vous avez tout intérêt à avoir une pièce qui sert au maximum uniquement à travailler.

L'organisation de cette pièce sera simplifiée et vous éliminerez un maximum de distractions, ce qui est toujours une bonne idée pour travailler efficacement chez soi. Cela étant, j’apprécie d’avoir un canapé dans la pièce qui me sert de bureau, c’est agréable pour changer de position de temps en temps et lire un article un petit peu long avec l’iPad. Le plus important est de ne pas se contenter de travailler dans le salon ou de se poser sur la table de la cuisine. Évitez au maximum les lieux communs et espaces partagés, c’est à mon avis la clé pour un télétravail réussi.

Dans le même ordre d’idée, avoir un matériel dédié exclusivement au travail peut être une bonne chose, si c’est possible. Si vous utilisez le même ordinateur pour travailler la journée et regarder Netflix la soirée, il sera bien plus difficile de résister à la tentation de finir une série. Dans mon cas comme dans celui de Mickaël, l’ordinateur fixe qui reste dans le bureau est une bonne réponse. Son Mac mini ne quitte jamais son bureau et il ne lui sert qu’à travailler, même chose pour mon hackintosh.

La partie visible du hackintosh, l’ordinateur est discrètement rangé sous le bureau.

Outre le hackintosh, j’utilise aussi un iPad Pro et c’est même l’ordinateur que j’utilise le plus longuement chaque jour. Celui-ci ne me sert pas qu’à travailler, mais j’ai trouvé la parade : quand je l’utilise pour MacGeneration, je le pose sur un bureau qui me permet de travailler debout et je le branche physiquement à un clavier externe. Dans cette configuration, j’ai aussi une souris Bluetooth et c’est le « mode » MacG, qui ne me sert à rien d’autre.

La tablette devient presque un ordinateur fixe et c’est parfait pour mes besoins, puisque l’iPad me sert alors surtout à écrire des articles, comme celui-ci d’ailleurs, dans un éditeur de texte. Quand je l’enlève de son support et que je débranche le clavier externe, je passe en mode tablette et en général, je ne l’utilise plus pour travailler.

À vous de trouver la configuration qui vous convient le mieux. C’est aussi l’avantage de travailler chez soi, vous pourrez faire à peu près ce que vous voulez sans dépendre des contraintes d’un open space ou même simplement d’un bureau partagé. Même si vous ne pouvez pas consacrer une pièce entière au télétravail, même si votre matériel ne peut pas servir exclusivement à votre métier, il est important d’organiser l’espace de travail et d’être confortable.

L’iPad Pro sur le bureau qui me permet de travailler debout, pendant la rédaction de cet article, avec iA Writer en plein écran. J’utilise alors la souris essentiellement pour contrôler iPadOS 13, et le stylet pour quelques tâches.

Pensez notamment soigneusement à la qualité de votre assise, c’est primordial et quand on commence chez soi, on a parfois tendance à se dire que la première chaise venue peut suffire. L’un des premiers achats que j’ai faits quand j’ai commencé à travailler à distance était un fauteuil IKEA justement, puis j’ai vite cherché une solution pour travailler debout. Comme Mickaël, je recommande aussi de prendre le plus grand bureau que vous pouvez caser dans la pièce, avoir de la place est un luxe agréable1.

Autre luxe du travail à domicile, vous n’êtes pas gêné par d’autres collègues et vous ne gênerez personne. Vous pouvez travailler en musique avec des enceintes, ou bien taper violemment sur un clavier mécanique sans remarques déplaisantes (sauf de l’entourage, potentiellement). Pour ma part, un casque est indispensable pour m’aider à me concentrer. J’ai opté pour un modèle ouvert qui ne conviendrait pas du tout si je travaillais toujours à la rédaction lyonnaise, puisqu'il laisse passer le son.

Pour finir sur le matériel, la qualité de la connexion à internet est essentielle, mais aussi celle de l’électricité. Vous pouvez choisir de travailler avec un ordinateur portable et des tablettes, auquel cas vous aurez un plan B en cas de coupure. Mais même alors, si vous habitez dans une région du monde où les coupures sont fréquentes, vous ne regretterez pas l'achat d'un bon onduleur pour votre routeur et le matériel informatique le plus important. Au Canada, Mickaël apprécie d’avoir cette roue de secours pour les petites coupures assez fréquentes. Chez moi en Bretagne, je n’ai jamais eu une seule coupure dans mon logement actuel, alors je n’ai jamais investi.

Si vous n’avez pas d’onduleur, mieux vaut prévoir un plan B, une tablette ou un ordinateur portable toujours chargé, en cas de coupure.

Une routine avec des horaires fixes

Armé de votre connexion internet stable et d’un bureau dédié, vous commencez à travailler de chez vous. Au début, vous serez sûrement tenté de ne pas reproduire ce que vous faisiez en allant au bureau, à travailler en pyjama et à sauter l’heure du diner si nécessaire. C’est l’autre leçon que tout télétravailleur apprend rapidement : il est au contraire essentiel de garder une routine et des horaires les plus fixes possibles.

Quand j’ai commencé, j’avais tendance à sortir du lit et à me poser directement devant le Mac pour commencer la journée le plus tôt possible. J’avais aussi tendance à réduire au maximum les pauses pour revenir le plus vite possible devant l’ordinateur. Et en fin de journée, je me fiais instinctivement à la lumière du jour, oubliant qu’il y a une bonne demi-heure d’écart avec Lyon, où la rédaction de MacGeneration se situe. Bref, ce planning improvisé ne convenait pas et j’ai rapidement mis en place des horaires relativement stricts.

Avant de commencer à travailler le matin, le mieux est de s’habiller comme si vous alliez sortir. Vous n’êtes pas obligé de sortir le costume et la cravate, sauf si vous préférez travailler ainsi. De même, certains préfèrent travailler avec des chaussures, mais ce n’est pas notre cas, ni pour Mickaël, ni pour moi. L’essentiel à notre avis, c’est d’avoir une routine qui commence la journée et de s’y tenir. Une douche comme moi ou carrément une séance de sport complète comme Mickaël, c’est à vous de voir, mais c’est important d’avoir quelque chose.

Les horaires fixes sont aussi essentiels pour maintenir des pauses fixes. Quand vous travaillez entouré de collègues, cela se fait naturellement, tout le monde va manger à peu près en même temps et les pauses café sont souvent lancées par un tiers. Quand vous êtes seul, les pauses ne dépendent que de vous et il peut être tentant de se contenter de siroter un café devant ses écrans. C’est aussi une erreur et vous devrez apprendre à faire de vraies pauses.

Commencer à travailler avec le soleil peut être très plaisant, mais ne sacrifiez pas votre routine pour autant.

Je vous recommande pour cela de créer une vraie rupture, notamment en milieu de journée pour le repas du midi, en faisant vraiment autre chose. À vous de voir également ce qui vous conviendra, en ce qui me concerne, j’ai pris l’habitude de regarder un ou deux épisodes d’une série courte en mangeant. Cela me force à rester hors du bureau pendant 45 minutes à une heure et à penser à toute autre chose.

Et depuis quelques mois, je me force à laisser mon iPhone dans le bureau pendant ces pauses, ce qui évite de passer du temps sur Twitter ou les flux RSS et de bosser malgré tout. J’ai toujours mon Apple Watch au poignet pour les urgences qui peuvent arriver à tout moment, mais ne pas avoir de smartphone sous la main est une astuce précieuse pour ne pas être tenté de revenir en mode travail, même inconsciemment.

L’autre difficulté pour certaines personnes quand on commence à télétravailler, c’est de se forcer à sortir. Ce n’est peut-être pas le meilleur conseil en ce moment, mais c’est un bon conseil de manière générale : quand votre bureau est à l’intérieur de votre logement, vous n’avez quasiment plus besoin de sortir. Il faut se forcer à le faire, ce qui est parfois plus facile à dire qu’à faire. Depuis un an, je vais en salle de sport plusieurs fois par semaine et cette contrainte auto-imposée aide bien, surtout dans une région où il peut arriver (très exceptionnellement) que le climat incite plutôt à ne pas mettre un orteil dehors.

Si ce n’est pas votre truc, essayez de sortir et marcher quelques minutes régulièrement, même si c’est uniquement pour faire le tour du pâté de maisons, cela aide vraiment. Petite astuce au passage si vous avez une Apple Watch : activez le mode Ne pas déranger pendant un exercice et lancez systématiquement un exercice, même pour marcher. Croyez-moi, ça fait une grosse différence pour avoir une coupure nette avec le travail.

Balade en fin de journée.

Enfin, la routine consiste aussi à reproduire au maximum les conditions d’un travail dans un bureau. C’est Mickaël2 qui m’a suggéré de glisser dans cet article que l’alcool sur les heures de travail n’était pas une bonne idée, même en télétravail. Nous pouvons tous le remercier pour son essai courageux.

Il faut évidemment éviter de passer ses journées à procrastiner et ne travailler qu’une heure ou deux. Mais faites attention aussi à ne pas travailler trop pour compenser votre éloignement. À travailler loin des collègues, vous aurez peut-être la volonté d’en faire plus que ce que vous pourriez accomplir en temps normal au bureau, pour prouver que vous êtes productif même si vous n'êtes pas physiquement présent.

Même si personne ne vous fait de remarques, c’est assez naturel au départ de surcompenser et cela peut aussi devenir une source de stress pour vous. Rassurez-vous toutefois, on finit par trouver son rythme avec le temps, surtout en respectant des horaires fixes.

Une communication claire avec vos collègues comme votre entourage

Travailler à distance, cela ne veut pas dire travailler seul. Vous serez peut-être seul dans un bureau, mais vous devrez sans doute communiquer avec des collègues et peut-être cohabiter avec vos proches. La communication est essentielle aussi bien personnellement et que professionnellement.

Commençons par la partie personnelle : vous devez prévenir les personnes qui partagent votre vie que vous travaillez et que vous n’êtes pas (autant) disponibles pour elles. Si vous avez un bureau clairement identifié dans le logement, c’est la situation la plus simple à expliquer. Mais même alors, il faut établir au départ des règles et que les choses soient claires. Ça ne sera pas forcément évident avec des enfants en bas âge, et le télétravail permet malgré tout d’être plus disponible quand c’est vraiment nécessaire. Mais si vous n’en parlez pas au départ, vous risquez d’être constamment dérangé et cela peut nuire aux relations personnelles.

Note : tous ces conseils ne s’appliquent pas aux chats, qui ne peuvent de toute manière pas gêner, c’est tout bonnement impossible. Qui pourrait être gêné parce qu’un chat a décidé de se poser pile sur un clavier, qui ?

Chacun adaptera ces conseils à sa situation, mais il me semble que la clé est d’être le plus transparent possible. Quand je ne suis vraiment pas disponible, soit parce que l’actualité brûlante nous tombe dessus, soit parce que je suis en communication permanente avec un collègue, je préviens mon conjoint en avance. Et s’il a besoin de moi, il sait qu’il peut m’envoyer un message pour me prévenir et que je descendrai le voir dès que je peux. C’est même souvent une bonne manière de créer l’équivalent d’une pause café.

La communication professionnelle est aussi, évidemment, un aspect essentiel du télétravail. Dans un bureau, on peut facilement communiquer avec les employés autour de soi, ou se déplacer pour poser une question directement à un collègue. Si vous travaillez chez vous, ce ne sera plus possible, sauf à maintenir une communication vidéo ou audio permanente. Chez MacGeneration, nous avons toujours privilégié l’écrit et c’est aussi la forme qui prédomine maintenant que nous sommes deux à distance.

Après des années à utiliser essentiellement le mail, nous avons découvert comme tout le monde Slack. Nous utilisons toujours une solution similaire3 et nos échanges se font tous essentiellement par écrit. Quand j’ai commencé en télétravail, nous avons essayé de fixer des réunions audio régulières, mais nous avons vite arrêté. Il faut que tout le monde soit disponible à la même heure, ce qui n’est pas facile quand l’un d’entre nous est sur un tout autre fuseau horaire. Et puis il faut que tout le monde soit correctement équipé, qu’au bureau tout le monde se rassemble autour d’un ordinateur ou d’un autre dispositif.

Peut-être que cela dépend des entreprises et que nous ne sommes pas adaptés aux visioconférences. Quoi qu’il en soit, nous sommes vite revenus au texte en priorité, à la fois pour discuter entre nous des articles à prévoir et publier, pour les réunions sur la vie de l'entreprise et même pour collaborer avec un collègue sur un sujet en particulier. Cette communication asynchrone a de nombreux avantages, on peut par exemple poser une question à Mickaël même s’il dort encore et il répondra quand il travaillera. Un message d’annonce peut être publié sur un canal et tout le monde le verra quand il pourra. C’est un autre avantage du texte, il reste toujours une trace de ce qui est dit et c’est souvent quelque chose de précieux.

Les communications en direct restent utiles dans quelques cas, et il nous arrive encore d’organiser de « vraies » réunions audio. Nous n’utilisons jamais la vidéo, donc nous n’avons pas besoin d’une installation sophistiquée avec une webcam et les AirPods sont parfaits pour la partie audio. Dans certaines entreprises, les conditions sont différentes et la visioconférence peut être une exigence au télétravail.

Une fois n’est pas coutume, nous avons préparé cet article via FaceTime avec Mickaël. Et son chat nous a fait l’honneur de sa présence, ce qui pourrait poser problème dans un autre contexte professionnel, mais certainement pas ici.

Dans ce cas, pensez à aménager votre espace de travail en fonction de ce critère. La vidéo sera nettement plus simple à gérer si vous avez une bonne webcam, un éclairage correct et un fond neutre. L’audio nécessite une pièce calme et un équipement adéquat. Quand j’ai commencé, j’utilisais un microphone USB posé sur le bureau et mon casque, mais les bruits du clavier s’entendaient de l’autre côté. Depuis que j’ai des AirPods, je les utilise à chaque fois et c’est parfait de mon point de vue, comme de celui de mes interlocuteurs.

Pour conclure

Mickaël et moi-même avons choisi le télétravail et nous avons eu la chance d’avoir pu le mettre en place. Nos activités quotidiennes comme nos personnalités s’adaptent très bien à cette organisation, mais cela ne veut pas dire que travailler de chez soi est une solution universelle qui conviendra à tout le monde. Certains métiers ne peuvent évidemment pas être effectués à distance et même si c’est le cas, ce dispositif ne convient pas forcément à tout le monde.

Il y a beaucoup d’avantages à travailler de chez soi, mais il y a aussi des inconvénients. Prévoir de la place dans son logement pour une activité professionnelle n’est pas toujours évident, surtout si cela se fait aux dépens d’une autre activité. Si vous êtes seul chez vous tous les jours, le sentiment de solitude peut devenir pesant et à l’inverse, des tensions peuvent naître si vos proches sont avec vous. Il faut aussi savoir travailler seul, gérer son temps et s’organiser sans avoir quelqu’un constamment derrière soi.

Si vous pensez que cela pourrait vous convenir et que votre employeur est partant, mon dernier conseil est de tester avant de vous lancer. Commencez par une journée en télétravail, mais le vrai test sera plutôt de faire une semaine, voire un mois loin du bureau. C’est ce que j’ai fait au fil des années, notamment en rédigeant les livres sur les nouveautés d’iOS à distance. J’ai aussi travaillé « normalement », sur mes tâches habituelles, pendant un mois dans la maison de vacances familiale pour valider que c’était un mode de fonctionnement qui convenait à tout le monde.

Rédaction du livre sur iOS 11 chez mes parents à Toulouse, été 2017.

Vous travaillez chez vous ou vous avez déjà expérimenté le télétravail ? Que votre expérience soit positive ou négative, n’hésitez pas à laisser votre témoignage en commentaire pour aider ceux qui hésiteraient encore.


  1. À condition de ne pas se laisser envahir par le bazar… mais c’est un tout autre sujet encore.

  2. Et uniquement lui, que ce soit bien clair.

  3. Mattermost, sorte de clone open-source de Slack que nous avons installé sur nos propres serveurs.

avatar huexley | 
avatar Atlante | 

Super article! Merci

avatar Tagazok | 

Merci d’avoir enfin trouvé une utilité à l’art flamand.

(Blague à part, super article, merci !)

avatar Nicolas Furno | 

@Tagazok

Il m’a fallu un moment pour comprendre… 😄

(Astuce : les vieux exemplaires de l’Encyclopædia Universalis qui traînent sont parfaits pour surélever un écran.)

avatar Poweruser75011 | 

@nicolasf

Faudra renvoyer ton spot , ils les échangent vu que les écrans crament ahah

avatar monsieurg33K | 

Merci pour l’article et totalement d’accord: je télétravaille depuis 6 mois maintenant et c’est un vrai luxe. Je viens de bouger sur Paris donc je n’ai plus de pièce dédiée et ça manque, c’est vrai, alors oui il faut vraiment se forcer à sortir (je me suis pris un abo ciné et je vais courir régulièrement), sinon on devient fou ahah

avatar Rez2a | 

Petite question spécifique sur la fiabilité de la connexion internet : ça a vraiment un intérêt de prendre l’option cellulaire sur un iPad maintenant que le partage de connexion depuis l’iPhone se fait en un tap depuis l’iPad ou le Mac ?

avatar Mickaël Bazoge | 

@Rez2a

Le partage de connexion ça pompe pas mal sur la batterie de l’iPhone quand même. Et puis ça reste une manipulation supplémentaire, alors c’est pas une catastrophe mais ça reste bien confortable de pouvoir profiter d’une connexion cellulaire dès que tu allumes l’iPad.

avatar Nicolas Furno | 

@Rez2a

Je trouve que oui. Après c’est un luxe, surtout si vous ne travaillez pas avec un iPad, mais c’est plus confortable de n’avoir rien à faire du tout. Apple a simplifié les choses, mais le partage de connexion reste plus galère, parfois il saute et il faut recommencer.

Autre bonus, on peut utiliser la batterie d’un iPad et laisser un iPhone bien chargé à côté. Et l’autonomie est souvent meilleure avec une tablette de toute manière.

Utiliser l’iPhone a quand même un avantage : on peut placer le smartphone près d’une fenêtre ou en hauteur pour améliorer la qualité de la connexion.

avatar raoolito | 

@nicolasf

yep c’est ce que je fais depuis qu’on a emmenagé à la campagne. J’ai simplement dû trouver LE bon endroit ou l’iphone capte bien et placer un chargeur à coté. Je tiens à signaler par ailleurs que la qualité des partages de connexion ne m’a jamais pris en defaut (contrairement à celle de la 3G en effet)
iphone 6S et 7...

avatar gwen | 

@Rez2a

Oh oui, c’est toujours très utile d’avoir une connexion cellulaire sur un iPad. D’une part pour effectuer une action très rapide sans se poser de question et aussi que les actions qui doivent se mettre à jour le fassent en temps réel. Il est toujours long le temps d’attente face aux mails qui se chargent seulement une fois la connexion active.

Ensuite, avoir un iPad chez un autre opérateur que son iPhone peut permettre de passer de l’un a l’autre en cas de connexion plus faible avec l’opérateur gérant l’iPad.

avatar bunam | 

@Rez2a

Pour que cela fonctionne vraiment il faut faire passer la connexion internet partagée par le cable USB, pas par le wifi du téléphone ou de l'iPad.

avatar jb18v | 

Le chat 😃

Testé une demi journée pour dépanner, à priori pas trop mon truc, j’ai besoin de séparer les deux et je me vois pas faire ça tout le temps. Mais bon ces jours-ci on risque de plus trop avoir le choix.

avatar iDanny | 

@jb18v

T’as testé un chat 1/2 journée pour dépanner ? 🤔

😅

avatar Matlouf | 

Moi j'ai essayé un demi chat pendant une journée, c'est beaucoup mieux.

avatar Phiphi | 

@iDanny

C’est toujours moins de distraction qu’un chien, sauf quand il veut absolument dormir sur le clavier. 🤷‍♂️

avatar eldison | 

Merci :-)

avatar occam | 

Question : un chat est-il obligatoire pour le télétravail ?

Jusqu’ici, je me contente d’un adorable lionceau en peluche, qui non seulement s’accommode de mes longues absences, mais encore minimise mon risque d’exposition à la toxoplasmose. (Risque réel en raison d’une déficience innée des immunoglobulines.)

avatar PierreBondurant | 

@occam

Il parait que caresser un chat atténue le niveau de stress.
Dans certains pays, il y a même des bars à chats.
A toi de voir en fonction de ton niveau de stress!

avatar DahuLArthropode | 

@PierreBondurant

"Dans certains pays, il y a même des bars à chats."

Oui, en France par exemple. Il y en a un à Toulouse.

avatar Phiphi | 

@DahuLArthropode

Et à Versailles, et à Reims, et à mon avis en cherchant un peu on doit en trouver bien d’autres.

avatar iftwst | 

@occam

Chat rigoureusement indispensable.

avatar jcp25 | 

@iftwst
Chat rigoureusement indispensable.

Tout à fait ! En plus, le potichat régulièrement va s’approprier le bureau ou le clavier... ce qui veut dire.... il est temps de faire une pause. Ou faire une pré inscription à l’hôpital du coin pour se faire poser des points de suture !
Je plaisante, le potichat est reposant !
Signé : Bubulle le maître de jcp25

avatar enezvaz | 

@occam

Alors un chat c’est bien... moi j’en ai 4 donc forcément c’est parfois compliqué 😁
Pour ma part teletravail depuis 2 ans mais 3/4 jours par mois à Paris...j’avoue que j’apprécie l’arrivée à Montparnasse et de me plonger dans le metro..

avatar levert74 | 

Je travaille depuis 7 ans maintenant de la maison et l essentiel tient en quelques points:
- un espace dédié et isolé (surtout si enfants à la maison)
- un loisir externe (salle de sport / un chien à promener ..
- respecter les horaires familiaux autant que possible par ex repas sinon on ne quitte jamais son bureau
- une fois l ordi éteint, la journée est censée être finie

Pages

CONNEXION UTILISATEUR