Pourquoi nous changeons de modèle économique

Christophe Laporte |

Le lancement du Club iGen sur Kickstarter a suscité beaucoup d'enthousiasme (merci !), mais aussi des craintes chez plusieurs d'entre vous. Le site MacGeneration (ainsi qu'iGeneration et watchGeneration) qui vous accompagne depuis si longtemps va-t-il changer ?

Bien sûr, nous comprenons cette crainte. Les défis qui s'annoncent sont, pour nous aussi, à la fois excitants et un rien effrayants. Mais il faut sans cesse évoluer : le web de 2018 n'est plus celui de 1998, et il y a fort à parier que son visage sera bien différent dans vingt ans ! Au-delà des changements technologiques, la question au cœur de notre réflexion est celle du modèle économique.

En 2015, nous avons dû nous séparer d'un collaborateur. Un moment particulièrement douloureux dans l'histoire de MacGeneration, et qui a nourri la réflexion autour de notre projet. Comment en étions-nous arrivés à cette extrémité, alors que l'affluence sur nos sites était en hausse ? À l'époque, nous avions publié un article sur les bloqueurs de pub : c'est grave docteur (pour MacGeneration ?).

Ce papier, qui a connu une certaine résonance médiatique, décrivait la conséquence de la montée en puissance des bloqueurs de contenus, intégrés au plus bas niveau dans iOS 9 et OS X El Capitan. Malgré leurs fréquentations en hausse, nos sites ont essuyé des rentrées publicitaires… en baisse. Du bon boulot non récompensé en quelque sorte, et pour la première fois de notre histoire, nous avons fini un exercice dans le rouge.

Ces mauvais résultats nous ont forcé à accélérer notre réflexion sur le modèle économique que nous voulions pour nos sites. Nous avons toujours été attachés à l'idée de la « gratuité » de l'information… mais face à la dure réalité, il était temps de tout remettre à plat.

La quadrature du cercle

Pas question ici de jouer les pleureuses, de se lancer dans des critiques sans fondement, ou de faire l'aumône. Nous voulons vous exposer notre réalité de la manière la plus honnête possible. Le nerf de la guerre pour tout le monde, c'est l'argent. Voici comment nous gagnons notre vie :

  • Vente d'espaces publicitaires : en direct ou via des partenariats, comme avec Google ;
  • Affiliation : vous cliquez sur un lien Amazon ou Apple, vous achetez un produit… et nous recevons une commission ;
  • Services : derrière ce terme un peu fourre-tout, les ventes de nos livres, l'offre de soutien de notre application, les annonces premium d'iOccasion

Le zèle des bloqueurs de pub et le conservatisme des annonceurs

Les choses n'ont guère évolué concernant la publicité. Certains bloqueurs de pub bloquent de plus en plus de choses, y compris des éléments rédactionnels ! Il arrive ainsi que les liens traqués (vers Amazon, Apple et d'autres) présents dans les articles soient purement et simplement effacés du texte. Résultat, certains articles sont tout simplement illisibles.

Autre exemple, ces bloqueurs de contenus qui refusent de charger les images d'un de nos sites. Une blague qui a duré plusieurs semaines ! Nous avons passé beaucoup de temps à mettre en place une offre commerciale prenant en compte ce phénomène, tout en poussant les annonceurs à renoncer aux créations dynamiques et aux innombrables statistiques que peuvent remonter les serveurs de publicité.

Cette offre connaît un certain succès, et elle est efficace dans bien des cas, sans pourrir l'expérience que nous voulons vous offrir. Hélas, les annonceurs sont frileux et n'aiment pas beaucoup sortir des sentiers battus.

À côté de cela, nous sommes également conscients que tout n’est pas parfait de notre côté. L’intégration de la publicité dans l’application iOS ne nous satisfait pas. C’est un point que nous comptons revoir l’année prochaine. Mais ce qui est difficile à faire sur le web l’est encore plus sur une application native. Et il faut convaincre les régies du bien-fondé de notre démarche.

Affiliation : un modèle malade

Le levier de l'affiliation est de plus en plus difficile à manier. En dehors du problème des liens traqués effacés par les bloqueurs de contenu, le gros problème ici c'est… Apple et ses mauvaises pratiques. Dès que le constructeur lance un produit à fort potentiel commercial, un courriel arrive dans nos boîtes pour nous annoncer que la commission sera royalement de… 0 %.

Si le succès escompté de ce produit n'est pas au rendez-vous — et cela a été le cas de l'iPhone XS, par exemple —, nous recevons très rapidement un message qui nous signale que, comme par magie, la commission est revue à la hausse.

Sachez que cela n'a absolument aucun impact sur la rédaction de MacGeneration. Ce n'est pas parce que nous ne touchons rien sur la vente d'un appareil Apple que nous n'allons pas en parler, en bien comme en mal d'ailleurs.

Le hic dans cette histoire de commission, c'est que d'autres éditeurs et annonceurs s'inspirent des pratiques d'Apple. La grande mode actuellement, c'est le changement permanent des taux de commission. L'opacité règne ici en maître : tout est fait pour ne pas nous donner de chiffres précis, à moins de fouiller dans un document de vingt pages de long.

Il faut être constamment à l'affût des changements : au printemps, un opérateur téléphonique a décidé de diviser par deux les commissions, puis de les supprimer. « Plus de budget ! », disait-il. Après plusieurs protestations, cet opérateur a soudain retrouvé son budget…

Cet exemple illustre une tendance de fond : l'affiliation, c'est chacun pour soi. Là où il est impératif de construire une relation de confiance, c'est tout l'inverse qui se produit. Et on se retrouve souvent face à un rapport de force disproportionné entre l'éditeur et l'annonceur.

On ne veut pas faire pleurer dans les chaumières. Tout cela, c'est de la cuisine interne. Mais on voulait lever un petit peu le voile sur ce que nous faisons tous les jours, nous battre sans cesse pour maintenir MacGeneration à flot. Et très franchement, nous avons d'autres choses bien plus intéressantes et amusantes à développer.

Stop ou encore

Notre activité « bouquins » rencontre un certain succès, mais malheureusement les livres numériques n'ont jamais décollé en France, contrairement à ce qui se passe dans d'autres pays. Quant à l'offre de soutien dans notre application, si elle a bien progressé au début, elle connaît désormais un plateau.

Sans ces activités annexes, nous ne serions pas là où nous en sommes aujourd'hui. Chaque sou compte ! De notre point de vue, avec le recul, la situation reste délicate. Certains ne s'en sont tout simplement pas relevés : dans l'écosystème Apple, l'exemple le plus tristement célèbre est sans doute MacPlus.

Nous nous portons aujourd'hui mieux qu'en 2015. Depuis, nous avons fait des économies et repensé notre offre publicitaire. Le contexte économique est aussi plus favorable, mais en sera-t-il de même dans un ou deux ans ? Si notre situation s'est améliorée, elle reste très fragile. Aujourd'hui, pour s'en sortir, il faut se réinventer. Penser autrement.

Le premium pour s'inscrire dans le long terme

C'est dans cet état d'esprit que nous avons voulu avancer. Nous aurions pu continuer à naviguer à vue en nous disant que nous serons plus malins que les confrères. Ou prendre les devants pour assurer notre pérennité à moyen et à long terme. Et cela passe par l'établissement d'un lien avec vous…

Nous ne nous sommes jamais souciés de plaire ou de déplaire à un annonceur. On se fiche pas mal de faire en sorte que nos contenus fassent plaisir aux algorithmes des moteurs de recherche. Ce Club iGen, c'est un projet extrêmement motivant et qui est beaucoup plus simple à appréhender.

Plus simple et plus motivant, parce que cette relation directe avec vous passe par un nouveau site sans publicité ni traqueur, plus rapide, avec des options de personnalisation inédites. C'est aussi plus de temps passé à trouver des idées de contenus originaux et à enquêter sur des sujets que l'écume de l'actualité ne nous donne pas la possibilité d'approfondir.

La grande différence avec l'époque où nous avons lancé MacGeneration, c'est que tout le monde écrit sur Apple. C'est tant mieux pour la Pomme, mais de notre humble point de vue, ce traitement reste très superficiel. De manière plus générale, la manière dont la technologie — qui imprègne tous les secteurs d'activité et tout un chacun — est relatée dans la presse généraliste en France est au mieux médiocre en comparaison de ce que l'on trouve ailleurs.

Notre ambition avec le Club iGen est finalement assez simple : vous proposer des articles à forte valeur ajoutée sur Apple et sur l'industrie high-tech en général (avec notre regard sérieux… et parfois décalé), exploiter de nouveaux moyens d'expression, vous offrir une approche différente. Le tout sans avoir à nous soucier des contraintes inhérentes au modèle publicitaire.

Ce sont ces idées que nous vous proposons de soutenir avec le Club iGen. À vous de voir !

> Rejoignez le club iGeneration

Tags
avatar Madalvée | 

C'est parce que j'ai peur pour vos revenus futurs que je ne prends pas d'abonnement à vie.

avatar Lestat1886 | 

@Madalvée

Un abonnement à vie revient au prix d’un abonnement d’une durée entre 15 et 20 ans. Au bout du compte ca reviens au même. Ils utiliseront la somme pour le club igen et si ils placent l’argent c’est encore mieux. Et après rien n’empêche d’acheter leurs prochains livres par exemple

avatar bibi81 | 

Un abonnement à vie revient au prix d’un abonnement d’une durée entre 15 et 20 ans. Au bout du compte ca reviens au même.

Au bout de quel compte ? Si le site ferme dans 2 ans, tu es sûr que ça reviens au même ?

avatar Lestat1886 | 

@bibi81

Oui bien sûr, c’est pour ça que je dis que c’est un pari. C’est un moyen de les soutenir aussi sur ce projet.

avatar colossus928 | 

@Lestat1886

Comment faites vous les maths ?
Je trouve plutôt 7 années...

avatar Lestat1886 | 

@colossus928

J’ai payé 360 €, l’abonnement igen est a 17,49€/an soit l’équivalent de 20,5 ans

avatar Eyquem | 

@Lestat1886

Il me semble justement que cet abonnement ne sera plus disponible et sera remplacé par un autre à 50E/an ! Ce qui diminue de fait les années...

avatar Lestat1886 | 

@Eyquem

Aaah d’accord ! Désolé j’avais complètement oublié cette information

avatar colossus928 | 

@Lestat1886

Sauf que l'abonnement ne sera plus à 18€ mais environ 45€ avec le nouveau modèle.

avatar Jaime les chats | 

Moi je croie qu'ils ont un belle avenir ;)

avatar RenaudL | 

Merci pour votre transparence et pour ces réflexions fort pertinentes sur la transformation des modèles économiques des sites d’information. Bonne chance pour la suite.

avatar Benitochoco | 

@ReanudL

La société Macgénération est spécialisée dans le secteur des activités des agences de publicité. Le côté "Mac sympa" n'est qu'un levier pour aller chercher le portefeuille. Les gens qui ont donné des sous ont simplement répondu à une opération marketing très bien ficelée. Le Kickstarter n'est rien de moins qu'essuyer les plâtres d'un mauvais choix économique.

C'est peut être des fans de Mac, mais avant tout des marketeux. Le côté journal n'est qu'une façade commerciale. J'aime bien MacG, je suis sur le site depuis les débuts, mais faire payer aux lecteurs des mauvaises stratégies je trouve ça "bien pensé" ;-)

Donc pas besoin de dire "bonne chance", ils réussiront.

avatar Benitochoco | 

@Suite

D'ailleurs le gérant est François Laporte et non Christophe Laporte, c'est curieux.

avatar Christophe Laporte | 

ouais très curieux. ca sent le complot à plein nez… sauf que c'est peut-être bien possible que ces deux personnes soient en faite une seule et même personne…

En ce qui concerne le statut, on a expliqué des centaines de fois l'anecdote. Quand j'ai posé le dossier à la CCI en 2005, on a tiqué pour le statut de presse, car à l'époque on vendait déjà des goodies et qu'une société de presse ne devait pas s'abaisser à ce genre de choses…

Bref, ça nous a pas empêché d'être reconnus par les différents organismes. Tous les journalistes de MacG ont une carte de presse depuis plusieurs années. D'ailleurs faut que Christophe ou François se bouge le cul pour signer le chèque des renouvellements. Et qu'on a été reconnu par la CPPAP

avatar Benitochoco | 

@Christophe Laporte euh.. lolo, bref...

Une modification de statut c'est pourtant simple à faire pour quelqu'un qui tique. D'autre part pour avoir la carte de presse il suffit d'avoir 50% de ses revenus venant d'un blog pour l'avoir, elle est en aucun cas gage de sérieux "journalistique" ni que vos "journalistes" sortent d'une ESJ. Norman doit l'avoir !

Bref, Christophe, pardon Laurent, ils sont cons au tribunal de commerce de confondre comme ça deux personnes. Du coup je ne sais plus à qui souhaiter bon bilan de fin d'année ;-)

avatar Rom 1 | 

@Benitochoco

Euh ce n’est pas exact du tout, il ne suffit pas d’un blog pour avoir la carte de presse, ni même avoir un métier apparenté comme rédacteur web par exemple. Il y a des critères précis et non, un blog n’est pas une activité journalistique.

Il faut être en CDD ou en CDI depuis au moins trois mois dans une entreprise de presse, cette dernière ne peut se définir comme telle que si elle est reconnu par la CPPAP.
Il faut que l’activité journalistique en CDD/CDI représente au moins 50% des revenus et que les autres revenus n’entrent pas en contradiction avec la pratique du journalisme. Donc pas de ménages, pas de publirédaction par un journaliste, etc.
Il faut un casier judiciaire vierge et il faut apporter des éléments de sa production journalistique.

Le dossier est instruit par la commission à Paris mais aussi dans la région dudit journaliste pour vérification et validation.

Ce n’est qu’après que la carte est délivrée. Elle n’est valable qu’un an, il faut donc refaire un dossier chaque année. Certes plus simple que pour une première demande.

Avant de dire de telles bêtises et d’être aussi péremptoire, il faut se renseigner...

avatar iVador | 

Je comprends le point de vue, mais à l’heure des abonnements à tout crin, il faut faire des choix, et malheureusement, je crains que l’abonnement au club iGen ne soit pas ma priorité . Néanmoins je vous souhaite bon vent et de bien réussir 😏

avatar Lestat1886 | 

@iVador

Oui c’est vrai, c’est pour ça que j’ai pris l’abonnement à vie. Je préfère payer en une fois, même si c’est un pari sur l’avenir que je suis prêt à prendre. Ceci dit, un abonnement pour un site d’actualité ça se justifie

avatar Jaime les chats | 

Moi aussi, je soutien :o

avatar corben | 

Je ne pensais pas que vous étiez si nombreux et du coup, connaissant bien les sujets RH et financiers en entreprise,
Je me demande même comment vous arrivez à vous payer un salaire chacun tout en assurant le fonctionnement du site

avatar fransylvie | 

@corben

Je suis d’accord avec toi !
Je suppose que chacun a une autre source de revenus autre ! Sinon, le statut financier d’une petite structure comme la vôtre ne peut pas tenir !!!
Bref, merci pour l’éclairage sur votre structure très masculine 😉 et bonne chance pour l’avenir.

avatar Poklomo | 

Mais aussi une structure tres blanche un peu de diversité ne ferrait pas de mal

avatar gwen | 

@Poklomo

Ça manque aussi d’aveugles, d‘unijambistes, de nains, etc.

avatar Poklomo | 

Tellement validiste

avatar corben | 

@Poklomo

Tu sais la diversité il ne faut pas l’imposer
Encore faut il qu’il y ait:
- le budget
- le besoin d’une nouvelle personne
- que cette personne ait les compétences requises

A la base on recrute pas quelqu’un pour sa diversité on recrute quelqu’un parce qu’il correspond au poste et à l’entreprise

Pages

CONNEXION UTILISATEUR