Aucune surprise : l’iMac 24 pouces est un excellent iMac d’après les premiers tests

Nicolas Furno |

En amont de la sortie de l’iMac 24 pouces ce vendredi 21 mai, Apple a envoyé comme toujours quelques exemplaires de son tout-en-un à la presse. Journalistes (mais toujours pas nous 😢) et youtubeurs ont reçu un exemplaire et ils ont tous publié leur test en même temps cet après-midi. Avant de pouvoir tester nous-mêmes l’ordinateur, voici ce qui ressort des premiers tests !

Un iMac orange et un bleu (image The Verge).

L’Apple M1 fidèle à lui-même

Commençons par évacuer le point le moins intéressant de tous ces tests : les performances. L’iMac 24 pouces repose sur la même base technique que les autres Mac avec Apple M1 sortis à l’automne, si bien que l’on a une bonne idée de ce qu’il faut en attendre avant même de le tester. La puce conçue par Apple est extrêmement rapide et elle laisse les anciens iMac 21 pouces sous Intel sur place et même la plupart des Mac Intel.

Comme le note Jason Snell de Six Colors, on connaît déjà cet ordinateur, mais l’iMac 24 pouces le propose sous un format différent. Les résultats de tests de performances sont identiques aux précédents Mac avec cette même puce, ce qui est logique. Sa ventilation active lui assure des performances maintenues sans problème, comme en témoigne Monica Chin pour The Verge : même après trente minutes de tests intenses avec Cinebench, les performances n’ont pas baissé.

Graphique des performances mesurées avec Geekbench pour le nouvel iMac (en haut), comparé aux autres Mac M1 et aux iMac Intel (graphique Six Colors).

Tant mieux, d’autant que les deux ventilateurs intégrés à l’iMac 24 pouces sont aussi discrets que ceux des Mac mini et MacBook Pro 13 pouces avec M1. Au quotidien, on ne l’entend jamais et Joanna Stern du Wall Street Journal s’émerveille de cet ordinateur qui encaisse sans broncher ses tests de performances les plus exigeants dans le silence le plus complet.

On peut entendre les ventilateurs, précise quand même Decindra Hardawar pour Engadget. Il indique qu’ils s’activent pendant une session de jeu, mais restent discrets même dans ce cas de figure. Le journaliste parle de « doux vombrissement », un bruit qui n’est pas du tout gênant au quotidien. Là encore, l’iMac 24 pouces ne se distingue pas vraiment des autres Mac Apple M1, c’est la même situation avec le Mac mini ou le MacBook Pro 13 pouces.

Un iMac jaune (capture d’écran vidéo TheiCollection).

Les mêmes limites s’imposent à l’iMac 24 comme à tous les autres Mac M1. Le CPU et le GPU sont identiques, avec huit cœurs pour le premier et sept ou huit pour le second. La RAM ne peut pas dépasser 16 Go et c’est toujours 8 Go de base, quand le stockage est limité au maximum à 2 To. Il n’y a au maximum que deux ports Thunderbolt au dos de l’ordinateur, qui ne sait gérer qu’un seul écran externe en plus du sien.

The Verge résume bien la situation : si vous étiez limité par les précédents Mac Apple M1, ce modèle ne sera pas pour vous. Si ce n’est pas le cas, la puce d’Apple est réellement aussi bonne qu’on le pensait initialement et l’iMac 24 pouces en profite tout autant que les autres Mac. Le choix revient donc essentiellement à une histoire de forme…

Le design avant tout

Le nouvel iMac prend l’Apple M1 et le place sous un écran d’à peu près 24 pouces. Apple a mis le paquet sur le design de son tout-en-un, avec une large sélection de couleurs que vous pouvez admirer dans cette vidéo d’iJustine, où elle déballe toutes les variantes l’une après l’autre. On y verra notamment le modèle le plus discret de la gamme, l’argent qui ressemble le plus aux anciens iMac, du moins de dos.

Comme on l’avait vu sur les photos du produit, Apple a opté pour un bi-ton, avec une couleur vive au dos et une version plus pastel devant. Le constructeur fournit même deux autocollants avec ses iMac, un de chaque couleur. Tous les accessoires sont aussi accordés, avec la teinte pastel pour que votre bureau soit cohérent. Comme souvent, les couleurs réelles sont assez différentes des photos mises en avant sur le site d’Apple et il peut être difficile de se faire une idée.

L’orange envoyé par Apple à la majorité des journalistes affiche une teinte très chaleureuse au dos et même de face, la couleur le distingue clairement. Le bleu reçu majoritairement par les autres journalistes est nettement plus discret de face et selon les angles, on pourrait même croire qu’il s’agit de la couleur de base de l’aluminium. On pense à l’iPad Air 4, mais c’est indéniablement le dos qui permet au tout-en-un de se distinguer.

iMac orange (image Numerama).
Deux iMac bleus séparés par quelques décennies : notez comment la couleur s’assombrit selon les angles (image Wall Street Journal).

Les goûts et les couleurs ne se discutent pas et sur ce point, les avis sont partagés. Julien Cadot de Numerama salue le retour de la couleur pour combattre la « morosité grisâtre ou noire » de l’informatique. Autre son de cloche pour Marques Brownlee, qui n’apprécie pas le design de son iMac 24 bleu. Même s’il apprécie mieux les bordures blanches autour de la dalle, qui pourraient permettre de mieux intégrer l’ordinateur face à un mur blanc, il ne comprend pas pourquoi le menton est encore là.

On sait pourquoi ce menton est là : la finesse de cet iMac est telle — l’iMac est plus fin qu’une Apple Watch ! — qu’il a fallu placer tous les composants sous l’écran, et non derrière. Le YouTubeur trouve que c’est un choix malvenu et il aurait préféré un iMac plus épais, mais sans menton et pourquoi pas avec une alimentation intégrée. Une fois posé sur le bureau, on ne profite plus de la finesse de la machine, argumente-t-il.

Néanmoins, comme le rappelle Jason Snell, cette finesse combinée à la légèreté de l’iMac 24 est aussi un avantage. Le journaliste explique qu’on peut déplacer le tout-en-un si facilement et qu’il prend si peu de place qu’on pourrait avoir envie d’en faire un ordinateur transportable d’intérieur, qui passe du bureau à la cuisine au fil de la journée. En cela, il perd son statut de meuble fixe et cela peut être très pratique, notamment dans les logements exigus.

Utiliser un iMac dans une cuisine, cela peut ressembler à une idée ridicule, mais elle s’avère plus courante qu’on pourrait le croire. Le journaliste d’Engadget tout comme Dan Ackerman pour Cnet expliquent avoir fait la même chose que leur collègue, tandis que le youtubeur Brian Tong présente son modèle violet dans sa cuisine.

Un iMac sur le comptoir de la cuisine de Jason Snell (image Six Colors).

Suivre des recettes ou diffuser de la musique pendant que l’on cuisine, utiliser l’écran de qualité pour regarder des vidéos ou encore déplacer l’ordinateur d’une pièce à l’autre pour travailler en profitant d’une meilleure lumière naturelle. C’est si simple, pourquoi s’en priver ? Une simplicité aussi permise par le câble d’alimentation maintenu par des aimants au dos de l’iMac.

Attention, rien à voir avec le MagSafe des anciens Mac toutefois — ni celui des nouveaux iPhone, ça devient compliqué —, l’aimant est puissant et il faut tirer fermement dessus pour l’enlever. C’est un défaut pour Numerama qui relève que l’ordinateur tombera bien avant que le câble ne se détache, mais c’est surtout pratique pour pouvoir déplacer l’iMac constamment. Le câble vient trouver naturellement sa place, il n’est pas nécessaire d’aller fouiner derrière l’ordinateur comme avant. Et si vous voulez l’installer sur un bureau fixe, la prise Ethernet intégrée élimine un câble — « généralement assez laid » considère Pierre Fontaine pour 01Net — au niveau du bureau.

Il faut tirer fort pour retirer la prise d’alimentation aimantée au dos de l’iMac (animation Six Colors).

L’écran de 23,5 pouces avec sa définition étrange de 4 480 x 2 520 pixels (4,5 K) est salué unanimement par tous les tests. La dalle LCD est d’excellente qualité avec ses couleurs P3 et sa fonction True Tone qui ajuste la colorimétrie en fonction de la pièce, personne ne trouve à la critiquer. La seule remarque que l’on trouve de la part de ces journalistes habitués aux grands écrans, c’est que l’affichage est nettement plus réduit qu’avec un iMac de 27 pouces. Mais par rapport à l’iMac 21 pouces qu’il remplace, cet ordinateur est indéniablement bien meilleur.

La webcam est aussi meilleure, enfin. Tous les journalistes ont testé la caméra 1080p installée par Apple et noté les progrès par rapport aux autres Mac, y compris les modèles M1 qui bénéficient des mêmes traitements logiciels de l’image. Mais comme le montre cette comparaison publiée par le Wall Street Journal, l’iMac 24 pouces (gauche) fait nettement mieux qu’un MacBook Pro 13 pouces dernière génération (droite) dans les mêmes conditions.

La webcam du nouvel iMac (gauche) est bien meilleure que celle d’un MacBook Pro M1 (droite) (image Wall Street Journal).

Et d’après Joanna Stern, la webcam fait désormais jeu égal avec celle d’un iPhone récent : comparé à la caméra avant de son iPhone 12, l’iMac avait souvent de meilleurs résultats. Tous les tests saluent cette bonne surprise, tout comme la qualité des six microphones, qui savent capter la voix de l’utilisateur où qu’il soit. L’enregistrement est de bonne qualité, sans atteindre le niveau d’un microphone dédié, bien sûr.

Même idée avec les haut-parleurs, qu’Apple qualifie de meilleurs jamais installés dans un iMac. La journaliste de The Verge est sur la même longueur d’ondes et relève que le niveau sonore suffit amplement pour une pièce, sans distorsion. Chez Engadget, on souligne aussi que leur compatibilité Dolby Atmos sait être bluffante avec un film : le journaliste avait l’impression d’entendre le son arriver depuis derrière lui.

L’iMac est si fin, plus qu’une Apple Watch, que la prise jack toujours proposée est sur le côté et non au dos, où elle serait alors trop longue (capture d’écran vidéo MKBHD).

Pourtant, Apple a repris la même solution technique, avec deux haut-parleurs qui pointent vers le bas. L’entreprise a déjà prouvé qu’elle pouvait extraire une excellente qualité sonore d’un tel environnement et le nouvel iMac n’en est que la dernière preuve. Malgré tout, Marques Brownlee a noté un léger manque de basses, preuve de plus pour le youtubeur qu’Apple a trop favorisé la finesse.

Le Mac parfait pour la majorité des besoins

Ces premiers tests sont ainsi tous enthousiastes : même si certains journalistes considèrent que l’ordinateur n’est pas pour eux, ils reconnaissent tous qu’il est parfaitement adapté pour sa cible. En particulier, c’est un Mac parfait pour les besoins du quotidien et toute la famille.

Image Engadget.

L’ajout de Touch ID au clavier fourni avec l’iMac va d’ailleurs dans ce sens. Grace à lui, on peut rapidement basculer d’une session utilisateur à l’autre, tout comme on peut facilement déverrouiller l’ordinateur au démarrage. Marques Brownlee note qu’il ressemble fort au Touch ID des iPhone et même s’il y a une latence d’une seconde ou deux, probablement liée à la transmission des données en Bluetooth, c’est un confort indéniable.

Comme Samuel Gibbs pour The Guardian, René Ritchie d’iMore aurait préféré Face ID, mais le journaliste rappelle que tous les Mac Apple M1 sont compatibles avec le nouveau clavier équipé de Touch ID. Pour le moment, Apple ne vend pas l’accessoire séparément, mais cela viendra certainement dans un deuxième temps. Le journaliste d’Engadget salue aussi cette fonction pour tout le reste, comme les achats sur le Mac App Store et considère que cela devient vite indispensable.

Apple n’a changé que la couleur sur sa Magic Mouse… (image Six Colors).

Les autres accessoires fournis avec l’iMac sont les mêmes qu’avant, mais colorés. Le Magic Trackpad comme le Magic Keyboard adoptent des bords arrondis, mais Jason Snell regrette le retour sur le petit clavier aux flèches sans T inversé. Apple avait fini par abandonner cette mauvaise idée avec ses claviers récents, il est difficile de comprendre pourquoi elle y revient maintenant. Quant à la Magic Mouse, elle adopte un coloris similaire à celui de l’ordinateur, mais ne change pas par ailleurs, ce qui signifie que sa charge est toujours aussi ridicule…

À l’heure des bilans, l’enthousiasme reste de mise. À condition de garder en tête les limites de tous les Mac Apple M1, à condition aussi d’accepter une grille tarifaire pas toujours facile à avaler — Numerama évoque notamment les prix des options pour la mémoire vive et le stockage et à peu près tout le monde critique les radineries sur le modèle entrée de gamme dépourvu de deux USB-C, de prise Ethernet ou de Touch ID —, cet iMac 24 pouces est un excellent ordinateur pour le grand public.

Un iMac entre le grille-pain et la gazinière (image Cnet).

Même les pros pourraient s’y retrouver, note le youtubeur et photographe Tyler Stalman qui juge que cet iMac est bien assez puissant pour répondre à la majorité des besoins en photo et vidéo. Malgré tout, tous les tests sans exception rappellent que c’est un ordinateur destiné à tous ceux qui ont besoin d’un ordinateur pour les besoins du quotidien et de l’informatique légère. Et en fait, il répondra sans problème à la majorité des utilisateurs.

D’ailleurs, conclut Monica Chin dans son test pour The Verge, il est plus facile de lister les cas où cet iMac 24 pouces ne suffira pas. Ceux qui ne veulent pas de dongles et ont besoin de connecter de multiples accessoires, ceux qui avaient un iMac 27 pouces et ne veulent pas perdre de l’espace de travail utile, ceux qui ont besoin de plus de performances et ceux qui veulent le meilleur rapport qualité/prix.

Image The Verge

Même si, comme le note judicieusement Marques Brownlee, vous ne pourrez pas trouver un ordinateur avec un aussi bon écran pour le prix demandé par Apple, mais si vous acceptez un écran moins bon, il y a bien évidemment moins cher, ne serait-ce qu’en partant du Mac mini M1. Pour rappel, les prix débutent en France à 1 449 € pour le modèle d’entrée de gamme.

Comme toujours avec l’iMac, on paye la compacité, l’intégration et la simplicité. Mais sur tous ces points, le contrat est rempli et ce nouveau tout-en-un remplit parfaitement son office.


Tags
avatar Vanton | 

@povpom

Il ressemblerait trop à n’importe quelle télé ou écran du marché s’il n’avait plus son menton… Je pense que c’est donc un choix parfaitement assumé pour le distinguer.

C’est une icône du design, une image imprimée sur toutes les rétines. Pourquoi changer une identité aussi reconnaissable ? On sait grâce à ce menton que c’est un iMac. Ils ont enlevé la pomme mais son identité reste malgré tout grâce à ce menton. Ils seraient fous de le supprimer.

avatar MGA | 

@mat16963

Vous confirmer donc : chacun ses usages et ses habitudes…

avatar Anakin92130 | 

@MGA

👍

avatar macam | 

Un iMAC sans menton c'est un écran plus bas, ou à la même hauteur mais avec alors des câbles plus visibles.
Et il n'est peut-être pas judicieux de placer les points de connexion, avec chauffe et champ magnétique juste derrière l'écran (quant à l'alimentation intégrée, oui, dans une tour PC avec de multiples ventilos dont un dédié au transfo...).
Il faut aussi songer à la répartition des masses et des forces par rapport au pied de l'iMAC.

avatar povpom | 

@macam

Ce sont des remarques judicieuses qui ont certainement fait l’objet de choix en interne.
Mais ce sont pas des arguments. A charge du concepteur de modifier la position du pied en conséquence. Maintenir le menton n’est pas un problème de solution mais de décision. Faut-il intégrer l’alimentation dans le pied ? Devons nous ajouter FaceID ou un capteur photo au dos ? Etc

avatar CogipTelematique | 

Dommage que l'écran soit en 16/9. Un écran en 3/2 ou 16/10 sans menton aurait été très intéressant.

avatar Anakin92130 | 

@povpom

Le menton de l’iMac est plutôt bienvenu car d’une part, il est le signe distinctif de cet appareil, sans quoi il ne ressemblerait plus qu’à un vulgaire écran de PC, puis d’autre part, il apporte la couleur de l’appareil en façade, chose qu’un simple écran bordless ne peux pas faire. Pour ma part, j’aurais hurlé si le menton avait disparu! J’en ai besoin pour y poser les doigts lorsque je manœuvre de la main gauche pour allumer mon iMac.

avatar povpom | 

@Anakin92130

Moi je ne pose pas mes doigts sur le menton quand je veux titiller le bouton 😁

avatar Adodane | 

On remet un coup de geekbench 😅

avatar frankm | 

Je ne peux attendre les tests des iPad Pro M1…

avatar Paquito06 | 

“L’iMac est si fin, plus qu’une Apple Watch, que la prise jack toujours proposée est sur le côté et non au dos, où elle serait alors trop longue”

😳😱😍

avatar Darkgam3rz | 

Sans allez aussi loin, le site 01net a publié un test sur l’iMac !

avatar foxot | 

C’est un avis personnel, mais c’est clairement l’ordinateur de bureau le plus beau que j’ai jamais vu 🤩🤩🤩🤩🤩

avatar JOHN³ | 

@foxot

💜

avatar koko256 | 

Youpi des cables lightning colorés de marque Apple... (fichus en quelques mois ? Pas grave il suffit de racheter un iMac)

avatar Vanton | 

@koko256

Ils sont tressés… avec un peu de chance ils tiendront plus longtemps que leurs prédécesseurs.

On ne tardera pas à les voir sur d’autres produits je pense.

avatar koko256 | 

@Vanton

🍾

avatar pacolapo | 

" Quant à la Magic Mouse, elle adopte un coloris similaire à celui de l’ordinateur, mais ne change pas par ailleurs, ce qui signifie que sa charge est toujours aussi ridicule… "

En conservant ce design, impossible de faire autrement et comme déjà dit et répété, mais visiblement, vous ne le dites pas, exprès peut etre ? le temps de recharge est très court, 9to5mac :

“Magic Mouse 2 is said to charge up for 9 hours of use in about 2 minutes and about a month’s worth of use in just a couple hours.”

9 heures en 2 minutes de recharge, ca va, y a pas trop de quoi pinailler...

avatar povpom | 

@pacolapo

Si :D. Ça reste con 😂

avatar pacolapo | 

Le design avant tout, impossible de modifier la façon de charger sans modifier le design.

Y a des trucs sur lesquels Apple ne transige pas et l’impact sur l’utilisation est très faible.

avatar povpom | 

@pacolapo

Mais je peux tout à fait entendre que le design est important. Et c’est l’un des arguments principaux en faveur de Apple au sens large. Un iPad, un OS, un accessoire bien pensé … le sens du détail ! c’est ce qui plaît dans cette marque.

En revanche, la vision quasi intégrale de la Pomme est de mettre le design au service de la fonction et de l’ergonomie. Là, nous n’y sommes pas : on pourrait dévoiler le connecteur via une astuce mécanique. Mais non, on préfère laisser le mulot les quatre fers en l’air … et rayer sa sacro-sainte surface acrylique immaculée. Et donc ruiner le design.

j’y vais probablement un peu fort avec « intégrale ». Mais c’est un reproche de plus en plus formulé que la perte de cette vision INITIALE du design. Il serait cependant trop aisé de créditer ce lent glissement au départ de Mrs Jobs ou Ive.

avatar Dark Phantom | 

@povpom

Mais les gens utilisent surtout le trackpad

avatar tupui | 

@pacolapo

Oui en plus sur une MX par exemple ok on charge à l’avant mais le câble par défaut est tellement pas souple que c’est pas utilisable en charge. Donc aucune différence au final.

avatar koko256 | 

Vivement un mode veille qui supporte les coupures de courant pour le mode "transportable"...

avatar edmini | 

Il fallait la mentonnière pour les Post-it!

avatar hellonearth | 

Moi ce que je comprends moins dans les retours que font les journalistes… D’un côté on nous explique que ces iMac sont les plus puissants à ce jour mais de l’autre on nous dit qu’ils ne seront probablement pas prévu pour un usage professionnel…
Soit ils sont puissants et alors je ne vois pas pourquoi on pourrait pas faire tourner des logiciels professionnels dessus et de manière intensive , soit on m’explique Pourquoi il ne serait destiné qu’à un usage quotidien et léger. C’est étrange non 🤷🏻‍♂️
Les tests du Mac Mini ou des portables avaient révélé qu’ils étaient quasiment équivalent à des configurations Intel musclées qui coûtaient un bras…

avatar marenostrum | 

ils n'ont pas assez de RAM (ni de GPU puissant) pour être pro (ceux qui ont vraiment besoin de puissance en continu, toute la journée). après y a pro et pro. même une femme de ménage est pro et peut utiliser un ordinateur pour gérer son activité.

cette gamme d'ordinateur est rapide mais pas puissante. ils font pas mieux que les mac pro Intel qui sont toujours au catalogue. mais Apple va bientôt sortir la nouvelle gamme pro, qui sont rapides et puissants.

avatar hellonearth | 

@marenostrum

Ok, merci pour ta réponse . Je comprends sur le papier la ram et le gpu. En pratique des Youtubeur videastes et photographes ont expliqué qu’avec un mac mini M1 au final ils n’avais pas réussi à mettre à mal la bête grand public, que la ram n’étais pas si limitante tant il avait de puissance par ailleurs et que le gpu, du fait de la façon dont Apple l’a intégré sur sa carte était ok aussi . Idem pour MacBook . Si la version Intel ( config a one million dollar de l’année précédente ) était au top à l’époque👌🏻 pour faire du montage / effet /son / image et que les mac sous M1 sont aussi bon voir meilleur pour ces videastes/ photographes , alors pourquoi faudrait il encore plus ?? Quels logiciels / utilisations nécessite tjs « plus » ? Il ne chauffe quasiment pas, ne perd pas bcp en efficacité sur la durée … pourquoi cela ne peut pas être une station de travaille pour faire toutes la journée 5j/7 du traitement montage / video
Intensif …

avatar marenostrum | 

y a des tests que les mac intel font mieux que les M1. il faut mieux chercher.

après je dis pas que ces ordinateurs sont nuls. pour la plupart des gens sont largement suffisant. mais çà se voit (prix, couleurs, peu de ports, etc) que la cible ne sont pas les pros. c'est l'ordinateur de tout le monde.

avatar mne | 

@hellonearth

La vraie limite pro c'est plus dans les logiciels pointus qui ne prennent pas encore en charge arm ou pas complètement (extensions, plugins, communauté ...). Quand ton métier se résume à l'usage de 3 soft dont 2 qui ne fonctionnent pas parfaitement sur ton ordi, tu es cuit. Et puis n'oublions pas que ce sont des machines de première génération (a fortiori avec une nouvelle architecture). Donc les pros seraient bien avisés d'attendre patiemment les générations suivantes que les problèmes de jeunesses disparaissent (bien que cette transition se fait plutôt tranquillement, on entend pas trop parler de gros problèmes)

avatar hellonearth | 

@mne

Oui là aussi on est ok et je comprends bien et même mieux la problématique logiciel et compatibilité MAIS j’étais vraiment sur la partie « puissance » et matériel . En fait rien ne limite ces nouvelles machines puisqu’elles dépassent même parfois les anciennes bêtes de course de moins de 2 ans … donc l’aspect update du système , des logiciels et autres plugins c’est provisoirement un prb chez les Pro , mais nous savons tous que ca se résout globalement sur 1 an … ça a tjs existé même sans changement d’architecture : Adobe sort une mise à jour majeure de sa suite et bam 💥 oui dans les premières versions ça peut planter , bugger , etc … mais ça arrivait aussi quand les mac étaient sous Intel et pendant 10 ans, tout le temps en fait … à chaque update il y’a tjs un risque . Là oui on cumule je suis ok , système( big sur ) + architecture ( M1) + logiciel ( nouvelle version de X ou Y ) mais là machine elle et sa puce sont pleine de ressources et suffisamment , et pas que pour faire du « traitement de texte , des mails , regarder un film ou surfer sur le web comme semble parfois le sous entendre les journalistes ou les commentaires condescendants …
Je parle de ceux qui demandent déjà du M2 , des giga de ram … y’a 2 ans on pouvait déjà faire tout avec des Intel à 5000 boules et aujourd’hui Apple sort une architecture aussi puissante , voir plus ( dans les bench en tous cas ) et à 1800 boules et non … on fait que du mail ou « pas assez pro » mais pas assez pro pour faire quoi quand le logiciel sera à jour dans 5 mois et le système optimisé comme ça se fait depuis toutes les versions d’os depuis x ??

avatar laurent dieusart | 

Je confirme. J'ai un Mac Mini M1 16go/512 et il en fait plus que je ne l'aurais pensé. Infographiste-maquettiste depuis 1986 et utilisateur depuis cette date de Mac (et oui !), j'ai étais complètement bluffé par cette puce M1 par rapport aux puces Intel. J'utilise plus de 10 heures par jour toute la panoplie Adobe (Indesign, Photoshop, Illustrator, Première Pro…), et Blender, Clip Studio Paint Ex et autres logiciels et rien ne semble épuiser ce petit cube qu'est le Mini. Je remarque que les critiques sont souvent émises par des personnes qui n'ont même pas testé cette nouvelle puce. J'ai acheté depuis 1986 tous les macs sauf le Pro. Et je peux dire qu'Apple fait du matériel durable dans le temps. Je n'ai eu qu'un seul problème fin d'année dernière avec mon Imac 27 de 2012, ce qui explique l'achat du Mini M1 début janvier et je ne le regrette pas. Peux importe le design pour moi tant que le produit fasse le boulot. Et pour finir, je trouve l'Imac 24 très réussi. S'il le font en 27 j'achète tout de suite.

avatar hellonearth | 

@laurent dieusart

Merci de confirmer que ces machines sous M1 même sans 3000 Go de ram et des gpu xx9000jesaispasquoi ont déjà largement assez de ressources pour faire le job dans 97% des cas … et pas que du « pages » , mail et un peu de Photoshop occasionnel 👍🏻👌🏻
On se doute bien que pour faire des rendu pour avatar 2 et 3 , c’est pas avec ces machines 🙄

avatar laurent dieusart | 

Concernant Photoshop, j'ai fait des test d'agrandissement :
13x8/300 dpi puis agrandissement à 26x16/300 dpi = instantané.
26x16/300 dpi puis agrandissement à 52x32/300 dpi = instantané.
52x32/300 dpi puis agrandissement à 104x64/300 dpi = instantané pour un poids de 253 mo.
Je confirme que la puce intel est complètement larguée. Et le Mini ne chauffe jamais et aucun ralentissement constaté depuis janvier 2021.

avatar Dark Phantom | 

@laurent dieusart

Quelle est le taux d’usure de votre ssd sur votre mac m1 ?

avatar laurent dieusart | 

C'est un faux problème mainte fois démenti par Apple et des médias sérieux. Le ssd durera ce qu'il durera et à mon avis au moins 10 ans, comme tous les macs que j'ai usé. Je précise que je travaille sur un disque ssd externe Samsung T7 touch 1To sans aucun ralentissement, les applications étant sur le Mac. J'utilise aussi un disque mécanique Maxtor 2To branché également sur le Mac. J'ai deux écrans branchés sur le Mac, un 27 pouces Samsung et un 20 pouces HP vieux de 10 ans…

avatar Dark Phantom | 

@laurent dieusart

Oui et non. Ça revient beaucoup , surtout sur les ssd de 256 go. Apple utilise des ssd qlc qui auraient un taux d’usure beaucoup plus important que les slc. J’ai lu pas mal d’articles sur le sujet. Mais on verra si c’est une angoisse irrationnelle ou si des macs M1 dans quatre ans ne sont plus utilisables. Ce serait quand même gênant. J’ai l’habitude d’utiliser mes macs dix ans, et quand je ne m’en sers plus professionnellement de les faire tourner dans la famille pour ceux qui n’ont pas besoin de puissance ou alors de les revendre d’occasion dans un très bon état. Si là, le Mac est mort au bout de quatre ans , je trouve ça très dommageable. Autant qu’Apple fasse un système de location et mette un appareil à jour à notre disposition.

avatar laurent dieusart | 

Vous pensez réellement qu'Apple fabrique de la daube ? Que ses disques SSD sont ceux de base vendus sur les PC ???? Tout se paye et la qualité démontrée chez Apple me donne entière confiance et satisfaction depuis 35 ans. Un seul mac m'a planté, la carte vidéo sur mon Imac de 2012 et c'est tout. Alors moi les avis des personnes qui n'ont pas mon expérience matérielle m'amuse. Je suis un vieux de la vieille comme utilisateur Apple. J'ai même encore mon ipad de 2010, le tout premier qui tourne encore… J'ai un Imac 24 p de 2008 et mac mini 2012… ils fonctionnent toujours… Alors j'ai toute confiance pour mon Mini M1 pour de longues années.

avatar Dark Phantom | 

@laurent dieusart

Ah mais renseignez-vous sur la qualité des ssd utilisés par Apple. Je n’ai fait que lire des articles bien renseignés à ce sujet, c’est tout. Quant à l’ancienneté Apple, mon premier Mac était un Macintosh SE, ça ne nous rajeunit pas, hein? Et j’ai des macs depuis mon adolescence; je connais bien la qualité, les avantages et puis les problèmes que il y a eu sur certains modèles et les clash-actions qu’il y a eu.

avatar laurent dieusart | 

Ah le SE… avec disquette… lol … et Page Maker et le système dessus. Que de bons souvenirs… A l'époque j'étais jeune aussi. Les pros de l'imprimerie n'y croyait pas, sauf mon patron qui a préféré miser sur un mac pour le traitement des textes plutôt que sur Linotype qui coûtait plus qu'un bras. Et puis la suite… tout le monde la connaît chez les pros, qui n'ont jamais passé chez Windows. je viens de l'imprimerie… typographe, imprimeur sur la platine Heildelberg Ofmi Garamont… Ensuite maquettiste dans les années 90… et puis indépendant depuis 2008… alors oui je connais bien Apple et ses produits, ses systèmes et ses bugs… Mais franchement, je me considère à juste titre PRO et les critiques de certains me font sourire.

avatar Dark Phantom | 

@laurent dieusart

https://www.reneelab.fr/difference-slc-mlc-tlc.html#qlc

Pour y voir un peu plus clair

avatar laurent dieusart | 

Avant d'acheter le Mini M1 en remplacement de mon 27 pouces (urgence, j'avais des clients à satistaire), j'ai largement lu et visionné les médias… Alors reprendre du Intel ou passer à la puce M1 ? De long et en large, j'ai pesé le pour et le contre. Reprendre un Intel à plus de 4 094 euros ? Un Mini M1 à 1 259 euros ? Je ne voulais pas acheter un mac qui serait invendable dans 2 ou 3 ans et dont le système serait bridé. J'ai choisi le risque modéré. Et en toute franchise, je ne payerai plus jamais plus de 2500 euros max pour un mac. Cette puce m'a largement conquis. Et je n'ai pas payé 4 094 euros. C'est un tournant chez Apple, oui ils font du moins cher avec de la puissance en plus. Oui ce n'est plus limité aux pros… Oui et tant mieux. L'avenir donnera raison à Apple quand à ses choix … Un mac puce M1 est largement suffisant même pour les professionnels… Largement.

avatar Dark Phantom | 

@laurent dieusart

Pour les applications graphiques certainement, si on a pris 16 go de ram. C’est mon cas aussi mais je suis sur un Mac Pro Intel / MacBook Pro Intel déjà vieux mais qui tiennent très bien la route.
Évidemment la puissance des benchs ne rend pas compte des utilisations réelles en situation professionnelles. Mais je dirais qu’elles ne rendent pas compte dans tous les sens : autant les m1 ont une puissance largement suffisantes, autant les anciens Mac Intel aussi. Il y a bcp d’arguments commerciaux dans ces benchs qui sont censés dire la puissance de ces machines.

avatar laurent dieusart | 

Ce n'est pas faux concernant Intel. Par contre ne pas oublier que les programmes seront à bref échéance tous optimisés pour la puce M1 et suivantes. Adobe sera optionnel pour tous ses programmes avant la fin 2021, sans parler des autres logiciels. Sur mon Imac 27 j'avais 32 go de ram, largué par la puce M1 sur tous les logiciels que j'utilise quotidiennement depuis des dizaines d'années. C'est du vécu. Je ne le dis pas pour venter cette nouvelle puce mais parce que c'est la vérité. Apple vient de modifier la donne. Et c'est enfin une révolution.

avatar Dark Phantom | 

@laurent dieusart

Les macs intel sont encore en vente, et même un nouveau Mac Pro Intel devrait voir le jour. Le support des logiciels sur Mac Intel va continuer, ne vous inquiétez pas pour ça. Le parc étant énorme, il va durer au moins 5 ans, voire plus. Après, évidemment il y aura des anciennes versions uniquement supportées, mais d’ici là, la plus grande majorité aura fait la mise à jour avec des macs silicon.
Cela dit, il ne faut pas se tromper. Si les macs silicon sont le présent et l’avenir, les puces intel n’ont pas que des inconvénients; je m’en rends compte aussi tous les jours sur mes macs: un Mac Pro xeon qui ne plante jamais, aucune erreur logicielle, jamais aucun bug, aucun problème de sortie de veille, de bluetooth etc; une stabilité exemplaire. En comparaison, le MacBook Pro Intel avec i7 est déjà moins stable, quelques erreurs , quelques bugs. Et le m1, sur des collègues qui en ont : les problèmes connus que je ne vais pas énumérer mais qui existent bel et bien. J’ai un iPad Pro avec une ancienne puce mais donc arm comme le M1, il est à la fois magique et limité, connait quelques bugs.
Tout ça pour dire que je n’idéalise rien; je prends ces machines pour ce qu’elles sont : des outils , des outils auxquels je veux penser le moins possible. Aucune envie d’aller sur Windows et je serai toujours sur Mac. J’attends un produit spécifique pour acheter un Mac silicon, pas par peur de ne pas avoir une machine assez puissante, (je prends souvent le modèle bas de gamme du haut de gamme chez Apple) mais plutôt une fois que je serai face au produit qui me convient : donc déjà pas cet iMac coloré au bezel blanc. Et au bon prix

avatar laurent dieusart | 

J'ai eu effectivement des problèmes de retour de mise en veille sur mes deux écrans branchés sur le M1, résolus depuis la mise à jour macOS Big Sur 11.3.1. Pour éviter les problèmes, mettre les mains dans le cambouis et dans préférences économiseur d'énergie mettre le curseur sur 1h, largement suffisant. j'éteins tous les soir le mac. À l'allumage, le matin, aucun soucis d'écrans ni de positionnement. Préférer un hub externe pour les branchement dd SSD, ce qui est recommandé par Apple (je les ai eu en ligne). Tout n'est pas figé, mais je fais confiance à Apple pour résoudre les problèmes inhérents à toute nouvelle technologie. Apple a le courage de faire ses propres puces et ce ne sera que des avantages pour les années à venir. Pour un graphiste qui bosse sur les logiciels habituels, sauter le pas ne sera pas une erreur et tout comme moi, il verra que franchement cela en valait la peine. Après chacun voit ses avantages. Moi les miens sont largement satisfaits.

avatar Lonsparks23 | 

@hellonearth

Cette notion de « Pro » n’a plus beaucoup de sens et la notion de puissance commence à ne plus avoir en non plus.

A lire sur les forums 90% des Pro font du montage video ou photo à la Pixar lol. Bon après Apple joue beaucoup dans sa com sur aussi ce côté « créatif (élitiste ?) » ça doit pas aider.

J’bosse dans l’informatique avec mon « vieux » MacBook Pro 2016 je gère des projets à grande échelle : y’a de la tech pure, de l’analyse, de la gestion de projet, de la com… Même en lançant des gros programmes/IDE en parallèle j’ai jamais été capé par la puissance de mon Mac qui se fait pourtant totalement éclater par les nouveaux M1.

A l’autre opposé si j’ai besoin de VRAIE + CONSÉQUENTE puissance pour des calculs on part sur un cluster/VM 64+ Go de RAM avec 3 GPU + yCPU xx Core sur le Cloud, notamment parce que ça sera clairement là le plus pratique et le moins coûteux sur le moment.

Pour avoir bossé avant dans une boite de Cloud d’ailleurs je pouvais dire qu’une quantité phénoménale de clients surestimaient totalement leurs besoins. Ceux qui savent ce dont ils ont besoin le savent dès le début, seuls ceux qui doutent surestimeront largement.

Après je dis ça je suis pareil j’attendrais le 14 Pouce pour le Mfutur pour être « tranquille » mais de là râler sur les performances « Pro » pour un Mac qui roule sur tout ce qui était là encore y’a 3 mois et qui satisfaisait sa cible (et au delà) au même niveau de gamme j’ai du mal… Y’a un fantasme étrange et irréaliste qui se crée sur cette ère post-Intel.

avatar minounet | 

@Lonsparks23

Enfin un post d’un vrai pro, il était temps
Tout à fait d’accord avec ton analyse

Quand tu veux faire du calcul, tu le fait sur des serveurs, pas sur ta bécane ou alors tu es free-lance et donc pas les moyen de mettre 40000 boules pour avoir le dernier macpro blindé qui de toute façon ne tient plus la comparaison 5 ans après
Donc, le gars qui dit, le mac M1, c’est pas assez puissant et qu’il faut d’urgence un M2…..qui sera dispo l’année prochaine et grillera le macpro…..bref

avatar flobaj | 

@hellonearth

Moi ce que je comprends c’est qu’un professionnel si il peut avoir plus en puissance pour augmenter son champ des possibles voudra plus, donc la gamme supérieure lui sera plus approprié.
De plus les Pro privilégieront aussi le confort d’un plus grand écran, de plus de connectivité etc

Je pense que l’avis des journalistes n’est pas bien retranscrit dans l’article😉

avatar ancampolo | 

I love!!!!!!!!!!!!!!!but i wait…my delivery 31may…

Pages

CONNEXION UTILISATEUR