Apple Silicon : le DTK fait quasiment aussi bien qu’un MacBook Air, malgré Rosetta

Nicolas Furno |

Le DTK, pour « Developper Transition Kit », est un Mac mini envoyé par Apple aux développeurs qui souhaitent avoir un Mac ARM pour adapter leurs apps avant la transition sur des puces Apple Silicon. En théorie, cette machine de développement est soumise à des conditions strictes qui devraient empêcher ces développeurs à publier quoi que soit à son sujet, et aussi les empêcher de mesurer ses performances. Raté et raté : après les photos, voici les premiers benchs !

Pierre Dandumont a déniché des résultats de mesures de performances réalisés dans l’app spécialisée Geekbench 5. Voici les premiers scores pour le processeur, et voici ceux qui mesurent le circuit graphique de l’Apple A12Z intégré au DTK. Bilan, l’ordinateur dépasse les 800 points avec un seul cœur et tourne entre 2 500 et 3 000 points avec tous les cœurs du processeur, tandis qu’il dépasse les 10 500 points avec le test Metal.

Quelques mesures du CPU réalisées avec Geekbench 5.

Ces valeurs numériques n’ont aucun sens en soi, elles servent à comparer deux machines. Comparons donc : le DTK arrive nettement en-dessous des performances de l’iPad Pro de 2020 qui dispose du même système sur puce. En moyenne, la tablette s’en sort avec un score de 1 100 points avec un seul cœur, et autour de 4 700 en multi-cœur.

Cette différence est tout à fait normale. Sur l’iPad, Geekbench 5 est une app ARM qui exploite pleinement le processeur de la tablette. Sur le DTK, c’est une app x86 qui doit être « convertie » à la volée par Rosetta 2, la couche d’émulation d’Apple. En clair, on mesure davantage les performances de Rosetta que de l’Apple A12Z avec ces premiers tests et il ne fait absolument aucun doute qu’une version optimisée de Geekbench 5 ferait beaucoup mieux.

Par ailleurs, l’app n’a accès qu’à quatre cœurs sur les huit que compte la puce conçue par Apple, probablement une limite de Rosetta. Il s’agit sans doute des quatre cœurs performants, les quatre autres étant là pour optimiser l’énergie consommée sur la tablette. Encore une fois, il convient de rappeler que le DTK n’est pas un Mac commercial et son architecture sera unique. D'après les rumeurs, les premiers Mac avec Apple Silicon utiliseraient une version spécifique de l’Apple A14 qui sera pensée spécifiquement et optimisée pour les besoins de macOS. On pourrait ainsi avoir 12 cœurs, dont huit puissants, le double du processeur intégré dans le kit de transition.

Tout cela étant posé, on peut aussi relever que le DTK s’en sort très bien, alors qu’il utilise le processeur d’un iPad et alors qu’il doit composer avec l’émulation x86 vers ARM. Le même Geekbench 5 sur un MacBook Air de dernière génération affiche des scores très proches : environ 1 100 points en single-core et autour de 2 800 en multi-core pour un Core i7 haut de gamme. Que l’on soit quasiment au même niveau de performances théoriques alors que rien n’est optimisé laisse encore une fois espérer des performances spectaculaires cet automne.

Mesures de performance des derniers MacBook Air (graphique MacGeneration).

Le test Metal, qui mesure les performances de la puce graphique, est encore plus impressionnant à ce titre. Le DTK dépasse les 10 500 points avec Metal et OpenCL, quand le MacBook Air dernière génération atteint péniblement les 9 000 points en configuration haut de gamme. Ces tests sont sans doute moins concernés par le passage à ARM et par Rosetta, mais Apple devrait très bien s’en sortir face aux puces graphiques intégrées conçues par Intel.

En théorie, les développeurs qui reçoivent le DTK n’ont pas le droit de l’ouvrir pour voir ce qu’il contient exactement. Mais vu le peu de respect du NDA jusque-là, on peut se dire que cela arrivera vite ! On découvrira probablement une carte-mère d’iPad Pro rapidement bricolée pour qu’elle entre dans le boîtier d’un Mac mini, mais qui sait, on aura peut-être des surprises.

avatar raoolito | 

@fousfous

Ok je vois
Bon ben on peut etre serein.
Je vais acheter le dernier ipad pro avec l'imac cet été pour tester un peu ce que la puissance donnera avec photoshop arm

avatar Un Type Vrai | 

Peut-être qu'Apple va utiliser le design X d'ARM (orienté performance).
Avec un poil plus de watt, on a bien plus de performance...
Voir là : https://www.arm.com/products/cortex-x

Un A14 pour iPad et un "X14" pour mac avec 22% de perfs en plus ?

avatar vincentn | 

@fousfous

Je pense aussi que si l’architecture de base du SoC sera la même pour l’iPhone 12, le prochain iPad Pro et le premier Mac ARM, la différence se fera sur le nombre de cœur des CPU/GPU, la fréquence, la ram et les copro associés.

Le Mac aura fort probablement plus de cœurs, de ram et tournera à une fréquence plus élevée pour ses cœurs haute performance. Il est probable également que le processeur du Mac ne s’appellera pas A14xyz mais initiera une nouvelle lettre après les les A, S etc. Je parie sur Apple M1, décliné ensuite en version ultraportable (MacBook 12”), portable (MacBook Pro) et bureau (iMac/Mac mini).

Curieux également de voir comment ils vont segmenter leurs gammes, façon iPhone, SoC identique avec juste la capacité de stockage qui diffère, ou s’il y aura une segmentation comme maintenant (Ram voire GPU).

avatar MarcMame | 

@vincentn

"Je parie sur Apple M1"
La lettre M est déjà utilisée pour le coprocesseur de mouvement.

avatar vincentn | 

@MarcMame

Ah oui. J’avais oublié ce coprocesseur. :D
Bon disons J1, P1 ou les autres lettres non utilisées ;)

avatar bl@ck warrior_69 | 

@fousfous

Vu leur com en disant qu'ils bossent sur des processeurs spécifiquement pour le Mac, je pense qu'il y a aura un A14X pour l'iPad et un A14 Y ou Z le Mac avec des optimisations spécifiques.

avatar David Finder | 

@bl@ck warrior_69

Et le A est très significatif. A comme Apple.
Je doute donc fortement que la lettre de leurs processeurs change.

avatar armandgz123 | 

@David Finder

Il y a souvent une lettre différente pour les co-processeur ou les petit processeur comme dans les AirPods ou l’Apple Watch

avatar IceWizard | 

@raoolito

« notons que le A13 fait un peu de surplace coté puissance, now on sait pourquoi: reculer pour mieux sauter. »

Dès le début, Apple a expliqué que le développement de l’A13 avait essentiellement porté sur l’efficacité énergétique plutôt que sur l’augmentation de performance.

avatar Karamazow | 

Bon donc je vais attendre le Mac Mini Apple Silicon !

avatar Valiran | 

On se detend quand même pour les test gpu... les APU AMD deroncent les apu Intel.

avatar romainB84 | 

@Valiran

C’est clair !! Surtout que le test compare à un GPU anémique de MacBook Air 🤣🤣

avatar Japib | 

Si j'ai bien compris l'iPad air à une capacité de ~8800 mAh, alors que les macbook 13 ont une capacité de ~5000mAh.
Mais en fait cela porte à confusion de considérer la capacité des batterie en fonction de leur intensité parce que la tension des batteries entre tablettes/tel et Macbook n'est pas la même (et c'est pour ça que je me suis trompé),

Du coup, la capacité des iPad Air est de ~27Wh alors que celles des Macbook pro 13 sont à ~60Wh, donc les Mac ont bel et bien à peu près le double de capacité (et j'avais tort)

avatar fousfous | 

@Japib

Oui il vaut mieux regarder la valeur en wh pour comparer la capacité des batteries, mais il faut dire que ça arrangeais pas les fabricants de batterie externe donc c'est pour ça qu'ils ont popularisé les mAh histoire d'avoir les chiffres à leur avantage.

avatar Sgt. Pepper | 

@Japib

Merci pour cet update éclairant

avatar DamienLT | 

@Japib

Yep j’étais en train de chercher et je comprenais pas non plus les différences (ni connaissant rien).

Du coup en suivant ton commentaire ça donne ça :

- iPad Pro 11" : 28,65Wh
- iPad Pro 12.9" : 36,71Wh
- MacBook Air : 49.9Wh
- MacBook Pro 13.3" : 58,2Wh
- MacBook Pro 16" : 100Wh

avatar ErGo_404 | 

C'est une bonne nouvelle, en revanche petit point de correction, Rosetta 2 traduit-il en temps réel ? J'avais compris de la présentation qu'il s'agissait d'une conversion faite à l'installation, et que le code qui était exécuté était donc bien de l'ARM. Dans ce second cas ce n'est certes pas aussi optimisé qu'une compilation directement pour le processeur cible, mais c'est quand même mieux que du Just In Time.

avatar DamienLT | 

@ErGo_404

Pas bête ça... Effectivement ça me parle, MacG l’avait même dit dans la retranscription. Du coup qu’est-ce que ça change exactement ? J’y connais rien 🤔

avatar iftwst | 

@ErGo_404

Hmmm en effet remarque pertinente.

Je suis moins enthousiaste tout d’un coup ...

avatar ErGo_404 | 

Bon après on parle d'un processeur qui n'a pas été prévu pour, qui ne tourne pas dans des conditions idéales, etc etc. Moi je trouve ça quand même plutôt pas mal.

avatar IceWizard | 

@DamienLT

« Pas bête ça... Effectivement ça me parle, MacG l’avait même dit dans la retranscription. Du coup qu’est-ce que ça change exactement ? J’y connais rien 🤔 »

Ce qui change c’est qu’on ne connaît pas du tout le taux d’efficacité de Roseta 2. C’est un nouveau type d’émulateur, avec une approche plus moderne. Avec un émulateur à l’ancienne mode, il y a une énorme perte de performances. Avoir les chiffre de ce test, avec un émulateur Intel x86 old School signifie que le processeur possède une sacrée patate.

Mais comme on ne connaît rien de Roseta 2, impossible d’avoir une estimation fiable de la puissance brute du processeur du DTK, à partir d’un bench effectué en émulation.

Il faudra attendre (pas très longtemps je pense), pour qq quelqu’un brave le contrat de confidentialité Apple, pour exécuter un bench en natif, pour connaître les vrais performances du processeur.

avatar DamienLT | 

@IceWizard

Merci pour les précisions 😊

avatar lmouillart | 

Il y a les deux, le gros c'est de l'AOT, pour le reste du code qui ne serait disponible qu'à l’exécution, c'est du JIT.

avatar Nicolas Furno | 

@lmouillart

Voilà, et le fonctionnement exact n'est pas très clair encore, on ne sait pas ce qui se passe exactement. A fortiori pour une app de benchmark, qui est quand même un cas très particulier.

avatar lmouillart | 

J'aurais tendance à dire qu'à vue de nez ça fonctionnera un peu comme ce que l'on a sur Android (donc il n'y a vraisemblablement pas à être pessimiste en termes de perf ou de stabilité, à la limite le temps que ça se fiabilise bien) https://source.android.com/devices/tech/dalvik/jit-compiler

Mieux comme la distribution peut être centralisée et avec du hardware connu, ils peuvent proposer des profils d'optimisation distribuée via le Mac App Store là aussi comme on a sur Android https://android-developers.googleblog.com/2019/04/improving-app-performa...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR