Pourquoi les ventes de Mac baissent-elles ?

Anthony Nelzin-Santos |

Pour le troisième trimestre consécutif, les ventes de Mac sont dans le rouge. Pour la première fois en cinq ans, elles tombent sous la barre des 4 millions d’unités trimestrielles. Pourquoi ? « Nos performances d’une année sur l’autre ont été affectées par le calendrier de lancement du MacBook Pro, qui n’est pas intervenu avant le début du quatrième trimestre [fiscal] cette année, au lieu de juin l’an passé », explique Luca Maestri, le directeur financier d’Apple. Une explication largement insuffisante.

Les ventes de Mac baissent depuis neuf mois, et n’ont pas retrouvé leur niveau de 2015, où Apple avait franchi pour la première fois la barre des 20 millions de machines vendues dans l’année.

Le keynote d’ouverture de la WWDC 2017 a été riche en nouveautés : une mise à jour majeure des iMac 4K et 5K, une petite révision des MacBook Pro avec un ajustement de la grille tarifaire, et un speed bump du MacBook Air. Mais ces machines n’ont pas été livrées avant la fin du mois de juin, donc la fin du T3 2017. Il apparaît bien difficile de baser toute une analyse sur deux semaines d’un trimestre qui en compte douze — de fait, le Mac avait fait du surplace au T3 2017.

Luca Maestri invite à la comparaison ? Très bien ! Les ventes de Mac ont donc baissé de 13,33 % au T3 2018, un chiffre qui se compare au T3 2017 où les ventes avaient augmenté de moins d’un pourcent, par rapport au niveau du T3 2016 où elles avaient baissé de plus de 11 %. Le décalage des calendriers ne suffit pas à expliquer pourquoi Apple, qui semblait capable de vendre plus de 6 millions de Mac par trimestre, peine aujourd’hui à vendre plus d’un million de machines par mois.

La moyenne glissante sur quatre trimestres permet de lisser les variations saisonnières et de reprendre un peu de hauteur, surtout avec cette échelle logarithmique. De la même manière qu’elle fait ressortir l’anomalie du « super cycle » des ventes d’iPhone, cette bosse en 2015, elle montre que le Mac plafonne plutôt qu’il ne baisse franchement, mais que la courbe n’est clairement pas orientée vers le haut.

La clef réside dans le panier moyen, autrement dit le prix moyen d’achat, obtenu en divisant le chiffre d’affaires par le nombre de machines vendues. Jugez plutôt : alors que les ventes ont baissé de plus de 13 % ce trimestre, la baisse du chiffre d’affaires est inférieure à 5 %. Au deuxième trimestre, le chiffre d’affaires était même en (très) légère progression alors que les ventes chutaient de près de 3 % ! Cela signifie que si les achats sont plus rares, ils portent sur des machines plus chères.

Le panier moyen, qui a longtemps évolué entre 1 200 et 1 300 dollars, a franchi la barre des 1 430 dollars ces six derniers mois. Alors même que les ventes ne cessent de baisser, le panier moyen ne cesse d’augmenter : 5,8 % en moyenne en 2017, plus de 3 % au deuxième trimestre, et près de 10 % au troisième trimestre. La phrase de Luca Maestri est comme l’arbre qui cache la forêt : les clients achètent toujours des MacBook Pro (et des iMac).

Comme celui de l’iPhone sous l’effet de l’iPhone X, et contrairement à celui de l’iPad qui s’est stabilisé autour des 450 dollars malgré la commercialisation de l’iPad Pro, le panier moyen du Mac s’est envolé ces neuf derniers mois. Un paradoxe ? Non, un indice.

Disons que le Mac semble souffrir d’un certain attentisme. L’entrée de gamme a été poussée vers le haut de la grille tarifaire par l’iPad, et n’a jamais été aussi confuse, avec le MacBook Air qui s’intercale entre le MacBook et le MacBook Pro sans Touch Bar. Les nouveaux MacBook Pro feront sans doute bouger l’aiguille au quatrième trimestre, mais ne résolvent pas tous les problèmes de la clientèle professionnelle dont les doutes n’ont pas été levés par la table ronde organisée l’an passé.

Les fluctuations trimestrielles masquent une tendance de fond : sans être encore franchement orientée vers le bas, la courbe n’est plus orientée vers le haut, et le Mac fait du surplace dans un marché qui montre des signes de frémissement. Oh, tout n’est pas noir, et il faut souligner la capacité d’Apple à attirer de nouveaux clients (60 % des ventes de Mac) et se développer sur de nouveaux marchés (l’Amérique latine, l’Inde, l’Europe de l’Est). Le Mac n’est clairement pas à la fête, mais il ne faut pas encore l’enterrer.

Source
Image Marvin Meyer (libre de droits).
avatar gemrosh | 

Parce que l’on ne change pas de Mac tous les 4 matins

Mais je ne pense même pas que la question doit être posé. Cela paraît logique... ???

avatar areayoko | 

On va clore le sujet vite : le prix vs compromis hardware pour que ça rentre dans les dimensions + marge de 40 % - 50 % + faut quand même financer ces magnifiques apple stores en marbre de carrare. (Ça coute cher et faut des ronds).

Les macs, c'est plus la hype : c'était les années 2000, maintenant la hype c'est le smartphone, les émojis, la photo sur un capteur infracentimétrique.

Meme si leurs machines sont durables et que n'ai pas encore réussi à m'en passer (pour plein de raisons : pratiques, logicielles, habitudes)

avatar Un Type Vrai | 

Pour les Apple Store, ce sont les magasin les plus rentables au m2 au monde...
Je pense qu'ils peuvent s'autofinancer leur marbre...

Même raisonnement pour le rachat d'actions et les dividendes, c'est parce qu'Apple est sans dette fournisseur et pétée de tunes qu'elle se permet de racheter ses actions (c'est un désendettement) et d'assurer l'attractivité de son action comme placement pour les investisseurs en versant un dividende (signe que la croissance organique n'est pas assurée chez Apple, au passage).

Bref, non le mac se vent mal à cause du mac dans le marché des ordinateurs.
Le marché peut baisser, la concurrence peut voler des parts de marché, le mac peut se garder plus longtemps etc.

Mais chercher des causes externes au marché des ordinateurs/tablettes à la baisse de vente des macs, c'est peu constructif.

avatar areayoko | 

Question sérieuse : s'autofinancer comment ?

avatar jackhal | 

Oui, d'autant plus que depuis plusieurs années, les révisions d'OS X/macOS ne ralentissent pas les machines et n'incitent donc pas au changement (comme c'était le cas avec les premières versions d'OS X, ou de Vista, pour prendre des exemples fameux).

Autre chose : la durée du support pour les mises à jour s'est allongée. Plus besoin de changer aussi rapidement de machine pour avoir la dernière version de l'OS et de ses logiciels, ça aide sûrement à allonger la durée d'utilisation des Mac.

Du reste, le "la capacité d’Apple à attirer de nouveaux clients (60 % des ventes de Mac)" de l'article est un indice qui aurait tendance à confirmer cette supposition... à moins que les utilisateurs de Mac se barrent en masse, si on a plus de la moitié de nouveaux clients, le nombre de Mac en circulation doit être en progression.

Est-ce le cas ? Voyons voir avec un indicateur : Statcounter pour les visites desktop (pas forcément ce qu'il y a de plus fiable, mais bon...)
http://gs.statcounter.com/os-market-share/desktop/worldwide#monthly-2012...

avatar webHAL1 | 

@jackhal
« Oui, d'autant plus que depuis plusieurs années, les révisions d'OS X/macOS ne ralentissent pas les machines et n'incitent donc pas au changement (comme c'était le cas avec les premières versions d'OS X [...] »

C'est totalement faux. Toutes les nouvelles versions de Mac OS X entre la 10.0 et la 10.4 "Tiger" étaient plus rapides que la précédente sur machine équivalente.

avatar jackhal | 

Euh, oui, c'est vrai. Bon, disons que si tu venais de System 9 et que tu passais à OS X < 10.3, ça semblait lent, apparemment.
Personnellement, je n'ai eu mon premier Mac qu'avec Tiger, passé presque immédiatement sous Leopard. Mais j'avais accès à des Mac à mon taf de l'époque : d'abord un Mac Pro (G3 ?) ullllltra lent, une horreur à utiliser comparé à mon PC de travail Windows NT, puis un Mac Tournesol (❤), mais qui m'a pourri la vie puisque je me retrouvais souvent à devoir débugguer des sites pour la version Mac d'IE, qui était... spéciale.

Mais bref, un retour sur l'historique des OS montre souvent la même tendance : au début chaque version alourdit, puis on a des versions avec optimisations, puis de toute façon le poids de l'OS ne bouffe plus tant de ressources que ça par rapport à ce qui est disponible et ça ne compte plus autant.

avatar Un Type Vrai | 

En fait non, je suis revenu au mac grâce à l'Unix d'Apple.
A cette époque, j'ai fréquenté des clubs informatiques "Apple addict".
En gros, les graphistes n'aimaient pas Mac OS X et le trouvait lent parce qu'ils mettaient systématiquement de côté le vrai multitâche.
Mac OS 9avait un multitâche coopératif ou toutes les applications réclamait 100% du CPU. Passer de photoshop à Illustrator mettait du temps. Lancer ou revenir sur une application mettait du temps, mais c'était accepté, donc non compté.
Sous Mac OS X, ça mettait moins de temps, mais on avait une roue colorée qui fesait prendre conscience de ce temps.
Et sous Mac OS X, 50 applications lancées en même temps et ça tourne.
Sous OS 9, au bout de 4-5 applications, il fallait penser à en quitter quelques unes...

Bref, un changement d'usage et beaucoup d'impressions plus que de vrais ralentissement.
Le vrai problème des version 10.1, 10.2 et 10.3, c'est que l'UI n'était pas finie. il manquait un tas de trucs utiles.

Mais retournez sous Mac OS 9 aujourd'hui, vous verrez que ce n'était pas du tout un système rapide... (sauf à n' lancer qu'une application à la fois)

avatar Bubblefreddo | 

Parce que le Mac mini est au top?

avatar simnico971 | 

C'est une vraie question ? Vous avez vu les machines proposées et leur prix ? ?

avatar simnico971 | 

@ShowMeHowToLive

Même chose, mon MBP 15" 2011 vient de claquer et je suis bien embêté, aucune machine ne correspond réellement à ce que cherche dans la gamme actuelle, même les prix mis de côté.

Sur ma machine on pouvait encore tout changer, et j'avais mis 16Go de RAM et un SSD de 512Go : aujourd'hui sur un 15" c'est minimum 3039€ et tout est soudé... auxquels il faut encore ajouter bien 150€ d'adaptateurs/hub pour avoir la même connectique.

avatar YSO | 

@simnico971

Exact.
À part prendre un MBP 2013/2015 d’occaze avec une CG j’ai vraiment l’impression que les générations suivantes (celles avec la touch bar) sont devenues trop chères pour de qu’elles proposent.
Et en plus elles sont plus sujet à pb (et pas sûr le clavier).

Personnellement j’attends impatiemment le prochains MBP avec une CG N’Vidia, même si le concept de MBP avec une CG extérieure représente l’avenir.
Mais pour cela, il faudrait que l’on ait le choix de changer de CG dans ce type de boîtier.

avatar simnico971 | 

@YSO

Les MBP Nvidia tu peux toujours les attendre, c'est mort et enterré.

Et acheter un ordi de 2013 voire 2015 en 2018 donc hors toute garantie c'est pas une solution.

avatar YSO | 

@simnico971

Pour N’vidia : je n’en suis pas si sûr.

Pour l’occasion : c’est un risque à prendre, mais ces machines étaient plus fiables. Et il est des voitures d’occasion plus fiables que d’autres (de la même marque) sortant d’usine !
À prendre en compte. ?

avatar ludobubner | 

@simnico971
Tout à fait d'accord.

avatar MacGyver | 

idem

avatar Pyrrhus | 

Idem, je suis allée jusqu'à 2 ssd d'1 To sur ce bon vieux MBP 2011. Maintenant, Apple sort des machines anorexiques, sans connectiques dignes de ce nom, dans lesquelles tout est collé, mais avec lesquelles on ne peut plus rien faire de pro. Sans compter le prix obscène des machines. Total, avec l'arrêt d'Aperture, on s'est calmé sur les achats d'appareils photo de pro, des nouveaux ordinateurs, et on est retourné faire du sport en pleine nature. C'est pas plus mal. Dommage pour l'industrie photographique et en passant par là, dommage pour Apple.

avatar pocketalex | 

@Pyrrhus

"Maintenant, Apple sort des machines anorexiques, sans connectiques dignes de ce nom"

Le TB3 n'est pas une connectique indigne, ne t'en déplaise

En plus de proposer du 40Gb/s, ce qui est plus qu'utile pour de nombreux "pros" (mais visiblement tu n'es pas concerné), elle permet de connecter des hubs pas forcément très cher (sauf si tu as besoin de chainer du TB3, mais là on parle de hub chers pour des utilisations "pro" donc avec du matos "cher" derrière) et en un seul branchement, d'avoir tous tes périphériques, et même l'alim. Tout ça en un seul branchement, c'était impossible avant.

"Sans compter le prix obscène des machines."

Tout à fait d'accord avec toi, argument valable, j'adhère

"avec lesquelles on ne peut plus rien faire de pro"

Là tu racontes juste n'importe quoi. Pas crédible. C'est quoi faire quelquechose de "pro", parcequ'avec les derniers MBP, tu as la puissance d'un i7 ou i9 hexacorde, tu as une CG puissante et la possibilité de coller un eGPU pour encore plus de patate, tu as jusqu'a 32Go de RAM, tu as des SSD à 3Go/s bien plus véloces que tous les SSD présents jusqu'ici sur Mac ou PC, et bien plus véloces que tes SSD SATA que tu as inséré dans ton vieux MBP, tu as un écran Retina de haute qualité, et la possibilité de connecter des écrans 4k ou 5k

Alors avec tout ça dans les mains, oui tu peux dire que c'est surfacturé, oui, mais dire qu'on ne peut rien faire de "professionnel" avec est juste une énorme connerie

"avec l'arrêt d'Aperture, on s'est calmé sur les achats d'appareils photo de pro"

Je vois pas pourquoi. Si il n'y avait qu'Aperture pour gérer des APN pro, le monde de la photo serait dans une merde incroyable, mais figure toi qu'il n'y a pas qu'Aperture, et que le monde de la photo "pro" ne s'est pas arrêté de tourner depuis l'arrêt d'Aperture

Il existe nombre de logiciels équivalents, ou largement supérieures, certains payant, certains gratuits, renseigne toi

"Dommage pour l'industrie photographique"

L'industrie photographique se tape complètement de l'arrêt d'Aperture et utilise d'autres logiciels qui fonctionnent aussi bien (Lightroom, Phocus, etc, etc)

avatar webHAL1 | 

@pocketalex
« Le TB3 n'est pas une connectique indigne, ne t'en déplaise. »

Sauf que Pyrrhus a écrit "connectiques" au pluriel. Et même si l'USB-C avec Thunderbolt 3 était la meilleure connectique du monde, le fait est qu'elle est encore très peu démocratisée. Ce qui fait que l'achat d'adapteurs est une étape quasi-obligée pour les possesseurs de MacBook (non-Air). Quelque chose qui peut être vu comme acceptable sur un ultra-portable, mais qui fait sacrément tache sur une machine affublée de la mention "Pro".
Donc oui : connectiqueS indignes.

avatar pocketalex | 

@webHAL1

- adaptateur USB-C/USB-A ... 3,5€ (en tout cas c'est ce que j'ai payé)
- adaptateur USB-C/TB2 ... 57€ (pour connecter du matos Pro)

ça, c'est si tu utilises, pour travailler, du matos des années 2000.

Le TB3 est sorti depuis un moment déjà, et tous les périphériques "pro" du moment sont tous en TB3 ou quasi.

Faire croire aux gens qu'un Macbook Pro, c'est obligatoirement des adaptateurs ... faut arrêter. C'est des adaptateurs pour qui utilise du vieux matériel, sinon c'est connexion TB3 direct

avatar webHAL1 | 

@pocketalex
« Faire croire aux gens qu'un Macbook Pro, c'est obligatoirement des adaptateurs ... faut arrêter. C'est des adaptateurs pour qui utilise du vieux matériel, sinon c'est connexion TB3 direct »

Je pense qu'à peu près n'importe quel consultant en informatique, un public auquel le MacBook Pro me semble totalement s'adresser, te dira qu'il n'est absolument pas envisageable de ne pas avoir d'USB-A.
Il faut arrêter de croire que les entreprises font évoluer leurs façons de travailler et leur matériel à chaque nouvelle connectique. Je vois encore sans arrêt des clients équipés de projecteurs avec du VGA. Et je parle ici de la Suisse, un des pays les plus riche du monde.

avatar Ralph_ | 

@ShowMeHowToLive

Exactement. J’ai les moyens de mettre entre 3 et 4K dans une machine. Mais je n’ai pas besoin d’une touch bar, MacBook Pro 13 ? Avec des processeurs contenant des failles ou ralentis par les correctifs? Autonomie défaillante?
Nan franchement, s’acheter un mac en 2018, c’est vraiment pour dire qu’on a un mac.
Et perso le tout soudé, je n’ai absolument rien contre si ça dure autant que mon actuel. C’est juste que ça m’énerve d’avoir un ordi avec une autonomie moins bonne que mon MBPr 2012.

avatar pocketalex | 

@Ralph_l

"Avec des processeurs contenant des failles ou ralentis par les correctifs? Autonomie défaillante?"

Si ce point te pose problème, alors n'achète plus aucun ordinateur pendant les 5 prochaines années.

Inutile de reprocher à Apple ce qui arrive à TOUTE l'informatique, comme si acheter un PC t'exonérait de ces soucis liées aux CPU Intel, AMD et ARM

avatar jsitruk | 

@ShowMeHowToLive

Pareil !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR