Témoignages : comment vous avez fait entrer le Mac dans votre entreprise

Stéphane Moussie |

Comment introduire un ordinateur Apple dans une entreprise qui ne jure que par les PC ? C'était la question de notre dernier appel à témoins. Vous avez été plus d'une vingtaine à expliquer comment vous avez réussi, à une exception près, à imposer un Mac comme machine de travail, voire à faire switcher tout ou partie de votre entreprise. Ce qui n'était souvent pas gagné d'avance.

Image Apple

Pourquoi un Mac ?

Mais d'abord, pourquoi demander un Mac pour travailler ? Pour une partie des témoins, c'est une simple question d'habitude et de connaissance des outils. « Ayant toujours travaillé sur Mac, j'ai rapidement fait la demande d'être équipé d'une machine frappée d'une pomme pour être plus à l'aise et retrouver mes habitudes de travail », indique sumbobyboys qui est arrivé chez un éditeur de logiciels B2B en PHP, où les 10 développeurs travaillaient sur des PC sous Linux et les autres employés sur des PC Windows.

luc1en rappelle pourquoi on trouve toujours des Mac dans une institution publique très largement accrochée aux PC :

Les Mac, des Quadra (début des années 1990, ndr), sont entrés à une époque où les graphistes n'avaient rien sur PC. Leur constance et leur résistance au fil des années m'a bien amusé, obligeant le support interne à aller chercher des compétences à l'extérieur quand il est devenu incontournable de les intégrer au système d'information (sécurité oblige) à l'écart duquel ils avaient été tenus avec une ténacité sourde à toutes les règles.

Choisir du matériel Apple est aussi la conséquence de déboires avec les PC pour certains. Veetouine, qui travaille chez un éditeur de logiciels dans le milieu financier, raconte deux de ses mésaventures :

  • Vendredi soir 18h00, chez un client sur Toulouse, la réunion est terminée, je ferme mon PC portable et là, mise à jour. Bon. Le taxi arrive, j'attends là fin de la progression de la MAJ. J'attends, et attends encore, jusqu'à devoir couper la machine pour ne pas louper mon avion. Le lendemain, réinstallation du poste, je ne sais pas pourquoi, peut-être ne sommes nous pas doués pour l'administration des PC, mais quoi qu'il en soit, le système est HS.
  • Deuxième anicroche : sur un même modèle de PC, deux connecteurs d'alimentation différents, et deux modèles de station d'accueil... pourtant, le choix de Dell nous laissait supposer une certaine standardisation.
Crédit Jacob Bøtter CC BY

Alino06, qui officie dans une agence d'architectes, rapporte pour sa part « des plantages, des soucis matériels et la gestion du réseau qui était souvent pénible, la faute à un serveur sous Windows, véritable usine à gaz. » Des prises de tête dont fait aussi état sumbobyboys :

La maintenance du parc de PC s'est révélée très compliquée : virus, logiciels mal adaptés, adwares installés d'office, etc. Pour finir, le directeur technique passait son temps à faire des images Windows personnalisées pour avoir des machines propres à la sortie de la boite. Le dernier problème ? Tous les 3 mois, les fabricants changent leur gamme et il est impossible de commander toujours la même machine sur la durée. C'est tout bête, mais avec des gammes très stables, Apple simplifie beaucoup la gestion des machines en entreprise.

luc1en mentionne également la popularité d'iOS comme facteur d'entrée du Mac dans les entreprises, notamment chez les développeurs qui doivent créer des apps pour cette plateforme en vogue. « Eh oui, aujourd'hui, il faut aller chercher les "clients/usagers" là où ils sont, pas où les "spécialistes" ont décidé qu'ils devaient se tenir », note-t-il.

Comment le faire entrer ?

Une fois que l'on sait que le Mac est l'ordinateur le plus adapté pour mener son travail, le plus dur reste à faire : convaincre sa hiérarchie. D'après les témoignages, Il y a deux cas de figure principaux : les petites et moyennes entreprises où la gestion du parc informatique est relativement souple, et les sociétés plus grosses où une DSI gère scrupuleusement ce domaine.

Dans les deux cas, faire le premier pas en apportant son Mac personnel s'est révélé payant pour plusieurs personnes. valentin_caen, développeur front-end dans le service e-commerce (9 personnes) d'une grande quincaillerie, raconte qu'il a remplacé « le vieux PC, avec une vieille version de la suite Adobe » sur lequel il ne pouvait pas travailler convenablement par son MacBook Pro 15" perso accompagné d'un Cinema Display 27".

Au bout d'un moment ils m'ont dit que je n'allais pas pouvoir travailler avec mon matériel comme ça des années. De longues négociations avec la DSI ont été entamées. Au début, le plan c'était deux MBP 15" 2,3 GHz Intel Core i7 + Ecran Thunderbolt 27 pour ma collègue et moi. [...] Plus tard j'apprends que les Mac seront finalement pour toute l'équipe.

Nicolas Meunier a fait la même démarche dans un grand groupe industriel :

Le Mac est arrivé en amenant son matériel perso, puis en faisant faire des achats très ciblés et faibles en volume (MacBook Pro, Mac Mini, iPad…). Mais aucun n'a le droit de se connecter au réseau de l'entreprise. Un réseau propre nous a été dédié.
Comment faire entrer des Mac dans une entreprise ? En les faisant rouler…

sumbobyboys a quant à lui « bataillé » avec le directeur technique pour avoir un Mac, ce qu'il a obtenu, avec la contrepartie de s'occuper de la maintenance des ordinateurs Apple d'une partie des employés. « Pour l'instant on ne m'a jamais sollicité ! », se félicite-t-il.

Mr G a eu moins de mal à décrocher un Mac, d'abord parce qu'il est le responsable des achats (« ça aide »), mais aussi parce qu'il a convaincu son patron que l'investissement était rentable sur le long terme : « j’avais comme argument qu’après avoir usé 2 portables en 3 ans, je ne voulais plus de portables à 500 € qui ne tiennent pas la route et sont obsolètes après 2 ans. »

mirando, qui travaille dans un service communication, partage l'argumentaire très concret qui lui a permis d'obtenir un Mac :

  • J'ai évoqué le logiciel OmniGraffle qui est Mac only et polyvalent.
  • La prévisualisation d'un grand nombre de médias via la touche espace (gain de temps énorme).
  • La présence d'iMovie pour faire de petits montages simples.
  • Les agences avec qui on bosse ont des Mac, donc ça facilite les échanges. Par exemple, Keynote est très utilisé. Les présentations sont plus rapides et esthétiques. En plus les fichiers natifs sont conservés sans destruction.
  • La fiabilité et le coût très faible de maintenance.

wadada, dirigeant d'un éditeur de logiciels en ligne de gestion d'entreprise, n'a pas eu besoin d'argumentaire de la part de ses employés. Après une expérience « frustrante » et onéreuse avec un environnement Microsoft, il a fait le choix d'une « entreprise 100 % Mac ». « [Le Mac] n'est pas plus cher si on prend en compte la maintenance quasi nulle et la durée de vie très supérieure à celle d'un PC », assure-t-il.

C'est même lui qui a dû convaincre quelques employés, des développeurs en l'occurrence, réfractaires au Mac :

Société composée de nombreux développeurs, nous recrutons souvent des profils très PC, voire carrément anti Mac au départ. Mais ils finissent tous par reconnaitre que le Mac est assez imbattable dans un environnement de développement, ne serait-ce que parce que c'est un système Unix avec un Shell intégré.

Un choix payant ?

Avec du recul, faire entrer du Mac dans son entreprise, était-ce une bonne idée ? Oui, unanimement. Alino06 déclare que son agence d'architectes (8 postes) a fait des économies en passant totalement au Mac « car le cycle de renouvellement des machines a plus que doublé et nous n'avons plus besoin de faire appel à une société IT externe. » De plus, cela a permis de simplifier le flux de travail et gagner en confort d'utilisation… Des avantages qui ont incité certains collaborateurs à switcher à titre personnel.

Image Apple

Le besoin d'assistance très largement moindre est un point qui revient souvent. valentin_caen certifie qu'en un an, la maintenant technique n'a jamais été appelée : « C'est fiable et quand il y a un petit problème, on arrive à gérer tout seuls. »

CKJBeOS, qui s'occupe d'une partie du parc informatique d'une collectivité, confirme :

Avant, [les agents] avaient des PC et nous étions fortement sollicité en assistance. Depuis le changement, nous n'avons quasiment plus de soucis, dire aucun serait un mensonge, mais la réduction est énorme. […] Au final, mes dépannages se sont transformés en formations, c'est bien plus agréable.

Le Mac refoulé pour un connecteur absent

Contrairement à tous les autres témoins, Psa n'est pas parvenu à faire adopter le Mac dans son entreprise d'informatique qui emploie 180 personnes. Ce n'est pas faute d'avoir essayé de convaincre sa DSI pourtant :

J'ai essayé par tous les moyens de lui démontrer que les portables 13" pouvaient être remplacés par des MBA, voire des MBP (articles d'IBM concernant les cout réduits des parc de Mac, etc.). Il s'est montré un peu dubitatif, mais a lu les différents articles sur le sujet.
Connectique du MacBook Air

Alors, qu'est-ce qui a bloqué ? L'absence de port Ethernet.

Mais un point crucial est apparu : le port Ethernet. Pour des raisons de sécurité et de volume de données, tout doit passer par les connexions Ethernet Gigabit. Les adapteurs USB/RJ45 se sont révélés être un trou dans la sécurité de nos systèmes. Dans la dernière version de son cahier des charges pour le renouvellement des portables 13", il y avait en première ligne : le port RJ45 natif… Conclusion : tous les Mac ont été disqualifiés d'office.

Toutefois, Apple a quand même fait son entrée dans son entreprise par l'intermédiaire d'iOS : « Certains de nos clients sont équipés en iPad et nos dernières appli doivent tourner dessus. Du coup, certaines équipes de dev commencent à avoir des iPad de test (mini, Air 2 et Pro). Comme quoi… »

Pour aller plus loin :

avatar daxr1der | 

Les logiciels sont sur pc dans le médical par exemple

avatar fluxus | 

Il y a des domaines très spécialisés où l'une ou l'autre des plateformes PC/Mac domine largement, donc c'est inévitable. Mais je crois que l'article concerne des jobs où on utilise des applications un peu tout-terrains ( bureautique, productivité, internet, etc..)

avatar joneskind | 

@daxr1der

Notre médecin et notre vétérinaire tournent sur des Macs. J'imagine qu'il a une VM. Quoi qu'il en soit, pour des logiciels de ce type (classé bureautique) c'est très facile de virtualiser et ça ne demande pas de grosses ressources.

avatar Bigdidou | 

@daxr1der
@joneskind
Il y a tout ce qu'il faut côté logithèque de gestion de patientèle et de cabinet médical sur Mac.

avatar jb18v | 

.. Par la porte :)

avatar MacGyver | 

une fois les macs dans l'entreprise, la vrai question c'est comment les faites vous sortir :)

avatar VincentGouv | 

Adaptateur USB/rj45 == trou de sécurité ?!? J'aimerais bien un argumentaire...

avatar fluxus | 

Oui, ça m'a étonné aussi... je ne comprends pas trop l'argument.

avatar ever1 | 

Une hypothese serait que la securité soit basée sur une white-list d'adresses mac (adresse physique d'un équipement réseau). Etant donné que l'adresse mac est presentée par l'adaptateur ethernet, n'importe quelle machine pourrait se connecter en utilisant l'adaptateur.
Une faille dans ce type de sécurité serait de changer l'adresse mac de sa machine.

avatar ever1 | 

C'est une sécurité assez grossiere, il faudrait quelque chose de plus solide comme une authentification 802.1X avec un serveur Radius et une base LDAP ainsi que des switchs compatibles, mais beaucoup beaucoup plus complexe a mettre en place

avatar _mabeille_ | 

les switchs L3 permettent d'affecter une adresse mac à un port en particulier.
Il est aussi possible de bloquer le port en cas de tentative de connexion d'une macs non connues.

Cela dit le spoofing d'adresse mac existe donc c'est une condition non suffisante.

avatar Moumou92 (non vérifié) | 

@VincentGouv :
La dgsi nous a fait une demo une fois d'un piratage base sur le branchement d'un faux appareil de vapotage... La personne te demande gentiment de brancher son appareil en USB pour recharger, et te siphonne ton disque dur, t'installe des malwares, des chevaux de Troie... Qu'est ce qui empêcherai quelqu'un de mal attentionné de remplacer l'adaptateur par un adaptateur trafiqué avec accès à distance aux données?les ports USB sont une plaie pour la sécurité, chez nous on parle meme de les condamner à l'achat de la machine...

avatar jocool | 

Il y a moyen de désactiver les fonctionnalités de "mass storage" (recharge d'appareil par ex.) des ports USB sans pénaliser les autres usages (adapt. RJ45). J'ai pas testé mais voir ici http://superuser.com/questions/942867/osx-how-to-programmatically-disable-usb-ports

avatar ecosmeri | 

Maintenant la question c'est comment en sortir lol

avatar daxr1der | 

Juste pour info

avatar harisson | 

...Par la force ^_^ Certains témoignages sont un peu flippant...

avatar fr0d0n | 

Je vois mal comment faire dans un grand groupe comme le mien (edf)...
Autant les "appli" passant par le navigateur internet ne devraient pas poser de soucis. Mais toute les applications maison ne tournent pas sur le matos apple. Ca serait un cout d'adaptation tellement énorme que ca me semble impossible.
Sans compter sur les habitudes des gens chez qui il faudrait tout reprendre à zéro sur l'apprentissage de l'informatique (beaucoup "d'anciens").

avatar Hideyasu | 

@fr0d0n :
À long terme ça serait peut être quand même rentable. Mais c'est sur que vu la taille de l'entreprise c'est pas une décision de tout les jours.

Je serai curieux de voir l'argumentaire sur le RJ45, un trou de sécurité avec un adaptateur. Si un expert du domaine peut expliquer !

avatar Christophe Laporte | 
@fr0d0n je ne serai pas aussi catégorique que toi. J'ai entendu des noms de groupe historiquement allergique aux Mac et qui tout d'un coup l'envisage comme une évidence !
avatar NoxDiurna | 

Je suis plutôt en train de faire l'inverse en raison des logiciels manquants principalement le Dialux/Relux.

avatar minitoine | 

Sachant qu'il existe la version Thunderbolt/ethernet de l'adaptateur.. Alors faille USB pourquoi pas ? Mais faille thunderbolt ?
Ha zut, la faille est du côté ethernet.. (Bah.. Oo ? Oups..)

avatar d.o.n.g.h.w.a.n | 

Sinon, pour pouvoir absolument profiter des applis "Mac only", il y a le système D et le Hackintosh ...

Blague à part, entre le BYOD et la généralisation des OS mobiles, il est de plus en plus important d'intégrer des applis et outils full web (voir responsive ...) qui se détachent du matériel dans le schéma directeur de son système d'information.

avatar Moumou92 (non vérifié) | 

Je ne sais pas dans quelles boîtes fonctionnent les gens qui ont apporté leur machine, mais chez nous le simple fait de brancher un téléphone pour la charge sur le port USB de sa machine est un motif de licenciement (sécurité). Alors apporter son propre matériel informatique, je n'imagine même pas l'exécution...

Un collègue à apporter ca surface lors d'un déplacement pour prendre des notes en live, il a frôler l'avertissement...

avatar d.o.n.g.h.w.a.n | 

C'est pourtant fréquent dans le domaine publique.

avatar patrick86 | 

"Je ne sais pas dans quelles boîtes fonctionnent les gens qui ont apporté leur machine, mais chez nous le simple fait de brancher un téléphone pour la charge sur le port USB de sa machine est un motif de licenciement (sécurité). Alors apporter son propre matériel informatique, je n'imagine même pas l'exécution..."

Tout dépend des exigences de sécurité et confidentialité de l'entreprise.

D'autres sont plus strictes encore et vous ne pouvez par exemple pas sortir un clé USB sans faire contrôler son contenu.
Puis dans d'autres entreprise c'est al fête du slip.

avatar CNNN | 

@patrick86 :
Chez Google ou M$ ils viennent avec leur Mac...
Tu bosses au ministère de l'intérieur ou quoi ? ^^

avatar Kensei68 | 

C'est juste débile: à quoi peut bien servir une tablette si on ne peut pas l'emporter en déplacement ???

avatar iPal | 

Chez nous la question ne s'est jamais posée : les développeurs (Ruby, Python, C++) et l'administration sont tous sur Mac et les développeurs C# sont sur PC. On a essayé un moment avec des desktop Linux mais la baisse de productivité face à OS X a fait revenir les devs sur Mac.

avatar YSO | 

Intéressant.
J'aimerais bien avoir plus de détail concernant la Sté qui est dans le domaine architecture.
AutoCAD et ArchiCAD semblent plus limités à l'emploi sur Mac, voire : il est même conseillé (lu sur certains forum) de passer par une install de Windows. Où est l'avantage ?

avatar joneskind | 

@YSO

Étant prof de CAD je peux t'assurer qu'il n'y a aucun problème à bosser sur Mac. L'interface est d'ailleurs bien mieux pensée sur Mac que sur PC, qui utilise un bandeau horizontal complètement con sur un écran 16/9 et qui oblige à basculer de l'interface classique à moderne en permanence pour accéder à certaines fonctions (une plaie).

Pour ArchiCAD je sais pas trop, mais il me semble bien que c'est un logiciel Mac à la base donc ça devrait pas poser de souci.

avatar Alino06 | 

Archicad est effectivement un logiciel d'abord développé sur Mac, sa version PC est très très proche, donc aucun souci pour bosser avec.
Pareil pour Artlantis que nous utilisons à l'agence, il est identique ou presque que ce soit dans un environnement Mac ou PC.

Autodesk par contre n'a pas pris la peine de développer Révit pour Mac, donc ben ceux qui bossaient sur Revit avant sont passés sur Archicad et le problème a été réglé

avatar daxr1der | 

@YSO :
Oui windows est plus approprié pour les pros

avatar Alino06 | 

Absolu pas non.

avatar poco | 

Comment je l'ai fait entrer : Envers et contre tous (clients, employés, fournisseurs et même administration qui à uneépoque ne jurait que par Explorer pour ses apps en ligne). Sur une croyance forte que OS X est le meilleur OS au monde et que le matos Apple était ce qui se faisait de mieux quitte à payer un eu plus cher.

Maintenant la vraie question est : Comment avez-vous fait sortir le Mac de votre entreprise? J'y suis pour rien. Apple est en train de le faire pour moi avec son matériel fermé impossible à faire évoluer (RAM, SSD), une gamme complètement irrationelle (de mon côté de la barrière, pas du côté de Cook et Ives) des prix démesurés et finalement une concurrence PC/Windows qui s'approche de plus en plus de notre plateforme, même si ce n'est pas encore çà.

Reste la solution Hackintosh pour rester sur OS X.

avatar Un Type Vrai | 

Oui, je susi surpris que les entreprises fassent entrer maintenant le mac alors qu'il perd tous ses avantages....

avatar patrick86 | 

" une gamme complètement irrationelle (de mon côté de la barrière, pas du côté de Cook et Ives)"

A en lire certains, on pourrait croire que seul Cook et Ive travaillent chez Apple pendant que toouuus les autres se touchent la nouille sur les produits entièrement conçus par Ive et marketés par Cook — qui est tellement trop fort que même Phil Shiller a plus rien à faire.

avatar vreu | 

Personnellement, dans mon entreprise, j'ai fais rentrer le mac par la porte.

avatar Ukualai | 

Dans mon entreprise, c'est le patron qui voulait faire entrer des mac par la porte (il voulait surtout un IPad), au final son macbook n'a plus qu'une installation de Windows 8.1 dessus.
Car aucun des logiciels nécessaires n'avaient de solution ou fonctionnaient correctement sous OSX.
En fait, il avait plus d'emmerde qu'autre chose... et son intégration dans le réseau était d'ailleurs catastrophique.
Le pire on avait un prestataire de service spécialisé Apple...

Enfin bref, tant qu'on reste dans du généraliste ou dans un domaine où les Mac sont présent historiquement, je pense que ça peut être une bonne solution.

avatar Un Type Vrai | 

"Mais un point crucial est apparu : le port Ethernet."

Ouip. C'est pour ça que le prochain Mac sera un PC pour mon entreprise.
C'est presque la seule raison (écran brillant aussi)

avatar joneskind | 

@Un Type Vrai

Changer d'OS et d'écosystème juste à cause d'un port ethernet pourtant accessible via un adaptateur... Racheter toutes les licences, redévelopper les solutions internes...

J'avoue que ça me laisse sceptique quand à la santé mentale du décisionnaire.

Moi j'aurais viré le responsable de la sécurité pour en embaucher un capable de régler le problème. Mais bon…

avatar Sometime | 

@joneskind :
Peut etre que les changements necessaires ne rendent plus la solution Mac si competitive aussi. Le mec n'est pas forcement un cretin.

avatar joneskind | 

@Sometime

J'ai du mal à croire que le prix du développement d'une solution sécurité acceptant l'adaptateur ethernet puisse dépasser le coût du remplacement intégral des machines, des licences logiciel, de la formation au nouvel éco-système, du nouveau coût de la maintenance…

T'ajoutes que le port ethernet est progressivement en train de disparaître des PC et t'as une bonne idée de l'absurdité de la décision.

avatar jocool | 

Baser sa stratégie de sécurité sur la présence d'un port Ethernet natif me semble un argument irrecevable (ou léger) compte tenu que le monde est mobile. Savoir sécuriser un réseau qu'il soit wifi ou filaire est la priorité pour assurer la réputation de l'entreprise.

avatar Antony Matué | 

Moi j'ai voulu faire entrer des iPad 1 pour remplacer des tablettes Microsoft...

Ben obsolète en moins de deux ans, pas assez de RAM (si peu de pages web ouvrables simultanément), OS qui rame dans la version nouvelle ou qui ne peut plus être mis à jour et des applis qui ne peuvent évoluer faute de pouvoir passer à l'OS suivant.

Avec de 256 Mo de RAM alors qu'à la même période l'iPhone passait à 512, il avait là une vrai stratégie de la frustration programmée.

Bref, l'expérience n'a pas duré. Retour à la case PC Windows.

avatar BeePotato | 

@ Antony Matué : L’iPad 1 était en effet un produit à la fois si tentant et si frustrant (principalement à cause de la quantité de RAM). C’était vraiment dommage, car il a dû être la cause de pas mal de déception, alors que ses successeurs valaient (et valent toujours) vraiment le coup.

Mais bon, l’article parle des Mac, pas des engins sous iOS. ;-)

avatar joneskind | 

@Antony Matué

Sachant que l'iPad 1 est sorti en 2010 et que la première tablette Microsoft est sortie fin 2012, je serais curieux de savoir ce qui a bien pu te motiver à remplacer tes tablettes Microsoft par des iPad 1.

Je savais que le produit était mauvais mais à ce point là...

avatar fte | 

J'ai fait pour ma part entrer mon entreprise dans des Mac. :)

avatar zorg2000 | 

Dans la plupart des boites ou je passe le soucis du mac est surtout le cout initial, et le SAV qui ne se fait pas a J+1, a part ça il y a :

l'obligation d'acheter a part les adaptateurs VGA (pour les projecteurs), ethernet.....
La grande difficulté d'installer des certificats wifi sécurisé comme sous windows (Radius cité plus haut)
la grande facilité d'entrer dans la machines, que ce soit en mode "target" par le firewire des anciennes machines ou par l'utilitaire password des nouveaux OS la ou windows a un Bitlocker et un puissant crytage. De quoi le faire banir des services sensibles comme la RH.

Le manque de port kesington antivol (hors de question de le laisser tourner sur un salon).

Le souci en cas de machine en panne (et dont l'utilisateur n'aurait pas sauvegardé le contenu, cas très fréquent) d'avoir perdu les données.
Envoyer une machine a Apple avec des données sensibles dedans (avec un PC on retire le disque dur).

Le taux de panne pas nul, on a un gros stock de machines de 2010 (Nvidia) en panne.
La complexité de réparation des Imacs, on a d'ailleurs banni ces machines "collées" dans toutes les boites ou je passe.

Le trop faible nombre de logiciels dédiées, surtout dans les milieux techniques et télécom. presques tous les macs on un VM PC windows dedans.

Quand au faible cout de support, la plupart des gens sur mac connaissent bien leur machine et n'ont pas de soucis avec car il savent la gérer. Contrairement au PC dont peu d'utilisateurs sont des fans d'IT.

avatar VincentGouv | 

@zorg2000 :
J'ai appris récemment que BitLocker envoyait par défaut ses clefs chez Microsoft.

avatar BeePotato | 

@ zorg2000 : Quelques remarques (et pas dans le but de donner l’impression que tout est faux, hein, c’est juste pour apporter quelques informations supplémentaires) :

« le SAV qui ne se fait pas a J+1 »

Notons qu’il y a des prestataires spécialisés qui font ça très bien (enfin, il y en a au moins un, mais il est gros).

« La grande difficulté d'installer des certificats wifi sécurisé comme sous windows (Radius cité plus haut) »

Grande difficulté, c’est un poil exagéré. Sans que ce soit d’une simplicité enfantine, une fois qu’on sait comment ça se fait ce n’est pas bien compliqué pour un administrateur, non ?

« la grande facilité d'entrer dans la machines, que ce soit en mode "target" par le firewire des anciennes machines ou par l'utilitaire password des nouveaux OS »

Notons que tout ça se verrouille.

« Le manque de port kesington antivol (hors de question de le laisser tourner sur un salon). »

Ça, c’est effectivement gênant sur les modèles concernés. Mais notons qu’il ne s’agit que des MacBook et MacBook Air, les autres modèles étant équipés d’un port Kensington.

« Quand au faible cout de support, la plupart des gens sur mac connaissent bien leur machine et n'ont pas de soucis avec car il savent la gérer. Contrairement au PC dont peu d'utilisateurs sont des fans d’IT. »

En effet. Mais ça reste tout de même un avantage de cette plateforme (et un avantage intrinsèque : s’il y a plus d’utilisateurs s’y connaissant suffisamment sur Mac, ce n’est pas parce que cette plateforme attire plus les génies, mais bien parce qu’elle est plus simple à administrer et à maîtriser).

Pages

CONNEXION UTILISATEUR