L'histoire du PDF, l'invention « la plus stupide » devenue incontournable

Nicolas Furno |

Les documents PDF se sont tellement imposés au quotidien que l’on pourrait facilement oublier que ce format n’a pas toujours été un standard. Le Portable Document Format a été créé au début des années 1990 par Adobe et il a fallu près de dix ans pour qu’il finisse par convaincre et devenir un standard de fait, puis un standard tout court.

Photo de base : Aaron Buren

D’où vient le PDF ? Pourquoi est-ce qu’il n’a pas convaincu immédiatement ? Retour sur une invention qui a changé l’informatique…

À l’origine, il y avait PostScript

Adobe présente la première version du PDF en 1993, mais il faut remonter quelques années en arrière pour comprendre sa naissance. C’est en effet au tournant des années 1980, au sein du Palo Alto Research Center (PARC), le centre de recherche et développement de Xerox, qu’est née l’idée de créer un format capable de définir un document composé de texte enrichi et d’illustrations.

L’objectif était encore avant tout d’imprimer ces documents. Il faut savoir qu’à cette époque, les imprimantes branchées aux ordinateurs étaient encore très rudimentaires. La majorité du matériel disponible ne pouvait imprimer que du texte sans aucune mise en forme, et ligne par ligne. Les premières versions laser apparaissent sur le marché dans les années 1980 et avec elles, la promesse d’imprimer des pages de texte entières, avec une mise en page sophistiquée et même des graphiques et images.


Source
avatar XiliX | 

@nicolasf

"Mais je me suis concentré sur le fichier lui-même pour le moment, ce sera peut être l’occasion de donner une suite à cet article !"

Alors là... j’achète ?

avatar Sanid35 | 

Article très sympa. Il en faudrait plus des comme ça. Merci

avatar Nathalex | 

Super article. Bravo !!

avatar Sorabji | 

Excellent article. Je comprends maintenant pourquoi il faut passer par Fichier-Imprimer pour générer un pdf.

avatar naarin | 

Très bon article, je vois que la rédaction est acclamée par la critique et c’est tant mieux ! Beau boulot ?

avatar matthiyah | 

Merci pour cet article !

avatar Eurylaime | 

La concurrent a été féroce sur le document "portable".
- AnyView de Binar Graphics
- Common Ground de No Hands Software
- Envoy de WordPerfect Corporation
- Folio de NextPage
- Replica de Farallon Computing
- WorldView de Interleaf

Apple a même tenté sa chance avec le Portable Digital Document dans GuickDraw GX.

avatar lesurfeurfou | 

Le PDF a révolutionné le pré-presse. Fini les échanges de fichiers sources (xPress, indd, images, polices) qui étaient sources de galères, d’arrachages de cheveux et de facto des conflits clients /fournisseurs
Merci le pdf et merci macgé pour ce rappel

avatar claude72 | 

Sauf qu'avec les fichiers natifs, même si on s'arrachait souvent les cheveux, on pouvait tout corriger, réparer, améliorer et sortir un travail au top à partir d'un fichier pourri mal fait par un gros nul incompétent...
... alors que quand on a un PDF mal fait à partir d'un document pourri, les possibilités d'amélioration sont quasi nulles !
(à tel point que parfois il vaut mieux demander le fichier natif et tout refaire)

avatar lesurfeurfou | 

@claude72

Je parle bien de pré-presse dans un environnement pro. Aujourd’hui il est quasi impossible de facturer le temps d’intervention au temps réel donc bis repetita : sources de conflits clients /fournisseurs, sans parler du retard de prod. J’insiste donc : merci le pdf ! (Plus flexible que le tiff-it)

avatar claude72 | 

Oui, moi aussi je parle de pré-presse dans un environnement pro, puisque j'ai fait ce métier pendant 18 ans dans une imprimerie.

Donc bis repetita aussi : avec les fichiers natifs, même si c'était galère, on pouvait au moins imprimer le travail correctement après retouches (faites le plus souvent gratuitement), alors qu'avec les PDF on imprimait le plus souvent de la merde parceque les clients ne se rendaient pas compte que leurs fichiers PDF étaient de mauvaise qualité, en plus de ne pas être adaptés à l'impression (RVB ou mauvaises conversions en CMJN avec un TAC trop fort, genre noirs à 400%, pas de bord-perdu, pas de marge, polices pourries, mauvaise résolution des images, etc.).

En fait, de mon expérience, dans l'imprimerie où je bossais, j'ai constaté que les PDF ont seulement déplacé les conflits avec les clients : avec les fichiers natifs, les conflits arrivaient avec les clients avant l'impression, quand on leur demandait les éléments pour travailler (polices, images, etc.) et qu'ils ne comprenaient pas pourquoi, mais au moins ils étaient largement satisfaits du résultat imprimé et payaient sans discuter...
... alors qu'avec les PDF on n'avait pas le choix, le plus souvent il fallait les imprimer tels-quels (avec quand-même les quelques corrections minimales absolument indispensables, merci PitStop), et les conflits arrivaient avec les clients quand ils voyaient que le résultat imprimé était plutôt catastrophique, qu'ils ne comprenaient pas pourquoi puisque leur PDF était parfait à l'écran, et donc ils refusaient de payer...

En résumé, ton expérience n'est pas du tout la même que la mienne : pour moi les PDF ont été une plaie et j'ai eu beaucoup plus de problèmes et de clients mécontents avec les PDF qu'avec les natifs. Surtout qu'en plus les PDF ont aussi permis d'imprimer relativement facilement des documents issus de logiciels bureautique, genre Word et Publisher, et donc on a vu arriver toute une clientèle de bricolos de la bureautique qui se prenaient pour des graphistes, et qui faisaient leurs PDF avec des logiciels de mauvaise qualité, plutôt orientés bureautique, plutôt sur PC, bugués, pas à jour, et qui au flashage donnaient des résultats pour le moins fantaisistes !!!

En revanche, je suis d'accord avec toi sur un point : effectivement les PDF demandaient beaucoup moins de travail de pré-presse.

avatar lesurfeurfou | 

@claude72

Les exemples que vous donnez n’illustrent pas un environnement pro dans toute la chaîne de production. Je peux comprendre que votre expérience soit différente de mienne

avatar mahers | 

Bonjour,

Excellent article, cependant, je trouve dommage qu'il n'y ait aucune référence à l'homme qui a permis tout ça et bien plus. Monsieur Bézier.
http://bit.ly/2HUCTCW
et http://bit.ly/2W4cOeK

Monsieur Bézier, lui par contre n'a jamais reçu aucun centime...

avatar ziggyspider | 

"Alors qu’à une époque, envoyer un document Word créé sur Windows à un utilisateur de Mac était l’assurance d’avoir des problèmes."
Même pas besoin de changer de plateforme, l'envoyer sur un ordi avec un pilote d'imprimante différent (donc des marges différentes) suffit à pourrir la mise en page. Et je ne suis pas sûr que ce ne soit plus le cas en 2019 …

avatar PierreBondurant | 

Le truc impressionnant avec le format pdf c’est à quel point il “vieillit” bien: je réouvre parfois des vieux pdf d’y a 10 ou 15 ans et la mise en forme n’a pas bougée.
Avec un document word, c’est le bordello assuré par comparaison.

avatar bigfafa | 

@PierreBondurant

Oui tu as raison, c’est une force qu’on a tendance à oublier alors que 15
/20 ans c’est énorme dans l’histoire de la micro-informatique (45 ans si on part de l’intel 4004)

avatar onclebobby | 

Excellent article!

avatar umrk | 

Très bon article . Peut être était-ce l'occasion d un cocorico à propos des courbes de Bézier (oui, Pierre Bézier, pas la ville de Béziers !) très grand ingénieur à l'origine des gigantesques "machines-transfert" chez Renault (bonjour le stress lors des mises au point ...), qui a eu le cran de passer sa thèse de Doctorat en Informatique sur ses courbes, à un âge avancé. Outre leur intérêt en CAO pour les surfaces de carrosserie (ce qui était à l'origine l'objectif de Pierre Bézier), ses courbes ont également été utilisées pour les polices de caractères (donc Postscript). Le plus stupéfiant est que les américains, chauvinistes comme personne, ont retenu le terme de "Bezier curve » !!!!

avatar occam | 

@umrk

"Le plus stupéfiant est que les américains, chauvinistes comme personne, ont retenu le terme de "Bezier curve » !!!!"

Réjouissant, mais pas si stupéfiant que cela.
Ils ne pouvaient guère faire autrement.
L’étiquette des maths les y obligeant.

Heureusement que les mathématiciens s’en sont chargés, et c’est une gent qui veille assez scrupuleusement au grain, c’est à dire à leur parcelle d’immortalité conférée par l’association d’une fonction ou d’une structure mathématique au nom de son inventeur. (Inventeur au sens premier du mot, qui signifie découvrir.)

Pour l’exemple, que trouve-t-on dans toute présentation un tant soit peu fournie des courbes de Bézier ?
Les polynômes de Bernstein.
http://web.mit.edu/hyperbook/Patrikalakis-Maekawa-Cho/node3.html
Etc.

avatar DahuLArthropode | 

Pour compléter: le PDF permettait aussi de faire les premiers documents interactifs, avec des liens pour la navigation, etc. SVM Mac par exemple était diffusé avec un CR-Rom contenant un fichier PDF qui se parcourait à la souris

avatar webHAL1 | 

Merci à MacG pour ce chouette article. :-)

avatar RedMak | 

Simplement MERCI ?

avatar Uriah Heep | 

Encore un article passionnant à mettre au crédit de MacG et de Nicolas !
Après Apple et Adobe, il reste le 3e « A ».
Je veux parler d’Aldus et par voie de conséquence de Paul Brainerd, son cofondateur, passé aux oubliettes.
Merci Nicolas ?

avatar Uriah Heep | 

@Uriah Heep

Évitons tout malentendu.
J’espère que Nicolas écrira un papier sur Paul Brainerd et Aldus.

avatar powerjaja | 

Décidément ce PARC de Xérox a pratiquement tout inventé ?

avatar ritchi_paris | 

Exact!

Chouette article sinon

avatar clesur | 

On peut dire que Nicolas est à l’honneur avec cet article.

avatar pim | 

@clesur

Pour une fois que personne ne suspecte l’article de sponsoring commercial déguisé ou de plagiat, c’est vrai que c’est assez exceptionnel !

J’en suis à me demander s’il n’y aurait pas un alignement des planètes qui puisse expliquer cela, et le fait qu’inversement sur d’autres sujets ou à d’autres moments de la semaine peut-être, on est tous sur les dents (je m’inclus dans les réactions qui peuvent parfois mal tourner).

?‍♂️

avatar melaure | 

Bel article !

Quand on pense que sur les offices actuels, me wysiwig est toujours pas a la hauteur ...

avatar outmen | 

Excellent article qui m’a replongé avec nostalgie dans mes débuts en informatique. Acrobat Distiller omg ca fait si longtemps que je n’avais pas entendu ce nom ! Mais je revois encore la boîte avec son design si caractéristique.

avatar jyf69 | 

Bonne lecture matinale ! Superbe article! Merci !

avatar jyf69 | 

@fredso +1

avatar cv21 | 

Pas de flatterie : article impeccable.

avatar XiliX | 

Ahhhh les articles de Dimanche... de MacGé
J’adore... merci ?

avatar unfolding | 

Bravo, un article interessant. Un sillon à creuser et à continuer.

avatar JotaPe86 | 

Je n'ai pas eu le courage de lire tous les commentaire. Deux choses :
- je ne comprends pas "… document « aplati »"
- note 3 "Alors qu’à une époque, envoyer un document Word créé sur Windows à un utilisateur de Mac était l’assurance d’avoir des problèmes." . En 1993, j'échangeais régulièrement par mail (Eudora) des documents Word (4 ou 5 ?), texte, mise en forme et images avec un correspondant sous Windows à Los Angeles.

avatar ForzaDesmo | 

@JotaPe86

Je n'ai pas eu le courage de lire tous les commentaire. Deux choses :
- je ne comprends pas "… document « aplati »"...

Et tu n'as pas non plus le courage de faire Command + F : aplati ?!

avatar hexley | 

Super article, merci ??

avatar TBook | 

"Alors qu’à une époque, envoyer un document Word créé sur Windows à un utilisateur de Mac était l’assurance d’avoir des problèmes."
Heu.., c'est toujours le cas aujourd'hui, hein

avatar fte | 

@TBook

"Heu.., c'est toujours le cas aujourd'hui, hein"

Aucun soucis depuis des années ici.

avatar DonJulien | 

Super article, c'est vraiment très intéressant à lire d'une seul traite! Je me demandais justement il y a quelques jours comment avait été inventé le PDF et pourquoi il s'était imposé comme un format d'échange incroyable. La vidéo que vous avez mise de 1993 est tout simplement incroyable, on a du mal à croire que c'était il y a simplement 25 ans!

Cela me fait penser qu'il y a pas mal d'autres choses à propos des PDF (et d'autres sujets) que vous pourriez écrire et qui pourraient être tout aussi passionnantes:
- comment la partie "aplatie" du PostScript se fait aplatir et reste ainsi visible sur n'importe quel ordinateur ou mobile de la même manière. En effet, la partie un peu plus technique semble tout de même assez intéressante si vous arrivez à la garder relativement simple à expliquer.
- Comment la gestion des polices et des profils colorimétriques se passent depuis les débuts à aujourd'hui?
- Quelles sont les évolutions majeures des format PDF depuis la version 1 à aujourd'hui?
- Quelle est la relation d'Apple avec les PDF dans ses applications, et l'implication que ça a sur le succès de Mac OS et de ses produits? Pareil pour Adobe, ça pourrait être intéressant de comprendre un peu mieux les chiffres derrière le PDF et notamment comment aujourd'hui ils en vivent (ou pas!)
- Comment la bureautique a évolué depuis les années 80/90 avec justement ces inventions ou modèles qui ont changé radicalement notre manière de travailler, de collaborer et l'efficacité pour une même fonction ou tâche au fil des ans (PDF, messagerie, e-mail, Excel, Powerpoint, Zip, Jpeg, Mp3, Scan, Impression, Dessin, ...). En voyant la vidéo, on s'aperçoit qu'il y a tout de même des jobs assez incroyables qui ont disparu (le gars de 65 ans des archives qui "cherche" les documents en physique dans les dossiers!)... c'est un autre monde que j'ai presque connu mais qui semble au final à des années lumières même de la 2ème partie des 90's et du début d'internet!

En tout cas merci encore pour cet article passionnant, ça fait réellement plaisir de s'instruire ainsi!

Pages

CONNEXION UTILISATEUR