L'histoire du PDF, l'invention « la plus stupide » devenue incontournable

Nicolas Furno |

Les documents PDF se sont tellement imposés au quotidien que l’on pourrait facilement oublier que ce format n’a pas toujours été un standard. Le Portable Document Format a été créé au début des années 1990 par Adobe et il a fallu près de dix ans pour qu’il finisse par convaincre et devenir un standard de fait, puis un standard tout court.

Photo de base : Aaron Buren

D’où vient le PDF ? Pourquoi est-ce qu’il n’a pas convaincu immédiatement ? Retour sur une invention qui a changé l’informatique…

À l’origine, il y avait PostScript

Adobe présente la première version du PDF en 1993, mais il faut remonter quelques années en arrière pour comprendre sa naissance. C’est en effet au tournant des années 1980, au sein du Palo Alto Research Center (PARC), le centre de recherche et développement de Xerox, qu’est née l’idée de créer un format capable de définir un document composé de texte enrichi et d’illustrations.

L’objectif était encore avant tout d’imprimer ces documents. Il faut savoir qu’à cette époque, les imprimantes branchées aux ordinateurs étaient encore très rudimentaires. La majorité du matériel disponible ne pouvait imprimer que du texte sans aucune mise en forme, et ligne par ligne. Les premières versions laser apparaissent sur le marché dans les années 1980 et avec elles, la promesse d’imprimer des pages de texte entières, avec une mise en page sophistiquée et même des graphiques et images.


Source
avatar IceWizard | 

@pim

« Cet excellent article fait bien ressortir en creux que les patrons de Xerox, à une certains époque du moins, n'avaient aucune vision d'avenir. C'est dingue d'avoir toutes les inventions du futur sous les yeux et de ne rien en faire ! »

Au contraire, ils avaient une excellente vision de l’avenir, et une stratégie industrielle mono activité qui s’est avérée mauvaise à long terme.

L’objectif du Parc n’étais pas de développer des technologies nouvelles pour les commercialiser, mais d’étudier l’évolution de l’environnement bureautique utilisant les systèmes d’impression. Xerox ne voulait pas créer les ordinateurs du futur, juste les imprimantes du futur.

avatar pat3 | 

Ils avaient peut-être une excellente vision de leur business, mais pas de l'évolution de l'informatique domestique; s'ils avaient seulement gardé les brevets développés au PARC (par tous les anciens du Stanford Research Institute qui bossait sous la direction de Doug Englebart), ils seraient aujourd'hui l'une des plus grosses entreprises d'informatiques au monde). C'est assez fou à imaginer. En tout cas, grâce au PARC, on a l'informatique domestique d'aujourd'hui.

avatar olivier30 | 

Excellent article en effet, merci de nous replonger dans un bout de l'histoire de la PAO. En tant que graphiste, je me souviens commencer à l’utiliser dans les années 2000, et avec certains clients comme format de fichier pour faire valider les BAT.

avatar Almux | 

Très chouette article, et qui remet en place les idées... On ne vit pas d'histoire, mais se souvenir des moments clefs relativise les jugements hâtifs, ainsi que les critiques à l'emporte-pièce et souvent disproportionnées.

avatar Weldon | 

Haaa le garage, le plus grand bureau R&D du monde

avatar marenostrum | 

ça montre que l'école ne sert à rien. à part fournir des apparatchiks pour l'Etat (ou le privé, le gars qui passe la deuxième étape après le garage, et a besoin de secrétaires ou autres fonctionnaires de deuxième main, pour remplir les papiers.

avatar ingmar92110 | 

@marenostrum

Oui enfin le gars est chercheur en maths alors l’école il l’a fréquentée un moment quand même hein... faut des bases avant des fois... d’ailleurs pour apprendre à écrire t’aurais pas dû aller à l’école t’as perdu du temps ??

avatar byte_order | 

@Weldon

Ouais, enfin avant le garage de Warnock, ils ont _effectivement_ bossé dans le plus grand bureau de R&D sur les technologies numériques du monde de l'époque, le Xerox PARC.

avatar machack | 

Super article, bravo ? c’est passionnant d’apprendre comment et pourquoi les entreprises que l’on connait tous ont été créés, et ce qui a fait leurs succès (ou leurs échecs) !

avatar switch | 

Vivement un article sur PostScript (dont le développement s'est arrêté à la version 3 de mémoire) et sur l'histoire de Display PostScript conçu entre Apple et NeXT qui à donné naissance à l'affichage que nous utilisons dans OSX.

avatar bbibas | 

Je me rappelle bien de cette époque ! Une conférence de presse Adobe pour présenter le format pdf dans une petite salle . Très peu de journalistes, les seuls présents se demandant « c’est quoi l’intérêt » ou « n’importe quoi ce format !! »

avatar iDanny | 

Super article, mais il faudrait expliquer ce que veut dire « aplatir un document » pour qu’on comprenne mieux l’optimisation ? :

« Pour accélérer la démo, le co-fondateur d’Adobe a l’idée de convertir le fichier original en un document « aplati ». »

avatar xDave | 

@iDanny

En gros (très gros).
On a un document de départ complexe.
En Postscript, on va décrire toute la structure et son contenu pour un contrôle maximum.
En PDF, on aplatit dans le sens où l’on fusionne certaines formes, blocs etc. Pour alléger le fichier et son traitement.
Par exemple, le PDF embarque un jeu partiel des polices qu’il contient.
Si on ouvre un PDF aplati avec illustrator par exemple, on se retrouve avec des éléments moins aisés à éditer en comparaison de l’original au format .ai.

Il y a des niveaux de compression / aplatissement différents en PDF.

avatar iDanny | 

@xDave

Nan mais je sais, j’utilise Photoshop et je connais cette notion ?
Je disais ça pour les gens.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@iDanny |
@xDave n'avait pas compris que tu faisais parti des gens qui étaient intelligents et qui donnait des leçons aux autres.
ps: puisque tu avais les réponses aux questions que tu posais :
Pourquoi tu n'y répondais pas si tu pensais que cela éclairait l'article ?
Pourquoi les posais tu si tu pensais la réponse inutile ?
Bref ne penses tu pas que ton message premier était... prétentieux ?
Quand au deuxième... irrespectueux ?

Merci @xDave pour ton éclairage :-)

avatar iDanny | 

@J'en_crois Pas_mes yeux

J’en crois pas mes yeux ! ?

J’ai mis des smileys sympas donc mes messages ne peuvent PAS être négatifs, voyons ?

Sinon juste attention, on dit « faire partie » (comme une partie ou part de quelque chose), rien à voir avec un « parti » politique par exemple.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@iDanny
J'aime tellement les smileys, ils permettent si bien d'exprimer une pensée complexe avec toutes ses subtilités.
Mais je maintiens ma question :
Pourquoi ne réponds-tu pas à la question que tu poses si celles-ci (les réponses) pouvaient aider "les gens" (dont ni iDanny ni @xDave ne font parti) à comprendre ?
(mes excuses si tu as déjà répondu à cette question à travers tes smileys - mais l'herméneutique n'a jamais encore été appliqué avec succès à ces pictogrammes)

avatar iDanny | 

@J'en_crois Pas_mes yeux

En fait le but de ma remarque initiale était de suggérer d’ajouter une explication directement dans l’article, pas de la donner dans les commentaires où elle serait + difficile à trouver évidemment.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ iDanny
Tiens, sans les smileys j'ai l'impression de comprendre à présent complètement ton message.
Bonne journée

avatar SidFik | 

aplatir c'est transformer les information de texte et de formatage en forme vecteur directement imprimable.

on peut aussi l’utiliser dans le cadre du pixel.

exemple quand tu importe un visuel vectoriel dans Photoshop et que tu aplati l'image, celle-ci vas se pixeliser.

d'une manière générale il s'agit d'adapter les information du fichier au support de sortie, en suppriment des données permettant l'edition.

avatar marcopaj | 

@SidFik @xDave

Génial il y a qq jours je disais à mon collègue qu’il faudrait que je comprenne pourquoi il y a écrit aplatissement à l’impression de certains PDF. Merci

avatar clesur | 

Super article. Beau travail ! Fier de soutenir votre site.

avatar occam | 

« À l’origine, il y avait PostScript »

Oui, mais pas que.
Il manque un nom dans cette histoire : celui de Donald E. Knuth.
Et deux noms propres : TEX, et Metafont.

Voici leur histoire (attention, images en fin de document) :
https://www.kyotoprize.org/wp/wp-content/uploads/2016/02/12kA_lct_EN.pdf

avatar pim | 

@occam

Chut, faut pas parler de ça : ce n’est pas commercial ! Tu vois bien que jamais Adobe n’aurait pu se construire un empire, si tout le monde avait été au courant que les outils sont tous gratuits et open source.

avatar Azurea | 

Merci pour cet article bien documenté et qui rappelle de bons souvenirs :
- 5mn pour faire défiler 6 pages à l'écran
- imprimante à aiguille (8) assez chère, sans compter le câble de liaison avec l'ordi d'un prix assez conséquent.
- l'impression de quelques pages laissait le temps de boire un café et fumer une cigarette tranquillement.
C'était vraiment l'école de la patience et de la bidouille, ouvrir mon second ordi pour "gonfler" la mémoire à une valeur colossale = 620 Ko et premier disque dur sur carte.
C'était vraiment passionnant comme époque, chercher à toujours améliorer la vitesse, la capacité de stockage, le rendu graphique tant écran qu'impression. Une époque...

avatar pat3 | 

@Azurea
C'était vraiment l'école de la patience et de la bidouille, ouvrir mon second ordi pour "gonfler" la mémoire à une valeur colossale = 620 Ko et premier disque dur sur carte.
C'était vraiment passionnant comme époque, chercher à toujours améliorer la vitesse, la capacité de stockage, le rendu graphique tant écran qu'impression. Une époque...

Une époque où la loi de Moore faisait faire des sauts incroyables d'une génération à l'autre; en deux générations ont avait au niveau grand public ce qui se faisait de mieux au niveau pro auparavant. C'est vrai que c'était une époque incroyable (je n'ai pas dit formidable: elle avait aussi ses défauts, dont on hérite en partie aujourd'hui).

Les prouesses d'aujourd'hui sont beaucoup plus effrayantes qu'excitantes (qui a envie de l'IA de Google pour nous imposer le transhumanisme qu'ils appellent de leurs vœux?).
Les entreprises de l'époque, sauf peut-être Microsoft, dont la domination a donné corps au fantasme de maitre de l'univers qu'on voit dans certains films de science fiction, rêvaient de dominer leur marché, pas nécessairement le monde… Aujourd'hui, la tentation mégalomane des grands capitaines d'industrie n'a plus de limite, et les clients sont vus comme du bétail, voire comme des animaux de laboratoires sur lesquels expérimenter les dernières lubies…

avatar J-C | 

Félicitations à l'auteur -anonyme, mais pourquoi ?- de cet article

avatar Nicolas Furno | 

@J-C

Anonyme ? ?

C’est moi en tout cas, et merci !

avatar marenostrum | 

sur Safari (macOS) et surement sur certains conditions (utilisation de bloquer de pub, etc) le nom de l'Auteur n'est pas visible.

avatar J-C | 

@Nicolas Furno

Je renouvelle mes félicitations !
Nicolas Furno, Audrey Couleau... MacG vous doit beaucoup !

Très bon week-end

JC, Pdfiste depuis 1966 (et plus de 100 000 scans en .pdf durant ma vie professionnelle, après des milliers de .max en Paperport)

avatar StephanMart | 

@J-C

Je ne crois pas que le PDF existait en 1966 ?

avatar pim | 

@J-C

100 000 scans ? Ce pas si énorme. Cela fait 10 mètres de rayonnage environ, et c’est ce que j’ai scanné pour mon « passage au tout numérique », dans le but premier de gagner de la place chez moi. Et ça ne cesse d’augmenter, puisque je suis « sans papier ».

avatar sebasto72 | 

@J-C

C’est signé Nicolas Furmo pourtant :)

avatar marenostrum | 

ça ne se voit pas sur mon ordinateur (ça ne m'empêche en rien en tout cas). par contre dans les articles de iGen (le site en bleu) ça se voit.

avatar Rifilou | 

@J-C

Non c’est Nicolas Furno (c’est écrit sous le titre)

avatar s1n3d | 

Très bon article, très intéressant ?

avatar fredsoo | 

Super article ??
Le pdf est génial j’archive quasi tous mes documents à titre perso en pdf, classés par dossier le tout dur le cloud, accessible depuis mon téléphone, j’ai réponse à tout en 30s. Ça simplifie la vie tous les jours.

avatar leboisjoli | 

On peut dire ce qu’on veut de Xerox mais ils étaient uniquement dans la recherche.
Comment leur reprocher aujourd’hui de n’avoir pas pensé à faire du business ?
Ils n’étaient pas attirés par l’argent, belle époque qui n’existe plus.
Moi je trouve ça très noble.
Sans eux on n’aurait pas tout ce qu’on utilise à présent, ou alors avec un retard d’une dizaine d’années.

avatar pat3 | 

@leboisjoli

"On peut dire ce qu’on veut de Xerox mais ils étaient uniquement dans la recherche.
Comment leur reprocher aujourd’hui de n’avoir pas pensé à faire du business ?
Ils n’étaient pas attirés par l’argent, belle époque qui n’existe plus."

Tu blagues ?

Non ?

T’es vraiment sérieux là ?!?

avatar xDave | 

@ leboisjoli
Xerox était dominant sur son marché de la copie (photocopie), vu que c'est de leur invention (reproduction xérographique).

En anglais (fut un temps en tout cas), on dit "To xerox" au lieu de "to photocopy".

Xerox a fini par se faire déboîter par Canon sur son propre marché… c'était un peu l'IBM de la photocopie.

Pour ce qui est de la recherche, c'est le Xerox Parc, qui "n'était qu'un département" de Xerox.
Xerox n'a pas cru en l'informatique personnelle.

avatar thenad | 

Super article !
Le pdf est une évidence aujourd’hui, mais on est loin d’imaginer le chemin parcouru et le ténacité des fondateurs.

avatar kubernan | 

Le PDF c'est la vie !

En revanche, je m'essaie depuis peu à la création de formulaires PDF (sous Acrobat Pro DC), et je trouve l'environnement un peu archaïque et même s'il existe bon nombre d'options, certaines demandes l'installation de bidules supplémentaires qui ne fonctionnent pas avec certains logiciels de lecture du PDF.

De plus, globalement, le rendu n'est pas le même en fonction du logiciel utiliser pour lire/remplir le formulaire. Sur ce point, je trouve que PDF Expert s'en tire excellemment.

avatar pim | 

@kubernan

Pourquoi ne pas utiliser LaTeX ? Il existe des solutions qui permettent de rendre un PDF interactif, comme AcroTeX :

http://www.acrotex.net

Car sinon, il vaut mieux en général créer une page en HTML qu’en PDF, si l’on recherche avant toute chose l’interactivité.

avatar occam | 

@pim

"Pourquoi ne pas utiliser LaTeX ?"

« Chut, faut pas parler de ça : ce n’est pas commercial ! »

?

avatar iPop | 

@pim

On peut créer des PDF interactifs avec Keynote.

avatar PierreBondurant | 

@pim

Faut reconnaître que c’est compliqué LaTex...

avatar pim | 

@PierreBondurant

La courbe d’apprentissage est un peu rude au début ; mais une fois que l’on a trouvé ce que l’on cherche, on gagne un temps fou.

avatar JLG01 | 

Nostalgie.
Et la grande surprise lorque nous produisions des documents superbes avec des Macintosh qui étaient la risée des IBM incapables de rivaliser.

avatar Ali Baba | 

Je m’attendais à lire quelque chose au sujet du display PostScript de NeXT, devenu le Display PDF de MacOS X, aka Quartz.

avatar Nicolas Furno | 

@Ali Baba

J’y avais pensé, et aussi parler du rôle du PDF dans le jailbreak.

Mais je me suis concentré sur le fichier lui-même pour le moment, ce sera peut être l’occasion de donner une suite à cet article !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR