Interview : qu'est-ce qui manque à Apple pour dominer le jeu vidéo ?

Christophe Laporte |

Apple et le jeu vidéo… C’est une longue histoire ! Parfois, ce couple marche du tonnerre, parfois c’est beaucoup plus compliqué. Côté pile : le Mac qui dans ce domaine reste toujours à la ramasse par rapport au PC. Côté face : iOS qui est devenu en peu de temps une plateforme majeure pour l’industrie du jeu vidéo.

Il y a quelques mois sortait un livre au titre évocateur : L’écosystème, l’arme d’Apple et de Google pour dominer le jeu vidéo ? (Éditions Universitaires Européennes, 32,89 € en papier, 5,99 € sur Apple Books). Dans ce livre, Nicolas Levé explique une notion bien connue par les lecteurs de MacGeneration, celle de l’écosystème, et pointe son importance dans l’industrie des jeux vidéo.

Qu’est-ce qu’il manque à Apple et Google pour dominer ce marché ? Quelles sont les stratégies de Microsoft, Nintendo et Sony dans le milieu du mobile ? Nous avons posé ces questions à Nicolas Levé pour y voir plus clair.

MacGeneration : Les consoles auraient pu être tuées par le PC, le streaming, et par les smartphones qui ont eu la peau des lecteurs MP3 et des PDA, mais rien n’y fait jusqu’à présent. Alors, pourquoi Apple et Google pourraient y arriver finalement ?

Nicolas Levé : Si les consoles ont effectivement remporté de grandes batailles contre des concurrents parfois féroces, c’est parce qu’elles ont eu de bons arguments aux bons moments. Leur simplicité d’utilisation par rapport à celle des PC en est certainement une des illustrations les plus frappantes.

La vraie question est donc : est-ce que les consoles auront toujours des arguments suffisamment forts à faire valoir par rapport aux produits d’Apple et de Google ? Jusqu’à présent cela a été le cas, notamment grâce à une puissance de calcul supérieure et à des contrôles de meilleure qualité via les manettes.

Néanmoins, nous ne pouvons que constater que d’un côté l’écart de puissance, et donc de qualité technique des jeux entre les deux supports, diminue, et d’un autre côté que le problème des contrôles sur écran tactile pourrait être corrigé en utilisant une manette de jeux classique. La mort des consoles au profit des mobiles est une option envisageable.

Admettons que les consoles finissent par ne plus avoir d’arguments forts par rapport aux mobiles, cela ne signifie pas non plus que les mobiles auront des arguments à faire valoir face aux consoles.

Vous avez absolument raison, sauf que la console est le produit outsider, c’est donc à elle de faire ses preuves par rapport aux mobiles. La question de ce que vous devez choisir entre une console et un mobile ne se posera certainement jamais car vous aurez de toute façon besoin d’un mobile quoi qu’il en soit pour d’autres activités. La seule question qui se posera sera : est-ce que cela vaut le coup que j’achète une console sachant que j’ai un smartphone ?

En matière d’écosystème, que pensez-vous justement de la stratégie mobile de Nintendo qui se sert en quelque sorte de ses apps iOS et Android pour recruter des clients consoles ?

Nintendo utilise en effet le mobile pour recruter des clients console. La société japonaise crée des versions diminuées de ses jeux phares qui ne les remplacent pas, mais donnent plutôt envie de jouer aux versions « plus avancées », qui restent évidemment exclusives aux consoles.

Il faut reconnaitre à Nintendo que transposer certaines de leurs licences sur mobile sans que cela ne vienne concurrencer leurs jeux console est un succès en soi, d’autant que cet aspect revêt une importance stratégique capitale.

Sur des aspects plus secondaires, nous pourrions en revanche être plus critiques. En matière d’écosystème à proprement parler, les versions mobiles n’ont pas d’incidences dans le sens où elles n’apportent pas de valeur aux jeux consoles comme le ferait une companion app. Elles sont donc davantage à considérer comme une action marketing.

Comme c’est très bien expliqué dans le livre, le marché des consoles est assez simple à appréhender : d’un côté Nintendo qui joue sur ses points forts (pour aller vite) et de l’autre côté Microsoft et Sony qui sont sur des positionnements assez proches. Lequel selon vous est capable de mieux résister aux écosystèmes d’Apple et de Google ?

Le camp qui sera le plus à même de résister est celui qui sera le moins attaqué. S’ils décident d’investir davantage le marché du jeu vidéo, Apple et Google devront positionner leur offre, c’est-à-dire qu’ils devront avoir au moins un angle d’attaque, un argument de vente, comme de la puissance technologique, des innovations de gameplay ou des licences exclusives.

Dans le cas où ils choisiraient par exemple de mettre en avant une puissance technologique, alors ils attaqueraient directement Sony et Microsoft sur leur terrain. Nintendo resterait alors relativement hors du combat puisque l’entreprise serait sur un terrain différent, et aurait donc moins besoin de résister.

Mais l’inverse est aussi envisageable : Apple et Google pourraient avoir des difficultés à proposer des produits mobiles capables de rivaliser avec des consoles de salon et pourraient donc se concentrer sur les joueurs plus casuals, en proposant des expériences plus proches de celles de Nintendo.

Dans ce dernier cas, Nintendo pourrait toujours faire valoir ses licences exclusives (Mario, Zelda, Pokémon, Animal Crossing…) ultra populaires.

À défaut d’être rayées de la carte, les consoles n’ont-elles pas entamé un long déclin ? Certes, elles continuent d’exister, même à bien se vendre, mais si l’on met Nintendo de côté, est-ce que le champ de l’innovation et de l’expérimentation n’a-t-il pas déjà changé de camp ? L’un des derniers phénomènes dans le monde du jeu vidéo reste Pokemon GO, un titre disponible uniquement sur smartphone.

La problématique de la pérennité des consoles est très complexe parce qu’il est impossible de prédire le futur de ce marché. Nous n’avons par exemple aucune idée de ce à quoi ressembleront les prochaines consoles.

Ce que nous savons pour l’instant, c’est que les consoles continuent à se vendre correctement comme en témoignent le récent succès de la Nintendo Switch, dont les ventes ont déjà dépassé celles de la Wii U, ou les chiffres de la PlayStation 4, relativement proches de ceux de sa prédécesseure, alors que son cycle de vie n’est pas terminé.

Nous pouvons expliquer cela par le fait que ces dernières offrent des expériences plus profondes que les mobiles notamment grâce à des contrôles plus précis et plus complets, et à une puissance de calcul offrant plus de possibilités. À partir de là, on peut émettre l’hypothèse que si les mobiles prennent l’avantage du point de vue de l’innovation, alors ils s’amélioreront jusqu’à ce que la valeur ajoutée des consoles disparaisse.

On pourrait constater le manque de nouveautés du côté des consoles ces dernières années, mais cela serait oublier qu’elles innovent de manière non continue et qu’il est nécessaire de considérer des cycles entiers. Il faut donc attendre les présentations des prochaines PlayStation et Xbox afin de voir si elles seront à la hauteur.

Ne donnons pas les mobiles gagnants trop tôt. Même s’ils sont un champ d’expérimentation, peu d’innovations réelles se créent et moins encore remettent le modèle des consoles en question. Pour reprendre l’exemple de Pokémon GO, le phénomène a été certes mondial, mais il s’est rapidement essoufflé.

Du point de vue de l’innovation, le constat est également en demi-teinte puisque le jeu met en valeur la réalité augmentée et la géolocalisation, deux innovations ayant montré qu’elles pouvaient avoir un intérêt certain, sans pour autant avoir changé la face du jeu vidéo pour l’instant.

Sur le plan de l’innovation, les fabricants de consoles ne sont-ils pas en train de s’adapter ? L’innovation n’est-elle pas un peu plus linéaire dans le domaine des consoles avec par exemple l’arrivée du casque de réalité virtuelle PSVR sur PS4, l’évolution hardware avec la PS4 Pro et la Xbox One X ou encore Nintendo Labo pour Switch ?

En effet, et j’ajouterais même que certaines de ces initiatives mettent un terme à la non-continuité de l’écosystème entre deux générations. Avec la PS4 et la PS4 Pro, les jeux PS4 sont 100 % lisibles par la PS4 Pro et ceux optimisés pour la PS4 Pro sont quand même lisibles dans des versions légèrement diminuées sur PS4. En ce sens, il n’y a pas eu de rupture brutale entre les deux modèles.

Ceci étant, il est trop tôt pour dire si ces innovations en cours de génération marquent un réel changement de stratégie en vue de faire disparaitre le principe de générations (qui ne sera d’ailleurs pas facile) ou si elles ne viennent que ponctuer la génération en cours, comme l’ont fait les motions controller ou le Kinect, en attendant l’arrivée d’une nouvelle génération compatible uniquement avec de nouveaux jeux exclusifs. Aujourd’hui, la PS4 Pro reste une PS4 de la même manière qu’une Xbox One X reste une Xbox One, comme les marques l’indiquent.

Quant au Nintendo Labo, il est à considérer différemment dans cette problématique. Si intéressant soit-il, cela n’est « qu’un » accessoire, peut-être comme l’était la Wii Balance Board qui, bien qu’ayant connue de beaux moments, est finalement tombée en désuétude.

On pourrait faire un parallèle avec les tablettes et les smartphones. Les premières ne parviennent pas à tuer le PC, principalement à cause de leur absence de clavier, les seconds souffrent de l’absence de manettes. Malgré toutes les avancées technologiques, on imagine mal, à tort peut-être, les gens se passer totalement de ces objets physiques. On ajoutera au passage que c’est également le gros défaut de l’Apple TV. Alors, que faire ? Et est-ce qu’il y a selon vous une réelle volonté d’Apple et de Google de plier ce marché ?

L’absence de contrôleurs physiques est effectivement l’un des freins les plus importants pour les mobiles. En fait c’est à moitié vrai car des manettes compatibles avec les mobiles existent, néanmoins la liste de jeux compatibles est si limitée et les utilisateurs si peu au courant que l’on ne peut pas réellement considérer que le sujet soit réglé. Pour que ce soit le cas, il faudrait du bon vouloir de la part d’Apple ou de Google ainsi que la volonté d’une grande entreprise de régler ce problème.

Le bon vouloir d’Apple ou Google peut sembler étrange si l’on avance qu’une autre grande entreprise pourrait décider de régler le problème elle-même. Néanmoins, cet élément sera bien indispensable car en tant que leaders des écosystèmes, ce sont eux qui décident des règles s’y appliquant. Aujourd’hui, même si les joueurs se disaient prêts à utiliser largement des manettes, que les créateurs de jeux avaient la volonté d’implémenter ces types de contrôles dans leurs créations et qu’un constructeur de périphériques fabriquait les manettes, les règles mises en place par Apple et par Google seraient défavorables à leur adoption.

Par exemple, une règle de validation d’un jeu iOS est qu’il soit jouable dans de bonnes conditions avec l’écran tactile, or certains types de jeux ne le seront jamais vraiment. Paradoxalement, les types de jeux qui sont donc acceptés et qui pourraient être joués avec une manette sont ceux qui en ont le moins besoin. Cela est encore plus absurde sur l’Apple TV où les jeux publiés doivent pouvoir être jouables avec la très limitée Siri Remote. D’autres éléments contrôlés par Apple et Google devraient également être mis en place comme une signalétique des compatibilités avec les manettes dans les marchés d’applications.

Le second élément indispensable au développement des manettes sur mobiles serait une entreprise déjà installée et désireuse de régler le problème. Différents scénarios sont imaginables. L’un d’eux est qu’Apple et Google pourraient décider de produire leur propre périphérique afin de renforcer leur écosystème et prendre l’avantage l’un sur l’autre. Une autre solution serait qu’une autre entreprise voit une opportunité à créer une manette. Microsoft ou Sony par exemple pourraient accélérer leur virage vers les services et créer une application permettant d’accéder aux jeux de leur catalogue et d’y jouer avec une manette. Cela pourrait ainsi ressembler à un Netflix du jeu vidéo.

De manière plus terre à terre, il pourrait y avoir la volonté d’Apple et de Google à investir davantage ce marché, parce que c’est assez évident. Passons rapidement sur le fait que le jeu vidéo représente bien une opportunité tant sur le plan financier que sur le plan concurrentiel. Ceci étant dit, et malgré son importance, le marché du jeu vidéo gamer, celui pour qui l’utilisation d’une manette a de l’importance, n’est pas aussi mainstream que d’autres marchés comme celui de la musique par exemple.

Ainsi, bien que ce soit un marché intéressant, il n’est peut-être pas prioritaire stratégiquement. Malgré tout, certains indices peuvent nous laisser penser qu’Apple et Google ont un intérêt pour ce marché. De la part d’Apple, je pense notamment à la mise en avant prononcée des jeux dans le nouvel App Store [ndlr : depuis cet entretien, une rumeur de service de cloud gaming en préparation par Google est apparue].

Quelles sont les technologies selon vous qui sont les plus à même de redistribuer les cartes ? Le streaming combiné à la 5G ? L’avènement de la réalité augmentée et/ou de la VR ?

Toutes les technologies que vous citez ont effectivement le potentiel de bousculer le statu quo. Le streaming pourrait jouer aussi bien en faveur des mobiles que des constructeurs traditionnels de consoles. Le streaming fait disparaitre un argument très important des consoles : la puissance de calcul. Ainsi, les mobiles auraient les ressources pour proposer des expériences similaires du point de vue de la puissance.

D’un autre côté, Sony et Microsoft sont bien placés pour profiter de cette technologie : ils se tournent déjà de plus en plus vers les services et le dématérialisé, cela est compatible avec leurs compétences fondamentales et ils pourraient profiter de la puissance de leur marque, de leur catalogue, etc.

L’AR et la VR ont aussi le potentiel pour changer les choses, et cela pour tous les acteurs également. Ces technologies peuvent bénéficier aux consoles dans le sens où elles sont extrêmement gourmandes en puissance. Ainsi l’écart avec les mobiles pourrait être re-creusé temporairement.

D’un autre côté, la puissance a bien entendu un coût et cela pourrait jouer en faveur des mobiles : acheter une console et un casque de VR pourrait être un investissement trop important pour beaucoup, d’autant plus si les mobiles proposent une alternative dans laquelle le smartphone sert d’écran, et réduit ainsi les coûts.

Autour de 2010, John Carmack, le créateur de Doom, a beaucoup disserté sur la capacité des smartphones et des tablettes à remplacer la console de jeu. A l’époque, il était question de puissance, de moyens d’interaction, mais également de budget. Il disait qu’il ne serait pas surpris si un jeu pour iPhone avec un budget de 1 million de dollars était en cours d’élaboration. Cela peut faire sourire aujourd’hui, mais justement question budget et titre, est-ce que ce n’est pas encore cela qui manque aux smartphones ?

Est-ce que cela manque ? Oui. Est-ce que cela bloque ? Je ne crois pas. Bien entendu les mobiles n’ont pas de blockbusters aussi importants et réguliers que les consoles avec Call of Duty, FIFA ou GTA, entre autres.

Néanmoins, la question ne se pose pas en ces termes puisque justement les mobiles n’ont pas résolu leurs problèmes. Ainsi, la création de titres plus ambitieux reste compliquée au-delà des budgets car certaines autres conditions ne sont pas réunies. Mon avis personnel est que les budgets ne sont pas limitants : si les conditions étaient réunies, les budgets pourraient augmenter.


avatar IceWizard | 

@pommedor
"Les "simples" amateurs tirent le niveau vers le bas. Ca fera comme dans les années 80, une miriade de jeu pourri et sans intérêts pour un public qui l'est tout autant."

Ouais, la notion de jeu grand public est une aberration. Seuls les hommes, les vrais, savent ce qu'est vraiment un jeu vidéo. D'ailleurs, on devrais interdire les jeux d'aventures, les puzzles, les jeux de sociétés, les jeux de cartes, les jeux de stratégies, les jeux pour mauviettes et les jeux pour filles (des filles faire du jeu vidéo .. m'enfin elles n'ont pas le cerveau pour ça) parce que seuls les FPS et les RTS sont de vrais jeux, où l'élite de l'humanité peut démontrer sa compétence à tirer des boules de plasma avec un gros fusil, assisté par une bimbo virtuelle à très forte poitrine.. Ça c'est la vraie vie .. Le vrai gamer est un roi parmi les hommes, un seigneur au milieu d'un monde d'idiots.

avatar Ourson | 

@IceWizard

Absolument, quand certains vont jusqu’à dire que les jeux vidéo c’est pour s’amuser je vomis ?

???

avatar pat3 | 

@Ourson

"Les exigences ne sont pas les mêmes pour tous et le monde du jeux vidéo ne se résume certainement pas à la communauté des hardcore gamers qui ne constituent pas forcément la plus grosse part du gâteau"

Entièrement d’accord ; le public des consoles (tendant vers le hard core gamer) et celui des smartphones (majoritairement casual gamer) se croisent, mais ne se recoupent pas. Si Apple ou Google décident d’attaquer ce marché, ce sera par les services: achats de catalogue, production d’exclusivité, le tout en streaming et calcul deporté, via leurs boutiques.

avatar Horfilas | 

Apple et Google veulent-ils réellement dominer le marché du jeu vidéo ?

Personnellement je ne joue quasiment plus sur mobile tellement l’expérience est mauvaise et frustrante. La puissance de calcul des devices ça suffit pas à faire de bons jeux. Le plus gros problème reste la qualité des contrôles. En dehors des jeux de cartes, réflexions, point and click et autres expériences narratives, c’est très imprécis.

Alors oui il y a des manettes, mais elles ne sont pas compatibles avec tout les jeux et devoir s’en trimballer une en plus de son smartphone, c’est rédhibitoire.

Sans compter que les boutiques d’apps sont remplies de « jeux » gratuits (avec achats intégrés). Pour la majorité des développeurs le but n’est visiblement pas de faire dans la qualité, mais uniquement dans le rentable en mettant en place des mécanismes d’addiction pour pousser les joueurs à dépenser de l’argent régulièrement sur des trucs totalement stupides.

Le streaming sur mobile, comme sur console, ce sera intéressant lorsque la majorité de la population aura accès minimum à la fibre.

Enfin ce n’est pas parce que tout le monde a un mobile que les ventes de consoles vont décliner. C’est comme le PC, tout le monde en a un, pourtant les consoles se vendent encore très bien.

Bref, ce n’est pas demain la veille que les smartphones s’imposeront sérieusement dans le paysage vidéoludique. Pour le moment, c’est juste un passe temps pour « joueurs » casuals peu exigeants.

avatar daxr1der | 

@Horfilas

C’est exactement ca, avant sur iphone j’achetais des jeux, mais depuis les jeux gratuits avec les achats intégrés ca m’a dégouté, j’achète plus un jeu. C’est devenu vraiment nul.

avatar pat3 | 

@Horfilas

"Bref, ce n’est pas demain la veille que les smartphones s’imposeront sérieusement dans le paysage vidéoludique. Pour le moment, c’est juste un passe temps pour « joueurs » casuals peu exigeants."

En termes de marché, ils se sont déjà imposés, il me semble. Le marché du hardcore gamer est une niche: grosse niche, mais niche quand même.

Et l’achat du smartphone n’est pas motivé par le jeu (ce que les gamers n’arrivent pas à comprendre); le jeu n’est qu’un argument secondaire, parmi d’autres applications. Apple ou Google perdraient beaucoup plus de clients à supprimer les apps de réseaux sociaux qu’à supprimer les jeux. Si le casual game marché autant sur portable, c’est justement parce que ce n’est que ça pour l’utilisateur : un passe temps occasionnel.

avatar youpla77 | 

Sur une console on peut acheter des jeux d’occasion... On n’est pas obligé d’acheter un jeu 60 euros...

Une Xbox one achetée il y a 4 ans n’est pas obsolète. Un iPhone 6 acheté il y a 4 ans est obsolète pour des jeux AAA.

Le jour où il y aura un jeu comme red dead redemption 2 sur l’Apple tv, je réviserai peut être mon jugement mais pour l’instant je garde ma console (et mon iPhone 6s pour les jeux dans le métro)...

avatar lecureuil | 

Pourquoi voudrait on qu’Apple domine absolument plusieurs marchés

Je trouve que la suprématie d’Apple est déjà assez forte pour imposer des conditions notamment tarifaires aux clients pour qu’en plus Apple ait envie de dominer dans la musique, la vidéo, les JV...

Moi je dis non ?

avatar Wolf | 

Pour avoir à la fois la Nintendo Switch et la PS4, je suis plus proche de l'approche de Ni tendu que de celle de Sony. Rien que les applications compagnons de Nintendo sont un modèle du genre. Le contrôle parental via l'application idoine est 1000 fois supérieur de par sa simplicité à celle de Sony qui se rapproche plus d'un bordel sans noms qu'autre chose

avatar toto_tutute | 

Je trouve cette (loooongue) interview tellement 2010 lorsqu'on s'imaginait qu'Apple allait tuer les consoles à papa. La vérité, c'est ce que ce sont deux segments distincts du jeu vidéo. D'un côté, le jeu tactile essentiellement "free-to-play", de l'autre, des jeux classiques compatibles manettes. On pourrait également ajouter un troisième segment avec les jeux clavier + souris (esport, stratégie...). Bien sur, des rapprochements peuvent s'opérer avec du clavier+souris sur console (rare), du tactile sur console (Switch), du boutons traditionnels sur mobiles (peu pratique) mais enfin, on est très loin de l'ergonomie proposée lorsqu'il s'agit d'un appareil pensé pour un type de segment.

Sinon, plus prosaïquement, Apple se fiche du jeu vidéo traditionnel. Le jeu mobile type Clash Of Clans rapporte tellement qu'il n'a aucune raison d'aller vers un jeu vidéo à la manette à l'audience beaucoup plus restreinte.

Éventuellement le cloud gaming peut-il rabattre les cartes d'ici 5/10 ans mais là encore, Sony, MS et pourquoi pas Google semblent largement mieux armés (et motivés) que la firme à la Pomme.

avatar IceWizard | 

@toto_tutute
"Sinon, plus prosaïquement, Apple se fiche du jeu vidéo traditionnel. Le jeu mobile type Clash Of Clans rapporte tellement qu'il n'a aucune raison d'aller vers un jeu vidéo à la manette à l'audience beaucoup plus restreinte."

Drôle de vision .. Apple fournit une plate-forme aux éditeurs qui en font ce qu'ils veulent. L'éditeur de Clash Of Clans n'a rien a voir avec Cupertino. De même que Tim Cook n'a aucun lien avec les fps, mmorpg et jeux de bagnoles de Gameloft.

avatar debione | 

C'est peut-être justement ce qui manque pour des partenariat?

avatar dtb06 | 

Vous parlez des consoles et mobiles, mais ce qui n'est pas dit non plus c'est aussi le marché en progression des PC "gaming".

Maintenant chaque marque a sa gamme pour les joueurs (Alienware chez Dell par exemple), et il y a une palanquée de marques qui fournissent des périphériques, du fauteuil au casque.
Il y a des chaines TV spécialisées, des compétitions d'esport...
Je pense que c'est tout le marché du jeu qui grandit, tout simplement parce que la plupart des gens jouent maintenant aux jeux vidéo.

avatar Horfilas | 

@dtb06

« La plupart des gens jouent maintenant aux jeux vidéo. »

Ah bon ? Dans mon entourage très peu de gens s’adonnent à cette activité. A part ça je n’ai pas de sources ni de chiffres, mais ton affirmation m’étonne beaucoup. À moins de compter les personnes, qui pour passer le temps, lancent Candy Crush sur leur mobile. Mais ce public là ne passe pas des dizaines d’heures par semaine sur un titre PC/Consoles.

avatar rikki finefleur | 

Aujourd’hui de plus en plus de jeu font entre 50 et 80 go sur les PC. Donc les tablettes n'ont aucune chance.
D'autre part cela reste inconfortable de lire, voir sur tablette contrairement a un écran en face de toi.

Les jeux sur mobile restent pour leur très grande majorité des jeux de salle d’attente, on y joue de 10 a 15 mn de suite rarement plus , contrairement a des jeux sur console ou ordi..

avatar Mamdadou | 

Il y a aussi quelque-chose que peut de gens on évoquer, à savoir les exclusivités. Savoir à quelle jeu on pourra jouer c'est LE facteur décisif pour le choix de la console. Aujourd'hui Sony,Microsoft et Nintendo ont leur propre éditeurs avec leurs licences fortes ce qui permet de créer une vrai fidélité. Sur Android et iOS mis à part SuperCell (et encore) très peu d'editeurs vont se consacrer aux mobiles ou à l'Apple TV pour se constituer une clientèle fidèle et solide. Et surtout, très peu de gens sont près à débourser 50€ ou plus pour un jeu avec lequel on est loin d'avoir les graphismes que l'on peut avoir sur PC ou consoles.

avatar bugman | 

Ce s'il manque à Apple dans le domaine ?
L'envie, l'expérience, une communauté, la puissance (Hmmm... Si, quand même) et la culture, je pense.

avatar shaba | 

@bugman

Apple ne manque ni de communauté ni de puissance selon moi mais tout le reste est exact en effet.

avatar bugman | 

@shaba

Je m'explique. Par communauté : peu d'acheteurs vont choisir aujourd'hui du Apple si ils se basent uniquement sur le jeu (AAA) dans leurs choix. Par puissance : là où les derniers processeurs mettent certainement une claque à n'importe quelle DS, l'architecture des machines n'est pas spécialement conçu pour. Pas mal de jeux demandant aussi pas mal de quantité de stockage (ce qui n'est pas spécialement le fort de la famille de produits iOS). Sur Mac, que Métal attire autant les devs que DirectX, que la pomme pousse ses choix sur de la puissance GPU. Ce n'ai qu'un avis.

avatar shaba | 

@bugman

Ah pour la puissance j’avais compris celle de la marque, pas celle hardware. Donc là ça peut se défendre oui ! Et en effet, la communauté n’est pas fondée autour du jeu vidéo mais ça pourrait se développer avec un peu d’ambition.

avatar bugman | 

@shaba

Oui, et pourquoi pas le streaming (comme dit si et là) en effet.

avatar alfatech | 

 en a strictement rien à faire du jeu vidéo et c'est très bien comme ça. Chacun son domaine.

avatar Ourson | 

@alfatech

Pas d’accord. Apple a une boutique de musique en ligne, pourtant il se sont lancer dans le streaming audio. Apple a une boutique de vidéo en ligne, pourtant il semblerait qu’il vise le streaming vidéo. Apple a une boutique de jeux vidéo pour smartphone tablette et mac, je ne vois pas ce qui l’empêcherait de tenter le streaming de jeux vidéo.

Pour chacun de ces secteurs la concurrence est déjà très bien installée et rien ne pourrait empêcher Apple d’avoir l’ambition de servir de caillou dans leur chaussure, d’une part par ce qu’il a les moyens financiers d’essayer voir d’échouer, d’autre part par ce que les retombées pécuniaires pour être bien juteuses, sans parler de la fidélisation de ses clients !

avatar debione | 

Il suffit de jouer une fois sur smartphone ou tablette et une fois sur console via TV pour se rendre compte que l'on ne parle pas de la même chose...

D'un côté on a console de salon ou PC, de l'autre appareils mobiles et consoles portables... Une heure de jeu intensif est incroyablement usant sur iOS, alors que c'est la mise en jambe sur pc ou console...

Pas le même public, pas les mêmes attentes.

avatar IceWizard | 

Quelques chiffres pour fixer des ordres de grandeur :
- Apple a reversé 26,5 milliards de $ aux développeurs pour l'année 2017 (en 2016 c'était "juste" 20 milliards)
- 60 du chiffre d'affaire de l'AppStore provient du jeu vidéo, ce qui représente 15,9 milliards.

L'industrie du jeu vidéo aux USA a eu un chiffre d'affaire de 36 milliards de $ pour 2017 (je n'ai pas le chiffre mondial).

Apple a déja une place centrale dans l'industrie des jeux, même s'il ne s'agit que des jeux grand publics. Et non des jeux AAA.

Plus d'informations sur le site de l'afjv (association française du jeu vidéo) :
https://www.afjv.com/index.php

Une petite remarque pour les gens proclamant la supériorité des jeux AAA sur Pc, préparez-vous à de sérieuses déconvenues dans les années à venir. Avec un taux de piratage atteignant les 97% (?), l'ère des jeux classiques sur PC est sur le point de connaître le destin des dinosaures. L'avenir des AAA c'est certainement le full streaming ou une version allégée, avec le rendu graphique sur l'ordinateur hôte et toute la gestion du jeu déporté sur un serveur distant. Pour les éditeurs, le Cloud Gaming est avant tout une arme anti-piratage.

avatar shaba | 

@IceWizard

97% de piratage ?? Ça paraît dingue ! Tu l’as trouvé où ce chiffre ?

avatar IceWizard | 

@shaba
"97% de piratage ?? Ça paraît dingue ! Tu l’as trouvé où ce chiffre ?"

Ce chiffre a été donné par un développeur d'UBI Soft donnant une conférence lors d'un MicroSoft techDay il y a quelques années (j'y étais). Il a ensuite expliqué que sans les jeux consoles, son équipe serait au chômage.

Moi aussi j'ai trouvé ça dingue, quand il a annoncé un taux de piratage aussi élevé ..

avatar rolmeyer | 

@IceWizard

Le taux de piratage ne me parait pas dingue, ayant un enfant collégien jouant sur console, l’UNIQUE raison de jeu sur pc de ses camarades vs console EST le piratage. Quand c’est pas carrément les parents qui incitent.

avatar Ghaleon111 | 

C’est faux, c’est une minorité de personne et il y en a aussi beaucoup qui crack et qui achètent, de plus les jeux deviennent pour beaucoup extrêmement difficile à pirater car beaucoup d’editeurs font appel à denuvo et pour craquer la 5eme version, il faut entre 6 mois et plus d’un an sans compter que beaucoup de versions pirates n’ont pas les maj quasi indispensable.

avatar McDO | 

@IceWizard

Jamais autant de jeux n'est sorti sur PC actuellement depuis sa création. 100% des AAA multiplateforme (oui, 100%) sortent sur PC, y compris les licences historiquement console comme la saga Tekken. Les comptes Steam sont en constantes progressions.

Crois moi que si les éditeurs vendaient leur portage PC à perte on aurait déjà remarqué.
Square Enix n'aurait pas bossé 1 an sur le portage PC de FFXV et le peaufiné un max si la plate-forme PC n'était pas rentable.

PC > all

avatar IceWizard | 

@McDo
"100% des AAA multiplateforme (oui, 100%) sortent sur PC, y compris les licences historiquement console comme la saga Tekken"

En effet, devant la baisse de la rentabilité des jeux les éditeurs concentrent leurs ressources sur quelques titres AAA dont la création et la promotion sont mutualités sur plusieurs plates-formes (consoles et PC) pour faire diminuer les coûts unitaires.

Je me souviens avoir vu passer un article l'an dernier, expliquant qu'UBI Soft et toutes les marques qu'elle possède sortaient environ 250 jeux par an il y a 5 ans, contre environ 80 à l'heure actuelle, un vrai carnage, dus à l'annulation de nombreux projets devenus peu ou pas rentables, pour se concentrer sur les AAA.

---------
"Crois moi que si les éditeurs vendaient leur portage PC à perte on aurait déjà remarqué.
Square Enix n'aurait pas bossé 1 an sur le portage PC de FFXV et le peaufiné un max si la plate-forme PC n'était pas rentable."

Oui oui.. Autant dire "Les producteurs de film américain sont tous dans une santé florissante. La preuve, regardez le succès du Seigneur des Anneaux et des Harry Potter".

--------
Je ne suis pas trop convaincu par le Cloud Game dans le futur proche, mais les jeux hybrides (interface et moteur de rendu 3D sur l'ordinateur et logique du jeu (IA) + scénario sur serveur, j'y crois vraiment.

D'ailleurs c'est le principe des MMORPG depuis bien longtemps. Mais il faudra attendre la généralisation de la fibre optique pour que cela soit utilisable sur des fps ou autres jeux nécessitant un temps de réaction très court de l'environnement.

avatar McDO | 

@IceWizard

Ca te trou le cul d'avouer que le PC est une plate-forme rentable ?
Des productions à la base prévu en exclusivité sur PS4 ont été portées en cours de route sur PC. Pas sur XBOX, pas sur Switch, pas sur DS, mais sur PC. Je pense notamment à Hellblade Senua's Sacrifice ou à Nier Automata, deux excellents jeux. Les studios ne sont pas idiots, s'ils ont décidé de mobiliser des ressources (surtout pour Hellblade, qui est un tout petit studio avec pas beaucoup de budget) pour le portage de leur licence initialement prévu sur PS4 uniquement, c'est qu'il y a des chiffres qui indiquent clairement la rentabilité de la plate-forme.
Je sais que ça te fais mal au fion d'avouer la supériorité du PC mais à un moment donné faut voir la vérité en face et de mettre sa rage puéril de côté :-/

avatar IceWizard | 

@Trollinet
"Je sais que ça te fais mal au fion d'avouer la supériorité du PC mais à un moment donné faut voir la vérité en face et de mettre sa rage puéril de côté :-/"

T'es cinglé ou t'es cinglé ? Quoi que le terme "rage puéril" représente bien l'essentiel de tes posts.

C'est marrant de voir comment t'as édité ton post qui était plus nettement plus incisif tout à l'heure sur la supériorité du PC. Sans parler des insultes qui ont disparus. Enfin bref, passons..

Si tu avait l'habitude de lire les topics parlant des jeux vidéo sur le forum, tu verrais que je ne cesse de dire que Apple a perdu la guerre des jeux vidéos dés la sortie du premier Mac. Et que dés que j'ai un peu de temps libre je compte acheter un Pc, juste pour remettre ma culture ludique à jour. Un mac pour travailler, un Pc pour jouer.. Mais bon, tu ne lis pas les topics, tu te contente de gueuler et d'insulter les gens.

Effectivement, j'ai écris dans ce topic qu'Apple est devenu un acteur majeur du jeu vidéo, mais DANS LE DOMAINE DU JEU MOBILE ! Et contrairement à toi, j'ai donné des chiffres..

Maintenant je vais sortir l'artillerie lourde pour parler de la "supériorité du PC" en matière de jeu.

Même si je ne travaille plus dans l'industrie du jeu vidéo depuis plus de 20 ans, j'ai quand même été l'un des premiers développeurs à travailler sur PC (486 et 640 Ko de mémoire) à UBI Soft. Et le seul a expliquer aux autres développeurs que l'arrivée des cartes VGA 320x320 en 256 couleurs allaient bouleverser la donne et écraser toutes les autres plates-formes. J'ai eu droit à quelques franches rigolades, quelques insultes même de la part des développeurs Amiga. Quelques années plus tard .. que des Pc partout sur toutes les tables !

Quand Microsoft a sorti DirectX 1.0, la plate-forme pour (ENFIN !) unifier la programmation des cartes graphiques (2D à l'époque) j'étais parmi les 100 personnes qu'ils ont invités à la présentation officielle, dans les locaux de Microsoft France.

Bon, je ne vais pas déballer mon CV, juste dire que je connais plutôt bien la partie technique sur la création des jeux vidéo. Et aussi les problèmes d'édition et de commercialisation parce que j'ai souvent discuté avec les commerciaux d'UBI Soft. J'aime bien comprendre les choses et connaître le dessous des cartes. Et j'avoue que j'avais plus ou moins l'intention de fonder un studio, avant de partir dans une direction complément différente pour des raisons personnelles (une belle connerie que je regrette tous les jours).

Si je me suis rendu à cette fameuse conférence au MicroSoft TechDay c'était pour son thème "Présentation des méthodes de travail d'UBI Soft". J'étais curieux de voir l'évolution des process de l'entreprise en 20 ans.

Alors, voir un mec qui doit avoir 22-23 ans me hurler à la figure que "ma rage puérile" m'empêche de comprendre la supériorité du PC sur le Mac me fait juste hausser les épaules. Si tu avais deux sous de bon sens tu dirais plutôt "IceWizard, un (très) ancien du jeu vidéo affirme comme moi (mais sans les insultes et avec des arguments) que le jeu sur Mac est une vaste blague".

Quand à tes délires sur le fait que le "Jeu Pc" soit rentable, cela n'a carrément aucun sens. LE "jeu PC" n'existe pas ! Il y a différents types de jeux sur Pc : sportifs, simulations, actions, wargames, rts, fps, etc.. Toute l'industrie a des problèmes, a part quelques licences ultra-populaires (très piratées aussi, mais on gagne toujours plus d'argent sur quelques millions de ventes que quelques centaines de milliers). Histoire de donner un ordre de grandeur, lors de la sortie d'Assassin's Screen PC, sur la période Mars/Avril/Juin 2008 au USA, il y a eu 40.000 ventes contre .. 700.000 téléchargements pirates sur Internet. Et c'était il y a 10 ans ..

Tu ne peux pas pointer du doigt quelques gagnants et dire "TOUT VAS BIEN". Oui, je sais, dans TON esprit seuls les AAA sont des vrais jeux vidéos, le reste n'étant que de la merde pour minettes et sous-doués. Tu as du hurler de joie devant les déclarations des gros éditeurs de concentrer leurs ressources sur les gros projets, en supprimant de nombreux autres projets.

Les projets sont tellement difficiles à rentabiliser (même en multi plate-forme pour mutualiser les coûts) que l'apparition d'une nouvelle licence est rare, car risqué. L'industrie du jeu vidéo vit dans le même marasme que le cinéma américain, des suites, encore des suites et toujours des suites.. Ou des remakes, comme la nouvelle version enrichie de Starcraft 1.

Quand à l'influence des seuils de rentabilité sur les jeux AAA, il y avait un nouvel opus d'Assassin's Creed tous les ans, jusqu'en 2016, où la sortie a été reporté en 2017 pour maximiser les ventes de la version précédente jugés trop faible. Pour info les frais de marketing représentent en moyenne 50% du BUDGET TOTAL D'UN JEU VIDEO.

Les jeux qui sortent maintenant ont été mis en chantier et budgétés il y a 3 ans en moyenne. Il y a un retard de quelques années entre l'état de l'industrie et les sorties commerciales. D'ailleurs UBI Soft viens d'annoncer que son planning pour 2019 ne comporteras que 4 jeux de classe AAA au lieu des 5 habituels.

A noter aussi que UBI compte développer massivement les micros-payements pour "transformer les jeux en service", fournissant des rentrées régulières pour pallier aux problèmes de financement classiques des jeux.

avatar exzi-by | 

Je joue aux jeux vidéo que depuis l’Atari 2600. J’ai une ps4 et une Switch. Le jeux mobile m’intéresse vraiment pas, je trouve ces jeux vraiment pas terrible et le tactile n’est pas fait pour du vrai gameplay.
Je pense que la futur Xbox et PlayStation seront les dernières consoles. Sachant que cycle d’une console est de environ 6 ans, d’ici là, beaucoup de personnes auront accès de des connexions internet avec des debit permettant du streaming comme la fibre et la 5G.

J’ai acheté en décembre la Nvidia Shield, j’ai testé le Gforce Now (un genre de Netflix dû jeux), et je suis assez impressionné par la qualité du service. Certes le catalogue de jeux est pas terrible mais par exemple le reboot de Tomb Raider est bien plus beau que sur la ps4 (en 1080p et 60 fps).

L’intérêt du streaming, est multiple. Toujours à niveau niveau hardware, les développeurs, n’auront plus à développer plusieurs version pour plusieurs hardwares. Plus de limitation technique. Pour les constructeurs, plus besoin de développer du hardware et avec un système d’abonnement c’est financièrement intéressant. Plus e pirate également pour eux.
Pour nous, plus besoin d’investir quand un pc ou console toutes les x années. Toujours des jeux au top techniquement et avoir l’accès à ces jeux sur multiple support (smart Tv, boîtier type Apple TV ou android et même couple smarrphone/tablette manette quand on est en mobilité)

avatar bugman | 

@exzi-by

"je trouve ces jeux vraiment pas terrible et le tactile n’est pas fait pour du vrai gameplay."

Ça dépend des jeux ! J'ai autant de plaisirs sur heartstone sur iOS, Mac ou PC. Après, un PUBG j'éviterais. ?

avatar debione | 

Et puis qui donnerait un mobile à son enfant ?

Malheureusement j'en connais plein... Regarde à la sortie des écoles si tu as un enfant, un iphone 6-7-8, S8 et autres sont légions dès 9-10 ans... Me rappelle de deux gamines de 10 ans qui parlait dans le bus en ces termes: "Ouais, mais mon iphone j'espère que je pourrai le changer car le nouveau sort avant mon anniversaire" Elle avais un 6 dans la main et parlait du 7...

avatar bugman | 

@ForzaDesmo

Apple devrait alors autant s’intéresser à la réalité virtuelle qu’à la réalité augmentée. Ça qui ne semble pas être le cas aujourd’hui.

avatar Ourson | 

@ForzaDesmo

Il me semble que Tim Cook a clairement dit qu’Apple miserait plutôt la réalité augmentée donc non

avatar toto_tutute | 

Après, tout est possible. Qui aurait cru il y a encore 1 an ou 2 qu'Apple irait dans la création de contenus hollywoodiens avec des séries et peut-être films, devenant potentiellement un HBO bis ?

Encore maintenant, malgré toutes les fuites, j'ai du mal à y croire...

Par contre, si Apple va dans le jeu vidéo, ça sera selon clairement par le biais du streaming, soit directement, soit via un tiers. Je n'imagine pas à un seul instant un appareil dédié (calcul local) et/ou des manettes conçues pour ses appareils.

avatar Alias | 

Oculus Go ...

avatar Ourson | 

@Alias

Ou pas, pas du tout même

avatar baptman31 | 

Je pense que rien que pour la durée des jeux, et le poids des jeux vidéos on ne peut déjà pas comparer les deux mondes, de plus le catalogue des consoles de salons est quand même bien fournis en gros jeux et exclusivité. Ceux qui ont déjà joué au jeux proposés sur mobiles ressemblant ou ayant le même titre que sur les console de salon sont bien souvent déçu de l’expérience dans tout ceux que je connais.

avatar jack atreides | 

Apple n'a rien a faire dans les jeux video.
C'est mon avis perso.

avatar PTT91 | 

Interview : qu'est-ce qui manque à Apple pour dominer le jeu vidéo ?

Un hardware CPU, GPU à la hauteur et non pas des m e r d e s d'entrée de gamme

Si Apple passe au processeur ARM pour les Mac en perdant la compatibilité avec les soft de retouche photo, de montage vidéo et l'Office, etc. je change de crèmerie.
Adios Appl€ ! Machin à fric qui se fiche des utilisateurs ces derniers temps
Batterie sous dimensionnée, obsolescence programmée, bridage de système et tout et tout

avatar Ourson | 

@PTT91

Alors commences par regarder les prix des PC pour t’en prendre un vite, Apple n’a nullement besoin de toi pour ses plans futurs qui risquent de lui rapporter gros encore quelques années. Pendant ce temps tu auras dépensé ton argent à perte sur un PC haut de gamme vieillissant alors que les développeurs se dirigeront petit à petit vers le Cloud Gaming.

Bonne route ?

avatar Ghaleon111 | 

Je ne savais pas que tout le monde pouvait avoir la fibre qui est indispensable pour le cloud gaming
Faut pas prendre des rêves pour des réalités

avatar daxr1der | 

@Ghaleon111

Pour le cloud gaming il faut minimum en download 30 mégas et l’upload je sais plus, le VDSL fera l’affaire et la fibre aussi mais pas l’adsl.

avatar Ghaleon111 | 

Shadow pc sans fibre c’est vraiment pas terrible par exemple.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR