Munich réfléchit à remettre Microsoft en selle après 10 ans de logiciels libres

Florian Innocente |

Depuis presque 10 ans, la municipalité de Munich a migré la majorité de ses postes informatiques de Windows vers des solutions libres. Aujourd’hui, un rapport pose la question de revoir cette politique et de donner aux utilisateurs le choix de revenir sur Windows.

L’Hotel de Ville de Munich

20 000 postes environ tournent aujourd’hui sur “LiMux”, une version adaptée d’Ubuntu — Munich a dû financer des développements de module lorsque c’était nécessaire — et la suite office a été troquée par son équivalent OpenOffice puis LibreOffice. Un peu plus de 4 000 postes sont sur Windows, notamment pour des raisons de compatibilité avec les applications utilisées.

Un programme de modernisation des équipements en place, avec un investissement de 18,4 millions de dollars sur quatre ans, suggère de laisser les utilisateurs qui le souhaitent passer sur Windows et Microsoft Office, explique TechRepublic.

Le gros des personnels est satisfait de l’environnement existant, mais certains services, comme celui des ressources humaines de la ville, est particulièrement sévère dans son bilan. Il y est fait état de mécontentements des utilisateurs qui persistent encore aujourd’hui, de problèmes de lecture de fichiers PDF, d’impression, de plantages, d’une productivité moins bonne. Le tout sur fond d’une dépendance de la ville pour des solutions de SAP et Oracle qui, de toute façon, fonctionnent mieux ou seulement avec Windows.

Une partie de ces problèmes est aussi la conséquence d’un parc hétérogène et ancien, que ce soit sur le matériel ou le logiciel. La version d’Ubuntu utilisée (12.04) a quatre générations de retard, quant à Windows c’est la version 7 qui domine à 77%, le reste étant un agrégat de XP, Vista et 2000.

Certains, comme la Free Software Foundation Europe regrettent que ce rapport de 450 pages ait été rédigé avec l’assistance du cabinet Accenture, avec qui Microsoft est en affaire. Les Verts, au sein du conseil municipal défendent, le maintien des solutions libres, arguant qu’aucun système n’est exempt de défauts et qu’il s’agit d’abord de problèmes d’adaptations après une longue habitude de Windows.

Ces difficultés recensées dans ce rapport mettent en exergue la nécessité d’employer des logiciels détachés de toute dépendance à une plateforme en particulier. De recourir par exemple le plus possible à des solutions fonctionnant au sein de navigateurs web. Cependant, aucune décision ne sera prise dans l’immédiat, le sujet étant particulièrement complexe.


avatar Moonwalker | 

Tous les points de vue se défendent. Laisser le choix aux utilisateurs, n'est-ce pas la vraie liberté ?

Mais quand je lis les problèmes évoqués – impression, PDF, compatibilité avec les autres outils informatiques utilisés – cela trahi que la bascule vers GNU-Linux a été plus une opération politique que technique, ce qui n'est jamais une bonne chose.

avatar awk | 

@Moonwalker

Laisser le choix aux utilisateurs ? ?

avatar Moonwalker | 

Dans la mesure du possible. Demander c'est déjà s'enquérir de leurs besoins réels. On sort du purement idéologique.

When employees at Munich were surveyed last year, 85 percent said software problems interfered with their work at least once per month, with 55 percent blaming hardware problems.

http://www.techrepublic.com/article/after-three-years-of-linux-munich-reveals-draft-of-crunch-report-that-could-decide-its-open-source/

Quand tu lis l'ensemble des problèmes rencontrés par les personnels de la ville de Munich, tu peux te dire qu'on a tenu aucun compte de la réalité de leur travail.

avatar awk | 

@Moonwalker

Ok, je n'avais pas interprété ton propos ainsi ?

avatar RyDroid | 

Le but de l'État n'est pas d'être un simple gestionnaire. Être souverain est important pour un État, or si on utilise des logiciels que l'on ne contrôle pas, c'est mal parti. Il s'agit aussi de savoir comment l'argent du public est utilisé (contributions au bien commun ? emplois su place ? etc).

avatar ever1 | 

absolument, c'est bien pour ça que je pense que c'est une grosse erreur d'aller sur des systèmes fermés étrangers. Cf le contrat de la défense avec Microsoft (cash investigation) et les belles histoires des programmes de la NSA.

avatar rikki finefleur | 

RyDroid
Bien d'accord, mais à part linux être souverain ? comment faire ?
Et ne parlons même pas de la téléphonie..

avatar Emile Schwarz | 

Je viens de lire (rapidemment) l'article en anglais.

Les choses ne sont pas telles que commentées ici. IMHO, il faudrait avoir réalisé l’audit pour donner un point de vue éclairé.

On ne sait pas quelles sonts les modification apportées à Ubuntu (LiMux comme ils disent) et si ces modifications ont fini dans Ubuntu (le tronc commun) ou pas.
On ne sait pas le niveau de formation donné aux utilisateurs (quel que soit leur OS d’origina: Mac ou Windows).
Quel a été le niveau de formation (sur Linux on fait çà comme ceci…) ?
Seule la compatibilité des données est importante (sauf si des fonctions n’existent pas dans les logiciels utilisés).
La ville de Munich a investi (dans Linux / LiMux). Et dans le matériel, qu’a-t-elle fait ? Si le matériel date de DOS 3.3…
Et pire: la réaction humaine: combien d’utilisateurs fainéants, réfractaires aux changements, opportunistes (je ne sais pas faire…) ?
Il y a aussi lesadaptatifs en série: donnons leur un logiciel et en un rien de temps ils expliqueront à leurs camarades de travail comment s’en servir !

etc.

Si je continue, je vais finir comme les spécialiste télé qui vous parlent de mémoire cache qui contient des données (et qui n’ont pas été effacées lorsque l’ordinateur a été éteint…).

Comme disait Coluche: quand on en sait si peu, on la ferme. C’est ce que je fais mainte…

avatar vince29 | 

Donc ils maintiennent 3 versions de Limux + windows 7 + windows Xp + Windows 2000.
Ils ont passé des marchés et acheté du matos (pas précisé lequel) qui était mal supporté par la version LTS de ubuntu.
Il y a 22 services informatiques sur 50 sites

Qu'est-ce qui pouvait mal tourner ?

avatar Mike Mac | 

Les vrais communistes, ils tournent sous Leninux !

Et sous processeur Elbrus*

*Vrai processeur russe dont le nom emprunte au Mont Elbrouss, le toit de l'Europe et sources de légendes. Prométhée enchaîné au rocher, Jason et la toison d'or...

avatar harisson | 

Tant qu'ils y réfléchissent, ça va...Si Apple et Google pouvaient s'occuper du reste, ça serait mieux ^_^

avatar marc_os | 

Euh.... pourquoi parler en dollars ?
Le brexit aurait-il touché l'Allemagne elle aussi ?
Elle ne serait plus dans la zone Euro ?

avatar tbr | 

C'est pas une généralité mais je peux citer le cas de la ville* pour laquelle je travaille. Quasiment tout le parc informatique est acquis à la cause du PC (sous Windows) et, sur mon poste — puisque je fais beaucoup de graphisme —, il y a les trois ou quatre applis "open" machin-chose (tout catégorie confondue)

... Et la suite Office, la suite Adobe, la suite...

Oui, on veut la suite !

Devinez ce que j'utilise.

Gagné ! Adobe / Office (encore que, ça dépend). Parce que j'ai pas envie de me faire ch*** à tout devoir réapprendre quand je crée un truc et que je m'en fous de savoir qu'un truc mieux (?) existe, c'est ça que j'utilise tous les jours et surtout parce que mon interlocuteur (imprimeur) ne me prendra pas pour un martien avec mes fichiers incompatibles.

Bref, un soupçon de "libre" mais c'est juste pour l'excuse.

— "et maintenant, gamin Linux, du balai ! Va jouer ailleurs. On bosse ici" (que ça pourrait être). On rigole pas.

Au boulot, j'amène mon MBP et je bosse dessus (Adobe aussi)

* Ah, je ne vous ai pas dit pour la ville : 60000 employés, des tas... dont moi, et tout plein de PC Dell, lenovo, HP, etc.. Une mégapole internationalement connue.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR