Kagi, le système de paiement des sharewares, a pris fin

Stéphane Moussie |

Kagi, un système de paiement utilisé à l'époque où on appelait encore les applications payantes des sharewares, a fermé ses portes le 31 juillet. Bien avant l'avènement du Mac App Store, Kagi était une solution tout-en-un pour les développeurs qui prenait en charge le paiement et les versions d'essai, notamment.

Concurrencé par de nouveaux acteurs, Kagi est peu à peu tombé dans l'oubli, jusqu'à sa fermeture toute récente, donc. L'entreprise met cela sur le compte d'une vieille fraude d'un de ses fournisseurs qui lui a coûté très cher et qu'elle n'a jamais pu effacer. Les dernières transactions financières seront gérées par une tierce partie.

Source
Tags
#Kagi
avatar pat3 | 

Entre Paypal et le MAS, puis les boutiques qui se sont ouvertes sur toutes les plateformes, j'imagine que son destin était tracé. C'est drôle de voir à quel point l'économie des apps a changé en quelques années… Ciao Kagi!

avatar marc_os | 

Mince alors.

avatar Wolf | 

L'inconvénient de Kagi était que ça installait une app qui gérait les règlements. Le passage des PowerPC à Intel a été catastrophique, entres autres.

avatar DVP | 

Au départ le shareware c'était quelque chose entre le freeware (totalement gratuit) et le commercial (payant).

A l'origine, le shareware, c'était un logiciel gratuit pour lequel on payait ce qu'on voulait (ou une somme définie) afin qu'au final l'auteur touche un peu d'argent pour son travail.

Sauf que comme toujours, les gens veulent le beurre et l'argent du beurre, et peu de gens payaient.
Donc les developpeurs ont commencés à mettre des limitations (certaines fonctions bridée, splash screen de plus en plus long au démarrage, etc.)

Finalement, les limitations ce sont tellement étendues, que les shareware sont devenus des logiciel commerciaux, avec une version de demo gratuite.

avatar oomu | 

n'empêche, quelle époque ! Sur ce je retourne jouer à Doom.

avatar C1rc3@0rc | 

@DVP

Le shareware a surtout été une tentative pour les développeurs indépendants de pouvoir exister et s'émanciper hors des éditeurs. Les editeurs ont tout fait pour tuer le shareware et sa disparition vient principalement de ces pratiques, bien avant le comportement des clients.

Faut dire que si aujourd'hui il est de bon ton de critiquer les 70% qu'Apple reverse au developper sur le prix de vente d'un soft, a l'époque ou est né le shareware un programmeur indépendant avait quasi aucune chance de voir son soft distribué sans signer ou être employé par un éditeur... et dans ce cas on parlait pas de pourcentage sur les ventes mais de fixe (salaire ou achat du soft).

Le modele du shareware a prix 2 formes:
- le freeware disposant d'une possibilité de donation, qui est devenu le donationware
- la démo activable, dont le systeme d'achat "in app" est le descendant

Mais au fond le principe était le meme: rendre le soft attractif pour qu'il soit distribué par la presse spécialisée. Car ce qui faisait vendre la plupart des journaux informatiques était le CD (la disquette avant le CD) qui venait avec (principe du "cadeau Bonux" ou de Pif Gadget...) et comme les développeurs devaient bien trouver un canal de distribution hors du diktat des éditeurs, il ne restait pas grand chose, du moins avant l'accès a l'internet haut débit (donc a la démocratisation de l'ADSL...)
Quand les developers ont compris qu'ils se faisaient couilloner par la presse (qui se fait du fric avec la pub) ils ont commencé a changer de modele pour du freeware avec de la pub devenant ensuite du adware ou du spyware pour les comportement commerciaux...

Kagi, comme ses concurrents, a été un opportuniste et rien d'autre. Il a exploité un besoin a une époque, besoin qui a disparu avec la disparition du support physique, l'apparition des app store, et l'économie de la pub sur Internet. Aujourd'hui on va payer pour ne pas être exposé a de la pub plutôt que "déverrouiller" une demo...

avatar Lightman | 

Quel dommage. Un peu de la bonne époque qui s'en va :(

avatar Macounette | 

RIP. :'(

avatar andr3 | 

J'avais acheté l'excellent SwitchRes_X dernièrement via Kagi.

avatar stmad | 

Merci. J'utilisais exclusivement Kagi pour vendre SwitchRes, puis SwitchResX, et ce depuis 98.
Leur faillite m'a pris de cours lundi matin. Il a fallu changer de prestataire en urgence, et surtout il est probable que je doive m'asseoir sur une somme non négligeable, qu'ils me devaient encore. Si ce n'est pas complètement catastrophique, c'est tout de même un sacré choc.

avatar switch | 

J'ai hésité à choisir Kagi pour un runtime FileMaker que je termine (démo activable, pas de pub), puis j'ai finalement opté pour Paypal pour collecter les paiements.
Il y a d'autres solutions de paiement électronique ( Google wallet, Amazon payments...)
Mais il faut que les développeurs gèrent eux-mêmes la partie "gestion des licences"

CONNEXION UTILISATEUR